Esther Benbassa (sénatrice EELV) : "On ne voit guère de raison pour que la cote de popularité du Président ne chute pas en dessous de zéro !".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Esther Benbassa (sénatrice EELV) : "On ne voit guère de raison pour que la cote de popularité du Président ne chute pas en dessous de zéro !".

Message par John le Mar 19 Nov 2013 - 12:53

Frilosité

Marasme électoral et montées de colère vont de pair. Et tant que le mot d'ordre, à l'Elysée ou à Matignon, sera de jouer la prudence et de ne pas trop faire bouger les lignes, on ne voit guère de raison pour que la cote de popularité du Président de la République ne chute pas... en dessous de zéro !

Cette frilosité, cette irrésolution empêchent tout pas en avant, tout changement, engoncent les socialistes dans un confortable conservatisme, les éloignent toujours plus du peuple de gauche, de tous ceux qui, pour ne pas voter à droite, préféreront s'abstenir. Cet excès de prudence du Président, digne d'un ecclésiastique plus que d'un politique, son goût immodéré de la synthèse et du compromis, le desservent, de toute évidence, et ne lui épargnent aucune avanie, au contraire. Au lieu de le mettre à l'abri du désamour des Français, son entourage ferait sans doute mieux de l'y exposer davantage. Pour le secouer, et pour l'inciter à dynamiser un Premier ministre qui se plaît à jouer son clone.

Arrogance

Ce manque d'autorité et de sens de la décision des têtes de l'exécutif a par ailleurs un effet paradoxal, lui aussi négatif. Il donne toute licence aux ministres de s'abandonner, eux, à un autoritarisme et à un interventionnisme qui, s'ils s'amplifiaient, risqueraient bien de mettre la démocratie en pièces.

Disons-le tout net : chacun, ministre ou conseiller, se mêle de tout et empêche les parlementaires de travailler dans le minimum de sérénité requis. Chaque ministre entend faire sa loi pour entrer dans le Panthéon des législateurs inoubliables. Et sans traîner. Les textes ne sont pas bien travaillés, les amendements sont discutés en coulisses, rien n'est sérieusement négocié, les messieurs (et les dames) "je-sais-tout" emportent tout sur leur passage, et les élus du peuple, eux, perdent leurs esprits dans la bousculade. Ainsi, au Sénat, où le gouvernement ne bénéficie pas d'une majorité confortable, les projets de loi sont d'abord consciencieusement détricotés, puis retoqués...
http://www.huffingtonpost.fr/esther-benbassa/vu-du-senat-45-une-allerg_b_4294077.html?utm_hp_ref=france

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum