Le collectif Racine (Front National) apporte son soutien aux enseignants de classes préparatoires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le collectif Racine (Front National) apporte son soutien aux enseignants de classes préparatoires.

Message par John le Sam 30 Nov 2013, 10:08 pm

Le ministre Peillon vient d’ouvrir le « chantier » visant à « refonder » le métier des enseignants, deuxième étape de sa « refondation de l’Ecole ». Face aux projets visant à redéfinir leurs obligations de service, c’est-à-dire leurs missions et leur temps de travail, le Collectif Racine, le rassemblement des enseignants patriotes, tire la sonnette d’alarme ! Et il ne s’agit là nullement de céder à un quelconque réflexe « corporatiste » : les textes réglementaires définissant le statut des professeurs du secondaire et des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) n’accordent en effet aucun privilège indu à ces fonctionnaires ; ils sont au contraire garants de ce que l’exigence d’instruction demeure, en quelques sortes, au centre du système et que l’élitisme républicain en inspire encore le fonctionnement. C’est donc un « verrou » que les politiques éducatives libérales-libertaires ont tout intérêt à faire sauter. Et la menace n’a jamais été aussi grande qu’aujourd’hui.

La plus imminente est celle qui pèse sur le statut des professeurs de CPGE. Il semblerait que le ministre ait d’ores et déjà décidé de mettre en œuvre, au plus vite et par décret, un projet revoyant à la hausse leurs obligations de service. Comme nous l’apprenions brutalement, mardi dernier, par un article du Monde, ces obligations redéfinies conduiraient nombre de professeurs à perdre leurs heures supplémentaires, tandis que d’autres se retrouveraient en sous-service : il s’agirait donc de  travailler autant pour gagner beaucoup moins. De sorte à tenter de légitimer cette atteinte sans précédent, le ministre tente de monter une catégorie de professeurs, celle enseignant en zone d’éducation prioritaire (ZEP) contre une autre, les professeurs de classes préparatoires : c’est en effet sous le fallacieux prétexte d’octroyer aux premiers des décharges horaires supplémentaires,  lesquelles leur permettront de « travailler en équipe », c’est-à-dire en dehors de la classe, que, par vases communicants, il s’agirait d’alourdir la charge de travail des professeurs de CPGE, notoirement privilégiés, car ayant la chance de s’adresser à un public homogène et favorisé.

La question qui se pose alors est de savoir si l’on résoudra vraiment le problème des ZEP en s’en prenant à ce que l’Ecole française conserve de meilleur : ses classes préparatoires. Et il est permis d’en douter ! En réalité, c’est l’élitisme républicain que ce gouvernement tente d’abattre ; d’ailleurs  les mots du ministre qui fustige les « conservatismes » et l’ « élitisme », entretenant sciemment la confusion entre élitisme républicain et élitisme social, parlent d’eux-mêmes. C’est pourquoi le Collectif Racine, dont la conception de l’Ecole se trouve parfaitement résumée par la formule de Paul Langevin – « la sélection des meilleurs par la promotion de tous » –, apporte un soutien sans réserve aux professeurs de classes préparatoires en lutte pour la préservation de leur statut et pour que leur secteur d’enseignement demeure un haut-lieu de l’élitisme républicain.
http://www.collectifracine.fr/?p=653

par Jean Mikhailov

Dans le cadre de la modification des statuts des professeurs et du décret de 1950 qui les régit, nouveau chantier du ministre de l’Éducation Nationale, les obligations horaires des professeurs des classes préparatoires font, semble-t-il l’objet d’une « attention » toute particulière. Nous avons appris brutalement, par le seul article du Monde de mardi dernier, que ces obligations seraient revues à la hausse, passant pour tous à 10 heures minimum, alors que jusqu’à présent elles s’échelonnaient de 8 heures (classes de seconde année de 35 élèves et plus) à 10 ou 11 heures (pour les classes de seconde ou première année les moins chargées). Le prétexte fallacieux donné par le ministre est le suivant : les professeurs enseignant en ZEP exercent dans des conditions difficiles, devant des classes hétérogènes : ils méritent donc une décharge horaire supplémentaire, qui leur permettra d’accomplir un travail d’équipe en dehors de la classe. Mais cette mesure doit être financée à coût constant. Où donc trouver l’argent ? chez les professeurs de classes préparatoires, notoirement privilégiés, ayant la chance de s’adresser à un public homogène et favorisé. Cela signifie concrètement que les collègues devant 8 heures et en faisant jusqu’à maintenant 10 ou plus perdront leurs heures supplémentaires et travailleront autant pour gagner beaucoup moins, tandis que ceux qui en font 8 et en devront 10 se retrouveront en sous-service.

Une telle mesure est scandaleuse à plus d’un titre. La politique de ce ministère se résume en effet à déshabiller Pierre pour habiller Paul, et à tenter de monter une catégorie de professeurs contre une autre. Résoudra-t-on le problème des ZEP avec cette méthode ? On peut en douter. Par ailleurs, dans ce parallèle établi entre deux niveaux d’enseignement, aucune allusion n’est faite à la charge de travail à laquelle les professeurs de classes préparatoires sont soumis : pas un mot sur le contenu de leur enseignement, pas un mot sur leur haute qualification. Une présentation caricaturale, indigne, ne mentionne que leurs enviables conditions de travail et leur salaire, qui irait jusqu’à « 100000 € par an », contre-vérité absolue. La seule compensation financière à la très lourde tâche qu’impose la préparation aux concours est constituée par les heures supplémentaires et les colles, c’est-à-dire un travail effectivement accompli, et non des primes ! Or la majorité des professeurs de classes préparatoires se verra privée de toute heure supplémentaire, et lorsque celles-ci subsisteront, elles seront, tout comme les colles, payées à un taux unique, le plus bas. Outre le préjudice financier, qui, s’il concernait par exemple la SNCF, aurait pour effet de paralyser immédiatement la France entière, c’est le mépris affiché, l’humiliation infligée, qui révoltent les professeurs de classes préparatoires. Or, en attaquant ainsi une catégorie de professeurs qui incarne ce que notre Instruction publique conserve de meilleur, au sein du marasme de l’Éducation nationale, c’est la notion même d’élitisme républicain que ce gouvernement de gauche tente d’abattre. On trouve les « riches » qu’on peut, en organisant une parodique Nuit du 4 août…

Une rumeur circule selon laquelle, pour couper court à toute contestation, le très démocrate ministère Peillon a d’ores et déjà décidé de mettre au plus vite en œuvre ce projet, par un décret concernant spécifiquement les obligations horaires des professeurs de classes préparatoires, le 12 décembre prochain. Rien ne semble plus urgent… Une large mobilisation est prévue pour la semaine prochaine : non pour organiser « les conservatismes », selon la méprisante formule du ministre, mais pour clamer notre colère face à l’injustice.
http://www.collectifracine.fr/?p=648


Dernière édition par John le Sam 30 Nov 2013, 10:15 pm, édité 2 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collectif Racine (Front National) apporte son soutien aux enseignants de classes préparatoires.

Message par Celeborn le Sam 30 Nov 2013, 10:13 pm

Il y en a qui maîtrisent bien le concept de récupération…

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum