Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par Spinoza1670 le Jeu 5 Déc 2013 - 12:49
Par Hubert Montagner, Docteur ès-Sciences (Psychophysiologie), Professeur des Universités, ancien Directeur de Recherche à l’INSERM.

Publié ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un passage qui va vous mettre dans l'ambiance :
H. Montagner a écrit:Spécifique de la France, la semaine de quatre jours est une non semaine : elle comporte deux jours de classe (lundi et mardi), un jour vacant (mercredi), deux jours de classe (jeudi et vendredi) et deux jours de week-end (samedi et dimanche). Elle est un non sens social et ne règle en rien la question majeure de la journée scolaire dont la durée et l’organisation ne tiennent pas compte des besoins, intérêts, équilibres et particularités des enfants-élèves, notamment ceux qui sont vulnérables, en souffrance, en échec, envahis par des « troubles » du développement ou du comportement, porteurs d’un handicap, « étranges » ... EN D’AUTRES TERMES, LES ENFANTS QUI ONT UNE FORTE PROBABILITE DE VIVRE DANS L’INSECURITE AFFECTIVE (le sentiment d’être abandonné, négligé, rejeté ou en danger) ET QUI SONT AINSI EN DEFICIT DE CONFIANCE ET SANS ESTIME DE SOI. L’école de la France ignore l’enfant qui « se cache » derrière chaque élève et ne veut pas connaître les vraies difficultés qui l’empêchent de comprendre et d’apprendre. Elle ne connaît que les programmes à partir desquels il faut formater au même « rythme » les individus de la même classe d’âges pour que leurs résultats s’inscrivent au moins dans la moyenne.

Voici pourquoi il faut aménager autrement temps scolaire.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
C'est pas faux
Sage

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par C'est pas faux le Jeu 5 Déc 2013 - 13:05
Quelle clairvoyance. Je préfère encore quand il chante.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
arcenciel
Monarque

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par arcenciel le Jeu 5 Déc 2013 - 17:59
Spinoza, tu veux nous achever là!
avatar
Schéhérazade
Niveau 10

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par Schéhérazade le Jeu 5 Déc 2013 - 18:09
Mais enfin comment peut-on imaginer qu'une autre organisation de la journée résoudra par miracle des problèmes des enfants en insécurité affective et/ou qui ont des troubles du comportement? C'est délirant...
"l'école ignore l'enfant qui se cache derrière l'élève et ne veut pas comprendre les vraies difficultés qui l'empêchent de comprendre et d'apprendre..." les PE seront ravis! On peut comprendre ces difficultés et tenter de les résoudre...dans la mesure de ce qui est pédagogiquement possible au sein d'une classe. Pour le reste, nous ne sommes pas éducateurs spécialisés ni psychiatres...
D'ailleurs, au lieu de se focaliser sur la journée d'école et prétendre faire des rythmes la baguette magiques de problèmes psy lourds, pourquoi ce grand spécialiste ne demande pas au ministère une médecine scolaire digne de ce nom ?
avatar
atrium
Neoprof expérimenté

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par atrium le Jeu 5 Déc 2013 - 19:20
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
D'ailleurs, au lieu de se focaliser sur la journée d'école et prétendre faire des rythmes la baguette magiques de problèmes psy lourds, pourquoi ce grand spécialiste ne demande pas au ministère une médecine scolaire digne de ce nom ?
parce qu'un médecin ne peut pas être payé 1800 euros par mois (PE) et encore moins 600 (AVS en contrat d'insertion)?
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par Reine Margot le Jeu 5 Déc 2013 - 19:21
c'est pas faux lol! 

sinon, marre de ces gens qui n'ont jamais été face à une classe, et qui ont oublié que l'ancien rythme n'a jamais tué les générations précédentes.

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par Spinoza1670 le Sam 7 Déc 2013 - 3:19
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:c'est pas faux lol! 

sinon, marre de ces gens qui n'ont jamais été face à une classe, et qui ont oublié que l'ancien rythme n'a jamais tué les générations précédentes.
Tu es vraiment une idéologue archaïque de l'éducation. Ca ne m'étonne pas que tu traines ici. (lol bien sûr)

La réponse est dans le texte et en gras en plus :
Montagner a écrit:LES IDEOLOGUES ARCHAIQUES DE L’EDUCATION NOUS DISENT QUE, « AUTREFOIS », LA DUREE DU TEMPS SCOLAIRE ETAIT PLUS ELEVEE, QUE LE POIDS DES APPRENTISSAGES EXPLICITES ET FORMELS ETAIT PLUS LOURD ET QUE LES DEVOIRS A LA MAISON ETAIENT PLUS EXIGEANTS. MAIS, DE TELLES AFFIRMATIONS SONT SIMPLISTES. IL N’EST PAS SERIEUX DE COMPARER LES ENFANTS-ELEVES D’IL A QUARANTE OU CINQUANTE ANS AUX ENFANTS-ELEVES DE 2008. CE QUI ETAIT PEU OU PROU POSSIBLE A CETTE EPOQUE NE L’EST PLUS EN 2008. LES ENFANTS NE SONT PLUS LES MEMES, LES FAMILLES NE SONT PLUS LES MEMES, LES ENSEIGNANTS NE SONT PLUS LES MEMES, LA SOCIETE N’EST PLUS LA MEME. DESHUMANISEE, L’ECOLE DE LA FRANCE IGNORE LES FACTEURS HUMAINS ET L’EVOLUTION DE LA SOCIETE. ELLE N’AIME PAS LES ENFANTS.
Les enfants ne sont plus les mêmes :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
InvitéPas
Niveau 10

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par InvitéPas le Sam 7 Déc 2013 - 5:06
Je crois rêver...
Cette idée qu'il faudrait adapter l'enseignement à une société qui a changé commence à me sortir par les trous de nez.

_________________
"L'ENT idéal ne serait constitué que d'une poubelle et la seule fonction de l'ENT serait de se mettre lui-même dans sa propre poubelle de façon récursive et sans mécanisme de sortie." Dugong

"S'il arrive que tu tombes, apprends vite à chevaucher ta chute. Que ta chute devienne ton cheval pour continuer ton voyage." Frankétienne
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
atrium
Neoprof expérimenté

Re: Les temps, les rythmes et la sécurité affective de l’enfant, fondements obligés de l’aménagement du temps scolaire (Hubert Montagner)

par atrium le Sam 7 Déc 2013 - 9:18
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit: LES ENFANTS NE SONT PLUS LES MEMES, LES FAMILLES NE SONT PLUS LES MEMES, LES ENSEIGNANTS NE SONT PLUS LES MEMES, LA SOCIETE N’EST PLUS LA MEME. DESHUMANISEE, L’ECOLE DE LA FRANCE IGNORE LES FACTEURS HUMAINS ET L’EVOLUTION DE LA SOCIETE. ELLE N’AIME PAS LES ENFANTS.

C'est bien connu, les enfants, avant, vivaient dans une sécurité affective totale. Mon paternel,orphelin à 4 ans, apprenti à 14 ans, fugueur, émancipé par sa mère à 16 ans et engagé volontaire à 18, me confirme que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes et que les enfants étaient absolument adorés par leurs parents, leurs enseignants et la société française en général. Surtout les noirs...

Et ce monsieur est docteur en médecine. Entre lui et la normalienne malade de rue 89, je vais finir par croire qu'effectivement l'éducation nationale coûte très cher pour des résultats franchement médiocres.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum