Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Rencontre-débat AFEF : Vocabulaire, lexique : quels apprentissages ? (8 février, 14h, Paris 16e)

par John le Sam 07 Déc 2013, 22:08
Vocabulaire, lexique[1] et apprentissage(s)



Rencontre-débat de l’AFEF
Samedi 8 février 2014 14h-17h30
Lycée d'État Jean Zay - 10 rue du Docteur Blanche - 75016 PARIS

S'inscrire à la rencontre



Enseignants, chercheurs ou responsables institutionnels s’accordent à reconnaitre l’importance du vocabulaire dans la réussite des élèves. Bien souventceux qui « manquent de vocabulaire » peinent à construire leur langage oral, en réception et en production, puis ils échouent à apprendre à lire. A partir de là, une spirale infernale s’enclenche : ils auront du mal à comprendre, du mal à apprendre... Ne lisant pas volontiers, ou pas du tout, ils ne bénéficieront pas de l’effet « boule de neige » qui permet aux véritables lecteurs (ceux qui lisent régulièrement) d’augmenter leurs capacités lexicales.

Alors que ces enjeux sont connus et souvent réaffirmés par l’institution, la désaffection envers les apprentissages lexicaux persiste le plus souvent, quel que soit le niveau considéré.

La recherche en didactique pour commencer : le célèbre numéro 131 du Français aujourd’hui, « Construire les compétences lexicales », faisait état en septembre 2000 d’un certain nombre d’avancées. Pourtant, les travaux consacrés à ce domaine précis n'ont pas été nombreux par la suite, même si on a pu lire avec intérêt quelques ouvrages[2] parus dans les années qui ont suivi. Sans doute est-ce dû à la dispersion entre les diverses recherches linguistiques : celles qui portent sur le système lexical, celles qui s’intéressent au développement et à l'acquisition du lexique, et enfin celles qui ont trait à son enseignement et son apprentissage… Sans compter les recherches en psychologie cognitive[3] et en sociolinguistique[4], qui ne manquent pas d’interférer.



Plus grave peut-être, des principes acquis de longue date n’ont toujours pas atteint les classes, dans leur grande majorité. Confirmant malheureusement les observations de nombreux formateurs, lerapport intitulé Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l’école primaire de 2008[5] dévoilé récemment observe qu’à l’école élémentaire, le temps consacré à l’enseignement du vocabulaire, quand il est clairement identifié, est très inférieur à celui dévolu à la grammaire, pour ne pas parler de l’orthographe, qui en mobilise bien davantage. Surtout, l’enseignement dispensé, souvent à travers « un mot par jour » ou l’apprentissage de listes, ne satisfait pas même ceux qui s’y emploient. Le vocabulaire est traité de manière occasionnelle, sans progression ni programmation ; les séances sont « décontextualisées » et ne donnent guère matière à des traces structurées[6].



On peut faire des constats similaires au collège. Là aussi, le vocabulaire est souvent abordé à partir des mots qui font problème pour les élèves dans les textes étudiés, que ce problème ait été formulé par les élèves eux-mêmes à la suite de la première lecture, ou que l’enseignant ait préjugé de ce qui poserait problème. Dès lors, c’est l’aspect définitoire du mot qui préside avec l’utilisation du dictionnaire, pourtant outil des plus difficiles à manier pour beaucoup d’élèves, dans la mesure où il nécessite une bonne maitrise de l’orthographe ainsi que de la lecture. De plus, ces rencontres aléatoires, dans un contexte précis, ne permettent pas la structuration indispensable. Les enseignants, en formation, expriment le désarroi dans lequel ils se trouvent devant les apprentissages lexicaux : comment trouver des situations qui les favorisent réellement, qui facilitent la mémorisation, les transferts ? Comment aider les élèves à faire face à la masse de mots nouveaux auxquels ils sont confrontés dans une journée, dans les différentes disciplines ?



C’est ainsi que l’apprentissage du vocabulaire ou du lexique conserve son statut de parent pauvre. « Si je dois glisser sur quelque chose, c’est sur le vocabulaire. Je ne sais pas par où le prendre[7].» Le bilan cité parle de « panne didactique », rejoignant le numéro 131 du Français aujourd’hui, où Danielle Leeman évoquait « le vertige de l’infini » et « la difficulté de didactiser le lexique », tandis que Gérard Petit décrivait « l’état d’une confusion ». Il ne s’agit pas, bien sûr, de mettre les enseignants en accusation mais de sortir autant que possible du désarroi ambiant. Beaucoup de pièges jalonnent en effet cet enseignement : le lien trompeur entre les mots et les choses, la polysémie de beaucoup de mots, en particulier les plus fréquents, ou le paradoxe d’un apprentissage qui exige tout autant le travail en contextes divers et la structuration, hors contexte, des relations entre les mots… pour n’en citer que quelques-uns.



La parution sur le site Eduscol de toute une série de documents[8] destinés à étayer la réflexion des enseignants a pu faire espérer une évolution de cette situation. On ne peut pas dire que ce soit véritablement le cas, malgré la qualité des textes pris séparément. En effet, la lecture de l’ensemble prend un certain temps : ont-ils atteint leur cible ? De plus, la dispersion des propos tenus peut déconcerter le non spécialiste. On constate même parfois des contradictions entre les textes, certains se référant à une entrée quantitative que d’autres récusent, par exemple en contestant la notion de «lexique mental ».



Depuis le mois de mai 2013, à la suite de la 20ème journée des dictionnaires[9], l’association a entrepris de construire à petits pas un « dossier perlé » sur cette question, ce qui a donné lieu à des articles[10] et des sitographies[11] commentées. Mais nous sommes loin du compte, et nous en avons conscience. Quelles représentations héritées de la tradition scolaire font obstacle à un renouvèlement des pratiques pédagogiques [12]? Quelle articulation peut-on envisager entre les apprentissages lexicaux liés aux divers domaines disciplinaires [13]? Comment échapper à la simple imprégnation et concevoir une progression raisonnée dans l’apprentissage du lexique[14] ?



L'AFEF vous propose d'approfondir cette réflexion le samedi 8 février 2014, grâce aux interventions de :

- Alise LEHMANN, Université de Picardie

- Annie CAMENISCH, Université de Strasbourg, IUFM d'Alsace

- Bruno GERMAIN, Université Paris-Descartes, pour la présentation du site Vocanet,

lors de sa prochaine rencontre-débat animée par Anne-Marie PETITJEAN, IUFM-Université de Cergy-Pontoise, qui témoignera par ailleurs de l'état du travail du groupe départemental "Vocabulaire Maternelle" du 95.





[1] Si on définit le lexique comme l’ensemble des mots d’une langue et le vocabulaire comme une portion de ce lexique (celle que l’on observe dans un contexte donné, chez un auteur ou un individu quelconque), nous avons à conduire des apprentissages lexicaux, sur les mots de notre langue, pour enrichir le vocabulaire des élèves.

[2]Citons cependant Calaque E., David J., Eds, 2004, Didactique du lexique - Contextes, démarches, supports, De Boeck (épuisé, disponible sur Cairn) ; Grossmann F., Paveau M.-A., Petit G., Eds., 2005, Didactique du lexique : langue, cognition, discours, Ellug, Grenoble ; Grossmann F., Plane S., Eds., 2008, Les apprentissages lexicaux – Lexique et production verbale, Presses universitaires du Septentrion, Lille.

[3]Cf LIEURY, A. Mémoire et réussite scolaire, DUNOD, « Psycho Sup », 1997

[4]E. Bautier.et Ph. Rayou, Les inégalités d'apprentissage, PUF 2009

[5]Rapport remis en Juin 2013 par Philippe Claus au nom du groupe d’inspecteurs généraux missionnés pour cette enquête, consultable sur le site de l'AFEF.

[6]Ibidem, p. 15-16.

[7]Ibidem, p. 18.

[8] Ressources pour enseigner le vocabulaire à l’école maternelle,septembre 2010,

Vocabulaire : éléments de référence, novembre 2011 (accès en mars 2012),

Vocabulaire : orientations pédagogiques, novembre 2011 (accès en mars 2012),

[9]Voir le compte-rendu de Jean-François Coriollesur cette manifestation.

[10]Voir Le vocabulaire : un enseignement / apprentissage fondamental mais complexe, par Dominique Seghetchian et Un choix méthodologique dans l’enseignement-apprentissage du vocabulaire en FLM-FLE/FLS-FLScol - Jacqueline Picoche, de la théorie à la pratique, parPhilippe Normand

[11]L’enseignement du vocabulaire à l’école maternelle, et L’enseignement du vocabulaire à l’école et au collège, version revue novembre 2013 (à suivre, car dans la précédente manque la partie orientations pédagogiques),par Joëlle Thebault (je ne trouve pas cette dernière version sur le site)

[12] Alise LEHMANN, Idées reçues sur le lexique : un obstacle à l'enseignement du lexique dans les classes

[13] Annie CAMENISCH, "Enrichir son vocabulaire", Cahiers pédagogiques n°495, p.30-31

[14] vocanet.fr
http://www.afef.org/blog/post-lexique-vocabulaire-quels-apprentissages-u-p1154-c18.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum