Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par John le Mer 11 Déc 2013 - 23:32
Ouvrir un nouveau front contre les professeurs de classes préparatoires ressemble à s'y méprendre à un baroud d'honneur. Quel que soit son destin ministériel, le ministre et candidat aux Européennes pourra se prévaloir d'avoir mis le doigt où ça fait mal, en dénonçant cette anomalie consubstantielle à l'élitisme de notre système: enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles.

Car ce qui compte, ce qui a de la valeur, dans l'inconscient de l'Education nationale, ce n'est pas l'élève et ses besoins mais l'enseignant et ses mérites académiques (avoir réussi le concours qui fait appel aux savoirs les plus robustes). Renverser cette conception élitiste, qui explique largement la prégnance des inégalités scolaires et sociales, aurait pu constituer le socle d'une réelle et profonde refondation de l'école. Vincent Peillon le savait. Que ne l'a-t-il dit plus tôt ?

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/vincent-peillon-contre-les-profs-de-prepas-le-baroud-d-honneur_1306728.html#pD67cOPafclx7qmV.99

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par Igniatius le Mer 11 Déc 2013 - 23:36
Et Davidenkoff ne s'est pas dit que ce qui comptait vraiment, dans l'EN, c'était la transmission ?
Parce que pour cela, il faut des enseignants ayant des "mérites académiques", et que cela se paye car ça ne court pas les rues finalement...


Cette inversion des points de vue est incroyable.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
victor44
Habitué du forum

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par victor44 le Jeu 12 Déc 2013 - 1:57
Ouvrir un nouveau front contre les professeurs de classes préparatoires ressemble à s'y méprendre à un baroud d'honneur. Quel que soit son destin ministériel, le ministre et candidat aux Européennes pourra se prévaloir d'avoir mis le doigt où ça fait mal, en dénonçant cette anomalie consubstantielle à l'élitisme de notre système: enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles.  

Car ce qui compte, ce qui a de la valeur, dans l'inconscient de l'Education nationale, ce n'est pas l'élève et ses besoins mais l'enseignant et ses mérites académiques (avoir réussi le concours qui fait appel aux savoirs les plus robustes). Renverser cette conception élitiste, qui explique largement la prégnance des inégalités scolaires et sociales, aurait pu constituer le socle d'une réelle et profonde refondation de l'école. Vincent Peillon le savait. Que ne l'a-t-il dit plus tôt ?



 veneration veneration veneration

M. Peillon créez le corps des profs de ZEP et vous irez au bout de la démarche
Invité
Invité

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par Invité le Jeu 12 Déc 2013 - 2:25
Attendez, c'est le type qui organise des conférences sur le thème de l'éducation à plusieurs centaines d'euros l'entrée par tete de pipe qui ose faire ce constat? Je ne me prononce même pas sur le fond hein, là je suis juste sciée par le culot du bonhomme...
avatar
linkus
Expert

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par linkus le Jeu 12 Déc 2013 - 6:37
Certains commentaires sont rassurants.

_________________
J'entends souvent dire qu'avec l'agrégation, c'est travailler moins pour gagner plus. En réalité, avec le CAPES c'est travailler plus pour gagner moins. professeur

Avec un travail acharné, même un raté peut battre un génie. Rock Lee
Je ne suis pas gros, j'ai une ossature lourde!
Vous aimez Bomberman? Venez jouer à Bombermine. Very Happy
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par Iphigénie le Jeu 12 Déc 2013 - 8:20

La France déciderait donc de délocaliser ses élites?

Et il y en a qui croient que ça améliorera leur sort?
Bon c'est vrai que les élites ne doivent pas trop chercher leur voix dans le magazine l'Etudiant....
avatar
Finrod
Expert spécialisé

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par Finrod le Jeu 12 Déc 2013 - 8:51
@victor44 a écrit:
Ouvrir un nouveau front contre les professeurs de classes préparatoires ressemble à s'y méprendre à un baroud d'honneur. Quel que soit son destin ministériel, le ministre et candidat aux Européennes pourra se prévaloir d'avoir mis le doigt où ça fait mal, en dénonçant cette anomalie consubstantielle à l'élitisme de notre système: enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles.  

Car ce qui compte, ce qui a de la valeur, dans l'inconscient de l'Education nationale, ce n'est pas l'élève et ses besoins mais l'enseignant et ses mérites académiques (avoir réussi le concours qui fait appel aux savoirs les plus robustes). Renverser cette conception élitiste, qui explique largement la prégnance des inégalités scolaires et sociales, aurait pu constituer le socle d'une réelle et profonde refondation de l'école. Vincent Peillon le savait. Que ne l'a-t-il dit plus tôt ?



 veneration veneration veneration

M. Peillon créez le corps des profs de ZEP et vous irez au bout de la démarche


ça couterait de l'argent... (faut pas déconner non plus)

Venant d'un Peillon qui affirme vouloir baisser les heures sup de ceux qui font 8 HSA mais qui applique son augmentation de service à tous, même ceux qui ne font pas de HSA (payés comme des profs de lycée donc) et se retrouvent en sous service, je n'attend plus rien. Quel est le motif à part récupérer un peu d'argent et déstabiliser les prépa ?

Le record calculé de sous service avec son décret est de 6 heures pour un prof de 2-ème année certifié actuellement à temps complet (8h pour un prof de second année, tous corps confondus) car ces 8h lui seraient décomptées 8*1,5=12 après le décret alors qu'un certifié en doit 18.



frdm
Niveau 10

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par frdm le Jeu 12 Déc 2013 - 13:07
@John a écrit:
Ouvrir un nouveau front contre les professeurs de classes préparatoires ressemble à s'y méprendre à un baroud d'honneur. Quel que soit son destin ministériel, le ministre et candidat aux Européennes pourra se prévaloir d'avoir mis le doigt où ça fait mal, en dénonçant cette anomalie consubstantielle à l'élitisme de notre système: enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles.  

Car ce qui compte, ce qui a de la valeur, dans l'inconscient de l'Education nationale, ce n'est pas l'élève et ses besoins mais l'enseignant et ses mérites académiques (avoir réussi le concours qui fait appel aux savoirs les plus robustes). Renverser cette conception élitiste, qui explique largement la prégnance des inégalités scolaires et sociales, aurait pu constituer le socle d'une réelle et profonde refondation de l'école. Vincent Peillon le savait. Que ne l'a-t-il dit plus tôt ?

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/vincent-peillon-contre-les-profs-de-prepas-le-baroud-d-honneur_1306728.html#pD67cOPafclx7qmV.99
Ce type se fait très grassement payer ses interventions, je trouverais sain qu'il s'applique à lui-même ce qu'il recommande pour les autres.  D'autre part, ce qu'il dit ici est d'une démagogie crasse, on l'a connu (un peu) mieux inspiré.
User17706
Enchanteur

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par User17706 le Jeu 12 Déc 2013 - 13:25
Emmanuel Davidenkoff a écrit: enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles.  

Car ce qui compte, ce qui a de la valeur, dans l'inconscient de l'Éducation nationale, ce n'est pas l'élève et ses besoins mais l'enseignant et ses mérites académiques (avoir réussi le concours qui fait appel aux savoirs les plus robustes).
Toujours la même confusion conceptuelle qui empêche certains de réfléchir dès qu'il est question d'«élite» ou d'«élitisme». Plus le fétichisme de la marchandise-travail ou de la marchandise-diplôme. Il ferait bien de relire Marx  furieux 

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
Contenu sponsorisé

Re: Emmanuel Davidenkoff (L'Express) : "Enseigner aux plus riches et aux meilleurs est nettement mieux récompensé par la République qu'enseigner aux plus fragiles".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum