Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par plotch le Ven 13 Déc 2013 - 20:20

"Le démenti n'a pas convaincu grand monde. « Non », il n'y a pas eu de recul sur la question du temps de travail des enseignants des classes préparatoires, a contre toute évidence assuré Vincent Peillon, qui présentait jeudi 12 décembre ses premiers arbitrages sur le métier d'enseignant. Force est pourtant d'en convenir : secoué depuis dix-huit mois par les fortes turbulences que cause la réforme des rythmes scolaires, le ministre de l'éducation nationale subit là une nouvelle déconvenue politique. D'autant plus qu'il s'était, depuis la rentrée, attaché à afficher sur ce point une extrême fermeté."

La suite ici :
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/12/13/vincent-peillon-un-ministre-fragilise-par-les-turbulences_4333944_1473688.html

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par Fraser le Ven 13 Déc 2013 - 20:53

Mais l'Elysée, malgré les démentis de l'entourage présidentiel, a contraint son ministre à temporiser.

Les CPGE ont un réseau que n'ont pas les PE. Il est beaucoup plus facile d'être ferme avec les petits que nous sommes, de nous lâcher (en 2 fois, s'il vous plait) 400€ brut annuellement (en le criant sur toutes les antennes, privilégiés que nous sommes) et de feindre la surprise face à notre mécontentement...

Fraser
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par arcenciel le Ven 13 Déc 2013 - 20:56

forrester1 a écrit:
Mais l'Elysée, malgré les démentis de l'entourage présidentiel, a contraint son ministre à temporiser.

Les CPGE ont un réseau que n'ont pas les PE. Il est beaucoup plus facile d'être ferme avec les petits que nous sommes, de nous lâcher (en 2 fois, s'il vous plait) 400€ brut annuellement (en le criant sur toutes les antennes, privilégiés que nous sommes) et de feindre la surprise face à notre mécontentement...
Nous sommes bien d'accord.

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par Luigi_B le Ven 13 Déc 2013 - 21:05

Je ne suis pas convaincu pour ma part : c'est vrai que les CPGE ont des réseaux mais ils ont été peu audibles dans la presse (très critique à leur égard même) et l'opinion.

Pour moi la fermeté ministérielle à l'égard des PE a été louée par tous les médias de janvier 2013... jusqu'à la rentrée de septembre 2013, quand beaucoup de parents ont pu constater à quel point les PE avaient vu juste, d'où la correction de tir plus ou moins habile de nombreux médias. Les rythmes ont fait les titres pendant deux très longs mois, à l'étonnement de tous. Dans ces conditions la précipitation de nouvelles réformes tous azimuts ressemblait à une fuite en avant, ainsi qu'on peut le constater aujourd'hui : l’Élysée a eu plus de perspicacité politique.

Hommage aux PE sans qui rien de tout cela ne serait arrivé : votre combat contre la désolante réforme des rythmes n'est pas perdu. A charge pour nous de continuer à vous soutenir.  fleurs

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par doublecasquette le Ven 13 Déc 2013 - 21:39

Merci, c'est gentil !  sunny 

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par User5899 le Ven 13 Déc 2013 - 22:27

On vous aime, les PE ! fleurs

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences

Message par elena3 le Sam 14 Déc 2013 - 14:06

Le démenti n'a pas convaincu grand monde. « Non », il n'y a pas eu de recul sur la question du temps de travail des enseignants des classes préparatoires, a contre toute évidence assuré Vincent Peillon, qui présentait jeudi 12 décembre ses premiers arbitrages sur le métier d'enseignant. Force est pourtant d'en convenir : secoué depuis dix-huit mois par les fortes turbulences que cause la réforme des rythmes scolaires, le ministre de l'éducation nationale subit là une nouvelle déconvenue politique. D'autant plus qu'il s'était, depuis la rentrée, attaché à afficher sur ce point une extrême fermeté.

Ces derniers jours, M. Peillon l'avait répété à l'envi : « Il n'y a pas de raison de lâcher. Les Français ne le comprendraient pas », martelait-il encore mardi 10 décembre, face à ses proches. Mais l'Elysée, malgré les démentis de l'entourage présidentiel, a contraint son ministre à temporiser. Au moins. « On me demande d'arrêter », glisse-t-il à son entourage quelques heures plus tard. A en croire ses amis politiques, ce nouvel accroc n'affecterait en rien le cours de l'action Peillon à la bourse de l'exécutif. « Il est en bonne forme politique », assure l'un d'eux, qui néanmoins s'en désole : « En criant haut et fort que Peillon a reculé sur les classes prépas, on remet un euro dans la machine et on risque de remobiliser les gens sur les rythmes scolaires. »

Un avertissement pour M. Peillon ? « Globalement, jusqu'ici, on l'avait laissé faire », assure un de ses conseillers. L'épisode le démontre : après les frictions sur la réforme des rythmes, le ministre de l'éducation, du point de vue du président, ne semble plus jouir aujourd'hui d'une autonomie totale. Bien qu'il soit en charge du dossier prioritaire du quinquennat, la confiance ne règne pas tout à fait entre les deux hommes, marqués par un passif ancien, remontant aux années où François Hollande présidait aux destinées du Parti socialiste. « Le président n'a pas une passion pour lui », confirme un ami de M. Hollande. M. Peillon ne fait pas partie des ministres que le chef de l'Etat consulte régulièrement sur les affaires politiques, à l'image de Jean-Yves Le Drian, Bernard Cazeneuve, Manuel Valls ou Laurent Fabius.

« UNE MÉTHODE UN PEU RAIDE »

Quant au ministre, il a plutôt jusqu'ici décidé de jouer cavalier seul. Certes, il s'était, depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir, quasi exclusivement consacré à ses dossiers ministériels, l'épisode du congrès PS de Toulouse excepté, en coulisse duquel il avait manoeuvré plus qu'à son tour. Depuis la dernière rentrée scolaire, le virus de la politique semble l'avoir repris. Tous les mardis matins depuis la rentrée, un petit-déjeuner réunit ses amis politiques : Marc Mancel, un de ses conseillers, et les parlementaires Patrick Bloche, Patrick Mennucci, Eduardo Rihan-Cypel ou David Assouline. Il soutient désormais ardemment le premier ministre Jean-Marc Ayrault, avec qui les relations n'avaient pourtant pas toujours été faciles. Il a tôt déclaré sa candidature aux européennes dans la circonscription du Sud-Est, où il affrontera Jean-Marie Le Pen.

Et certains le voient reparti en campagne pour le premier secrétariat du PS, qu'il ambitionnait déjà de conquérir en 2008, à l'époque du congrès de Reims. Démenti formel de ses proches : « On n'en a pas parlé », jure son entourage, pour qui « il n'a pas envie de sortir du gouvernement. Il a envie de continuer. » Il n'est néanmoins pas certain que la rugosité dont il a fait montre Rue de Grenelle lui garantisse d'y être maintenu en cas de remaniement. Commentaire d'un ami du président : « Il donne l'impression d'être un peu trop allant, de ne pas forcément écouter les autres. On ne peut pas dire qu'il soit un mauvais ministre, mais il a une méthode un peu raide. »

Mais pour ses amis politiques, le problème de M. Peillon serait d'être un peu trop seul au sein de l'exécutif : « Il a fait une superbe réforme, il applique tout ce que l'on a toujours dit dans l'opposition mais il n'a pas le soutien qu'il mérite », regrette Patrick Mennucci.



http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/12/13/vincent-peillon-un-ministre-fragilise-par-les-turbulences_4333944_1473688.html

Bon, en résumé, il reste à savoir si Hollande va le garder jusqu'au 30 mars ou pas. Laughing

elena3
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par PabloPE le Sam 14 Déc 2013 - 15:20

@Luigi_B a écrit:Je ne suis pas convaincu pour ma part : c'est vrai que les CPGE ont des réseaux mais ils ont été peu audibles dans la presse (très critique à leur égard même) et l'opinion.

Pour moi la fermeté ministérielle à l'égard des PE a été louée par tous les médias de janvier 2013... jusqu'à la rentrée de septembre 2013, quand beaucoup de parents ont pu constater à quel point les PE avaient vu juste, d'où la correction de tir plus ou moins habile de nombreux médias. Les rythmes ont fait les titres pendant deux très longs mois, à l'étonnement de tous. Dans ces conditions la précipitation de nouvelles réformes tous azimuts ressemblait à une fuite en avant, ainsi qu'on peut le constater aujourd'hui : l’Élysée a eu plus de perspicacité politique.

Hommage aux PE sans qui rien de tout cela ne serait arrivé : votre combat contre la désolante réforme des rythmes n'est pas perdu. A charge pour nous de continuer à vous soutenir.  fleurs

Cripure a écrit:On vous aime, les PE ! fleurs
Merci ça fait du bien de lire ce genre de remarques  yesyes 

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."

PabloPE
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par John le Sam 14 Déc 2013 - 15:24

Je ne suis pas convaincu pour ma part : c'est vrai que les CPGE ont des réseaux mais ils ont été peu audibles dans la presse (très critique à leur égard même) et l'opinion.
Ils ont eu quelques articles relativement critiques, certes (dans le Nouvel Obs en particulier, et un peu dans le Monde).
Mais leur mouvement a été très audible dans la presse et les médias, et la presse locale a pris leur défense dans sa quasi-totalité.

L'une des différences avec le mouvement des PE, c'est qu'aucun "expert" n'est intervenu sur les plateaux pour parler au nom des CPGE. L'autre différence, c'est que les syndicats étaient quasiment tous contre le ministre sur cette question. Enfin, la différence de réseaux est tout de même notable, ainsi que la capacité de mobiliser les élèves et anciens élèves qui ont très vite réagi.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par Olympias le Sam 14 Déc 2013 - 15:32

Cripure a écrit:On vous aime, les PE ! fleurs

Mais oui !!!!!!!!!!!!!! Peillon est la victime des turbulences qu'il crée lui-même.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par atrium le Sam 14 Déc 2013 - 18:00

@John a écrit:
Je ne suis pas convaincu pour ma part : c'est vrai que les CPGE ont des réseaux mais ils ont été peu audibles dans la presse (très critique à leur égard même) et l'opinion.
Ils ont eu quelques articles relativement critiques, certes (dans le Nouvel Obs en particulier, et un peu dans le Monde).
Mais leur mouvement a été très audible dans la presse et les médias, et la presse locale a pris leur défense dans sa quasi-totalité.

L'une des différences avec le mouvement des PE, c'est qu'aucun "expert" n'est intervenu sur les plateaux pour parler au nom des CPGE. L'autre différence, c'est que les syndicats étaient quasiment tous contre le ministre sur cette question. Enfin, la différence de réseaux est tout de même notable, ainsi que la capacité de mobiliser les élèves et anciens élèves qui ont très vite réagi.

Tout à fait d'accord. Nos syndicats "maison" portent une lourde responsabilité. Une lueur d'espoir: la grève du 14 novembre à l'appel des minoritaires a été bien suivie. Espérons qu'elle ne soit pas arrivée trop tard.

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par User5899 le Sam 14 Déc 2013 - 21:45

@PabloPE a écrit:
Cripure a écrit:On vous aime, les PE ! fleurs
Merci ça fait du bien de lire  ce genre de remarques  yesyes 
En même temps, j'ai pas le choix, mon mari est dans mon dos pale
Vous êtes tous géniaux les PE, oh oui, oh la la !! Razz

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par Bouboule le Sam 14 Déc 2013 - 22:00

@atrium a écrit:

Tout à fait d'accord. Nos syndicats "maison" portent une lourde responsabilité. Une lueur d'espoir: la grève du 14 novembre à l'appel des minoritaires a été bien suivie. Espérons qu'elle ne soit pas arrivée trop tard.

"Bien suivie" correspond à quoi ?
J'ai vu que la presse considérait 60% chez les CPGE comme exceptionnel et que sur le site du snes, quasi-tous les lycées affichaient plus à bien de 60% (100% sur des très gros lycées).

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par PabloPE le Sam 14 Déc 2013 - 22:10

Cripure a écrit:
@PabloPE a écrit:
Cripure a écrit:On vous aime, les PE ! fleurs
Merci ça fait du bien de lire  ce genre de remarques  yesyes 
En même temps, j'ai pas le choix, mon mari est dans mon dos pale
Vous êtes tous géniaux les PE, oh oui, oh la la !! Razz

 Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

En tout cas bon courage la vie d'un conjoint de PE est tout sauf une sinécure Razz 






Dernière édition par PabloPE le Sam 14 Déc 2013 - 22:11, édité 1 fois

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."

PabloPE
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par atrium le Sam 14 Déc 2013 - 22:10

@Bouboule a écrit:
@atrium a écrit:

Tout à fait d'accord. Nos syndicats "maison" portent une lourde responsabilité. Une lueur d'espoir: la grève du 14 novembre à l'appel des minoritaires a été bien suivie. Espérons qu'elle ne soit pas arrivée trop tard.

"Bien suivie" correspond à quoi ?
J'ai vu que la presse considérait 60% chez les CPGE comme exceptionnel et que sur le site du snes, quasi-tous les lycées affichaient plus à bien de 60% (100% sur des très gros lycées).

40% à Paris, 70% à Marseille, 50% à Aix, pour les chiffres que j'ai vu passer. Les grandes villes ont bien suivi en général. Certes 25% au national, ça peut sembler peu, mais quand les 2 principaux syndicats n'appellent pas à la grève, ça me paraît plutôt bien. FO, SUD et la CGT ne pèsent pas grand chose dans la profession.

Sur les PE, on apprécie vos marques de soutien mais dites vous bien qu'on est tout de même bien gangréné par les délires pédagogiques depuis plus de 20 ans, sonné par tout ce qu'on s'est pris dans la tête comme discours infantilisants, fliqué par notre hiérarchie et très divisé. Ajouter que la fermeture des écoles normales a entraîné une grosse perte de savoir faire et d'identité professionnelle, sans compter que les stratégie de fuite (temps partiels entre autre) se sont multipliés et vous comprendrez qu'on puisse difficilement obtenir le taux de grévistes des profs de prépa.

Edit: les chiffres pour le 5 décembre selon le SNUIPP.

http://snuipp.fr/IMG/pdf/SNUIPP_FSU__2013_12_03_NOTE_DE_PRESSE_TX_DE_GREVISTES_5_12_2013-2.pdf


Dernière édition par atrium le Sam 14 Déc 2013 - 22:48, édité 1 fois

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par Bouboule le Sam 14 Déc 2013 - 22:48

@atrium a écrit:

40% à Paris, 70% à Marseille, 50% à Aix, pour les chiffres que j'ai vu passer. Les grandes villes ont bien suivi en général. Certes 25% au national, ça peut sembler peu, mais quand les 2 principaux syndicats n'appellent pas à la grève, ça me paraît plutôt bien. FO, SUD et la CGT ne pèsent pas grand chose dans la profession.

Sur les PE, on apprécie vos marques de soutien mais dites vous bien qu'on est tout de même bien gangréné par les délires pédagogiques depuis plus de 20 ans, sonné par tout ce qu'on s'est pris dans la tête comme discours infantilisants, fliqué par notre hiérarchie et très divisé. Ajouter que la fermeture des écoles normales a entraîné une grosse perte de savoir faire et d'identité professionnelle, sans compter que les stratégie de fuite (temps partiels entre autre) se sont multipliés et vous comprendrez qu'on puisse difficilement obtenir le taux de grévistes des profs de prépa.

Tu cites des chiffres "ministère" ?

J'avais lu plein de livres sur les délires pédago il y a presque 10 ans déjà (dans la suite de la sortie du livre de Brighelli) et puis je n'ai rien vu bouger. Ton analyse de la situation me paraît crédible. S'il y a division c'est impossible de gagner. Pourtant 30% de 300000, ça ferait du monde.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par atrium le Sam 14 Déc 2013 - 22:53

Pour mon département,je cite les chiffres du SNUIPP13, confirmé par ce que j'ai vu sur Marseille et ce qu'on m'a raconté sur Aix. Beaucoup d'écoles étaient fermées. Les Bouches du Rhône sont un cas particulier puisque la section locale du SNUIPP appelait à la grève dès le 14 novembre. La grève des territoriaux a même empêché la mise en place du SMA dans certaines zones.

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Monde : "Vincent Peillon, un ministre fragilisé par les turbulences".

Message par Bouboule le Sam 14 Déc 2013 - 23:03

@atrium a écrit:Pour mon département,je cite les chiffres du SNUIPP13, confirmé par ce que j'ai vu sur Marseille et ce qu'on m'a raconté sur Aix. Beaucoup d'écoles étaient fermées. Les Bouches du Rhône sont un cas particulier puisque la section locale du SNUIPP appelait à la grève dès le 14 novembre. La grève des territoriaux a même empêché la mise en place du SMA dans certaines zones.

ça ne diffuse pas donc...

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum