Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par PauvreYorick le Dim 29 Déc 2013 - 12:55

Anim' : à moins de connaître réellement et dans le détail l'exemple dont tu parles, il serait tout bonnement impossible de savoir si cela a ne serait-ce qu'un rapport avec la conversation actuelle. Et sans détail, il est bien entendu impossible de savoir si ton expression «deux poids deux mesures» décrit la situation (qui seraient les deux poids: les deux frères?), ou si elle décrit seulement ton sentiment.

Par ailleurs, je ne sais pas du tout qui tu nommes «racailles multirécidivistes», mais si tu penses que dans notre beau pays, aucun de ceux qui pourraient être nommés ainsi par un quelconque pékin n'obtient jamais de prison ferme à hauteur de six mois minimum, je crois qu'il serait bon de respirer un grand coup et de sortir du sac plastique où tu as vraisemblablement passé les 26 dernières années Wink

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Anim' le Dim 29 Déc 2013 - 13:08

@PauvreYorick a écrit:Anim' : à moins de connaître réellement et dans le détail l'exemple dont tu parles, il serait tout bonnement impossible de savoir si cela a ne serait-ce qu'un rapport avec la conversation actuelle. Et sans détail, il est bien entendu impossible de savoir si ton expression «deux poids deux mesures» décrit la situation (qui seraient les deux poids: les deux frères?), ou si elle décrit seulement ton sentiment.

Non, des habitués des tribunaux et des "primo bagarreurs"

Par ailleurs, je ne sais pas du tout qui tu nommes «racailles multirécidivistes», mais si tu penses que dans notre beau pays, aucun de ceux qui pourraient être nommés ainsi par un quelconque pékin n'obtient jamais de prison ferme à hauteur de six mois minimum, je crois qu'il serait bon de respirer un grand coup et de sortir du sac plastique où tu as vraisemblablement passé les 26 dernières années Wink

Bah bien sûr... Laughing  C'est aussi le cas de mon mari et de ma fille, policiers, la tête dans le sac. J'avais déjà la tête dans l'sac qd j'habitais la cité ( mes 23 premières années). Allez hop, une tête, un sac et le débat est clos.
Un p'tit sac pour la route ?  Smile 

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par PauvreYorick le Dim 29 Déc 2013 - 13:21

Ah ben s'il suffit d'être nommé «racaille multirécidiviste» par quelqu'un pour échapper à vie à toute peine de prison ferme quoi qu'on fasse, c'est un tuyau qui m'intéresse, j'ai justement grand besoin de braquer quelques banques. Quelqu'un pour me traiter ? Hein ? bounce

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par stench le Dim 29 Déc 2013 - 13:27

@Elyas a écrit:

La piste des anarchistes comme Stench est intéressante. Pour ma part, je suis assez attiré par les idées des objecteurs de croissance.

Les deux sont, à ce que je vois, intimement liés. Beaucoup d'objecteurs de croissance portent aussi des idées libertaires, et la décroissance fait partie du projet anarchiste.


stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par User5899 le Dim 29 Déc 2013 - 13:58

@stench a écrit:les notions de tolérance, respect, égalité, partage défendues par les libertaires sont finalement assez proches de ce que disait le Christ, c'est une forme d'humanisme aussi. Le capitalisme nuirait à cet équilibre et donc voir un anarchisme chrétien, après un premier moment de surprise, n'est pas totalement absurde. Après, dans l'idée d'égalité et de refus des hiérarchie, garder Dieu au-dessus de nous me semble étrange.
On peut faire référence à la personne du Christ en la "déreligionant", d'une certaine façon. Pas sûr que le Christ soit une figure à laquelle tous les Chrétiens se rallieraient aujourd'hui si sa présence était encore physique, pour autant qu'elle l'ait été Rolling Eyes

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par PauvreYorick le Dim 29 Déc 2013 - 14:03

Il se ferait illico excommunier, comme la première fois. Smile

Personne pour me traiter de racaille multirécidiviste? je le répète, j'ai des banques à braquer et j'ai besoin d'une protection magique !

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Tristana le Dim 29 Déc 2013 - 15:58

@Elyas a écrit:Pour en revenir aux réponses d'EU1 et Anim' à ma question sur quoi faire pour faire baisser voire disparaître le chômage, je ne lis que des réponses qui ne fonctionnent pas. Réduire les subvention et l'emploi public ou laisser le marché fonctionner en réduisant l'assistanat. Déjà, cette notion d'assistanat, je me pose toujours la question de ce que c'est. Donner de l'argent pour vivre aux gens sans emploi n'est pas pour moi de l'assistanat, c'est du salut public car si on ne leur permettait pas de se loger/senourrir/se vêtir, ces personnes de plus en plus nombreuses feraient des émeutes et ce serait pire. On est pas dans l'assistanat, on est dans "Du pain et des jeux" pour calmer les foules dont les gouvernants ne savent/veulent pas répondre aux aspirations car ils savent que s'ils y répondaient, le système imploseraient. On le voit d'ailleurs déjà avec le problème des enfants des classes moyennes qui ont des masters, des doctorats et vont bosser au macdo. Les statisticiens anglais parlaient de probo, des prolétaires bourgeois, des gens répondant aux aspirations de la bourgeoisie (travailler à l'école, réussir ses examens, obtenir des diplômes, avoir une culture et des compétences d'élite, respecter les valeurs de la société mais se retrouver au chômage dans sa branche et devoir faire des petits boulots).

Avec la robotisation, la globalisation qui met en concurrence les salariés du monde entier au profit du moindre salaire et du moindre avantage social, le chômage dans les pays riches qui acceptent cette règle de la concurrence du moindre ne peut pas baisser. La seule politique viable à court terme (et c'est une fuite à tombeau ouvert), c'est la politique du pain et des jeux. Regardez par exemple à quel point le foot et les télécrochets sont populaires, sans parler des jeux du cirque que sont les téléréalités d'enfermement, on se croirait au croisement des combats de gladiateurs (on élimine avec le vote de la foule) et des spectacles de petit théâtre romain qui ont fini à la fin de l'époque romaine par devenir quasiment pornographique. On ajoute des sommes ridicules, suffisantes pour nourrir avec des déchets alimentaires les masses populaires (pensez à ce que sont les ingrédients composant les surimis, les lasagnes, les nuggets au poulet et aures merveilles de l'industrie agro-alimentaire) et des logements de lapin, et vous êtes tranquilles. Il est impossible pour nos élites de sortir de ce système sans détruire le système, car même les masses populaires victimes de ce système inique ne veulent pas changer de système. En effet, tout notre système repose sur l'avidité ET sur l'espoir d'assouvir son avidité. Le mythe de la boîte de Pandore en prend un coup car le pire fléau, les Grecs l'avaient laissé enfermé, l'espoir. Le truc qui fait qu'un collègue de techno récemment inscrit vantait les 30 heures de son tuteur car il faisait du 4500 euros par mois, et que pour lui, jeune issu des quartiers, ces 4500 euros, c'était l'espoir d'une vie meilleure, comprenez une vie de consommateur qui assouvit ses désirs.

Alors quel est ce système ? Un professeur de l'université de Bordeaux que j'ai écouté en conférence a expliqué ceci : "La préhistoire a connu deux phases : le paléolithique et le néolithique. Puis, on est passé à l'histoire. Le comportement de l'humanité, elle, est restée au stade du néolithique, càd qu'il est resté préhistorique. Pendant la phase paléolithique, les humains s'accommodaient de leur environnement et avaient une sorte de consommation adaptée qui ne ruinait pas leur environnement (chose vérifiée auprès des peuples vivant encore au stade paléolithique comme en Nouvelle Papouasie ou en Amazonie). Puis, l'humanité a inventé l'agriculture, technique qui lui a permis de contrôler le monde en le transformant. Avec l'agriculture, les humains se sont mis à accumuler. L'avoir est devenu la norme et l'ajout du "toujours plus" son leitmotiv. Par contre, on a inventé l'écriture, on est passé à la phase historique... mais l'homme est resté sur une philosophie accumulative !"

En clair, l'avidité est au coeur de notre système de pensée, de notre société. Prenons l'exemple de Noël, d'une fête de la lumière, de l'espoir d'un retour de la lumière au coeur des ténêbres, on est passé à une fête consummériste. Le ramadan suit la même logique, avec les repas pantagrueliques servies les soirs. Or, dans notre société, réussir signifie avoir plus que les autres, et tout le monde admet cela. Tout le monde rêve d'avoir plus que l'autre. Plus d'argent, une plus belle voiture, un ordinateur plus rapide, plus de rapports sexuels... Bref, le désir doit être assouvi. Or, qui dit réussir, c'est avoir plus que son voisin, dit nécessité d'écarts de richesse. Donc, des riches et des pauvres. Sauf que notre population croît, notre monde n'a jamais eu une telle technologie et tant de productions de richesses, et tout le monde veut y avoir accès. Les riches veulent être plus riches et les pauvres veulent consommer pour avoir plus de pain et de jeux. Donc, les riches délocalisent pour augmenter leurs marges de bénéfices et les pauvres veulent acheter moins cher... beau cercle vicieux qui accroît la pauvreté. Alors, on donne de quoi vivre et un peu consommer aux pauvres pour qu'ils ne se révoltent pas. Sauf que ce genre de système a toujours des moments d'explosion, cela permet de virer une part de frustration des masses laissées dans la pauvreté. Mais le chômage est une constante de notre système. On ne peut pas le réduire. C'est impossible.

Que proposent dès lors nos élites :
- l'extrême-droite propose la chasse aux étrangers. Technique du bouc-émissaire, né dans le Croissant fertile avec l'apparition de l'agriculture.
- la droite propose de réduire les coûts du travail (donc réduire les salaires) et des aides sociales. On est au bord du servage voire de l'esclavage... mais ça, on ne peut pas le dire. Souvent, je plaisante en disant qu'on présentera l'esclavage comme une mesure de progrès si on continue à avoir la propagande actuelle.
- la gauche propose de lâcher plus de leste pour que les masses populaires aient du pain et des jeux à satiété. Genre, des enfants de chômeurs avoir leur iphone 5S avec la coque super-flashy à la mode.
- l'extrême-gauche ne propose que plus de consommation.

Je suis toujours effaré par le discours sur le "pouvoir d'achat", élément central des discours politiques actuels. On croit rêver.

Bref, pour moi, le chômage est une constante de notre système social basé sur le désir, l'accumulation et l'acceptation de l'inégalité pour prouver la réussite par plus d'accumulation.

S'attaquer au problème du chômage, c'est s'attaquer pour de bon à ce qu'est l'homme moderne (enfin néolithique) et proposer une nouvelle voie à l'humanité qui ne soit pas l'accumulation de richesse. Regarder à quel point la croissance économique est devenue l'alpha et l'oméga des discours des élites... je trouve ça d'une tristesse incommensurable.

A noter que ce que je décris sur la mentalité humaine actuelle a des repercussions géographiques. Les gens se regroupent par niveau d'accumulation et refusent d'être mélangés à d'autres car cela génère des envies. Regardez toutes les histoires sur la carte scolaire... C'est assez révélateur.

Alors, Elyas fait un triste constat, sans doute contestable, mais c'est  le sien. La piste des anarchistes comme Stench est intéressante. Pour ma part, je suis assez attiré par les idées des objecteurs de croissance. Mais les pistes proposées par nos partis politiques actuels, vous pouvez y croire... mais ce ne sont que des facteurs de contrôle social pour éviter les explosions sporadiques que le système d'accumulation engendre inévitablement, pas de réelles solutions pour sortir une société du chômage. Surtout pas, d'ailleurs.

Merci pour ce long mais néanmoins très intéressant message.

@Anim' a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Anim' : à moins de connaître réellement et dans le détail l'exemple dont tu parles, il serait tout bonnement impossible de savoir si cela a ne serait-ce qu'un rapport avec la conversation actuelle. Et sans détail, il est bien entendu impossible de savoir si ton expression «deux poids deux mesures» décrit la situation (qui seraient les deux poids: les deux frères?), ou si elle décrit seulement ton sentiment.

Non, des habitués des tribunaux et des "primo bagarreurs"

Par ailleurs, je ne sais pas du tout qui tu nommes «racailles multirécidivistes», mais si tu penses que dans notre beau pays, aucun de ceux qui pourraient être nommés ainsi par un quelconque pékin n'obtient jamais de prison ferme à hauteur de six mois minimum, je crois qu'il serait bon de respirer un grand coup et de sortir du sac plastique où tu as vraisemblablement passé les 26 dernières années Wink

Bah bien sûr... Laughing  C'est aussi le cas de mon mari et de ma fille, policiers, la tête dans le sac. J'avais déjà la tête dans l'sac qd j'habitais la cité ( mes 23 premières années). Allez hop, une tête, un sac et le débat est clos.
Un p'tit sac pour la route ?  Smile 

Et si je te dis que je connais aussi quelqu'un qui bosse à la Justice et qui voit passer des mecs de 25 ans qui ont déjà derrière eux presque 7 ans de prison pour des petits délits, tu me dis quoi ? Que c'est l'exception qui confirme la règle ?

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Anim' le Dim 29 Déc 2013 - 17:02

@Tristana a écrit:
@Elyas a écrit:Pour en revenir aux réponses d'EU1 et Anim' à ma question sur quoi faire pour faire baisser voire disparaître le chômage, je ne lis que des réponses qui ne fonctionnent pas. Réduire les subvention et l'emploi public ou laisser le marché fonctionner en réduisant l'assistanat. Déjà, cette notion d'assistanat, je me pose toujours la question de ce que c'est. Donner de l'argent pour vivre aux gens sans emploi n'est pas pour moi de l'assistanat, c'est du salut public car si on ne leur permettait pas de se loger/senourrir/se vêtir, ces personnes de plus en plus nombreuses feraient des émeutes et ce serait pire. On est pas dans l'assistanat, on est dans "Du pain et des jeux" pour calmer les foules dont les gouvernants ne savent/veulent pas répondre aux aspirations car ils savent que s'ils y répondaient, le système imploseraient. On le voit d'ailleurs déjà avec le problème des enfants des classes moyennes qui ont des masters, des doctorats et vont bosser au macdo. Les statisticiens anglais parlaient de probo, des prolétaires bourgeois, des gens répondant aux aspirations de la bourgeoisie (travailler à l'école, réussir ses examens, obtenir des diplômes, avoir une culture et des compétences d'élite, respecter les valeurs de la société mais se retrouver au chômage dans sa branche et devoir faire des petits boulots).

Avec la robotisation, la globalisation qui met en concurrence les salariés du monde entier au profit du moindre salaire et du moindre avantage social, le chômage dans les pays riches qui acceptent cette règle de la concurrence du moindre ne peut pas baisser. La seule politique viable à court terme (et c'est une fuite à tombeau ouvert), c'est la politique du pain et des jeux. Regardez par exemple à quel point le foot et les télécrochets sont populaires, sans parler des jeux du cirque que sont les téléréalités d'enfermement, on se croirait au croisement des combats de gladiateurs (on élimine avec le vote de la foule) et des spectacles de petit théâtre romain qui ont fini à la fin de l'époque romaine par devenir quasiment pornographique. On ajoute des sommes ridicules, suffisantes pour nourrir avec des déchets alimentaires les masses populaires (pensez à ce que sont les ingrédients composant les surimis, les lasagnes, les nuggets au poulet et aures merveilles de l'industrie agro-alimentaire) et des logements de lapin, et vous êtes tranquilles. Il est impossible pour nos élites de sortir de ce système sans détruire le système, car même les masses populaires victimes de ce système inique ne veulent pas changer de système. En effet, tout notre système repose sur l'avidité ET sur l'espoir d'assouvir son avidité. Le mythe de la boîte de Pandore en prend un coup car le pire fléau, les Grecs l'avaient laissé enfermé, l'espoir. Le truc qui fait qu'un collègue de techno récemment inscrit vantait les 30 heures de son tuteur car il faisait du 4500 euros par mois, et que pour lui, jeune issu des quartiers, ces 4500 euros, c'était l'espoir d'une vie meilleure, comprenez une vie de consommateur qui assouvit ses désirs.

Alors quel est ce système ? Un professeur de l'université de Bordeaux que j'ai écouté en conférence a expliqué ceci : "La préhistoire a connu deux phases : le paléolithique et le néolithique. Puis, on est passé à l'histoire. Le comportement de l'humanité, elle, est restée au stade du néolithique, càd qu'il est resté préhistorique. Pendant la phase paléolithique, les humains s'accommodaient de leur environnement et avaient une sorte de consommation adaptée qui ne ruinait pas leur environnement (chose vérifiée auprès des peuples vivant encore au stade paléolithique comme en Nouvelle Papouasie ou en Amazonie). Puis, l'humanité a inventé l'agriculture, technique qui lui a permis de contrôler le monde en le transformant. Avec l'agriculture, les humains se sont mis à accumuler. L'avoir est devenu la norme et l'ajout du "toujours plus" son leitmotiv. Par contre, on a inventé l'écriture, on est passé à la phase historique... mais l'homme est resté sur une philosophie accumulative !"

En clair, l'avidité est au coeur de notre système de pensée, de notre société. Prenons l'exemple de Noël, d'une fête de la lumière, de l'espoir d'un retour de la lumière au coeur des ténêbres, on est passé à une fête consummériste. Le ramadan suit la même logique, avec les repas pantagrueliques servies les soirs. Or, dans notre société, réussir signifie avoir plus que les autres, et tout le monde admet cela. Tout le monde rêve d'avoir plus que l'autre. Plus d'argent, une plus belle voiture, un ordinateur plus rapide, plus de rapports sexuels... Bref, le désir doit être assouvi. Or, qui dit réussir, c'est avoir plus que son voisin, dit nécessité d'écarts de richesse. Donc, des riches et des pauvres. Sauf que notre population croît, notre monde n'a jamais eu une telle technologie et tant de productions de richesses, et tout le monde veut y avoir accès. Les riches veulent être plus riches et les pauvres veulent consommer pour avoir plus de pain et de jeux. Donc, les riches délocalisent pour augmenter leurs marges de bénéfices et les pauvres veulent acheter moins cher... beau cercle vicieux qui accroît la pauvreté. Alors, on donne de quoi vivre et un peu consommer aux pauvres pour qu'ils ne se révoltent pas. Sauf que ce genre de système a toujours des moments d'explosion, cela permet de virer une part de frustration des masses laissées dans la pauvreté. Mais le chômage est une constante de notre système. On ne peut pas le réduire. C'est impossible.

Que proposent dès lors nos élites :
- l'extrême-droite propose la chasse aux étrangers. Technique du bouc-émissaire, né dans le Croissant fertile avec l'apparition de l'agriculture.
- la droite propose de réduire les coûts du travail (donc réduire les salaires) et des aides sociales. On est au bord du servage voire de l'esclavage... mais ça, on ne peut pas le dire. Souvent, je plaisante en disant qu'on présentera l'esclavage comme une mesure de progrès si on continue à avoir la propagande actuelle.
- la gauche propose de lâcher plus de leste pour que les masses populaires aient du pain et des jeux à satiété. Genre, des enfants de chômeurs avoir leur iphone 5S avec la coque super-flashy à la mode.
- l'extrême-gauche ne propose que plus de consommation.

Je suis toujours effaré par le discours sur le "pouvoir d'achat", élément central des discours politiques actuels. On croit rêver.

Bref, pour moi, le chômage est une constante de notre système social basé sur le désir, l'accumulation et l'acceptation de l'inégalité pour prouver la réussite par plus d'accumulation.

S'attaquer au problème du chômage, c'est s'attaquer pour de bon à ce qu'est l'homme moderne (enfin néolithique) et proposer une nouvelle voie à l'humanité qui ne soit pas l'accumulation de richesse. Regarder à quel point la croissance économique est devenue l'alpha et l'oméga des discours des élites... je trouve ça d'une tristesse incommensurable.

A noter que ce que je décris sur la mentalité humaine actuelle a des repercussions géographiques. Les gens se regroupent par niveau d'accumulation et refusent d'être mélangés à d'autres car cela génère des envies. Regardez toutes les histoires sur la carte scolaire... C'est assez révélateur.

Alors, Elyas fait un triste constat, sans doute contestable, mais c'est  le sien. La piste des anarchistes comme Stench est intéressante. Pour ma part, je suis assez attiré par les idées des objecteurs de croissance. Mais les pistes proposées par nos partis politiques actuels, vous pouvez y croire... mais ce ne sont que des facteurs de contrôle social pour éviter les explosions sporadiques que le système d'accumulation engendre inévitablement, pas de réelles solutions pour sortir une société du chômage. Surtout pas, d'ailleurs.

Merci pour ce long mais néanmoins très intéressant message.

@Anim' a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Anim' : à moins de connaître réellement et dans le détail l'exemple dont tu parles, il serait tout bonnement impossible de savoir si cela a ne serait-ce qu'un rapport avec la conversation actuelle. Et sans détail, il est bien entendu impossible de savoir si ton expression «deux poids deux mesures» décrit la situation (qui seraient les deux poids: les deux frères?), ou si elle décrit seulement ton sentiment.

Non, des habitués des tribunaux et des "primo bagarreurs"

Par ailleurs, je ne sais pas du tout qui tu nommes «racailles multirécidivistes», mais si tu penses que dans notre beau pays, aucun de ceux qui pourraient être nommés ainsi par un quelconque pékin n'obtient jamais de prison ferme à hauteur de six mois minimum, je crois qu'il serait bon de respirer un grand coup et de sortir du sac plastique où tu as vraisemblablement passé les 26 dernières années Wink

Bah bien sûr... Laughing  C'est aussi le cas de mon mari et de ma fille, policiers, la tête dans le sac. J'avais déjà la tête dans l'sac qd j'habitais la cité ( mes 23 premières années). Allez hop, une tête, un sac et le débat est clos.
Un p'tit sac pour la route ?  Smile 

Et si je te dis que je connais aussi quelqu'un qui bosse à la Justice et qui voit passer des mecs de 25 ans qui ont déjà derrière eux presque 7 ans de prison pour des petits délits, tu me dis quoi ? Que c'est l'exception qui confirme la règle ?

Non, qu'il y a quand même des juges qui font leur boulot, parfois. A côté de ça, le multirécidiviste est un mythe, c'est bien connu.  Neutral 

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Tristana le Dim 29 Déc 2013 - 17:11

@Anim' a écrit:Non, qu'il y a quand même des juges qui font leur boulot, parfois. A côté de ça, le multirécidiviste est un mythe, c'est bien connu.  Neutral 

Oui, comme il y a quelques flics qui font parfois leur boulot quand ils ne passent pas leur temps à harceler les noirs et les arabes. Des clichés, je peux t'en sortir aussi Wink 
Le multirécidiviste n'est pas un mythe, mais on ne peut pas mettre quelqu'un en prison pendant 15 ans parce qu'il a volé un iPhone, même si ça fait la 15e fois qu'il le fait et qu'on l'attrape pour ça.
Par ailleurs, aussi bien renseignée que tu l'es, j'imagine que tu n'ignores pas que la prison est l'école du crime. Je te conseille le très bon Un Prophète d'Audiard, si tu ne l'as pas vu : ça passe l'envie d'envoyer les petits délinquants en prison.

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Collier de Barbe le Dim 29 Déc 2013 - 17:16

Mais que notre amie Anim aille passer une après midi à Créteil ou a Bobigny aux audiences de comparution immédiate et on en reparle...

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Maieu le Dim 29 Déc 2013 - 17:25

@Elyas a écrit:
(...) S'attaquer au problème du chômage, c'est s'attaquer pour de bon à ce qu'est l'homme moderne (enfin néolithique) et proposer une nouvelle voie à l'humanité qui ne soit pas l'accumulation de richesse. Regarder à quel point la croissance économique est devenue l'alpha et l'oméga des discours des élites... je trouve ça d'une tristesse incommensurable. (...)

S'attaquer à quoi, exactement, et comment ?

Maieu
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Anim' le Dim 29 Déc 2013 - 17:27

@Tristana a écrit:
@Anim' a écrit:Non, qu'il y a quand même des juges qui font leur boulot, parfois. A côté de ça, le multirécidiviste est un mythe, c'est bien connu.  Neutral 

Oui, comme il y a quelques flics qui font parfois leur boulot quand ils ne passent pas leur temps à harceler les noirs et les arabes. Des clichés, je peux t'en sortir aussi Wink 
Le multirécidiviste n'est pas un mythe, mais on ne peut pas mettre quelqu'un en prison pendant 15 ans parce qu'il a volé un iPhone, même si ça fait la 15e fois qu'il le fait et qu'on l'attrape pour ça.
Par ailleurs, aussi bien renseignée que tu l'es, j'imagine que tu n'ignores pas que la prison est l'école du crime. Je te conseille le très bon Un Prophète d'Audiard, si tu ne l'as pas vu : ça passe l'envie d'envoyer les petits délinquants en prison.


Entre une sanction virtuelle ( comme les mises a l'épreuve ) et tes 15 ans de taule, y'aurais pas un juste milieu ? Pour plusieurs vols avec violences et la quasi absence de peine par exemple ?
La prison soit l'école du crime, et alors ? La cité aussi. Pas besoin de passer par la case prison pour devenir un criminel, qd on y va c'est dans la plupart du temps qu'on en est un confirmé. Je ne te parle pas du voleur de poule, mais de la vraie racaille (mythologique) des cités.

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 12:29

Les premiers responsables du chômage ce sont les patrons, les actionnaires (je parle des grands groupes pas des TPE/TPME) refus d'embaucher, licenciements....
Après l'Etat a pris de mauvaises solutions: l'ANI, la flexsécurité...bref que des mesures en faveur des grands groupes pas des travailleurs
Les subventions et les aides concernent trop les grands groupes par rapport au PME/TPME idem pour les cotisations: je comprends les difficultés des petits artisans, petites boîtes alors que des grosses boîtes du CAC 40 ne payent quasi aucune cotisation....
D'où la nécessité d'une vraie chasse à la fraude fiscale chez les grosses boîtes et les particuliers!
Quant aux emplois aidés est-ce vraiment une bonne solution? Je ne sais pas
Par contre le Service Public peut être facteur de création d'emploi pour un service public de qualité: Education, Hôpitaux, SNCF, Impôts, Police (à quand le retour de la police de proximité?), territoriaux
Bref faut aller chercher les sous là où ils sont, mais ça faut une vraie volonté politique

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 12:31

Faut construire plus de prisons
Embaucher plus de gardiens
Ca fera du boulot!!! diable 

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 12:34

@Anim' a écrit:
@Elyas a écrit:
@Anim' a écrit:Ca devait être tellement meilleur avec les socialistes, les lendemains qui chantent avec le camp du bien tout ça.... on s'en rend compte tout les jours. C'était sans doute pas le paradis avec la droite, mais c'est l'enfer avec ce gouvernement d'amateurs (modéré)
A côté de ça, celui qui attend le bonheur par l'Etat faut le prévenir que son attente est vaine.

Sans provocation aucune, que devrait-on faire pour résorber le chômage en France ? Je suis très intéressé par les réponses car dans mon milieu d'origine, les gens crèvent du chômage et de ses solutions de remédiation depuis trente ans.

Bah, je n'ai pas de solution miracle. Je me base sur ce que je vois autour de moi et pour prendre un exemple, moins taxer les entreprises ce serait déjà un pas. Je ne parle des entreprises du CAC mais celles qui sont réellement notre richesse, les PME/TPME, approximativement plus de 90% des entreprises. J'en ai pas mal autour de moi, ce ne sont pas "riches", juste des gens qui bossent et qui stagnent car trop taxé. On pourrait aussi faire le tri dans le fonctionnariat. La Défense, l'Intérieur, la Santé, l'Ecole, la justice on ne touche pas ( quoique la justice...le mur des cons...). Moins d'assistanat, mais de l'assistance au besoin. Cesser de subventionner tout et n'importe quoi, les syndicats, certaines assoc's lucratives sans but, la culture....
Mon milieu d'origine est certainement le même que le vôtre. Famille arrivé en France en 59 avec pour capital une casserole et 3 jeunes enfants, logés dans des wagons désaffectés puis dans un HLM tout confort pour l'époque. La famille s'est agrandie, 7 enfants ( je suis n°5), papa travaillait, maman s'occupait de nous. Ma famille a tjrs fait face a l'adversité et nous as appris que dans la vie rien n'est gratuit, qu'un tient vaux mieux que deux tu l'auras, que tout se mérite que l'honnêteté ça s'apprend et ça se transmet, ils nous ont montré l'exemple et nous avons tous un métier. Mes parents sont quasi illettrés, la guerre....ma génération a appris le minimum vitale à l'école ( merci a mes profs  Very Happy  ). la troisième génération fait des études, Bac+2, Sorbonne...Je crois que qu'en on veut vraiment, on peut et que la volonté est le meilleur des moyens.
quel beau programme! Ca fait rêver
C a vient de Maggy, Ronald,UMP-JFC,MLP?

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 12:45

@neo a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Evidemment, puisque l'Etat est aux ordres de Bruxelles.
Franchement, nous sommes nombreux ici à répéter que l'UMP et le PS mènent des politiques économiques très comparables et inféodées aux directives européennes. Ce n'est pas étonnant que rien ne change.
+ 1 ! C'est bien là le fond du problème.
Malheureusement, beaucoup (ps/eelv/ump/centre) en restent à la surface, et ne remettent pas en cause le dogme de la soumission aux directives européennes d'austérité.
Certes mais n'oubliez pas les grands groupes du CAC 40....Eux sont les premiers responsables et la Finance
J' ai regardé le Capital (le livre je l'avais lu  Very Happy ) de Costa-Gavras très bon descriptif des requins de la finance  

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par egomet le Lun 30 Déc 2013 - 14:56

@Jim Thompson a écrit:Les premiers responsables du chômage ce sont les patrons, les actionnaires (je parle des grands groupes pas des  TPE/TPME) refus d'embaucher, licenciements....
Après l'Etat a pris de mauvaises solutions: l'ANI, la flexsécurité...bref que des mesures en faveur des grands groupes pas des travailleurs
Les subventions et les aides concernent trop les grands groupes par rapport au PME/TPME idem pour les cotisations: je comprends les difficultés des petits artisans, petites boîtes alors que des grosses boîtes du CAC 40 ne payent quasi aucune cotisation....
D'où la nécessité d'une vraie chasse à la fraude fiscale chez les grosses boîtes et les particuliers!
Quant aux emplois aidés est-ce vraiment une bonne solution? Je ne sais pas
Par contre le Service Public peut être facteur de création d'emploi pour un service public de qualité: Education, Hôpitaux, SNCF, Impôts, Police (à quand le retour de la police de proximité?), territoriaux
Bref faut aller chercher les sous là où ils sont, mais ça faut une vraie volonté politique
Beaucoup d'erreurs.

D'abord, il ne suffit pas de prendre l'argent là où il est. L'argent n'a pas de valeur en soi. Il n'est qu'un symbole d'une richesse qu'il faut d'abord produire. Oublier cette vérité toute simple, c'est tomber dans une pensée magique.
Les patrons savent bien que pour faire du profit, il faut des employés qui travaillent, ou, en terme marxistes, il faut des gens à exploiter. Mais ce qui fera la différence et qui peut les amener à licencier, c'est l'efficacité dudit travail. On ne licencie pas pour le plaisir. Au contraire! L'intérêt fondamental des patrons serait d'avoir encore plus de gens à exploiter. Pourquoi ne le font-ils pas? Parce que le coût du travail est artificiellement élevé et qu'il faut payer beaucoup d'autres choses que ce pour quoi on a embauché le travailleur. La différence entre le salaire perçu par l'employé et ce que paie le patron est énorme. En pratique, c'est près du double. Ça peut être moins si on joue sur des niches fiscales, mais c'est toute façon très élevé. En gros, pour qu'un employé puisse être embauché, il faut qu'il puisse produire deux fois plus de richesses que ce qu'on va lui donner réellement. Si ce n'est pas possible, on n'embauche pas. Et je ne parle même pas du coût de l'outil de production, des frais de gestions, encore moins de profit.
Les emplois aidés sont une erreur, parce que pour financer un poste d'utilité douteuse, on doit prélever plus d'impôts et mettre en danger d'autres emplois. Même chose pour les fonctionnaires. On doit embaucher un fonctionnaire parce qu'il est utile, pas pour caser un électeur quelque part.

Quant aux grandes entreprises, il faut nuancer.
Il est vrai qu'elles sont beaucoup plus aptes que les autres à profiter d'avantages fiscaux. Et c'est scandaleux. Mais ça ne tient pas seulement au lobbying. Ça tient aussi à la complexité de la fiscalité. Pour s'y retrouver, il faut des équipes de spécialistes, ce qui défavorise d'emblée, les petites structures. Si on veut favoriser les petites entreprises, il faut clarifier la fiscalité, arrêter de créer de nouveaux impôts et renoncer à influencer les orientations économiques par de subtils ajustements.
Ensuite, je rappelle que les multinationales paient des impôts dans chaque pays où elles sont implantées. La France ne peut prétendre à aucune exclusivité. Même si elle le voulait, elle n'y arriverait pas. Commercer avec la France n'est pas une nécessité absolue.
Surtout, il ne faut pas trop fantasmer sur leurs extraordinaires profits. Quand on voit dans les journaux des bénéfices qui se chiffrent en milliards, il faut garder à l'esprit que ça correspond souvent à des chiffres d'affaires qui dépassent la centaine de milliards, et donc à des taux de marge très faibles. C'est le cas, par exemple de l'automobile ou du pétrole. Rappelons-nous aussi que nous conspuons ces mêmes entreprises quand elles sont en déficit. Il faudrait savoir ce qu'on veut! Par ailleurs ces profits sont à mettre en relation avec le nombre d'employés et de clients. On peut aussi les comparer aux investissements. Un plateforme off-shore, c'est plusieurs milliards aussi. C'est bien utile d'avoir quelques bénéfices.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 15:37

Merci Monsieur MEDEF/UMP
Faudra aller l'expliquer aux salariés virés pour raisons économiques, parce que la boîte ne rapporte pas assez aux yeux des actionnaires...

C'est vrai qu'on fantasme trop sur les profits de Total ou LVMH....
Quant à l'automobile, t'iras discuter avec les gars d'Aulnay.......tu leur expliqueras.....
bref...

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par egomet le Lun 30 Déc 2013 - 18:51

@Jim Thompson a écrit:Merci Monsieur MEDEF/UMP
Faudra aller l'expliquer aux salariés virés pour raisons économiques, parce que la boîte ne rapporte pas assez aux yeux des actionnaires...

C'est vrai qu'on fantasme trop sur les profits de Total ou LVMH....
Quant à l'automobile, t'iras discuter avec les gars d'Aulnay.......tu leur expliqueras.....
bref...
Je suis désolé pour ceux qui se retrouvent au chômage, mais c'est ainsi.
Si la boîte coulait purement et simplement, ce serait encore pire.
Les politiques de lutte contre le chômage ont été des échecs systématiques depuis 40 ans, mais les politiciens n'ont jamais manqué de se trouver des boucs émissaires.

Dans un licenciement économique, effectivement, la boîte ne rapporte pas assez aux yeux des actionnaires, par rapport à d'autres opportunités, par exemple en produisant ailleurs. Pourquoi voudriez-vous qu'un actionnaire accorde la préférence à un ouvrier français plutôt qu'un un ouvrier polonais ou chinois? Eux aussi ont le droit d'accéder à la prospérité.
Ça peut aussi être pour réaliser des gains de productivité, grâce à la technologie. Voudriez-vous qu'on renonce au progrès, pour maintenir l'emploi en l'état?

Soit dit en passant, je ne suis pas plus que ça sympathisant de l'UMP, même sur le plan économique. J'ai pu voter pour eux, parce que je trouve que le PS est encore pire, mais c'est tout. Ils sont beaucoup trop interventionnistes, à distribuer l'argent public à certaines entreprises, plutôt que de créer des conditions favorables aux affaires. Ce n'est pas à un gouvernement de décider ce qui doit être produit et quels secteurs méritent d'être soutenus.
Quant au MEDEF, il a raison quand il souligne la fiscalité excessive, et beaucoup moins quand il essaie de faire passer leurs intérêts pour l'intérêt général.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par egomet le Lun 30 Déc 2013 - 18:59

Pour Total, quelques chiffres:
http://total.com/fr/groupe/vue-ensemble/chiffres-cles

Résultat net en 2012: 12 milliards
Chiffre d'affaire: 200 milliards
Investissement: 23 milliards

Les proportions n'ont vraiment rien de scandaleux.
Avec une présence dans 130 pays, quelle part du gâteau pourrait revenir à la France?

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 21:07

@egomet a écrit:
@Jim Thompson a écrit:Merci Monsieur MEDEF/UMP
Faudra aller l'expliquer aux salariés virés pour raisons économiques, parce que la boîte ne rapporte pas assez aux yeux des actionnaires...

C'est vrai qu'on fantasme trop sur les profits de Total ou LVMH....
Quant à l'automobile, t'iras discuter avec les gars d'Aulnay.......tu leur expliqueras.....
bref...
Je suis désolé pour ceux qui se retrouvent au chômage, mais c'est ainsi.
Si la boîte coulait purement et simplement, ce serait encore pire.ça doit faire 30 ans que je l'entends celle là, les patrons sont trop bons avec le peuple
Les politiques de lutte contre le chômage ont été des échecs systématiques depuis 40 ans, mais les politiciens n'ont jamais manqué de se trouver des boucs émissaires.idem pour les patrons, les fameuses "charges" le coût trop élevés du travail.....

Dans un licenciement économique, effectivement, la boîte ne rapporte pas assez aux yeux des actionnaires, par rapport à d'autres opportunités, par exemple en produisant ailleurs. Pourquoi voudriez-vous qu'un actionnaire accorde la préférence à un ouvrier français plutôt qu'un un ouvrier polonais ou chinois? Eux aussi ont le droit d'accéder à la prospérité. moi je n'oppose pas les ouvriers d'un pays aux autres j'oppose les patrons aux ouvriers, peu importe leurs nationalités, un travailleur français a plus de points communs avec un travailleur roumains qu'avec un patron français, les actionnaires ça c'est un ennemi de classe
Ça peut aussi être pour réaliser des gains de productivité, grâce à la technologie. Voudriez-vous qu'on renonce au progrès, pour maintenir l'emploi en l'état?non je ne suis pas réactionnaire, grâce au progrès on peut produire plus donc être plus productif donc augmenter la part du travail face au capital

Soit dit en passant, je ne suis pas plus que ça sympathisant de l'UMP, même sur le plan économiquet'en as pourtant le discours. J'ai pu voter pour eux, parce que je trouve que le PS est encore pire, mais c'est tout. Ils sont beaucoup trop interventionnistes, à distribuer l'argent public à certaines entreprises, plutôt que de créer des conditions favorables aux affaires. Ce n'est pas à un gouvernement de décider ce qui doit être produit  et quels secteurs méritent d'être soutenus.
Quant au MEDEF, il a raison (impossible)quand il souligne la fiscalité excessive, et beaucoup moins quand il essaie de faire passer leurs intérêts pour l'intérêt généralc'est ce qu'ils font tout le temps.

Sinon
Le chômage c'est une arme dont se sert le patronat pour faire pression sur les travailleurs, pour les diviser, les opposer, leur faire accepter toutes les mesures scélérates.....
La crise qu'on voit dans l'automobile, c’est une crise du taux de profit, il a un peu baissé donc pour maintenir ses fortunes, on pressure un peu plus les travailleurs (hausse du temps de travail sans hausse de salaire) pour répartir toujours plus les bénéfices du côté Capital/Finance contre la part Travail, bref on pressure pour maintenir alors que pendant des années ils se sont bien enrichis et ils continuent
Il faut voir les fortunes personnelles de s grands patrons et des actionnaires, lever le secret bancaire pour connaître véritablement le niveau de leur fortune gagné sur l'exploitation des travailleurs
D’ailleurs une partie de leurs fortunes personnelles pourraient retourner dans les caisses de l'entreprise

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 21:09

@egomet a écrit:Pour Total, quelques chiffres:
http://total.com/fr/groupe/vue-ensemble/chiffres-cles

Résultat net en 2012: 12 milliards
Chiffre d'affaire: 200 milliards
Investissement: 23 milliards

Les proportions n'ont vraiment rien de scandaleux.
Avec une présence dans 130 pays, quelle part du gâteau pourrait revenir à la France?
beaucoup
et pareil pour les pays d'Afrique où le pétrole est exploité mais où la population n'en voit pas la couleur

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par egomet le Lun 30 Déc 2013 - 23:26

@Jim Thompson a écrit:
@egomet a écrit:Pour Total, quelques chiffres:
http://total.com/fr/groupe/vue-ensemble/chiffres-cles

Résultat net en 2012: 12 milliards
Chiffre d'affaire: 200 milliards
Investissement: 23 milliards

Les proportions n'ont vraiment rien de scandaleux.
Avec une présence dans 130 pays, quelle part du gâteau pourrait revenir à la France?
beaucoup
et pareil pour les pays d'Afrique où le pétrole est exploité mais où la population n'en voit pas la couleur


La part disponible dans cette affaire n'est que de 12 milliards. Soyons généreux (ou cupides selon le point de vue) et emparons-nous aussi de la rémunération du PDG et des cadres dirigeants (puisque ce sont des ennemis de classe). Ça doit faire quelques dizaines de millions supplémentaires. Répartissons-les entre les 130 pays. Admettons que la France puisse saisir une part plus grosse que les autres, parce que le siège social est chez nous. Ça nous fait quoi? 400 millions? 500 millions? Par rapport aux déficits de l’État, c'est très peu de choses.

Mais de toute façon, je n'espère pas vous convaincre, puisque tout ce que je pourrais dire serait interprété comme le conditionnement idéologique d'un ennemi de classe. A moins que ma fortune ne me désigne plutôt comme un social-traître.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Lun 30 Déc 2013 - 23:37

@egomet a écrit:
@Jim Thompson a écrit:
@egomet a écrit:Pour Total, quelques chiffres:
http://total.com/fr/groupe/vue-ensemble/chiffres-cles

Résultat net en 2012: 12 milliards
Chiffre d'affaire: 200 milliards
Investissement: 23 milliards

Les proportions n'ont vraiment rien de scandaleux.
Avec une présence dans 130 pays, quelle part du gâteau pourrait revenir à la France?
beaucoup
et pareil pour les pays d'Afrique où le pétrole est exploité mais où la population n'en voit pas la couleur


La part disponible dans cette affaire n'est que de 12 milliards. Soyons généreux (ou cupides selon le point de vue) et emparons-nous aussi de la rémunération du PDG et des cadres dirigeants (puisque ce sont des ennemis de classe). Ça doit faire quelques dizaines de millions supplémentaires. Répartissons-les entre les 130 pays. Admettons que la France puisse saisir une part plus grosse que les autres, parce que le siège social est chez nous. Ça nous fait quoi? 400 millions? 500 millions? Par rapport aux déficits de l’État, c'est très peu de choses.

Mais de toute façon, je n'espère pas vous convaincre, puisque tout ce que je pourrais dire serait interprété comme le conditionnement idéologique d'un ennemi de classe. A moins que ma fortune ne me désigne plutôt comme un social-traître.
Voilà, c'est pas top mais ça ferait du bien à la sécu
(...) le "social-traître" c'est plutôt le PS qui fait une politique anti-ouvrière soutenue par des syndicats traîtres tout en s'étant fait élire en disant "mon ennemi c'est la fiance" toi tu rentres plus dans la cases ennemis de classes (car chantre de la classe dirigeante)
En tout cas c'est pas ça qui fera baisser le chômage
Un boulot pour tous, avec un salaire décent pour vivre correctement, se loger correctement et avoir des loisirs
Retour à l'Etat Providence

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par egomet le Mar 31 Déc 2013 - 1:16

Au moins, comme ça, c'est clair.

Juste pour préciser, quand tu parles de retour à l'Etat Providence, je suppose que tu ne veux pas parler de l'Etat Providence de l'ère Mitterrand, parce que, dans le style baisse du chômage, c'était déjà pas terrible...
Je me trompe?

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chômage : le pari perdu de François Hollande.

Message par Jim Thompson le Mar 31 Déc 2013 - 8:51

Exactement
Un État Providence "idéal" avec quelques renationalisations....

_________________
CAPA/CAPN: SNES CTA/CTM: FSU

Jim Thompson
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum