Où s'arrête la liberté d'expression ?

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par Dwarf le Dim 12 Jan 2014 - 21:37

Marie-Anne, que penses-tu de la lecture de "l'humour qui n'en est pas" que manifeste ce sketch d'hier soir?

http://www.programme-tv.net/news/tv/47154-le-sketch-provoc-nicolas-bedos-dieudonne-video/

Et dans sa version intégrale, qui démonte le système Dieudonné :



Dernière édition par Dwarf le Dim 12 Jan 2014 - 22:09, édité 4 fois

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 21:44

@Dwarf: il n'y a aucun problème dans le fait d'utiliser l'un ou l'autre concept; la seule chose importante à mes yeux est de remarquer qu'il y en a deux Smile

Pour l'amour de la précision,
MarieAnne a écrit:Bien sûr, il y a des propos qui, sous couvert d'humour ou pas, ne tombent pas sous le coup de la loi (cf. ton exemple avec Bedos); quant-aux autres qui seraient condamnables, tu y mets une exception (que je comprends tout à fait). Tu précises que l'exception est constituée quand on a bien compris que ces propos ne sont pas assumés: cela implique de croire, de penser, de supposer avec bienveillance, que cela n'est pas assumé.
Non, on ne peut pas d'abord diviser les propos en «qui ne tombent pas sous le coup de la loi» et «condamnables» pour ensuite dire qu'au sein des condamnables, il y en a qui ne tombent pas sous le coup de la loi Very Happy
Je pense que la source du malentendu sur ce point est que je prenais, précédemment, «propos» au sens abstrait («le propos de ce texte est de dire que...»), et non au sens concret (les mots effectivement prononcés, verbatim).


Dernière édition par PauvreYorick le Lun 13 Jan 2014 - 1:51, édité 1 fois

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Dim 12 Jan 2014 - 23:06

@PauvreYorick a écrit: Non, on ne peut pas d'abord diviser les propos en «qui tombent sous le coup de la loi» et «condamnables» pour ensuite dire qu'au sein des condamnables, il y en a qui ne tombent pas sous le coup de la loi Very Happy
Tu me rassures!  Razz  

@PauvreYorick a écrit: Je pense que la source du malentendu sur ce point est que je prenais, précédemment, «propos» au sens abstrait («le propos de ce texte est de dire que...»), et non au sens concret (les mots effectivement prononcés, verbatim).
Donc tu ne te bases pas sur ce qui est dit, mais sur ce que cela veut dire. N'est-ce pas encore plus périlleux?

@PauvreYorick a écrit:  Non, tu tiens absolument à refourguer le mot «humour» dans ma position alors que la seule chose que je soutiens est qu'il faut l'expulser totalement.   Tout ce que je dis, c'est que si un propos est condamnable, il l'est alors sous toutes ses formes.

@PauvreYorick a écrit: Mais je continue à trouver qu'il n'y a aucune raison de supposer que l'humour doit appeler un régime spécial de limitation (c'est à ce moment-là qu'on se retrouverait avec les ennuis afférents à l'obligation de le définir juridiquement).

Alors ne parlons plus d'humour, parlons d'art, si tu es d'accord pour inclure les spectacles humoristiques dans l'art. Je n'ai plus la référence exacte, parlons d'un happening qui met en scène quelqu'un qui fait ses besoins sur quelqu'un d'autre. Le propos est-il de choquer, de dénoncer et/ou (l'un n'exclut pas l'autre) a-t-on affaire à une représentation qui ne respecte pas la dignité humaine?
Doit-on la limiter la liberté d'expression artistique en faisant appliquer strictement la loi?

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 23:18

MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit: Je pense que la source du malentendu sur ce point est que je prenais, précédemment, «propos» au sens abstrait («le propos de ce texte est de dire que...»), et non au sens concret (les mots effectivement prononcés, verbatim).
Donc tu ne te bases pas sur ce qui est dit, mais sur ce que cela veut dire. N'est-ce pas encore plus périlleux?
Je dirais que non. D'ailleurs, ce qui «est dit», c'est ce que ça veut dire. En anglais, on comprend mieux: what is said is what is meant (sauf évidemment maladresse insigne d'expression ou ambiguïté volontaire). C'est non pas plus périlleux, mais moins, en fait: ça veut dire (et c'est le cas, même s'il existe sans doute des exemples de cafouillages) qu'on ne condamne pas un propos littéral à moins de s'être assuré que ce qu'il veut dire (bref le propos réel) constitue non seulement une opinion mais un délit. Ici, c'est «s'être assuré» qui est important. Dans un régime où le doute profite à l'accusé, c'est bien plutôt une garantie qu'un risque pour lui.
MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit: Mais je continue à trouver qu'il n'y a aucune raison de supposer que l'humour doit appeler un régime spécial de limitation (c'est à ce moment-là qu'on se retrouverait avec les ennuis afférents à l'obligation de le définir juridiquement).
Alors ne parlons plus d'humour, parlons d'art, si tu es d'accord pour inclure les spectacles humoristiques dans l'art. Je n'ai plus la référence exacte, parlons d'un happening qui met en scène quelqu'un qui fait ses besoins sur quelqu'un d'autre. Le propos est-il de choquer, de dénoncer et/ou (l'un n'exclut pas l'autre) a-t-on affaire à une représentation qui ne respecte pas la dignité humaine?
Doit-on la limiter la liberté d'expression artistique en faisant appliquer strictement la loi?
Il me semble que notre (apparent?) désaccord tient à notre appréciation différente de ce qu'est une «application stricte» de la loi. Dans l'exemple que tu proposes (que je suis parfaitement d'accord pour considérer équivalent), il me semble qu'en application stricte de la loi, il faudrait justement, pour condamner, réussir à prouver que le happening en question constitue effectivement une atteinte à la dignité humaine. Si c'en est une, que ce soit une atteinte artistique à la dignité humaine n'y change rien. Maintenant, comme c'est un happening, il est délicat de prouver que c'en est une, d'atteinte (atteinte artistique ou non, on s'en fiche). En l'occurrence, quand je dis «délicat», j'estime plus précisément que ça doit être à peu près impossible. Et sans doute, entre autres, parce que, très probablement, dans l'exemple que tu donnes, ce n'en est pas une.

Seul cas qui, à ma connaissance, a fait polémique dans ce cadre: le lancer de nains. (Eh oui!) Il est interdit de lancer des nains, et interdit à un nain de se faire lancer.

Pour revenir au dernier post de Dwarf qui recentre bien les choses, si le sketch de Nicolas Bedos a un intérêt, il est dans le premier extrait (en noir et blanc artificiel) ((la suite et ce qui précède m'insupportent, perso, mais ça n'engage que moi)); la qualité d'artiste ou d'humoriste étant, après tout, la chose du monde la plus facile à revendiquer, s'il suffit de faire un clin d'oeil avant et après chaque horreur qu'on dit pour bénéficier d'un régime privilégié de liberté illimitée d'expression, c'est un peu facile Smile

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Dim 12 Jan 2014 - 23:27

@PauvreYorick a écrit: Il me semble que notre (apparent?) désaccord tient à notre appréciation différente de ce qu'est une «application stricte» de la loi. Dans l'exemple que tu proposes (que je suis parfaitement d'accord pour considérer équivalent), il me semble qu'en application stricte de la loi, il faudrait justement, pour condamner, réussir à prouver que le happening en question constitue effectivement une atteinte à la dignité humaine. Si c'en est une, que ce soit une atteinte artistique à la dignité humaine n'y change rien. Maintenant, comme c'est un happening, il est délicat de prouver que c'en est une, d'atteinte (atteinte artistique ou non, on s'en fiche). En l'occurrence, quand je dis «délicat», j'estime plus précisément que ça doit être à peu près impossible. Et sans doute, entre autres, parce que, très probablement, dans l'exemple que tu donnes, ce n'en est pas une.

Eh bien, pour moi c'est tout aussi "délicat" à prouver pour un happening que pour un spectacle humoristique, précisément parce que le fait a eu lieu pendant une performance artistique...

@PauvreYorick a écrit: Seul cas qui, à ma connaissance, a fait polémique dans ce cadre: le lancer de nains. (Eh oui!) Il est interdit de lancer des nains, et interdit à un nain de se faire lancer.

Et un non-nain, lui, il peut?  boulet 

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 23:31

MarieAnne a écrit:Et un non-nain, lui, il peut?
Sauf erreur, tout à fait. Mais c'est beaucoup plus délicat à mettre en place, et si ça se trouve, plus périlleux. Smile

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Dim 12 Jan 2014 - 23:31

@PauvreYorick a écrit: Pour revenir au dernier post de Dwarf qui recentre bien les choses, si le sketch de Nicolas Bedos a un intérêt, il est dans le premier extrait (en noir et blanc artificiel) ((la suite et ce qui précède m'insupportent, perso, mais ça n'engage que moi)); la qualité d'artiste ou d'humoriste étant, après tout, la chose du monde la plus facile à revendiquer, s'il suffit de faire un clin d'oeil avant et après chaque horreur qu'on dit pour bénéficier d'un régime privilégié de liberté illimitée d'expression, c'est un peu facile Smile

D'accord avec toi mais nous voilà revenus au point de départ...où commence et où s'arrête l'humour?  Razz

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Dim 12 Jan 2014 - 23:34

@PauvreYorick a écrit:
MarieAnne a écrit:Et un non-nain, lui, il peut?
Sauf erreur, tout à fait. Mais c'est beaucoup plus délicat à mettre en place, et si ça se trouve, plus périlleux. Smile
En voilà une loi discriminatoire!

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 23:38

MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit: Il me semble que notre (apparent?) désaccord tient à notre appréciation différente de ce qu'est une «application stricte» de la loi. Dans l'exemple que tu proposes (que je suis parfaitement d'accord pour considérer équivalent), il me semble qu'en application stricte de la loi, il faudrait justement, pour condamner, réussir à prouver que le happening en question constitue effectivement une atteinte à la dignité humaine. Si c'en est une, que ce soit une atteinte artistique à la dignité humaine n'y change rien. Maintenant, comme c'est un happening, il est délicat de prouver que c'en est une, d'atteinte (atteinte artistique ou non, on s'en fiche). En l'occurrence, quand je dis «délicat», j'estime plus précisément que ça doit être à peu près impossible. Et sans doute, entre autres, parce que, très probablement, dans l'exemple que tu donnes, ce n'en est pas une.

Eh bien, pour moi c'est tout aussi "délicat" à prouver pour un happening que pour un spectacle humoristique, précisément parce que le fait a eu lieu pendant une performance artistique...
Pour moi aussi: sur ce point nous sommes donc entièrement d'accord. Mais la reconnaissance de la difficulté de constituer un délit dans toute une catégorie de cas n'équivaut pas du tout à l'instauration d'une limite différente à la liberté d'expression pour les cas en question.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 23:41

MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit: Pour revenir au dernier post de Dwarf qui recentre bien les choses, si le sketch de Nicolas Bedos a un intérêt, il est dans le premier extrait (en noir et blanc artificiel) ((la suite et ce qui précède m'insupportent, perso, mais ça n'engage que moi)); la qualité d'artiste ou d'humoriste étant, après tout, la chose du monde la plus facile à revendiquer, s'il suffit de faire un clin d'oeil avant et après chaque horreur qu'on dit pour bénéficier d'un régime privilégié de liberté illimitée d'expression, c'est un peu facile Smile

D'accord avec toi mais nous voilà revenus au point de départ...où commence et où s'arrête l'humour?  Razz
La seule différence entre toi et moi, c'est que je n'appelle pas ça la question des limites de l'humour (à cause du danger de confusion entre les deux sens du terme que j'ai pointés plus haut), mais tout simplement la question de la difficulté (générale et non propre uniquement aux spectacles, aux oeuvres d'art, à l'humour) d'interpréter correctement un propos quelconque. (Même un article de journal sans prétention artistique peut être mal compris.)

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Dim 12 Jan 2014 - 23:49

@PauvreYorick a écrit: La seule différence entre toi et moi, c'est que je n'appelle pas ça la question des limites de l'humour (à cause du danger de confusion entre les deux sens du terme que j'ai pointés plus haut), mais tout simplement la question de la difficulté (générale et non propre uniquement aux spectacles, aux oeuvres d'art, à l'humour) d'interpréter correctement un propos quelconque. (Même un article de journal sans prétention artistique peut être mal compris.)

Disons plutôt "la question des limites de l'art". Ok il est difficile d’interpréter (et surtout d'attaquer) un propos quelconque, mais c'est d'autant plus difficile pour l'art (qui peut aisément se réfugier derrière une pancarte "c'est de l'art")! (non?  Wink )

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 23:50

Sûrement, ça ajoute des difficultés spécifiques à celles qui existent déjà un peu partout, ça je suis bien d'accord. Mais je continue à décrire ça comme une question d'application des principes plutôt que comme une question d'exception aux principes ou d'étendue des principes Smile

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Dim 12 Jan 2014 - 23:52

MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
MarieAnne a écrit:Et un non-nain, lui, il peut?
Sauf erreur, tout à fait. Mais c'est beaucoup plus délicat à mettre en place, et si ça se trouve, plus périlleux. Smile
En voilà une loi discriminatoire!
Oui, en un sens; elle sanctionne et d'une certaine façon reconduit la différence qu'elle interdit d'exploiter commercialement. Ça avait fait un foin pas possible à l'époque.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Dim 12 Jan 2014 - 23:59

@PauvreYorick a écrit:Mais je continue à décrire ça comme une question d'application des principes plutôt que comme une question d'exception aux principes ou d'étendue des principes Smile

D'accord mais, à la fin, faudrait savoir ce que l'on veut. L'art ou les principes? Si l'on applique nos lois, on va nécessairement mettre en péril l'art, puisque celui-ci repose en partie sur une grande liberté d'expression. Regarde, on ne peut déjà plus lancer de nains! Pire, on ne peut plus être lancé en tant que nain! Very Happy 
Si l'on veut concilier art et principes, cela nécessite à un moment donné de définir l'art (mais aussi l'humour).

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par Dwarf le Lun 13 Jan 2014 - 0:00

Au passage, autre sketch de Devos, que des zozos prennent au premier degré...


_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Lun 13 Jan 2014 - 0:01

@PauvreYorick a écrit: Oui, en un sens; elle sanctionne et d'une certaine façon reconduit la différence qu'elle interdit d'exploiter commercialement. Ça avait fait un foin pas possible à l'époque.
Et surtout, moi, en tant que non-naine, je ne suis pas protégée par la loi !  Razz 

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Lun 13 Jan 2014 - 0:02

J'essaie de comprendre pourquoi les considérations qui me semblent régler complètement la question te semblent, à toi, la laisser entièrement intacte, et je n'arrive pas bien à voir.

C'est le travail des juges, dans les cas dont ils ont à connaître, de savoir si tel propos (quelles que soient les circonstances dans lesquels il est formulé, dont ils tiendront évidemment compte, mais qui n'influent pas nécessairement sur le fait qu'ils aient à se prononcer dessus) contrevient à la loi. Cela ne leur demande pas d'être capables de définir l'art ni l'humour, et cela le demande encore moins au législateur.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par InvitéMA le Lun 13 Jan 2014 - 0:09

@PauvreYorick a écrit:J'essaie de comprendre pourquoi les considérations qui me semblent régler complètement la question te semblent, à toi, la laisser entièrement intacte, et je n'arrive pas bien à voir.
C'est le travail des juges...
Parce que je me mets à la place des juges, et si j'étais juge, je serais bien embêtée. Parce que les juges, en rendant certaines décisions de justice, contribuent, qu'ils le veuillent ou non, à définir l'art puisqu'ils en fixent les limites. Ce n'est pas qu'une question d'application des lois, cela a des répercussions qui me semblent incommensurables et j'ai le sentiment que l'on est devant quelque chose qui nous dépasse, tu sais, comme l'infini!  lunechat Voilà pourquoi!

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Lun 13 Jan 2014 - 0:26

Second point de désaccord corrélé au premier, alors (mais dont je pensais à tort qu'il avait été réglé avant).

On n'a pas du tout besoin de penser que le juge contribue, par son jugement, à fixer les limites de l'humour ni de l'art, me semble-t-il. (Ce n'est pas parce que ceci est une atteinte à la dignité humaine que ce n'est plus de l'art, ce n'est pas parce que ce propos est antisémite que ce n'est pas une blague et qu'il n'est pas extrait d'un spectacle humoristique, etc.)

On en revient au problème de départ: une étanchéité tout à fait artificielle a été créée entre l'artistique ou l'humoristique, d'une part, le condamnable, d'autre part. C'est précisément parce que je considère tout à fait inutile de poser que ce sont là des domaines étanches que je tiens le propos que je tiens. Sinon, il serait contradictoire.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par yogi le Lun 13 Jan 2014 - 0:28

MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit:J'essaie de comprendre pourquoi les considérations qui me semblent régler complètement la question te semblent, à toi, la laisser entièrement intacte, et je n'arrive pas bien à voir.
C'est le travail des juges...
Parce que je me mets à la place des juges, et si j'étais juge, je serais bien embêtée. Parce que les juges, en rendant certaines décisions de justice, contribuent, qu'ils le veuillent ou non,  à définir l'art puisqu'ils en fixent les limites. Ce n'est pas qu'une question d'application des lois, cela a des répercussions qui me semblent incommensurables et j'ai le sentiment que l'on est devant quelque chose qui nous dépasse, tu sais, comme l'infini!  lunechat Voilà pourquoi!

Ce que fait Deudionné,c'est pas de l'art, c'est de la daube mélangée à de la propagande ,avec une pointe de psychose.

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par PauvreYorick le Lun 13 Jan 2014 - 0:31

@yogi a écrit:
MarieAnne a écrit:
@PauvreYorick a écrit:J'essaie de comprendre pourquoi les considérations qui me semblent régler complètement la question te semblent, à toi, la laisser entièrement intacte, et je n'arrive pas bien à voir.
C'est le travail des juges...
Parce que je me mets à la place des juges, et si j'étais juge, je serais bien embêtée. Parce que les juges, en rendant certaines décisions de justice, contribuent, qu'ils le veuillent ou non,  à définir l'art puisqu'ils en fixent les limites. Ce n'est pas qu'une question d'application des lois, cela a des répercussions qui me semblent incommensurables et j'ai le sentiment que l'on est devant quelque chose qui nous dépasse, tu sais, comme l'infini!  lunechat Voilà pourquoi!

Ce que fait Deudionné,c'est pas de l'art, c'est de la daube mélangée à de la propagande ,avec une pointe de psychose.
Ou, dit autrement, en termes quand même diablement plus descriptifs et moins susceptibles de nous jeter dans des faux problèmes, bien sûr que si, c'est de l'art (bien sûr que c'est un artiste: c'est son activité), mais du très mauvais art (selon mon jugement) et de l'art très très probablement authentiquement antisémite (toujours mon jugement, mais là, je sais n'être pas seul).

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par Tristana le Lun 13 Jan 2014 - 12:27

Tout laisser passer parce que c'est de l'art ou de l'humour, n'est-ce pas ouvrir la porte aux racistes, négationnistes de tout poil qui vont venir balancer les pires horreurs pour par la suite nous seriner que "ce n'est que de l'humour" ?
Je pense, comme ça a déjà été dit, que l'intention derrière l'humour est essentielle. Certes, cela peut sembler compliqué à établir — pourtant on est tous d'accord sur ce topic : il n'y a pas vraiment de doute quant aux réelles intentions de Dieudonné, de la même manière qu'on n'a aucun doute sur les intentions de Desproges à l'époque, de Bedos (père ou fils) aujourd'hui.
On ne permet pas, il me semble, à un artiste de tuer des gens et de filmer leur agonie pour nous dire que "c'est de l'art". Le meurtre est interdit : il l'est, quel que soit le contexte. C'est la même chose pour l'humour et le racisme : quand le racisme se teinte d'humour, ça n'en reste pas moins du racisme.

_________________
« C’est tout de même épatant, et pour le moins moderne, un dominant qui vient chialer que le dominé n’y met pas assez du sien. »
Virginie Despentes

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par Dwarf le Lun 13 Jan 2014 - 18:42

@Tristana a écrit:Tout laisser passer parce que c'est de l'art ou de l'humour, n'est-ce pas ouvrir la porte aux racistes, négationnistes de tout poil qui vont venir balancer les pires horreurs pour par la suite nous seriner que "ce n'est que de l'humour" ?
Je pense, comme ça a déjà été dit, que l'intention derrière l'humour est essentielle. Certes, cela peut sembler compliqué à établir — pourtant on est tous d'accord sur ce topic : il n'y a pas vraiment de doute quant aux réelles intentions de Dieudonné, de la même manière qu'on n'a aucun doute sur les intentions de Desproges à l'époque, de Bedos (père ou fils) aujourd'hui.
On ne permet pas, il me semble, à un artiste de tuer des gens et de filmer leur agonie pour nous dire que "c'est de l'art". Le meurtre est interdit : il l'est, quel que soit le contexte. C'est la même chose pour l'humour et le racisme : quand le racisme se teinte d'humour, ça n'en reste pas moins du racisme.
+1!

Spoiler:
Qui l'eût cru?  Razz (humour) 

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par JPhMM le Lun 13 Jan 2014 - 19:04

Où s'arrête la liberté d'expression ?
La question m'est étrange.
Par définition, la liberté d'expression ne s'arrête pas. Dès lors il nous incombe de poser où l'arrêter puisqu'elle ne le fait pas elle-même.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par Tristana le Lun 13 Jan 2014 - 19:47

@Dwarf a écrit:
@Tristana a écrit:Tout laisser passer parce que c'est de l'art ou de l'humour, n'est-ce pas ouvrir la porte aux racistes, négationnistes de tout poil qui vont venir balancer les pires horreurs pour par la suite nous seriner que "ce n'est que de l'humour" ?
Je pense, comme ça a déjà été dit, que l'intention derrière l'humour est essentielle. Certes, cela peut sembler compliqué à établir — pourtant on est tous d'accord sur ce topic : il n'y a pas vraiment de doute quant aux réelles intentions de Dieudonné, de la même manière qu'on n'a aucun doute sur les intentions de Desproges à l'époque, de Bedos (père ou fils) aujourd'hui.
On ne permet pas, il me semble, à un artiste de tuer des gens et de filmer leur agonie pour nous dire que "c'est de l'art". Le meurtre est interdit : il l'est, quel que soit le contexte. C'est la même chose pour l'humour et le racisme : quand le racisme se teinte d'humour, ça n'en reste pas moins du racisme.
+1!

Spoiler:
Qui l'eût cru?  Razz (humour) 

Spoiler:
Mais moi : je ne doutais pas qu'on allait pouvoir s'entendre sur bien d'autre choses !  Very Happy 

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Où s'arrête la liberté d'expression ?

Message par Dwarf le Lun 13 Jan 2014 - 20:13

@Tristana a écrit:

Spoiler:
Mais moi : je ne doutais pas qu'on allait pouvoir s'entendre sur bien d'autre choses !  Very Happy 

Spoiler:
Moi non plus, en fait. Mais pas aussi vite!  Razz 

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum