Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par C-3PO le Mar 7 Jan 2014 - 18:50

"La féminisation massive de ce métier a achevé de le déclasser, c'est d'ailleurs ce qui est en train de se passer pour la magistrature. C'est inéluctable. Un métier ­féminin reste encore souvent un emploi d'appoint dans un couple. L'enseignement est choisi par les femmes en raison de la souplesse de l'emploi du temps et des nombreuses vacances qui leur permettent de bien s'occuper de leurs enfants."


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/06/01016-20140106ARTFIG00556-professeur-un-metier-sans-evolution.php.

Que dire...


PS : j'espère ne pas faire doublon avec un autre sujet.

C-3PO
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Isis39 le Mar 7 Jan 2014 - 18:55

Je viens de lire, j'ai fait des bonds.
Et j'ai décidé de ne pas lire les commentaires.
En plus il veut supprimer les profs d'histoire : il a oublié d'ailleurs la géographie et l'éducation civique...


Dernière édition par John le Mar 7 Jan 2014 - 18:59, édité 1 fois (Raison : Bons/Bonds)

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Celeborn le Mar 7 Jan 2014 - 18:57

Mais enfin, tu sais bien qu'il n'y a que l'histoire (pardon : l'Histoire) qui compte, Isis. Le reste, c'est pour décorer Razz

On doit pouvoir trouver un moyen de joindre le discours de l'ami Antoine et la pub Numéricable, non ?

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par John le Mar 7 Jan 2014 - 18:57

Il est sacrément gonflé de s'exprimer sur le temps de travail des enseignants ! Le seul college qu'il connait c'est le college de France !

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par C-3PO le Mar 7 Jan 2014 - 18:59

Il nous a sorti une jolie guirlande d'idioties.

C-3PO
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Isis39 le Mar 7 Jan 2014 - 19:01

Il faut plus de présence dans les établissements et les bureaux!

Il croit qu'on a des bureaux !!! On n'est pas au Collège de France, nous !

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Celeborn le Mar 7 Jan 2014 - 19:03

Je l'ai :

« Téléchargez aussi vite que votre femme devient prof »

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par InviteeF le Mar 7 Jan 2014 - 19:04

Ohlala quelle déception.
Je ne le lirai plus. :sad:

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...

InviteeF
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Marie Laetitia le Mar 7 Jan 2014 - 19:08

LE FIGARO. - Pourquoi le métier d'enseignant est-il déconsidéré en France, comme dans la plupart des pays européens?

Antoine COMPAGNON. - Cette déconsidération est liée au déclassement social des professeurs, lui-même lié à la massification de l'enseignement. Environ 20% d'une génération d'élèves obtenaient le bac en 1970, contre 76% en 2012! Jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, un professeur était un ­notable dans sa préfecture, l'instituteur était un notable au même titre que le maire ou le médecin du village. Les métiers de l'enseignement étaient des métiers de promotion sociale. Ils ont cessé de jouer ce rôle. La féminisation massive de ce métier a achevé de le déclasser, c'est d'ailleurs ce qui est en train de se passer pour la magistrature. C'est inéluctable. Un métier ­féminin reste encore souvent un emploi d'appoint dans un couple. L'enseignement est choisi par les femmes en raison de la souplesse de l'emploi du temps et des nombreuses vacances qui leur permettent de bien s'occuper de leurs enfants.

 Concernant le collège, qu'y a-t-il de dégradant pour un professeur de français d'enseigner aussi l'histoire ?

Pourquoi les jeunes respectent-ils moins les professeurs en France qu'ailleurs?

Nous avons tous des témoi­gnages d'incidents, d'absence de respect entre élèves et professeurs, y compris lors des premières années d'université. Ce n'est pas étonnant. Ces incidents reflètent ce que pensent les parents et l'ensemble de la société des enseignants.

Nos compatriotes critiquent fortement l'influence des syndicats d'enseignants…

Le métier de professeur est un métier sans aucune évolution. Les seules promotions possibles, c'est le syndicalisme ou l'inspection. Mais, en réalité, lorsqu'on dénonce le pouvoir syndical, on nage en plein mythe. Le syndicalisme perd de son influence. Les syndicats ont ainsi de plus en plus de mal à recruter chez les jeunes.

Quelles réformes proposez-vous concernant le statut des enseignants, en pleine discussion au ministère?

Ce qui est aberrant, c'est ce statut des enseignants qui n'a pas évolué depuis 1950. Il date d'avant la télévision, d'une époque où très peu de Français allaient au collège et encore moins au lycée. La prise en compte des seules heures de cours devant les élèves en guise de «temps de service» n'a pas de sens. Il faut plus de présence dans les établissements et les bureaux!

Le travail en équipe devrait être généralisé. Les professeurs du secondaire s'identifient à leur discipline, s'y réfugient pour réagir à leur déclassement social. Je ne nie pas le fait qu'ils ont un très bon niveau disciplinaire, utile au lycée. Mais, concernant le collège, qu'y a-t-il de dégradant pour un professeur de français d'enseigner aussi l'histoire? Il y a trop d'enseignants différents au collège, c'est déstabilisant pour d'aussi jeunes élèves, ballottés toutes les heures d'un adulte à l'autre. Beaucoup ne se remettent pas de cette diffé­rence avec l'école primaire. La transition serait plus douce avec moins d'enseignants.


Je ne suis pas autant choqué que vous, pour ma part.

Le processus est le suivant: massification de l'enseignement -> le contact avec l'enseignement secondaire n'est plus aussi rare -> dégradation de l'image du professeur -> le métier ne suscite plus l'envie / est considéré comme un métier "pour les femmes"

Compagnon ne dit pas que c'est bien ou mal, il dresse un constat, quand un métier est mal ou peu considéré, il tend à se féminiser.


Là où il devrait se renseigner, c'est sur ces aspects

Il faut plus de présence dans les établissements et les bureaux!

Le travail en équipe devrait être généralisé. Les professeurs du secondaire s'identifient à leur discipline, s'y réfugient pour réagir à leur déclassement social. Je ne nie pas le fait qu'ils ont un très bon niveau disciplinaire, utile au lycée. Mais, concernant le collège, qu'y a-t-il de dégradant pour un professeur de français d'enseigner aussi l'histoire? Il y a trop d'enseignants différents au collège, c'est déstabilisant pour d'aussi jeunes élèves, ballottés toutes les heures d'un adulte à l'autre. Beaucoup ne se remettent pas de cette diffé­rence avec l'école primaire. La transition serait plus douce avec moins d'enseignants.

Davantage de présence serait-elle dommageable? Non. Enfin, tout dépend des établissements. L'ennui c'est que l'on sait très bien que cela va finir en présence pour la présence, étant donné la manière dont les réformes sont réalisées. Même chose pour le travail en équipe...

Et surtout, il ne semble pas conscient des exigences impliquées par l'enseignement de l'HGEC... C'est quelqu'un qui a une très riche culture historique et littéraire mais qui ignore que ce n'est pas le cas des collègues qui débarquent du CAPES ou de lettres ou d'HG... Quand à dire que c'est cela qui "perd" les élèves, c'est une vaste rigolade. J'invite M. Compagnon à venir dans mon établissement, il pourra constater par lui-même ce qui perd les élèves...


Dernière édition par Marie Laetitia le Mar 7 Jan 2014 - 19:09, édité 1 fois

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Infiniment le Mar 7 Jan 2014 - 19:08

Au risque de recevoir une volée de bois vert, j'avoue que je me suis souvent interrogé (et m'interroge encore) sur le lien entre la féminisation du métier et son déclassement. Mais de là à prendre un boulevard comme le fait Compagnon...

Quant à ses préconisations, elles sont ahurissantes. Mais tristement actuelles... Qu'on lui donne un fauteuil à l'Académie française, puisqu'il le souhaite tellement, mais qu'il se taise !

_________________
Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !

Infiniment
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Ingeborg B. le Mar 7 Jan 2014 - 19:09

Étant, et fort heureusement, la féminisation de beaucoup de métiers, c'est toute la société qui est déclassée Rolling Eyes  A part çà, c'est beau cette vision rétrograde des femmes qui n'ont comme objectif dans la vie que de torcher leurs gosses (oui je suis vulgaire mais je m'adapte au niveau de son argumentation).
J'ai trouvé la solution pour lutter contre la massification et la féminisation : recréons des écoles ménagères pour les filles dans lesquelles on parquerait les femmes enseignantes. Ou bien, réservons l'enseignement aux bonnes soeurs...
Ah oui, dernière chose, en tant que prof nullipare j'ai donc choisi ce métier pour les vacances et les loisirs puisque je n'ai pas de mioches à élever  Very Happy 
Pour revenir à des considérations historiques, c'est drôle car c'étaient aussi les arguments utilisés aussi bien par les catholiques sociaux que par la CGT au début du XXe siècle pour dénoncer le travail des femmes.
Qu'il retourne donc à son cher Montaigne...

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Celeborn le Mar 7 Jan 2014 - 19:12

Il y a aujourd'hui autant, voire + d'étudiant que d'étudiantes dans les écoles de commerce. j'ai pas vu le déclassement pour autant…

Il confond cause et conséquence, un grand classique. Ce n'est pas féminisation qui déclasse le métier.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Jacq le Mar 7 Jan 2014 - 19:14

Nous avons déjà discuté de cela. Une fois de plus les termes sont mal posés (pourtant ce monsieur est un universitaire, et devrait savoir formuler les choses). La crise du métier ou son déclassement n'est pas dû à la féminisation, c'est plutôt la féminisation qui est la conséquence du déclassement du métier. Ce n'est pourtant pas difficile à comprendre ou à expliquer.

Pour le reste :
"La prise en compte des seules heures de cours devant les élèves en guise de «temps de service» n'a pas de sens. Il faut plus de présence dans les établissements et les bureaux!"

Et bien ce monsieur devrait savoir que c'est le cas et que nous passons beaucoup plus de temps dans l'établissement et les "bureaux" (il devrait d'ailleurs savoir que nous n'en avons pas, mais bon).

"Le travail en équipe devrait être généralisé. Les professeurs du secondaire s'identifient à leur discipline, s'y réfugient pour réagir à leur déclassement social. Je ne nie pas le fait qu'ils ont un très bon niveau disciplinaire, utile au lycée. Mais, concernant le collège, qu'y a-t-il de dégradant pour un professeur de français d'enseigner aussi l'histoire? Il y a trop d'enseignants différents au collège, c'est déstabilisant pour d'aussi jeunes élèves, ballottés toutes les heures d'un adulte à l'autre. Beaucoup ne se remettent pas de cette diffé­rence avec l'école primaire. La transition serait plus douce avec moins d'enseignants."

Idem, le travail en équipe, nous connaissons, il faudrait arrêter de faire le perroquet sans savoir de quoi nous parlons. Et ensuite la question n'est pas de savoir s'il est dégradant pour un prof de français d'enseigner l'histoire, mais de savoir si il est capable d'enseigner l'histoire. Et là c'est un tout autre problème. Enfin il faut arrêter aussi de parler des pauvres élèves déstabilisés. Ils ne le sont pas tant que cela, ou pas bien longtemps. Que ce monsieur sorte de sa bulle et de ses idées toutes faites pour venir constater la réalité.
On pourrait lui conseiller, avec sa brillante carrière, de venir se frotter à la réalité du terrain pour connaître ce dont il parle.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Jacq le Mar 7 Jan 2014 - 19:20

@Marie Laetitia a écrit:

Je ne suis pas autant choqué que vous, pour ma part.

Le processus est le suivant: massification de l'enseignement -> le contact avec l'enseignement secondaire n'est plus aussi rare -> dégradation de l'image du professeur -> le métier ne suscite plus l'envie / est considéré comme un métier "pour les femmes"


Non, il n'est pas "considéré" comme un métier de femme, mais simplement il attire moins, et est délaissé par les hommes.
Il cite à juste titre d'ailleurs la justice (magistrature je pense) où l'on assiste au même phénomène, avec plus de retard que chez nous.
C'est un grand classique, jusqu'à ce que ensuite ce métier soit considéré comme féminin comme, par exemple, le métier d'infirmier.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Isis39 le Mar 7 Jan 2014 - 19:21

@Jacq a écrit:Nous avons déjà discuté de cela. Une fois de plus les termes sont mal posés (pourtant ce monsieur est un universitaire, et devrait savoir formuler les choses). La crise du métier ou son déclassement n'est pas dû à la féminisation, c'est plutôt la féminisation qui est la conséquence du déclassement du métier. Ce n'est pourtant pas difficile à comprendre ou à expliquer.


Donc les femmes choisissent les métiers déclassés, c'est ça ???

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Pseudo le Mar 7 Jan 2014 - 19:23

Ma foi, il suffit d'augmenter les salaires de 50% et il va voir les hommes rabouler leurs fesses. C'est pas plus compliqué.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Pseudo le Mar 7 Jan 2014 - 19:23

@Isis39 a écrit:
@Jacq a écrit:Nous avons déjà discuté de cela. Une fois de plus les termes sont mal posés (pourtant ce monsieur est un universitaire, et devrait savoir formuler les choses). La crise du métier ou son déclassement n'est pas dû à la féminisation, c'est plutôt la féminisation qui est la conséquence du déclassement du métier. Ce n'est pourtant pas difficile à comprendre ou à expliquer.


Donc les femmes choisissent les métiers déclassés, c'est ça ???

Non, les hommes choisissent des métiers plus valorisants. Et quand il n'y a plus d'hommes, que reste-t-il ?

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Olympias le Mar 7 Jan 2014 - 19:24

J'ai lu le papier ce matin. Il m'a beaucoup énervée...je ne pensais pas qu'un prof comme lui enfilerait autant de perles...tout y est, la féminisation, la bivalence.... furieux furieux Sans compter quelques énormités !!!
Non, je n'ai pas envie d'enseigner encore d'autres matières (j'en ai déjà 3), non, on ne s'improvise pas prof de français ou prof d'histoire-géo. Non, je n'ai pas envie de dormir au lycée, j'y passe assez de temps comme ça, merci !!!!!!!!! Non, il y a certains collègues avec lesquels je n'ai pas envie de travailler en équipe. Zut à la fin !

Au fait, que des femmes soient nommées au Collège de France, ça déclasse la fonction ???????????? La barbe !!!!!!!!

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Jacq le Mar 7 Jan 2014 - 19:26

@Isis39 a écrit:
@Jacq a écrit:Nous avons déjà discuté de cela. Une fois de plus les termes sont mal posés (pourtant ce monsieur est un universitaire, et devrait savoir formuler les choses). La crise du métier ou son déclassement n'est pas dû à la féminisation, c'est plutôt la féminisation qui est la conséquence du déclassement du métier. Ce n'est pourtant pas difficile à comprendre ou à expliquer.


Donc les femmes choisissent les métiers déclassés, c'est ça ???

Non.
C'est plutôt le départ des hommes qui augmente le pourcentage des femmes. Ce que je veux dire c'est que lors de ces discussions on place souvent les femmes comme "acteurs" de la féminisation alors que c'est plutôt, selon moi, les hommes qui sont "acteurs" de la féminisation en désertant certains métiers (la magistrature est un autre exemple). C'est cela que je veux dire.
Ce ne sont pas les femmes qui choisissent un métier déclassé, mais les hommes (enfin, une partie des hommes) qui quittent un métier qu'ils jugent comme déclassé.
Suis-je plus clair  Smile ?

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Le grincheux le Mar 7 Jan 2014 - 19:28

@Pseudo a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Jacq a écrit:Nous avons déjà discuté de cela. Une fois de plus les termes sont mal posés (pourtant ce monsieur est un universitaire, et devrait savoir formuler les choses). La crise du métier ou son déclassement n'est pas dû à la féminisation, c'est plutôt la féminisation qui est la conséquence du déclassement du métier. Ce n'est pourtant pas difficile à comprendre ou à expliquer.


Donc les femmes choisissent les métiers déclassés, c'est ça ???

Non, les hommes choisissent des métiers plus valorisants. Et quand il n'y a plus d'hommes, que reste-t-il ?

J'ai pour ma part assez rarement vu d'éboueurs femmes (éboueuses ? éboutrices ?). Idem parmi les camionneurs ou les marins-pêcheurs (il en existe, mais ce n'est pas la majorité du genre) et on ne peut pas vraiment dire que ce sont des professions bien considérées.

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr/
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/

Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Pseudo le Mar 7 Jan 2014 - 19:29

@Olympias a écrit:

Au fait, que des femmes soient nommées au Collège de France, ça déclasse la fonction ???????????? La barbe !!!!!!!!

Il se trouve que les enseignants au collège de France sont... majoritairement (et pas qu'un peu !) des hommes.
http://www.college-de-france.fr/site/chaires-et-professeurs/liste_des_professeurs.htm

Donc, à mon avis, question déclassement ils sont un peu tranquilles.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Thierry30 le Mar 7 Jan 2014 - 19:32

Franchement, la féminisation de la profession n'est pas une nouveauté.
Le simple fait de l'associer au déclassement du métier  prouve, s'il en était besoin, que nous avons de gros progrès à faire dans notre beau pays.
Manifestement, le métier d'enseignant est beaucoup plus déconsidéré en France que dans d'autres pays d'Europe: voir fil de discussion "selon les Français, les profs devraient être moins payés". Tout ça, c'est effectivement un début de contre-feu avant d'éventuelles négociations salariales.
Manipulons l'opinion, il en sortira toujours quelque chose...

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Jacq le Mar 7 Jan 2014 - 19:32

Ah, mais la perception des éboueurs change.
Ce n'est pas le métier le plus désagréable qui soit (mon expérience se limitant à quelques semaines à l'armée et à quelques discussions avec des éboueurs pas mécontents du tout de leur place).

Le métier de camionneur se féminise un peu, et la crise passant par là on trouve plus de filles dans les formations qu'avant. Un sujet pour nos grands penseurs sur l'évolution du métier : des femmes et des polonais ! Mais où va le monde  affraid  Very Happy  ?

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Pseudo le Mar 7 Jan 2014 - 19:34

@Le grincheux a écrit:
@Pseudo a écrit:
@Isis39 a écrit:

Donc les femmes choisissent les métiers déclassés, c'est ça ???

Non, les hommes choisissent des métiers plus valorisants. Et quand il n'y a plus d'hommes, que reste-t-il ?

J'ai pour ma part assez rarement vu d'éboueurs femmes (éboueuses ? éboutrices ?). Idem parmi les camionneurs ou les marins-pêcheurs (il en existe, mais ce n'est pas la majorité du genre) et on ne peut pas vraiment dire que ce sont des professions bien considérées.

Mais les femmes ne sont pas les seules à être mal considérées. Ce serait trop simple. Cela étant, ces professions ont-elles été déclassées plus ou moins récemment ? Pas vraiment. Je crois même que pour les éboueurs ils ne sont pas si mal payés que cela.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Selon Antoine Compagnon, la crise du métier serait due à sa féminisation.

Message par Elyas le Mar 7 Jan 2014 - 19:38

Honnêtement,  le mythe de la femme enseignante travaillant juste pour occuper son temps ou pour apporter un salaire d'appoint,  cela concerne quel pourcentage du corps enseignant ? Lorsque je vois mes collègues femmes, je vois surtout que leur salaire est essentiel pour vivre. Bref, une généralisation basée sur un faible pourcentage... Navrant.
Après l'attaque sur le disciplinaire est minable. Nous vivons tout de même l'époque la plus savante de tous les temps, forger un enseignement vague est contre productif voire un présage de décadence intellectuelle et technologique.
Enfin, le coup du gamin traumatisé par le passage de 1 à 6-7 professeurs, c'est un mensonge forgé sur quelques cas isolés de phobie scolaire érigée en généralité.  A écouter mes 87 élèves de 6e, c'est plutôt un soulagement pour eux d'avoir plusieurs enseignants au lieu d'un seul.

Pffffffffffffff quoi !


Dernière édition par Elyas le Mar 7 Jan 2014 - 19:44, édité 1 fois

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum