Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Celeborn le Jeu 9 Jan 2014 - 23:51

Je trouve l'article de Louise Tourret tout à fait juste.

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par amour le Jeu 9 Jan 2014 - 23:54

@Celeborn a écrit:Je trouve l'article de Louise Tourret tout à fait juste.

C'est vrai qu'elle est mignonne  Very Happy 

mais sinon? Le pseudo pédantisme des collègues précis? hum? le mc Donald de l'éducation?

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Celeborn le Ven 10 Jan 2014 - 0:04

@amour a écrit:
@Celeborn a écrit:Je trouve l'article de Louise Tourret tout à fait juste.

C'est vrai qu'elle est mignonne  Very Happy 

Je t'avoue que je m'en moque complètement et que cela me semble tout à fait déplacé dans cette discussion… Quant au reste, ce n'est pas ce que j'ai lu dans l'article, où il est question des livrets de compétences (essentiellement de maternelle) et non de collègues précis.


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par amour le Ven 10 Jan 2014 - 0:13

@Celeborn a écrit:
@amour a écrit:
@Celeborn a écrit:Je trouve l'article de Louise Tourret tout à fait juste.

C'est vrai qu'elle est mignonne  Very Happy 

Je t'avoue que je m'en moque complètement et que cela me semble tout à fait déplacé dans cette discussion… Quant au reste, ce n'est pas ce que j'ai lu dans l'article, où il est question des livrets de compétences (essentiellement de maternelle) et non de collègues précis.

S'il n'est certes pas questions de collègues précis (et heureusement!) il est tout de même question de demander aux enseignants, une fois de plus, de faire un effort pour des parents qui, en faisant par ailleurs (des efforts), ne pourraient, parait-il, pas en faire pour l'éducation de leurs enfants, bien qu'elle leur semble complexe. Cela me surprend.

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par yphrog le Ven 10 Jan 2014 - 1:16

Tourret a écrit:le plus fou ce sont les acronymes:  ...  ZEP, Capes, ... CAFIPEMF

... TICE ... FOQUALE (Formation Qualification Emploi) pour lutter contre le décrochage scolaire.

 Shocked comment ça se prononce en français?  

Spoiler:
Gainsbourg aurait aimé le Ford Focus.

http://www.urbandictionary.com/define.php?term=fuck%20all

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Iphigénie le Ven 10 Jan 2014 - 3:17

@Padre P. Lucas a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
Sauf erreur, la propagation de jargon, en général, relève davantage d'une stratégie de compensation d'absence de légitimité de la part des sciences de l'éducation que d'une volonté d'accroître la légitimité des enseignants.

Je n'opposerais pas les deux : il s'agit en fait d'asseoir la  légitimité des enseignants sur leur conformité idéologique aux pseudo-sciences de l'éducation.

Quand à l'outil scripteur, ce n'est pas (comme le référentiel rebondissant) une légende urbaine, mais l'emploi de l'expression n'est pas absurde sur le plan technique. Le geste d'écriture peut se travailler avec un petit bâton dans le sable, avec une craie, un pinceau, une pointe à graver, une plume ... L'emploi du jargon est surtout nocif quand il sert à casser la langue commune pour la remplacer par une novlangue. L'ami Morel la bien illustré dans son Petit vocabulaire de la déroute scolaire

Boh, tout ça n'est qu'un grand classique et dans la grande tradition de nos pédagogues   Laughing 
Spoiler:
Un jour, je ne sais quand, Pantagruel, se promenait après souper avec ses compagnons, passait la porte que l'on prend pour aller à Paris. Là il rencontra un écolier tout pimpant qui venait par ce chemin, et, après un échange de saluts, il lui demanda: "Mon ami, d'où viens-tu à cette heure?"
L'écolier lui répondit: "De l'alme, inclite, et célèbre académie que l'on vocite Lutèce.
- Qu'est-ce à dire? dit Pantagruel à un de ses compagnons.
- C'est, répondit-il, de Paris qu'il s'agit.
- Tu viens donc de Paris, dit Pantagruel. Et à quoi passez-vous le temps, vous autres messires les étudiants, à Paris?"
L'écolier lui répondit: "Nous transfrétons la Séquane au dilicule et au crépuscule; nous déambulons par les compites et les quadrivies de l'urbe; nous despumons la verbocination latiale, et, comme verisimiles amorabonds, captons la bénévolence de l'omnijuge, omniforrne, et omnigène sexe féminin. Certaines diécules nous invisons les lupanars, et en extase vénérique, inculquons nos vérètres dans les pénitissimes récesses des pudendes de ces mérétricules amicabilissimes; puis cauponisons dans les tabemes méritoires de la Pomme de pin, du Castel, de la Madeleine et de la Mule, belles spatules vervécines perforaminées de pétrosil, et si, par forte fortune, il y a rareté ou pénurie de pécune en nos marsupies, et si elles sont exhaustes de métal ferruginé, pour l'écot nous dimittons nos codices et vestes oppignerées, prestolant les tabellaires à venir des Pénates et Lares patriotiques."
A ces mots Pantagruel lui dit: "Quel diable de langage est-ce là? Par Dieu, tu es quelque hérétique.
- Seignor, non, dit l'écolier, car libentissiment dès ce qu'il illucesce quelque minutule lèche du jour, je démigre dans l'un de ces tant bien architectes moutiers, et là, me irrorant de belle eau lustrale, grignote d'un transon de quelque missique précation de nos sacrificules. Et, submirmillant mes précules horaires, élue et absterge mon anime de ses inquinaments nocturnes. Je révère les Olympicoles, je vénère latrialement le supernel Astripotent. Je dilige et rédame mes proximes. Je serve les prescrits décalogiques, et, selon la facultatule de mes vires, n'en discède le late unguicule. Bien est vériforme que, à cause que Mammone ne supergurgite goutte en mes locules, je suis quelque peu rare et lent à supéréroger les élémosines à ces égènes quéritant leur stipe hostiatement.
- Eh ben merde alors, dit Pantagruel, qu'est-ce que veut dire ce fou? Je crois qu'il nous fabrique ici quelque langage du diable, et qu'il est en train de nous envoûter avec des formules magiques."
A ces mots l'un de ses compagnons lui dit: "Seigneur, sans doute ce galant veut-il reproduire la langue des Parisiens; mais il ne fait qu'écorcher le latin, croyant ainsi pindariser; et il se prend pour un grand orateur en français, parce qu'il dédaigne la commune façon de parler." Sur ce, Pantagruel dit: "Est-ce vrai?"
L'écolier lui répondit: "Signor Missaire, mon génie n'est point apte nate à ce que dit ce flagitiose nébulon pour escorier la cuticule de notre vemacule gallique, mais vice versement je gnave opère, et par vèles et rames je me énite de le locupléter de la redondance latinicome.
- Par Dieu, dit Pantagruel, je vous apprendrai à parler; mais auparavant, réponds-moi: d'où es-tu?"
A ces mots l'écolier lui dit: "L'origine primève de mes aves et ataves fut indigène des régions Lémoviques, où réquiesce le corpore de l'agiotate saint Martial.
- Je vois, dit Pantagruel; tu es Limousin pour tout potage, et tu veux ici faire le Parisien. Viens donc là que je te frotte les oreilles!"
Et de le prendre à la gorge, en lui disant: "Tu écorches le latin; par saint Jean, je te ferai dégorger une queue de renard, car je t'écorcherai tout vif."
Et le pauvre Limousin de se mettre à dire: "Vée dicou! gentillâtre. Ho, saint Marsaut, adjouda mi! Hau, hau, laissas à quau, au nom de Dious, et ne me touquas grou." A ces mots Pantagruel lui dit: "A cette heure tu parles
naturellement."
Et il le laissa ainsi, car le pauvre Limousin chiait dans ses chausses, qui étaient fendues en queue de morue, sans couture au fond, ce qui fit dire à Pantagruel: "Saint Alipentin, quel putois! Au diable ce mange-raves, tant il pue!"
Et il le laissa. Mais le Limousin s'en repentit tant toute sa vie, et fut si altéré qu'il disait souvent que Pantagruel le tenait à la gorge, et, quelques années après, il mourut de la mort de Roland; c'était une vengeance divine, qui nous donnait une preuve de ce que disent le Philosophe et Aulu-Gelle: nous devons parler selon le langage usité, et, comme disait Auguste, il faut éviter les mots épaves avec autant de soin que les capitaines des navires évitent en mer les récifs.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par lumeeka le Ven 10 Jan 2014 - 19:31

Non non, je confirme son emploi (ma fille vient de rentrer en petite section). J'aime bien "outil scripteur", comme le dit John cela permet d'éviter de dire/écrire "stylo, crayons, feutres" et puis il y a un côté artisan que je trouve rigolo.


Dernière édition par lumeeka le Ven 10 Jan 2014 - 20:06, édité 1 fois

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Gryphe le Ven 10 Jan 2014 - 19:45

Mes nièces parlent depuis la petite section avec beaucoup de conviction de leurs "parcours de motricité".
Ah oui, dans un lointain passé on appelait ça "faire de la gym".  Laughing

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Marie Laetitia le Ven 10 Jan 2014 - 20:01

@Gryphe a écrit:Mes nièces parlent depuis la petite section avec beaucoup de conviction de leurs "parcours de motricité".
Ah oui, dans un lointain passé on appelait ça "faire de la gym".  Laughing

Chère Gryphe, tu as très mauvais esprit!  professeur Laughing On te l'a déjà dit?

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Gryphe le Ven 10 Jan 2014 - 20:03

@Marie Laetitia a écrit: On te l'a déjà dit?
Oui.  Embarassed Mais j'assume.  Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par philann le Ven 10 Jan 2014 - 20:12

@Gryphe a écrit:
@Marie Laetitia a écrit: On te l'a déjà dit?
Oui.  Embarassed Mais j'assume.  Very Happy

merci de traduire en tout cas!  Razz 

Moi j'ai galéré en arrivant avec APV , AVS etc... je n'imagine même pas ce que c'est pour les parents.

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par atrium le Ven 10 Jan 2014 - 20:21

@philann a écrit: je n'imagine même pas ce que c'est pour les parents.

Une ESS avec un bon CPC mettant éventuellement en place un PPRE pourrait les aider...

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Olympias le Ven 10 Jan 2014 - 20:25

@Marie Laetitia a écrit:
@Gryphe a écrit:Mes nièces parlent depuis la petite section avec beaucoup de conviction de leurs "parcours de motricité".
Ah oui, dans un lointain passé on appelait ça "faire de la gym".  Laughing

Chère Gryphe, tu as très mauvais esprit!  professeur Laughing On te l'a déjà dit?
Maintenant, on dit EPS (je dis toujours gym ou sport, parce que j'ai fait de la gym, du sport)  professeur 

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par the educator le Mer 15 Jan 2014 - 11:03

Mes nièces parlent depuis la petite section avec beaucoup de conviction de leurs "parcours de motricité".
Ah oui, dans un lointain passé on appelait ça "faire de la gym"
Ou juste s'amuser un peu pour l'enfant, en travailler la motricité par effet de bord pour l'éducateur...

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par Paratge le Mer 15 Jan 2014 - 12:01

Dans le contexte de la définition de la nouvelle citoyenneté en ce début de XXIe siècle, on se doit de donner un espace à un référentiel obligatoire des guidances dans un cadre pluridisciplinaire.

Répondant à ceux qui sont arc-boutés sur leurs privilèges et à l’époque de l’Internet, il faut dans l’intérêt des nouveaux publics se positionner avec toutes les remédiations de savoir-faire et surtout de savoir-être.

http://www.sauv.net/meirieutron.htm

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

référentiel sans référence

Message par nico973 le Sam 25 Jan 2014 - 18:02

[quote="Marie Laetitia"][quote="Elyas"]
@Marie Laetitia a écrit:

écoute, je l'avais déjà dit sur le blog de Luc Cédelle, mais une étudiante que je connaissais bien, qui passait le CAPEPS, est la première à m'en avoir parlé. Celui qui leur faisait les CM utilisait ce terme. Était-ce une menteuse?! Ce n'est pas parce que toi ou moi ne l'avons pas personnellement entendu que ça n'existe pas. Effectivement la liste des mots de jargon est tellement longue dans l'EN qu'il est inutile d'en inventer. Mais je ne me permettrais pas de dire que quelque chose n'existe pas juste parce que moi je ne l'ai pas entendue ou vue. L'EN, dans cette affaire, et même si invention il y a, n'a que ce qu'elle mérite! Et c'est fort peu payé pour toutes les heures passées en formation assommante... (je ne tire pas sur les formations en général, juste sur celles que j'ai reçues à l'IUFM).

Je confirme en tant que prof d'EPS et bossant actuellement l'agreg, il n'y a jamais eu de vocabulaire autour du "référentiel bondissant" ou autre terme loufoque. C'est une invention pour diffamer la discipline quand elle s'est alignée sur les cursus universitaires dans les années 80. Mais c'est resté dans l'imaginaire collectif.
Je m'y suis un peu intéressé, j'ai eu l'occasion de lire beaucoup d'articles concernant l'EPS qui datent des années 50 à nos jours et je n'ai jamais, jamais trouvé un terme aussi nase.
Mais si quelqu'un arrive à trouver un texte officiel, un article scientifique ou pédagogique (même un cas isolé) qui utilise des termes aussi incompréhensible, qu'il mette un lien, une référence autre que mon pote qui un jour alors qu'il avait bu 2 verres a dit que...
Et pour info moi aussi j'ai beaucoup de potes qui ont passés le capeps et qui en rigolent... ça ne veut pas dire que cela a existé ! Un peu de bon sens tout de même...

nico973
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Louise Tourret : "Il faut soigner l'Education nationale de son jargon."

Message par adelaideaugusta le Dim 26 Jan 2014 - 18:17

@philann a écrit:
@Gryphe a écrit:
@Marie Laetitia a écrit: On te l'a déjà dit?
Oui.  Embarassed Mais j'assume.  Very Happy

merci de traduire en tout cas!  Razz 

Moi j'ai galéré en arrivant avec APV , AVS etc... je n'imagine même pas ce que c'est pour les parents.

Je retrouve ce document, qui date de 2005. J'espère que les choses se sont améliorées depuis.

Un livret scolaire sommet de jargon pédagogique.

« Regardez ce qu’on nous fait faire ! ».Ce cri du cœur est celui d’un enseignant des Hauts –de- Seine face au projet de livret scolaire concocté par une quinzaine de pédagogues de l’inspection académique du département. Si ce document touffu et jargonneux reste en l’état, parents et professeurs des écoles risquent de s’arracher les cheveux à la rentrée prochaine. Il fait 17 pages, et ne compte pas moins de 400 « compétences » à noter sur une échelle de A à D. La précision pour les enfants des classes de CE2, CM1, CM2, âgés de 9 à 11 ans, confine parfois au ridicule et souvent à l’incompréhensible.

1) Compétences disciplinaires littéraires : il s’agit de savoir si l’enfant a « compris et retenu que le sens d’une œuvre n’est pas immédiatement accessible, mais que le travail d’interprétation nécessaire ne peut s’affranchir des contraintes du texte ».
2) Une rédaction : c’est un « texte à dominante narrative, explicative, descriptive ou injonctive, dans le cadre d’un projet d’écriture relevant de l’un des grands domaines disciplinaires du cycle 3, à partir des outils élaborés par la classe. »
3) Une récitation de poésie ou de théâtre : il s’agit de « mettre sa voix et son corps en jeu dans un travail collectif portant sur un texte théâtral ou sur un texte poétique ».
4) La lecture : l’enfant doit savoir lire « en s’appuyant sur un traitement correct de substituts des noms, des connecteurs, des formes verbales, de la ponctuation en faisant les inférences nécessaires. »
5) L’informatique : l’enseignant évaluera la capacité de l’enfant à « adopter une attitude citoyenne face aux informations véhiculées par les outils informatiques ».
6) L’éducation physique : l’élève « s’engage lucidement dans l’action ». Il doit être capable de « mieux questionner la consigne orale ou écrite de manière à reconnaître la catégorie d’exercices à laquelle elle est rattachée ».
7) L’éducation artistique : l’enfant devra reconnaître une œuvre du répertoire travaillé, la situer dans son contexte de création, porter à son égard un jugement esthétique », mais aussi « repérer des éléments musicaux caractéristiques, les désigner et caractériser leur organisation ( succession, simultanéité, ruptures…) en faisant appel à un lexique approprié ».

Le projet est encore en chantier. L’objectif du groupe de travail composé d’une quinzaine d’enseignants, de directeurs d’écoles, de conseillers pédagogiques et de l’Inspecteur de la circonscription de Clamart est de mettre en conformité le livret scolaire avec les dernières prescriptions ministérielles de 2002.
Les parents pourtant concernés ne sont pas conviés. (…) L’inspecteur, Didier Gazay, estime que son projet « constitue un bon support de réflexion pour les équipes pédagogiques et une bonne base de dialogue avec les parents », tout en reconnaissant que certaines formulations sont « inaccessibles » pour des familles ayant un faible niveau d’études, et « pas toujours compréhensibles pour les autres ».Mais une note où des items trop flous véhiculent une « information sommaire » alors qu’un profil de compétences donne une image « plus fine » des points forts et faibles d’un élève. « A trop vouloir simplifier, on dénature l’évaluation ».


_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum