PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Page 14 sur 15 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par PauvreYorick le Ven 24 Jan - 17:03

Perso, je trouve que même quand on a quelque chose à dire, user d'invectives pour le dire est au mieux inutile, au pire nuisible, et dans les deux cas (ainsi que les cas intermédiaires) pas très malin. Après, il faudrait faire une description semblable pour le cas où l'on n'a pas grand'chose à dire, ou du moins, pour le cas où on ne dit pas (qu'on ne le veuille pas, qu'on n'y parvienne pas) ce qu'on aurait éventuellement à dire. J'ai un peu la flemme de m'y mettre, mais je doute que ça constitue une circonstance atténuante.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:05

@wanax a écrit:
@If_Then_Else a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Ah oui. Mais figure-toi que je ne l'ai pas choisi ça.
Sinon, tu peux m'expliquer les deux passages que je ne comprends pas?


Le sujet du fil semble-t-il:
Quelle progression professionnelle pour les enseignants après la prolongation de l'activité professionnelle?
Exemple de notre confrère PLP qui a 52 ans et arrive en haut de l'échelle: va-t-il devoir "végéter" jusqu'à 61 ans?
Mais subrepticement, la question des agrégés s'est encore immiscée.
J’en fus agacé car j’ai du mal avec le  hors-sujet.
Eléments de réponse  à Marcel-la-gâchette
1) "La mythologie du bon élève"
Revenons un peu en arrière au sujet des CPGE. Il y a quelque mois, on pouvait lire dans le Nouvel Observateur un excellent article de de François Garçon Enseignant-chercheur dont  on rappelle  ici un  extrait:
...
Faute d’avoir subi l’épreuve de la thèse, puis de s’être battus à coups de publications scientifiques régulières avec leurs pairs situés sur un planisphère, les professeurs de CPGE se rengorgent d’avoir réussi, eux, un concours inepte, intraduisible dans aucune autre langue : l’agrégation.
Lisez un modèle de conformisme où, sur un sujet donné, vous régurgitez une année de bachotage et où, devant un jury sorti du même moule et franchouillard en diable, vous vous livrez à un exercice de rhétorique morte. Est-il besoin de préciser que ce concours stérile est inconnu au Canada, en Suède, en Suisse, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne, etc. ? Bref, dans tous les pays où l’enseignement supérieur est pris au sérieux par les gouvernants et les responsables économiques.
...
Les CPGE ont réussi à bloquer une réforme qui s'attaquait enfin à un système ultra élitiste qui, concentrant des moyens très importants,  satisfait seulement 25% des meilleurs élèves et environ 8000 enseignants dont plusieurs n'ont même pas de doctorat comme c'est le cas dans les pays.
"...
À les écouter geindre, nos professeurs de CPGE prépareraient rien moins que l’élite du pays. Comme ce professeur de Louis-le-Grand qui s’écrie :
"Nous formons l’élite des ingénieurs, vitaux pour l’économie française."
À voir l’état de l’économie française, on s’interrogera sur cette élite d’ingénieurs passés par le moule des CPGE. Sans doute aurait-il été plus profitable à "l’économie française", qui inquiète à juste titre cet enseignant, qu’au sortir du bac et pendant deux ans notre future "élite" aille se frotter aux étudiants britanniques, suisses ou allemands, et nous revienne plus ouverte et moins arrogante.
À ces professeurs persuadés de fabriquer l'"élite française", on objectera que même cette mission qu’ils revendiquent, ils la remplissent mal : les 2/3 des étudiants en "grande école" sont aujourd’hui issus de la filière universitaire. Faillite de ces CPGE d’autant plus éclatante que leurs étudiants, supposés les meilleurs au plan scolaire, bénéficient d’un maternage comme aucun étudiant en faculté n’en rêve seulement. Et notamment de près 920.000 heures de bachotages individuels, les colles, ces mises en jambes en vue de l’examen qui donnent accès à la rente.
..."
"La mythologie, c'est une vision de soi face au monde" disait Jean Pierre VERNANT en  expliquant les mythes grecs.  Certains se racontent des histoires et entretiennent  "le mythe du bon élève", "le mythe du premier de la classe" pour occuper les  centres villes...

2) Nanard: on me dit qu c'est un mot utilisé dans les ZEP pour rimer  avec c***d ou renard.
Pour peu qu'on y passe un peu de temps, il est facile de voir que ce texte de François Garçon est un torchon.
Quant au personnage, j'ai une aversion marquée pour les gens qui savent se vendre.
Voir son rôle dans l'histoire du 'Cauchemar de Darwin.
'
J'adore ce genre de commentaire: "j'ai une aversion marquée pour les gens qui savent se vendre", surtout quand il s'agit des plus gradés d'entre nous qui se crispent quand on parle de réduire les heures supplémentaires. MDR


Dernière édition par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:06, édité 1 fois

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:06

@PauvreYorick a écrit:Perso, je trouve que même quand on a quelque chose à dire, user d'invectives pour le dire est au mieux inutile, au pire nuisible, et dans les deux cas (ainsi que les cas intermédiaires) pas très malin. Après, il faudrait faire une description semblable pour le cas où l'on n'a pas grand'chose à dire, ou du moins, pour le cas où on ne dit pas (qu'on ne le veuille pas, qu'on n'y parvienne pas) ce qu'on aurait éventuellement à dire. J'ai un peu la flemme de m'y mettre, mais je doute que ça constitue une circonstance atténuante.
Encore une leçon de philosophie Yorick. Merci, maître.

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par PauvreYorick le Ven 24 Jan - 17:07

Non, je veux juste dire que tu peux revenir à ce que tu estimes central dans le topic sans forcément arroser soit un membre précis du forum, soit des catégories entières de personnels, de ton souverain mépris. Rien de bien "philosophique" là-dedans.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:17

@PauvreYorick a écrit:Non, je veux juste dire que tu peux revenir à ce que tu estimes central dans le topic sans forcément arroser soit un membre précis du forum, soit des catégories entières de personnels, de ton souverain mépris. Rien de bien "philosophique" là-dedans.
Bon, mais avec tout ça on n'avance pas vraiment sur la question: comment travailler jusqu'à 62 ans si on est inspecté tous les 4 ans pour une augmentation salariale assez minime.
Tu as des idées, toi le philosophe?


Dernière édition par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:25, édité 1 fois

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par yphrog le Ven 24 Jan - 17:17

play nice guys.

seen at the glass door:

technical evangelist job, pas loin de Buzzville.

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Cath le Ven 24 Jan - 17:18

@PauvreYorick a écrit:Non, je veux juste dire que tu peux revenir à ce que tu estimes central dans le topic


C'est ce que j'ai voulu faire.

Parler de l'évolution de carrière des PLP (et des certifiés éventuellement, mais la question est un peu différente car l'agreg parait pour eux une suite plus naturelle) sans parler des agrégés.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:23

xphrog a écrit:play nice guys.

seen at the glass door:

technical evangelist job, pas loin de Buzzville.




Dernière édition par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:33, édité 1 fois

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par yphrog le Ven 24 Jan - 17:33

mais enfin,


_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:43


_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:46


_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:55

Avancement et inspection: vision des jeunes collègues:


_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 17:57

Les perspectives?


_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 18:01

@PauvreYorick a écrit:Non, je veux juste dire que tu peux revenir à ce que tu estimes central dans le topic sans forcément arroser soit un membre précis du forum, soit des catégories entières de personnels, de ton souverain mépris. Rien de bien "philosophique" là-dedans.

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 24 Jan - 18:07

@If_Then_Else a écrit:

Heureusement que tu n'aimes pas le hors sujet  Razz 
(en plus je crois que sans le témoignage sur la mère de Bazin, je n'aurais pas pu me forger un avis  Razz )

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Ven 24 Jan - 18:10

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@If_Then_Else a écrit:

Heureusement que tu n'aimes pas le hors sujet  Razz 
(en plus je crois que sans le témoignage sur la mère de Bazin, je n'aurais pas pu me forger un avis  Razz )
T'es encore là toi?

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par yphrog le Ven 24 Jan - 18:11

@If_Then_Else a écrit:

 affraid 

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Lefteris le Ven 24 Jan - 18:14

@If_Then_Else a écrit:
J'adore ce genre de commentaire: "j'ai une aversion marquée pour les gens qui savent se vendre", surtout quand il s'agit des plus gradés d'entre nous qui se crispent quand on parle de réduire les heures supplémentaires. MDR
Il ne se crispent pas quand on réduit leurs heures supplémentaires, mais quand on réduit le paiement de celles-ci . Bref quand on veut les faire bosser gratuitement. L'honnêteté intellectuelle ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.
Qui ne se crisperait pas ? Imaginons, par exemple, un décret qui imposerait aux médecins de donner quelques heures de consultations gratuites...  Rolling Eyes 
Et en quoi les agrégés sont-ils responsables du sort des PE ou des PLP (qu'ils défendent le plus souvent, d'ailleurs) ?

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 24 Jan - 18:27

@If_Then_Else a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@If_Then_Else a écrit:

Heureusement que tu n'aimes pas le hors sujet  Razz 
(en plus je crois que sans le témoignage sur la mère de Bazin, je n'aurais pas pu me forger un avis  Razz )
T'es encore là toi?

T'es observateur!  Razz 

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par *Lady of Shalott* le Ven 24 Jan - 22:38

@Lefteris a écrit:
@*Lady of Shalott* a écrit:On ne peut tout de même pas prendre pour référence un article qui respire la rancoeur à 10 km  Shocked "Excellent article", vraiment ?   Suspect  Suspect Un peu d'objectivité, quelques nuances ne feraient pas de mal, pourtant...
Copieuse ! ..


@Lefteris a écrit:pratiquement tous les  enseignants chercheurs sont agrégés quand il existe une agrégation, autant que j'ai pu le voir en lettres. Et ça se comprend, ca ils forment des futurs agrégés et ce concours n'étant hormis du bachotage, d'ailleurs, pourquoi se priver de le passer, pure formalité  Rolling Eyes . Il arrive que quelques uns passent à travers les mailles, et ça fait plus que jaser, comme un cas porté à ma connaissance récemment, et à juste titre . C'est peut-être le cas de ce brave "garçon" , qui doit être fort mal à l'aise avec ses collègues universitaires issus de l'agrégation.

Par les temps qui courent, en lettres, on élimine quasi d'office les candidats à un poste de MCF qui n'ont pas l'agrégation. Je ne dis pas que c'est bien, mais il y a pléthore de candidats : c'est donc un critère de sélection comme un autre.

@Lefteris a écrit:On peut se consoler de sa rancoeur, le soir à la chandelle, ressassant et bavant, (...)

 veneration J'adore  Laughing 
 
@Lefteris a écrit: (...) en se disant que les hiérarques , monarques  et autres oligarques  que sont les agrégés sont les moins payés de tous les cadres A de la fonction publique. Leur liste civile est moindre que  celle de la cour d'Angleterre...

A fonction équivalente, la comparaison avec l'étranger n'est pas mal non plus  Neutral

_________________
"Est-ce que les professeurs vont dans un au-delà spécial quand ils meurent ? fit Cohen. - Je ne crois pas", répondit tristement monsieur Cervelas. Il se demanda un instant s'il existait réellement dans les cieux une grande Heure de Libre. Ça paraissait peu probable. Il y aurait sûrement des corrections à se taper. (T. Pratchett, Les Tribulations d'un mage en Aurient)

*Lady of Shalott*
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Lefteris le Ven 24 Jan - 23:25

@*Lady of Shalott* a écrit:

Par les temps qui courent, en lettres, on élimine quasi d'office les candidats à un poste de MCF qui n'ont pas l'agrégation. Je ne dis pas que c'est bien, mais il y a pléthore de candidats : c'est donc un critère de sélection comme un autre.
Et ce n'est pas plus mal finalement, ils ont fait leurs preuves sur un concours anonyme et national, ils ne sont pas soupçonnés de recrutement de complaisance, de localisme...

@Lefteris a écrit:On peut se consoler de sa rancoeur, le soir à la chandelle, ressassant et bavant, (...)

:veneration:J'adore  Laughing
Je ne me suis pourtant pas foulé, utilisant les plumes d'autrui   Embarassed 


A fonction équivalente, la comparaison avec l'étranger n'est pas mal non plus  Neutral
Mais on ne retient jamais ce paramètre, quand on parle de l'étranger... On a droit comme modèles au pédagogisme effréné de la Finlande, aux 24 heures des Allemands , à la polyvalence des Anglais, mais jamais au traitement . Il est vrai que la seule spécificité française qu'on veut conserver becs et ongles , c'est la vocation . On le voit d'ailleurs tous les ans aux concours  Rolling Eyes 

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Sam 25 Jan - 8:22

On aimerait vieillir comme lui, libéré de tous les corporatismes :

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par If_Then_Else le Sam 25 Jan - 8:48

On peut échanger en rigolant:


_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Whypee le Jeu 29 Mai - 13:24

Alors que je viens d'apprendre que j'allais passer HC en septembre, c'est aussi la question que je me suis posé... Car voir son salaire diminuer chaque début d'année, ce n'est pas ce qu'on appelle une carotte. Mais après recherches il y a la GIPA, Wouah ! C'est la fête  cheers 

Whypee
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Lefteris le Jeu 29 Mai - 15:02

@Whypee a écrit:Alors que je viens d'apprendre que j'allais passer HC en septembre, c'est aussi la question que je me suis posé... Car voir son salaire diminuer chaque début d'année, ce n'est pas ce qu'on appelle une carotte. Mais après recherches il y a la GIPA, Wouah ! C'est la fête  cheers 
Il vaut mieux végéter en haut de l'échelle qu'en bas, tant qu'à choisir. Et avec la HC , tu es le plus libre des hommes , plus rien à gagner ou à perdre.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Paratge le Jeu 29 Mai - 18:21

@Lefteris a écrit:
@Whypee a écrit:Alors que je viens d'apprendre que j'allais passer HC en septembre, c'est aussi la question que je me suis posé... Car voir son salaire diminuer chaque début d'année, ce n'est pas ce qu'on appelle une carotte. Mais après recherches il y a la GIPA, Wouah ! C'est la fête  cheers 
Il vaut mieux végéter en haut de l'échelle qu'en bas, tant qu'à choisir. Et avec la HC , tu es le plus libre des hommes , plus rien à gagner ou à perdre.

 Very Happy Very Happy Very Happy 

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 15 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum