"Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 16:32

Non, il a très bien expliqué, et il a raison. Encore faut-il admettre que la violence peut ne pas venir que de l'élève et qu'il y a une différence entre notre perception de ce qui est violent et la perception de l'élève (et non, on ne peut pas s'en moquer sous prétexte que l'élève est en tort au départ, ou que la perception de l'élève n'est pas une référence, parce que le coeur de notre métier, c'est de travailler avec ces élèves et leurs émotions, qu'on ne peut ni nier ni ignorer).
NB: Luigi, tu as raison, il y a une différence entre usage de la force et violence, mais l'élève, lui, ne la fait pas. Et sur la sanction plus que légère, on sera tous d'accord.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par InvitéMA le Jeu 23 Jan 2014 - 16:58

@victor44 a écrit:
MarieAnne a écrit:
@victor44 a écrit: Les élèves ont dans l'établissement les mêmes droits que nous dans la cité: expression, affichage, réunion.

Non, on ne peut pas comparer les droits des élèves dans l'établissement aux nôtres dans la cité. Je te donne un exemple: les conditions pour être élus. En cas de sanction pénale lourde, on ne peut être élu. En revanche, un élève qui en tape un autre et se faire exclure (ou pas) de son établissement pourra toujours devenir délégué l'année suivante. Ce qui est regrettable.

Mauvais exemple, au bout d'un certain temps, les peines s'effacent, de nombreux élus ont été condamnés au pénal.

Je te parle de sanctions pénales lourdes. A ma connaissance, elles se sont quand même pas effacées simplement parce que l'été est passé.
Sinon pour le reste, d'accord avec Holderfar (donc avec toi aussi sur certains points).
Mais je ne suis pas d'accord avec toi pour dire que le geste de l'élève s'explique par celui de l'enseignant. Il s'explique avant tout par un manque de contrôle total de l'élève, un manque d'éducation et une mauvaise gestion de la violence. S'il suffisait qu'un surveillant touche un élève pour que ce dernier le frappe...

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Reine Margot le Jeu 23 Jan 2014 - 18:51

@the educator a écrit:
Eh bien non, un élève n'a pas à donner un coup de poing à un prof qui lui met la main sur l'épaule pour l'amener à sortir. Le problème est là, trouver normal qu'un élève "se rebelle", alors même qu'il n'y a aucune violence physique de la part de l'enseignant. Quand on commence à craindre la façon dont les élèves pourraient réagir à ceci ou cela, c'en est fini de toute autorité. Et ce sont ces profs qui hésitent à agir de peur de la réaction des élèves qui justement amènent des situations de violence possibles.
ah ben là, il n'a pas craint l'élève, il a pris un coup de poing, et risque la faute professionnel. C'est sympa ce que tu proposes.

Un peu de logique en ce cas : assimiler l'établissement à la cité, c'est assimiler les surveillants aux forces de l'ordre.
Pas vraiment, il existe des tas de lieux dans la Cité où les règlements sont mis en application par d'autres personnes que les forces de l'ordre. SI tu te pointes ivre et nu en salle des profs, personne dans l'établissement n'a le droit de t'immobiliser au sol avec une clé de bras, a part si tu deviens dangereux ou que tu commets des délits. Par contre tu seras probablement sanctionné a posteriori par ton administration.

Mettre la main sur l'épaule d'un élève (ça ne permet de de bouger un élève, mais passons) peut déjà être ressenti comme une vraie agression, ça dépend vraiment du contexte, de l'état du gamin, parfois de s'il y a du public autour. Encore une fois, intervenir en tension, ça ne s'improvise pas, surtout lorsqu'on a pas le recours possible à la force. Le fait de mettre la main sur l'épaule, c'est ouvrir la porte à ça. La violence, c'est pas juste des coups de poings, il y a toute une gradation, symbolique ou non d'ailleurs, et ces situations ne permettent pas d'attendre des attitudes raisonnées. J'ai lu ailleurs qu'on pouvait comprendre qu'un collègue au bout du rouleau colle une claque à un gamin. Mais qu'un gamin nervé donne un coup de poing c'est plus compliqué à admettre?

A vous lire, on a l'impression que personne ici ne s'est retrouvé confronté à ce genre de situation. Je ne légitime rien du tout, bien sur qu'un n'élève "n'a pas à", mais la règle de base, c'est de ne pas alimenter la violence, et quand c'est notre boulot, c'est juste impardonnable.


C'est à dire que là le prof n'a rien commis de violent, mais l'élève a frappé. Et c'est le prof qui est mis en faute, non l'élève, parce qu'il aurait la responsabilité de "ne pas faire monter la tension", et devrait anticiper les éventuelles réactions des élèves.... Ce qui revient à dire que finalement seuls les élèves on le monopole de la violence légitime puisque le prof n'a pas le droit de s'énerver, mais eux si, et même, les profs doivent respecter les éventuels énervements des élèves et s'y plier, en revanche un élève peut légitimement "se rebeller" contre un prof qui l'a "énervé". Donc là c'est dire clairement qu'on donne l'autorité aux élèves dans l'école, sur les profs.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 19:17

Non. C'est dire que c'est à l'adulte, professionnel en principe formé (en pratique, c'est une autre histoire, mais bon) de ne pas entrer ou de faire sortir le conflit d'une escalade sans fin, et donc de ne rien faire qui puisse envenimer les choses, d'autant que les ados ne sont pas forcément à même de contrôler leurs émotions (ben oui, c'est l'âge). Ca ne signifie pas du tout que l'élève est roi dans l'établissement, pas du tout: l'autorité, ce n'est pas être obéi dans la seconde, c'est surtout la capacité à répondre correctement à des transgressions qui sont tout à fait inévitables. Et tant qu'on continuera à raisonner de la sorte ("de toute façon l'élève est en tort et c'est tout) et à monter en épingle les transgressions d'ados qui sont morts de rire de nous voir nous raidir à chacune d'entre elle, on n'aidera personne et on ne contribuera pas à assainir le climat scolaire.
Rappeler tout cela ne veut d'ailleurs pas dire qu'on n'a pas le droit à l'erreur et qu'on trouve la sanction adaptée, mais refuser même de parler d'erreur de l'adulte, c'est quand même symptomatique...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par dandelion le Jeu 23 Jan 2014 - 19:24

@Reine Margot a écrit:
@the educator a écrit:
Eh bien non, un élève n'a pas à donner un coup de poing à un prof qui lui met la main sur l'épaule pour l'amener à sortir. Le problème est là, trouver normal qu'un élève "se rebelle", alors même qu'il n'y a aucune violence physique de la part de l'enseignant. Quand on commence à craindre la façon dont les élèves pourraient réagir à ceci ou cela, c'en est fini de toute autorité. Et ce sont ces profs qui hésitent à agir de peur de la réaction des élèves qui justement amènent des situations de violence possibles.
ah ben là, il n'a pas craint l'élève, il a pris un coup de poing, et risque la faute professionnel. C'est sympa ce que tu proposes.

Un peu de logique en ce cas : assimiler l'établissement à la cité, c'est assimiler les surveillants aux forces de l'ordre.
Pas vraiment, il existe des tas de lieux dans la Cité où les règlements sont mis en application par d'autres personnes que les forces de l'ordre. SI tu te pointes ivre et nu en salle des profs, personne dans l'établissement n'a le droit de t'immobiliser au sol avec une clé de bras, a part si tu deviens dangereux ou que tu commets des délits. Par contre tu seras probablement sanctionné a posteriori par ton administration.

Mettre la main sur l'épaule d'un élève (ça ne permet de de bouger un élève, mais passons) peut déjà être ressenti comme une vraie agression, ça dépend vraiment du contexte, de l'état du gamin, parfois de s'il y a du public autour. Encore une fois, intervenir en tension, ça ne s'improvise pas, surtout lorsqu'on a pas le recours possible à la force. Le fait de mettre la main sur l'épaule, c'est ouvrir la porte à ça. La violence, c'est pas juste des coups de poings, il y a toute une gradation, symbolique ou non d'ailleurs, et ces situations ne permettent pas d'attendre des attitudes raisonnées. J'ai lu ailleurs qu'on pouvait comprendre qu'un collègue au bout du rouleau colle une claque à un gamin. Mais qu'un gamin nervé donne un coup de poing c'est plus compliqué à admettre?

A vous lire, on a l'impression que personne ici ne s'est retrouvé confronté à ce genre de situation. Je ne légitime rien du tout, bien sur qu'un n'élève "n'a pas à", mais la règle de base, c'est de ne pas alimenter la violence, et quand c'est notre boulot, c'est juste impardonnable.


C'est à dire que là le prof n'a rien commis de violent, mais l'élève a frappé. Et c'est le prof qui est mis en faute, non l'élève, parce qu'il aurait la responsabilité de "ne pas faire monter la tension", et devrait anticiper les éventuelles réactions des élèves.... Ce qui revient à dire que finalement seuls les élèves on le monopole de la violence légitime puisque le prof n'a pas le droit de s'énerver, mais eux si, et même, les profs doivent respecter les éventuels énervements des élèves et s'y plier, en revanche un élève peut légitimement "se rebeller" contre un prof qui l'a "énervé". Donc là c'est dire clairement qu'on donne l'autorité aux élèves dans l'école, sur les profs.
C'est aussi ce que je comprends, voire plus largement que si tu estimes qu'une personne fait preuve de violence envers toi (médecin qui te fait attendre, pompier, policier, bibliothécaire qui représentent l'Etat) tu es en droit de le frapper. C'est marrant quand un contrôleur se fait agresser, le personnel exerce son droit de retrait (et je me suis suffisamment tapé l'heure et demie de marche qui me séparait de chez moi pour m'en souvenir) et ne dit pas que le contrôleur aurait dû s'abstenir de contrôler des personnes susceptibles de s'énerver.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par InvitéMA le Jeu 23 Jan 2014 - 19:26

Holderfar, je suis d accord mais j ajouterais simplement que les réactions des collègues face à ce fait divers traduisent aussi leur exaspération face à l impunité des élèves et que nous devrions être beaucoup plus sévères pour ces faits de violence. A mon sens (peut-être seras tu d accord avec moi)cet élève devrait être exclu, même si le surveillant l a empoigne pour le faire sortir. Le faire sortir de force c était pas la solution, certes, mais se faire taper en retour...c est quand même différent.


Dernière édition par MarieAnne le Jeu 23 Jan 2014 - 19:27, édité 1 fois

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 19:27

Mais on a des gamins en face de nous, ce ne sont pas des adultes! Et d'ailleurs, un médecin ou un contrôleur tout seul prend rarement l'initiative de sortir un individu récalcitrant, hein...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 19:30

MarieAnne a écrit:Holderfar, je suis d accord mais j ajouterais simplement que les réactions des collègues face à ce fait divers traduisent aussi leur exaspération face à l impunité des élèves et que nous devrions être beaucoup plus sévères pour ces faits de violence. A mon sens (peut-être seras tu d accord avec moi)cet élève devrait être exclu, même si le surveillant l a empoigne pour le faire sortir. Le faire sortir de force c était pas la solution, certes, mais de faire taper en retour...c est quand même différent.
Personne n'a mis cela sur le même plan. Mais moi, je suis absolument effarée de voir qu'on nie l'erreur de l'adulte comme à chaque fois, qu'on juge visiblement non seulement inutile de prendre en compte quelques techniques de gestion de conflit mais qu'en plus, ceux qui ne se contentent pas d'un soutien inconditionnel à l'adulte se voient accusés de saper l'autorité des collègues et pire.
Bien sûr que le contexte de l'établissement (sans doute laxiste) a joué, personne ne le nie, mais on a le droit aussi de rappeler que certaines réactions sont dangereuses, non?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par InvitéMA le Jeu 23 Jan 2014 - 19:36

Oui je suis d accord avec toi: on doit pouvoir dire que le surveillant n a pas bien géré la situation, sans pour autant se faire taxer de lui jeter la pierre. Mais cela ne m empeche pas de penser que l élève mérite d etre exclu.

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 19:38

Là dessus, on est d'accord.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par InvitéMA le Jeu 23 Jan 2014 - 19:40

alatienne 

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Reine Margot le Jeu 23 Jan 2014 - 20:34

holderfar a écrit:Non. C'est dire que c'est à l'adulte, professionnel en principe formé (en pratique, c'est une autre histoire, mais bon) de ne pas entrer ou de faire sortir le conflit d'une escalade sans fin, et donc de ne rien faire qui puisse envenimer les choses, d'autant que les ados ne sont pas forcément à même de contrôler leurs émotions (ben oui, c'est l'âge). Ca ne signifie pas du tout que l'élève est roi dans l'établissement, pas du tout: l'autorité, ce n'est pas être obéi dans la seconde, c'est surtout la capacité à répondre correctement à des transgressions qui sont tout à fait inévitables. Et tant qu'on continuera à raisonner de la sorte ("de toute façon l'élève est en tort et c'est tout) et à monter en épingle les transgressions d'ados qui sont morts de rire de nous voir nous raidir à chacune d'entre elle, on n'aidera personne et on ne contribuera pas à assainir le climat scolaire.
Rappeler tout cela ne veut d'ailleurs pas dire qu'on n'a pas le droit à l'erreur et qu'on trouve la sanction adaptée, mais refuser même de parler d'erreur de l'adulte, c'est quand même symptomatique...

Là on n'est pas face à une transgression d'ado mort de rire, mais face à un gamin qui donne un coup de poing. Ne pas se raidir face à la provoc est une chose, considérer qu'un élève la le droit d'être violent s'il s'estime énervé tandis que l'adulte lui ne doit pas répondre face à la violence, c'est tendre le bâton pour se faire battre. L'autorité ce n'est pas seulement être capable de percevoir et d'anticiper les réactions de l'autre, c'est aussi avoir des droits qu'il n'a pas.

Et autant je parlerais d'erreur de l'adulte en cas de véritable violence (une claque donnée par ex), autant voir une erreur dans un geste uniquement "autoritaire" mais non violent est symptomatique du retrait de toute autorité chez le prof.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 20:40

Euh l'enfant a donné le coup de poing après l'empoignement. quand je parlais de raidissement, c'est pour évoquer ce moment-là. Et c'est ce raidissement qui a amené la violence de l'élève (encore une fois ce n'est pas un jugement mais un constat.).
Quant à ta définition de l'autorité, je ne la partage pas, ou alors il faut ajouter qu'aux droits supplémentaires de l'adulte s'ajoutent aussi des responsabilités plus grandes. Et c'est précisément ce que tu ne prends pas en compte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Reine Margot le Jeu 23 Jan 2014 - 20:44

Mais quand bien même, un enseignant a le droit de saisir un élève par l'épaule, cela ne donne pas à l'élève le droit de le frapper, le responsable est l'élève et non l'enseignant.
J'espère donc que tu ne commettras jamais d'erreur, si tu juges que le moindre geste ou la moindre parole que tu pourrais avoir avec un élève te met en tort toi et lui permet de te frapper selon que lui l'estime normal. Et j'ai du mal à comprendre en quoi donner ce pouvoir aux élèves peut assainir le climat scolaire...


Dernière édition par Reine Margot le Jeu 23 Jan 2014 - 20:57, édité 1 fois

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par dandelion le Jeu 23 Jan 2014 - 20:56

holderfar a écrit:Euh l'enfant a donné le coup de poing après l'empoignement. quand je parlais de raidissement, c'est pour évoquer ce moment-là. Et c'est ce raidissement qui a amené la violence de l'élève (encore une fois ce n'est pas un jugement mais un constat.).
Quant à ta définition de l'autorité, je ne la partage pas, ou alors il faut ajouter qu'aux droits supplémentaires de l'adulte s'ajoutent aussi  des responsabilités plus grandes. Et c'est précisément ce que tu ne prends pas en compte.
Je suis tout à fait d'accord pour estimer peu judicieux le comportement du surveillant s'il est tel que tu le définis, y compris s'il l'a 'saisi' et non 'empoigné'. Cependant, tu établis un lien de cause à effet entre le geste du surveillant et le geste de l'élève, et c'est ce qui me dérange. On ne se trouve pas dans une situation de légitime défense, et l'élève n'avait pas à le frapper. L'a-t-il frappé pour cette raison d'ailleurs? Cela reste à démontrer.
Et je ne sais pas si c'est parce que je me fais vieille, mais pour moi le surveillant est aussi un jeune homme, tout à fait susceptible de s'emporter physiquement si le ton monte.
Ce qui me dérange profondément c'est ce sous-entendu, 'oui, mais le surveillant l'a bien cherché'. Il me semble que rien ici ne démontre que le surveillant ait été à l'origine du comportement déviant de l'élève.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Reine Margot le Jeu 23 Jan 2014 - 21:00

Et puis on peut aller loin comme ça: que fait-on si un élève s'énerve car il ne veut pas faire un devoir? on annule l'interro? Si on lui donne du travail et que ça lui déplaît? On annule aussi? Si on l'oblige à travailler? Est-on en tort aussi, étant donné l'état d'énervement dans lequel la moindre consigne ou remarque mettent certains élèves?

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par dandelion le Jeu 23 Jan 2014 - 21:05

@Reine Margot a écrit:Et puis on peut aller loin comme ça: que fait-on si un élève s'énerve car il ne veut pas faire un devoir? on annule l'interro? Si on lui donne du travail et que ça lui déplaît? On annule aussi? Si on l'oblige à travailler? Est-on en tort aussi, étant donné l'état d'énervement dans lequel la moindre consigne ou remarque mettent certains élèves?
Je pense que pour beaucoup de CDE et d'inspecteurs, c'est le cas. C'est bien pour cela que le mot "exigeant" qui était autrefois flatteur lorsqu'il désignait un enseignant, est devenu au contraire négatif. L'enseignant qui exige (qu'un travail soit fait, qu'il soit propre, etc) est un enseignant qui n'évite pas les conflits. En cas de difficulté on dira qu'il en est à l'origine.
Je ne crois pas que ce soit l'idée qui sous-tend le propos d'Holderfar, mais c'est un discours très répandu aujourd'hui.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 21:06

Personne ne dit ça, reine Margot. Mais comme il ne suffit pas de dire à un élève en tort qu'il l'est pour qu'il se calme, oui, il faut éviter d'aggraver les choses. Ce qui ne veut pas dire céder sur tout, mais l'autorité, c'est aussi savoir quand lâcher prise pour différer la sanction (et oui, c'est difficile).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Reine Margot le Jeu 23 Jan 2014 - 21:08

holderfar a écrit:Personne ne dit ça, reine Margot. Mais comme il ne suffit pas de dire à un élève en tort qu'il l'est pour qu'il se calme, oui, il faut éviter d'aggraver les choses. Ce qui ne veut pas dire céder sur tout, mais l'autorité, c'est aussi savoir quand lâcher prise pour différer la sanction (et oui, c'est difficile).

Oui, disons qu'actuellement c'est effectivement devenu comme ça, se battre pour recouvrer une certaine exigence est devenu quasi-impossible. Bon courage en tout cas à tous ceux qui restent.... fleurs 

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 21:11

@dandelion a écrit:
holderfar a écrit:Euh l'enfant a donné le coup de poing après l'empoignement. quand je parlais de raidissement, c'est pour évoquer ce moment-là. Et c'est ce raidissement qui a amené la violence de l'élève (encore une fois ce n'est pas un jugement mais un constat.).
Quant à ta définition de l'autorité, je ne la partage pas, ou alors il faut ajouter qu'aux droits supplémentaires de l'adulte s'ajoutent aussi  des responsabilités plus grandes. Et c'est précisément ce que tu ne prends pas en compte.
Je suis tout à fait d'accord pour estimer peu judicieux le comportement du surveillant s'il est tel que tu le définis, y compris s'il l'a 'saisi' et non 'empoigné'. Cependant, tu établis un lien de cause à effet entre le geste du surveillant et le geste de l'élève, et c'est ce qui me dérange. On ne se trouve pas dans une situation de légitime défense, et l'élève n'avait pas à le frapper. L'a-t-il frappé pour cette raison d'ailleurs? Cela reste à démontrer.
Et je ne sais pas si c'est parce que je me fais vieille, mais pour moi le surveillant est aussi un jeune homme, tout à fait susceptible de s'emporter physiquement si le ton monte.
Ce qui me dérange profondément c'est ce sous-entendu, 'oui, mais le surveillant l'a bien cherché'. Il me semble que rien ici ne démontre que le surveillant ait été à l'origine du comportement déviant de l'élève.
C'est dingue, quand même: je n'ai jamais dit que le surveillant avait cherché (pour tout dire j'ai moi même entendu ça en inspection et ça m'énerve encore: mais force est de reconnaître que ce jour là, j'ai commis une erreur d'appréciation car sous tension), mais qu'il avait mal apprécié la situation, sans doute, oui, parce qu'il s'est emporté. Il n'empêche qu'en cas de conflit, il ne faut pas toucher un élève pour ne pas aggraver les choses et que s'il n'y avait pas eu de lien entre l'acte du surveillant et le geste du môme, celui-ci l'aurait frappé avant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par Fesseur Pro le Jeu 23 Jan 2014 - 21:12

@dandelion a écrit:C'est bien pour cela que le mot "exigeant" qui était autrefois flatteur lorsqu'il désignait un enseignant, est devenu au contraire négatif. L'enseignant qui exige (qu'un travail soit fait, qu'il soit propre, etc) est un enseignant qui n'évite pas les conflits. En cas de difficulté on dira qu'il en est à l'origine.
Bien vu.
C'est tout à fait ça.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par victor44 le Jeu 23 Jan 2014 - 22:27

@Reine Margot a écrit: un enseignant a le droit de saisir un élève par l'épaule

Non, définitivement non

victor44
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par victor44 le Jeu 23 Jan 2014 - 22:37

@dandelion a écrit:
@Reine Margot a écrit:Et puis on peut aller loin comme ça: que fait-on si un élève s'énerve car il ne veut pas faire un devoir? on annule l'interro? Si on lui donne du travail et que ça lui déplaît? On annule aussi? Si on l'oblige à travailler? Est-on en tort aussi, étant donné l'état d'énervement dans lequel la moindre consigne ou remarque mettent certains élèves?
Je pense que pour beaucoup de CDE et d'inspecteurs, c'est le cas. C'est bien pour cela que le mot "exigeant" qui était autrefois flatteur lorsqu'il désignait un enseignant, est devenu au contraire négatif. L'enseignant qui exige (qu'un travail soit fait, qu'il soit propre, etc) est un enseignant qui n'évite pas les conflits. En cas de difficulté on dira qu'il en est à l'origine.
.

Mais moi aussi je suis exigeant, d'ailleurs il ne faut pas se méprendre, les élèves n'aiment pas les profs démagos. Ne pas être exigeant c'est leur manquer de respect et ils te le font payer. Les profs carpette se font marcher dessus. Les profs les plus exigeants et ambitieux sont les plus respectés, attention cependant de ne mépriser personne dans le groupe.

Maintenant il y a d'autre moyens de les contraindre à rendre les devoirs ou à se calmer que le rapport de force.

Mais c'est ce que cherche tout ado: qu'on lui montre la limite et la direction. E si on se place sur le terrain du défi physique on prend le risque d'un engrenage qu'on ne peut plus maitriser ensuite.

Certains passent leur temps sur ce forum à dénigrer les pédagogues et les psychologues alors que dans ces lectures se trouvent de nombreuses clés pour gérer un groupe sans entrer dans un rapport dominant dominé.

victor44
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par User5899 le Jeu 23 Jan 2014 - 22:39

Ca n'a pas beaucoup évolué depuis mai 2011, ce fil, ou c'est moi ?  Sleep 

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par grandesvacances le Jeu 23 Jan 2014 - 23:50





 Sleep   Sleep   Sleep   Sleep   Sleep   Sleep   Sleep   Sleep   Sleep   Sleep

grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Toulouse: grève dans une école contre une sanction insuffisante pour un élève violent"

Message par kero le Ven 24 Jan 2014 - 0:09

@victor44 a écrit:Certains passent leur temps sur ce forum à dénigrer les pédagogues et les psychologues alors que dans ces lectures se trouvent de nombreuses clés pour gérer un groupe sans entrer dans un rapport dominant dominé.

Quelques titres à conseiller ?

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum