Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Sphinx
Modérateur

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Sphinx le Mer 5 Fév 2014 - 15:45
Benjy, pour que cette vidéo vise un sexe, il eût fallu que l'intégralité des hommes de la terre y fussent présents, ou que les dames qui y jouent un rôle portent un panneau "L'Homme, ce Salaud" (avec les majuscules). Or ce n'est pas le cas. Je n'y vois que quelques hommes : le sexiste qui parle à la femme comme si elle ne pouvait pas comprendre de quoi elle cause, le sexiste qui pense que proposer un coup de main pour porter la poussette l'autorise à draguer, la femme qui porte le voile (là, effectivement, difficile de dire ce que le court-métrage essaie d'en dire), les racailles en bande qui sifflent, agressent et finissent par se croire tout permis pour rabaisser celle dont ils pensent qu'elle conteste leur autorité/virilité, l'homme sexiste qui rabaisse ses N-1 au bureau (et qui sous-entend que celle qui se fait agresser l'a peut-être cherché), le N-1 féminin qui se laisse faire. Je n'y reconnais pas les hommes que je connais, fréquente, côtoie tous les jours. En revanche, j'y reconnais quelques hommes que j'ai déjà croisés. Donc non, cette vidéo ne vise pas un sexe : elle ne vise que quelques hommes. Comme par ailleurs tu n'as aucun argument pour dire que cette vidéo vise tous les hommes (à part le répéter en boucle, ce qui n'a jamais constitué un argument en soi), je ne vois qu'une conclusion possible : j'ai raison, tu as tort. Il n'est pas question ici de mon ressenti ou de ma sensibilité, puisqu'en regardant cette vidéo, je ne me sers ni de l'un ni de l'autre, mais de ma cervelle. Donc, oui, ma compréhension (et non mon interprétation) de ce court-métrage est la bonne, et je ne vois pas en quoi le fait que des gens, sur le vaste interouèbe, l'aient mal compris (fautes d'orthographe à l'appui), pourrait te donner raison Rolling Eyes

Par ailleurs, je te conseille de te mettre un peu au latin : tu comprendras ainsi ce que Voli a voulu te dire.
benjy_star
Fidèle du forum

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par benjy_star le Mer 5 Fév 2014 - 16:11
Benjy, pour que cette vidéo vise un sexe, il eût fallu que l'intégralité des hommes de la terre y fussent présents, ou que les dames qui y jouent un rôle portent un panneau "L'Homme, ce Salaud" (avec les majuscules).
Bien sûr que non. Je ne vois aucune "femme" dans cette vidéo, qui a un rôle, et qui se comporte correctement. Donc, j'en déduis qu'une sacrée proportion de "femmes" doit être sacrément mal intentionnée, y en a pas une qui soit sympa ! C'est fou ça ? Mais oui, de la à dire que ces "femmes" sont très rares, c'est sûr, cette vidéo suggère ainsi que la grande majorité de "femmes" sont adorables, puisqu'on en voit, combien déjà ? ^^

En revanche, j'y reconnais quelques hommes que j'ai déjà croisés.
Et certains que j'ai aussi croisés, là, je dis pas le contraire.

Comme par ailleurs tu n'as aucun argument pour dire que cette vidéo vise tous les hommes
Si si, c'est juste que tu as pas envie de les lire ou de les comprendre ! Very Happy

j'ai raison, tu as tort.
Et ça te fait du bien de le dire, c'est ça ? Smile

je ne vois pas en quoi le fait que des gens, sur le vaste interouèbe, l'aient mal compris (fautes d'orthographe à l'appui), pourrait te donner raison
Tu ne comprends pas que ma mauvaise interprétation lamentable, ressentie par d'autres gens, en proportion vraiment non négligeable soit une façon de montrer que d'autres personnes que moi ont pu être heurtées par cette vidéo ? Après, tu as peut-être pas envie de le comprendre... ^^

Par ailleurs, je te conseille de te mettre un peu au latin : tu comprendras ainsi ce que Voli a voulu te dire.
J'ai arrêté le latin il y a plus de 15 ans, mais j'ai très bien compris ce que voulait dire cette citation. Tu as vraiment un complexe de supériorité fou !
avatar
Sphinx
Modérateur

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Sphinx le Mer 5 Fév 2014 - 16:40
@benjy_star a écrit:
Bien sûr que non. Je ne vois aucune "femme" dans cette vidéo, qui a un rôle, et qui se comporte correctement. Donc, j'en déduis qu'une sacrée proportion de "femmes" doit être sacrément mal intentionnée, y en a pas une qui soit sympa ! C'est fou ça ? Mais oui, de la à dire que ces "femmes" sont très rares, c'est sûr, cette vidéo suggère ainsi que la grande majorité de "femmes" sont adorables, puisqu'on en voit, combien déjà ? ^^

Je ne comprends pas la moitié de tes phrases    Tu veux dire quoi ? qui est mal intentionné ? Les femmes ne sont pas spécialement bien traitées, puisque l'homme qui joue le rôle principal, celui qui porte le voile et le jeune flic au commissariat n'ont pas spécialement des rôles positifs. Pourquoi veux-tu qu'il y ait des gens sympas ? C'est un court-métrage de dix minutes, qui vise à dénoncer quelque chose. Pas un film sur la vraie vie en général. C'est si dur que ça à comprendre ?

En revanche, j'y reconnais quelques hommes que j'ai déjà croisés.
Et certains que j'ai aussi croisés, là, je dis pas le contraire.

Bon. Alors pourquoi te sens-tu visé ?

Comme par ailleurs tu n'as aucun argument pour dire que cette vidéo vise tous les hommes
Si si, c'est juste que tu as pas envie de les lire ou de les comprendre ! Very Happy
Je lis tes messages, et je lis une seule chose : ce film vise tous les hommes dans leur ensemble, parce que j'ai décidé que c'est comme ça, et donc je me sens visé. Il n'y a rien de rationnel ni de raisonnable là-dedans.

j'ai raison, tu as tort.
Et ça te fait du bien de le dire, c'est ça ? Smile

Non, pas spécialement. Mais visiblement tu as décidé de mettre en avant les émotions et les sentiments, qui, je le répète, n'ont rien à voir avec la choucroute dans cette affaire.

je ne vois pas en quoi le fait que des gens, sur le vaste interouèbe, l'aient mal compris (fautes d'orthographe à l'appui), pourrait te donner raison
Tu ne comprends pas que ma mauvaise interprétation lamentable, ressentie par d'autres gens, en proportion vraiment non négligeable soit une façon de montrer que d'autres personnes que moi ont pu être heurtées par cette vidéo ? Après, tu as peut-être pas envie de le comprendre... ^^

Je comprends qu'elles sont heurtées, je comprends aussi que je ne vois vraiment pas pourquoi. C'est ce qu'on se tue à te dire depuis le début de cette conversation : tu es heurté, soit, personne ne le nie : ce qu'on te dit, c'est qu'il n'y a aucune raison de l'être.

Par ailleurs, je te conseille de te mettre un peu au latin : tu comprendras ainsi ce que Voli a voulu te dire.
J'ai arrêté le latin il y a plus de 15 ans, mais j'ai très bien compris ce que voulait dire cette citation. Tu as vraiment un complexe de supériorité fou !

Le fait que tu sois très content de ce qu'elle te dit semblait indiquer que tu ne l'avais pas compris. M'enfin si tu es content d'admettre qu'il n'y a que le néant dans tes messages, soit. Quant à mon complexe de supériorité... bah  Rolling Eyes 
avatar
Thalie
Doyen

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Thalie le Mer 5 Fév 2014 - 17:38
Si cette vidéo souhaitait faire avancer les choses entre les deux sexes, elle aurait dû présenter des hommes positifs, or, ce n'est pas le cas. Elle ne donne qu'une vision partielle. Vous ne pouvez pas d'un côté dire : c'est une fable, bla, bla, c'est une métaphore, bla, bla et de l'autre dire : attention, tous les hommes de la terre n'y sont pas représentés (cela aurait été impossible) donc on ne peut pas dire qu'elle dénonce les agissements d'un sexe. Il aurait fallu nuancer le propos ce que ce CM ne fait pas du tout. Il préfère caricaturer et tendre encore plus les relations homme/femme. Je comprends parfaitement la réaction de Benjy Star.
Depuis quand les Nord-Américaines qui pratiquent les élections de mini-miss sont-elles des opprimées ?
avatar
Sphinx
Modérateur

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Sphinx le Mer 5 Fév 2014 - 17:51
Mais on ne nie pas qu'il n'est pas très bien fait, ce court, et qu'il aurait dû rester davantage dans la subtilité, en évitant par exemple d'aller jusqu'au viol. Mais une fois de plus, je ne comprends pas comment vous pouvez y voir tous les hommes. Je dois bien choisir mes fréquentations, je n'y reconnais personne de ma famille et de mes amis, et ça ne me viendrait pas à l'idée de le leur montrer en beuglant "Tiens, t'as vu ? Monstre !"  :shock:  Ce court-métrage a un sujet ! Pourquoi devrait-il délayer son propos en montrant autre chose ? Quand vous regardez le PMU, vous en déduisez que tous les hommes de moins d'1m65 pratiquent la course hippique ? Quand vous regardez Million Dollar Baby ou Raging Bull, vous pensez que le film veut vous convaincre qu'il n'y a que la boxe dans la vie ?

Moi, quand je regarde ce court-métrage, je vois un subordonné, dans le commissariat, qui accepte sans broncher qu'on l'envoie faire un café et qui trouve flatteuses les remarques sur sa tenue, je vois un personnage principal qui se permet de faire des remarques condescendante sur le port du voile. Je n'en déduis pas du tout qu'on m'accuse de me comporter comme ça ! Et pourtant, il n'y a pas d'autres modèles "féminins".

Alors, que ce soit mal fait, je n'en disconviens pas, une fois de plus. Que ça vise tous les hommes : non, clairement pas.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

avatar
Tristana
Vénérable

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Tristana le Mer 5 Fév 2014 - 19:15
@Sphinx a écrit:Mais on ne nie pas qu'il n'est pas très bien fait, ce court, et qu'il aurait dû rester davantage dans la subtilité, en évitant par exemple d'aller jusqu'au viol. Mais une fois de plus, je ne comprends pas comment vous pouvez y voir tous les hommes. Je dois bien choisir mes fréquentations, je n'y reconnais personne de ma famille et de mes amis, et ça ne me viendrait pas à l'idée de le leur montrer en beuglant "Tiens, t'as vu ? Monstre !"  :shock:  Ce court-métrage a un sujet ! Pourquoi devrait-il délayer son propos en montrant autre chose ? Quand vous regardez le PMU, vous en déduisez que tous les hommes de moins d'1m65 pratiquent la course hippique ? Quand vous regardez Million Dollar Baby ou Raging Bull, vous pensez que le film veut vous convaincre qu'il n'y a que la boxe dans la vie ?

Moi, quand je regarde ce court-métrage, je vois un subordonné, dans le commissariat, qui accepte sans broncher qu'on l'envoie faire un café et qui trouve flatteuses les remarques sur sa tenue, je vois un personnage principal qui se permet de faire des remarques condescendante sur le port du voile. Je n'en déduis pas du tout qu'on m'accuse de me comporter comme ça ! Et pourtant, il n'y a pas d'autres modèles "féminins".

Alors, que ce soit mal fait, je n'en disconviens pas, une fois de plus. Que ça vise tous les hommes : non, clairement pas.

  
C'est un court-métrage qui cherche à provoquer une réaction (en ce sens, il est réussi !), pas à représenter toutes les personnes existant sur la planète.
Comme Sphinx, je ne trouve pas les personnages masculins parfaits dans cette vidéo : il s'agit aussi de nous renvoyer à nos propres faiblesses (pourquoi écouter la gentille voisine qui nous dit qu'on ne doit pas se voiler ? pourquoi ne pas envoyer chier le supérieur qui nous demande de lui faire un café ? etc), et en ce sens, le parallèle avec les mères de mini-Miss est bien trouvé : on peut considérer qu'elles ne font pas partie des populations opprimées, mais il n'empêche qu'elles sont des femmes et qu'en tant que femmes, on leur a appris que l'apparence comptait avant tout. Elles reproduisent donc ce qu'on leur a inculqué sur leurs filles : c'est du sexisme, pur et simple, venant de personnes qui ont tout à y perdre (puisqu'elles constituent, désolée de le rappeler, la grande majorité des victimes de sexisme).
Nous vivons tous dans une société qui nous formate. Le sexisme des hommes n'est pas plus grave que celui des femmes : il s'explique par ce conditionnement qui fait qu'on dit aux hommes qu'ils ont le droit de draguer lourdement (voire de harceler) les femmes dans la rue, qu'on dit aux femmes qu'elles ne méritent pas mieux si elles s'habillent léger (mais en même temps, si elles sortent des codes vestimentaires habituels, ce sont des coincées qu'il faut ramener dans le droit chemin), qu'on dit aux femmes d'accepter des remarques qu'elles ne devraient pas accepter, etc.
Après, il y a des gens (hommes comme femmes) qui ont envie qu'on sorte de ce marasme, et qui créent des vidéos, qui écrivent des textes, qui peignent des toiles, pour essayer d'expliquer comment fonctionne ce conditionnement, et comment on peut en sortir (et la première étape, c'est la prise de conscience). Voilà pourquoi, même mal faite, même lacunaire, je trouve cette vidéo intelligente, et nécessaire.
avatar
florestan
Grand sage

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par florestan le Mer 5 Fév 2014 - 19:29
Quand on est blanc, on ne se rend pas compte du racisme comme si on était un noir , on ne se fait pas traiter de macaque , on ne se fait pas tutoyer directement par la police, on n'est pas en butte au mépris et au rejet profondément ancré dans une bonne partie de la population (il suffit de voir ce que C. Taubira a récolté comme réactions).
Et bien quand on est un homme c'est pareil. Quand on est une ado et qu'on commence à attirer les regards, sachez bien messieurs qu'une bonne partie d'entre eux est tout sauf bienveillante, positive et agréable. On est en permanence sur ses gardes, c'est un fait. Le monde, l'espace public est fait pour les hommes et on le voit bien dans ce court métrage (médiocre à pleins d'égards par ailleurs). Une femme est une intruse dans  pleins d'endroits encore en France(ne parlons pas d'autres cultures). Là où j'habite, les seules femmes qui sont dans la rue sont avec leurs enfants ou en courses (ou elles tapinent...). Les hommes occupent largement et bruyamment l'espace. Une femme doit être sur ses gardes, elle n'est pas naturellement à sa place. Elle n'est pas forcément "en danger" (les viols sont très majoritairement commis par des proches) mais c'est une forme de contrôle social.
Je suis une femme blanche et j'adore les hommes!
benjy_star
Fidèle du forum

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par benjy_star le Mer 5 Fév 2014 - 20:52
Je réponds vite à un truc un peu lamentable :

M'enfin si tu es content d'admettre qu'il n'y a que le néant dans tes messages, soit
Oui, c'est exactement ce que voulait dire ma phrase, c'est la seule et unique façon de l'interpréter, c'est sûr, mais bon, encore une fois, il n'y a qu'une vérité (c'est bien connu) et c'est toi qui la détiens, c'est pas la première fois que tu fais semblant de pas me comprendre, ça me passe loin au-dessus. :DJ'ai bien compris que tu avais un haute opinion de toi-même. Wink

Bref, pour en revenir à ce qui me dérange, imaginons qu'on s'amuse à sortir une vidéo, avec une femme, qui refuse d'aller boire un verre avec un homme, mais qui finalement change d'avis quand elle le voit rentrer dans sa luxueuse voiture de sport pour partir. (Cette vidéo existe, je ne l'aime pas du tout)

Toujours dans cette même vidéo, à la suite, on voit une femme qui dit à son futur ex-mari, pendant un divorce : "de toute façon, je demande la garde, tu peux bien la demander, comme je suis une femme, tu as peu de chance de l'obtenir". Et elle l'obtient.

Toujours dans la même vidéo, on verrait un autre femme accuser son ex conjoint d'avoir fait subir des sévices à son fils/sa fille, par vengeance.

Toujours dans la même vidéo, on verrait une autre femme tromper son homme, qui, lui, apparaîtrait comme très correct (ça peut facilement se mettre en scène).

Toujours dans la même vidéo, on verrait une femme, violente, s'en prendre à son homme, plus fort qu'elle physiquement, certes, mais qui ne lui répond pas parce qu'il a pour principe de ne pas frapper une femme.

Fin de la vidéo.

Et là, quand vous voyez cette vidéo imaginaire, honnêtement, vous vous dites : "pauvres hommes, c'est vrai que parfois la société est injuste avec eux/nous", ou "c'est quoi cette vidéo qui fait passer les femmes pour des **" ? Honnêtement ???!!

Ce serait une caricature dont le but est de discréditer les femmes auprès des hommes, au même titre que cette vidéo. Si on ne montre QUE (et uniquement, j'espère que vous arrivez à me lire) des femmes vénales/violentes/... alors on suppose qu'elles le sont toutes ou presque. Si on ne nuance pas, on tombe dans la caricature, on tombe dans l'amalgame, et le message qui au départ se voudrait constructif finit par diviser !
avatar
arguin
Niveau 8

BORDEAUX : L'usage de la ville par les femmes

par arguin le Mer 5 Fév 2014 - 20:56
Je partage l'avis de Florestan.
Merci VOLI VOLA pour le partage de cette vidéo. Elle n'est pas formidable, mais a le mérite de pointer du doigt le machisme ambiant auquel les femmes sont confrontées dans leur quotidien.

Plus bas, voici en LIEN l'accès à la synthèse d'une étude en urbanisme qui propose de mieux saisir l’enjeu républicain qui s’attache à la compréhension de l’usage de la ville par le genre. Il s’agit de déconstruire les représentations collectives qui présupposent que les usages urbains sont en général mixtes et peu différenciés entre hommes et femmes. En appliquant successivement le filtre du genre à l’étude statistique de la population, à l’écoute d’un panel de femmes et à la description de sites urbains, l’étude construit les bases d’une méthode jusqu’ici peu usitée en urbanisme.
"A première vue, l'espace public est mixte. A première vue seulement. Car l'espace urbain demeure un espace où les déséquilibres entre les deux sexes restent profonds. (...) contrairement aux hommes, "les femmes ne font que traverser l'espace urbain, elles ne stationnent pas", explique le géographe Yves Raibaud, coproducteur d'un rapport, en 2011, commandé par la communauté urbaine de Bordeaux. "On constate que les femmes traînent moins souvent dans la rue sans avoir quelque chose de précis à y faire et se déplacent rapidement d'un endroit à un autre", confirme Patricia Perennes, d'Osez le féminisme. Allez vite pour éviter les ennuis... Car une femme seule est trois fois plus abordée dans la rue qu'un homme. Parfois sympathiques, ces rencontres peuvent s'avérer désagréables et provoquer un sentiment d'insécurité. (...)

Pour la sociologue Marylène Lieber, professeur à l'Institut des études sur le genre, à Genève, les femmes subissent des "rappels à l'ordre sexués, des petits actes qui n'ont rien de grave mais qui leur rappellent sans cesse qu'elles sont des "proies" potentielles dans l'espace public : commentaires, regards soutenus, etc.".

Les parents en tirent des conséquences en disant très tôt à leurs filles comment se comporter et s'habiller. "Toute la journée, on t'explique ce que tu dois être en tant que femme, les télévisions et les journaux font de même, et tu finis par ne plus te définir en tant qu'être humain", explique l'urbaniste Louise Montout. Jusqu'à la puberté, on demande aux filles davantage de déplacements que les garçons, car on les considère plus dégourdies. Mais après, le viol devient la peur structurante des femmes en milieu urbain, alors que la ville est bien plus le lieu des incivilités que des agressions physiques. (...)

DANS LE MÉTRO LE SOIR, 2 FEMMES POUR 8 HOMMES
Le métro, le soir, est fréquenté en moyenne par deux femmes pour huit hommes. Les parents ont autant peur du métro la nuit pour leurs filles (leur imposant le taxi) que les filles elles-mêmes, y compris majeures. Ces dernières mettent en place des stratégies pour réduire le danger : porter un pantalon, maquillage sobre, se déplacer en groupe, se rapprocher d'autres filles isolées, avoir un baladeur sur les oreilles en fuyant tout regard.

Ces stratagèmes entraînent une réduction des libertés. "Les filles sont confrontées à une tension entre les attentes placées dans les sorties festives, souvent associées à un habillement plus sexualisé, et un contrôle des parents plus marqué que pour les garçons", constate Clément Rivière, doctorant à l'Observatoire sociologique du changement (Sciences Po). Ainsi, des normes s'imposent, parfaitement intégrées, invisibles et intériorisées.

Les décideurs de la ville ne font rien pour réduire ce fossé entre garçons et filles. Ils font même le contraire. Ainsi, 85 % du budget des équipements programmés dans les zones prioritaires vont aux garçons. Pour "canaliser la violence", dit-on. Les skate-parks poussent comme des champignons un peu partout, alors qu'il n'existe presque rien pour les adolescentes. Dans la revue Traits urbains, en mai, Yves Raibaud prend l'exemple de la construction de stades de football, investis presque uniquement par des hommes : "Imaginez un équipement public pour 43 000 femmes !"

Les gestionnaires des politiques publiques, les urbanistes notamment, sont en grande majorité des hommes et agissent en fonction des idées qu'ils ont des femmes. Est-ce pour des raisons économiques, voire écologiques, ou parce qu'ils imaginent les femmes au foyer le soir,
que 5 000 communes de France ont récemment décidé d'éteindre l'éclairage public entre minuit et 5 heures du matin ? Pourquoi nombre de lieux festifs et nocturnes sont-ils construits sans toilettes ? Parce que la nuit est un espace jugé masculin. D'un autre côté, les décideurs et urbanistes n'oublient pas les couloirs à poussettes, ni d'installer des crèches à côté des lieux de travail majoritairement féminins. "Les urbanistes vont répondre que, lors des réunions, on leur demande ces couloirs à poussettes !", rétorque Louise Montout.

"LA VILLE APPARTIENT AUX HOMMES"
Tout le monde est d'accord : la ville est pensée par et pour l'homme, "elle appartient aux hommes ", affirme même Yves Raibaud. Les sociologues diront qu'elle est "androcentrée" - elle place au centre l'homme. Le dogme est si ancré que nous avons du mal à le remettre en question. Pire, nous l'entretenons tous. Car l'espace n'est pas interdit aux femmes, ce sont elles qui s'interdisent l'accès à une rue, un bar, un lieu de fête... Les interdits sont tels, montre l'étude de Bordeaux, que les lieux qu'elles trouvent répulsifs sont les plus nombreux.

En fait, les femmes érigeraient ce que le géographe Guy Di Méo appelle des "murs invisibles" dans l'espace urbain. Ces barrières sont inconscientes. Elles varient d'une personne à l'autre et d'un jour à l'autre en fonction des émotions. Elles sont le fruit de facteurs comme l'âge, le niveau socio-économique, la situation personnelle ou l'environnement culturel. Et pourtant la peur touche l'adolescente comme la maman et sa poussette. "Il suffit d'un viol médiatisé pour que toutes les femmes aient peur", dit Marylène Lieber. Cette peur se transforme au fil des ans avec l'idée d'être une proie dont le sac à main est visé. C'est cette vulnérabilité qui pousse les personnes âgées à cacher leur argent sous leur pull pour sortir.

Les femmes ne ressentent pas non plus l'insécurité de la même façon selon leur éducation et leur classe sociale. On croit qu'il est difficile pour une femme riche d'aller dans un quartier pauvre. Mais, inversement, les femmes du 19e arrondissement de Paris interrogées par Clément Rivière témoignent d'un malaise lorsqu'elles se rendent dans le 16e arrondissement.

Cependant, les femmes se retrouvent sur un point : "Les femmes des quartiers résidentiels qui ont une voiture ne perçoivent pas pareil le problème des sorties que celles qui rentrent en RER ou à pied, mais le processus de construction de la peur est le même", remarque Marylène Lieber. Ainsi la question du genre ne s'arrête-t-elle pas aux banlieues ou aux quartiers populaires. "Elle est transversale à l'espace urbain ", confirme Clément Rivière." (...) http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/10/04/la-rue-fief-des-males_1770418_3246.html

LIEN vers l'étude : l'usage de la ville par les femmes -
http://www.aurba.org/Publications/Syntheses/Populations-et-modes-de-vie/L-usage-de-la-ville-par-les-femmes
avatar
Sphinx
Modérateur

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Sphinx le Mer 5 Fév 2014 - 21:01
Alors, ça va bien deux minutes de m'insulter, la haute opinion de moi-même n'existe que dans ta tête, et comme tu ne me connais pas plus que je te connais, je me garderai de te retourner ce joli compliment qui n'a pas plus de sens que de fondement.

Quant à ton exemple :
- si je voyais une pareille vidéo, je me dirais que voilà des femmes bien c*nnes, non pas que c'est faux puisque de tels comportements existent, et pas non plus que c'est horrible et que toutes les femmes sont comme ça puisque ce n'est pas le cas : en d'autres termes, je ne me sentirais absolument pas visée, ce qui est grosso modo ce qu'on te demande depuis le début ;
- une telle vidéo n'aurait pas de sens. Montre-moi une vidéo avec uniquement des femmes vénales, d'accord. Avec uniquement des femmes qui obtiennent sur les hommes le droit de s'occuper de leurs enfants, d'accord. Ce serait une vidéo qui dénonce *un* type de comportement, tout comme là, nous avons affaire à une vidéo qui parle d'*un* comportement : le sexisme. La vidéo dont tu parles loupe son effet, puisqu'elle mélange tout. La vidéo postée ici loupe aussi un peu son effet, je l'ai dit plusieurs fois, puisqu'elle mélange viol et sexisme ordinaire.
En gros, non, je n'aboutis à aucune des deux réactions que tu proposes, qui sont aussi ridicules l'une que l'autre. J'en aboutis à la conclusion que cette vidéo est mal faite parce qu'elle vise trop de choses à la fois. Je ne me sens pas pour autant visée en tant que femme.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

avatar
florestan
Grand sage

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par florestan le Mer 5 Fév 2014 - 21:03
Mais ce court métrage a une visée dénonciatoire. Si tu transposes: tu veux faire un CM contre le racisme, tu ne vas pas y introduire des militants du MRAP mais des situation ou toi en tant que blanc tu seras "coupable". Si tu veux dénoncer l'homophobie, tu ne vas pas mettre en scène aides ou act up dans un film aussi court mais des situations de rejet, d'agression, de discrimination, et  tu ne vas forcément te sentir visé même si tu n'es pas homo. Evidemment que c'est caricatural , mais ce sont des choses qui existent, il faut bien en prendre conscience. Pourquoi prendre un film à caractère pamphlétaire toutes proportions gardées comme dirigé directement contre soi. C'est les hommes contre les femmes et vice versa ou quoi?
avatar
florestan
Grand sage

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par florestan le Mer 5 Fév 2014 - 21:05
Arguin +1OOO Merci pour la doc.
avatar
Osmie
Sage

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Osmie le Mer 5 Fév 2014 - 21:08
Voli vola a écrit:
Janne a écrit:
@benjy_star a écrit:Réaction d'une amie qui vient d'arriver : "Tu aurais pas dû t'énerver pour cette vidéo, c'est ce que la "posteuse" cherchais. Tu te doutes bien que quand on poste une telle vidéo, c'est pour provoquer les hommes, tu es tombé dans le piège". Very Happy

C'est pas faux, j'ai pas vu le troll tout de suite. Wink

Du sang, du sang ! woohoo

Il n'existe pas de pire faute que la tentative de justification, disait Bouddha. professeur

Sachant très bien moi-même, ainsi que 90% des adultes normalement constitués et de bonne foi de ce forum, pourquoi j'ai posté ce lien, je ne vais pas m'abaisser à me livrer à un combat de coqs sanglant 100% idiot et inutile.

 Wink

Je suis déçudéçue.  Very Happy
benjy_star
Fidèle du forum

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par benjy_star le Mer 5 Fév 2014 - 21:11
@florestan a écrit:Mais ce court métrage a une visée dénonciatoire. Si tu transposes: tu veux faire un CM contre le racisme, tu ne vas pas y introduire des militants du MRAP mais des situation ou toi en tant que blanc tu seras "coupable". Si tu veux dénoncer l'homophobie, tu ne vas pas mettre en scène aides ou act up dans un film aussi court mais des situations de rejet, d'agression, de discrimination, et  tu ne vas forcément te sentir visé même si tu n'es pas homo. Evidemment que c'est caricatural , mais ce sont des choses qui existent, il faut bien en prendre conscience. Pourquoi prendre un film à caractère pamphlétaire toutes proportions gardées comme dirigé directement contre soi. C'est les hommes contre les femmes et vice versa ou quoi?
D'accord, donc le racisme vient toujours des blancs ? Déjà, là, ça me pose un soucis...

Bref, cette vidéo est une caricature qui ne marche pas sur moi, qui me donne l'impression de faire un amalgame, et qui donc fait plus que louper son effet puisqu'elle m'agace et en agace d'autres. Maintenant, si vous pensez que je n'ai pas le droit de penser ainsi, c’est votre droit le plus total, tout comme c'est mon droit d'exprimer mon opinion, mon ressenti. Si vous aviez envie de rester entre personnes qui sont relativement d'accord entre elles, fallait pas poster cette vidéo sur un forum.

Et arrêtez de penser qu'il n'y a qu'une vérité ou qu'une interprétation. Wink
avatar
florestan
Grand sage

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par florestan le Mer 5 Fév 2014 - 21:15
@benjy_star a écrit:
@florestan a écrit:Mais ce court métrage a une visée dénonciatoire. Si tu transposes: tu veux faire un CM contre le racisme, tu ne vas pas y introduire des militants du MRAP mais des situation ou toi en tant que blanc tu seras "coupable". Si tu veux dénoncer l'homophobie, tu ne vas pas mettre en scène aides ou act up dans un film aussi court mais des situations de rejet, d'agression, de discrimination, et  tu ne vas forcément te sentir visé même si tu n'es pas homo. Evidemment que c'est caricatural , mais ce sont des choses qui existent, il faut bien en prendre conscience. Pourquoi prendre un film à caractère pamphlétaire toutes proportions gardées comme dirigé directement contre soi. C'est les hommes contre les femmes et vice versa ou quoi?
D'accord, donc le racisme vient toujours des blancs ? Déjà, là, ça me pose un soucis...

Bref, cette vidéo est une caricature qui ne marche pas sur moi, qui me donne l'impression de faire un amalgame, et qui donc fait plus que louper son effet puisqu'elle m'agace et en agace d'autres. Maintenant, si vous pensez que je n'ai pas le droit de penser ainsi, c’est votre droit le plus total, tout comme c'est mon droit d'exprimer mon opinion, mon ressenti. Si vous aviez envie de rester entre personnes qui sont relativement d'accord entre elles, fallait pas poster cette vidéo sur un forum.

Et arrêtez de penser qu'il n'y a qu'une vérité ou qu'une interprétation. Wink

 Mais bien sûr que non! Comme disait Coluche: "moi je suis raciste parce que je suis écolo et le racisme c'est rien que du naturel"  cheers
InviteeF
Grand Maître

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par InviteeF le Mer 5 Fév 2014 - 21:17
Tu enseignes la philosophie?

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...
avatar
arguin
Niveau 8

Video "live" explicite pour les miros : Harcèlement de rue

par arguin le Mer 5 Fév 2014 - 21:23


Sofie Peeters, étudiante belge en cinéma, a réalisé un film sur le harcèlement de rue. Elle montre et y explique sa vie quotidienne de femme qui, perpétuellement, à chacune de ses sorties, se fait aborder par des hommes qui lui font des avances sexuelles généralement très vulgaires.
avatar
doublecasquette
Prophète

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par doublecasquette le Mer 5 Fév 2014 - 21:33
Et si la vocation de ce court-métrage était de faire comprendre à certaines femmes que non, ce n'est pas normal d'être soumises perpétuellement à ces genres de traitement (hors viol qui est effectivement un peu lourd ... ) ? La prise de conscience est loin d'être complète et il y a même recul.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/
InviteeF
Grand Maître

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par InviteeF le Mer 5 Fév 2014 - 21:35
@doublecasquette a écrit: Et si la vocation de ce court-métrage était de faire comprendre à certaines femmes que non, ce n'est pas normal d'être soumises perpétuellement à ces genres de traitement (hors viol qui est effectivement un peu lourd ... ) ? La prise de conscience est loin d'être complète et il y a même recul.
C'est ce que je disais quelques messages plus tôt,  d'accord avec toi! Wink

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...
avatar
doublecasquette
Prophète

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par doublecasquette le Mer 5 Fév 2014 - 21:37
Voli vola a écrit:
@doublecasquette a écrit: Et si la vocation de ce court-métrage était de faire comprendre à certaines femmes que non, ce n'est pas normal d'être soumises perpétuellement à ces genres de traitement (hors viol qui est effectivement un peu lourd ... ) ? La prise de conscience est loin d'être complète et il y a même recul.
C'est ce que je disais quelques messages plus tôt,  d'accord avec toi! Wink

Excuse-moi de cette redondance. J'ai lu un peu en diagonale, arrivée en retard, et n'ai pas vu ce que tu avais exprimé. Embarassed 

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/
InviteeF
Grand Maître

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par InviteeF le Mer 5 Fév 2014 - 21:39
@doublecasquette a écrit:
Voli vola a écrit:
Et si la vocation de ce court-métrage était de faire comprendre à certaines femmes que non, ce n'est pas normal d'être soumises perpétuellement à ces genres de traitement (hors viol qui est effectivement un peu lourd ... ) ? La prise de conscience est loin d'être complète et il y a même recul.
C'est ce que je disais quelques messages plus tôt,  d'accord avec toi! Wink

Excuse-moi de cette redondance. J'ai lu un peu en diagonale, arrivée en retard, et n'ai pas vu ce que tu avais exprimé. Embarassed 
Ah mais ne t'excuse pas!
au contraire fleurs2

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...
InviteeF
Grand Maître

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par InviteeF le Mer 5 Fév 2014 - 21:45
Merci Arguin.  Smile
Tout ce que tu partages ici est édifiant.

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...
avatar
Invité-B
Habitué du forum

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Invité-B le Mer 5 Fév 2014 - 22:17
Voli vola a écrit:
Il n'existe pas de pire faute que la tentative de justification, disait Bouddha. professeur
 
Aurais-tu plus d'infos s'il te plaît, je n'ai rien trouvé sur Google  Embarassed?
avatar
Lefteris
Empereur

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Lefteris le Mer 5 Fév 2014 - 22:21
Le type est grassouillet un peu mollasson : il a raison de faire du vélo , ça lui fera du bien de pédaler, et il aura plus de punch pour résister ... Very Happy 

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
InviteeF
Grand Maître

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par InviteeF le Mer 5 Fév 2014 - 23:02
Bel-Ami a écrit:
Voli vola a écrit:
Il n'existe pas de pire faute que la tentative de justification, disait Bouddha. professeur
 
Aurais-tu plus d'infos s'il te plaît, je n'ai rien trouvé sur Google  Embarassed?
Je ne retrouve plus le livre (ou le passage) mais de mémoire, les reproches d'autrui sont comme un objet. On le veut ou on ne le veut pas, on accepte de le prendre ou on le rejette. Aussi simplement que l'on tend la main pour l'objet (ou que l'on n'ouvre pas ses mains), on accepte ou refuse l'agressivité d'autrui. Mais on ne dépense pas de l'énergie inutile à se justifier.

Maintenant, quelles que soient les horreurs que l'on m'attribue, je ne les saisis pas. J'en viens même à avoir de la peine pour ces pauvres personnes qui jugent avec leurs pieds.

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...
InviteeF
Grand Maître

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par InviteeF le Mer 5 Fév 2014 - 23:02
Un jour dans la foule venue l'écouter, se trouvait un homme que la sainteté de Bouddha exaspérait. Il hurle des insultes à Bouddha, puis s'en va, fulminant de colère.

Longeant les rizières du village, sa colère s'apaise, et petit à petit, un profond sentiment de honte l'envahit. Comment a-t-il pu se comporter ainsi ? Il décide de revenir au village et de demander pardon à Bouddha.

Arrivant devant ce dernier, il se prosterne et demande pardon pour la violence de ses propos. Bouddha, débordant de compassion, le relève, lui expliquant qu'il n'a rien à pardonner. Etonné, l'homme rappelle les injures proférées.

- « Que faites-vous si quelqu'un vous tend un objet dont vous n'avez pas usage, ou que vous ne voulez pas ? »
demande Bouddha.

- « Et bien, je ne le prends simplement pas » remarqua l'homme.

- « Que fait alors le donateur ? » s'enquiert Bouddha.

- « Ma foi, il garde son objet » répond l'homme.

« C'est sans doute pourquoi vous semblez souffrir des injures et des grossièretés que vous avez proférées. Quant à moi, rassurez-vous, je n'ai pas été accablé. Cette violence que vous donniez, il n'y avait personne pour la prendre » répondit le sage.

_________________
I'm never going back.
The past is in the paaaaast...
Contenu sponsorisé

Re: "Majorité opprimée", un court-métrage inversant les rôles hommes / femmes

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum