Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Marmadoc le Ven 14 Fév 2014 - 21:52

La position adoptée par les syndiqués SNES du lycée Faidherbe (Lille), qui a le mérite d'être claire, au sujet des accords sur le métier d'enseignant du second degré :

Nous venons d'apprendre que V. Peillon présentera le 27 mars, au Comité Technique Ministériel, un projet de décret redéfinissant les statuts des enseignants.

Ce nouveau décret fera disparaître les décrets de 1950 qui définissent aujourd'hui les statuts de tous les certifiés et agrégés (en collège, lycée, STS et CPGE), en maxima d'heures hebdomadaires d'enseignement disciplinaire.

Le projet Peillon prévoit une redéfinition du métier en missions.

Une première mission, la mission d'enseignement « se traduit par un temps de travail pédagogique » dont le maximum hebdomadaire sera de 18h ou 15h par semaine. La liberté pédagogique des enseignants s'exercera notamment « dans le cadre du projet d'établissement » (la loi Peillon de 2013 va amener le projet d’établissement à se soumettre au contrat d’objectif passé avec les collectivités territoriales).

Les deux autres ensembles de missions « liées » et « complémentaires » correspondent à un volant d'environ 1000 heures annualisées. En effet, toutes les missions constituent « la déclinaison (…) de la réglementation sur le temps de travail applicable à l'ensemble de la fonction publique », soit 1600 heures annualisées pendant lesquelles les « agents sont à la disposition de leur employeur », donc du chef d'établissement. Parmi les missions « liées », obligatoires, on trouve nombre de tâches : activités d'évaluation, aide, réunion diverses, formation, information, « enseignements complémentaires » assurant « la continuité de l'enseignement sous l'autorité du chef d'établissement », dont le volume et l'attribution seront décidées par les chefs d'établissement. Ces missions « liées » comprennent également les temps de préparation des cours et corrections de copies.

Les missions « complémentaires » permettent quant à elles d'introduire une hiérarchie entre les enseignants.

Les décharges de première chaire, heure de cabinet, de labo, heure pour effectif pléthorique (« remplacée » par une indemnité !) ou faible disparaissent ; des pondérations sont introduites.

Missions, annualisation et pondérations individualiseront les services des enseignants et accentueront les divisions, entraîneront une dégradation des conditions de travail et modifieront la nature de notre métier.

Face aux conséquences d'un tel projet, nous sommes indignés par les propos de la direction de notre syndicat, le SNES, qui vante de prétendues avancées alors que les nouveaux statuts entraîneront un immense recul pour l'ensemble de la profession et une baisse dramatique de la qualité de l'enseignement public. Nous ne pouvons accepter de sa part nombre de contre-vérités, telles l'absence d'annualisation ou le fait que les enseignants de CPGE ne seraient pas concernés par ces fiches : les enseignants de CPGE sont majoritairement agrégés et sont donc directement touchés par la disparition des décrets de 1950 !

Sont-ce là les « bénéfices » du « dialogue social » tant vanté par le gouvernement et les directions syndicales ?

Nous rappelons à notre direction syndicale qu'elle n'a pas à cogérer la mise en place des réformes voulues par un gouvernement, quelle que soit sa couleur politique.

Nous appelons nos directions syndicales :

- à se prononcer clairement pour le retrait immédiat du projet Peillon de refonte des statuts,

- à rompre immédiatement les concertations sur ce projet et, notamment, à annoncer qu'elle refusera de se rendre au Comité Technique Ministériel du 27 mars.


Le SNES Faidherbe, Lille

Marmadoc
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par John le Ven 14 Fév 2014 - 22:44

C'est cohérent avec la position défendue par le Snes du lycée Faidherbe depuis plusieurs mois :
http://blog.nonauprojetpeillon.info/public/position_snes_faidherbe_16_12_13.pdf

Ce lycée a même mis en place un blog pour s'opposer à ces nouveaux statuts :
http://blog.nonauprojetpeillon.info/

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Lefteris le Ven 14 Fév 2014 - 23:00

Certains se réveillent ? Il faudrait savoir ce qui a été mis sur la table pour comprendre la manoeuvre...


Dernière édition par John le Ven 14 Fév 2014 - 23:02, édité 1 fois (Raison : Suppression d'allégations non prouvées.)

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Loreleii le Ven 14 Fév 2014 - 23:48

D'après ce qu'ils disent, les manoeuvres de Peillon sont plus claires pour moi. Il essaie de nous endormir et nous rassurer, mais il prépare le pire pour notre avenir. On ne va tout de même pas se laisser faire! C'est comme du temps de Chatel : presque chaque jour une mauvaise nouvelle pour nous vider les poches ou aggraver nos conditions de travail. Sont-ce ses raisons de vivre et d'être heureux?

Loreleii
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par svain le Sam 15 Fév 2014 - 0:13

Ex-adhérent au SNALC, je soutiens la position de ce texte.

svain
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Balthazaard le Sam 15 Fév 2014 - 11:30

En tout cas cela prouve que malgré les discours rassurants çà et là nous ne sommes pas tous paranos...

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Roumégueur Ier le Dim 16 Fév 2014 - 12:02

@neo a écrit:Diffusé pour info à ma section académique !

Pour info, seulement ?   

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par neo le Dim 16 Fév 2014 - 12:22

@Roumégueur Ier a écrit:
@neo a écrit:Diffusé pour info à ma section académique !

Pour info, seulement ?   
J'ai adressé à ma section académique et au secrétariat général la position de mon établissement après heure d'info syndicale en janvier, et j'ai relancé suite au GT de cette semaine. La position du lycée Faidherbe n'est pas celle de mon établissement, je ne l'ai donc pas défendue ; en revanche, je l'ai transmise pour information.

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par neo le Dim 16 Fév 2014 - 12:42

La position de mon établissement après heure d'info syndicale en janvier (remontée à la section académique et au secrétariat général, http://www.snes.edu/Nous-joindre-Qui-fait-quoi.html , et rappelée suite au GT de cette semaine) :
 
Sur le projet de réforme des statuts, les collègues refusent l'inscription dans nos obligations de service de nouvelles missions (une bonne partie des "missions liées"), qui aboutirait à un renforcement de la réunionite et nous éloignerait toujours plus du coeur du métier, l'enseignement de nos disciplines. Ils s'inquiètent aussi de la mention, dans ces nouvelles obligations de service, des "activités d'évaluation des élèves de l'établissement", ce qui implique l'impossibilité désormais de se fonder sur l'absence d'obligation de service pour exiger rémunération ou décharge de cours pour les oraux d'examens blancs et les oraux de bac LV.
Les "missions complémentaires" définies par le chef d'établissement sur proposition du conseil pédagogique et donnant lieu à des lettres de mission rédigées localement sont perçues comme un pas de plus vers l'autonomie des établissements et la remise en cause du caractère national de nos statuts et missions.
La suppression des heures de décharge labo/cabinet en HG, svt, physique, techno, même si elles étaient en partie compensées par des indemnités, est inacceptable et apparaît comme un moyen de favoriser les suppressions de postes puisque ce seront autant d'heures en moins dans les DHG et TRMD. La suppression de l'heure de chaire et l'instauration d'une pondération 1,1 passent très mal, puisque presque personne n'effectue 10h en 1ère/terminale, nos services étant partagés entre collège et lycée : on ne peut pas accepter que la réforme entraîne une baisse de salaire pour de nombreux collègues, même si en soi le système de pondération est plus juste, puisqu'il s'appliquerait aussi aux collègues ayant moins de 6h en 1ère/terminale. Les collègues présents en HIS demandent donc de porter la revendication d'une pondération de 1,2 (et non pas 1,1), afin qu'aucun collègue ne soit perdant.
Enfin, l'absence d'appel national à la grève par le SNES si tous ces points demeurent serait très mal comprise par un nombre important d'adhérents ici.

Simulation suppression heure de chaire / instauration d'une pondération 1,1
Les résultats de l'enquête/simulation montrent que localement 90% des collègues ayant droit cette année à l'heure de chaire verraient leur rémunération diminuer légèrement avec ce système de pondération, puisque presque personne n'effectue 10h ou plus en 1ère/terminale (nos services sont partagés entre collège et lycée). Et parmi les collègues qui n'ont pas l'heure de chaire cette année, la moitié seulement verrait son salaire augmenter légèrement avec ce nouveau système (gain entre 0,2 et 0,5 HSA), l'autre moitié ne verraient pas leur salaire augmenter.
Au total, la simulation suppression heure de chaire / instauration d'une pondération 1,1 entraîne :
- une baisse de salaire pour 47,5% des collègues ;
- une hausse de salaire pour 26,5% des collègues ;
- pas de changement pour 26,5% des collègues.
Pour que ce système de pondération n'entraîne de baisse de salaire pour aucun collègue, il faudrait une pondération de 1,2 (en tout cas pas inférieure à 1,17) : on conserverait ainsi l'équivalent de l'heure de chaire (1 HSA) avec 6 heures en 1ère/terminale.
 
Simulation TRMD suppression heures de décharge labo/cabinet et suppression des heures de chaire (compensées en partie seulement par une pondération qui se traduira automatiquement ici par des dizièmes d'HSA, étant donné les services partagés entre collège et lycée) :
- perte de 3 heures en SVT,
- perte de 3 heures en physique-chimie,
- perte de 2 heures en francais,
- perte de 2 heures en histoire-géo,
- perte de 2 heures en maths,
- perte d'1 heure en techno,
- perte d'1 heure en anglais.
Or, le TRMD 2013-2014 fait état de seulement 2 HSA histoire-géo, 3 HSA en techno, 6 HSA en physique-chimie. Il y a 2 ans, le poste de maths avait été fermé précisément en faisant valoir le TRMD (mensonger, certes).

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Olympias le Dim 16 Fév 2014 - 19:13

Mais les syndicats disent que ces accords sont très bien... furieux 

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adhérents Snes du lycée Faidherbe demandent à la direction nationale de "rompre immédiatement les concertations" sur la réforme du métier d'enseignant.

Message par Paratge le Dim 16 Fév 2014 - 19:20

@Olympias a écrit:Mais les syndicats disent que ces accords sont très bien... furieux 
Comme je le disais il y a quelques jours, encore une « grande victoire des syndicats » comme celle-ci et on va bientôt se retrouver à devoir nettoyer les chiottes !
En chantant, œuf corse !

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum