Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Niel
Niveau 5

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Niel le 18/2/2014, 18:58
@auléric a écrit:Et pourtant on exige que nous , nous soyons particulièrement bienveillants avec nos élèves (injonction paradoxale avec ce qu'on nous fait et cela est un facteur de stress supplémentaire)

Je trouve cela particulièrement vrai!
Niel
Niveau 5

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Niel le 18/2/2014, 19:06
Caspar Goodwood a écrit:Cette collègue explique quand même précisément pourquoi elle travaillait autant: matière bien spécifique en LP, des contenus et des programmes qui changent tout le temps, pas de manuels... elle a peut-être trop tiré sur la corde ou elle ne savait pas dire non et sa situation n'est pas comparable à celle de tous les professeurs mais j'ai trouvé son témoignage intéressant.

Oui..et si Peillon réussit à faire passer son projet, l'Ecole le lycée ou le collège deviendront notre ..première maison.
1607 h / an SANS les préparations ni les corrections! Je pense qu'on va tous faire des burn out ou alors ils vont faire beaucoup d'économies car les démissions vont pleuvoir! pale 
phi
Expert spécialisé

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par phi le 19/2/2014, 10:13
J'ai écouté dans la voiture mais comme ça captait mal je réécoute. Beaucoup de choses font écho : J'ai vécu exactement les mêmes choses au début en ce qui concerne les symptômes (mon état a duré "seulement" 6 mois, n'était pas du à la même chose et ça s'est bien terminé, et puis je n'ai pas demandé de reconnaissance de quoi que ce soit) . Déni total malgré le médecin généraliste qui me parlait déjà d'état d'épuisement professionnel généralisé, jusqu'au jour où le corps lâche complètement, le sentiment de culpabilité ensuite, les "tu reprends quand ? " "Ah c'est long quand même"  Rolling Eyes 
J'ai l'impression de m'entendre, à l'époque je fondais en larmes toutes les deux phrases aussi, je devais vraiment faire peur... C'est fou, je n'avais pas l'impression que c'était moi à l'époque, et maintenant ça me paraît loiiiin !

Je ne sais pas si l'émission permet de bien faire comprendre ce phénomène à des gens extérieurs, mais j'ai l'impression que c'est bien analysé.
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Celeborn le 19/2/2014, 10:20
@Niel a écrit:
Oui..et si Peillon réussit à faire passer son projet, l'Ecole le lycée ou le collège deviendront notre ..première maison.
1607 h / an SANS  les préparations ni les corrections!

Faut arrêter de raconter n'importe quoi, à un moment. Ce que tu écris est faux.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Haddock
Niveau 3

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Haddock le 19/2/2014, 10:57
@Arverne a écrit:
@Edgar a écrit:
@linkus a écrit:Arverne, tu sais, elle peut travailler autant tout simplement pour autre chose que montrer aux autres que ce sont des fainéants.

Oui, penser que ceux qui travaillent beaucoup le font pour faire passer les autres pour des fainéants me semble une bien curieuse déformation de l'esprit, une sorte d'absurdité de la pensée digne de régimes bureaucratiques bolchéviques

Merci, ça fait plaisir de bon matin.
Je vous fais part de ma petite expérience actuelle. Dans ma salle des profs, il y a la collègue de français qui passe sa vie en salle des profs et qui passe son temps à dire et à essayer de prouver en restant travailler au collège que le français est une matière supérieure aux autres, j'ai la collègue d'anglais qui passe son temps à dire qu'elle ne se met jamais en arrêt maladie (alors qu'il y a une collègue qui a des soucis de santé cette année et qui est souvent arrêtée). Dans un autre style, il y a le collègue avec pourtant on s'entend très bien qui surnote ses élèves au brevet blanc.
Quelle est la motivation de tous ces collègues ?
Ne me dites pas que vous n'avez pas dans vos salles des profs des collègues qui sont toujours en train de l'ouvrir pour montrer qu'ils travaillent plus que les autres, qui font plein de projets pour être dans les petits papiers du PA et avoir les bonnes classe et le bon emploi du temps, qui viennent travailler en étant malade parce que "moi, tu comprends, je ne m'arrête jamais".
On a tous fait des semaines de fous quand on a commencé et qu'il fallait faire tous les cours, ou quand on change de programme. Mais faire 80 heures par semaine, je ne comprends pas. Déjà que physiquement, j'ai du mal à faire mes 18 heures et le reste (corrections et prép).
Mais bon, apparemment, je suis une bolchevique, je dois voir le mal partout ...

Arverne, j'ai l'impression que tu réagis au texte introductif de l'émission plus qu'à l'écoute du documentaire, mais je peux me tromper.
J'ai écouté ce documentaire, par surprise en voiture et je n'ai pas perçu ce que tu décris dans tes différents messages.
avatar
Arverne
Sage

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Arverne le 19/2/2014, 13:13
@Haddock a écrit:
@Arverne a écrit:
@Edgar a écrit:

Oui, penser que ceux qui travaillent beaucoup le font pour faire passer les autres pour des fainéants me semble une bien curieuse déformation de l'esprit, une sorte d'absurdité de la pensée digne de régimes bureaucratiques bolchéviques

Merci, ça fait plaisir de bon matin.
Je vous fais part de ma petite expérience actuelle. Dans ma salle des profs, il y a la collègue de français qui passe sa vie en salle des profs et qui passe son temps à dire et à essayer de prouver en restant travailler au collège que le français est une matière supérieure aux autres, j'ai la collègue d'anglais qui passe son temps à dire qu'elle ne se met jamais en arrêt maladie (alors qu'il y a une collègue qui a des soucis de santé cette année et qui est souvent arrêtée). Dans un autre style, il y a le collègue avec pourtant on s'entend très bien qui surnote ses élèves au brevet blanc.
Quelle est la motivation de tous ces collègues ?
Ne me dites pas que vous n'avez pas dans vos salles des profs des collègues qui sont toujours en train de l'ouvrir pour montrer qu'ils travaillent plus que les autres, qui font plein de projets pour être dans les petits papiers du PA et avoir les bonnes classe et le bon emploi du temps, qui viennent travailler en étant malade parce que "moi, tu comprends, je ne m'arrête jamais".
On a tous fait des semaines de fous quand on a commencé et qu'il fallait faire tous les cours, ou quand on change de programme. Mais faire 80 heures par semaine, je ne comprends pas. Déjà que physiquement, j'ai du mal à faire mes 18 heures et le reste (corrections et prép).
Mais bon, apparemment, je suis une bolchevique, je dois voir le mal partout ...

Arverne, j'ai l'impression que tu réagis au texte introductif de l'émission plus qu'à l'écoute du documentaire, mais je peux me tromper.
J'ai écouté ce documentaire, par surprise en voiture et je n'ai pas perçu ce que tu décris dans tes différents messages.
Oui, tu as raison, je n'ai pas écouté le documentaire. J'ai réagi au texte. Les 80 heures par semaine m'ont fait bondir car comme je l'ai dit, je suis déjà constamment fatiguée à 18 h + correction et prépa alors je n'imagine pas comme on peut imposer à quelqu'un d'en faire le double. Comme j'ai violemment réagi la semaine dernière face à la collègue qui expliquait qu'elle allait bosser malgré une grippe et qu'elle avait fait un malaise en classe (j'espère d'ailleurs qu'elle va mieux). Je trouve que ces personnes, même si elles n'en sont pas forcément conscientes, vont contre le respect de notre métier et de nos conditions de travail.
avatar
musa
Fidèle du forum

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par musa le 19/2/2014, 13:19
Oui mais à l'écoute du documentaire, on voit que la collègue , par le combat qu'elle a mené pour faire reconnaître sa maladie comme "imputable au service" (autrement dit que c'est le système qui déconne et pas ceux qui disjonctent qui sont particulièrement fragiles), a contribué à faire avancer le schmilblik.
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Caspar le 19/2/2014, 13:44
Oui, je suis d'accord avec toi musa, c'est ce que j'ai compris aussi en écoutant le documentaire.
avatar
neo
Grand sage

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par neo le 19/2/2014, 14:00
+ 1

_________________
Human... https://www.youtube.com/watch?v=RIZdjT1472Y
Niel
Niveau 5

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Niel le 19/2/2014, 15:35
@Celeborn a écrit:
@Niel a écrit:
Oui..et si Peillon réussit à faire passer son projet, l'Ecole le lycée ou le collège deviendront notre ..première maison.
1607 h / an SANS  les préparations ni les corrections!

Faut arrêter de raconter n'importe quoi, à un moment. Ce que tu écris est faux.

qu'est ce qui est faux?
tu as vu écrit quelque part que nos préparations se feraient ailleurs que chez nous?
Et dans ce cas tu crois qu'ils vont installer une pointeuse chez toi??
avatar
atrium
Neoprof expérimenté

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par atrium le 19/2/2014, 15:52
@musa a écrit:Oui mais à l'écoute du documentaire, on voit que la collègue , par le combat qu'elle a mené pour faire reconnaître sa maladie comme "imputable au service" (autrement dit que c'est le système qui déconne et pas ceux qui disjonctent qui sont particulièrement fragiles),  a contribué à faire avancer le schmilblik.
+1
mais je doute que ça serve de leçon à notre hiérarchie.
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Isis39 le 19/2/2014, 15:59
@Niel a écrit:
@Celeborn a écrit:
@Niel a écrit:
Oui..et si Peillon réussit à faire passer son projet, l'Ecole le lycée ou le collège deviendront notre ..première maison.
1607 h / an SANS  les préparations ni les corrections!

Faut arrêter de raconter n'importe quoi, à un moment. Ce que tu écris est faux.

qu'est ce qui est faux?
tu as vu écrit quelque part que nos préparations se feraient ailleurs que chez nous?
Et dans ce cas tu crois qu'ils vont installer une pointeuse chez toi??

Il n'est question nulle part de 1607 h / an.
La réforme du statut se fait toujours sur la base de 18h ou 15h par semaine.
avatar
Zenxya
Grand sage

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Zenxya le 19/2/2014, 19:57
@atrium a écrit:
@musa a écrit:Oui mais à l'écoute du documentaire, on voit que la collègue , par le combat qu'elle a mené pour faire reconnaître sa maladie comme "imputable au service" (autrement dit que c'est le système qui déconne et pas ceux qui disjonctent qui sont particulièrement fragiles),  a contribué à faire avancer le schmilblik.
+1
mais je doute que ça serve de leçon à notre hiérarchie.

Oui et non, dans la mesure où cela va faire jurisprudence. Et je pense qu'il faudrait parler des risques psychosociaux aussi dans l'EN et pas uniquement dans certaines grandes entreprises médiatiques.
D'ailleurs ces risques doivent être inscrit dans le document unique au même titre que les autres. Il y a même un site gouvernemental "travailler mieux" qui en parle : http://www.travailler-mieux.gouv.fr/Stress-les-risques-psychosociaux.html
avatar
Bientôtlesud
Érudit

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Bientôtlesud le 20/2/2014, 16:16
Moi, j'ai trouvé cela excellent de la première à la dernière minute.
Il faut savoir saluer le travail journalistique quand il est bien fait. Et bien du courage à cette collègue, car la solution qu'on lui a proposé ne règlera pas me semble t-il son problème.
Niel
Niveau 5

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Niel le 20/2/2014, 18:18
@Isis39 a écrit:
@Niel a écrit:
@Celeborn a écrit:

Faut arrêter de raconter n'importe quoi, à un moment. Ce que tu écris est faux.

qu'est ce qui est faux?
tu as vu écrit quelque part que nos préparations se feraient ailleurs que chez nous?
Et dans ce cas tu crois qu'ils vont installer une pointeuse chez toi??

Il n'est question nulle part de 1607 h / an.
La réforme du statut se fait toujours sur la base de 18h ou 15h par semaine.

Hélas non!! cf Fiche de travail fournie par le ministère dernière mouture
Les enseignants du second degré effectuent trois types de missions :
• Une mission d’enseignement ; NB pour laquelle effectivement les maximas horaires de 15 ou de 18 h sont maintenus mais en PLUS
• Des missions liées à l’activité d’enseignement ;
• Des missions complémentaires liées à des responsabilités dans et hors de l’établissement d’affectation.

"L’ensemble de ces missions constitue la déclinaison, pour les corps concernés, de la réglementation sur le temps de travail applicable à l’ensemble de la fonction publique."
C'est une reférence à l'article 1 du décret SApin du 25 /08/ 2000 = obligation de service global de 1607H
avatar
Isis39
Esprit sacré

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Isis39 le 20/2/2014, 18:56
Celeborn a déjà répondu plusieurs fois là-dessus.
Niel
Niveau 5

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

par Niel le 20/2/2014, 20:20
@Isis39 a écrit:Celeborn a déjà répondu plusieurs fois là-dessus.

A t-il réécrit la fiche de travail proposée par le Ministre??? veneration 
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum