Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Page 2 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par the educator le Mar 18 Fév 2014 - 9:38

Je suis presque d'accord à nouveau, sauf sur ta définition de l'autorité. Il nous faudrait vraiment de la place pour en parler. Disons que pour moi l'autorité se partage. Qu'elle doit se partager. Et qu'elle ne trouve sa légitimité que dans les apprentissages.
Sur l'égalité, le problème c'est que c'est difficile de se prononcer d'un bloc. Dans la relation enseignants-élèves, il y a forcement des asymétries, je suis d'accord. Et je suis d'accord sur le citoyen en devenir aussi.
Par contre je ne te suis pas forcément sur la loi de la jungle. En tout cas pas sur la méthode je pense. ça doit être mon côté anarchiste.


C'est en grande partie la même chose ici même si la direction essaie de faire tout ce qu'elle peut mais la vie scolaire ne gère pas. On ne sait plus quoi faire. L'inspection a été prévenue mais rien ne change. Les élèves nous disent être choqués de voir que lors de bagarre ou d'insulte graves, les agresseurs ne sont pas punis, que les surveillants ne disent rien, qu'ils les laissent seuls en étude. Quand les gamins viennent pour une colle, personne ne leur donne le boulot donné par les profs etc.
ça par contre c'est le boulot du CPE, et effectivement ta vie scolaire déconne sur ces points là. Mais ça n'a rien à voir avec le recadrage musclé.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par *Fifi* le Mar 18 Fév 2014 - 9:49

@the educator a écrit:Je suis presque d'accord à nouveau, sauf sur ta définition de l'autorité. Il nous faudrait vraiment de la place pour en parler. Disons que pour moi l'autorité se partage. Qu'elle doit se partager. Et qu'elle ne trouve sa légitimité que dans les apprentissages.
Sur l'égalité, le problème c'est que c'est difficile de se prononcer d'un bloc. Dans la relation enseignants-élèves, il y a forcement des asymétries, je suis d'accord. Et je suis d'accord sur le citoyen en devenir aussi.
Par contre je ne te suis pas forcément sur la loi de la jungle. En tout cas pas sur la méthode je pense. ça doit être mon côté anarchiste.


C'est en grande partie la même chose ici même si la direction essaie de faire tout ce qu'elle peut mais la vie scolaire ne gère pas. On ne sait plus quoi faire. L'inspection a été prévenue mais rien ne change. Les élèves nous disent être choqués de voir que lors de bagarre ou d'insulte graves, les agresseurs ne sont pas punis, que les surveillants ne disent rien, qu'ils les laissent seuls en étude. Quand les gamins viennent pour une colle, personne ne leur donne le boulot donné par les profs etc.
ça par contre c'est le boulot du CPE, et effectivement ta vie scolaire déconne sur ces points là. Mais ça n'a rien à voir avec le recadrage musclé.

Ah nos yeux c'est effectivement le boulot de la vie sco en général. Disons que je voyais ça aussi avec le recadrage car le  CPE ne va JAMAIS punir ou même gronder un élève. Ca ne sert  à rien à envoyer un élève à la vie sco car c'est cool, rien ne se passe, le gamin repart sans avoir été recadré d'une manière ou d'une autre. Les profs ne sont pas tenus au courant des sanctions, des suites données à des rapports (même le PP ne l'est pas). La direction pallie à beaucoup de problèmes, reçoit les gamins mais elle ne peut pas tout faire, et nous on ne sait plus quelle action mener...
Des idées ?

_________________
Pour accéder à la banque de données en HG, merci de lire le règlement ici :
http://www.neoprofs.org/t36320-bdd-hg-reglement

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par the educator le Mar 18 Fév 2014 - 11:29

Les profs ne sont pas tenus au courant des sanctions, des suites données à des rapports (même le PP ne l'est pas)
Moi j'ai ce problème la en ce moment, je cherche un moyen d'épurer le trajet des rapports d'incident pour pouvoir faire des retours. Je rencontre pas mal de résistances dues aux habitudes. par contre, avoir un retour, c'est aussi pouvoir accepter le fait qu'un rapport ne mérite pas sanction (en motivant bien sur) ou qu'il est abusif. ça n'arrive pas tous les jours, mais c'est parfois suffisant pour rendre la situation incontrôlable, vu qu'un rapport bien traité, c'est 2h de boulot plus ou moins.

Pour le recadrage d'évènement en classe, c'est toujours compliqué: d'abord parce que je suis extérieur à la scène, au mieux je me base sur les propos/rapports de collègues, du coup c'est difficile de rebondir ou de faire intervenir des ressentis. Je peux simplement confronter le comportement à la règle, faire le rappel à la règle. Et toute la partie subjective (mais réelle) m'est difficilement accessible, or c'est régulièrement la clé du dysfonctionnement.
Par ailleurs j'estime du coup ne pas avoir à punir à la place du principal concerné, ne serait ce que pour confronter l'élève et le collègue au dysfonctionnement. Je le fait parfois, pour des collègues débutants, ou dépassés, mais je ne suis pas sur de les aider ce faisant (si ce n'est en allégeant leur charge de préoccupations).
En revanche, lorsque la punition est posée, je gère la plupart du service après vente moi même (parents et élèves) en importunant le moins possible mes collègues (sauf dans le cas d'un gros déconnage ou de mauvaise foi de leur part (ça arrive), là je préfère les laisser s'expliquer avec les parents que les mettre en porte à faux.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par *Fifi* le Mar 18 Fév 2014 - 11:38

@the educator a écrit:
Les profs ne sont pas tenus au courant des sanctions, des suites données à des rapports (même le PP ne l'est pas)
Moi j'ai ce problème la en ce moment, je cherche un moyen d'épurer le trajet des rapports d'incident pour pouvoir faire des retours. Je rencontre pas mal de résistances dues aux habitudes.
Que veux-tu dire par là ?

@the educator a écrit:
par contre, avoir un retour, c'est aussi pouvoir accepter le fait qu'un rapport ne mérite pas sanction (en motivant bien sur) ou qu'il est abusif. ça n'arrive pas tous les jours, mais c'est parfois suffisant pour rendre la situation incontrôlable, vu qu'un rapport bien traité, c'est 2h de boulot plus ou moins.
Oui, bien sûr.
Mais perso, en tant que PP je ne suis au courant des incidents graves hors de ma classe que par le hasard. J'estime que lorsqu'il y a un évènement assez grave pour amener à une exclusion temporaire, il convient d'en informer le PP ...

@the educator a écrit:
Pour le recadrage d'évènement en classe, c'est toujours compliqué: d'abord parce que je suis extérieur à la scène, au mieux je me base sur les propos/rapports de collègues, du coup c'est difficile de rebondir ou de faire intervenir des ressentis. Je peux simplement confronter le comportement à la règle, faire le rappel à la règle. Et toute la partie subjective (mais réelle) m'est difficilement accessible, or c'est régulièrement la clé du dysfonctionnement.
Par ailleurs j'estime du  coup ne pas avoir à punir à la place du principal concerné, ne serait ce que pour confronter l'élève et le collègue au dysfonctionnement. Je le fait parfois, pour des collègues débutants, ou dépassés, mais je ne suis pas sur de les aider ce faisant (si ce n'est en allégeant leur charge de préoccupations).
En revanche, lorsque la punition est posée, je gère la plupart du service après vente moi même (parents et élèves) en importunant le moins possible mes collègues (sauf dans le cas d'un gros déconnage ou de mauvaise foi de leur part (ça arrive), là je préfère les laisser s'expliquer avec les parents que les mettre en porte à faux.
Chez nous, la plupart des collègues estiment que c'est au CPE de choisir la sanction lorsqu'ils font un rapport et se contentent donc de le faire pour ne pas intervenir dans ce qu'il souhaite faire et pour qu'un même évènement entraîne la même sanction quel que soit l'enseignant.
Sauf que dans les faits quand on fait un rapport sans demander explicitement une sanction, l'élève n'a rien.

Enfin, c'est intéressant de te lire car c'est malheureusement bien différent chez nous et ça permet de le réaliser. On compense beaucoup de choses en faisant une partie du boulot de la vie sco mais ce n'est pas la solution. Le CPE a été inspecté et cela s'est mal passé, la direction passe son temps à aller voir ce que fait la vie sco mais rien ne change. On est désemparés.

_________________
Pour accéder à la banque de données en HG, merci de lire le règlement ici :
http://www.neoprofs.org/t36320-bdd-hg-reglement

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Kalypso le Mar 18 Fév 2014 - 11:48

vous mettre en grève, débrayer, contacter les parents.

y a t il eu une multiplication d'incidents graves récemment ?

Kalypso
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par *Fifi* le Mar 18 Fév 2014 - 11:55

@Kalypso a écrit:vous mettre en grève, débrayer, contacter les parents.

y a t il eu une multiplication d'incidents graves récemment ?
Récemment non. Je pense que personne ne voudra se mettre en grève "pour ça". Ce n'est pas un établissement en soi difficile mais l'ambiance se dégrade et les élèves sont choqués que certains actes restent impunis. Après cela ne prend pas des proportions très graves car la direction compense beaucoup.
Contacter les parents on y pensait, mais comment ?

_________________
Pour accéder à la banque de données en HG, merci de lire le règlement ici :
http://www.neoprofs.org/t36320-bdd-hg-reglement

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Kalypso le Mar 18 Fév 2014 - 12:10

@*Fifi* a écrit:
@Kalypso a écrit:vous mettre en grève, débrayer, contacter les parents.

y a t il eu une multiplication d'incidents graves récemment ?
Récemment non. Je pense que personne ne voudra se mettre en grève "pour ça". Ce n'est pas un établissement en soi difficile mais l'ambiance se dégrade et les élèves sont choqués que certains actes restent impunis. Après cela ne prend pas des proportions très graves car la direction compense beaucoup.
Contacter les parents on y pensait, mais comment ?

vous avez bien des représentants de parents tout de même ? et les membres du personnel élus au CA, ils fichent quoi ??

Kalypso
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Singing in The Rain le Mar 18 Fév 2014 - 12:13

@Kalypso a écrit:vous mettre en grève, débrayer, contacter les parents.

y a t il eu une multiplication d'incidents graves récemment ?

Le manque de communication fait que l'on entend parler de faits mais comme des rumeurs "il paraît que Kévinou a fait ça...". On ignore aussi quels sont les sanctions prises lors des commissions de vie éducative quand elles ont eu lieu.

Singing in The Rain
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par InvitéMA le Mar 18 Fév 2014 - 12:16

@*Fifi* a écrit:que les surveillants ne disent rien, qu'ils les laissent seuls en étude.
Ben il est là le problème. Problème de recrutement...

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par the educator le Mar 18 Fév 2014 - 12:23

Chez nous, la plupart des collègues estiment que c'est au CPE de choisir la sanction lorsqu'ils font un rapport et se contentent donc de le faire pour ne pas intervenir dans ce qu'il souhaite faire et pour qu'un même évènement entraîne la même sanction quel que soit l'enseignant.
Sauf que dans les faits quand on fait un rapport sans demander explicitement une sanction, l'élève n'a rien.
Alors deux choses. D'abord le CPE n'a pas vocation (ni même le pouvoir d'ailleurs) de/à poser des sanctions: on peut faire comme vous, en proposer, mais c'est au niveau de la direction que ça se passe. Ensuite on peut faire le boulot d'emballage, la rencontre avec les parents 48h avant de poser la sanction pour l'explication voir la procedure contradictoire, ça ici on partage avec la direction.
Le problème d'un rapport d'incident sans proposition, c'est que souvent on manque d'éléments pour juger le truc "à plat": je ne suis pas d'accord avec le principe d'égalité actes=sanctions, une sanction, c'est individuel, ça dépend du contexte, de la classe, de l'élève, de sa famille. ça parait bizarre dit comme ça, mais pour être efficace il faut selon moi se poser ces questions là.
Enfin, le dernier truc, c'est que la sanction, c'est pas un tir d'artillerie: quand le coup part, les parents ont le droit à une procédure contradictoire, procédure qui peut mettre en cause le collègue dans les cas ou on travaille sur du sable, et du coup, parfois, on préfère "gérer" que d'allumer le grand incendie.
Ce qui est sur c'est que ça prend du temps, de l'energie, et que c'est au détriment des autres missions, du coup il ne faut pas vous de votre côté vous attendre à un truc du type action/réaction. Une semaine pour travailler sur une sanction, ça me parait pas surréaliste, mais pour un prof c'est très long. Il faut aussi apprendre à faire cohabiter les deux logiques.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par the educator le Mar 18 Fév 2014 - 12:29

Ben il est là le problème. Problème de recrutement...
C'est marrant moi je me dis ça pour certains de mes collègues profs (et eux le disent sans doutede moi), sauf que nous, sécurité, cdi, toussa...
Les AED passent 20h par semaine à gérer les mêmes élèves que vous, parfois en concentration (miam les retenues de 16 à 17), pour la moitié de votre salaire, avec encore moins de formation. Ce qui fait tourner les services, c'est l’énergie et le dévouement, et c'est un bel exploit de le maintenir au long court, dans une ambiance d’établissement qui sent parfois la défaite... Et eux contrairement aux profs peuvent choisir leur etablissement, du coup le recrutement est assez sauvage (moi j'ai une reputation de merde parce que je debauche aux alentours, mais bon, j'ai un service a faire tourner).
Morale de l'histoire, impliquez vous, vous les cadres, votre cpe compris, et les petites mains suivront, mais n'inversez pas le problème.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par InvitéMA le Mar 18 Fév 2014 - 12:32

Tout à fait d'accord avec toi sur le principe, mais je pensais à des cas plus précis posant vraiment problème. Il faut bien le dire: il y a parfois de gros problèmes de recrutement (chez les surveillants, chez les profs etc) et une fois que le boulet est là, bon courage...

En revanche pas d'accord pour dire  "impliquez-vous et les petites mains suivront": chacun doit faire son travail de façon consciencieuse. Perso, j'essaye de faire correctement mon travail et j'attends la même chose de chacun, quel que soit le poste occupé, et cela ne me parait pas totalement délirant.


Dernière édition par MarieAnne le Mar 18 Fév 2014 - 12:36, édité 2 fois

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Kalypso le Mar 18 Fév 2014 - 12:35

@the educator a écrit:
Ben il est là le problème. Problème de recrutement...
C'est marrant moi je me dis ça pour certains de mes collègues profs (et eux le disent sans doutede moi), sauf que nous, sécurité, cdi, toussa...
Les AED passent 20h par semaine à gérer les mêmes élèves que vous, parfois en concentration (miam les retenues de 16 à 17), pour la moitié de votre salaire, avec encore moins de formation. Ce qui fait tourner les services, c'est l’énergie et le dévouement, et c'est un bel exploit de le maintenir au long court, dans une ambiance d’établissement qui sent parfois la défaite... Et eux contrairement aux profs peuvent choisir leur etablissement, du coup le recrutement est assez sauvage (moi j'ai une reputation de merde parce que je debauche aux alentours, mais bon, j'ai un service a faire tourner).
Morale de l'histoire, impliquez vous, vous les cadres, votre cpe compris, et les petites mains suivront, mais n'inversez pas le problème.

moui... chez nous la plupart des AE ne fait pas grand chose (constaté par les cpe, la direction, et les enseignants) : le chef a beau leur dire que ça ne sert à rien d'être à 5 à la grille, qu'ils doivent circuler dans les couloirs, rien n'y fait. Alors, je suis d'accord que leur statut est pourri, mais parfois c'est aussi du foutage de gueule ; certains d'entre eux (rares) font justement du beau boulot.

et le dernier audit de l'étab a bien souligné l'implication enseignante, alors merde,qu'on cesse de nous rejeter toujours la faute.

Kalypso
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par InvitéMA le Mar 18 Fév 2014 - 12:37

@Kalypso a écrit:parfois c'est aussi du foutage de gueule
Voilà.

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par *Fifi* le Mar 18 Fév 2014 - 12:48

@the educator a écrit:
Chez nous, la plupart des collègues estiment que c'est au CPE de choisir la sanction lorsqu'ils font un rapport et se contentent donc de le faire pour ne pas intervenir dans ce qu'il souhaite faire et pour qu'un même évènement entraîne la même sanction quel que soit l'enseignant.
Sauf que dans les faits quand on fait un rapport sans demander explicitement une sanction, l'élève n'a rien.
Alors deux choses. D'abord le CPE n'a pas vocation (ni même le pouvoir d'ailleurs) de/à poser des sanctions: on peut faire comme vous, en proposer, mais c'est au niveau de la direction que ça se passe. Ensuite on peut faire le boulot d'emballage, la rencontre avec les parents 48h avant de poser la sanction pour l'explication voir la procedure contradictoire, ça ici on partage avec la direction.
Le problème d'un rapport d'incident sans proposition, c'est que souvent on manque d'éléments pour juger le truc "à plat": je ne suis pas d'accord avec le principe d'égalité actes=sanctions, une sanction, c'est individuel, ça dépend du contexte, de la classe, de l'élève, de sa famille. ça parait bizarre dit comme ça, mais pour être efficace il faut selon moi se poser ces questions là.
Enfin, le dernier truc, c'est que la sanction, c'est pas un tir d'artillerie: quand le coup part, les parents ont le droit à une procédure contradictoire, procédure qui peut mettre en cause le collègue dans les cas ou on travaille sur du sable, et du coup, parfois, on préfère "gérer" que d'allumer le grand incendie.
Ce qui est sur c'est que ça prend du temps, de l'energie, et que c'est au détriment des autres missions, du coup il ne faut pas vous de votre côté vous attendre à un truc du type action/réaction. Une semaine pour travailler sur une sanction, ça me parait pas surréaliste, mais pour un prof c'est très long. Il faut aussi apprendre à faire cohabiter les deux logiques.
Ca me dérange pas d'attendre une semaine du moment qu'on me tient au courant (il suffit de communiquer pour dire que ca sera long, ca prend 2 min) et qu'il y a effectivement un compte-rendu. Je suis désolée mais quand on me dit qu'on a vu le gamin, qu'on a pris son carnet, puis rendu en lui disant de revenir avant la fin de la semaine pour le ramener, moi je désespère. Le gamin est pas méchant, mais franchement qui peut croire qu'il va revenir le lendemain pour donner son carnet volontairement ???!!! Un incident a eu lieu il y a 2 semaines. Je l'ai signalé le jour même, 2 h après quand des gamins sont venus me le dire. L'agresseur a été puni, les deux autres n'ont rien et n'auront rien alors qu'a mes yeux il fallait au minimum prévenir les parents. J'en ai marre de me battre contre un mur pour que des sanctions aient lieu pour les élèves dans la classe dont je suis PP. Ca me parait pas être mon job ...

_________________
Pour accéder à la banque de données en HG, merci de lire le règlement ici :
http://www.neoprofs.org/t36320-bdd-hg-reglement

*Fifi*
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par kiwi le Mar 18 Fév 2014 - 12:50

@the educator a écrit:
Ce qui est sur c'est que ça prend du temps, de l'energie, et que c'est au détriment des autres missions, du coup il ne faut pas vous de votre côté vous attendre à un truc du type action/réaction. Une semaine pour travailler sur une sanction, ça me parait pas surréaliste, mais pour un prof c'est très long. Il faut aussi apprendre à faire cohabiter les deux logiques.

Cela me dépasse. Une semaine? Pendant ce temps là, l'élève continue à venir en cours comme si de rien n'était, on continue à l'avoir en classe. Cela renforce l'incohérence et le sentiment d'impunité chez les élèves.

Je ne vous parle pas chez nous du nombre "d'affaires" en attente de traitement et de sanction. J'ai deux gamins dont je suis PP qui ont considérablement manqué de respect à une collègue. J'ai assisté à l'entretien entre les élèves, la collègue et le chef. Il avait promis des sanctions lourdes cette fois, car le carnet est rempli à ras bord et il n'y a toujours rien qui se passe. Que vois-je?! Le lendemain, les élèves sont en classe ET dans le cours de la collègue alors qu'ils devaient en être exclus en attendant une commission éducative. 3 semaines plus tard : toujours rien. Des élèves impunis, dont on convoque juste des parents qui ne se déplacent même pas.

On passe tous pour des clowns avec la "semaine de délais". Bon sang, les collégiens, c'est comme un enfant de deux ans qui a fait une bêtise. L'enfant de deux ans, on va pas attendre une semaine pour le punir. Question de crédibilité et de cohérence dans l'éducation. Et bien là, c'est pareil. Tu vas me dire : "on n'a pas qu'un gamin à s'occuper". Certes. Sauf qu'en sanctionnant le jour même les manquements graves au RI, il y aurait sans doute moins de travail au bout d'un mois ou deux.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par InvitéMA le Mar 18 Fév 2014 - 12:58

Il faut en parler en équipe et discuter des priorités, faire des propositions...

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par PauvreYorick le Mar 18 Fév 2014 - 13:04

@*Fifi* a écrit: Ca me dérange pas d'attendre une semaine
J'ai connu jusqu'à cinq mois d'attente pour une sanction.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Fesseur Pro le Mar 18 Fév 2014 - 14:36

Il faut battre le fer tant qu'il est ...froid.  humhum 

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Niel le Mar 18 Fév 2014 - 16:44

@Kiwi a écrit:
On passe tous pour des clowns avec la "semaine de délais". Bon sang, les collégiens, c'est comme un enfant de deux ans qui a fait une bêtise. L'enfant de deux ans, on va pas attendre une semaine pour le punir. Question de crédibilité et de cohérence dans l'éducation. Et bien là, c'est pareil. Tu vas me dire : "on n'a pas qu'un gamin à s'occuper". Certes. Sauf qu'en sanctionnant le jour même les manquements graves au RI, il y aurait sans doute moins de travail au bout d'un mois ou deux.

Complètement d'accord sur tout!
Bien sûr ça dépend de ce qu'a fait le gamin mais s'il a manqué de respect la MOINDRE  des choses si la sanction doit attendre une semaine, c'est déjà qu'il présente des excuses au prof avant de rentrer en cours: par de faire comme si rien ne s'était passé!
Et bien sûr qu'il y a un sentiment d'impunité qui se développe: cela va m^me plus loin ; ces élèves qu'on ne punit pas SAVENT EUX qu'on DOIT les accepter en cours m^me sans sanction!! j'ai le cas d'un élève âgé de 18 ans  qui m'a demandé si je n'"avais rien d'autre à faire que de le faire chier" parce que je lui demandais de me monter l'avancement de sa recherche , le lendemain je ne l'ai pas accepté sans excuse mais comme il me les a toujours pas présentées et qu'il prévoit que je ne l'accepterai ps sans un mot de regret de sa part il s'est vanté devant ses camarades ( cela a été entendu par un collègue ) que j'étais OBLIGEE  de l'accepter! Alors j'attends de voir ce que je vais faire demain ;si on me le ramène en classe ..est ce que c'est moi qui vais avoir un rapport si je le refuse???

Niel
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Singing in The Rain le Mar 18 Fév 2014 - 16:45

@kiwi a écrit:
@the educator a écrit:
Ce qui est sur c'est que ça prend du temps, de l'energie, et que c'est au détriment des autres missions, du coup il ne faut pas vous de votre côté vous attendre à un truc du type action/réaction. Une semaine pour travailler sur une sanction, ça me parait pas surréaliste, mais pour un prof c'est très long. Il faut aussi apprendre à faire cohabiter les deux logiques.

Cela me dépasse. Une semaine? Pendant ce temps là, l'élève continue à venir en cours comme si de rien n'était, on continue à l'avoir en classe. Cela renforce l'incohérence et le sentiment d'impunité chez les élèves.

Je ne vous parle pas chez nous du nombre "d'affaires" en attente de traitement et de sanction. J'ai deux gamins dont je suis PP qui ont considérablement manqué de respect à une collègue. J'ai assisté à l'entretien entre les élèves, la collègue et le chef. Il avait promis des sanctions lourdes cette fois, car le carnet est rempli à ras bord et il n'y a toujours rien qui se passe. Que vois-je?! Le lendemain, les élèves sont en classe ET dans le cours de la collègue alors qu'ils devaient en être exclus en attendant une commission éducative. 3 semaines plus tard : toujours rien. Des élèves impunis, dont on convoque juste des parents qui ne se déplacent même pas.

On passe tous pour des clowns avec la "semaine de délais". Bon sang, les collégiens, c'est comme un enfant de deux ans qui a fait une bêtise. L'enfant de deux ans, on va pas attendre une semaine pour le punir. Question de crédibilité et de cohérence dans l'éducation. Et bien là, c'est pareil. Tu vas me dire : "on n'a pas qu'un gamin à s'occuper". Certes. Sauf qu'en sanctionnant le jour même les manquements graves au RI, il y aurait sans doute moins de travail au bout d'un mois ou deux.

+ Tout à fait d'accord avec Kiwi. Je suis favorable à la notion d'action / réaction. Et la réaction ne doit pas être une sanction lourde tout de suite mais au moins, un convocation dans le bureau pour un avertissement oral, un coup de fil aux parents, une observation dans le carnet avec tampon de l'établissement....


Dernière édition par Singing in The Rain le Mar 18 Fév 2014 - 17:09, édité 1 fois

Singing in The Rain
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Niel le Mar 18 Fév 2014 - 16:54

Spoiler:
Chez nous en tout cas (et nous sommes souvent "en pointe") ils passent l'essentiel de leur temps à écouter les élèves au "confessionnal" (façon télé-réalité) et à nous dire ensuite, avec des airs mystérieux "ah oui, un tel ! je ne peux pas t'en dire plus mais c'est un cas vraiment particulier: il ne faut pas le décourager". Quand l'injonction n'est pas plus explicite:"tu ne dois pas le noter comme ça sinon il ne pourra pas passer en 1ère S et c'est son projet"... Ah ok, je n'avais pas compris. Je lui mets combien alors?


.C'est insupportable que d'une part ils ne fassent plus leur travail de recadrage alors qu'ils n'ont jamais ou pas tous les jours à chaque heure, de groupe classe et qu'en plus ILS SE PERMETTENT DE NOUS JUGER quand nous on fait du recadrage dans nos classes souvent surchargées pour pouvoir ENSEIGNER  ce qui devrait être notre mission principale!
Récemment ma Cpe à laquelle je venais de signaler un chahut fait dans le couloir pendant les cours par deux élèves que j'avais réussi à prendre sur le fait ( pas mon boulot à priori puisque pendant ce temps je suis censée enseigner..) "'si tu attends de moi que je sévisse " ça n'arrivera pas , très en colère puis excédée "en fait qu'attends tu de moi"??! Que tu fasses respecter le règlement intérieur lui ai je répondu mais ça lui a paru surréaliste...

Niel
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Kalypso le Mar 18 Fév 2014 - 16:58

je pense qu'il y a un énorme malentendu sur les missions des CPE... quelles sont-elles d'ailleurs ?

Kalypso
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par philann le Mar 18 Fév 2014 - 17:01

Je suis aussi d'accord avec Kiwi!
Le plus pathétique...C'est que ça correspond aussi à ce qu'attendent les élèves!
L'un des nôtres a copieusement insulté une collègue, il passera en conseil de discipline après les vacances.

MAIS en attendant...RIEN Il n'a pas été exclus de cours, même pas celui de la prof insultée...il n'a pas été vu par la CDE etc...
Résultat: mardi dernier c'est une collègue qui est allée dire à la CDE que ce n'était pas possible que l'élève monte en cours et se retrouve face à la prof agressée. Au cas où la CDE n'aurait pas géré, nous étions 3 collègues à attendre l'élève devant la salle de la collègue pour parer à une possible situation difficile.

Une élève de cette classe a elle-même fait part dans un autre cours de son ahurissement: "Nan, mais Mme! C'est pas possible! T. il ne peut pas retourner comme ça au cours de Mme V. ??? !!"

Léger sentiment de colère et de f....ge de g...le

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par Niel le Mar 18 Fév 2014 - 17:07

@Kalypso a écrit:je pense qu'il y a un énorme malentendu sur les missions des CPE... quelles sont-elles d'ailleurs ?

Ah oui moi ça m’intéresserait bien de savoir???

Niel
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que faire quand un établissement part à la dérive ? Laisser-aller et insolence grandissante...

Message par ProvençalLeGaulois le Mar 18 Fév 2014 - 17:12

@kiwi a écrit:
@the educator a écrit:
Ce qui est sur c'est que ça prend du temps, de l'energie, et que c'est au détriment des autres missions, du coup il ne faut pas vous de votre côté vous attendre à un truc du type action/réaction. Une semaine pour travailler sur une sanction, ça me parait pas surréaliste, mais pour un prof c'est très long. Il faut aussi apprendre à faire cohabiter les deux logiques.

Cela me dépasse. Une semaine? Pendant ce temps là, l'élève continue à venir en cours comme si de rien n'était, on continue à l'avoir en classe. Cela renforce l'incohérence et le sentiment d'impunité chez les élèves.

Je ne vous parle pas chez nous du nombre "d'affaires" en attente de traitement et de sanction. J'ai deux gamins dont je suis PP qui ont considérablement manqué de respect à une collègue. J'ai assisté à l'entretien entre les élèves, la collègue et le chef. Il avait promis des sanctions lourdes cette fois, car le carnet est rempli à ras bord et il n'y a toujours rien qui se passe. Que vois-je?! Le lendemain, les élèves sont en classe ET dans le cours de la collègue alors qu'ils devaient en être exclus en attendant une commission éducative. 3 semaines plus tard : toujours rien. Des élèves impunis, dont on convoque juste des parents qui ne se déplacent même pas.

On passe tous pour des clowns avec la "semaine de délais". Bon sang, les collégiens, c'est comme un enfant de deux ans qui a fait une bêtise. L'enfant de deux ans, on va pas attendre une semaine pour le punir. Question de crédibilité et de cohérence dans l'éducation. Et bien là, c'est pareil. Tu vas me dire : "on n'a pas qu'un gamin à s'occuper". Certes. Sauf qu'en sanctionnant le jour même les manquements graves au RI, il y aurait sans doute moins de travail au bout d'un mois ou deux.

Tout à fait d'accord avec ça, les nouveaux CPE de mon établissement traitent les problèmes dans la journée, à la rigueur le lendemain si l'élève a déjà terminé les cours mais n'attendent certainement pas une semaine avant d'agir, c'est la première fois que je lis que ce serait acceptable...

Les anciens ne les traitaient pas du tout, on voyait directement avec la principale adjointe pour les cas les plus sérieux demandant sanction ou on gérait nous-mêmes, ce qui donnait une situation ubuesque où les surveillants se montraient plus stricts sur l'application du règlement intérieur et vis-à-vis du comportement des élèves que les CPE, l'un trop occupé avec tous ses projets et l'autre complètement à la ramasse...

Cette année, les problèmes sont moins nombreux et les élèves nettement moins insolents (on a eu quelques rebellions au début de l'année parce que les gamins avaient peu l'habitude d'être recadrés mais ça s'est vite arrêté), c'est étrange comme un "tu t'arrêtes ou tu préfères voir cela avec M.X ou Mme Y ?" suffit à faire taire 99% des gamins désormais...  


ProvençalLeGaulois
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum