Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Olympias le Ven 7 Mar 2014 - 13:34

Là, nous touchons le fond...Impression très désagréable de vivre dans une république bananière... furieux furieux 

http://www.liberation.fr/societe/2014/03/07/sarkozy-ecoute-par-la-justice-et-soupconne-de-trafic-d-influence_985211
http://www.mediapart.fr/journal/france/050314/des-ecoutes-telephoniques-inquietent-l-avocat-de-nicolas-sarkozy

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/03/07/nicolas-sarkozy-sur-ecoutes-la-justice-soupconne-un-trafic-d-influence_4379307_3224.html

Des juges ont découvert que l'ancien président bénéficiait d'un informateur sur l'affaire Bettencourt au sein de la Cour de cassation, qu'il pourrait avoir tenté de récompenser, révèle «le Monde».
Deux magistrats chargés de l’enquête portant sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy ont pris l’initiative, en 2013, de le placer sur écoute, ainsi que deux de ses ministres de l’Intérieur, Claude Guéant et Brice Hortefeux, révèle vendredi le quotidien le Monde, qui détaille des révélations compromettantes concernant un possible trafic d’influence à la Cour de cassation.
Des écoutes de conversations entre Hortefeux et celui qui était alors patron de la police judiciaire, Christian Flaesch, révèlent en décembre 2013 la proximité entre les deux hommes. «L’épisode inquiète les sarkozystes. M. Sarkozy lui-même devient laconique sur son téléphone "officiel". Les juges s’interrogent, et finissent par découvrir que l’ex-chef de l’Etat dispose d’un second portable, enregistré sous un nom fictif. A son tour, cet appareil est placé sous surveillance. Les écoutes révèlent des échanges avec un autre téléphone mobile acquis avec une identité d’emprunt: il s’agit du portable acheté par Me Herzog pour échanger en toute confidentialité avec son client», écritle Monde.
Ces nouvelles écoutes mettent au jour des faits très embarrassants pour l’ancien chef de l’Etat. Un magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, tient Sarkozy et Herzog informés de la procédure en cours concernant la saisie des agendas de l’ex-président, pièces déterminantes dans l’enquête sur l’arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie dans l’affaire l’ayant opposé au Crédit lyonnais. «M. Azibert, qui a accès au service intranet de la haute juridiction, renseigne le camp sarkozyste sur l’évolution des tendances au sein de la Cour de cassation, les écoutes en font foi», note le Monde.
La fidélité de Gilbert Azibert mérite récompense et selon un enregistrement, l’avocat Thierry Herzog glisse à Nicolas Sarkozy que le magistrat, proche de la retraite, apprécierait un coup de pouce pour obtenir la mutation qu’il vise à un poste de conseiller d’Etat en principauté de Monaco. Ces révélations ont poussé le parquet national financier à ouvrir une information judiciaire pour «violation du secret de l’instruction» et «trafic d’influence». Prochaine étape attendue de la procédure : de possibles auditions de hauts magistrats de la Cour de cassation par l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.
L'AVOCAT DE SARKOZY DÉMENT TOUT TRAFIC D'INFLUENCE
Réagissant à ces révélations, Thierry Herzog a démenti dans Le Monde tout trafic d’influence. «Il n’y a eu aucun trafic d’influence», a assuré Me Herzog, qui promet de démontrer le «moment venu qu’il s’agit d’une affaire politique». Selon l’avocat, Nicolas Sarkozy est «toujours probablement sur écoute téléphonique». «C’est monstrueux», affirme-t-il, parlant d’une «violation monumentale des droits de la défense», et évoquant des «écoutes sauvages» ou «illégales».
«Pour qu’il y ait trafic d’influence, il faudrait qu’il y ait ou qu’il y ait eu influence, c’est-à-dire des pressions d’un haut magistrat sur le président de la chambre criminelle de la Cour de cassation et les dix magistrats qui la composent», se défend Me Thierry Herzog. «Non seulement on ne peut exercer une influence que l’on n’a pas, mais M. Azibert ne siège pas à la chambre criminelle», ajoute Me Herzog, le haut magistrat étant affecté à une chambre civile.



Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Celadon le Ven 7 Mar 2014 - 14:26

Vaste et profonde nausée. Pas de smiley adéquat. Et le sentiment que ce n'est que le début du sinistre déballage d'une sinistre équipe.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par retraitée le Ven 7 Mar 2014 - 14:34

Meuh non, c'est de l'acharnement pour l'empêcher de revenir, alors qu'il a toutes ses chances d'être élu en 2017 ! lol! 

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par retraitée le Ven 7 Mar 2014 - 14:35

Bananière, c'est gentil ! Mafieuse, plutôt.

retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Jeu 13 Mar 2014 - 15:52

Verdict : coupable ! Pas besoin de procès. Aujourd'hui, Fouquier-Tinville à ses disciples chez les antisarkozystes............

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Marcel Khrouchtchev le Jeu 13 Mar 2014 - 16:07

@Anim' a écrit:Verdict : coupable ! Pas besoin de procès. Aujourd'hui, Fouquier-Tinville à ses disciples chez les antisarkozystes............

 Laughing Laughing Laughing Laughing 

(parles-en à Yvan Colonna de la présomption d'innocence selon Sarkozy  Very Happy )

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Celadon le Jeu 13 Mar 2014 - 16:26

On peut s'opposer à Fouquier si on maîtrise bien le tandem a/à. Sinon,   

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Invité le Jeu 13 Mar 2014 - 18:01

Anim', merci pour cet éclat de rire salvateur...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par yogi le Jeu 13 Mar 2014 - 18:04

C'est ptet un candidat de la droite, voulant devenir président, qui balance Sarko?

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Jeu 13 Mar 2014 - 19:05

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Anim' a écrit:Verdict : coupable ! Pas besoin de procès. Aujourd'hui, Fouquier-Tinville à ses disciples chez les antisarkozystes............

 Laughing Laughing Laughing Laughing 

(parles-en à Yvan Colonna de la présomption d'innocence selon Sarkozy  Very Happy )

Pour une bourde vous le condamnez 10 000 fois. Drôle de notion de la "justice". Je maintiens, pas mal de F-T ici, c'est effrayant.

Affaires.
le 13 mars 2014 12H22 | par André Ropert




L’antisarkozysme rend fou.
On le savait déjà. Durant les cinq années de sa présence à l’Elysée, Nicolas Sarkozy était devenu l’homme de gouvernement le plus vilipendé de l’histoire récente de la France. Peut-être même fallait-il remonter à Mazarin, au temps de la minorité de Louis XIV et de la régence d’Anne d’Autriche, pour trouver un équivalent. Médias, humoristes, personnalités de l’opposition de gauche avaient rivalisé dans le quolibet, l’insulte, l’invective. On daubait sur tout, on raillait sa petite taille (qui donc a remarqué que François Hollande n’affiche que 4cm de plus ?). En 2011, l’essayiste André Bercoff pouvait publier dans « la chasse au Sarko » une anthologie des attaques verbales dont le président était l’objet : il y en avait plusieurs pages.
Ce qui frappait surtout, c’était l’outrance, la sorte de surenchère permanente dans l’offense et le dénigrement qui donnaient l’impression qu’à partir de critiques souvent justifiées, les opposants se laissaient soudain aller à un emportement hystérique qui ne se trouvait plus de limites. Certains journalistes, des personnalités du spectacle tenaient ainsi des propos frénétiques, semblant perdre le contrôle d’eux-mêmes, la haine de Sarkozy les mettant quasiment en état de transe. La défaite et le retrait de Nicolas Sarkozy en mai 2012 semblèrent faire retomber cette tension. Ce n’était, hélas ! qu’une trêve.
En ce début 2014, voici la machine repartie. Un flot d’affaires plus rocambolesques les unes que les autres vient réalimenter un moteur essoufflé. Une cohorte de juges, dont la plupart appartiennent à un syndicat de magistrats dont de récentes manifestations ont fait mesurer la rigueur et l’impartialité, accusent, sans qu’apparaisse le moindre début de preuve, l’ancien président des pires turpitudes. Chacune des ces « affaires » est aussitôt qualifiée « d’Etat ». Dans notre histoire, il y avait deux ou trois « affaires d’Etat » par siècle, il y en a maintenant une par semaine, avec d’ailleurs une fâcheuse propension à s’évanouir (après avoir fait beaucoup de bruit) dans les sables de l’enlisement, sinon du non-lieu.
Ce n’est pas qu’on ne se soit donné beaucoup de mal ! Ainsi, a-t-on vu un juge s’appuyer sur l’expertise d’un médecin-légiste (que la fréquentation des cadavres avait rendu spécialement compétent en gériatrie) pour décréter qu’une vieille dame examinée en 2011 souffrait cinq ans plus tôt d’un affaiblissement de ses facultés. Ainsi a-t-on constaté que la Cour de cassation, la juridiction suprême du pays, était incapable de répondre à une question extrêmement simple par oui ou non. Alors qu’on s’indigne à juste titre des curiosités mal venues des services américains, on s’aperçoit qu’en France même, tout le monde écoute tout le monde et que c’est finalement normal. Ne disons rien de la vraisemblance, personne ne trouvant étrange qu’un dictateur arabe jeté bas de son trône par des bombardiers français ne clame pas alors haut et fort que son agresseur devait sa position présidentielle aux formidables largesses qu’il lui aurait consenties quatre ans plus tôt. Un tel stoïcisme, beau comme l’antique, vaudrait d’être souligné et versé au dossier de l’instruction. On en arrive à s’étonner que nul n’ait encore soupçonné l’ex-chef de l’Etat de pédophilie, un chef d’accusation qui, on le sait, fonctionne remarquablement bien dans le champ de la justice en France.
Mais on ne tarde pas à passer de l’obsession au délire quand on voit les ministres eux-mêmes impliqués. Victimes du soupçon, nécessairement légitime sauf à tenir les citoyens pour des niais, sinon des demeurés, qu’il y a derrière tout cela quelque manœuvre politique, les plus hauts responsables de l’Etat croient bon de se justifier et ils s’emmêlent du même coup dans des déclarations contradictoires qui les décrédibilisent, et tout ça à dix jours d’une consultation électorale.
Comment ne pas avoir l’impression que tout le monde est devenu fou. Le public voit passer sur la scène, telles des marionnettes sautillantes et dans une totale confusion, magistrats et gens de robe, décideurs du monde médiatico-politique, hommes d’affaires douteux et conseillers félons. Il a le sentiment d’assister à un spectacle burlesque hésitant entre la série loufoque et le théâtre de Guignol…
La vraie question, la seule peut-être, c’est pourquoi un homme non dépourvu de qualités (et de défauts) mais, somme toute, assez ordinaire peut susciter à lui seul un tel remue-ménage. Il y a là un profond mystère.
« Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre« , disaient les anciens Romains. Sans que l’on sache pourquoi, Nicolas Sarkozy partage avec le roi des dieux ce singulier privilège.
Be Sociable, Share!http://blogs.lexpress.fr/histoire-politique/2014/03/13/affaires/

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Invité le Jeu 13 Mar 2014 - 19:17

Tu n'es pas obligée d'invectiver ceux qui ne sont pas d'accord avec toi, au passage, ça permettrait qu'on te prenne davantage au sérieux.
Le militantisme, c'est bien, mais on n'est pas obligé non plus d'en arriver à s'envoyer des comparaisons de personnages historiques sympathiques à la tête.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Jeu 13 Mar 2014 - 19:29

holderfar a écrit:Tu n'es pas obligée d'invectiver ceux qui ne sont pas d'accord avec toi, au passage, ça permettrait qu'on te prenne davantage au sérieux.
Le militantisme, c'est bien, mais on n'est pas obligé non plus d'en arriver à s'envoyer des comparaisons de personnages historiques sympathiques à la tête.

Je ne suis ni militante ni encartée et je fais juste un constat.

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Condorcet le Jeu 13 Mar 2014 - 19:34

Nicolas Sarkozy traitait ses interlocuteurs avec beaucoup de respect et de considération : il est ainsi de notoriété publique (ou d'enregistrement public) qu'il a répondu avec tact et mesure à l'invective "noli me tangere" et que la lumière à laquelle il se référait en ce début 2009 était celle de l'esprit. Grâces lui soient donc rendues !

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par PauvreYorick le Jeu 13 Mar 2014 - 19:38

@Anim' a écrit: Pour une bourde vous le condamnez 10 000 fois.
Non, c'était récurrent de sa part.

Un autre exemple:

De New York, où il s'exprime en léger différé sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy est interrogé sur l'affaire Clearstream et les attaques portées contre lui par Dominique de Villepin. Il répond: "au bout d'une longue enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant le tribunal correctionnel...Eh bien moi, je vais vous dire une chose: je fais totalement confiance à la justice."

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2009/09/23/et-nicolas-sarkozy-derapa/

Spoiler:
«Eh bien moi, je vais vous dire une chose»
On croirait encore l'entendre. mdr 

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Invité le Jeu 13 Mar 2014 - 19:53

@Anim' a écrit:
holderfar a écrit:Tu n'es pas obligée d'invectiver ceux qui ne sont pas d'accord avec toi, au passage, ça permettrait qu'on te prenne davantage au sérieux.
Le militantisme, c'est bien, mais on n'est pas obligé non plus d'en arriver à s'envoyer des comparaisons de personnages historiques sympathiques à la tête.

Je ne suis ni militante ni encartée et je fais juste un constat.
C'est un constat de désigner ses interlocuteurs comme des FT en puissance? Je crois que tu devrais revoir la définition du terme.
Et au passage, même si on te l'a dit cent fois, on ne compte plus les fois où Sarkozy a bafoué la présomption d'innocence, donc la mauvaise foi ça va cinq minutes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Jeu 13 Mar 2014 - 20:03

@PauvreYorick a écrit:
@Anim' a écrit: Pour une bourde vous le condamnez 10 000 fois.
Non, c'était récurrent de sa part.

Un autre exemple:

De New York, où il s'exprime en léger différé sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy est interrogé sur l'affaire Clearstream et les attaques portées contre lui par Dominique de Villepin. Il répond: "au bout d'une longue enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant le tribunal correctionnel...Eh bien moi, je vais vous dire une chose: je fais totalement confiance à la justice."

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2009/09/23/et-nicolas-sarkozy-derapa/

Spoiler:

«Eh bien moi, je vais vous dire une chose»
On croirait encore l'entendre. mdr 


J'avoue, je ne suis pas Sarkozy et je n'ai aucune confiance en la justice. Ce que vous citez vous et MK ne sont rien d'autre que des bourdes qui ne font pas de lui le coupable que vous en faites dès qu'une boule puante est lancé, Clerstream, Bettencourt, Karachi etc...

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Invité le Jeu 13 Mar 2014 - 20:07

Des bourdes récurrentes, hein. Mais si Sarkozy n'est pas responsable de tout ( Clearstream en témoigne), il est loin d'être le martyr que tu sembles décrire. Cette stratégie de victimisation systématique ne convainc personne...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par yogi le Jeu 13 Mar 2014 - 22:51

@Condorcet a écrit:Nicolas Sarkozy traitait ses interlocuteurs avec beaucoup de respect et de considération : il est ainsi de notoriété publique (ou d'enregistrement public) qu'il a répondu avec tact et mesure à l'invective "noli me tangere" et que la lumière à laquelle il se référait en ce début 2009 était celle de l'esprit. Grâces lui soient donc rendues !

"Casse-toi pov' con!" en est un parfait exemple.

@PauvreYorick a écrit:
@Anim' a écrit: Pour une bourde vous le condamnez 10 000 fois.
Non, c'était récurrent de sa part.

Un autre exemple:

De New York, où il s'exprime en léger différé sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy est interrogé sur l'affaire Clearstream et les attaques portées contre lui par Dominique de Villepin. Il répond: "au bout d'une longue enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant le tribunal correctionnel...Eh bien moi, je vais vous dire une chose: je fais totalement confiance à la justice."

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2009/09/23/et-nicolas-sarkozy-derapa/

Spoiler:

«Eh bien moi, je vais vous dire une chose»
On croirait encore l'entendre. mdr 

Complètement d'accord avec ton spoiler,je vois aussi les mimiques au niveau de l'épaule, tiens!

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Celadon le Ven 14 Mar 2014 - 7:50

"La vraie question, la seule peut-être, c’est pourquoi un homme non dépourvu de qualités (et de défauts) mais, somme toute, assez ordinaire peut susciter à lui seul un tel remue-ménage. Il y a là un profond mystère." André Ropert cité par Anim'.
Justement. Un peu trop. C'est peut-être la clé du pb. Pour occuper cette fonction, il ne faut être ni ordinaire (s'exprimer comme un charretier, se laisser influencer par un journaliste d'extrême-droite pour faire virer sa ligne politique), ni normal, comme prétend l'être l'actuel détenteur de cette HAUTE fonction.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par PauvreYorick le Ven 14 Mar 2014 - 9:42

@Anim' a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
@Anim' a écrit: Pour une bourde vous le condamnez 10 000 fois.
Non, c'était récurrent de sa part.

Un autre exemple:

De New York, où il s'exprime en léger différé sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy est interrogé sur l'affaire Clearstream et les attaques portées contre lui par Dominique de Villepin. Il répond: "au bout d'une longue enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant le tribunal correctionnel...Eh bien moi, je vais vous dire une chose: je fais totalement confiance à la justice."

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2009/09/23/et-nicolas-sarkozy-derapa/

Spoiler:

«Eh bien moi, je vais vous dire une chose»
On croirait encore l'entendre. mdr 


J'avoue, je ne suis pas Sarkozy et je n'ai aucune confiance en la justice. Ce que vous citez vous et MK ne sont rien d'autre que des bourdes qui ne font pas de lui le coupable que vous en faites dès qu'une boule puante est lancé, Clerstream, Bettencourt, Karachi etc...
Mais il faut arrêter d'attribuer je ne sais quelles paroles ou pensées à je ne sais qui ou à tout le monde indistinctement.

Je ne sais évidemment pas si Sarkozy a enfreint la loi dans cette nouvelle affaire. En revanche les exemples cités, auxquels on pourrait en ajouter d'autres, montrent très clairement que Sarkozy avait un problème avec l'idée même de présomption d'innocence et avait le plus grand mal à s'astreindre à la réserve que lui imposaient ses fonctions. Mais ce sont deux problèmes distincts, ne mélange pas tout.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Mer 19 Mar 2014 - 19:26


Burgaud (Outreau) s'était vu infligé une réprimande avec inscription au dossier, c'est vraiment très sévère. Matres écopera d'une ligne : "Je ne dois pas afficher les photos de parents d'enfants sauvagement assassinés sur le mur des cons". Elle devra la lire, on est pas en dictature pour qu'on lui demande de l'écrire; exemplaire justice française.

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Mer 19 Mar 2014 - 19:37

@PauvreYorick a écrit:
@Anim' a écrit:
@PauvreYorick a écrit:
Non, c'était récurrent de sa part.

Un autre exemple:

De New York, où il s'exprime en léger différé sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy est interrogé sur l'affaire Clearstream et les attaques portées contre lui par Dominique de Villepin. Il répond: "au bout d'une longue enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant le tribunal correctionnel...Eh bien moi, je vais vous dire une chose: je fais totalement confiance à la justice."

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2009/09/23/et-nicolas-sarkozy-derapa/

Spoiler:


On croirait encore l'entendre. mdr 


J'avoue, je ne suis pas Sarkozy et je n'ai aucune confiance en la justice. Ce que vous citez vous et MK ne sont rien d'autre que des bourdes qui ne font pas de lui le coupable que vous en faites dès qu'une boule puante est lancé, Clerstream, Bettencourt, Karachi etc...
Mais il faut arrêter d'attribuer je ne sais quelles paroles ou pensées à je ne sais qui ou à tout le monde indistinctement.

Je ne sais évidemment pas si Sarkozy a enfreint la loi dans cette nouvelle affaire. En revanche les exemples cités, auxquels on pourrait en ajouter d'autres, montrent très clairement que Sarkozy avait un problème avec l'idée même de présomption d'innocence et avait le plus grand mal à s'astreindre à la réserve que lui imposaient ses fonctions. Mais ce sont deux problèmes distincts, ne mélange pas tout.

C'est parce que les avis divergents quand il s'agit de Sarko ici ne sont pas patents, au contraire.

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Anim' le Mer 19 Mar 2014 - 19:42

Je ne suis pas une fan de BHL, mais il lui arrive parfois de ne pas dire que des bêtises :

Le bloc-notes de Bernard-Henri Lévy

Le 17 Mars 2014, par Bernard-Henri Lévy

Aux écoutes (Le Point, le 20 mars 2014)

BLOC NOTES Ayant voté à gauche en 2007 puis, encore, en 2012, je ne suis que plus à l’aise pour dire combien cette affaire d’écoutes judiciaires diligentées, un an durant, contre Nicolas Sarkozy me semble sidérante et, sur le plan des principes, éminemment choquante.

Choquante, déjà, la mise sur écoutes d’un ancien président qui était aussi, de fait, le chef de l’opposition républicaine : en surveillant l’un, on surveillait les autres ; en s’immisçant dans les conversations du premier, on se mettait en position, unique dans les annales, de tout savoir des faits et gestes de ce parti adverse dont la liberté de mouvement est, en démocratie, sacrée ; le Watergate n’était pas loin ; un Watergate sans plombiers et avec juges, mais un Watergate quand même.

Choquant, aussi, le style de ces écoutes – cette stratégie de pêcheur à la ligne où ce n’est pas le soupçon qui motive l’écoute, mais l’écoute qui crée le soupçon et où, même si on ne sait pas bien ce que l’on cherche, on ne doute pas qu’en laissant traîner l’hameçon le temps qu’il faut on finira par trouver quelque chose : cette forme d’écoute aléatoire, ce renversement du classique « Surveiller et punir » en un « Surveiller et prévenir » qui relève de la loi des suspects plus que du droit, ce style d’écoute paresseuse qui dispense de l’enquête à l’ancienne avec recueil et recoupement d’indices autour d’une présomption sérieuse et dûment fondée, est, même pour les grands délinquants, un détournement de procédure et de moyens publics ; que dire alors lorsqu’il s’agit d’un homme d’Etat qui n’a jamais été condamné, que l’on sache, dans la moindre affaire d’emplois fictifs, d’appartement au prix sous-évalué ou de délinquance barbouzarde à la « Rainbow Warrior » ?

Il existait un soupçon, objecte-t-on, et c’était l’affaire Kadhafi. Il existait des indices de financement, par la Libye, de la campagne de 2007 – et c’était, semble-t-il, le motif de cette mise sur écoutes hors normes… Cet argument, pour le coup, est honteux. Car ces indices étaient, en la circonstance, les dires d’une Amazone de Tripoli ; un document dénoncé comme faux tant par son supposé signataire (Moussa Koussa) que par son supposé destinataire (Bachir Saleh) ; et les aveux de ce grand témoin de moralité devant l’Eternel qu’est M. Ziad Takieddine… Et puis, indices pour indices, il en existe un autre qui va dans le sens opposé et qui aurait dû, à tout le moins, faire trembler la main qui a signé l’ordre d’écoutes : le dictateur libyen a eu six mois pour produire les « preuves » qu’avait annoncées l’un de ses fils avant le déclenchement de la guerre ; il avait, à 100 mètres de sa forteresse de Bab al-Azizia, les chaînes de télévision du monde entier qui n’attendaient qu’un mot de lui pour en faire un scoop planétaire ; il avait la possibilité, ce faisant, de disqualifier son ennemi et, en le disqualifiant, d’arrêter instantanément les bombardements qui allaient lui coûter le pouvoir et la vie – or ce mot, il ne l’a jamais prononcé ; or ce scoop, il ne l’a jamais produit…

Honteuse encore la saisie du téléphone professionnel d’un avocat, Me Herzog, dont la confidentialité des échanges avec son client est la base d’une défense équitable et qui est aussi, forcément, l’avocat d’une foule d’autres clients qui se voient pris dans la même nasse et savent désormais que leurs courriers électroniques, leurs messages, leurs éventuelles confessions sont sur la table d’un juge qui, pour être juge, n’en est pas moins homme, avec la part de petites faiblesses, peut-être de curiosités, qui sont le lot de tous les hommes : de quel droit, là aussi ? au nom de quoi cette indiscrétion ? en vertu de quel passe-droit cette effraction dans un espace d’interlocution qui a, comme avec les médecins ou, jadis, les confesseurs, vocation à rester fermé, hors de tout regard, inviolé ? il y a des exceptions, nous dit-on ; ce secret est en effet sacré, sauf si l’avocat en question est lui-même un grand bandit dont des indices graves laissent, à nouveau, soupçonner que, etc. ; eh bien, on attend les indices graves… et les juges responsables de cette mise en suspens sans précédent des droits de la défense ainsi que de cette atteinte, rare, à l’honneur d’un ténor du barreau ont, à mon humble avis, intérêt à se trouver, très vite, une excuse et un alibi plausibles…

Et puis j’allais oublier les arguments de café du commerce du type : « il n’y a qu’un voyou pour se procurer un deuxième portable sous un nom d’emprunt ». Eh bien, je comprends, moi, au contraire, que lorsqu’on se sait épié et couché, jusque dans sa vie privée, sur la « table d’anatomie morale » chère à Paul Bourget, je comprends que, lorsque la justice, au lieu de protéger votre droit au secret, est la première à le piétiner, on ait la tentation de se protéger soi-même, et comme on peut. Et quant à la forte sentence signée, hélas, d’un ministre de la République, M. Benoît Hamon, selon laquelle « quand on n’a rien à se reprocher, ce n’est pas grave d’être sur écoutes », elle est non seulement inepte mais ignoble : n’est-ce pas précisément quand on est innocent que cette intrusion des grandes oreilles, un an durant, dans l’espace inviolable de notre intimité est un cauchemar ? et faut-il avoir l’âme basse pour imaginer qu’un homme n’a à cacher que ses forfaits ?

Cette affaire, on l’aura compris, pose la question du droit au secret en démocratie.

Par-delà le cas Sarkozy, elle illustre la terrible passion des maniaques qui sont prêts, au nom de la transparence et de la pureté, à sacrifier ce fondement des droits de l’homme qu’est le droit, pour le sujet, à l’opacité et au mutisme.

Elle dit l’urgence de mettre des limites au désir sans limite, chez l’Autre, d’arraisonner la part d’ombre de chacun.

Bernard-Henri Lévy
_________________

Anim'
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkozy écouté par la justice et soupçonné de trafic d'influence

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 19 Mar 2014 - 19:42

@Anim' a écrit:

Burgaud (Outreau) s'était vu infligé une réprimande avec inscription au dossier, c'est vraiment très sévère. Matres écopera d'une ligne : "Je ne dois pas afficher les photos de parents d'enfants sauvagement assassinés sur le mur des cons". Elle devra la lire, on est pas en dictature pour qu'on lui demande de l'écrire; exemplaire justice française.

Le problème, ce sera de prouver qu'il y a diffamation et que les personnes en question ne méritent pas de figurer sur ce mur.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum