Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Page 10 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Jeu 13 Mar 2014 - 21:27

@Igniatius a écrit:
Tu ne m'as pas lu, je ne peux rien pour toi : si pour toi "baisse de niveau=les études sont plus faciles", c'est que tu raisonnes bizarrement.

D'ici à ce que tu relises un topic où l'on déplore cette baisse de niveau, réfléchis bien au fait que ce niveau ne remet en cause ni la difficulté des études, ni l'intelligence des étudiants. Ceci fera peut-être du bien à ton amour-propre de jeune.

Ignatius a écrit:J'aurais même tendance à penser que médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui, ou, tout du moins, sélectionnait de plus brillants étudiants auparavant.


Dernière édition par Dalathée2 le Jeu 13 Mar 2014 - 21:30, édité 2 fois

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Igniatius le Jeu 13 Mar 2014 - 21:27

@frdm a écrit:
@plotch a écrit:

Je ne suis pas du tout convaincu que le niveau en bio diminue, et j'aimerai entendre l'avis de collègues expérimentés de SVT sur le sujet avant de me mouiller.
Le niveau baisse partout et continûment, c'est pourtant clair !

Prends n'importe quel collègue de SVT : les horaires de la 6è à la TS sont devenus peau de chagrin.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Igniatius le Jeu 13 Mar 2014 - 21:32

Dalathée2 a écrit:
@Igniatius a écrit:
Tu ne m'as pas lu, je ne peux rien pour toi : si pour toi "baisse de niveau=les études sont plus faciles", c'est que tu raisonnes bizarrement.

D'ici à ce que tu relises un topic où l'on déplore cette baisse de niveau, réfléchis bien au fait que ce niveau ne remet en cause ni la difficulté des études, ni l'intelligence des étudiants. Ceci fera peut-être du bien à ton amour-propre de jeune.

Ignatius a écrit:J'aurais même tendance à penser que médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui, ou, tout du moins, sélectionnait de plus brillants étudiants auparavant.

Oui et alors ?
Mon "tout du moins" ne contredit pas la première citation : tu vois, j'émettais un avis, et j'étais déjà prêt à le modérer.


Moi ce qui m'agace sur ce forum, c'est que de plus en plus de sujets soulèvent l'émotion de ceux qui les lisent, faisant fi de l'exactitude des propos, et pratiquant l'amalgame et la généralisation afin de mieux s'offusquer.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Igniatius le Jeu 13 Mar 2014 - 21:40

@Audrey a écrit:Dalathée, ce que tu décris me rappelle des tonnes de souvenirs, sauf que moi, j'arrivais à l'amphi à 6h, après m'être levée à 4H45, pour un début de cours à 8h...j'avais 40 minutes de trajet en car, l'amphi ne comptait que 600 places pour plus de 800 étudiants et si je voulais être sûre d'avoir une place assise pour prendre les cours, je n'avais pas le choix. Impossible effectivement de faire un dessin d'anat debout. ;-)
C'est durant ces deux années de galère que j'ai appris à m'endormir n'importe où n'importe quand quel que soit le bruit ambiant pour récupérer un peu. Ca aura au moins eu ça de positif...  Laughing 

Moi, ce qui me fait marrer, c'est l'avis de gens qui n'ont jamais suivi d'études de médecine et qui ne s'appuient que sur ce que leurs connaissance en disent... gens qui bien souvent, évidemment, sont de brillants esprits pour qui tout est facile, évident...

En lisant tout ça, je me dis que je suis vraiment une pauvre conne: vous pensez, j'ai passé deux fois le concours et je l'ai raté! Normal que je finisse prof de lettres, hein, mon niveau en maths et en sciences était de toute évidence médiocre, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai un bac D et non un bac C, hein...

Bref, je vais arrêter de lire tout ça, on en revient toujours aux mêmes refrains...

Ecoute, ton expérience, tu l'as vécue il y a 20 ans, personne ne la remet en cause.
Et personne ne remet en cause la réalité de certaines facs.

Mais l'intégralité de mes anciens élèves qui ont fait leur médecine à Nantes me rapporte bien le bourrage de crâne mais jamais les problèmes de sabotage par d'autres élèves : alors les témoignages, ça varie.


_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Provence le Jeu 13 Mar 2014 - 21:48


@Cincinnata a écrit:   Concernant la baisse de niveau générale, peut-être faudrait-il prendre en compte le fait que, avec la démocratisation de l'école, beaucoup plus de jeunes vont à l'école et beaucoup plus longtemps, d'où un niveau inférieur en collège, lycée, etc !

Qu'appelles-tu la démocratisation de l'école?

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Jeu 13 Mar 2014 - 21:52

Je vais préciser ma pensée et le sens de mes citations. Tu rejettes mes propos au motif que je t'aurais mal lu ou, à tout le moins, mal compris. Tu écris donc :
@Igniatius a écrit:
Tu ne m'as pas lu, je ne peux rien pour toi : si pour toi "baisse de niveau=les études sont plus faciles", c'est que tu raisonnes bizarrement.

D'ici à ce que tu relises un topic où l'on déplore cette baisse de niveau, réfléchis bien au fait que ce niveau ne remet en cause ni la difficulté des études, ni l'intelligence des étudiants. Ceci fera peut-être du bien à ton amour-propre de jeune.

Or, contrairement à ce que tu affirmes ci-dessus, il ne semble pas que je t'aie mal lu. En effet, il y a de cela quelques pages, tu écrivais :
Ignatius a écrit:J'aurais même tendance à penser que médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui, ou, tout du moins, sélectionnait de plus brillants étudiants auparavant.
Par conséquent, ce n'est pas seulement un effet d'optique dû à mon cerveau embrumé. Tu affirmes bien que "les études sont plus faciles" : "médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui". Par ailleurs, tu "remets [bien] en cause" "l'intelligence des étudiants", puisque tu affirmes que les étudiants sélectionnés étaient "plus brillants [...] auparavant."


Dernière édition par Dalathée2 le Jeu 13 Mar 2014 - 21:58, édité 1 fois

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Boubous le Jeu 13 Mar 2014 - 21:57

@Ingeborg B. a écrit:
@Boubous a écrit:
@Igniatius a écrit:

Non non, là je ne suis pas du tout d'accord.
J'aurais même tendance à penser que médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui, ou, tout du moins, sélectionnait de plus brillants étudiants auparavant.

Si vous considérez qu’un bachelier S brillant est une "brute" qui a obtenu la mention TB, une note supérieure à 15 en maths et est issu de la spé maths, vous n’avez peut-être pas totalement faux ! Laughing 

La grande majorité des bacheliers S titulaires d’une mention « Très bien » ou « Bien » est recrutée par les classes préparatoires (scientifiques ou non scientifiques), particulièrement lorsqu’ils sont issus de la spécialité « Mathématiques ».
CPGE : 54% TB ; 39% B ; 14% AB ; 4% pas de mention
PCEM / PCEP : 23% TB ; 25% B ; 22% AB ; 18% pas de mention

La distribution des notes obtenues au baccalauréat en mathématiques selon l’orientation illustre l’hétérogénéité des profils selon les filières
CPGE scientifiques : 61% > 15 et 15% < 12
PCEM / PCEP : 25% > 15 et 50 % < 12


Source : MESR DGESIP/DGRI SIES, panel de bacheliers 2008

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2012/99/3/NI_MESR_12_10_def_222993.pdf
Oui mais il est plus logique qu'un élève qui a choisi la spécialité mathématiques aille en prépa. Enfin, pourquoi focaliser sur les résultats en mathématiques ?
La mention au bac et la spé maths sont les critères les plus fiables pour évaluer la réussite future aux concours. Si vous avez d’autres critères, vous pouvez les donner !

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Igniatius le Jeu 13 Mar 2014 - 22:12

Dalathée2 a écrit:Je vais préciser ma pensée et le sens de mes citations. Tu rejettes mes propos au motif que je t'aurais mal lu ou, à tout le moins, mal compris. Tu écris donc :
@Igniatius a écrit:
Tu ne m'as pas lu, je ne peux rien pour toi : si pour toi "baisse de niveau=les études sont plus faciles", c'est que tu raisonnes bizarrement.

D'ici à ce que tu relises un topic où l'on déplore cette baisse de niveau, réfléchis bien au fait que ce niveau ne remet en cause ni la difficulté des études, ni l'intelligence des étudiants. Ceci fera peut-être du bien à ton amour-propre de jeune.

Or, contrairement à ce que tu affirmes ci-dessus, il ne semble pas que je t'aie mal lu. En effet, il y a de cela quelques pages, tu écrivais :
Ignatius a écrit:J'aurais même tendance à penser que médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui, ou, tout du moins, sélectionnait de plus brillants étudiants auparavant.
Par conséquent, ce n'est pas seulement un effet d'optique dû à mon cerveau embrumé. Tu affirmes bien que "les études sont plus faciles" : "médecine était plus dur avant qu'aujourd'hui". Par ailleurs, tu "remets [bien] en cause" "l'intelligence des étudiants", puisque tu affirmes que les étudiants sélectionnés étaient "plus brillants [...] auparavant."

Décidément, tu es pointilleuse !

Ce que je dis, c'est qu'en moyenne, oui, il y a plus d'étudiants "hors-sujet" en 1ère année qu'avant : le fait que le nombre de bacheliers augmente et que, comme je l'ai déjà raconté, certains y vont comme on joue au loto provoque mécaniquement un niveau moyen moins élevé.
Le simple fait que les facs multiplient les tentatives de découragement des étudiants et interdisent à certains de passer leur exam semble corroborer ce point de vue : je ne crois pas me souvenir de tels procédés à mon époque.
Et je ne vois pas ce qu'il y a d'affectif là-dedans.

Ceci étant, cela ne remet pas en cause le niveau des tous meilleurs, même si je maintiens ce que j'ai lu (je ne comprend spas comment tu peux parler "d'émotion" mais bon) à savoir l'inquiétude des "pontes" quant à la qualité du renouvellement.


Je vais arrêter de débattre du sexe des anges parce que ce n'est pas intéressant.


Pour ma part, je maintiens ce que j'ai déjà dit plus avant (mais personne n'a relevé) : je souhaiterais une sélection à l'entrée en PCES, dès après le bac, comme pour la prépa, qi ne produit pas autant d'échec que la fac de médecine.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Cincinnata le Jeu 13 Mar 2014 - 22:20

@Provence a écrit:
@Cincinnata a écrit:   Concernant la baisse de niveau générale, peut-être faudrait-il prendre en compte le fait que, avec la démocratisation de l'école, beaucoup plus de jeunes vont à l'école et beaucoup plus longtemps, d'où un niveau inférieur en collège, lycée, etc !

Qu'appelles-tu la démocratisation de l'école?

Par "démocratisation" j'entends la volonté, au cours du XX°, de supprimer les inégalités d'accès à l'école et d'ouvrir ses portes au plus d'enfants possible et à tous les niveaux, en allongeant par exemple la durée de scolarité obligatoire etc. Je ne dis pas que ce fut un succès et, à mon avis, c'est une des raisons pour lesquelles le niveau d'exigence à baissé. Il faudrait comparer le nombre d'inscrits au bac et le nombre d'admis aujourd'hui et il y a 40 ans... Comme il y a plus de monde et que les Peillon et compagnie jouent les robins des bois et baissent les exigences pour , soi - disant, supprimer les inégalités, tout le monde a son bac mais tout le monde n'a pas le niveau des bacheliers d'il y a 40 ans. Globalement on a l'impression que les jeunes sont tous des crétins alors que peut-être que les idiots sont tout autant qu'il y a 40 ans mais qu'ils restent plus longtemps à l'école. Cela ne veut pas dire que les meilleurs d'aujourd'hui sont moins bons que les meilleurs d'autrefois. (pfiou j'ai l'impression de ne plus savoir écrire ce soir)

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
"Pousse selon ton espèce ! "

Cincinnata
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Moonchild le Jeu 13 Mar 2014 - 22:21

@plotch a écrit:

Je ne suis pas du tout convaincu que le niveau en bio diminue, et j'aimerai entendre l'avis de collègues expérimentés de SVT sur le sujet avant de me mouiller.
Je ne suis pas du tout un spécialiste et ce n'est qu'une anecdote, mais il y a deux ans je me suis retrouvé à surveiller une épreuve de SVT du bac et j'ai jeté un petit coup d'œil au sujet surnuméraire qui traînait sur le bureau. En dehors de l'exercice de géologie pour lequel il me manquait quelques termes de vocabulaire, j'étais en mesure de faire les trois autres exercices alors que je n'ai pas spécialement touché à la biologie depuis une bonne vingtaine d'années. Ces exercices ne demandaient quasiment aucune connaissance spécifique et se basaient sur des analyses de documents qui allaient du plutôt simple au très facile pour l'exercice de spécialité ; je n'ai pas eu d'éléments sur le barème, mais à mon avis, pour avoir moins de 12/20 à ce genre d'épreuve, il faut avoir des difficultés de raisonnement telles qu'on n'est même pas en mesure de suivre les grandes lignes d'un épisode de la série "Les experts".

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Ingeborg B. le Jeu 13 Mar 2014 - 22:22

@Boubous a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
@Boubous a écrit:

Si vous considérez qu’un bachelier S brillant est une "brute" qui a obtenu la mention TB, une note supérieure à 15 en maths et est issu de la spé maths, vous n’avez peut-être pas totalement faux ! Laughing 




Source : MESR DGESIP/DGRI SIES, panel de bacheliers 2008

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2012/99/3/NI_MESR_12_10_def_222993.pdf
Oui mais il est plus logique qu'un élève qui a choisi la spécialité mathématiques aille en prépa. Enfin, pourquoi focaliser sur les résultats en mathématiques ?
La mention au bac et la spé maths sont les critères les plus fiables pour évaluer la réussite future aux concours. Si vous avez d’autres critères, vous pouvez les donner !
Pourquoi la spé maths serait-elle un gage de meilleur niveau que d'autres spécialités ? Enfin, là, on parle du concours de médecine, dans lequel il n'y a aucune épreuve de maths...

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Provence le Jeu 13 Mar 2014 - 22:45

@Cincinnata a écrit:

    Par "démocratisation" j'entends la volonté, au cours du XX°, de supprimer les inégalités d'accès à l'école et d'ouvrir ses portes au plus d'enfants possible et à tous les niveaux, en allongeant par exemple la durée de scolarité obligatoire etc.

Tu parles du XXe siècle. Crois-tu vraiment qu'on ait particulièrement démocratisé l'école durant les trente dernières décennies, c'est-à-dire qu'on ait vraiment permis aux élèves modestes d'avoir plus facilement accès aux études? Il semblerait plutôt que ce soit le contraire... Parce que ouvrir grand les portes sur du vide, ce n'est pas plus démocratique qu'autre chose.

Je ne dis pas que ce fut un succès et, à mon avis, c'est une des raisons pour lesquelles le niveau d'exigence à baissé. Il faudrait comparer le nombre d'inscrits au bac et le nombre d'admis aujourd'hui et il  y a 40 ans... Comme il  y a plus de monde et que les Peillon et compagnie jouent les robins des bois et baissent les exigences pour , soi - disant, supprimer les inégalités, tout le monde a son bac mais tout le monde n'a pas le niveau des bacheliers d'il  y a 40 ans.
Il faudrait surtout comparer le nombre d'heures de cours dispensées aux élèves durant la semaine et observer la dégringolade des horaires disciplinaires, notamment en français. L'absence de maîtrise de la langue est clairement un handicap dans notre société et une école véritablement démocratique se soucierait davantage de permettre à ses élèves d'apprendre en classe ce qu'ils n'apprendront pas à la maison, en particulier dans certains milieux modestes.

Globalement on a l'impression que les jeunes sont tous des crétins alors que peut-être que les idiots sont tout autant qu'il y a 40 ans mais qu'ils restent plus longtemps à l'école. Cela ne veut pas dire que les meilleurs d'aujourd'hui sont moins bons que les meilleurs d'autrefois.
Je n'ai pas l'impression que tous les jeunes soient des crétins. Et on continue à former des élèves brillants, heureusement. C'est pour les autres que je m'inquiète.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Jeu 13 Mar 2014 - 23:07

@frdm a écrit:
@plotch a écrit:

Je ne suis pas du tout convaincu que le niveau en bio diminue, et j'aimerai entendre l'avis de collègues expérimentés de SVT sur le sujet avant de me mouiller.
Le niveau baisse partout et continûment, c'est pourtant clair !

Quand j'ai vu les annales des agregs de physique des années 80 j'ai été choqué par le niveau tellement il était faible par rapport aux épreuves des années 2000. Donc cela ne me semble pas vraiment si "monotone" que cela.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:08

@Igniatius a écrit:
@frdm a écrit:
@plotch a écrit:

Je ne suis pas du tout convaincu que le niveau en bio diminue, et j'aimerai entendre l'avis de collègues expérimentés de SVT sur le sujet avant de me mouiller.
Le niveau baisse partout et continûment, c'est pourtant clair !

Prends n'importe quel collègue de SVT : les horaires de la 6è à la TS sont devenus peau de chagrin.
Je suis bien d'accord avec toi, et de manière générale, je partage beaucoup de tes positions. Je voulais juste plaisanter un peu pour détendre l'atmosphère, sans succès.

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:12

@Ingeborg B. a écrit:
@Boubous a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
Oui mais il est plus logique qu'un élève qui a choisi la spécialité mathématiques aille en prépa. Enfin, pourquoi focaliser sur les résultats en mathématiques ?
La mention au bac et la spé maths sont les critères les plus fiables pour évaluer la réussite future aux concours. Si vous avez d’autres critères, vous pouvez les donner !
Pourquoi la spé maths serait-elle un gage de meilleur niveau que d'autres spécialités ? Enfin, là, on parle du concours de médecine, dans lequel il n'y a aucune épreuve de maths...
Tout simplement parce que statistiquement, on retrouve chaque année en spé maths les meilleurs élèves (dans toutes les matières) de TS. C'est peut être malheureux pour certains, mais c'est une réalité.

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Cincinnata le Jeu 13 Mar 2014 - 23:14

@Provence a écrit:
Tu parles du XXe siècle. Crois-tu vraiment qu'on ait particulièrement démocratisé l'école durant les trente dernières décennies, c'est-à-dire qu'on ait vraiment permis aux élèves modestes d'avoir plus facilement accès aux études? Il semblerait plutôt que ce soit le contraire... Parce que ouvrir grand les portes sur du vide, ce n'est pas plus démocratique qu'autre chose.


Je ne dis pas que ce fut un succès et, à mon avis, c'est une des raisons pour lesquelles le niveau d'exigence à baissé. Il faudrait comparer le nombre d'inscrits au bac et le nombre d'admis aujourd'hui et il  y a 40 ans... Comme il  y a plus de monde et que les Peillon et compagnie jouent les robins des bois et baissent les exigences pour , soi - disant, supprimer les inégalités, tout le monde a son bac mais tout le monde n'a pas le niveau des bacheliers d'il  y a 40 ans.
Il faudrait surtout comparer le nombre d'heures de cours dispensées aux élèves durant la semaine et observer la dégringolade des horaires disciplinaires, notamment en français. L'absence de maîtrise de la langue est clairement un handicap dans notre société et une école véritablement démocratique se soucierait davantage de permettre à ses élèves d'apprendre en classe ce qu'ils n'apprendront pas à la maison, en particulier dans certains milieux modestes.

Globalement on a l'impression que les jeunes sont tous des crétins alors que peut-être que les idiots sont tout autant qu'il y a 40 ans mais qu'ils restent plus longtemps à l'école. Cela ne veut pas dire que les meilleurs d'aujourd'hui sont moins bons que les meilleurs d'autrefois.
Je n'ai pas l'impression que tous les jeunes soient des crétins. Et on continue à former des élèves brillants, heureusement. C'est pour les autres que je m'inquiète.

J'ai répondu à la phrase en gras dans la phrase que vous citez ensuite... cette soi-disant démocratisation n'a pas été réalisée, je ne peux pas le dire de façon plus claire ! Par contre j'affirme qu'il y a plus de jeunes à l'école et pour plus longtemps ! Bien sûr que la formation est aussi moins bonne, c'est tout aussi flagrant en LC...

Je m'adressais surtout à ceux qui affirmaient ici que les jeunes sont globalement de moins en moins bons, tant mieux si vous ne partagez pas cet avis. Mais "les autres" dont vous parlez je crois malheureusement qu'ils n'étaient pas meilleurs avant, on s'aperçoit aujourd'hui du niveau déplorable parce qu'on force ces "autres" à rester plus longtemps à l'école.


Dernière édition par Cincinnata le Jeu 13 Mar 2014 - 23:18, édité 1 fois

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
"Pousse selon ton espèce ! "

Cincinnata
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:17

@plotch a écrit:
@frdm a écrit:
@plotch a écrit:

Je ne suis pas du tout convaincu que le niveau en bio diminue, et j'aimerai entendre l'avis de collègues expérimentés de SVT sur le sujet avant de me mouiller.
Le niveau baisse partout et continûment, c'est pourtant clair !

Quand j'ai vu les annales des agregs de physique des années 80 j'ai été choqué par le niveau tellement il était faible par rapport aux épreuves des années 2000. Donc cela ne me semble pas vraiment si "monotone" que cela.
Alors là je suis intéressé, parce que pour préparer l'agreg, j'avais refait tous les écrits depuis 1980 et je n'avais pas remarqué ça. Tu pourrais me dire donner une année particulière pour que je vérifie ?

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Lefteris le Jeu 13 Mar 2014 - 23:19

@Provence a écrit:
Je n'ai pas l'impression que tous les jeunes soient des crétins. Et on continue à former des élèves brillants, heureusement. C'est pour les autres que je m'inquiète.
Ce que je vois, à la fois d'un oeil extérieur car je ne suis prof que de la main gauche, ré- immergé tardivement , et de l'intérieur car j'ai quand même vu passer quelques centaines d'élèves, c'est que les meilleurs sont aussi bons , mais que le niveau moyen baisse , plombée par des ultra-faibles qu'on n'aurait jamais vu dans le secondaire il y a une génération.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:23

Les meilleurs ont un aussi bon potentiel, c'est certain, mais ils arrivent en sup avec un niveau en math et physique nécessairement plus faible que les meilleurs d'il y a 20 ans, car leur programme de lycée a été drastiquement réduit. Ils n'y peuvent rien, et finissent par rattraper le niveau requis avec beaucoup de travail, mais c'est quand même malheureux que le système produise cet effet alors que notre société est censée être de plus en plus avancée scientifiquement.

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Jeu 13 Mar 2014 - 23:24

@frdm a écrit:
@plotch a écrit:
@frdm a écrit:
Le niveau baisse partout et continûment, c'est pourtant clair !

Quand j'ai vu les annales des agregs de physique des années 80 j'ai été choqué par le niveau tellement il était faible par rapport aux épreuves des années 2000. Donc cela ne me semble pas vraiment si "monotone" que cela.
Alors là je suis intéressé, parce que pour préparer l'agreg, j'avais refait tous les écrits depuis 1980 et je n'avais pas remarqué ça. Tu pourrais me dire donner une année particulière pour que je vérifie ?

Tu as toutes les annales ici http://poisson.ens.fr/Ressources/

Je viens de regarder les épreuves de composition A 1986 et 1987 : elle se font de tête, c'est du simple cours par exemple, avec des calculs très simples. Si tu compares au niveau des épreuves A des dernières années cela n'a rien à voir en terme de difficulté ou de technicité de calcul. Le niveau des épreuves a considérablement augmenté : regarde l'épreuve de 2012 et compare à 1986 ou 1987.

L'épreuve la plus ancienne, 1975, est absolument triviale.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Lefteris le Jeu 13 Mar 2014 - 23:30

@frdm a écrit:Les meilleurs ont un aussi bon potentiel, c'est certain, mais ils arrivent en sup avec un niveau en math et physique nécessairement plus faible que les meilleurs d'il y a 20 ans, car leur programme de lycée a été drastiquement réduit. Ils n'y peuvent rien, et finissent par rattraper le niveau requis avec beaucoup de travail, mais c'est quand même malheureux que le système produise cet effet alors que notre société est censée être de plus en plus avancée scientifiquement.
J'oublie de préciser que je juge par rapport à ce que je connais , donc pas les maths ... En LC, des passionnés sont très forts, ils apprennent autant qu'avant. Donc peu nombreux, les amphis se sont vidés dans les dernières années . Un version latine , quand j'étais en première/terminale (j'en ai retrouvé, par un déménagement de mes parents) serait inaccessible à plein de candidats capes (et je ne parle pas du niveau en LM , quand je vois ce qu'ils font Rolling Eyes ). je ne m'en plains pas, ça m'a permis de reprendre à toute vitesse des études et d'avoir une agreg que je n'aurais sans doute pas eue il y a 20 ou 30 ans.
L'écart, de fait se creuse entre des bons, très bons et moins nombreux, et les plus faibles qui constituent une masse grandissante.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:33

J'ai regardé, la partie III de 1986, avec la relation de Mayer généralisée, je ne la fais pas de tête, tu dois être très fort ! Tu as passé l'agreg en 2012 ? J'ai regardé 2012 : mouarf, les identités de calcul vectoriel sont données dans l'énoncé, c'est mou du genou !
Virement de bord lof pour lof : le niveau monte ! Plus sérieusement, c'est l'épreuve C la plus intéressante, la A n'a jamais été qu'une suite de questions de cours plus ou moins bien déguisées, elle n'est pas un bon baromètre.


Dernière édition par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:37, édité 2 fois

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Provence le Jeu 13 Mar 2014 - 23:33

@Cincinnata a écrit:
@Provence a écrit:
Tu parles du XXe siècle. Crois-tu vraiment qu'on ait particulièrement démocratisé l'école durant les trente dernières décennies, c'est-à-dire qu'on ait vraiment permis aux élèves modestes d'avoir plus facilement accès aux études? Il semblerait plutôt que ce soit le contraire... Parce que ouvrir grand les portes sur du vide, ce n'est pas plus démocratique qu'autre chose.


Je ne dis pas que ce fut un succès et, à mon avis, c'est une des raisons pour lesquelles le niveau d'exigence à baissé. Il faudrait comparer le nombre d'inscrits au bac et le nombre d'admis aujourd'hui et il  y a 40 ans... Comme il  y a plus de monde et que les Peillon et compagnie jouent les robins des bois et baissent les exigences pour , soi - disant, supprimer les inégalités, tout le monde a son bac mais tout le monde n'a pas le niveau des bacheliers d'il  y a 40 ans.
Il faudrait surtout comparer le nombre d'heures de cours dispensées aux élèves durant la semaine et observer la dégringolade des horaires disciplinaires, notamment en français. L'absence de maîtrise de la langue est clairement un handicap dans notre société et une école véritablement démocratique se soucierait davantage de permettre à ses élèves d'apprendre en classe ce qu'ils n'apprendront pas à la maison, en particulier dans certains milieux modestes.

Globalement on a l'impression que les jeunes sont tous des crétins alors que peut-être que les idiots sont tout autant qu'il y a 40 ans mais qu'ils restent plus longtemps à l'école. Cela ne veut pas dire que les meilleurs d'aujourd'hui sont moins bons que les meilleurs d'autrefois.
Je n'ai pas l'impression que tous les jeunes soient des crétins. Et on continue à former des élèves brillants, heureusement. C'est pour les autres que je m'inquiète.

J'ai répondu à la phrase en gras dans la phrase que vous citez ensuite... cette soi-disant démocratisation n'a pas été réalisée, je ne peux pas le dire de façon plus claire ! Par contre j'affirme qu'il y a plus de jeunes à l'école et pour plus longtemps ! Bien sûr que la formation est aussi moins bonne, c'est tout aussi flagrant en LC...

Je m'adressais surtout à ceux qui affirmaient ici que les jeunes sont globalement de moins en moins bons, tant mieux si vous ne partagez pas cet avis. Mais "les autres" dont vous parlez je crois malheureusement qu'ils n'étaient pas meilleurs  avant, on s'aperçoit aujourd'hui du niveau déplorable parce qu'on force ces "autres" à rester plus longtemps à l'école.

Les trois dernières décennies, pas les trente...  cafe 

Je me méfie de l'emploi du terme "démocratisation", si bien connoté... Nous n'avons pas besoin de reprendre à notre compte un vocabulaire digne d'une propagande.

Je n'ai pas le temps de vérifier les chiffres ce soir, mais je ne crois aps que l'orientation ait tellement évolué depuis vingt ou trente ans. L'école ne s'arrêtait pas à douze ans...

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Boubous le Jeu 13 Mar 2014 - 23:35

@frdm a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
@Boubous a écrit:
La mention au bac et la spé maths sont les critères les plus fiables pour évaluer la réussite future aux concours. Si vous avez d’autres critères, vous pouvez les donner !
Pourquoi la spé maths serait-elle un gage de meilleur niveau que d'autres spécialités ? Enfin, là, on parle du concours de médecine, dans lequel il n'y a aucune épreuve de maths...
Tout simplement parce que statistiquement, on retrouve chaque année en spé maths les meilleurs élèves (dans toutes les matières) de TS. C'est peut être malheureux pour certains, mais c'est une réalité.
Vous avez dit toutes les matières ? Laughing 
C’est curieux, car même aux concours HEC, ils arrivent à être meilleurs que les ES en philo, en français et en LV1/LV2, et meilleurs que les littéraires en français, en LV1/LV2 !
(cf. page 8)
http://www.hec.fr/content/download/98067/741087/version/1/file/cahierstatshec2012.pdf

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:39

@Boubous a écrit:
@frdm a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
Pourquoi la spé maths serait-elle un gage de meilleur niveau que d'autres spécialités ? Enfin, là, on parle du concours de médecine, dans lequel il n'y a aucune épreuve de maths...
Tout simplement parce que statistiquement, on retrouve chaque année en spé maths les meilleurs élèves (dans toutes les matières) de TS. C'est peut être malheureux pour certains, mais c'est une réalité.
Vous avez dit toutes les matières ? Laughing 
C’est curieux, car même aux concours HEC, ils arrivent à être meilleurs que les ES en philo, en français et en LV1/LV2, et meilleurs que les littéraires en français, en LV1/LV2 !
(cf. page 8)
http://www.hec.fr/content/download/98067/741087/version/1/file/cahierstatshec2012.pdf
Oui, on est bien d'accord  Very Happy 

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Jeu 13 Mar 2014 - 23:40

@frdm a écrit:J'ai regardé, la partie III de 1986, avec la relation de Mayer généralisée, je ne la fais pas de tête, tu dois être très fort ! Tu as passé l'agreg en 2012 ? J'ai regardé 2012 : mouarf, les identités de calcul vectoriel sont données dans l'énoncé, c'est mou du genou !
Virement de bord lof pour lof : le niveau monte ! Plus sérieusement, c'est l'épreuve C la plus intéressante, la A n'a jamais été qu'une suite de questions de cours plus ou moins bien déguisées, elle n'est pas un bon baromètre.

J'ai passé l'agreg en 2010. Il faut vraiment être de mauvaise foi pour affirmer que les épreuves de 2010 2011 ou 2012 ne sont pas beaucoup plus difficiles que celles des années 80. Et encore je ne parle pas de la longueur des épreuves : dans les années 80 c'était facile ET très court !

Et si tu regardes les épreuves C, c'est la même chose regarde l'épreuve de 2010 que j'ai passée par exemple.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum