Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Jeu 13 Mar 2014 - 23:40

@frdm a écrit:J'ai regardé, la partie III de 1986, avec la relation de Mayer généralisée, je ne la fais pas de tête, tu dois être très fort ! Tu as passé l'agreg en 2012 ? J'ai regardé 2012 : mouarf, les identités de calcul vectoriel sont données dans l'énoncé, c'est mou du genou !
Virement de bord lof pour lof : le niveau monte ! Plus sérieusement, c'est l'épreuve C la plus intéressante, la A n'a jamais été qu'une suite de questions de cours plus ou moins bien déguisées, elle n'est pas un bon baromètre.

J'ai passé l'agreg en 2010. Il faut vraiment être de mauvaise foi pour affirmer que les épreuves de 2010 2011 ou 2012 ne sont pas beaucoup plus difficiles que celles des années 80. Et encore je ne parle pas de la longueur des épreuves : dans les années 80 c'était facile ET très court !

Et si tu regardes les épreuves C, c'est la même chose regarde l'épreuve de 2010 que j'ai passée par exemple.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Cincinnata le Jeu 13 Mar 2014 - 23:45

@Lefteris a écrit:
@Provence a écrit:
Je n'ai pas l'impression que tous les jeunes soient des crétins. Et on continue à former des élèves brillants, heureusement. C'est pour les autres que je m'inquiète.
Ce que je vois, à la fois d'un oeil extérieur car je ne suis prof que de la main gauche, ré- immergé tardivement ,  et de l'intérieur car  j'ai quand même vu passer quelques centaines d'élèves, c'est que les meilleurs sont aussi bons , mais que le niveau moyen baisse , plombée par des ultra-faibles qu'on n'aurait jamais vu dans le secondaire il y a une génération.
Comment dire de façon claire et concise ce que je tentais confusément d'expliquer  Very Happy 

@frdm a écrit:Les meilleurs ont un aussi bon potentiel, c'est certain, mais ils arrivent en sup avec un niveau en math et physique nécessairement plus faible que les meilleurs d'il y a 20 ans, car leur programme de lycée a été drastiquement réduit. Ils n'y peuvent rien, et finissent par rattraper le niveau requis avec beaucoup de travail, mais c'est quand même malheureux que le système produise cet effet alors que notre société est censée être de plus en plus avancée scientifiquement.
+1 et je crois que c'est valable dans toutes les matières.

@Provence a écrit:
Je me méfie de l'emploi du terme "démocratisation", si bien connoté... Nous n'avons pas besoin de reprendre à notre compte un vocabulaire digne d'une propagande.

Je n'ai pas le temps de vérifier les chiffres ce soir, mais je ne crois aps que l'orientation ait tellement évolué depuis vingt ou trente ans. L'école ne s'arrêtait pas à douze ans...

Ah, mais je reprenais volontairement ce terme dans un sens péjoratif... Mais bon j'aurais du écrire pseudo démocratisation si vous préférez  Smile 
Effectivement l'école ne s'arrêtait pas à 12 ans mais à force de baisser le niveau, de faire redoubler de multiples fois et de dénigrer les filières professionnalisantes, des jeunes qui autrefois auraient quitté l'école bien plus tôt y sont toujours aujourd'hui.

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
"Pousse selon ton espèce ! "

Cincinnata
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Jeu 13 Mar 2014 - 23:50

Je ne vais pas chipoter, d'autant que je l'ai passée bien après les années 80, en 2004. J'étais simplement resté sur l'impression que les épreuves que j'avais passées étaient plus faciles que celles qui m'avaient servi de préparation. Mais bon, c'est peut être l'effet de l'entraînement. D'autre part, c'est certain qu'il était plus facile d'être dans les premiers déciles en 2004 (162 postes) qu'en 2010 (102 postes).

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Tazon le Ven 14 Mar 2014 - 8:47

Je ne sais pas si on peut totalement savoir le niveau demandé à un concours ou à un examen juste à partir de l'épreuve. Par exemple, l'épreuve d'HIDA est très ambitieuse, mais la réalité est pitoyable, même les bons élèves, qui font une très honnête prestation, sont loin des compétences délirantes visées par l'épreuve. Et évidemment, on ne met pas pour autant des tôles aux élèves, puisqu'on sait qu'ils ne pouvaient pas la réussir.

Pour l'agreg de physique, on pourrait se demander pourquoi le niveau aurait été moins bon en 1980 qu'en 2004, alors que les étudiants d'alors,sélectionnés violemment en fin de troisième, ayant bouffé plein de maths et de physique d'un programme que les professeurs ne dénonçaient pas comme incohérent pendant trois ans au lycée ( au lieu de 2, et avec de plus forts horaires) , étaient titulaires d'une maîtrise de physique d'une université pas encore sinistrée. A contrario, comment des étudiants moins sélectionnés, issus d'un système scolaire et universitaire qui était déjà fort dégradé pourraient-ils être meilleurs que leurs aînés, avec moins d'heures d'enseignement? Je ne parle pas bien sûr de la petite frange incompressible des génies, constante à travers les âges, qui traversent les vicissitudes de l'enseignement sans en être pollué, mais des autres d'intelligence normale, dépendant bêtement de l'enseignement qui leur a été dispensé.
(Précision : je fais ne fais pas partie des glorieux ancêtres, bac en 89, la débâcle était déjà commencée)

Tazon
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par KinetteKinette le Ven 14 Mar 2014 - 9:13

@frdm a écrit:
@KinetteKinette a écrit:
@frdm a écrit:La seule solution pour ne pas être injustement discriminant est de déclarer tout le monde admis.
C'est marrant, ce raisonnement me rappelle étrangement certaines tendances...
K.
Soit je n'ai pas compris les trois petits points, soit tu m'as cru sérieux...
Non non, je ne t'ai pas cru sérieux  Very Happy
J'étais juste surprise que tu n'aies pas réussi à faire réagir avec cette phrase... et je rebondissais en disant que c'est à peine une caricature de certaines tendances actuelles. C'est plus clair?

K.

KinetteKinette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par KinetteKinette le Ven 14 Mar 2014 - 9:21

En ce qui concerne la SVT, ce que je trouve amusant, c'est qu'en regardant superficiellement les programmes de lycée (j'enseigne en collège), on peut remarquer une actualisation des programmes très positive (intégration de choses plus actuelles en génétique par ex.) par rapport à mon époque (qui commence à dater) et l'introduction d'éléments qui seraient susceptibles de renforcer les aptitudes scientifiques des jeunes (projets personnels TIPE, épreuve où les élèves doivent proposer un protocole et choisir la méthode à utiliser pour analyser et présenter des résultats). De ce que je peux lire ici (et que j'ai aussi ressenti lors de formations), cette évolution s'est malheureusement accompagnée d'une forte baisse des exigences (on donne des points très très facilement... et on demande au final beaucoup moins de connaissances).
J'imagine que les meilleurs élèves, s'ils sont curieux et motivés, et dans des classes pas trop faibles tirant les choses vers le bas), peuvent éventuellement développer des compétences que l'on développait moins à mon époque (gestion de projet autonome, un peu plus de recul sur certaines choses, plus d'autonomie et de capacité au travail en collaboration...). Mais on doit perdre en force de travail et capacité d'apprentissage.
A mon avis, pour des études sélectives comme médecine, la question du niveau des élèves à se poser n'est pas la question du niveau global, mais bien celle du niveau des meilleurs.


Ignatus a écrit:
Mais l'intégralité de mes anciens élèves qui ont fait leur médecine à Nantes me rapporte bien le bourrage de crâne mais jamais les problèmes de sabotage par d'autres élèves : alors les témoignages, ça varie.

J'ai été rassurée de lire le témoignage de... (je ne retrouve plus son message  Embarassed ) qui expliquait qu'à Grenoble le problème des "prépas privées" était réglé. J'espère que c'est le cas partout (dans les personnes de ma génération, j'ai vu l'élève la plus brillante de mon année échouer, tandis que des fils et filles à papa moins brillants, mais ayant l'argent pour les prépas, remportaient le concours: j'avoue que ça m'a posé quelques questions).
Et en ce qui concerne le sabotage: j'ai côtoyé bien des étudiants venant de médecine (une fac de médecine), et ils m'ont raconté le problème du chahutage (le pire étant les amphis trop petits avec retransmission par écran dans une autre salle... où c'était le bazard), la tradition du "banga" (des grosses seringues remplies de soda pour asperger les cours des "bizuths" qui écrivent au stylo plume, afin de leur faire perdre leurs notes), etc... L'année ou les années qu'ils avaient vécue(s) ne me semblaient pas fantastiques côté humain (il n'yy avait qu'à voir les yeux effarés de certains quand en TP les étudiants de bio s'échangeaient des résultats, comparaient ce qu'ils avaient fait avec un autre groupe). Ce genre de problème doit dépendre des facs, probablement aussi des années. Et j'aimerais croire que c'est de l'ordre du passé.

K

_________________
Spoiler:

KinetteKinette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Ven 14 Mar 2014 - 9:37

@KinetteKinette a écrit:
@frdm a écrit:
@KinetteKinette a écrit:
C'est marrant, ce raisonnement me rappelle étrangement certaines tendances...
K.
Soit je n'ai pas compris les trois petits points, soit tu m'as cru sérieux...
Non non, je ne t'ai pas cru sérieux  Very Happy
J'étais juste surprise que tu n'aies pas réussi à faire réagir avec cette phrase... et je rebondissais en disant que c'est à peine une caricature de certaines tendances actuelles. C'est plus clair?

K.
Merci pour la clarification  Smile .
Je n'ai pas été si surpris que cela : les réactions à un message dépendent au moins autant de la popularité de son auteur que du texte.

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Ven 14 Mar 2014 - 11:01

@Tazon a écrit:Je ne sais pas si on peut totalement savoir le niveau demandé à un concours ou à un examen juste à partir de l'épreuve. Par exemple, l'épreuve d'HIDA est très ambitieuse, mais la réalité est pitoyable, même les bons élèves, qui font une très honnête prestation, sont loin des compétences délirantes visées par l'épreuve. Et évidemment, on ne met pas pour autant des tôles aux élèves, puisqu'on sait qu'ils ne pouvaient pas la réussir.

Pour l'agreg de physique, on pourrait se demander pourquoi le niveau aurait été moins bon en 1980 qu'en 2004, alors que les étudiants d'alors,sélectionnés violemment en fin de troisième, ayant bouffé plein de maths et de physique d'un programme que les professeurs ne dénonçaient pas comme incohérent pendant trois ans au lycée ( au lieu de 2, et avec de plus forts horaires) , étaient titulaires d'une maîtrise de physique d'une université pas encore sinistrée. A contrario, comment des étudiants moins sélectionnés, issus d'un système scolaire et universitaire qui était déjà fort dégradé pourraient-ils être meilleurs que leurs aînés, avec moins d'heures d'enseignement? Je ne parle pas bien sûr de la petite frange incompressible des génies, constante à travers les âges, qui traversent les vicissitudes de l'enseignement sans en être pollué, mais des autres d'intelligence normale, dépendant bêtement de l'enseignement qui leur a été dispensé.
(Précision : je fais ne fais pas partie des glorieux ancêtres, bac en 89, la débâcle était déjà commencée)

La différence de niveau des épreuves est tellement importante qu'elle ne permet même pas de douter de la conclusion : le niveau des agrégés de physique en 2010 est beaucoup plus élevé que celui des agrégés 1986.
Si vous lisez le rapport du jury il a même été dit que le niveau des meilleurs de 2010 était exceptionnel et n'avait pas été vu depuis des années : difficile d'en conclure à une baisse de niveau.
Ce que je dis pour l'agreg de physique l'est également pour les très grandes écoles : le niveau des épreuves de polytechnique a considérablement augmenté durant ces mêmes années, les rapports soulignant des admis de plus en plus brillants.
Il faut bien sûr remarquer qu'il s'agit ici du niveau d'une "élite" ce qui ne préjuge rien de l'évolution du niveau moyen. Néanmoins dans ce fil on parle des admis au concours de médecine qui constituent également une "élite", le nombre de candidats ayant plus que doublé, l'élite parmi ces candidats a du voir son niveau augmenter dans de grandes proportions également. D'autant que les programmes de SVT n'ont pas été allégés et ont été sérieusement remis à jours, et si les programmes de physique de terminale S ont été rabotés c'est aussi en partie (même si cela ne compense pas les pertes) pour augmenter les exigences de la partie chimie. Chimie et biologie sont les matières phares du PACES.



plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Ven 14 Mar 2014 - 11:45

@plotch a écrit:

La différence de niveau des épreuves est tellement importante qu'elle ne permet même pas de douter de la conclusion : le niveau des agrégés de physique en 2010 est beaucoup plus élevé que celui des agrégés 1986.
Si vous lisez le rapport du jury il a même été dit que le niveau des meilleurs de 2010 était exceptionnel et n'avait pas été vu depuis des années : difficile d'en conclure à une baisse de niveau.

Agreg de physique 2010 : grand cru classé  veneration .

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Gryphe le Ven 14 Mar 2014 - 12:08

Ça doit être la première fois sur ce forum que je lis que le niveau monte...  Shocked 
Mais tant mieux si c'est vrai dans certaines matières, ça compense les autres.  Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 14 Mar 2014 - 12:10

Oui, tant mieux. Mais quand on lit ce que dit Le Grincheux sur le niveau en science des élèves passés après 1996 (si mes souvenirs sont bons), ce qui vient d'être dit m'étonne beaucoup. Mais heureusement.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par PauvreYorick le Ven 14 Mar 2014 - 12:16

Je ne suis pas sûr que ce soit la première fois qu'on lit sur ce forum que, dans une discipline donnée, le niveau des meilleurs (et encore, là c'est les meilleurs à l'agreg, donc on parle d'une proportion infime des élèves de lycée du début des années 2000) monte.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 14 Mar 2014 - 12:34

En SPC, les meilleurs passent-ils l'agreg?

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Ven 14 Mar 2014 - 12:39

@PauvreYorick a écrit:Je ne suis pas sûr que ce soit la première fois qu'on lit sur ce forum que, dans une discipline donnée, le niveau des meilleurs (et encore, là c'est les meilleurs à l'agreg, donc on parle d'une proportion infime des élèves de lycée du début des années 2000) monte.

Les études officielles montrent une augmentation continue du niveau moyen des élèves au niveau bac jusqu'aux années 97-2000 environ, puis ensuite une baisse légère mais continue.
Parallèlement les inégalités scolaires ont augmenté considérablement.
Il est tout à fait cohérent de pense que le niveau de l'"élite" a continué d'augmenter durant cette même période.

Pour expliquer le biais qui semble exister sur le forum concernant le niveau de l'"élite", il est facilement explicable en considérant que le niveau des professeurs, vus comme faisant partie d'une "élite", a fortement diminué dans de nombreuses matières (notamment en lettres). Alors que tout simplement l'"élite" ne veut plus devenir professeur, même les littéraires se tourneront davantage vers sciences po ou HEC; quant aux meilleurs matheux ils iront dans la finance (il suffit de voir la désaffection des admis aux ENS pour rentrer à l'X).


Dernière édition par plotch le Ven 14 Mar 2014 - 12:43, édité 1 fois

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Ven 14 Mar 2014 - 12:42

@Marcel Khrouchtchev a écrit:En SPC, les meilleurs passent-ils l'agreg?

Pour schématiser à l'extrême : le top 10 ne passe pas l'agreg, mais les 10-30  oui.

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 14 Mar 2014 - 12:42

Mais ce que tu décris, Plotch, est encore plus vrai en sciences! (et depuis plus longtemps)

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Ven 14 Mar 2014 - 12:43

@Marcel Khrouchtchev a écrit:Mais ce que tu décris, Plotch, est encore plus vrai en sciences! (et depuis plus longtemps)

De quoi tu parles exactement ?

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 14 Mar 2014 - 12:45

Du fait que les meilleurs ne veulent plus devenir profs. Je te trouve bien naïf de croire que c'est récent, et surtout en sciences. Ton "notamment en lettres" me semble particulièrement étrange.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par plotch le Ven 14 Mar 2014 - 12:53

@Marcel Khrouchtchev a écrit:Du fait que les meilleurs ne veulent plus devenir profs. Je te trouve bien naïf de croire que c'est récent, et surtout en sciences. Ton "notamment en lettres" me semble particulièrement étrange.

Les cursus de lettre "pures" (en particulier classique) n'attirent plus beaucoup d'étudiants (leur nombre a chuté depuis 2000) : le vivier des futurs profs de lettres a donc considérablement diminué. De plus l'évolution de la société est telle que les qualités associés aux études de lettres ont été moins valorisées durant cette même période si bien que les meilleurs se sont détournés en partie de ces études.
Concernant les sciences la situation est fort différente, les cursus d'université en sciences dures ont été dépeuplés au profit de formation plus "appliquées" assurant un débouché immédiat. Si l'on considère ceux qui deviendront les futurs professeurs agrégés de physique , ils se recrutent principalement parmi les anciens élèves de prépas scientifiques et concernant les 40 meilleurs de l'agrégation parmi les normaliens. Durant cette période on peut donc considérer deux phénomènes dont les conséquences sont opposées :

- d'une part la moindre attractivité du métier de professeur

- d'autre part un niveau d'une élite scientifique qui augmente

Quel en est alors le résultat sur le niveau des professeurs de sciences physique par exemple ?

Il se trouve que la perte d'attractivité a été plus faible pour l'"élite", en particulier vis à vis des normaliens, puisque les débouchés en CPGE demeurent très attractifs. Si bien qu'au final on assiste une hausse du niveau des meilleurs reçus à l'agreg et une baisse du niveau des derniers reçus au CAPES (puisque pour l'agreg le nombre de postes a tellement diminué que le niveau des derniers reçus a forcément augmenté également).

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Ven 14 Mar 2014 - 13:06

@Marcel Khrouchtchev a écrit:En SPC, les meilleurs passent-ils l'agreg?
Oui, quand même. En 2004 nous étions une 50 aine de normaliens à la passer pour 162 places et en 2010, il me semble qu'il y avait encore une quarantaine de normaliens à la passer pour 102 places. Bien sûr ce n'est qu'un critère parmi d'autres. Mais il ne me paraît en effet pas impossible que le niveau des meilleurs reste constant voire progresse. Cela ne dit rien sûr le niveau moyen, qui lui, baisse.

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Igniatius le Ven 14 Mar 2014 - 17:09

@plotch a écrit:
Les études officielles montrent une augmentation continue du niveau moyen des élèves au niveau bac jusqu'aux années 97-2000 environ, puis ensuite une baisse légère mais continue.
Parallèlement les inégalités scolaires ont augmenté considérablement.
Il est tout à fait cohérent de pense que le niveau de l'"élite" a continué d'augmenter durant cette même période.

Je ne comprends pas par quel phénomène : qu'entends-tu par niveau d'ailleurs ?
Parce que si je suis évidemment d'accord que les "meilleurs" de chaque génération sont aussi intelligents que leurs aînés (jusqu'aux Grecs antiques) le débat porte pour moi sur le niveau de formation : il est clair que les élèves sortant de TS ont vécu une baisse continue de leur niveau de connaissances, n'en déplaise à certains. Il suffit de regarder les programmes et les épreuves de bac depuis 1986.
Partant, je ne vois pas comment ils pourraient être tellement meilleurs que leurs aînés qu'ils réussiraient à rattraper leur retard en 2 années de prépa (ou 1 de médecine) : il ne faudrait pas croire qu'il y a 30 ans, les taupins se la coulaient douce parce qu'ils avaient vu tout le programme en term. En fait, ils bossaient autant que nos actuels étudiants mais pour arriver à un niveau de connaissances engrangées bien plus important qu'actuellement.
Pour ma part, je vois bien que les lacunes des taupins empêchent une progression vers des attentes à l'ancienne : en khôlle, le recul est patent, et confirmé par tous mes collègues de prépa.

Je ne me prononcerai pas sur ces histoires d'agrèg de physique mais j'avoue être quand même très circonspect : les bacheliers de 1986 avaient appris à manier le TFD dans tous les sens dès la 1S.
Aujourd'hui, nos lycéens ne savent même pas à quoi sert un vecteur en physique à la fin de la TS.

Mais bon, si vous le dites...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Lefteris le Ven 14 Mar 2014 - 17:34

@Cincinnata a écrit: 
Effectivement l'école ne s'arrêtait pas à 12 ans mais à force de baisser le niveau, de faire redoubler de multiples fois et de dénigrer les filières professionnalisantes,  des jeunes qui autrefois auraient quitté l'école bien plus tôt y sont toujours aujourd'hui.
Je ne sais pas comment tu le sais vu ton âge, mais c'est exact : l'école était obligatoire jusqu'à 16 ans, mais la filière CAP /BEP était fréquente, je l'ai connu. Je n'ai pas revu beaucoup de mes copains en seconde générale alors que c’était le même lycée (on disait alors 1er cycle-2ème cycle) (qui était d'ailleurs spécialisée, pas de seconde indifférenciée) , et j'étais le seul lycéen de mon club sportif . Il y avait un tri sur dossier à l'entrée en 6ème, puis un palier d'orientation en 5ème , enfin un tri en 3ème. Beaucoup moins en seconde , une fois lancés.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 14 Mar 2014 - 17:37

@frdm a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:En SPC, les meilleurs passent-ils l'agreg?
Oui, quand même. En 2004 nous étions une 50 aine de normaliens à la passer pour 162 places et en 2010, il me semble qu'il y avait encore une quarantaine de normaliens à la passer pour 102 places. Bien sûr ce n'est qu'un critère parmi d'autres. Mais il ne me paraît en effet pas impossible que le niveau des meilleurs reste constant voire progresse. Cela ne dit rien sûr le niveau moyen, qui lui, baisse.

Je reformule ma question: les meilleurs étudiants en SPC vont-ils à l'ENS après leur CPGE?

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 14 Mar 2014 - 17:43

@plotch a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Du fait que les meilleurs ne veulent plus devenir profs. Je te trouve bien naïf de croire que c'est récent, et surtout en sciences. Ton "notamment en lettres" me semble particulièrement étrange.

Les cursus de lettre "pures" (en particulier classique) n'attirent plus beaucoup d'étudiants (leur nombre a chuté depuis 2000) : le vivier des futurs profs de lettres a donc considérablement diminué. De plus l'évolution de la société est telle que les qualités associés aux études de lettres ont été moins valorisées durant cette même période si bien que les meilleurs se sont détournés en partie de ces études.

Moi je veux bien. Mais ça fait quand même longtemps que les meilleurs étudiants en sciences préfèrent des grandes écoles qui ne mènent pas à l'enseignement! C'est effectivement récent en lettres, mais j'ai du mal à voir où tu veux en venir en fait.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par KinetteKinette le Ven 14 Mar 2014 - 17:58

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@frdm a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:En SPC, les meilleurs passent-ils l'agreg?
Oui, quand même. En 2004 nous étions une 50 aine de normaliens à la passer pour 162 places et en 2010, il me semble qu'il y avait encore une quarantaine de normaliens à la passer pour 102 places. Bien sûr ce n'est qu'un critère parmi d'autres. Mais il ne me paraît en effet pas impossible que le niveau des meilleurs reste constant voire progresse. Cela ne dit rien sûr le niveau moyen, qui lui, baisse.

Je reformule ma question: les meilleurs étudiants en SPC vont-ils à l'ENS après leur CPGE?
Le terme "meilleur" ne pose-t-il pas des problèmes en ce qui concerne les concours? Si je me souviens bien de ce que m'avait expliqué ma sœur (qui a suivi la prépa, contrairement à moi), le concours de l'ENS est assez différent de celui d'autres écoles, et ne sélectionne par conséquent pas vraiment le même "profil" d'étudiants...
On peut être une "bête de travail", capable d'appliquer rapidement des formules, de comprendre dans quel contexte il faut utiliser quelle méthode, de résoudre pas mal de problème rapidement, sans être très fort en réflexion sur des problématiques complexes, des exercices demandant une certaine subtilité pour éviter des pièges, etc... et inversement.
Je ne sais pas si des statistiques existent sur la corrélation entre réussite à un concours de grande école et réussite à un autre concours.

K.

KinetteKinette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Aliceinwonderland le Ven 14 Mar 2014 - 18:32

Mon père enseignait encore il y a peu à l'école des Mines et disait avoir fini par voir arriver la fameuse nouvelle génération dont lui parlait ma mère au lycée (puisqu'elle enseignait au lycée), il dit y avoir vu les dernières années des élèves incapables de faire certaines choses très simples qui avaient réussi à passer dans les mailles du filet, et expliquait que ce type d'élèves était impensable auparavant à l'école (il faudrait que je lui redemande des détails n'étant pas scientifique moi-même, mais je crois me rappeler qu'il parlait d'exercices qu'il considérait comme niveau lycée ou prépa, il était étonné aussi de voir certains de ses élèves utiliser la calculette pour des calculs très simples et en cas d'erreur ne pas repérer qu'il y avait un souci d'échelle ou d'ordre de grandeur).

_________________
You gotta keep the devil
Way down in the hole

Aliceinwonderland
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum