Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Page 4 sur 12 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Pseudo le Lun 10 Mar 2014 - 16:53

On pourrait prendre le problème à l'envers : il sera toujours plus envisageable de faire apprendre la technique à un intelligent émotionnel que de faire apprendre l'intelligence émotionnelle à un technicien. Pas que ce soit impossible, mais recruter sur la capacité à raisonner de façon abstraite (car on raisonne aussi avec les compétences émotionnelles, ne vous en déplaise), c'est cibler une population pas forcément à l'aise dans des domaines qui s'enseignent mal et peu.

Je vais me replonger dans mes bouquins pour vous trouver des chiffres là dessus. Car, imaginez-vous qu'il y a des études sur tout ça.

Sur ce, je suis plutôt contente que le recrutement en médecine s'ouvre à d'autres cursus.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Lun 10 Mar 2014 - 17:03

@Sphinx a écrit:
Dalathée2 a écrit:2/ "10% des étudiants de deuxième année de médecine, ceux qui ont réussi le concours ultra sélectif, démissionnent après avoir rencontré un malade pour la première fois". Donc 90% d'entre eux continuent dans cette voie... On est en train de me dire qu'on repense donc toute la filière parce qu'il y a 10% de démissionnaires. Bien-bien.

Lolilol  Laughing  Il y a des gens qui après avoir vu un vrai malade, voire de vrais intérieurs de gens, décident que ce métier n'est pas fait pour eux (ou qu'ils ne sont pas fait pour ce métier), il faut absolument empêcher ces abandons qui ne peuvent être dus qu'à la difficulté et à l'élitisme ! Créons des postes de médecins sans malades ! Mais qui écrit ces absurdités ?  Laughing

Merci de revenir au sujet initial du débat : la réforme des études de médecines et la suppression (à terme) du concours. A lire les propos des uns et des autres dans ces articles du Figaro, il me semble quand même que le coeur du problème, pour ces braves gens, c'est le coût des études de médecine (cf. les fameux huit amphis de l'Université Paris-Machin). Moi, ça me fait doucement rigoler : la réforme PACES a été principalement faite pour diminuer les coûts, en rassemblant les étudiants de médecine, dentiste, infirmier, kiné, etc. dans un même amphi, dont le coût serait partagé entre les fac d'origine. Mais personne "là-haut" n'a imaginé qu'accueillir 3000 gugusses allait engendrer des frais supplémentaires : caméras et systèmes d'enregistrement, puis systèmes de transmission pour que tous les amphis puissent assister au même cours en même temps, location de hangars pour parquer les étudiants au moments des deux concours, et j'en passe. C'est bien fait pour eux, ces frais supplémentaires ! Ils n'avaient qu'à réfléchir plus loin que le terme d'un mandat politique court terme qui caractérise tellement leur politique !

Quant à l'excuse de l'échec en première année, le chiffre de 90% d'échec est en fait le ratio "nombre d'étudiants reçus en médecine/nombre d'étudiants en PACES". Mais heureusement que tous les étudiants en PACES ne veulent pas faire médecine ! C'est mensonger de présenter les choses comme ça !

Enfin, ça devient usant d'entendre que la meilleure façon d'éviter l'échec, c'est de diminuer les exigences ! Je l'ai écrit et je le ré-écris : le concours de PACES est une boucherie, mais il assure le passage en 2ème année d'étudiants ayant une vraie force de travail et une vraie motivation. Et le supprimer au seul motif qu'il génère de l'échec me révolte.

EDIT : A Pseudo : Il faut voir à quelles filières il s'ouvre, aussi. Droit-médecine, sincèrement ! Souhaiter que les étudiants en médecine bénéficient de cours de psychologie (c'est déjà le cas, mais passons) et soient évalués aussi sur ce critère c'est très différent que d'être d'accord avec la suppression d'un concours et le remplacement par une sélection "sur dossier" d'étudiants qui, deux années auparavant, végétaient sur les bancs de nos lycées. Croire que cela permettra une élévation de la qualité des médecins (quelle que soit la définition qu'on donne à "qualité") est, à mon avis, une douce illusion.

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par dandelion le Lun 10 Mar 2014 - 17:09

@Pseudo a écrit:Ca fait plusieurs fois que je lis sur le fil des confusions entre intelligence émotionnelle, empathie, pathos, sensibilité (voire sensiblerie d'ailleurs, selon le sens donné au terme).
Un médecin qui a de l'intelligence émotionnelle ne va pas se mettre à pleurer au chevet d'un malade, ni devenir dépressif, ou affectueux, encore moins donner une tisane pour soigner un cancer.
Je suis désagréablement surprise de ces confusions.
+1 Je déplore d'ailleurs que la même confusion s'opère concernant les enseignants: ainsi, celui qui va indiquer à un élève que son souhait d'orientation est difficilement réalisable, pourra-t-il être taxé d'inhumain.
Je pense que l'écoute est absolument fondamentale en médecine. Les patients ne se présentent pas avec une liste de symptômes écrite sur le front, l'interrogatoire est fondamental, et le mener à bien nécessite un minimum de psychologie.
Un médecin peut très bien avoir de l'empathie et dire les choses comme elles sont. Il faut noter par ailleurs que ce que nous percevons comme humain/inhumain est très culturel. Une de mes tantes vivant au Canada a reçu l'annonce de sa maladie incurable et fatale sous la forme: a) vous avez ça b) c'est incurable, il vous reste probablement moins de tant à vivre c) vous mourrez probablement en vous étouffant lors d'un repas d) préparez vous et préparez votre famille.
Cela ne disait rien sur le fait que le médecin n'était sans doute pas enchanté d'annoncer cette nouvelle. On peut d'ailleurs considérer que donner les informations au patient est au contraire un signe d'estime et de respect de leur humanité et de leur liberté de choix.
Dalathée, le fait est cependant que l'on manque de médecins, et que le système oriente ceux qui ont les meilleurs résultats vers des disciplines très techniques mais pas forcément les plus utiles (comme l'ophtalmologie, une discipline plutôt 'tranquille', avec peu d'urgences et de maladies graves). Très franchement, les internes que j'ai rencontrés ne me semblaient pas particulièrement brillants, et beaucoup de jeunes hésitent à s'engager en médecine du fait des risques importants d'échec (c'était déjà vrai quand j'étais étudiante).

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Lun 10 Mar 2014 - 17:16

@dandelion a écrit:Dalathée, le fait est cependant que l'on manque de médecins, et que le système oriente ceux qui ont les meilleurs résultats vers des disciplines très techniques mais pas forcément les plus utiles (comme l'ophtalmologie, une discipline plutôt 'tranquille', avec peu d'urgences et de maladies graves). Très franchement, les internes que j'ai rencontrés ne me semblaient pas particulièrement brillants, et beaucoup de jeunes hésitent à s'engager en médecine du fait des risques importants d'échec (c'était déjà vrai quand j'étais étudiante).

On manque de médecin donc on baisse les exigences ? Ah, super, on aura plus de médecins. Bon, ils seront dans l'ensemble moins compétents, mais chaque village sera doté d'un individu capable de prescrire du paracétamol en cas de douleur et de décréter "C'est viral" en cas d'absence de fièvre. Super.

Ensuite, le système permet à ceux qui ont les meilleurs résultats de choisir leur spécialité. Ca me paraît un système relativement juste, et je vois mal en vertu de quoi on en changerait. Maintenant, que les étudiants aux meilleurs résultats choisissent des spécialités pépères et qui rapportent, franchement je n'ai pas de mal à le comprendre. C'est leur droit le plus absolu, surtout vu les sacrifices auxquels ils ont consenti pour en arriver là.

Enfin, que beaucoup de jeunes hésitent à s'engager en médecine du fait des risques importants d'échec, ma foi, ça me paraît un problème de confiance en soi à régler au niveau familial, mais pas de nature à engendrer une réforme globale des études de médecine.

La seule réforme qui me paraîtrait fondée consisterait à autoriser les étudiants à passer le concours de PACES autant de fois que nécessaire. Le reste, c'est le triomphe de la médiocrité.


Dernière édition par Dalathée2 le Lun 10 Mar 2014 - 17:22, édité 4 fois

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Cation le Lun 10 Mar 2014 - 17:19

J'ai repéré quelques passages dans l'article...

1)  "...les élèves pourront déposer une demande devant un jury..."
2) "...pourront rejoindre les filières médicales, après un entretien et une étude de leur dossier."
3) "... à quelques élus..."

Je sais pas vous mais cette histoire sent à plein nez de futures "magouilles", "passe-droits",et "copinages"...

Ainsi, si je suis le fils d'un chef de clinique réputé mais que je n'ai aucune compétence scientifique je pourrais tout de même devenir médecin...Suspect 
Cette idée est à vomir  humhum


Dernière édition par Cation le Lun 10 Mar 2014 - 17:22, édité 1 fois

Cation
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par MarieL le Lun 10 Mar 2014 - 17:20

Deux malheureux épisodes visionnés depuis mon dernier passage ici et voilà 4 pages et un changement de titre...

Juste sur l'idée d'ouvrir les possibilités de devenir médecins, c'est me semble-t-il le cas dans des pays où la santé ne se porte pas si mal, on peut faire (et réussir) des études de médecine sans un concours qui se veut ultra sélectif. (Je ne reviens pas sur la sélection par les maths et le lien étrange établi avec l'intelligence, d'autres ont su réagir aussitôt).

_________________
Je suis ce que je suis et je suis l'être même, je suis ma volonté en moi-même exaucée - A. Kalda

MarieL
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Lun 10 Mar 2014 - 17:23

Axel a écrit:Deux malheureux épisodes visionnés depuis mon dernier passage ici et voilà 4 pages et un changement de titre...

Juste sur l'idée d'ouvrir les possibilités de devenir médecins, c'est me semble-t-il le cas dans des pays où la santé ne se porte pas si mal, on peut faire (et réussir) des études de médecine sans un concours qui se veut ultra sélectif. (Je ne reviens pas sur la sélection par les maths et le lien étrange établi avec l'intelligence, d'autres ont su réagir aussitôt).

Il faut voir pourquoi et surtout par quoi on le remplace, aussi, ce concours !

Je ne décolère pas ! furieux 

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par dandelion le Lun 10 Mar 2014 - 17:25

Dalathée, les contribuables qui financent les études de médecine peuvent aussi souhaiter que leur chirurgien ou leur obstétricien ait été recruté de façon plus exigeante que leur ophtalmo (qui a certainement beaucoup de mérite, mais assure peu d'urgences, n'a pas d'assurances exorbitantes, etc...). Je suis enseignante d'anglais et on m'a sélectionnée sur mon niveau d'anglais, on pourrait aussi sélectionner les médecins sur leur niveau en médecine, pas en maths (Kinette remarquait que les statistiques sont utiles aux médecins, pas forcément toute la mathématique, je vous suggère d'ailleurs vivement de discuter statistique avec votre médecin, vous serez édifié sur sa capacité à faire face aux publicités des labos...).
D'autre part, qu'on le veuille ou non, beaucoup d'élèves modestes n'ont pas reçu d'enseignement décent en maths (et en anglais), ils sont pourtant capables. Les étudiants issus de la fac et recrutés sur dossier trustaient régulièrement les premières places quand j'enseignais en école d'ingénieur (et ils étaient aussi souvent mauvais en anglais, parce que les élèves d'euro, en général, ils ne sont pas issus d'un milieu modeste). Ils se révélaient quand ils avaient enfin accès à un enseignement décent. Modifier les exigences, ce n'est pas les baisser.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Pseudo le Lun 10 Mar 2014 - 17:26

C'est à dire que je doute parfaitement qu'un concours puisse sélectionner autre chose que des bêtes à concours. Ca ne sélectionne ni les bons enseignants (on serait bien placés pour le savoir  Laughing ), ni les bons médecins. La sélection sur dossier et entretien ne me défrise pas. Pour moi on peut tout à fait supprimer le concours de médecine, je suis persuadée que ça ne fera pas baisser le niveau de soin.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par PauvreYorick le Lun 10 Mar 2014 - 17:38

Le principe du numerus clausus n'est apparemment pas remis en cause, mais une portion des places offerte est retirée au concours pour être offerte à des étudiants dont le cursus est différent.

Ce sont apparemment des dispositifs expérimentaux mis en place par les facultés. Il est difficile de nier que cela corresponde à des critiques récurrentes du concours («bachotage»).

Les dispositifs décrits n'ont pas l'air choquants, sauf, éventuellement, le premier:

Sorbonne Paris Cité (Paris-V, Paris-VII et Paris-XIII) et l’université de Saint-Etienne ont adopté un principe commun. L’idée est de permettre à des étudiants inscrits dans n’importe quelle licence au sein de l’établissement de suivre, en complément de leur parcours classique, des unités d’enseignement complémentaires à caractère médical, tels que de l’anatomie ou de la physiologie. Une fois leur licence validée, les élèves pourront déposer une demande devant un jury afin d’intégrer un parcours médical en deuxième année. «Les élèves devront avoir validé les unités d’enseignement complémentaires, mais ils seront avant tout jugés sur leurs résultats dans leur domaine d’origine, que ce soit de la biologie ou du droit», explique Frédéric Dardel, président de l’université Paris Descartes. «Si l’on regarde nos statistiques, quasiment aucun élève ne réussit la PACES chez nous sans avoir obtenu un bac S avec mention. Pourtant, ce n’est pas indispensable pour faire un bon médecin.»

C’est le seul dispositif pilote qui devrait réellement favoriser la réussite des étudiants aux profils littéraires. Il vise également à limiter le nombre d’élèves laissés sur le carreau.

La justification me paraît un peu bizarre. Également l'idée que ça limiterait le nombre d'élèves laissés sur le carreau, qui, de toute façon, restera surtout fonction du nombre d'inscriptions et du numerus clausus.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par lamelimelo le Lun 10 Mar 2014 - 17:43

j'ai lu de ci de là...Je voudrais juste apporter une petite précision. La sélection au concours de Paces ne se fait nullement par les maths; les étudiants n'ont que quelques heures de statistiques sur les 2 quadrimestres.
Pour réussir, il faut savoir mettre sa vie de côté pendant un an, voire deux. Penser "concours" encore et toujours, 24h/24h. Plus de place pour la famille, les loisirs, les amours. C'est "marche ou crève".Il y en a qui crèvent ou qui sont démolis.

lamelimelo
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Lun 10 Mar 2014 - 17:43

@dandelion a écrit:Dalathée, les contribuables qui financent les études de médecine peuvent aussi souhaiter que leur chirurgien ou leur obstétricien ait été recruté de façon plus exigeante que leur ophtalmo (qui a certainement beaucoup de mérite, mais assure peu d'urgences, n'a pas d'assurances exorbitantes, etc...).
Je vais passer sur le sous-entendu comme quoi le contribuable aurait, au prétexte qu'il finance, son mot à dire alors même qu'il n'y connaît rien. On voit tous les jours ce que ça donne dans l'enseignement et on est tous contre, mais en médecine ça serait souhaitable ? Ce qui tu énonces pour les spécialités n'a pas grand chose à voir avec l'idée de supprimer le concours, ce me semble.

@Dandelion a écrit:Je suis enseignante d'anglais et on m'a sélectionnée sur mon niveau d'anglais, on pourrait aussi sélectionner les médecins sur leur niveau en médecine, pas en maths (Kinette remarquait que les statistiques sont utiles aux médecins, pas forcément toute la mathématique, je vous suggère d'ailleurs vivement de discuter statistique avec votre médecin, vous serez édifié sur sa capacité à faire face aux publicités des labos...).
Mais d'où vient cette fixation et ce fantasme autour des maths ? Il n'y a pas de maths DU TOUT en médecine, ni en première, ni en seconde, ni jusqu'à la fin de la cinquième année. Il y a des "biostats" en D1, mais ce sont des statistiques appliquées au médical. Et les étudiants de D1 auront déjà été sélectionnées pendant 4 ans sur leurs résultats dans les autres matières.


@Dandelion a écrit:D'autre part, qu'on le veuille ou non, beaucoup d'élèves modestes n'ont pas reçu d'enseignement décent en maths (et en anglais), ils sont pourtant capables. Les étudiants issus de la fac et recrutés sur dossier trustaient régulièrement les premières places quand j'enseignais en école d'ingénieur (et ils étaient aussi souvent mauvais en anglais, parce que les élèves d'euro, en général, ils ne sont pas issus d'un milieu modeste). Ils se révélaient quand ils avaient enfin accès à un enseignement décent. Modifier les exigences, ce n'est pas les baisser.
Sur la formation des élèves modestes, c'est un autre problème, qui nous ramène sur nos terrains de chasse : l'éducation secondaire. J'espère juste qu'aucun parent ne viendra me dire un jour qu'il faut faire passer Kevin en S avec 3 de moyenne en maths parce que, là au moins, il aura accès à un enseignement décent et se révèlera. Laughing

@Pseudo a écrit:C'est à dire que je doute parfaitement qu'un concours puisse sélectionner autre chose que des bêtes à concours. Ca ne sélectionne ni les bons enseignants (on serait bien placés pour le savoir Laughing ), ni les bons médecins. La sélection sur dossier et entretien ne me défrise pas.
Le risque de cooptation non plus ? Le risque de voir débarquer en médecine toutes les nouilles qu'on a eues au lycée trois ans non plus ?

@Pseudo a écrit:Pour moi on peut tout à fait supprimer le concours de médecine, je suis persuadée que ça ne fera pas baisser le niveau de soin.
Eh ben, c'est l'essentiel.

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par agc le Lun 10 Mar 2014 - 17:48

je confirme juste qu'il n'y a pas de math, ni même de biostat en premier année de médecine.....

agc
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Lun 10 Mar 2014 - 17:50

@lamelimelo a écrit:j'ai lu de ci de là...Je voudrais juste apporter une petite précision. La sélection au concours de Paces ne se fait nullement par les maths; les étudiants n'ont que quelques heures de statistiques sur les 2 quadrimestres.
Pour réussir, il faut savoir mettre sa vie de côté pendant un an, voire deux. Penser "concours" encore et toujours, 24h/24h. Plus de place pour la famille, les loisirs, les amours. C'est "marche ou crève". Il y en a qui crèvent ou qui sont démolis.

Je l'ai écrit : c'est une boucherie. Maintenant, supprimer le concours au motif qu'il y a des recalés et surtout parce que ça coûte plus cher que ce qu'on avait envisagé, ça me paraît une aberration.

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Ingeborg B. le Lun 10 Mar 2014 - 17:51

@benjy_star a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
@benjy_star a écrit:La médecine est une travail de scientifiques. La médecine est une science. Donc, je préfère qu'on recrute un toubib sur ses capacités en maths que sur sa culture humaniste...
Cela se discute, y compris historiquement, certains considèrent la médecine comme un art (au sens premier du terme, comme les artisans) car elle ne se fonde pas uniquement sur des critères scientifiques purs et durs. Ce n'est pas une science exacte, ce que d'ailleurs beaucoup de patients oublient.
Bon sang, mais on se pose pas la question de la médecine du XIIIème siècle !

Quand aux sciences exactes, tu en connais toi ? A part les maths, et encore, il y a des débats...
Alors 1) Historiquement ne signifie pas forcément le Moyen Age  Rolling Eyes Et, aujourd'hui, il y a une réflexion sur la nécessité de mieux former les médecins aux questions éthiques (d'oû d'ailleurs des cours sur le sujet dans leur cursus )
2) Toi même tu réduis le médecin à l'état de scientifique, ce qui pose question.
3) Ce n'est pas la peine de disqualifier ton interlocuteur en employant un tel ton. On peut débattre sans envoyer l'autre balader. Au fait, on écrit "quant aux scienves exactes "
Désolée pour le HS.
Pour revenir au sujet, le problème réside peut-être dans l'aspect purement théorique de ce dernier.

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Cath le Lun 10 Mar 2014 - 17:59

C'est pour ça qu'on a parlé de la sélection par les maths:

" Frédéric Dardel, président de l’université Paris Descartes. «Si l’on regarde nos statistiques, quasiment aucun élève ne réussit la PACES chez nous sans avoir obtenu un bac S avec mention. Pourtant, ce n’est pas indispensable pour faire un bon médecin.» ".

(extrait de l'article)

Il n'y en a bien sûr pas dans le cursus, mais il faut en avoir fait avant pour avoir le profil du reçu.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Ingeborg B. le Lun 10 Mar 2014 - 18:12

@Cath a écrit:C'est pour ça qu'on a parlé de la sélection par les maths:

" Frédéric Dardel, président de l’université Paris Descartes. «Si l’on regarde nos statistiques, quasiment aucun élève ne réussit la PACES chez nous sans avoir obtenu un bac S avec mention. Pourtant, ce n’est pas indispensable pour faire un bon médecin.» ".

(extrait de l'article)

Il n'y en a bien sûr pas dans le cursus, mais il faut en avoir fait avant pour avoir le profil du reçu.
Cela signifie surtout que les meilleurs élèves vont en S. Les maths sélectionnent surtout dans ce sens là. Et effectivement, dans ce sens, ils ont le profil mais cela est malheureusement valable pour tous les cursus, y compris littéraires.

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par benjy_star le Lun 10 Mar 2014 - 19:47

@Ingeborg B. a écrit:Alors 1) Historiquement ne signifie pas forcément le Moyen Age  Rolling Eyes 
Bien sûr, je caricaturais, car cet argument était complètement hors sujet

2) Toi même tu réduis le médecin à l'état de scientifique, ce qui pose question.
Réduis ? Certainement pas...


3) Ce n'est pas la peine de disqualifier ton interlocuteur en employant un tel ton. On peut débattre sans envoyer l'autre balader. Au fait, on écrit "quant aux scienves exactes "
Wahou, t'as réussi à trouver une phaute parce que je me suis pas assez relu, et tu as pensé que me la faire remarquer éviterait que ton absence d'argumentation se voie ? D'ailleurs, tu as toi-même laissé passer une faute comme quoi...

benjy_star
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par frdm le Lun 10 Mar 2014 - 19:56

@Cath a écrit:C'est pour ça qu'on a parlé de la sélection par les maths:

" Frédéric Dardel, président de l’université Paris Descartes. «Si l’on regarde nos statistiques, quasiment aucun élève ne réussit la PACES chez nous sans avoir obtenu un bac S avec mention. Pourtant, ce n’est pas indispensable pour faire un bon médecin.» ".
Le bac S avec mention, c'est devenu très banal et ne cela garantit qu'un niveau très relatif en mathématiques. Vraiment pas de quoi fouetter un chat. Disons qu'en exigeant la mention, on élimine ceux qui ont le niveau d'une paramécie.

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Malaga le Lun 10 Mar 2014 - 20:33

Je préfère voir les médecins sélectionnés par un concours anonyme que par dossier, notamment pour éviter les risques de copinage, de passe-droit...

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par KinetteKinette le Lun 10 Mar 2014 - 20:39

Bonjour,
Personne n'a la même idée de ce qu'est un "on médecin", et à lire beaucoup, "médecin" désignerait simplement les médecins généralistes...

Selon les spécialités, les mêmes qualités ne sont pas requises... pas du tout!
Si vous faites de la réanimation, le contact avec le patient ne demande pas tellement de qualités humaines ;-)
De même pour le médecin légiste...
Certains médecins travaillent sans contact avec les patients (travail de conseil, d'analyse de données, etc... par exemple on en trouve à l'INVS).
Pourquoi vouloir que tous les médecins soient dans le même moule? Les relations humaines, c'est variées: je n'apprécie pas les mêmes qualités chez un médecin que d'autres... et ça dépendra aussi du problème: pour un bobo, je n'en veut pas au toubib qui me rembarre en me disant de rentrer chez moi, que tout va très bien. Par contre, le médecin du travail qui m'a fait croire que j'avais un truc grave, et était super froid, je n'ai pas aimé... je serai certainement plus indulgente envers un spécialiste à qui je demande surtout un geste technique.

Il est évident que, dans certaines spécialités où l'on annonce régulièrement des trucs super graves (cancers, etc...) on peut attendre que les gens soient formés, voire sélectionnés pour ne pas faire n'importe quoi aussi au niveau humain.


En ce qui concerne la sélection: on est tous d'accord qu'il faut sélectionner des personnes sérieuses, ayant une grande force de travail et une bonne capacité de raisonnement. Ceci dit, le concours a laissé passer certains abrutis qu'on retrouve maintenant en chantres de pseudos-médecins à la con (donc soit ils n'ont pas d'esprits critique, soit ils n'ont pas de conscience, soit les deux): la sélection actuelle n'est donc pas un gage absolu (je rappelle que la secte du Manda Rom avait d'ailleurs pas mal d'adeptes médecins...).

Mais sélectionner ce genre de "bons étudiants" peut tout autant se faire sur dossier et entretien: il n'y a pas de miracle, un étudiant  très bien classé ne peut pas être minable... ensuite, on peut juger de sa motivation, sa culture, etc... lors de l'entretien.


Je préfère voir les médecins sélectionnés par un concours anonyme que par dossier, notamment pour éviter les risques de copinage, de passe-droit...

Imagine que le concours empêche ce genre de choses est rêver un peu trop.
Certaines "prépas privées" existant en parallèle des cours de fac en médecine et seulement accessibles aux plus riches jouent déjà bien ce rôle, avec des personnes assurant les cours dans ces prépas en même temps qu'à la fac...

K.

KinetteKinette
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par InvitéeD2 le Lun 10 Mar 2014 - 20:49

@Malaga a écrit: Je préfère voir les médecins sélectionnés par un concours anonyme que par dossier, notamment pour éviter les risques de copinage, de passe-droit...


@KinetteKinette a écrit:Imagine que le concours empêche ce genre de choses est rêver un peu trop.
Certaines "prépas privées" existant en parallèle des cours de fac en médecine et seulement accessibles aux plus riches jouent déjà bien ce rôle, avec des personnes assurant les cours dans ces prépas en même temps qu'à la fac...

Certes les prépas privées aident, mais elles sont loin d'être indispensable, ou la seule façon effective d'avoir sa 1ère année. Il y a énormément d'étudiants qui ont leur première année uniquement avec l'aide du tutorat de l'université.

Que les professeurs de prépas soient les mêmes que les professeurs de l'université, c'est plutôt souhaitable (pour les étudiants qui y sont inscrits, s'entend). Il reste que le concours est anonyme.

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Malaga le Lun 10 Mar 2014 - 20:53

Dalathée2 a écrit:
@Malaga a écrit:    Je préfère voir les médecins sélectionnés par un concours anonyme que par dossier, notamment pour éviter les risques de copinage, de passe-droit...


@KinetteKinette a écrit:Imagine que le concours empêche ce genre de choses est rêver un peu trop.
Certaines "prépas privées" existant en parallèle des cours de fac en médecine et seulement accessibles aux plus riches jouent déjà bien ce rôle, avec des personnes assurant les cours dans ces prépas en même temps qu'à la fac...

Certes les prépas privées aident, mais elles sont loin d'être indispensable, ou la seule façon effective d'avoir sa 1ère année. Il y a énormément d'étudiants qui ont leur première année uniquement avec l'aide du tutorat de l'université.

Que les professeurs de prépas soient les mêmes que les professeurs de l'université, c'est plutôt souhaitable (pour les étudiants qui y sont inscrits, s'entend). Il reste que le concours est anonyme.

+1 Ma sœur et mon beau-frère, internes tous les deux, ont réussi la première année (du premier coup pour elle, le deuxième fois pour lui) sans prépa privée.

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Nannnie le Lun 10 Mar 2014 - 20:56

De toute façon, vu la pénurie de médecins, il faudra faire avec ceux qui voudront encore de nous, concours ou pas !!

Nannnie
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Provence le Lun 10 Mar 2014 - 20:59

@benjy_star a écrit:La médecine est une travail de scientifiques. La médecine est une science. Donc, je préfère qu'on recrute un toubib sur ses capacités en maths que sur sa culture humaniste...

ce n'est pas une science, mais un art. Mon père avait fait médecine après un bac littéraire. Il déplore qu'on forme maintenant des techniciens de la médecine alors qu'on aurait tant besoin de médecins...

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme en médecine : comment devenir médecin sans passer le concours

Message par Provence le Lun 10 Mar 2014 - 21:05

@lumeeka a écrit:
Je ne dis pas qu'un médecin ne doit faire preuve d'aucune humanité, mais il est normal que pour le recrutement on demande plus de capacité d'analyse et de raisonnement que de l'étymologie ou de la culture humaniste, vous délirez là !

Parce que les littéraires sont dépourvus de capacité d'analyse et de raisonnement ?  Shocked 

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 12 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum