Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Alice68
Niveau 1

Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Alice68 le Mar 11 Mar 2014 - 7:08
Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur
Excédé, Xavier Cegarra, responsable d'une maternelle, réclame une loi instaurant un espace vital minimal par élève à l'école.

Quel est l'espace vital minimal dans un enclos pour un chien? 5 m2. Pour élever un poulet bio? 4 m2. Et pour un enfant scolarisé en maternelle? Pas de norme, mais une simple recommandation de 60 m2 pour 30 élèves, soit moins de 2 m2 par enfant, surtout si on compte en plus l'enseignant et un Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles).

http://www.leparisien.fr/espace-premium/essonne-91/classes-surchargees-le-coup-de-gueule-d-un-directeur-04-12-2013-3374159.php
Alice68
Niveau 1

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Alice68 le Mar 11 Mar 2014 - 7:11
Coup de gueule d'une instit de maternelle

Ras le bol des classes surchargées en maternelle !

26 élèves en moyenne par classe ! Des millions d'enfants entassés !

Comment voulez vous bien « élever » des enfants s'ils sont trop nombreux en classe ?

Il y a 2 enfants en moyenne par famille. En crèche 6 pour un adulte, 8 par adulte s'ils marchent. Et subitement 26 par classe lorsqu'ils entrent à l'école. Vous trouvez ça normal, vous ? En Europe, c'est 20 par classe la moyenne... La France, mouton noir de l'Europe en ce qui concerne l'encadrement !

Mettez vous à la place de ces enfants qui quittent leurs parents pour se retrouver noyés dans la masse de leurs camarades.

En tant qu'enseignante, je vois bien la souffrance de certains. Pas assez de place sur les bancs : ça pousse des coudes... Bousculade dans les WC. Pendant les ateliers, pas assez de place pour tout le groupe, alors c'est la course pour ne pas être celui sans. Pas de place pour accrocher les manteaux : ceux qui ont des poux à répétition les refilent aux autres... Trop de bruit dans la classe : la maîtresse porte des boules Quiès. Des coups par ci des coups par là : les plus faibles en pâtissent. 8 enfants par groupe, alors je ne peux pas bien s'occuper de chacun...

Et que dire de la pédagogie ? Le ministère voudrait faire de nous des pédagogues plus modernes, plus respectueux des besoins des enfants, mais comment faire ? Plus il y a d'enfants dans une classe et plus le moule dans lequel nous devons les faire rentrer est petit. J'entends les cris des autres instits de l'autre côté du mur. Moi, je ne crie pas mais je n'hésite pas à punir, à menacer. Les enfants restent assis sur le banc pendant la récréation pendant que les autres jouent. Et ils peuvent pleurer, appeler leur mère, rien n'y fera. Pendant certaines récrés, il peut y en avoir 5 sur les bancs, interdit de s'amuser. Ils doivent apprendre à respecter les règles de base de la classe sinon c'est le bazar, à m'obéir pour certains, sinon je n'aurai plus la maîtrise de la classe.
D'autres tentent d'être moins sévères et se retrouvent avec une classe qu'elles ne peuvent plus contrôler. Les enfants n'écoutent plus leur maîtresse lorsqu'elle parle. C'est le foutoir, ils se lèvent quand ils veulent, défient les adultes, restent impunis, font parfois souffrir les autres sans conséquence pour eux.
Mais comment voulez vous pratiquer une éducation moderne dans des classes qui ne peuvent être contrôlées que par une éducation stricte et traditionnelle ?

Quant à leur réforme, je la maudis ! Nous accueillons les enfants dans des conditions médiocres, voire honteuse pour la France et ceux d'en haut, tout ce qu'ils trouvent à faire, c'est de contraindre les enfants à venir plus souvent et plus longtemps dans de telles conditions... et bien ils seront dégoûtés de l'école comme la plupart d'entre nous commence à être dégoûtés de notre métier. Je maudis ces politiques qui n'écoutent pas les besoins des élèves, qui ne font pas confiance aux professionnels que nous sommes... Dans un sondage sur les priorités pour améliorer l'école, les profs mettaient en premier la diminution de cette moyenne d'enfants par classe... et en dernier sur plus d'une dizaine de propositions, les changements d'horaires !

Je n'ai pas choisi ce métier par vocation. Et pourtant lorsque j'avais 24 élèves, j'y ai trouvé mon compte. Mais avec 30 enfants depuis plusieurs années, je commence à me poser des questions. Un droit de grève devenu inefficace... Moins d'argent et pas qu'un peu... Et maintenant il faut venir travailler le mercredi ? Ce jour me permettait de me ressourcer, de préparer la fin de la semaine... De partager du temps avec mes enfants... La gauche a fait les 35 heures pour tous... Pour les instits rien. La droite a échangé le samedi matin contre du soutien, des réunions... Si on veut nous reprendre quelque chose, reprenez le samedi matin ! Pas le mercredi matin... Ce matin permettait un équilibre pour les petits comme pour les grands ! Depuis plus de 200 ans !
J'ai aussi choisi un métier pour une séries d'avantages et d'inconvénients qui s'équilibrent... Là, l'équilibre est rompu... Avec de telles conditions, je ne referais plus les mêmes choix...
Nous avons perdu certaines possibilités (efficacité du droit de grève, repos en milieu de semaine) et dans le même temps la pénibilité s'accroît (enfants de plus en plus perturbés, relations parfois difficiles avec les parents, travail non stop), perte salariale conséquente...
Notre travail est méprisé : en compensation des 36 mercredis où nous allons venir maintenant travailler, la prime la prime est royale : 400 euros par ans... disons que ce mercredi matin va nous prendre 2h de plus consacrées à la préparation et au déplacement... 400 / (2x36) : ça nous donne 5,55 euros de l'heure ! C'est sympa de payer les instits en dessous du Smic... La flexibilité ça doit apporter des compensations financières, non ? De plus, certaines mairies ont proposé des pauses déjeuner de 3 heures à la place des 2 heures déjà existantes ! Nous, fonctionnaires d'état, nous sommes maintenant parfois traités par certaines municipalités comme des fonctionnaires municipaux... Avant il y a avait parfois les parents et l'inspecteur pour nous emmerder et maintenant, il y a en plus la mairie ! Nos classes seront réquisitionnées pour faire des ateliers en trop grand nombre... On nous convoque à des réunions... On nous propose de participer à l'évaluation des Atsem... On nous reproche de ne pas vouloir venir à des réunions en soirée...

Et on voudrait qu'on continue d'aller au front la fleur au fusil, le sourire aux lèvres ? Est-ce qu'on nous prendrait pour des couillons ? A trop nous prendre pour des connes, on va jouer au jeu du plus con et à ce petit jeu là vous n'êtes pas certain de gagner ! Méfiez vous, s'il n'y a plus de mutineries comme en 17, il y aura démotivation, démobilisation...

Il y a pourtant de plus en plus de femmes qui font ce métier : entendez par là qu'il y a de moins en moins d'hommes qui le choisissent. Pourquoi ? parce que ces messieurs ne choisissent plus un métier qui s'est dévalorisé au fil des années. Notre métier a baissé d'un cran dans les catégories sociales. Nous ne faisons plus partie des professions intellectuelles. Une polyvalence et des études assez longues pour un faible salaire et des conditions de travail déplorables...
Quand vous avez 20 enfants dans votre classe, c'est déjà du boulot. Quant vous en avez 30, cela devient un calvaire. Parmi ces 30 enfants, vous avez de grandes chances d'avoir 2 enfants perturbateurs et 2 enfants en grande difficulté. Parfois ce sont les mêmes.
A 3, 4 ou 5 ans, ces élèves perturbateurs sont capables de taper les adultes, leur cracher dessus, crier sans discontinuer, les défier, ne pas leur obéir, faire souffrir leur camarade. C'est déjà dur de mettre en place une activité avec un tel nombre, et en plus tout est mis à bas parce que celui là fait un caprice, se roule par terre et hurle.
Vous avez aussi de grandes chances d'avoir des parents pénibles, eux aussi parfois difficilement gérables. On vous reproche de faire grève, alors que le mot d'ordre c'est de lutter contre un réforme débile. Il y en a même qui peuvent me reprocher de tomber malade : ben oui je tombe malade lorsque je m'occupe de ton morveux en hiver qui n'arrête pas de me postillonner ses microbes parce que tu ne lui as pas appris à tousser dans sa manche alors qu'il a plus de 5 ans ! D'autant plus qu'il y en a 30 qui n'arrêtent pas de tousser dans la même pièce.
N'oublions les éventuelles collègues avec qui on se prend plus la tête car elles aussi sont à cran. Les éventuels directeurs ou directrices despotiques (il faudrait une grande enquête pour voir le pourcentage).
Avec un peu de malchance, vous pouvez même avoir un inspecteur pénible (idem, une enquête !) et des conseillers pédagogiques pantouflards qui ont tout fait pour ne plus avoir à s'occuper d'une classe comme vous, ce qui en dit long. Une psychologue scolaire pour un secteur immense : vous la voyez au mieux un fois dans l'année, pour l'entendre dire en substance que : « Ah oui c'est vrai, celui ci est gratiné ! ». Des formations imposées parfois chiantes à mourir, où personne n'a envie d'aller. Et enfin pour couronner le tout, un sinistre ministre qui croît pouvoir nous forcer à faire ce que nous ne voulons pas.
Voilà pourquoi je commence à me poser des questions sur ce job... combien de temps encore ? est-ce que je me vois à 63 ans dans la cour de récré, en classe parmi cette tribu de petits sauvageons ? est-ce que j'aurai encore assez d'énergie pour les captiver ?

Alors soyons positif. Rêvons ! Soyons optimiste !

Le ministre fait volte face. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.
Il se rend compte que ce n'était pas la réforme des rythmes qu'il fallait faire ! Non ! Le dieu des philosophes lui est apparu et dans une vision la vérité s'est révélé à lui.

« Cette réforme est un erreur : les enfants en maternelle n'ont pas besoin de passer plus de temps en collectivité, ils ont besoin que leur professeur ait le temps de s'occuper d'eux ! Et pou cela une seule solution, réduire le nombre d'enfants confiés à un adulte ! C'est pas plus compliqué ! Nous allons nous remettre au travail pour refonder l'école autour d'un vrai projet unificateur ! Un enfant a besoin qu'un adulte serein s'occupe de lui ! L'enfant doit se sentir bien à l'école pour bien apprendre. L'adulte doit se sentir bien pour bien s'occuper des enfants. Il faut qu'il ait le temps de s'occuper de chaque enfant. Surtout de ceux qui sont en difficulté.
Nous allons faire la réforme du mieux être à l'école ! L'enfant en maternelle n'a pas besoin de passer plus de temps dans des conditions d'accueil médiocre. Construisons des écoles modernes. Observons ce qui fonctionne à l'étranger. Tentons des expériences pour voir si de nouvelles formes d'organisation scolaire sont plus bénéfiques aux apprentissages.
L'enfant ne doit pas passer avant l'adulte. L'adulte ne doit pas passer avant l'enfant. Chaque individu doit être respecté à l'école, qu'il soit enfant ou adulte. L'enfant n'est pas roi. Il ne doit pas non plus être entassé comme une vulgaire sardine.
Dans un premier temps, nous allons tout faire pour diminuer le nombre d'enfant par classe. Cela demandera des sacrifices, des investissements des rééquilibrages dans le budget. Il faut que la France traite ses enfants plus dignement et vise les moyennes européennes : 20 par classe. Puis nous diminuerons ce nombre pour rejoindre le peloton de tête. Cette moyenne de 26 enfants par classe en maternelle est une honte pour la France. Nous ne pouvons plus traiter nos enfants ainsi, il faut que cela cesse. »

Et le ministre de demander que soit pris en compte dan la rémunération des instits le nombre d'élèves dans leur classe. Une prime pour ceux qui ont plus de 20 élèves, prime proportionnelle au nombre d'élèves au delà des 20 élèves !
Parce qu'il aura aussi compri que les instits ne font pas cela pour la gloire, ni dans le but de remplir une mission. Ce sont des femmes (et des hommes) comme les autres. On fait toujours un métier pour plusieurs raisons, dont une est financière.
avatar
roxanne
Devin

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par roxanne le Mar 11 Mar 2014 - 10:08
Si je comprends la nécessité de se faire respecter , priver un tout petit enfant d'une recréation entière , les laisser pleurer, appeler leur mère , je ne suis pas sûre que ce soit le meilleur moyen de lui faire apprécier l'école ni de lui permettre de se défouler justement de l'oppression de la classe telle que vous la présentez .enfin, ça ne me donne pas très envie ...
avatar
roxanne
Devin

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par roxanne le Mar 11 Mar 2014 - 10:10
Et puis d'autres remarques sur les morveux qui ne savent pas se moucher ne me donnent pas trop envie non plus que mon fils vous ait comme maîtresse ...
nakai
Niveau 5

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par nakai le Mar 11 Mar 2014 - 13:06
oui mais c'est justement des arguments chocs pour illustrer le ras le bol
avatar
Docteur OX
Grand sage

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Docteur OX le Mar 11 Mar 2014 - 13:15
@nakai a écrit:oui mais c'est justement des arguments chocs pour illustrer le ras le bol

+1, on demande l'impossible aux PE. Être corvéable à merci et être traité avec autant de mépris, ça ne peut pas durer éternellement. Dire qu'il y a encore quelque temps, on considérait cette profession comme noble et essentielle dans notre pays. Misère...
avatar
Cincinnata
Habitué du forum

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Cincinnata le Mar 11 Mar 2014 - 13:24
En même temps si les parents arrêtaient de faire 4 ou 5 enfants, alors qu'ils ne sont déjà pas capables d'élever les premiers, il y aurait beaucoup plus de place dans les écoles...

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
avatar
Singing in The Rain
Fidèle du forum

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Singing in The Rain le Mar 11 Mar 2014 - 13:35
Je trouve que le texte d'Alice 68 est concret, on perçoit bien la charge de travail épuisante et le ras-le-bol inévitable quand on met les instits sous pression.

A Roxanne : tu sais, les instits n'ont pas de retenue pour punir les petits, donc les isoler à la récréation, c'est une solution qui me paraît normale, de même qu'un parent peut isoler son enfant dans sa chambre pour le punir (même s'il se met à pleurer).
Quant aux petits qui éternuent sans mettre la main devant la bouche, cela relève souvent d'un manque d'éducation dans le domaine car je vois aussi de plus en plus de collégiens qui éternuent sans mettre la main devant la bouche.
elena3
Fidèle du forum

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par elena3 le Mar 11 Mar 2014 - 14:06
En conclusion, je dirais que les politiques feraient mieux (ou auraient mieux fait) d'écouter le peuple que de "s'auto-écouter"...

Soyez maudits ... Twisted Evil 
avatar
Zenxya
Doyen

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Zenxya le Mar 11 Mar 2014 - 16:33
Roxanne, c'est un coup de gueule, quelque chose que l'on crie quand on est fatigué, énervé et excédé.
Alice, courage  fleurs2 
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Pseudo le Mar 11 Mar 2014 - 16:43
@roxanne a écrit:Et puis d'autres remarques sur les morveux qui ne savent pas se moucher ne me donnent pas trop envie non plus que mon fils vous ait comme maîtresse ...

Il nous arrive de dire des choses similaires de nos élèves. Quand on en a bien ras les couettes. Sans compter que bon.... Regarde dans tes classes, y a bien quelques morveux non ? Moi, je distribue des mouchoirs même à de grands 3eme qui viennent à mon bureau la morve au nez (voire sur les lèvres...)

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Pseudo le Mar 11 Mar 2014 - 16:45
je cite : "Mais comment voulez vous pratiquer une éducation moderne dans des classes qui ne peuvent être contrôlées que par une éducation stricte et traditionnelle ?"
C'est exactement ce qui je trouve douloureux. On a envie de faire en sorte de respecter les élèves, mais c'est rendu impossible. On est obligé d'administrer des remèdes de masse, et ça use.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
shepherd
Niveau 4

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par shepherd le Mar 11 Mar 2014 - 16:47
@Singing in The Rain a écrit:Je trouve que le texte d'Alice 68 est concret, on perçoit bien la charge de travail épuisante et le ras-le-bol inévitable quand on met les instits sous pression.

A Roxanne : tu sais, les instits n'ont pas de retenue pour punir les petits, donc les isoler à la récréation, c'est une solution qui me paraît normale, de même qu'un parent peut isoler son enfant dans sa chambre pour le punir (même s'il se met à pleurer).
Quant aux petits qui éternuent sans mettre la main devant la bouche, cela relève souvent d'un manque d'éducation dans le domaine car je vois aussi de plus en plus de collégiens qui éternuent sans mettre la main devant la bouche.

Entièrement d'accord avec Alice. Mais la main devant la bouche ?!  No 
Ce que demande Alice, c'est que l'on mette la manche devant la bouche, surtout pas la main, pour des raisons évidentes d'hygiène...
avatar
palomita
Érudit

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par palomita le Mar 11 Mar 2014 - 18:50
Courage , je comprends à quel point tout le monde pâtit de la situation .
Je trouve scandaleux qu'il y ait de tels effectifs par classe en maternelle .
Et qu'on ne me dise pas que c'est "dans l'intérêt de l'enfant " et de sa socialisation  furieux 

_________________
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"
Oscar wilde.
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par arcenciel le Mar 11 Mar 2014 - 18:58
@Docteur OX a écrit:
@nakai a écrit:oui mais c'est justement des arguments chocs pour illustrer le ras le bol

+1, on demande l'impossible aux PE.  Être corvéable à merci et être traité avec autant de mépris, ça ne peut pas durer éternellement. Dire qu'il y a encore quelque temps, on considérait cette profession comme noble et essentielle dans notre pays. Misère...
+1
avatar
Volubilys
Grand sage

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Volubilys le Mar 11 Mar 2014 - 19:42
La classe maternelle la plus chargée que j'ai eu (en remplacement) : 36 PS/MS, avec une salle de "taille" normale prévu pour 20 élèves. A midi, quand tu es enfin seule, tu fonds en larme.


_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
atrium
Neoprof expérimenté

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par atrium le Mar 11 Mar 2014 - 19:47
Je n'aime pas la maternelle, ou plutôt, je ne l'aime plus.C'est effectivement de plus en plus de l'élevage en batterie. Les conditions sont vraiment indignes, surtout quand on a connu d'autres conditions d'accueil des plus jeunes.
Mais c'est aux parents de réagir. Je n'irai pas faire grève pour ça.

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit
avatar
Madame Mado
Niveau 8

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Madame Mado le Mar 11 Mar 2014 - 19:52
@Volubilys a écrit:La classe maternelle la plus chargée que j'ai eu (en remplacement) : 36 PS/MS, avec une salle de "taille" normale prévu pour 20 élèves. A midi, quand tu es enfin seule, tu fonds en larme.


C'est une honte ! Les poulets et les porcs sont mieux traités.
avatar
auléric
Neoprof expérimenté

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par auléric le Mar 11 Mar 2014 - 20:25
la maternelle à 30 c'est l'horreur ! (déjà à 26 en zep j'avais eu l'impression de faire de " l'abattage" entre les non francophones , les agités, ceux qui ne savaient même pas ce que c'était qu'un crayon de couleur ...

mais en élémentaire c'est pareil , le CM à 32 avec , faute de structure adaptée , des élèves à Troubles du Comportement ( aujourd'hui il s'est limité à me lancer des cahiers et des avions en papier avec des insultes , mais j'ai eu la joie d'esquiver une table et le contenu de mes armoires de fournitures une fois) , des élèves à AVS , dys de tout genre , de simples agités-habitués à faire ce qu'ils veulent , et qu'on vous demande d'individualiser les enseignements pour s'adapter aux difficultés de chacun (ah ah ah) ... qu'on inflige à des gamins déjà saturés du bruit ambiant et de l'agitation des programmes très chargés par rapport à notre nombre d'heures de classe ,  ce qui transforme nos journées en course permanente et en gavage intense  avec une demijournée de plus le mercredi matin mais aussi , chez nous, des aprems de 2h sans récré enchainées sur 1h30 d'activités...

bref on leur fait supporter à 10 ans à peine des journées qu'un adulte a du mal à supporter ... dans l'intérèdézenfants qu'il dit notre ministre ....


Dernière édition par auléric le Mar 11 Mar 2014 - 20:27, édité 2 fois
avatar
auléric
Neoprof expérimenté

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par auléric le Mar 11 Mar 2014 - 20:26
@Madame Mado a écrit:
@Volubilys a écrit:La classe maternelle la plus chargée que j'ai eu (en remplacement) : 36 PS/MS, avec une salle de "taille" normale prévu pour 20 élèves. A midi, quand tu es enfin seule, tu fonds en larme.


C'est une honte ! Les poulets et les porcs sont mieux traités.
oui , pour les poulets au moins il y a une directive européenne sur l'espace vital minimum ...
may68
Neoprof expérimenté

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par may68 le Mar 11 Mar 2014 - 21:44
Et quand il fait 30° en fin d'année après 8 semaines consécutives c'est un vrai bonheur d'être aussi nombreux ... sunny 
Alice68
Niveau 1

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Alice68 le Mar 11 Mar 2014 - 22:19
@auléric a écrit:la maternelle à 30 c'est l'horreur ! (déjà à 26 en zep j'avais eu l'impression de faire de " l'abattage" entre les non francophones , les agités, ceux qui ne savaient même pas ce que c'était qu'un crayon de couleur ...

mais en élémentaire c'est pareil , le CM à 32 avec , faute de structure adaptée , des élèves à Troubles du Comportement ( aujourd'hui il s'est limité à me lancer des cahiers et des avions en papier avec des insultes , mais j'ai eu la joie d'esquiver une table et le contenu de mes armoires de fournitures une fois) , des élèves à AVS , dys de tout genre , de simples agités-habitués à faire ce qu'ils veulent , et qu'on vous demande d'individualiser les enseignements pour s'adapter aux difficultés de chacun (ah ah ah) ... qu'on inflige à des gamins déjà saturés du bruit ambiant et de l'agitation des programmes très chargés par rapport à notre nombre d'heures de classe ,  ce qui transforme nos journées en course permanente et en gavage intense  avec une demijournée de plus le mercredi matin mais aussi , chez nous, des aprems de 2h sans récré enchainées sur 1h30 d'activités...

bref on leur fait supporter à 10 ans à peine des journées qu'un adulte a du mal à supporter ... dans l'intérèdézenfants qu'il dit notre ministre ....

sauf que les moyennes ne sont pas du tout les mêmes : 25,9 élèves en moyenne en maternelle contre 22.8 en élémentaire !
classe à + de 28 : ce qui est fréquent en maternelle l'est moins en élémentaire
il serait intéressant d'avoir des chiffres pour aussi différencier rural et urbain
est-ce du mépris pour les plus jeunes enfants ?
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF07147
avatar
doublecasquette
Devin

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par doublecasquette le Mar 11 Mar 2014 - 22:22
Autrefois, c'était dû à l'absentéisme, surtout dans les classes de petits. Mais, si c'était encore valable il y a une quinzaine d'années, ça ne l'est plus du tout maintenant.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
atrium
Neoprof expérimenté

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par atrium le Mar 11 Mar 2014 - 22:32
Alice, les classes élémentaires à 30 et plus, hors ZEP y compris dans des écoles qui devraient être classées ZEP, sont courantes dans mon département, surtout en cycle 3. Et je passe sur les cours doubles en ZEP à 25 voire un chouïa plus (on n'est pas à un élève près comme disait Sarkozy). Les moyennes cachent de très fortes disparités.

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit
avatar
auléric
Neoprof expérimenté

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par auléric le Mar 11 Mar 2014 - 23:28
Alice , c'est du mépris pour tous les enfants . Je ne voulais que rebondir sur tes propos en indiquant que c'est aussi l'entassement en primaire (ce qui ne minimise absolument pas la situation scandaleuse que tu décris en maternelle) .

Et comme Atrium ici sur notre ville , la plupart des cycles 3 sont à 28-30 y compris en double niveau, on nous a encore eu deux nouveaux élèves juste après les vacances malgré cela et le cycle 2 tourne lui effectivement plutôt entre 23 et 26 selon les classes .
Contenu sponsorisé

Re: Classes surchargées : le coup de gueule d'un directeur

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum