Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Héliandre
Expert spécialisé

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Héliandre le Mer 26 Mar 2014 - 16:21
Oui.
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Iphigénie le Mer 26 Mar 2014 - 16:43
@Héliandre a écrit:On nous a demandé s'il y aurait des volontaires (en poste) pour aller sur plusieurs établissements assurer le Latin là où il n'y a personne... (J'imagine la tête de mon CDE, tellement rigoureux, en avance et investi dans la prévision de sa DGH, si je lui annonçais ça...).
Après ça dépend si on nous offre le gyrophare! (la voiture de fonction: soyons fou!)
avatar
Cincinnata
Habitué du forum

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Cincinnata le Mer 26 Mar 2014 - 16:57
@Lefteris a écrit:
@Cincinnata a écrit:Sad 
Ca, il vaut mieux ne plus se faire trop d'illusions. Et les LC n'ont  pas de secours à attendre de grand monde . Ni politiques, ni direction, ni parents, ni collègues dont la plupart n'auront jamais fait de latin, et qui voient parfois ça comme une épine dans le pied de la DGH.

Moui je m'en doute... mais il faudra beaucoup plus que ça pour m'enlever mes illusions  chevalier 

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Lefteris le Mer 26 Mar 2014 - 17:03
@Cincinnata a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Cincinnata a écrit:Sad 
Ca, il vaut mieux ne plus se faire trop d'illusions. Et les LC n'ont  pas de secours à attendre de grand monde . Ni politiques, ni direction, ni parents, ni collègues dont la plupart n'auront jamais fait de latin, et qui voient parfois ça comme une épine dans le pied de la DGH.

Moui je m'en doute... mais il faudra beaucoup plus que ça pour m'enlever mes illusions  chevalier 
A mon sens, pour un jeune, vu la quasi -totale disparition prévisible, avec les fermetures de classes en série, puis de postes, il faut essayer de décrocher l'agreg et continuer pour essayer d'avoir une des rares places dans le supérieur et éviter le secondaire. Il faut vraiment éviter de se lancer dans une impasse...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Cincinnata
Habitué du forum

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Cincinnata le Mer 26 Mar 2014 - 17:09
oui, de toute façon c'est l'agreg que je vise, même si cela me demandera peut-être plusieurs année, et à (très) long terme la prépa. Mais je doute qu'on puisse entrer en prépa à 25 ans héhé.

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
avatar
Héliandre
Expert spécialisé

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Héliandre le Mer 26 Mar 2014 - 17:24
Moi aussi désormais j'envisage l'agrèg (mais on n'est pas dans la même situation, Cincinnata, j'ai dans les 20 ans de plus que toi !). Car avec cette vague de reculs (LC en option, CNED qui arrête la formation, fermetures de postes, fermetures de formations en fac), je me dis qu'elle ne va peut-être pas faire long feu, notre agrèg (?).
Mais par ailleurs, j'ai été frappée il y a quelques jours en entendant Ségolène Royal dire que pour elle les agrégés devaient faire 18h (cité sur un fil du forum). Si ça arrivait, ne resterait plus que le salaire pour récompenser les efforts... !
thrasybule
Prophète

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par thrasybule le Mer 26 Mar 2014 - 17:30
Si ça arrivait, je passe n'importe quel concours de la fonction publique.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Lefteris le Mer 26 Mar 2014 - 17:40
@Cincinnata a écrit:oui, de toute façon c'est l'agreg que je vise, même si cela me demandera peut-être plusieurs année, et à (très) long terme la prépa. Mais je doute qu'on puisse entrer en prépa à 25 ans héhé.
Peut-être rapidment en prépa, pour des normaliens. Pour les autres, ils tentent le contrat doctoral et après ... j'en ai connu qui n'ont tenu qu'un an en serrant les dents, il ne peuvent et ne veulent plus retourner dans leur établissement pourri

@Héliandre a écrit:Moi aussi désormais j'envisage l'agrèg (mais on n'est pas dans la même situation, Cincinnata, j'ai dans les 20 ans de plus que toi !). Car avec cette vague de reculs (LC en option, CNED qui arrête la formation, fermetures de postes, fermetures de formations en fac), je me dis qu'elle ne va peut-être pas faire long feu, notre agrèg (?).
Mais par ailleurs, j'ai été frappée il y a quelques jours en entendant Ségolène Royal dire que pour elle les agrégés devaient faire 18h (cité sur un fil du forum). Si ça arrivait, ne resterait plus que le salaire pour récompenser les efforts... !
J'étais un peu dans ton cas, sauf que c'est une reconversion. Donc aucun vrai "avenir", j'ai commencé en bout de course, si j'ose le paradoxe . Et j'avoue sans détour que les 15 heures m'ont autant motivé dans les moments difficiles que les 450 € de plus, et je ne suis pas le seul.
Taper sur les agrégés en excitant les ressentiments, les jalousies, et plus largement sur l'agrégation en en faisant un concours anti-pédagogique est devenu un sport collectif. Tout travail de sape avant de détruire un statut commence par le dénigrement, et ça passe. On le voit bien en ce moment.
Et c'est complètement irrationnel : augmenter les horaires des agrégés (qui font historiquement l'horaire "normal") les écœurera, mais n'apportera rien aux autres, et ne changera pas les problèmes de l'EN.

Cet acharnement est symptomatique, en filigrane, de la société du fric : passer des concours pour gagner plus d'argent, beaucoup plus d'argent, est considéré comme tout à fait normal , pour gagner du temps est considéré comme une abomination. Le passage de la catégorie A à A+ ne rapporte guère dans l'EN , comme dans le reste de le fonction publique où un gouffre se crée entre les perspectives d'un A et d'un A+ (d'attaché à administrateur civil, d'ingénieur des travaux à ingénieur des mines, etc. ) , alors considérons les 3 heures comme l'une des dernières compensations. Time's money ...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Caspar le Mer 26 Mar 2014 - 17:41
Inutile d'aller chercher très loin, on trouve sur ce forum des collègues qui reprochent aux agrégés leur salaire et leurs heures supplémentaires.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Lefteris le Mer 26 Mar 2014 - 17:47
Caspar Goodwood a écrit:Inutile d'aller chercher très loin, on trouve sur ce forum des collègues qui reprochent aux agrégés leur salaire et leurs heures supplémentaires.
Les mêmes sans doute qui trouvent qu'ils ne gagnent pas assez eux-mêmes, sont épuisés par les heures de cours,et reprochent aux autres d'avoir fait les sacrifices que l'on sait, surtout en bossant. C'est le seul moyen de s'en sortir à peu près dans ce métier, de combler un peu le trou avec les salaires normaux de la catégorie A, de réduire un peu sa fatigue à un certain âge. Supprimons l'agreg , tout espoir disparaît.
Ils veulent absolument que plus aucun candidat à l'enseignement ne se présente ?

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Cincinnata
Habitué du forum

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Cincinnata le Mer 26 Mar 2014 - 18:22
@Lefteris a écrit:
@Cincinnata a écrit:oui, de toute façon c'est l'agreg que je vise, même si cela me demandera peut-être plusieurs année, et à (très) long terme la prépa. Mais je doute qu'on puisse entrer en prépa à 25 ans héhé.
Peut-être rapidment en prépa, pour des normaliens. Pour les autres, ils tentent le contrat doctoral et après ... j'en ai connu qui n'ont tenu qu'un an en serrant les dents, il ne peuvent et ne veulent plus retourner dans leur établissement pourri

@Héliandre a écrit:Moi aussi désormais j'envisage l'agrèg (mais on n'est pas dans la même situation, Cincinnata, j'ai dans les 20 ans de plus que toi !). Car avec cette vague de reculs (LC en option, CNED qui arrête la formation, fermetures de postes, fermetures de formations en fac), je me dis qu'elle ne va peut-être pas faire long feu, notre agrèg (?).
Mais par ailleurs, j'ai été frappée il y a quelques jours en entendant Ségolène Royal dire que pour elle les agrégés devaient faire 18h (cité sur un fil du forum). Si ça arrivait, ne resterait plus que le salaire pour récompenser les efforts... !
J'étais un peu dans ton cas, sauf que c'est une reconversion. Donc aucun vrai "avenir", j'ai  commencé en bout de course, si j'ose le paradoxe . Et j'avoue sans détour que les 15 heures m'ont  autant motivé dans les moments difficiles que les 450 € de plus, et je ne suis pas le seul.
Taper sur les agrégés en excitant les  ressentiments, les jalousies, et plus largement sur l'agrégation en en faisant un concours anti-pédagogique est devenu un  sport  collectif. Tout travail de sape avant de détruire un statut commence par le dénigrement, et ça passe.  On  le voit bien en ce moment.
Et c'est complètement irrationnel : augmenter les horaires des agrégés (qui font historiquement l'horaire "normal") les écœurera, mais n'apportera rien aux autres, et ne changera pas les problèmes de l'EN.

Cet acharnement est symptomatique, en filigrane,  de la société du fric : passer des concours pour gagner plus d'argent, beaucoup plus d'argent, est considéré comme tout à fait normal , pour gagner du temps est considéré comme une abomination. Le passage de la catégorie A à A+ ne rapporte guère dans l'EN , comme dans le reste de le fonction publique où un gouffre se crée entre les perspectives d'un A et d'un A+ (d'attaché à administrateur civil, d'ingénieur des travaux à ingénieur des mines, etc. )  , alors considérons les 3 heures comme l'une des dernières compensations. Time's money ...

Eh bien bon courage à toi Héliandre, quant à moi, étant donné que je ne suis malheureusement pas normalienne, je ferai comme je pourrai  Smile 

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Lefteris le Mer 26 Mar 2014 - 18:26
@Cincinnata a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Cincinnata a écrit:oui, de toute façon c'est l'agreg que je vise, même si cela me demandera peut-être plusieurs année, et à (très) long terme la prépa. Mais je doute qu'on puisse entrer en prépa à 25 ans héhé.
Peut-être rapidment en prépa, pour des normaliens. Pour les autres, ils tentent le contrat doctoral et après ... j'en ai connu qui n'ont tenu qu'un an en serrant les dents, il ne peuvent et ne veulent plus retourner dans leur établissement pourri

@Héliandre a écrit:Moi aussi désormais j'envisage l'agrèg (mais on n'est pas dans la même situation, Cincinnata, j'ai dans les 20 ans de plus que toi !). Car avec cette vague de reculs (LC en option, CNED qui arrête la formation, fermetures de postes, fermetures de formations en fac), je me dis qu'elle ne va peut-être pas faire long feu, notre agrèg (?).
Mais par ailleurs, j'ai été frappée il y a quelques jours en entendant Ségolène Royal dire que pour elle les agrégés devaient faire 18h (cité sur un fil du forum). Si ça arrivait, ne resterait plus que le salaire pour récompenser les efforts... !
J'étais un peu dans ton cas, sauf que c'est une reconversion. Donc aucun vrai "avenir", j'ai  commencé en bout de course, si j'ose le paradoxe . Et j'avoue sans détour que les 15 heures m'ont  autant motivé dans les moments difficiles que les 450 € de plus, et je ne suis pas le seul.
Taper sur les agrégés en excitant les  ressentiments, les jalousies, et plus largement sur l'agrégation en en faisant un concours anti-pédagogique est devenu un  sport  collectif. Tout travail de sape avant de détruire un statut commence par le dénigrement, et ça passe.  On  le voit bien en ce moment.
Et c'est complètement irrationnel : augmenter les horaires des agrégés (qui font historiquement l'horaire "normal") les écœurera, mais n'apportera rien aux autres, et ne changera pas les problèmes de l'EN.

Cet acharnement est symptomatique, en filigrane,  de la société du fric : passer des concours pour gagner plus d'argent, beaucoup plus d'argent, est considéré comme tout à fait normal , pour gagner du temps est considéré comme une abomination. Le passage de la catégorie A à A+ ne rapporte guère dans l'EN , comme dans le reste de le fonction publique où un gouffre se crée entre les perspectives d'un A et d'un A+ (d'attaché à administrateur civil, d'ingénieur des travaux à ingénieur des mines, etc. )  , alors considérons les 3 heures comme l'une des dernières compensations. Time's money ...

Eh bien bon courage à toi Héliandre, quant à moi, étant donné que je ne suis malheureusement pas normalienne, je ferai comme je pourrai  Smile 
Déjà sors dans les premières de l'agreg, et ne lâche pas un directeur potentiel en fac, qui te donnera peut-être une porte de sortie. Sinon, le secondaire

Very Happy

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Cincinnata
Habitué du forum

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Cincinnata le Mer 26 Mar 2014 - 18:44
 Razz  je ne connaissais pas ce smiley !! Bien je retourne à mon thème ce ne sera déjà pas mal

_________________
" Je ne promettrai donc pas le plaisir, mais je donnerai comme fin la difficulté vaincue." Alain
" Ce n'est pas le mur que je trouerai avec mon front, si, réellement, je n'ai pas assez de force pour le trouer, mais le seul fait qu'il soit un mur de pierre et que je sois trop faible n'est pas une raison pour que je me soumette !" Les Carnets du sous-sol, Dostoïevski
Ceux qui pensent que c'est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient.
avatar
Paratge
Érudit

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Paratge le Mer 26 Mar 2014 - 18:46
@Lefteris a écrit:
Supprimons l'agreg, tout espoir disparaît.

Je ne suis pas d'accord : j'ai des "chers" collègues qui ne rêvent, tout en rampant, que de devenir "formateurs" ou IPR ou cheffaillons.  Very Happy 

Nous avons même un prof de ballon qui s'entraîne : il vient aux si utiles conseils de classe avec la cravate, avec des laïus magnifiques sur Jason ou Kevin (les emmerdeurs patentés) qui sont si dynamiques en EPS et il "ne comprend pas notre attitude" envers les pov' chéris !

Pendant ce temps-là, je médite comme me l'a conseillé mon vieux roshi. Very Happy
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Lefteris le Mer 26 Mar 2014 - 19:45
@Paratge a écrit:
@Lefteris a écrit:
Supprimons l'agreg, tout espoir disparaît.

Je ne suis pas d'accord : j'ai des "chers" collègues qui ne rêvent, tout en rampant, que de devenir "formateurs" ou IPR ou cheffaillons.  Very Happy 

Nous avons même un prof de ballon qui s'entraîne : il vient aux si utiles conseils de classe avec la cravate, avec des laïus magnifiques sur Jason ou Kevin (les emmerdeurs patentés) qui sont si dynamiques en EPS et il "ne comprend pas notre attitude" envers les pov' chéris !

Pendant ce temps-là, je médite comme me l'a conseillé mon vieux roshi. Very Happy
Pour être IPR, il faut être agrégé, ou avoir fait le détour par un autre corps, comme IEN, mais c'est minoritaire . Nous avons d'ailleurs reçu des mails pour intégration directe... doivent en manquer. Dans mon établissement, il n'y a pas trop l'esprit anti-agrégé, pour la bonne raison que pratiquement tout le monde la passe ou l'a passée, et que les agrégés sont les plus actifs dans la défense de tout le monde, contractuels compris ,(  à qui on renvoie des élèves exclus, pur obtenir des explications  Twisted Evil ), nous sommes au CA, pour ma part j'ai pris les stagiaires pour qu'on arrête de nous harceler (et ça me donne un motif pour dire niet aux projets). Mais je sais que pour certains, la chasse est ouverte. Il suffit de lire quelques aigris, même sur ce forum, et un certain CDE hélas représentatif d'un courant de "pensée".
Il est clair que le statut de pour tous devrait être celui des agrégés -presque des vrais cadres A sur le plan salarial  Rolling Eyes - à condition de recruter sur un concours disciplinaire. Pas dans le marc de café, le tarot, les épreuves pédago ou le vol des oiseaux...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Paratge
Érudit

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Paratge le Mer 26 Mar 2014 - 20:43
Comme disait un CDE : « Tant que le prof a une heure d'avance sur les élèves… »
Contenu sponsorisé

Re: Lettres classiques : obligation ou non d'avoir latin et/ou grec dans le service ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum