Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par auléric le Sam 22 Mar 2014 - 15:08

mon premier oral de concours, je me suis vue reprocher d'avoir choisi une oeuvre avec "trop de vocabulaire" qui serait "inacessible à vos élèves , certains ignorent même ce que veut dire le mot tasse" .... et le jury n'a pas semblé trouvé pertinent mon argumentation sur le fait que justement c'était là une occasion de l'enrichir en leur expliquant les mots inconnus. J'avais choisi une oeuvre de la liste cycle3 en précisant bien pour des CM2 (bien qu'elle soit accessible pour l'éditeur et la liste de référence dès le CE2) .
J'ai eu le droit de revenir l'année suivante hein ....

auléric
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Pointvirgule le Sam 22 Mar 2014 - 15:16

@Lefteris a écrit:
Le métier ne changera vraiment que si les enseignants y prêtent la main. En faisant de la résistance passive, ça mettra plus de temps.

Malheureusement, étant donné l'ancrage institutionnel de notre profession, résister s'avère très compliqué... Pour les candidats au CAPES il faut absolument assimiler et promouvoir un certain nombre de principes pour satisfaire le jury, et pour les enseignants déjà en poste il faut faire profil bas devant les IPR. On reste libre de penser ce que l'on veut, mais quelle est la limite à notre liberté d'action en la matière ?

Entendu à l'ESPE : "Si vous signez pour être fonctionnaire, soyez bien conscient de vos devoirs et de vos engagements".

Pointvirgule
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 15:21

Entreparentheses a écrit:
@Lefteris a écrit:
Le métier ne changera vraiment que si les enseignants y prêtent la main. En faisant de la résistance passive, ça mettra plus de temps.

Malheureusement, étant donné l'ancrage institutionnel de notre profession, résister s'avère très compliqué... Pour les candidats au CAPES il faut absolument assimiler et promouvoir un certain nombre de principes pour satisfaire le jury, et pour les enseignants déjà en poste il faut faire profil bas devant les IPR. On reste libre de penser ce que l'on veut, mais quelle est la limite à notre liberté d'action en la matière ?

Entendu à l'ESPE : "Si vous signez pour être fonctionnaire, soyez bien conscient de vos devoirs et de vos engagements".
Il reste encore la liberté pédagogique , au quotidien, et les programmes.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Pointvirgule le Sam 22 Mar 2014 - 15:37

@Lefteris a écrit:
Il reste encore la liberté pédagogique , au quotidien, et les programmes.  

Oui bien sûr, heureusement  Smile 
Mais hormis ce quotidien, le jour où l'inspecteur vient, il y'a deux scénarios :
- on ne change rien à ce que l'on fait d'habitude et on se fait remonter les bretelles si cela ne correspond pas aux nouvelles directives
- on change exprès nos pratiques, et l'inspecteur est (plus ou moins) content

Dans les deux cas, la personne qui a le dernier mot est toujours la même. Et cette personne a beaucoup plus de poids concernant les prises de décision, voire même juste en termes de consultation...

Enfin, je ne dis pas que la situation est immuable et que résister est impossible... Juste très compliqué, et il est parfois difficile de se positionner étant donné le statut de fonctionnaire  Wink 

Pointvirgule
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Caspar Goodwood le Sam 22 Mar 2014 - 15:40

Moi en tout cas je suis complètement désemparé: compétences, validation du niveau A2, faire de l'oral dans des classes de 6e à trente, faire ou ne pas faire de grammaire, de traduction, parler anglais tout le temps ou au contraire utiliser le français pour que les élèves ne soient pas perdus, évaluation ceci ou cela... Je ne sais plus quoi faire et enseigner ma matière m'est chaque jour plus difficile (bon, j'exagère peut-être un peu mais à peine).


Dernière édition par Caspar Goodwood le Sam 22 Mar 2014 - 18:55, édité 1 fois

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Gryphe le Sam 22 Mar 2014 - 16:01

Entreparentheses a écrit:Entendu à l'ESPE : "Si vous signez pour être fonctionnaire, soyez bien conscient de vos devoirs et de vos engagements".
Un seul cap : "Faire progresser tous les élèves", avec une vigilance particulière pour les plus fragiles.
Depuis que j'ai ça en ligne de mire, ça va beaucoup mieux. Et nos résultats au DNB ont progressé de 25 points. Avec y compris des lauréats en situation de handicap ou ex-non francophones.

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Moonchild le Sam 22 Mar 2014 - 16:42

Entreparentheses a écrit:
@Lefteris a écrit:
Le métier ne changera vraiment que si les enseignants y prêtent la main. En faisant de la résistance passive, ça mettra plus de temps.

Malheureusement, étant donné l'ancrage institutionnel de notre profession, résister s'avère très compliqué... Pour les candidats au CAPES il faut absolument assimiler et promouvoir un certain nombre de principes pour satisfaire le jury, et pour les enseignants déjà en poste il faut faire profil bas devant les IPR. On reste libre de penser ce que l'on veut, mais quelle est la limite à notre liberté d'action en la matière ?

Entendu à l'ESPE : "Si vous signez pour être fonctionnaire, soyez bien conscient de vos devoirs et de vos engagements".
Dans le secondaire, les IPR sont tout de même une menace assez lointaine, ils sont presque des tigres de papier.
Les pressions locales sont à mon avis plus contraignantes : celles d'un chef d'établissement qui a un réel pouvoir de sanction via la répartition des classes ou la confection des emplois du temps, ainsi que la docilité d'un trop grand nombre de collègues qui font preuve d'une incroyable bonne volonté à appliquer des réformes pédagogiques absurdes (c'est l'effet du discours de culpabilisation : face aux réelles difficultés dans les classes, beaucoup réagissent en acceptant d'essayer les méthodes préconisées par la hiérarchie puisque "de toute manière ce qu'on fait actuellement ne marche pas" - et pour cause, dans un système qui marche sur la tête rien ne peut marcher).

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 17:15

Entreparentheses a écrit:
@Lefteris a écrit:
Il reste encore la liberté pédagogique , au quotidien, et les programmes.  

Oui bien sûr, heureusement  Smile 
Mais hormis ce quotidien, le jour où l'inspecteur vient, il y'a deux scénarios :
- on ne change rien à ce que l'on fait d'habitude et on se fait remonter les bretelles si cela ne correspond pas aux nouvelles directives
- on change exprès nos pratiques, et l'inspecteur est (plus ou moins) content

Dans les deux cas, la personne qui a le dernier mot est toujours la même. Et cette personne a beaucoup plus de poids concernant les prises de décision, voire même juste en termes de consultation...

Enfin, je ne dis pas que la situation est immuable et que résister est impossible... Juste très compliqué, et il est parfois difficile de se positionner étant donné le statut de fonctionnaire  Wink 
Le premier engagement, c'est d'essayer de faire les programmes, qui sont obligatoires. C'est la boussole qui indique le nord pour tous les enseignants de France, tant que l'école est nationale. Le reste, ce sont les moyens, pas les buts , et aucune instruction formelle n'existe d'ailleurs. Ce sont des préconisations, voire des pressions, mais rien d 'autre. De plus ces préconisations sont souvent contraire à l'objectif de base : dans les classes difficiles, on n'avance déjà pas beaucoup, alors mettre en place des activités bordélisantes en groupe , devant écran ou en "autonomie" à la sauce IUFM- ESPE, dont rien ne ressort, est complètement irréaliste, va à l'encontre de la mission première.
Il y a encore heureusement des IPR sensibles à la qualité du contenu du cours qu'on essaye de faire passer , et qui savent très bien repérer les "public", et notamment les conditions difficiles. Si l'on tombe sur un idéologue fanatique, de toute manière, c'est mal barré...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Olympias le Sam 22 Mar 2014 - 17:26

Le travail de groupe ne marche qu'avec des classes qui travaillent !

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Li-Li le Sam 22 Mar 2014 - 17:32

@Olympias a écrit:Le travail de groupe ne marche qu'avec des classes qui travaillent !

Entièrement d'accord, ou bien avec de petits effectifs, j'ai la chance cette année de n'avoir que 20 élèves par classe, et même si les faire travailler est difficile, le travail de groupe fonctionne assez bien, ils seraient 5 de plus je ne parierais pas sur le résultat.

Li-Li
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 17:36

@Olympias a écrit:Le travail de groupe ne marche qu'avec des classes qui travaillent !
Et les classes qui travaillent n'ont pas besoin du travail de groupe, tout passe, ça avance plus vite ... Au plus je les fais bosser par deux (au-delà, il y en a toujours qui dédrochent, papotent, comptent sur les autres ...)


Dernière édition par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 17:38, édité 1 fois

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Gryphe le Sam 22 Mar 2014 - 17:37

@Lefteris a écrit:dans les classes difficiles, on n'avance déjà pas beaucoup, alors mettre en place des activités bordélisantes en groupe [...] va à l'encontre de la mission première.
N'est-ce pas une manière de masquer l'agitation ambiante ? "Non mais ils travaillent, regardez, ils sont en nactivité, si si, j'vous jure."  idee

@Olympias a écrit:Le travail de groupe ne marche qu'avec des classes qui travaillent !
Mais comment a-t-on pu se laisser aller collectivement à de tels errements, en envoyant au casse-pipe des générations de jeunes profs, les culpabilisant s'ils ne parvenaient pas à faire réussir leurs élèves avec ces nouvelles méthodes jugées les seules valides ?
Si j'avais connu Neo plus tôt, j'aurais gagné au moins cinq ans au total dans ma pratique professionnelle. Bon, j'ai fait bien d'autres choses avant, pas tant de regrets que ça, mais quand même... humhum

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 17:43

@Gryphe a écrit:
@Lefteris a écrit:dans les classes difficiles, on n'avance déjà pas beaucoup, alors mettre en place des activités bordélisantes en groupe [...] va à l'encontre de la mission première.
N'est-ce pas une manière de masquer l'agitation ambiante ? "Non mais ils travaillent, regardez, ils sont en nactivité, si si, j'vous jure."  idee
J'osais pas le dire  Razz En tout cas, en productivité  zéro . Même chose avec l'informatique : j'en ai amené récemment pour rédiger une lettre en salle info, résultat pire que si je faisais faire un brouillon à la main , ils ont pondu trois lignes , tout en zig- zags. Le temps d'allumer, la difficulté à leur parler pur els consignes (ils sont hypnotisés par autre chose), leur incapacité à résoudre le moindre problème de traitement de texte... Et quand c'st pour une recherche, pas mieux : ils atterrissent sur Wikichéri, veulent imprimer, et dès qu'on tourne le dos ouvrent une seconde  fenêtre sur autre chose , sur Youtube par exemple.L'heure est quasiment perdue .

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Olympias le Sam 22 Mar 2014 - 17:52

@Lefteris a écrit:
@Olympias a écrit:Le travail de groupe ne marche qu'avec des classes qui travaillent !
Et les classes qui travaillent n'ont pas besoin du travail de groupe, tout passe, ça avance plus vite ... Au plus je les fais bosser par deux (au-delà, il y en a toujours qui dédrochent, papotent, comptent sur les autres ...)
Les miens bossent par deux et dans les travaux où il y a pas mal de question, je tronçonne (tel binôme, question 1 à 3, tel autre, questions 4 à 6...). J'alterne : 
- le cours magistral (une bonne partie du cours, 75%  Twisted Evil ) : je parle, j'explique, ils écrivent (et ils se taisent) ; puis, je réponds à  leurs questions ; je digresse...Puis on fait les schémas, les croquis
- la recherche documentaire avec des questionnaires liés au livre, à un ensemble de docts que j'ai choisis, à un thème pour lequel j'ai fait une page de blog avec liens, articles, photos, cartes....(ça les oblige à lire beaucoup, car je ne veux pas qu'ils aillent sur n'importe quel site). Le travail est scindé,  deux par deux s'ils sont installés à des tables par 4). C'est sur ds thèmes précis du programme, avec un travail que j'ai conçu qui les oblige aussi à lire DES LIVRES en cours ( affraid ) et Wikimachin est interdit
- le travail où tout le monde travaille au même rythme avec questions/réponses (exercice qui suivent mon blabla magistral)
Je refuse qu'on m'impose des méthodes particulières. C'est moi qui choisis.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 18:00

@Olympias a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Olympias a écrit:Le travail de groupe ne marche qu'avec des classes qui travaillent !
Et les classes qui travaillent n'ont pas besoin du travail de groupe, tout passe, ça avance plus vite ... Au plus je les fais bosser par deux (au-delà, il y en a toujours qui dédrochent, papotent, comptent sur les autres ...)
Les miens bossent par deux et dans les travaux où il y a pas mal de question, je tronçonne (tel binôme, question 1 à 3, tel autre, questions 4 à 6...). J'alterne : 
- le cours magistral (une bonne partie du cours, 75%  Twisted Evil ) : je parle, j'explique, ils écrivent (et ils se taisent) ; puis, je réponds à  leurs questions ; je digresse...Puis on fait les schémas, les croquis
- la recherche documentaire avec des questionnaires liés au livre, à un ensemble de docts que j'ai choisis, à un thème pour lequel j'ai fait une page de blog avec liens, articles, photos, cartes....(ça les oblige à lire beaucoup, car je ne veux pas qu'ils aillent sur n'importe quel site). Le travail est scindé,  deux par deux s'ils sont installés à des tables par 4). C'est sur ds thèmes précis du programme, avec un travail que j'ai conçu qui les oblige aussi à lire DES LIVRES en cours ( affraid ) et Wikimachin est interdit
- le travail où tout le monde travaille au même rythme avec questions/réponses (exercice qui suivent mon blabla magistral)
Je refuse qu'on m'impose des méthodes particulières. C'est moi qui choisis.
En plus, ça dépend beaucoup de la matière. En français, il est très difficile de faire de la recherche documentaire, que ce soit en grammaire ou en étude de texte (dans ce dernier cas, la première recherche à faire est le vocabulaire , même le plus simple  Crying or Very sad ) . En latin , ça peut se justifier un peu plus pour les cours d'histoire romaine, de civilisation, parce qu'il y a des documents, du "visuel". Et ça dépend vraiment de la classe, car même en latin , contrairement à une légende urbaine, on n'a pas toujours la crème, et quand ils ont décidé que le travail était aussi optionnel  Rolling Eyes ....

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Olympias le Sam 22 Mar 2014 - 18:09

C'est vrai qu'en histoire c'est plus facile. Je t'envoie un mp pour te montrer un exemple de travail de groupe (tu vas voir que c'est coton !!)

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Osmie le Sam 22 Mar 2014 - 18:13

@Gryphe a écrit:
Entreparentheses a écrit:Entendu à l'ESPE : "Si vous signez pour être fonctionnaire, soyez bien conscient de vos devoirs et de vos engagements".
Un seul cap : "Faire progresser tous les élèves", avec une vigilance particulière pour les plus fragiles.
Depuis que j'ai ça en ligne de mire, ça va beaucoup mieux. Et nos résultats au DNB ont progressé de 25 points. Avec y compris des lauréats en situation de handicap ou ex-non francophones.

Les résultats au DNB progressent partout : notes relevées au brevet, critères de notation curieux pour la correction des épreuves (ou comment des fautes -oups, des erreurs- n'en sont plus) notes très bienveillantes en HDA. Chez nous, on atteint des résultats dignes de l'ex-URSS.
 Rolling Eyes

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Gryphe le Sam 22 Mar 2014 - 18:19

Janne a écrit:Les résultats au DNB progressent partout
Je sais bien que c'est l'inflation généralisée, mais j'ai la faiblesse de penser qu'on a quand même vraiment réussi à faire travailler nos élèves pour le DNB des deux dernières années. (Laissez-moi quelques espoirs.  Razz )

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 18:40

Janne a écrit:
@Gryphe a écrit:
Entreparentheses a écrit:Entendu à l'ESPE : "Si vous signez pour être fonctionnaire, soyez bien conscient de vos devoirs et de vos engagements".
Un seul cap : "Faire progresser tous les élèves", avec une vigilance particulière pour les plus fragiles.
Depuis que j'ai ça en ligne de mire, ça va beaucoup mieux. Et nos résultats au DNB ont progressé de 25 points. Avec y compris des lauréats en situation de handicap ou ex-non francophones.

Les résultats au DNB progressent partout : notes relevées au brevet, critères de notation curieux pour la correction des épreuves (ou comment des fautes -oups, des erreurs- n'en sont plus) notes très bienveillantes en HDA. Chez nous, on atteint des résultats dignes de l'ex-URSS.
 Rolling Eyes
Et nous , grâce aux largesses, on arrive autour de 60 %  Twisted Evil 

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par egomet le Sam 22 Mar 2014 - 19:13

@Gryphe a écrit:
Janne a écrit:Les résultats au DNB progressent partout
Je sais bien que c'est l'inflation généralisée, mais j'ai la faiblesse de penser qu'on a quand même vraiment réussi à faire travailler nos élèves pour le DNB des deux dernières années. (Laissez-moi quelques espoirs.  Razz )

25 points en deux ans? C'est supérieur à l'inflation, donc tout va bien.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Gryphe le Sam 22 Mar 2014 - 19:16

@egomet a écrit:25 points en deux ans? C'est supérieur à l'inflation, donc tout va bien.
Il faut dire qu'on était tombé bien bas l'année où on avait tout bien fait comme il fallait pour le Socle. Et puis après on a fait à notre sauce et là ça a mieux marché.  Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Leclochard le Sam 22 Mar 2014 - 19:21

Au-delà d'un certain pourcentage, les chiffres du brevet n'ont aucune valeur particulière. A part les chefs, personne ne les prend au sérieux. 80? 90 %? Quelle importance ? L'épreuve de français notamment est devenue une mascarade.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Caspar Goodwood le Sam 22 Mar 2014 - 19:27

J'ai surveillé les maths du brevet blanc cette semaine, ça fait peur: de nombreuses copies blanches ou presque, ça m'a mis mal à l'aise, mis le nez dans l'absurdité ou l'échec de notre collège.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Lefteris le Sam 22 Mar 2014 - 19:38

@Caspar Goodwood a écrit:J'ai surveillé les maths du brevet blanc cette semaine, ça fait peur: de nombreuses copies blanches ou presque, ça m'a mis mal à l'aise, mis le nez dans l'absurdité ou l'échec de notre collège.
Je suis dans la correction des devoirs communs, bientôt des brevets .
le verdict est tombé pour les 4èmes. Nous nous sommes pourtant , en raison d'absences de professeurs , alignés sur le plus petit dénominateur commun, et avons donné un devoir niveau 5ème. Verdict 7 de moyenne pour deux classes, dont la mienne. Une remise enc ause ? Que nenni ... c'est la faut des textes, des programmes, des notateurs. Je donne une dictée, préparée pour les remonter à partir de textes étudiés : 2,5 / 10, dont 9 zéros. Et la haine dans les yeux de certains qui voient cette perche tendue comme une agression. Refus de noter le travail dans le cahier de texte. Refus de consulter le cahier de texte en ligne ("on n'a pas internet") , refus de lire les textes, refus de noter les cours, refus de travailler "en autonomie"...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Nannnie le Sam 22 Mar 2014 - 19:39

@Caspar Goodwood a écrit:J'ai surveillé les maths du brevet blanc cette semaine, ça fait peur: de nombreuses copies blanches ou presque, ça m'a mis mal à l'aise, mis le nez dans l'absurdité ou l'échec de notre collège.

Et ne parlons pas de l'épreuve d'histoire-géo où 45 min ( sur une épreuve de 2h ) après le début plus de 60% des élèves ont terminé !

Nannnie
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métier enseignant : "De nombreux professeurs sont perdus"

Message par Olympias le Sam 22 Mar 2014 - 19:39

@Lefteris a écrit:
@Caspar Goodwood a écrit:J'ai surveillé les maths du brevet blanc cette semaine, ça fait peur: de nombreuses copies blanches ou presque, ça m'a mis mal à l'aise, mis le nez dans l'absurdité ou l'échec de notre collège.
Je suis dans la correction des devoirs communs, bientôt des brevets .
le verdict est tombé pour les 4èmes. Nous nous sommes pourtant , en raison d'absences de professeurs , alignés sur le plus petit dénominateur commun, et avons donné un devoir niveau 5ème.  Verdict 7  de moyenne pour deux classes, dont la mienne. Une remise enc ause ? Que nenni ... c'est la faut des textes, des programmes, des notateurs. Je donne une dictée, préparée pour les remonter à partir de textes étudiés  : 2,5 / 10, dont 9 zéros. Et la haine dans les yeux de certains qui voient cette perche tendue comme une agression.  Refus de noter le travail dans le cahier de texte. Refus de consulter le cahier de texte en ligne ("on n'a pas internet") , refus de lire les textes, refus de noter les cours, refus de travailler "en autonomie"...
Mais si, ils ont internet pour aller sur fesse de bouc

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum