Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Moonchild le Lun 31 Mar 2014 - 19:12

Dans mon bahut, pendant trois ou quatre ans, on a eu des TNI qui sont apparus au fur et à mesure que la région a généreusement lâché des crédits ; mais vu que chaque année la région a changé de fournisseur alors on se retrouve avec des TNI d'au moins 3 marques différentes, qui ne fonctionnent pas avec le même logiciel, n'ont pas exactement les mêmes caractéristiques et ont des menus/interfaces qui bien sûr ne sont pas identiques. Le seul point commun à tous nos TNI, c'est qu'ils sont déjà dépassés parce qu'on ne peut pas les piloter avec une tablette... ah et puis aussi, on n'arrive pas bien à écrire à la craie dessus.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par doctor who le Lun 31 Mar 2014 - 19:15

Des Tout NIqués, quoi !

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par philann le Lun 31 Mar 2014 - 22:13

@cliohist a écrit:
On attend la solution pour que le numérique fasse travailler celui qui ne veut rien faire
La motivation ferait-elle parfois défaut dans l'enseignement traditionnel ?

Les réactions négatives (à la promo ? à l'usage de l'ordi ? à la politique scolaire ? au monde actuel ?) ont un intérêt : elles aident à lister les arguments utilisés par les antis.

 Rolling Eyes 
L'e-revolution entre à l'école. L'Express (26.03.2014) consacre 5 pages à des extraits de l'ouvrage (et à la pub).
En insistant sur la critique du collège unique et sur la marchandisation du supérieur.

La fréquentation de ce forum suggère que l'ordi fait partie de la vie des profs, et de leur travail, à domicile ou en classe. (Il est même au coeur de quelques disciplines).
Il appartient aussi à l'horizon des collégiens et des lycéens.
Mais pourquoi vouloir se fatiguer ?
Continuons de reproduire des techniques mises en place au XIXe,
longtemps avant la massification du secondaire...  Sad 


 Rolling Eyes 
.

Il ne s'agit pas d'être "anti-" quoi que ce soit. J'utilise moi même une tablette, fais la promo de la balado-diffusion, anime un blog etc...
Mais j'en ai ma claque (pour rester infiniment polie) d'entendre ces discours dogmatiques sur la "révolution du numérique", "à quel point ça va changer la donne" etc... LE numérique n'est que l'ensemble de nouveaux outils, qui eux-mêmes n'ont d'intérêt que par l'usage que l'on en fait. Ce serait bien d'arrêter d'idolâtrer le veau d'or pour de temps en temps revenir aux fondamentaux. (que sait un élève moyen, 16 ans dont 13 passés à l'école à la fin du collège ?)

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Bouboule le Lun 31 Mar 2014 - 22:19

Tiens une bonne : la région vient de nous équiper d'une classe mobile. Superbe caisse pour mettre à l'abri des portables et les recharger. Aïe, l'alim des portables est intégrée à la caisse et l'autonomie ne permet pas de tenir la séance de Tp du jour. 1er groupe ça va, 2è groupe, ça dépend, quant à l'après-midi, c'est mort.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 6:12

LE numérique n'est que l'ensemble de nouveaux outils
ça, ce n'est pas vrai. ou alors l'imprimerie était juste un nouvel outil aussi.
L'opposition bits vs atomes est fondamentale et c'est elle qui sert d'axe à la révolution de l'information qui s'opère.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par philann le Mar 1 Avr 2014 - 6:19

@the educator a écrit:
LE numérique n'est que l'ensemble de nouveaux outils
ça, ce n'est pas vrai. ou alors l'imprimerie était juste un nouvel outil aussi.
L'opposition bits vs atomes est fondamentale et c'est elle qui sert d'axe à la révolution de l'information qui s'opère.

L'imprimerie n'était aussi qu'un nouvel outil! Twisted Evil 
C'est la diffusion rapide et massive des idées et connaissances, permise par ce progrès technique, qui a été révolutionnaire.
Idem avec le numérique la question est savoir ce que l'on en fait. Si c'est un support de communication et de diffusion très rapide mais que le savoir manque, voire que le vide se propage plus rapidement ou plus efficacement que le savoir, alors de formidable outil le numérique se transformera handicap épouvantable. (voir les écoles sans écran des ingénieurs de la Sun Belt) Je ne dis pas qu'il faut se passer du numérique...mais ne pas croire que l'outil est "en soi" formidable sous prétexte qu'il permet de nouvelles choses.

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 6:52

voir les écoles sans écran des ingénieurs de la Sun Belt
y'en a marre de cet argument: ça concerne combien de gamins? tu as vu l'idéologie qui tourne autour (et comment savoir si ce n'est pas cette ideologie qui attire?)? Et tout ce qui va avec le no-screen (notamment en terme de pédagogie!!), tu l'évacues? J'hallucine de voir cet exemple ressurgir alors qu'il est à des lieux des thèses qu'il sert à défendre.

C'est la diffusion rapide et massive des idées et connaissances, permise par ce progrès technique, qui a été révolutionnaire.
Je ne suis pas d'accord, mais peu importe.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Iphigénie le Mar 1 Avr 2014 - 6:57

@the educator a écrit:
voir les écoles sans écran des ingénieurs de la Sun Belt
y'en a marre de cet argument: ça concerne combien de gamins? tu as vu l'idéologie qui tourne autour (et comment savoir si ce n'est pas cette ideologie qui attire?)? Et tout ce qui va avec le no-screen (notamment en terme de pédagogie!!), tu l'évacues? J'hallucine de voir cet exemple ressurgir alors qu'il est à des lieux des thèses qu'il sert à défendre.

C'est la diffusion rapide et massive des idées et connaissances, permise par ce progrès technique, qui a été révolutionnaire.
Je ne suis pas d'accord, mais peu importe.
Philann a raison: c'est le veau d'or qu'on nourrit... Avec l'idéologie qui tourne autour: plus besoin d'instruire, formons des consommateurs d'un côté et des employés dociles de l'autre, au cas où on en aurait besoin.
Avec en plus un temps de retard: là où on s'apprête à distribuer tablettes et tableaux obsolètes avant même d'être en service, pour créer du ludique et de la distraction, d'autres apprennent la programmation.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 7:13

Philann a raison: c'est le veau d'or qu'on nourrit... Avec l'idéologie qui tourne autour: plus besoin d'instruire, formons des consommateurs d'un côté et des employés dociles de l'autre, au cas où on en aurait besoin.
Et l'imprimerie? c'est quel veau d'or? il est en ou?
Arrêtons un peu, vous jouez à vous faire peur! un TBI ou une tablette, ça, c'est un outil, et donc? quand on achète des cahier et des crayons on forme des consommateurs et des employés docile? C'est parce qu'il y a la collection Arlequin qu'on doit dévaluer le livre? Vous vivez dans la peur, et dans l'attente d'une "réaction": limiter les écrans, réprimer les comportements, conditionner à l'école.
Vous occultez tous les mouvements de fond liés au numérique, à la diffusion de la culturelle, aux économies contributives, aux notions de partage (d'information, de culture, de connaissances). Bien sur qu'il y à des travers, c'est pour cela qu'on est là, nous, l'école, les parents quand ils le peuvent.
Je suis prudent sur l'utilisation des écrans chez les plus jeunes, et carrément inquiet quand je vois comment les politiques d'éducation au numériques sont menées, mais les réactionnaires me font flipper aussi.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par doctor who le Mar 1 Avr 2014 - 7:37

Les écrans à l'école ne me dérangent pas plus que cela, si c'est fait intelligemment. Le vrai problème, ce sont les écrans à la maison...

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Boubous le Mar 1 Avr 2014 - 8:13

@doctor who a écrit:Les écrans à l'école ne me dérangent pas plus que cela, si c'est fait intelligemment. Le vrai problème, ce sont les écrans à la maison...
Mes enfants ont largement utilisé les écrans à la maison (les sites d’Oxford/Cambridge, British Council, Deutsche Welle, etc.) et c’est aussi grâce à ça qu’ils ont appris l’anglais et l’allemand ; ce n’est pas très gênant, j’espère ! Laughing 
Une bonne utilisation du numérique, aussi bien à l’école qu’à la maison, peut apporter énormément aux élèves ; c’est un peu étrange de voir certains (pas vous) le nier.

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par doctor who le Mar 1 Avr 2014 - 8:21

Quand je dis écrans à la maison, je parle naturellement des portables, télés, tablettes et ordis. J'imagine que peu d'adolescents passent leur temps sur des MOOCs après les cours de la journée.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par philann le Mar 1 Avr 2014 - 8:35

@the educator a écrit:
Vous occultez tous les mouvements de fond liés au numérique, à la diffusion de la culturelle, aux économies contributives, aux notions de partage (d'information, de culture, de connaissances). Bien sur qu'il y à des travers, c'est pour cela qu'on est là, nous, l'école, les parents quand ils le peuvent.
Je suis prudent sur l'utilisation des écrans chez les plus jeunes, et carrément inquiet quand je vois comment les politiques d'éducation au numériques sont menées, mais les réactionnaires me font flipper aussi.

Ce serait bien de lire tes interlocuteurs "educator". J'ai commencé par dire quels usages je faisais des nouvelles technologies. Ca pourrait aider de ne pas considérer toute personne ne partageant pas ton enthousiasme comme étant un affreux réactionnaire.  Evil or Very Mad C'est à la fois idiot et franchement déplacé.
Spoiler:
mal élevé aussi  Twisted Evil 


Dernière édition par philann le Mar 1 Avr 2014 - 8:57, édité 1 fois

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par cliohist le Mar 1 Avr 2014 - 8:36

Quand je dis écrans à la maison, je parle naturellement des portables, télés, tablettes et ordis.
La logique de la TV, est-ce vraiment la même que celle des discussions sur un forum comme Neoprofs ?

   voir les écoles sans écran des ingénieurs de la Sun Belt

y'en a marre de cet argument: ça concerne combien de gamins? tu as vu l'idéologie qui tourne autour (et comment savoir si ce n'est pas cette idéologie qui attire?)? Et tout ce qui va avec le no-screen (notamment en terme de pédagogie!!), tu l'évacues? J'hallucine de voir cet exemple ressurgir alors qu'il est à des lieux des thèses qu'il sert à défendre.
+ 1

C'est la diffusion rapide et massive des idées et connaissances, permise par ce progrès technique, qui a été révolutionnaire.
Idem avec le numérique la question est savoir ce que l'on en fait.
+1

Merci pour l'occasion de rappeler
Elisabeth Eisenstein, The Printing Revolution in Early Modern Europe - 1979 -
http://clioweb.canalblog.com/tag/printing
L'imprimerie a bouleversé beaucoup de métiers, pas seulement les conditions de travail des humanistes.
Elle conforte ce qui domine alors,
ie la littérature religieuse, y compris avec la nouvelle traductions à partir des sources grecques.

Les discours médiatiques sur l'imprimerie ont le tort de laisser croire que toute l'Europe était instruite (en 1450 ? en 1517 ?). C'est loin d'être le cas à la fin du XVIIIe et même encore en 1880.
Quant à l'accès à l'imprimé, avant 1954, combien d'ouvrages pouvait-on posséder dans une famille d'ouvriers ou de paysans ?

Plus globalement, Philann s'en prend à raison aux discours dogmatiques, en fait au marketing et aux discours de promotion industrielle ou politicienne ; d'autres dénoncent la pédagogie qui n'est pas la leur ; d'autres pointent des politiques d'achat contestables (Les Landes, c'était d'abord des ordis portables, les tablettes, c'était plutôt en Corrèze) ; d'autres enfin mettent tout dans le même sac du rejet de la modernité (la mort des humanités, l'école voulue par les industriels de la culture, la concurrence du papier et de l'électronique...).
Le débat est impossible, entre des internautes aux positions préalables aussi tranchées, avec des arguments qui ont servi aussi contre la TV en général dans les années 1970.

Entre les extrêmes, il y a tous ceux qui essaient de se servir judicieusement des outils d'aujourd'hui, sans le crier sur les toits, sans oublier le questionnement sur les enjeux pour la société et pour la vie intellectuelle.

.


Dernière édition par cliohist le Mar 1 Avr 2014 - 11:37, édité 8 fois

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Moonchild le Mar 1 Avr 2014 - 9:02

Il y a quand même un gros problème avec le numérique à l'école : actuellement les TICE servent de caution à des doctrines pédagogiques qui nient tout bonnement la progressivité des apprentissages.

Par exemple, en maths, les nouveaux programmes nous demandent de travailler sur les intervalles de fluctuation alors que les élèves n'ont pas forcément tous une idée claire de ce que sont les probabilités et que rare sont ceux qui comprennent vraiment ce qu'est une variable aléatoire (et c'est normal vu qu'on ne leur a même pas défini convenablement ce qu'est une fonction) ; mais cela ne pose aucun problème à nos inspecteurs puisque grâce aux outils numériques, on pourra faire des simulations.

Et ça se retrouve dans plusieurs parties du programme : sous prétexte qu'il y a une activité numérique, on pourrait faire passer n'importe quelle notion comme une lettre à la poste et même ne plus se soucier de consolider les bases (pour le calcul, on évitera toute "technicité" et on aura recours aux logiciels de calcul formel ; c'est la meilleure manière de s'assurer que les élèves ne pourront in fine même pas comprendre ce qu'ils lisent sur l'écran, en admettant qu'ils aient entré les bonnes données).

Evidemment ce n'est qu'un avatar supplémentaire de la croyance selon laquelle il suffirait de trouver la bonne pédagogie pour faire disparaître par enchantement toutes les difficultés et cette dérive précède le numérique (éloge des "activités", des "tâches complexes", du travail en groupe... bref de toutes ces choses qui souvent marchent assez mal, surtout avec des élèves pas très forts), mais avec les technologies numériques le culte de l'innovation et la course à qui sera le plus en phase avec son époque rajoutent une pression supplémentaire et risquent d'inhiber encore davantage la réflexion des faiseurs de réformes ainsi que de nos supérieurs hiérarchiques.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par philann le Mar 1 Avr 2014 - 9:30

@Moonchild a écrit:
Evidemment ce n'est qu'un avatar supplémentaire de la croyance selon laquelle il suffirait de trouver la bonne pédagogie pour faire disparaître par enchantement toutes les difficultés et cette dérive précède le numérique (éloge des "activités", des "tâches complexes", du travail en groupe... bref de toutes ces choses qui souvent marchent assez mal, surtout avec des élèves pas très forts), mais avec les technologies numériques le culte de l'innovation et la course à qui sera le plus en phase avec son époque rajoutent une pression supplémentaire et risquent d'inhiber encore davantage la réflexion des faiseurs de réformes ainsi que de nos supérieurs hiérarchiques.

Tout à fait d'accord avec cela!
Cependant, parfois le travail de groupe marche, parfois le recours aux nouvelles technologies (la balado-diffusion en LV par exemple) résout un vrai problème (différencier la difficulté de l'exercice en fonction des élèves). Bref, tout outil qui permet non pas d'innover  Rolling Eyes mais de progresser est bienvenu. bounce  Simplement tout dépend de son usage.

Contre la bonne pédagogie, j'aime assez l'idée de boîte à outils. On se forme régulièrement (dans mon cas TICE, théâtre etc...), on teste avec plus ou moins de bonheur suivant les classes différentes pratiques (lecture suivie, sous-titrage à réaliser par les élèves etc...) et on S'ADAPTE au public visé. On ne s'adapte pas en renonçant pour les plus faibles, on s'adapte pour faire monter le plus grand nombre d'élèves au niveau de CONNAISSANCE ou de SAVOIR le plus élevé.

J'ai, comme beaucoup, essuyé pas mal de ratages, d'autres trucs marchent avec certaines classes et pas avec d'autres. Certains élèves ont besoin de comprendre pour pouvoir faire et d'autres élèves ne comprennent qu'en faisant. Bref, le discours dogmatique en pédagogie est pour moi de l'ordre de l'insulte ou du mépris à l'égard des élèves.

Spoiler:
et à peu près aussi violent à l'égard des profs qui, bien que formés et diplômés de l'université, sont toujours considérés comme de minus sabens, incapables de sens critique, de remise en cause. Des gens à "reformater" après le concours.

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Iphigénie le Mar 1 Avr 2014 - 12:21

Et l'imprimerie? c'est quel veau d'or? il est en ou?
Arrêtons un peu, vous jouez à vous faire peur! un TBI ou une tablette, ça, c'est un outil, et donc? quand on achète des cahier et des crayons on forme des consommateurs et des employés docile? C'est parce qu'il y a la collection Arlequin qu'on doit dévaluer le livre? Vous vivez dans la peur, et dans l'attente d'une "réaction": limiter les écrans, réprimer les comportements, conditionner à l'école.
Vous occultez tous les mouvements de fond liés au numérique, à la diffusion de la culturelle, aux économies contributives, aux notions de partage (d'information, de culture, de connaissances). Bien sur qu'il y à des travers, c'est pour cela qu'on est là, nous, l'école, les parents quand ils le peuvent.
Je suis prudent sur l'utilisation des écrans chez les plus jeunes, et carrément inquiet quand je vois comment les politiques d'éducation au numériques sont menées, mais les réactionnaires me font flipper aussi.
Moi ce sont plutôt ceux qui mélangent tout qui me font flipper et qui pensent que parce qu'on est sceptiques devant la Grâce par l'informatique,c'est qu' on est forcément d'atroces réac qui voudraient continuer à écrire sur des tablettes d'argile.
Bien sûr que non, il n'y a pas d'enjeux économiques énormes derrière le numérique à l'école: c'est bien pour ça que ni Apple ni Microsoft n'ont de visées particulières sur ce marché, soyons tranquilles: les pédagogues veillent ....
(D'ailleurs, les réac sont en général les anciens thuriféraires de la nouveauté...Vous n'avez pas remarqué?... )Ah! non, c'est vrai, vous êtes jeunes, vous.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 12:33

et à peu près aussi violent à l'égard des profs qui, bien que formés et diplômés de l'université, sont toujours considérés comme de minus sabens, incapables de sens critique, de remise en cause. Des gens à "reformater" après le concours.
Cette phrase m'interpelle pour des tas de raisons. En fait le problème c'est que les profs (ou les CPE, ou les PE) ne sont pas un corps homogène.
En terme de niveau culturel, c'est flagrant. Un collègue me dit souvent "heureusement qu'on a des enfants, on peut discuter de quelque chose avec les collègues".

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 12:43

Bien sûr que non, il n'y a pas d'enjeux économiques énormes derrière le numérique à l'école: c'est bien pour ça que ni Apple ni Microsoft n'ont de visées particulières sur ce marché, soyons tranquilles: les pédagogues veillent ....
Je suis fondamentalement d'accord avec ça, tu sais. On peut d'ailleurs dire la même chose d'Hatier ou de Gallimard (mais eux ont leurs lettres de noblesse).
Ce qui m'ennuie c'est qu'effectivement, comme l'a bien décrit Cliohist on a tous une raison différente de jetter le bébé avec l'eau du bain et on parle de "l'écran à l'école" comme une hérésie pédagogique.
Et qu'au lieu de se tourner vers le libre, les développements communautaires (c'est pareil pour les manuels d'ailleurs), et montrer aux élèves une vraie vision alternative et humaniste de l'outil, on préfère citer les Steiner-Waldorf en exemple (alors qu'on pousserait des hauts cris si on nous demandait d'adopter leurs pratiques).
Davidenkoff, qui dit beaucoup de conneries, a pourtant raison quand il parle de tsunami: l'internet est en train de muter la société (et les rapports humains) à très grande vitesse. Et nous on fait quoi? on regarde passer le train?

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par pailleauquebec le Mar 1 Avr 2014 - 12:53

En classe, et en math, le bon cours reste écrit au tableau (numérique ou pas) car il doit être finement adapté au moment de l'explication pour être efficace.

Cela limite pas mal les usages, car cela interdit tout cours "réchauffé". Il faut produire le cours au moment de l'explication, des questions et des détours de la pensée.

J'ai un portable perso avec beaucoup de matériel didactique dessus. J'ai des dizaines de cours, activités, exercices, travail de groupe,... sur un thème donné. Je l'utilise en classe.

La difficulté est de lier tout cela. Il n'y a pas d'outil plus performant que le cerveau de l'enseignant expérimenté pour faire cela. Aucun logiciel, aucun ordinateur ne fera aussi bien, l'humain entre trop en jeu.

J'ai pourtant un vidéoprojecteur interactif à courte focale dans ma salle, réputé matériel dernier cri, dont je suis content. Mais je l'utilise seulement ponctuellement pour projeter des documents longs à recopier et faire des figures de géométrie, mais cela reste moins puissant que d'écrire au tableau et d'adapter finement à son auditoire le travail.

D'autre part le stylo interactif reste aujourd'hui moins réactif qu'un simple feutre effaçable.

Le tsunami sera de remettre de l'ambition dans les contenus.

pailleauquebec
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Iphigénie le Mar 1 Avr 2014 - 12:56

On ne jetterait pas le bébé avec l'eau du bain si on n'avait pas l'impression d'être poussés à marche forcée vers une utilisation non maîtrisée de l'outil numérique, comme cache-misère de tous les problèmes.
Par ailleurs la comparaison avec l'imprimerie est très approximative, parce que les emplois, les publics ne sont absolument pas les mêmes ni de même ampleur. Le livre a d'abord été un objet culturel, avec certes des incidences économiques, mais une structuration tout à fait différente de l'internet. Ce n'est pas comparable du tout.
Le tsunami comme Ysabel l'a fait remarqué, est le mot juste: c'est dévastateur, on ne lutte pas contre un tsunami en cherchant volontairement à se noyer, histoire de prétendre qu'on en est maître.
Bref, tout ça ce sont des débats inutiles: on saute comme des cabris en disant:"numérique! numérique"...

Pailleauquebec: topela 

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 13:07

Le livre a d'abord été un objet culturel, avec certes des incidences économiques, mais une structuration tout à fait différente de l'internet.
Je ne comprends pas ce que tu veux dire, peux tu détailler?

Le tsunami comme Ysabel l'a fait remarqué, est le mot juste: c'est dévastateur, on ne lutte pas contre un tsunami en cherchant volontairement à se noyer, histoire de prétendre qu'on en est maître.
C'est vrai, en revanche se poser la question d'utiliser l’énergie de la vague, voir de surfer dessus, pour reprendre la métaphore de De Rosnay, ce n'est peut être pas vain.

On ne jetterait pas le bébé avec l'eau du bain si on n'avait pas l'impression d'être poussés à marche forcée vers une utilisation non maîtrisée de l'outil numérique, comme cache-misère de tous les problèmes.
D'accord avec toi. On doit dénoncer ça. On doit dénoncer la fabrique des clients. Mais on ne doit pas amalgamer. Le tsunami, c'est pas parce qu'on regarde ailleurs qu'il ne s'abat pas sur la côte.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par philann le Mar 1 Avr 2014 - 13:14

@the educator a écrit:
et à peu près aussi violent à l'égard des profs qui, bien que formés et diplômés de l'université, sont toujours considérés comme de minus sabens, incapables de sens critique, de remise en cause. Des gens à "reformater" après le concours.
Cette phrase m'interpelle pour des tas de raisons. En fait le problème c'est que les profs (ou les CPE, ou les PE) ne sont pas un corps homogène.
En terme de niveau culturel, c'est flagrant. Un collègue me dit souvent "heureusement qu'on a des enfants, on peut discuter de quelque chose avec les collègues".

Encore heureux que nous ne soyons pas un corps homogène! Mais tous les enseignants que je connais ont eu un parcours universitaire du PE au MCF, du contractuel ou titulaire. il en va de même pour les CPE. Et je revendique pour chacun de ces collègues une certaine capacité au recul, au regard critique, à se former tout au long de sa carrière et à faire valoir son expérience (y compris ses échecs) face à des injonctions pédagogiques des modes parfois très passagères etc... Dans quel métier reconnait-on si peu de compétence aux professionnels et tant au reste du monde (parents, chercheurs sc. éd.)

La formation ne fait pas des diplômés des gens brillants ni même intellectuels, mais cela doit leur garantir un minimum de reconnaissance intellectuelle (dans le cas contraire, la fac n'a plus de sens).

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par the educator le Mar 1 Avr 2014 - 14:44

dans le cas contraire, la fac n'a plus de sens
mais la fille du mac drive a une licence!!

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par Iphigénie le Mar 1 Avr 2014 - 14:50

Le livre a d'abord été un objet culturel, avec certes des incidences économiques, mais une structuration tout à fait différente de l'internet.

Je ne comprends pas ce que tu veux dire, peux tu détailler?
Je veux dire que les intentions culturelles, les ambitions économico-financières, et la vision du monde d'un Etienne Dolet ne sont pas celles d'un Bill Gates.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique

Message par philann le Mar 1 Avr 2014 - 14:53

@the educator a écrit:
dans le cas contraire, la fac n'a plus de sens
mais la fille du mac drive a une licence!!

et ?  Suspect 
Elle l'a peut-être mais ce n'est pas utile nécessairement à son boulot. Un enseignant DOIT, lui, pouvoir s'appuyer sur sa culture générale et sa formation pour être capable de faire des choix. Les professeurs sont cadres de la fonction publique, la fille du Mac drive non!

Après si tu veux dire que le contenu des formations universitaires a suivi la même pente que le second degré et dire que certaines licences ou masters n'assurent plus une formation de qualité, je ne te contredirais pas forcément. Mais ça ne justifiera en rien l'injonction d'une "bonne pratique pédagogique innovante".

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum