Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
victor44
Habitué du forum

Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par victor44 le Jeu 27 Mar 2014 - 18:40
@Dwarf a écrit: Je n'autorise personne à venir fourrer le nez dans mes pratiques et dans mes méthodes tant qu'elles produisent des résultats - et à en croire les résultats de mes élèves, leurs progrès et tous les retours des parents d'élèves, elles produisent des résultats positifs.

Le seul statu quo qui vaille selon moi, c'est de faire confiance aux enseignants, de les laisser libres de leurs choix pédagogiques tant que ceux-ci sont efficaces et de ne pas les charger inutilement avec des tâches qui ne feront que les entraver. Accepter de casser ces statuts anciens, c'est aussi prendre le risque d'accepter que l'on dévoie les finalités de notre mission et que l'on nous entrave toujours plus avec des tâches connexes et chronophages qui nous rendront moins efficaces et disponibles pour les aspects strictement disciplinaires de notre métier.


@Dwarf a écrit:
@Luigi_B a écrit:Nous n'avons qu'une mission : enseigner.

Toutes les tâches que nous effectuons et que nous toujours effectuées sont au service de cette mission : travaux de préparation, recherches personnelles nécessaires à la réalisation des heures d’enseignement, aide et suivi du travail personnel des élèves, évaluation, conseil aux élèves dans le choix de leur projet d’orientation en collaboration avec les personnels d'éducation et d'orientation, relations avec les parents d'élèves, travail au sein d’équipes pédagogiques constituées d’enseignants ayant en charge les mêmes classes ou groupes d’élèves ou exerçant dans le même champ disciplinaire.

Que ces tâches aient une reconnaissance dans une texte ne nous apporte rien : c'est même laisser croire que nous ne les accomplissions pas jusque ici. En revanche les considérer comme des "missions" (même "liées"), c'est bien faire de l'enseignement une mission parmi d'autres (même "principale").

Ainsi le "travail au sein d’équipes pédagogiques" devient une mission par elle-même alors qu'il ne s'agit à l'évidence que d'une simple modalité de travail. Le mot "mission" est vidé de son sens, et pas dans le sens de la liberté pédagogique : une telle mission entre désormais dans les obligations de service, et ne relève donc plus d'un choix personnel.
+1!

Des comme toi qui ne veulent composer avec rien ni personne ça me pose problème. Cette évolution t'obligera peut-être à assister à des réunions d'équipe plutôt que de lire un après midi. Je ne vois pas ou est le scandale.

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Qui décide que tes choix pédagogiques sont efficaces? tes critères sont définis par toi seul ou le ministère peut s'en meler?
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Aevin le Jeu 27 Mar 2014 - 18:48
@victor44 a écrit:
@Dwarf a écrit: Je n'autorise personne à venir fourrer le nez dans mes pratiques et dans mes méthodes tant qu'elles produisent des résultats - et à en croire les résultats de mes élèves, leurs progrès et tous les retours des parents d'élèves, elles produisent des résultats positifs.

Le seul statu quo qui vaille selon moi, c'est de faire confiance aux enseignants, de les laisser libres de leurs choix pédagogiques tant que ceux-ci sont efficaces et de ne pas les charger inutilement avec des tâches qui ne feront que les entraver. Accepter de casser ces statuts anciens, c'est aussi prendre le risque d'accepter que l'on dévoie les finalités de notre mission et que l'on nous entrave toujours plus avec des tâches connexes et chronophages qui nous rendront moins efficaces et disponibles pour les aspects strictement disciplinaires de notre métier.


@Dwarf a écrit:
@Luigi_B a écrit:Nous n'avons qu'une mission : enseigner.

Toutes les tâches que nous effectuons et que nous toujours effectuées sont au service de cette mission : travaux de préparation, recherches personnelles nécessaires à la réalisation des heures d’enseignement, aide et suivi du travail personnel des élèves, évaluation, conseil aux élèves dans le choix de leur projet d’orientation en collaboration avec les personnels d'éducation et d'orientation, relations avec les parents d'élèves, travail au sein d’équipes pédagogiques constituées d’enseignants ayant en charge les mêmes classes ou groupes d’élèves ou exerçant dans le même champ disciplinaire.

Que ces tâches aient une reconnaissance dans une texte ne nous apporte rien : c'est même laisser croire que nous ne les accomplissions pas jusque ici. En revanche les considérer comme des "missions" (même "liées"), c'est bien faire de l'enseignement une mission parmi d'autres (même "principale").

Ainsi le "travail au sein d’équipes pédagogiques" devient une mission par elle-même alors qu'il ne s'agit à l'évidence que d'une simple modalité de travail. Le mot "mission" est vidé de son sens, et pas dans le sens de la liberté pédagogique : une telle mission entre désormais dans les obligations de service, et ne relève donc plus d'un choix personnel.
+1!

Des comme toi qui ne veulent composer avec rien ni personne ça me pose problème. Cette évolution t'obligera peut-être à assister à des réunions d'équipe plutôt que de lire un après midi. Je ne vois pas ou est le scandale.

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Qui décide que tes choix pédagogiques sont efficaces? tes critères sont définis par toi seul ou le ministère peut s'en meler?
C'est amusant, je viens de me poser exactement la même question.

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
avatar
Schéhérazade
Niveau 10

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Schéhérazade le Jeu 27 Mar 2014 - 19:01
@victor44 a écrit:
@Dwarf a écrit: Je n'autorise personne à venir fourrer le nez dans mes pratiques et dans mes méthodes tant qu'elles produisent des résultats - et à en croire les résultats de mes élèves, leurs progrès et tous les retours des parents d'élèves, elles produisent des résultats positifs.

Le seul statu quo qui vaille selon moi, c'est de faire confiance aux enseignants, de les laisser libres de leurs choix pédagogiques tant que ceux-ci sont efficaces et de ne pas les charger inutilement avec des tâches qui ne feront que les entraver. Accepter de casser ces statuts anciens, c'est aussi prendre le risque d'accepter que l'on dévoie les finalités de notre mission et que l'on nous entrave toujours plus avec des tâches connexes et chronophages qui nous rendront moins efficaces et disponibles pour les aspects strictement disciplinaires de notre métier.


@Dwarf a écrit:
@Luigi_B a écrit:Nous n'avons qu'une mission : enseigner.

Toutes les tâches que nous effectuons et que nous toujours effectuées sont au service de cette mission : travaux de préparation, recherches personnelles nécessaires à la réalisation des heures d’enseignement, aide et suivi du travail personnel des élèves, évaluation, conseil aux élèves dans le choix de leur projet d’orientation en collaboration avec les personnels d'éducation et d'orientation, relations avec les parents d'élèves, travail au sein d’équipes pédagogiques constituées d’enseignants ayant en charge les mêmes classes ou groupes d’élèves ou exerçant dans le même champ disciplinaire.

Que ces tâches aient une reconnaissance dans une texte ne nous apporte rien : c'est même laisser croire que nous ne les accomplissions pas jusque ici. En revanche les considérer comme des "missions" (même "liées"), c'est bien faire de l'enseignement une mission parmi d'autres (même "principale").

Ainsi le "travail au sein d’équipes pédagogiques" devient une mission par elle-même alors qu'il ne s'agit à l'évidence que d'une simple modalité de travail. Le mot "mission" est vidé de son sens, et pas dans le sens de la liberté pédagogique : une telle mission entre désormais dans les obligations de service, et ne relève donc plus d'un choix personnel.
+1!

Des comme toi qui ne veulent composer avec rien ni personne ça me pose problème. Cette évolution t'obligera peut-être à assister à des réunions d'équipe plutôt que de lire un après midi. Je ne vois pas ou est le scandale.

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Qui décide que tes choix pédagogiques sont efficaces? tes critères sont définis par toi seul ou le ministère peut s'en meler?

Tout est dit: il y a ceux qui considèrent que le professeur doit pouvoir "lire un après-midi", que son enrichissement intellectuel sera un enrichissement de son enseignement, qu'il peut avoir suffisamment de culture et d'expérience pour savoir quand le travail avec ses collègues peut être fructueux.
Et il y a ceux qui haïssent le professeur qui lit. Qui, sait, c'est un vice qu'il pourrait transmettre à ses élèves? Il y a ceux pour qui le travail en équipe doit se faire sous la schlague, être méticuleusement comptabilisé et contrôlé sous la surveillance du chef local.
Jusqu'à présent, c'était l'inspection individuelle qui était sensée aider les professeur à savoir si leurs méthodes étaient efficaces. En quoi les collègues et la direction, qui n'enseignent pas nécessairement la même discipline, auraient-ils un avis plus éclairé?
Peut-on surtout évaluer les bénéfices réels pour les élèves du travail en équipe formalisé et contraint?
Qui respecte vraiment les professeurs? ceux qui veulent contraindre ou ceux qui demandent la liberté pour eux-mêmes et pour les autres?


Dernière édition par Schéhérazade le Jeu 27 Mar 2014 - 19:06, édité 2 fois
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 19:12
@Aevin a écrit:
@victor44 a écrit:
@Dwarf a écrit: Je n'autorise personne à venir fourrer le nez dans mes pratiques et dans mes méthodes tant qu'elles produisent des résultats - et à en croire les résultats de mes élèves, leurs progrès et tous les retours des parents d'élèves, elles produisent des résultats positifs.

Le seul statu quo qui vaille selon moi, c'est de faire confiance aux enseignants, de les laisser libres de leurs choix pédagogiques tant que ceux-ci sont efficaces et de ne pas les charger inutilement avec des tâches qui ne feront que les entraver. Accepter de casser ces statuts anciens, c'est aussi prendre le risque d'accepter que l'on dévoie les finalités de notre mission et que l'on nous entrave toujours plus avec des tâches connexes et chronophages qui nous rendront moins efficaces et disponibles pour les aspects strictement disciplinaires de notre métier.


@Dwarf a écrit:
+1!

Des comme toi qui ne veulent composer avec rien ni personne ça me pose problème. Cette évolution t'obligera peut-être à assister à des réunions d'équipe plutôt que de lire un après midi. Je ne vois pas ou est le scandale.

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Qui décide que tes choix pédagogiques sont efficaces? tes critères sont définis par toi seul ou le ministère peut s'en meler?
C'est amusant, je viens de me poser exactement la même question.

C'est vrai que c'est une bonne question.

Vous l'êtes-vous posée, vous les chantres des méthodes nouvelles jamais évaluées, jamais confortées, au nom desquelles vous souhaitez la mise à bas de notre statut ?

Vous avez déjà assisté à des réunions organisées par l'établissement : oserez-vous dire que ce n'est pas, à 95% des fois, un temps largement perdu, des demi-journées pilotées par des gens qui n'y connaissent rien et n'ont rien à dire à part de belles paroles ?
Qui dirigera ce temps occupé à autre chose qu'enseigner ?

Bullshit.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Aevin le Jeu 27 Mar 2014 - 19:19
@Igniatius a écrit:
@Aevin a écrit:
@victor44 a écrit:

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Qui décide que tes choix pédagogiques sont efficaces? tes critères sont définis par toi seul ou le ministère peut s'en meler?
C'est amusant, je viens de me poser exactement la même question.

C'est vrai que c'est une bonne question.

Vous l'êtes-vous posée, vous les chantres des méthodes nouvelles jamais évaluées, jamais confortées, au nom desquelles vous souhaitez la mise à bas de notre statut ?
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas d'études sur les différents méthodes d'enseignement ? Qu'est-ce qui vous permet de dire que des (au moins certaines) méthodes nouvelles n'ont jamais été évaluées ?

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
avatar
Luigi_B
Grand Maître

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Luigi_B le Jeu 27 Mar 2014 - 20:01
@victor44 a écrit:
@Luigi_B a écrit:Ainsi le "travail au sein d’équipes pédagogiques" devient une mission par elle-même alors qu'il ne s'agit à l'évidence que d'une simple modalité de travail.
Des comme toi qui ne veulent composer avec rien ni personne ça me pose problème. Cette évolution t'obligera peut-être à assister à des réunions d'équipe plutôt que de lire un après midi. Je ne vois pas ou est le scandale.
Ce n'est parce que tu es anonyme que tu peux me parler comme à un chien. D'autant plus que tu portes un jugement sur ma pratique pédagogique sans la connaître.

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Où ai-je dénié à un inspecteur d'évaluer mes pratiques ?

C'est intéressant, dans ta pensée et celle d'Aevin, le glissement entre "travail eu sein d'équipes pédagogiques" et "évaluation" du travail.

_________________
Avenir latin grec - La Vie moderne : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

"Les nouvelles technologies en guerre contre nos enfants"
avatar
Dwarf
Grand Maître

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Dwarf le Jeu 27 Mar 2014 - 20:17
@victor44 a écrit:
Des comme toi qui ne veulent composer avec rien ni personne ça me pose problème. Cette évolution t'obligera peut-être à assister à des réunions d'équipe plutôt que de lire un après midi. Je ne vois pas ou est le scandale.

Et comment fait-on pour savoir si tes méthodes sont efficaces à partir du moment ou tu dénies à quiconque le droit de les évaluer et de te demander d'en changer le cas échéant?
Qui décide que tes choix pédagogiques sont efficaces? tes critères sont définis par toi seul ou le ministère peut s'en meler?
Ce qui me fait joyeusement marrer, c'est que tu catalogues à tout va et à l'emporte-pièces : d'autres ci-dessus ont déjà répondu à ma place donc je ne vais pas répéter leurs arguments puisque je les partage.

En revanche, je vais tout de même préciser que malgré ce que tu crois comprendre, j'adore travailler en équipe afin que que l'on puisse définir des objectifs en terme de progression commune mais par étapes et objectifs, pas comme modalités ni organisation commune : tout le reste du détail est laissé à l'appréciation de chacun, précisément parce que chacun fait confiance aux autres.

Mes méthodes sont efficaces parce que je peux constater le niveau qu'ont la majorité de mes élèves en début d'année et celui qu'ils ont à la fin. Et plus que moi-même, ce sont les élèves eux-mêmes qui le mesurent et les parents qui le constatent. Cela peut se mesurer aisément à l'aisance à l'écrit, la maîtrise accrue de l'orthographe et de la syntaxe, un goût acquis pour la lecture qui n'existait pas toujours avant, une culture générale accrue. Bref, un rapport au monde globalement plus serein et confiant. Comment un inspecteur peut-il juger de cette évolution qui s'étale sur des mois? A la rigueur peut-il (comme ce fut deux fois le cas pour moi, dont la dernière fois il y a deux ans) en venant en fin d'année mesurer l'aisance que j'évoque mais certainement pas le niveau des élèves en début d'année. Rien que pour cela, par exemple, l'évaluation en question a ses limites puisque je pourrais très bien profiter d'un public hors normes sans être à l'origine de leur niveau ou bien même mettre en place une séance Potemkine pour donner le change à ce que l'on attend de moi officiellement histoire que l'on me fiche la paix et que je continue à travailler différemment le reste du temps. Donc bon, le système actuel d'évaluation me paraît bien insuffisant et propre à cultiver un certain nombre d'illusions. Dans d'autres pays, me semble-t-il (Allemagne?) on ne prévient pas à l'avance et on reste plusieurs jours pour juger des pratiques sur la durée. Voilà qui me paraît déjà plus honnête.

Bref, je ne vais ni me justifier ni me vanter, mais seulement rappeler - puisque c'était la sens de ma première intervention - que si je ne suis pas rétif à un travail en équipe ni à des visites d'inspecteurs en soi, en revanche, je reste farouchement opposé à toute approche globalisante et idéologique qui prétendrait mettre au pas tous les enseignants pour les obliger à tous fonctionner de la même manière. Nous sommes tous des individus et ce qui peut marcher parfaitement pour l'un sera une source de mécompte et de frustration pour l'autre.

Définissons des objectifs, faisons confiance à chacun pour les atteindre en fonction de ses propres méthodes et de son génie personnel et voyons ce que cela donne à l'arrivée. Etonnamment, les professeurs les plus efficaces que j'ai connus (soit quand j'étais élève, soit comme collègue) étaient systématiquement des passionnés qui entendaient ne se laisser faire mettre au pas par aucune idéologie et qui continuaient à obtenir d'excellents résultats. Or, la passion, on peut la tuer plus facilement qu'on ne peut motiver des vocations quand on impose de manière arbitraire une pédagogie unifiée à tous.

Il y a des erreurs à ne pas faire, certes, et il faut en parler, mais il n'existe pas non plus de méthode miracle universelle tant il est vrai que l'enseignement est une affaire d'individus s'adressant à des individus : c'est une affaire d'alchimie délicate où la psychologie, le flair, l'instinct, l'intelligence humaine et l'esprit de finesse interviennent autant que la culture, le savoir, la maîtrise disciplinaire et l'esprit de géométrie. Or si les seconds peuvent donner lieu à une certaine uniformisation (les programmes et leurs contenus théoriques), les premiers ne se décrètent pas et sont le fruit des individus et pas d'un système. D'où le besoin de liberté et de confiance.

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
avatar
Dwarf
Grand Maître

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Dwarf le Jeu 27 Mar 2014 - 20:34
@Aevin a écrit:
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas d'études sur les différents méthodes d'enseignement ? Qu'est-ce qui vous permet de dire que  des (au moins certaines) méthodes nouvelles n'ont jamais été évaluées ?
Mais même en admettant qu'il y ait évaluations, elles seraient tributaires du public étudié. Va les faire passer à des élèves d'établissements privilégiés, d'établissements moyens ou d'établissements de zones à problème et tu auras des résultats différents.

Et sans aller jusque là, nous avons affaire (comme je le disais ci-dessus) à des individus. L'individu débord tous les cadres, il est irréductible à autre chose qu'à lui-même. Je ne travaillerais certes pas de la même manière ailleurs, je le sais. Je garderais mes exigences de base et la même ambition pour mes élèves mais je les y amènerais différemment, en fonction de leurs acquis et de leurs lacunes. Et cela, aucune méthode à prétention universaliste (comme c'est souvent le cas), ne peut le permettre, que ce soit d'un établissement à un autre, d'une classe à une autre et d'un élève à un autre. Une fois encore, l'enseignement est une question de relation humaine avant toute chose et cela, aucune méthode universelle ne pourra le modéliser. La passion, voilà ce qui parle avant tout : la passion de l'enseignement, c'est la passion et l'amour de l'humain, de la transmission à autrui pour autrui et non pour soi.

Par conséquent, une fois de plus, faisons confiance aux individus, investissons-les de leur propre pouvoir et de leur propre capacité d'invention. Si d'autres y trouvent, par l'échange, un bénéfice, très bien! Il ne s'agira alors certainement pas de l'imposer à tous mais simplement de permettre à ceux qui partagent le même tempérament de se retrouver sur des méthodes communes s'ils en tirent un profit. Qu'une offre existe, soit, mais elle se devra d'être variée, diverse et riche et non pas uniformisée, castratrice et lobotomisante.

Pour finir, s'il y a un domaine auquel on peut sensibiliser les enseignants (et il est très à la mode ces derniers temps bien que d'autres s'y soient intéressés bien avant déjà  ), c'est celui des neurosciences, non pas pour en faire découler je ne sais quelle méthode miracle mais pour mieux comprendre le mode de fonctionnement moyen de nos élèves (et de nous-même, au passage).

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 20:37
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:
@Aevin a écrit:
C'est amusant, je viens de me poser exactement la même question.

C'est vrai que c'est une bonne question.

Vous l'êtes-vous posée, vous les chantres des méthodes nouvelles jamais évaluées, jamais confortées, au nom desquelles vous souhaitez la mise à bas de notre statut ?
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas d'études sur les différents méthodes d'enseignement ? Qu'est-ce qui vous permet de dire que  des (au moins certaines) méthodes nouvelles n'ont jamais été évaluées ?

Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?


Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle. On n'a qu'une succession d'avis très orientés par des gens déjà convaincus.
Par exemple, Meirieu a écrit des tonnes de bouquins sans jamais produire les preuves de ce qu'il y assénait, pour la bonne et simple raison que les expérimentations étaient ultra-localisées, menées par des gens tellement convaincus qu'ils ne pouvaient que conclure au succès.
A la rigueur, le seul résultat de grande échelle en France est le marasme que l'on peut constater tous les jours : ces méthodes dont la majorité ne veut pas ont été imposées à nous tous et, très majoritairement, les élèves sont plus déformés que jamais. Ca peut faire réfléchir sur l'objectif de les renforcer non ?

Plus largement, les méthodes que vous soutenez ont été mises en place depuis très longtemps sur le continent nord-américain et la seule étude de très grande ampleur qui y a été menée (je ne sais plus son nom) a conclu aux antipodes des promoteurs du "changement" radical.

Ca peut faire réfléchir.




Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
Invité
Invité

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Invité le Jeu 27 Mar 2014 - 20:43
@Igniatius a écrit:
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:

C'est vrai que c'est une bonne question.

Vous l'êtes-vous posée, vous les chantres des méthodes nouvelles jamais évaluées, jamais confortées, au nom desquelles vous souhaitez la mise à bas de notre statut ?
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas d'études sur les différents méthodes d'enseignement ? Qu'est-ce qui vous permet de dire que  des (au moins certaines) méthodes nouvelles n'ont jamais été évaluées ?

Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?



Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle. On n'a qu'une succession d'avis très orientés par des gens déjà convaincus.
Par exemple, Meirieu a écrit des tonnes de bouquins sans jamais produire les preuves de ce qu'il y assénait, pour la bonne et simple raison que les expérimentations étaient ultra-localisées, menées par des gens tellement convaincus qu'ils ne pouvaient que conclure au succès.
A la rigueur, le seul résultat de grande échelle en France est le marasme que l'on peut constater tous les jours : ces méthodes dont la majorité ne veut pas ont été imposées à nous tous et, très majoritairement, les élèves sont plus déformés que jamais. Ca peut faire réfléchir sur l'objectif de les renforcer non ?

Plus largement, les méthodes que vous soutenez ont été mises en place depuis très longtemps sur le continent nord-américain et la seule étude de très grande ampleur qui y a été menée (je ne sais plus son nom) a conclu aux antipodes des promoteurs du "changement" radical.

Ca peut faire réfléchir.




Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Oh, la mauvaise foi... Quand on ne sait même pas citer le nom de la seule étude qu'on estime être sérieuse, on ne reproche pas aux autres de ne pas en citer.
Quant à Meirieu, je crois que tu n'as jamais dû le lire sérieusement, il ne préconise pas de recette unique, il travaille surtout sur des pistes qui pourraient améliorer l'apprentissage des élèves. Là-dedans, il y a des choses un peu prétentieuses et qui ont mal vieilli, mais prétendre qu'il ait imposé quoi que ce soit à qui que ce soit, comment dire... Ben non. C'est vrai que nous sommes victimes d'injonctions souvent contradictoires venues d'en haut qui reprennent telle théorie mal digérée, mais ça ne t'autorise en rien à t'attaquer à des collègues qui ont des pratiques différentes des tiennes...
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Aevin le Jeu 27 Mar 2014 - 20:51
@Igniatius a écrit:
Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?
C'est votre thèse, c'est à vous de la prouver ...


@Igniatius a écrit:Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle.
Ici vous mélanger tout et n'importe quoi. Comme le dit holderfar, la mauvaise foi dans toute sa splendeur.


@Igniatius a écrit:Plus largement, les méthodes que vous soutenez
De quelles méthodes parlez-vous ? Soyez plus précis, plutôt que de balancer comme ça des accusations vagues et infondées.




@Igniatius a écrit:Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Et vous avez bien sûr des études qui nous montrent que le redoublement est utile. Mais là, je sais déjà que vous n'en avez pas, parce que vous ne m'en citerez pas une. (cet argument vous semble connu ? Vous l'avez déjà vu ailleurs ?)

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 20:55
holderfar a écrit:
@Igniatius a écrit:
@Aevin a écrit:
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas d'études sur les différents méthodes d'enseignement ? Qu'est-ce qui vous permet de dire que  des (au moins certaines) méthodes nouvelles n'ont jamais été évaluées ?

Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?



Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle. On n'a qu'une succession d'avis très orientés par des gens déjà convaincus.
Par exemple, Meirieu a écrit des tonnes de bouquins sans jamais produire les preuves de ce qu'il y assénait, pour la bonne et simple raison que les expérimentations étaient ultra-localisées, menées par des gens tellement convaincus qu'ils ne pouvaient que conclure au succès.
A la rigueur, le seul résultat de grande échelle en France est le marasme que l'on peut constater tous les jours : ces méthodes dont la majorité ne veut pas ont été imposées à nous tous et, très majoritairement, les élèves sont plus déformés que jamais. Ca peut faire réfléchir sur l'objectif de les renforcer non ?

Plus largement, les méthodes que vous soutenez ont été mises en place depuis très longtemps sur le continent nord-américain et la seule étude de très grande ampleur qui y a été menée (je ne sais plus son nom) a conclu aux antipodes des promoteurs du "changement" radical.

Ca peut faire réfléchir.




Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Oh, la mauvaise foi... Quand on ne sait même pas citer le nom de la seule étude qu'on estime être sérieuse, on ne reproche pas aux autres de ne pas en citer.
Quant à Meirieu, je crois que tu n'as jamais dû le lire sérieusement, il ne préconise pas de recette unique, il travaille surtout sur des pistes qui pourraient améliorer l'apprentissage des élèves. Là-dedans, il y a des choses un peu prétentieuses et qui ont mal vieilli, mais prétendre qu'il ait imposé quoi que ce soit à qui que ce soit, comment dire... Ben non. C'est vrai que nous sommes victimes d'injonctions souvent contradictoires venues d'en haut qui reprennent telle théorie mal digérée, mais ça ne t'autorise en rien à t'attaquer à des collègues qui ont des pratiques différentes des tiennes...

Mais écoute c'est terrible : ce serait quand même à ceux qui ont pour projet de changer radicalement le métier pour les "méthodes qui marchent" de produire la preuve de la suprématie et l'efficacité de leurs méthodes non ?
Je lui reproche de ne pas en citer car lui me demande si je peux affirmer qu'il n'existe pas de telles études !

Concernant Meirieu, tu as raison, il ne préconise rien sinon de ne pas faire comme on faisait avant : il n'hésite en effet pas à conseiller aujourd'hui le contraire de ce qu'il préconisait il y a 20 ans. On peut penser que ses thuriféraires, qui ont bien imposé des choses en se réclamant de lui (tu es peut-être trop jeune pour avoir connu les IUFM de la fin des années 90 je ne sais pas) lui ont montré qu'il se plantait complètement.

Enfin, relis-toi, ta dernière phrase est hors-sujet : je n'attaque aucune méthode de collègue, je m'en fous. Ce que je voudrais, c'est qu'eux ne m'imposent pas les leurs, ce qu'ils vont pouvoir faire en foutant en l'air ce décret et en ouvrant la porte à l'uniformisation des pratiques.
Eux, en tous cas, n'hésitent pas à dire que les méthodes de l'immense majorité de leurs collègues sont pourries et sont la cause de l'échec de l'école actuelle : tu as le droit de le penser avec eux mais je crois que tu te trompes.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Marcel Khrouchtchev le Jeu 27 Mar 2014 - 20:57
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:
Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?
C'est votre thèse, c'est à vous de la prouver ...

Il dit que ça n'existe pas et tu dis que ça existe, donc je trouve ta position assez marrante. Et ça te dessert, car ça laisse penser aux gens qui n'y connaissent rien comme moi que non, ça n'existe pas, puisque celui qui prétend que ça existe non seulement n'est pas capable d'en fournir la preuve, mais en plus se livre à ce genre de facilité.
Invité
Invité

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Invité le Jeu 27 Mar 2014 - 21:03
Le problème Igniatius, c'est que tu penses par blocs monolithiques et que du coup tu mélanges pas mal de choses: je maintiens que tu rends responsables des collègues qui ont envie de faire évoluer leurs pratiques avant tout et que tu n'es pas le dernier à regarder comme des démagos ou des chantres de je ne sais trop quoi (ça c'est l'une de tes dernières amabilités vis à vis d'Aevin, relis-toi).
Par ailleurs, John Hattie a brassé beaucoup d'études sur un nombre impressionnant de domaines de l'éducation anglophone: et si, entre autres, le travail en groupes est considéré comme efficace et bénéfique, entre autres.
Je ne vais pas m'étendre davantage car ce n'est pas le sujet de départ, mais enfin, le courant des pédagogies nouvelles (y'en a pas qu'un, d'ailleurs) et les débats autour de réformes, c'est plus complexe que x veut imposer ses vues à machin.
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 21:03
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:
Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?
C'est votre thèse, c'est à vous de la prouver ...


@Igniatius a écrit:Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle.
Ici vous mélanger tout et n'importe quoi. Comme le dit holderfar, la mauvaise foi dans toute sa splendeur.


@Igniatius a écrit:Plus largement, les méthodes que vous soutenez
De quelles méthodes parlez-vous ? Soyez plus précis, plutôt que de balancer comme ça des accusations vagues et infondées.




@Igniatius a écrit:Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Et vous avez bien sûr des études qui nous montrent que le redoublement est utile. Mais là, je sais déjà que vous n'en avez pas, parce que vous ne m'en citerez pas une. (cet argument vous semble connu ? Vous l'avez déjà vu ailleurs ?)

Tu es adepte du retournement de situation toi.

Il existe une situation A dans l'EN, plus ou moins garantie par un statut, sans doute imparfait.
Des gens se pointent et disent "il faut détruire ce statut et le remplacer par un autre qui nous permettra de faire travailler les enseignants de la façon dont nous pensons qu'elle est la bonne."
Je demande : sur quel argument vous appuyez-vous pour justifier que ces méthodes sont tellement indispensables qu'il est urgent de changer le contrat de travail des enseignants afin de leur imposer ces méthodes ?
Vous me répondez : "Prouve-nous que ces méthodes ne sont pas bonnes."

Vous êtes rigolos tous les deux, mais c'est un jeu sans fin.


Concernant ta tentative de pirouette sur le redoublement : je constate juste que lorsque le redoublement n'était pas considéré comme un crime envers un être humain, l'école fonctionnait mieux.

Enfin, j'ai listé les méthodes que tu prônais juste au-dessus de ta question : il faudrait lire ce que tu cites.
Je crois ne rien mélanger : j'aimerais bien savoir de manière précise en quoi tu penses que ce nouveau statut sera meilleur pour les élèves. Et je serais séduit par des réponses plus étayées que le mantra de Victor "Les enfants ont changé."
Si ce n'est pas ce que j'ai écrit, il va falloir encore que je découvre de nouvelles lubies des réformateurs.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
Invité
Invité

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Invité le Jeu 27 Mar 2014 - 21:04
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:
Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?
C'est votre thèse, c'est à vous de la prouver ...

Il dit que ça n'existe pas et tu dis que ça existe, donc je trouve ta position assez marrante. Et ça te dessert, car ça laisse penser aux gens qui n'y connaissent rien comme moi que non, ça n'existe pas, puisque celui qui prétend que ça existe non seulement n'est pas capable d'en fournir la preuve, mais en plus se livre à ce genre de facilité.
Alors ça, c'est fort de café aussi...  :shock: :shock: :shock: 
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 21:04
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:
Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?
C'est votre thèse, c'est à vous de la prouver ...

Il dit que ça n'existe pas et tu dis que ça existe, donc je trouve ta position assez marrante. Et ça te dessert, car ça laisse penser aux gens qui n'y connaissent rien comme moi que non, ça n'existe pas, puisque celui qui prétend que ça existe non seulement n'est pas capable d'en fournir la preuve, mais en plus se livre à ce genre de facilité.

Oui, Aevin se livre à la facilité d'une rhétorique basique.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Aevin le Jeu 27 Mar 2014 - 21:07
@Igniatius a écrit:

Tu es adepte du retournement de situation toi.

Non, il suffit de prendre le livre de John Hattie, il cite un grand nombre d'études, entre autre sur le travail en groupe, sur le peer teaching. Moi, j'ai les titres ... Vous achetez le livre, vous les trouverez !

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Aevin le Jeu 27 Mar 2014 - 21:08
holderfar a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Aevin a écrit:
C'est votre thèse, c'est à vous de la prouver ...

Il dit que ça n'existe pas et tu dis que ça existe, donc je trouve ta position assez marrante. Et ça te dessert, car ça laisse penser aux gens qui n'y connaissent rien comme moi que non, ça n'existe pas, puisque celui qui prétend que ça existe non seulement n'est pas capable d'en fournir la preuve, mais en plus se livre à ce genre de facilité.
Alors ça, c'est fort de café aussi...  :shock: :shock: :shock: 
N'est-ce pas ? Normalement, c'est à celui qui établie un thèse de la prouver (sauf en religion ... mais qui sait, peut-être que nous sommes dans un système religieux comme le pense F. Dubet)

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
Cath
Esprit sacré

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Cath le Jeu 27 Mar 2014 - 21:09
holderfar a écrit:
@Igniatius a écrit:
@Aevin a écrit:
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'il n'y a pas d'études sur les différents méthodes d'enseignement ? Qu'est-ce qui vous permet de dire que  des (au moins certaines) méthodes nouvelles n'ont jamais été évaluées ?

Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?



Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle. On n'a qu'une succession d'avis très orientés par des gens déjà convaincus.
Par exemple, Meirieu a écrit des tonnes de bouquins sans jamais produire les preuves de ce qu'il y assénait, pour la bonne et simple raison que les expérimentations étaient ultra-localisées, menées par des gens tellement convaincus qu'ils ne pouvaient que conclure au succès.
A la rigueur, le seul résultat de grande échelle en France est le marasme que l'on peut constater tous les jours : ces méthodes dont la majorité ne veut pas ont été imposées à nous tous et, très majoritairement, les élèves sont plus déformés que jamais. Ca peut faire réfléchir sur l'objectif de les renforcer non ?

Plus largement, les méthodes que vous soutenez ont été mises en place depuis très longtemps sur le continent nord-américain et la seule étude de très grande ampleur qui y a été menée (je ne sais plus son nom) a conclu aux antipodes des promoteurs du "changement" radical.

Ca peut faire réfléchir.




Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Oh, la mauvaise foi... Quand on ne sait même pas citer le nom de la seule étude qu'on estime être sérieuse, on ne reproche pas aux autres de ne pas en citer.
Quant à Meirieu, je crois que tu n'as jamais dû le lire sérieusement, il ne préconise pas de recette unique, il travaille surtout sur des pistes qui pourraient améliorer l'apprentissage des élèves. Là-dedans, il y a des choses un peu prétentieuses et qui ont mal vieilli, mais prétendre qu'il ait imposé quoi que ce soit à qui que ce soit, comment dire... Ben non. C'est vrai que nous sommes victimes d'injonctions souvent contradictoires venues d'en haut qui reprennent telle théorie mal digérée, mais ça ne t'autorise en rien à t'attaquer à des collègues qui ont des pratiques différentes des tiennes...


C'était le projet Follow Through.
Une étude menée pendant 10 ans, auprès d'environ 350 000 élèves nord-américains, pour tester une vingtaine de méthodes pédagogiques qui a conclu à la supériorité de la Direct Instruction, enseignement explicite d’une démarche d’apprentissage que les élèves sont amenés à appliquer régulièrement de façon systématique et intensive dans l’acquisition des matières de base.

Ne me remerciez pas ! :succes: 
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 21:09
holderfar a écrit:Le problème Igniatius, c'est que tu penses par blocs monolithiques et que du coup tu mélanges pas mal de choses: je maintiens que tu rends responsables des collègues qui ont envie de faire évoluer leurs pratiques avant tout et que tu n'es pas le dernier à regarder comme des démagos ou des chantres de je ne sais trop quoi (ça c'est l'une de tes dernières amabilités vis à vis d'Aevin, relis-toi).
Par ailleurs, John Hattie a brassé beaucoup d'études sur un nombre impressionnant de domaines de l'éducation anglophone: et si, entre autres, le travail en groupes est considéré comme efficace et bénéfique, entre autres.
Je ne vais pas m'étendre davantage car ce n'est pas le sujet de départ, mais enfin, le courant des pédagogies nouvelles (y'en a pas qu'un, d'ailleurs) et les débats autour de réformes, c'est plus complexe que x veut imposer ses vues à machin.

Tu crois me connaître parce que tu m'as bcp lu : dont acte, mais je n'ai rien dit sur ce fil alors c'est inutile.
Je rends responsables des gens qui ont réussi à me faire travailler comme je pense qu'il ne le faut pas : qu'ils le fassent eux est le cadet de mes soucis. Moi je suis pour la liberté pédagogique, ce qui n'est pas du tout prévu par les ouvertures laissées à l'administration par ce nouveau décret.
Tu veux faire évoluer tes pratiques ? Fais-le et ne casse pas mon statut merci.

Tu sais bien qu'Aevin et ses copains nous détestent : tu peux lire assez régulièrement sur d'autres supports toute leur volonté de foutre en l'air les profs actuels. Alors ne viens pas faire de procès d'intention.
C'est toi qui es d'une grande mauvaise foi sur ce sujet.
Ou d'un grand aveuglement.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Aevin le Jeu 27 Mar 2014 - 21:10
@Igniatius a écrit:
Concernant ta tentative de pirouette sur le redoublement : je constate juste que lorsque le redoublement n'était pas considéré comme un crime envers un être humain, l'école fonctionnait mieux.
Là, par exemple je vous conseille la très bonne thèse de Thierry Troncin qui a travaillé sur le redoublement en CP et qui montre à quel point ça ne sert à rien.

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Marcel Khrouchtchev le Jeu 27 Mar 2014 - 21:11
@Aevin a écrit:
holderfar a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:

Il dit que ça n'existe pas et tu dis que ça existe, donc je trouve ta position assez marrante. Et ça te dessert, car ça laisse penser aux gens qui n'y connaissent rien comme moi que non, ça n'existe pas, puisque celui qui prétend que ça existe non seulement n'est pas capable d'en fournir la preuve, mais en plus se livre à ce genre de facilité.
Alors ça, c'est fort de café aussi...  :shock: :shock: :shock: 
N'est-ce pas ? Normalement, c'est à celui qui établie un thèse de la prouver (sauf en religion ... mais qui sait, peut-être que nous sommes dans un système religieux comme le pense F. Dubet)

Mais je ne comprends simplement pas comment il pourrait te prouver qu'aucune étude n'existe tandis que toi, qui prétends que ça existe, tu refuses de le faire. Mais je ne suis pas philosophe, je reconnais que ma logique a des failles.
Cath
Esprit sacré

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Cath le Jeu 27 Mar 2014 - 21:11
Bis repetita :

@Cath a écrit:
holderfar a écrit:
@Igniatius a écrit:

Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?



Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle. On n'a qu'une succession d'avis très orientés par des gens déjà convaincus.
Par exemple, Meirieu a écrit des tonnes de bouquins sans jamais produire les preuves de ce qu'il y assénait, pour la bonne et simple raison que les expérimentations étaient ultra-localisées, menées par des gens tellement convaincus qu'ils ne pouvaient que conclure au succès.
A la rigueur, le seul résultat de grande échelle en France est le marasme que l'on peut constater tous les jours : ces méthodes dont la majorité ne veut pas ont été imposées à nous tous et, très majoritairement, les élèves sont plus déformés que jamais. Ca peut faire réfléchir sur l'objectif de les renforcer non ?

Plus largement, les méthodes que vous soutenez ont été mises en place depuis très longtemps sur le continent nord-américain et la seule étude de très grande ampleur qui y a été menée (je ne sais plus son nom) a conclu aux antipodes des promoteurs du "changement" radical.

Ca peut faire réfléchir.




Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Oh, la mauvaise foi... Quand on ne sait même pas citer le nom de la seule étude qu'on estime être sérieuse, on ne reproche pas aux autres de ne pas en citer.
Quant à Meirieu, je crois que tu n'as jamais dû le lire sérieusement, il ne préconise pas de recette unique, il travaille surtout sur des pistes qui pourraient améliorer l'apprentissage des élèves. Là-dedans, il y a des choses un peu prétentieuses et qui ont mal vieilli, mais prétendre qu'il ait imposé quoi que ce soit à qui que ce soit, comment dire... Ben non. C'est vrai que nous sommes victimes d'injonctions souvent contradictoires venues d'en haut qui reprennent telle théorie mal digérée, mais ça ne t'autorise en rien à t'attaquer à des collègues qui ont des pratiques différentes des tiennes...


C'était le projet Follow Through.
Une étude menée pendant 10 ans, auprès d'environ 350 000 élèves nord-américains, pour tester une vingtaine de méthodes pédagogiques qui a conclu à la supériorité de la Direct Instruction, enseignement explicite d’une démarche d’apprentissage que les élèves sont amenés à appliquer régulièrement de façon systématique et intensive dans l’acquisition des matières de base.

Ne me remerciez pas ! :succes: 
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Igniatius le Jeu 27 Mar 2014 - 21:12
@Aevin a écrit:
@Igniatius a écrit:

Tu es adepte du retournement de situation toi.

Non, il suffit de prendre le livre de John Hattie, il cite un grand nombre d'études, entre autre sur le travail en groupe, sur le peer teaching. Moi, j'ai les titres ... Vous achetez le livre, vous les trouverez !

@Cath a écrit:
holderfar a écrit:
@Igniatius a écrit:

Peut-être le fait que vous ne m'en citerez pas une ?



Ce que je veux dire, c'est qu'il n'existe aucune étude à grande échelle sur les vertus du travail en groupe, de la pédagogie inductive, de la fin de la priorité des connaissances disciplinaires pour laisser le champ à l'interdisciplinarité superficielle. On n'a qu'une succession d'avis très orientés par des gens déjà convaincus.
Par exemple, Meirieu a écrit des tonnes de bouquins sans jamais produire les preuves de ce qu'il y assénait, pour la bonne et simple raison que les expérimentations étaient ultra-localisées, menées par des gens tellement convaincus qu'ils ne pouvaient que conclure au succès.
A la rigueur, le seul résultat de grande échelle en France est le marasme que l'on peut constater tous les jours : ces méthodes dont la majorité ne veut pas ont été imposées à nous tous et, très majoritairement, les élèves sont plus déformés que jamais. Ca peut faire réfléchir sur l'objectif de les renforcer non ?

Plus largement, les méthodes que vous soutenez ont été mises en place depuis très longtemps sur le continent nord-américain et la seule étude de très grande ampleur qui y a été menée (je ne sais plus son nom) a conclu aux antipodes des promoteurs du "changement" radical.

Ca peut faire réfléchir.




Je conclurai avec ce rappel hallucinant lorsque l'on a une culture scientifique : les études menées pour prouver que le redoublement est inutile ont été effectués sur des élèves différents d'une même génération, en faible nombre, et ont conclu que "A 15 ans, les élèves qui ont redoublé ont plus de retard que leurs camarades qui n'ont pas redoublé."
Ca se pose là comme constat, dirait La Palisse.
Et ça fait 20 ans que tous les réformateurs "s'appuient" sur les résultats de ces études pour supprimer le redoublement et entasser des gamins qui souffrent au collège unique, puisque l'on a pu fermer des sections entières qui permettaient à des gamins en difficulté de s'en sortir.
Merci le SGEN/UNSA.
Oh, la mauvaise foi... Quand on ne sait même pas citer le nom de la seule étude qu'on estime être sérieuse, on ne reproche pas aux autres de ne pas en citer.
Quant à Meirieu, je crois que tu n'as jamais dû le lire sérieusement, il ne préconise pas de recette unique, il travaille surtout sur des pistes qui pourraient améliorer l'apprentissage des élèves. Là-dedans, il y a des choses un peu prétentieuses et qui ont mal vieilli, mais prétendre qu'il ait imposé quoi que ce soit à qui que ce soit, comment dire... Ben non. C'est vrai que nous sommes victimes d'injonctions souvent contradictoires venues d'en haut qui reprennent telle théorie mal digérée, mais ça ne t'autorise en rien à t'attaquer à des collègues qui ont des pratiques différentes des tiennes...


C'était le projet Follow Through.
Une étude menée pendant 10 ans, auprès d'environ 350 000 élèves nord-américains, pour tester une vingtaine de méthodes pédagogiques qui a conclu à la supériorité de la Direct Instruction, enseignement explicite d’une démarche d’apprentissage que les élèves sont amenés à appliquer régulièrement de façon systématique et intensive dans l’acquisition des matières de base.

Ne me remerciez pas ! :succes: 

Voilà c'est ça.
Merci Cath.

Alors faites-les travailler en groupe si ça vous chante et que ça vous correspond, mais ne me l'imposez pas : je trouve ça nul et suis bien meilleur dans d'autres pratiques.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
Contenu sponsorisé

Re: Débats autour des méthodes pédagogiques efficaces

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum