Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Carlos Tinoco : "Les surdoués sont de drôles de bestioles".

par John le Mar 22 Avr 2014 - 1:41
Je trouve cet article de Carlos Tinoco, publié sur le Huffintgton Post, très intéressant.

Extrait :
Les "surdoués" sont de drôles de bestioles. Ils ne résolvent pas nécessairement plus vite les équations du second degré (parfois même bien plus lentement), et, à côté de leurs performances intellectuelles, ils présentent de curieuses caractéristiques: rapport difficile à l'autorité, "hypersensibilité", faible résistance à l'ennui, etc. Ces traits ont été depuis longtemps repérés, jamais vraiment expliqués. Et, surtout l'un d'eux a été complètement omis de la réflexion, celui qui, justement, fait de l'intelligence une notion éminemment politique: l'hébétude face au monde.

Contrairement à ce qu'on pourrait supposer, le mécanisme logique que mettent en œuvre les "surdoués" (quel terme catastrophique!) ne demande aucune structure cérébrale particulière, il est souvent très simple. Ce qui les place devant le vertige suivant: pourquoi sont-ils les seuls à emprunter ce chemin? C'est en ce point que la perspective s'inverse. Qu'est-ce donc qui inhibe ainsi l'intelligence, pour la plupart des individus, et dans la plupart des contextes? Qu'est-ce qui se passe, dans ces réunions de travail, dans ces polémiques et ces débats qui semblent pouvoir durer infiniment sans que jamais ne soit abordée la question qui permettrait de commencer à avancer?

C'est que la pensée humaine possède toujours des angles morts. Réfléchir à un problème, pour un scientifique dans un laboratoire comme pour un cuisinier devant ses casseroles, c'est toujours d'abord restreindre le champ du questionnement, à l'aide d'hypothèses de départ, sous peine de se noyer (pensez à tous les usages qu'on peut faire d'un œuf, si vraiment on ne s'interdit rien). C'est ce qui permet de chercher une solution, c'est aussi en général ce qui empêche radicalement qu'on la trouve. Parce que souvent, dans ces hypothèses de départ, se loge une contradiction qui nous condamne à l'impasse.

Une machine rationnelle, avec une immense capacité de calcul, se contenterait de faire varier les hypothèses de départ jusqu'à trouver les bonnes. Mais nous ne sommes pas des machines rationnelles. Pas seulement parce que nos capacités de calcul sont moindres; aussi et surtout parce que nous n'avons pas toujours la liberté d'interroger les hypothèses de départ. Il est ici question d'un rapport de l'individu à son angoisse, dans cette espèce étrange que l'évolution a dotée d'une faculté d'abstraction et de tout ce qui va avec: conscience de notre mort à venir, du temps qui passe, de l'absurdité des choses. Quand une des hypothèses de départ de la réflexion est un fondement pour le sujet, un pilier qui l'empêche de s'effondrer psychologiquement, elle en devient absolue et impossible à questionner. Pour la majorité dite "normale", c'est la loi, l'ensemble des normes qui régissent telle ou telle pratique, qui leur permettent de considérer que leur vie a un sens, que leurs efforts ne sont pas vains.

Ceux qu'on appelle "surdoués", ce sont ceux qui ne parviennent pas à s'adosser à ces normes implicites, et qui ont besoin de constamment s'y confronter. Quand face à eux tout un groupe, une institution, une société, fonde son discours sur un interdit de pensée, alors qu'ils constatent que c'est là qu'il faudrait se diriger pour avancer, ils peuvent se retrouver dans ce que je nommais l'hébétude: "Est-ce le monde qui est fou? Est-ce moi?"

Les deux sans doute, et d'une folie distincte. Poser cela, ce n'est pas tout niveler, c'est seulement refuser l'idée qu'il pourrait y avoir une juste position universelle pour un être humain, une possibilité de tenir debout grâce à un discours sur soi, la vie et les autres qui échappe entièrement à la contradiction et aux tabous. Mais pour autant, toutes les folies ne s'équivalent pas, ni par rapport aux possibilités de bonheur qu'elles nous offrent, ni par rapport aux possibilités de réflexion qu'elles permettent de déployer.
http://www.huffingtonpost.fr/carlos-tinoco/surdoues-penser-autrement_b_5164889.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
User17706
Enchanteur

Re: Carlos Tinoco : "Les surdoués sont de drôles de bestioles".

par User17706 le Mar 22 Avr 2014 - 2:07
Oui. Il y a qq années un article de Mercier & Sperber a fait grand bruit, qu'on pourrait y corréler. (Why do humans reason?) Conclusion: la fonction du raisonnement, tel qu'il est socialement pratiqué (càd de façon en général incorrecte, entendons-nous bien), a surtout pour utilité (et pour effet) de persuader l'individu et le groupe qu'il a bien raison d'avoir les opinions qu'il a.

Il est très probable que nous nous sommes accoutumés à envisager les surdoués à partir d'une idée fausse (exagérément flatteuse) de l'exercice ordinaire de la raison.

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum