Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Mer 23 Avr - 21:15

A la suite de débats ouverts par M. Brissiaud (spécialiste des maths au primaire), un petit article qui défend ce qu'on ne pensait pas devoir défendre un jour : le fait d'apprendre aux petits élèves à prononcer les consonnes au moment d'apprendre à lire :

http://pedagoj.eklablog.com/peut-on-ne-pas-entendre-les-consonnes-quand-on-apprend-a-lire-a107645030


_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Kan-gourou le Mer 23 Avr - 21:39

Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris. L'article suppose que les PE enseignent l'écriture et la lecture de façon totalement détachée ? Cela paraît absurde.

Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par dandelion le Mer 23 Avr - 22:08

Ce n'est pas parce que c'est absurde qu'on ne le fait pas  No 
Que la voyelle fasse sonner la consonne, ça n'est pas nouveau non?
Sinon, c'est amusant parce que les consonnes 'sonnent' plus en français qu'en anglais: on les avale un peu plus, pour faire court, et on appuie davantage sur les voyelles, notamment lorsqu'elles sont accentuées, ce qui est vrai dans d'autres langues à accent tonique. Malheureusement je ne sais pas vraiment quelles méthodes de lecture ils emploient (mes élèves anglophones ont cependant fait beaucoup d'écriture en cp, mais je ne sais pas si cela est généralisable).

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Kan-gourou le Mer 23 Avr - 22:18

@dandelion a écrit:Ce n'est pas parce que c'est absurde qu'on ne le fait pas  No 
Que la voyelle fasse sonner la consonne, ça n'est pas nouveau non?
Sinon, c'est amusant parce que les consonnes 'sonnent' plus en français qu'en anglais: on les avale un peu plus, pour faire court, et on appuie davantage sur les voyelles, notamment lorsqu'elles sont accentuées, ce qui est vrai dans d'autres langues à accent tonique. Malheureusement je ne sais pas vraiment quelles méthodes de lecture ils emploient (mes élèves anglophones ont cependant fait beaucoup d'écriture en cp, mais je ne sais pas si cela est généralisable).

 affraid  Dis-moi que c'est une plaisanterie !

Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par LouisBarthas le Jeu 24 Avr - 0:05

PFC a écrit:L'article suppose que les PE enseignent l'écriture et la lecture de façon totalement détachée ? Cela paraît absurde.
Ce n'est pas une plaisanterie, c'est absurde mais ils font presque tous ça. J'enseigne depuis plus de trente ans, et à part sur Internet je n'ai jamais croisé aucun collègue qui ne procède ainsi. Ils ont tous une conception "globale" de la lecture, "visuelle" pour le dire autrement. Pour eux, lire c'est reconnaître l'image des mots et non procéder à une analyse des lettres qui les composent.
Ça commence très tôt, chez les petits de maternelle, avec les étiquettes des prénoms, les jours de la semaine à reconnaître, ainsi que l'écriture du prénom et de la date, sans que l'enfant saisisse le lien véritable unissant la lecture et l'écriture. On lui fait croire que les mots sont des images dont il doit recopier le dessin. Et la catastrophe commence...

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Kan-gourou le Jeu 24 Avr - 9:20

@LouisBarthas a écrit:
PFC a écrit:L'article suppose que les PE enseignent l'écriture et la lecture de façon totalement détachée ? Cela paraît absurde.
Ce n'est pas une plaisanterie, c'est absurde mais ils font presque tous ça. J'enseigne depuis plus de trente ans, et à part sur Internet je n'ai jamais croisé aucun collègue qui ne procède ainsi. Ils ont tous une conception "globale" de la lecture, "visuelle" pour le dire autrement. Pour eux, lire c'est reconnaître l'image des mots et non procéder à une analyse des lettres qui les composent.
Ça commence très tôt, chez les petits de maternelle, avec les étiquettes des prénoms, les jours de la semaine à reconnaître, ainsi que l'écriture du prénom et de la date, sans que l'enfant saisisse le lien véritable unissant la lecture et l'écriture. On lui fait croire que les mots sont des images dont il doit recopier le dessin. Et la catastrophe commence...

Merci pour ta réponse LouisBarthas, même si elle me déprime...  No 

Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Jeu 24 Avr - 11:15

Coïncidence : hier, j'ai mis en ligne quelque chose qui rentre pile dans le sujet, la présentation par Marie Pape-Carpantier de la méthode phonomimique de Grosselin : ici.

Pour voir une autre présentation en contexte des théories de Morais et Liberman, cf. je crois Michel Delord : Apprendre à Lire et à Écrire : de l’importance des différents systèmes d’écriture.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Nom d'utilisateur le Jeu 24 Avr - 11:53

@Spinoza1670 a écrit:Coïncidence : hier, j'ai mis en ligne quelque chose qui rentre pile dans le sujet, la présentation par Marie Pape-Carpantier de la méthode phonomimique de Grosselin : ici.

Pour voir une autre présentation en contexte des théories de Morais et Liberman, cf. je crois Michel Delord : Apprendre à Lire et à Écrire : de l’importance des différents systèmes d’écriture.

Merci.
Les développements entraîneraient trop loin, pardon pour ce message un peu "troll", mais je souhaitais marquer un peu mon étonnement : chez Michel Delors, la référence à Havelock est désastreuse (c'est le gars qui se plaignait dans un de ses livres de ce que les Chinois, vraiment, n'étaient pas sérieux de refuser de passer à un alphabet de type latin - ils ont essayé, l'échec retentissant était prévisible), et la notion "d'idéographie", appliquées à l'écriture de langues ("naturelles") est troublante... Concernant l'hébreu, il doit parler de l'hébreu biblique, parce que l'on sait à présent qu'en hébreu contemporain, la reconnaissance contextuelle des voyelles dépasse le corset des mater lectionis (les stratégies de reconnaissances en fonction de l'entourage phonématique distinguent très clairement cette écriture-là de la représentation qu'on a d'un abjad). Et concernant le français, qui est l'enjeu du texte : pourquoi n'y a-t-il aucune référence à Nina Catach ? Ses travaux montraient bien que l'on avait non un système, mais plusieurs systèmes.
Bref, on sursaute un peu à chaque ligne (ce qui fut également ma réaction en lisant l'échange au demeurant très intéressant sur les nombres). Mais bon, il faut aller voir la méthode, elle ne se fonde sans doute pas sur ces bases théoriques trop sommaires.

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par gelsomina31 le Jeu 24 Avr - 12:01

Rappelons que la formation des PE concernant l'enseignement et l'apprentissage de la lecture est plus qu'indigente, elle est microbienne.
Chacun, chacune fait comme il peut, comme il croit juste. Wink cela ne dispense pas de s'auto-former et de se poser des questions, évidemment.

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !

Salut et fraternité!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Jeu 24 Avr - 13:35

@LouisBarthas a écrit:
PFC a écrit:L'article suppose que les PE enseignent l'écriture et la lecture de façon totalement détachée ? Cela paraît absurde.
Ce n'est pas une plaisanterie, c'est absurde mais ils font presque tous ça. J'enseigne depuis plus de trente ans, et à part sur Internet je n'ai jamais croisé aucun collègue qui ne procède ainsi. Ils ont tous une conception "globale" de la lecture, "visuelle" pour le dire autrement. Pour eux, lire c'est reconnaître l'image des mots et non procéder à une analyse des lettres qui les composent.
Ça commence très tôt, chez les petits de maternelle, avec les étiquettes des prénoms, les jours de la semaine à reconnaître, ainsi que l'écriture du prénom et de la date, sans que l'enfant saisisse le lien véritable unissant la lecture et l'écriture. On lui fait croire que les mots sont des images dont il doit recopier le dessin. Et la catastrophe commence...

Je ne pense pas que la méthode de Brissiaud et Ouzoulias soit vraiment "globale", ou alors dans un sens très différent de celui où l'on entend ce mot d'habitude.
En effet, l'échelle de globalité est très réduite (à la syllabe) : on serait alors dans une méthode globale syllabique !
En outre, le support des lettres empêche d'y voir une variante des méthodes "idéovisuelles" de Foucambert.

Pour être honnête, je pense que cette méthode doit marcher. Je trouve juste que la sorte d'autocensure sur l'analyse de la syllabe en consonnes et voyelle est inutile et repose sur des principes erronés, et donc qu'elle serait plus efficace si elle n'allait pas se fourvoyer dans cette direction, ce que ne fait pas la méthode de Thierry Vénot, "De l'écoute des sons à la lecture", qui lui aussi accorde une grande place au rôle de l'écriture pour apprendre à lire.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Jeu 24 Avr - 13:40

@Spinoza1670 a écrit:Coïncidence : hier, j'ai mis en ligne quelque chose qui rentre pile dans le sujet, la présentation par Marie Pape-Carpantier de la méthode phonomimique de Grosselin : ici.

Pour voir une autre présentation en contexte des théories de Morais et Liberman, cf. je crois Michel Delord : Apprendre à Lire et à Écrire : de l’importance des différents systèmes d’écriture.

A tout seigneur tout honneur, donc.

Delord est très bien dans son texte, mais il a tellement envie de combattre le "tout-phonologie" à la Goigoux en maternelle qu'il donne des arguments à la méthode pas scandaleuse mais limitée d'Ouzoulias et Brissiaud. Delord et Brissiaud ligués contre Goigoux, donc.

Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Ce n'est pas parce que les exercices phonologiques du type Phono tournent en rond et ont même des effet pervers qu'il faut se passer du principal et du plus intuitif des apprentissages phonologiques, la prononciation isolée des consonnes.
En cela, Ouzoulias et Brissiaud ne respecte pas leur programme, puisqu'ils préconisent un passage à la "graphophonologie" en sacrifiant la deuxième partie de ce concept.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Jeu 24 Avr - 21:26

@Nom d'utilisateur a écrit:
@Spinoza1670 a écrit:Coïncidence : hier, j'ai mis en ligne quelque chose qui rentre pile dans le sujet, la présentation par Marie Pape-Carpantier de la méthode phonomimique de Grosselin : ici.

Pour voir une autre présentation en contexte des théories de Morais et Liberman, cf. je crois Michel Delord : Apprendre à Lire et à Écrire : de l’importance des différents systèmes d’écriture.

Merci.
Les développements entraîneraient trop loin, pardon pour ce message un peu "troll", mais je souhaitais marquer un peu mon étonnement : chez Michel Delors, la référence à Havelock est désastreuse (c'est le gars qui se plaignait dans un de ses livres de ce que les Chinois, vraiment, n'étaient pas sérieux de refuser de passer à un alphabet de type latin - ils ont essayé, l'échec retentissant était prévisible), et la notion "d'idéographie", appliquées à l'écriture de langues ("naturelles") est troublante... Concernant l'hébreu, il doit parler de l'hébreu biblique, parce que l'on sait à présent qu'en hébreu contemporain, la reconnaissance contextuelle des voyelles dépasse le corset des mater lectionis (les stratégies de reconnaissances en fonction de l'entourage phonématique distinguent très clairement cette écriture-là de la représentation qu'on a d'un abjad). Et concernant le français, qui est l'enjeu du texte : pourquoi n'y a-t-il aucune référence à Nina Catach ? Ses travaux montraient bien que l'on avait non un système, mais plusieurs systèmes.
Bref, on sursaute un peu à chaque ligne (ce qui fut également ma réaction en lisant l'échange au demeurant très intéressant sur les nombres). Mais bon, il faut aller voir la méthode, elle ne se fonde sans doute pas sur ces bases théoriques trop sommaires.

Nina Catach parle de systèmes orthographiques, non ? Quel est le rapport avec la question de l'apprentissage de la lecture ?

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Nom d'utilisateur le Ven 25 Avr - 1:20

@doctor who a écrit:Nina Catach parle de systèmes orthographiques, non ? Quel est le rapport avec la question de l'apprentissage de la lecture ?

Dans l'article indiqué de Michel Delord (avec un -d, pardon si je me suis trompé plus haut), une bonne partie de ce que j'ai lu a trait aux systèmes d'écriture -- ceux donc, qu'on lit. Or, les analyses présentées reposent sur un état de l'art vraiment obsolète. C'était à signaler, mais l'auteur a toute ma sympathie, bien sûr.

D'ailleurs, ce décalage est regrettable, mais pas à dramatiser. Les logiques d'enseignement ne sont pas celles de la construction des savoirs, certains disent même que les premières sont en droit étrangères à la science. Après tout, hein, pourvu que ça marche ! Et j'irai donc voir cette méthode, qui est le plus important dans l'histoire, lorsque j'en aurai le courage. S'agissant de la lecture, ma pratique d'enseignant a plutôt affaire aux écritures étrangères, et au clash qu'elles produisent chez des locuteurs (scripteurs-lecteurs) natifs ; sûr que j'y glanerai des idées à mettre en pratique.

PS. Je dis peu en trop de lignes, et en plus, après coup, suis pris d'un doute : la question ci-dessus suppose-t-elle une rupture entre "écriture" et "orthographe" ? le cas échéant : Catach et Ashkénazy ont traité des deux. Le départ est difficile à faire...

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Sam 26 Avr - 16:45

Mise à jour de mon article sur le refus de faire décomposer les voyelles orales de MM. Brissiaud et Ouzoulias :

http://pedagoj.eklablog.com/peut-on-ne-pas-entendre-les-consonnes-quand-on-apprend-a-lire-a107645030

Merci à la blogueuse abcdefgh (que certains ici reconnaîtront peut-être...)


Pour résumer :
> j'essayais de montrer que cette décomposition en consonnes et voyelle était possible,
> j'essaie maintenant de montrer qu'elle est nécessaire.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Caspar Goodwood le Sam 26 Avr - 16:47

Supprimons les consonnes!

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Avr - 20:00

Encore une fois, c'est à rapprocher de la méthode phonomimique d'Augustin Grosselin créée au milieu du 19ème siècle. 

Bibliographie sommaire :


Petit passage en spoiler :
Spoiler:
Les voyelles ont été rapprochées d'exclamations ou de cris pour donner matière aux récits destinés à en rendre l'étude plus agréable. Pour les consonnes, d'après ce que nous avons dit de leur nature, le rapprochement doit se faire avec des bruits qui n'ont plus la netteté des exclamations, mais dont l'imitation amène naturellement à l'émission correcte des articulations de la nature desquelles ils participent.

Ainsi, prenant d'abord les consonnes soutenues, qui sont f, v, r, l, m, s, z, j, elles pourront être présentées comme étant l'imitation par exemple f du bruit que fait entendre le chat fâché quand il jure, v du bruit du vent que produisent les ailes d'une troupe d'oiseaux prenant leur essor. (El. 3 à 8 — Tab. 2, 2 bis)  

Il résulte de là même que l'on doit abandonner dans cette étude non seulement les anciennes dénominations données aux consonnes bé, cé, dé, effe, mais même les nouvelles be, de, fe. La manière de les présenter que nous conseillons a le grand avantage de leur conserver, même prises séparément, la valeur qu'elles ont dans le corps des mots et de faciliter ainsi la syllabation. Il suffit, pour se rendre compte du simple murmure à faire entendre pour produire chaque articulation, de prendre un mot qui commence par l'une d'elles et de le prononcer assez lentement pour que l'effort vocal par lequel on débute soit saisissable par l'oreille avant que le son suivant ne soit formé; exemples : f... aux; v... ent.

Les images affectées à l'étude des consonnes représentent des petits garçons, tandis que les voyelles seront étudiées à l'aide d'images représentant des petites filles. Il y a là un moyen mnémonique accessoire pour les jeunes élèves de se rappeler la nature des éléments phonétiques et de les distinguer en voyelles et consonnes, indépendamment de ce que nous avons dit précédemment du moyen de distinction fondé sur la vocalisation possible pour les voyelles, impossible pour les consonnes.

Le maître procédera à l'enseignement des consonnes par des récits du même genre que ceux qu'il a faits pour les voyelles. Les mots qui résument l'idée du récit en rappelant le phénomène sonore proposé à l'imitation des enfants, contiennent généralement  l'articulation dont il s'agit. S'il en est autrement, le maître fera entrer dans son récit un mot au commencement ou à la fin duquel se trouve la consonne étudiée, afin que l'exemple se trouve naturellement lié à l'explication donnée. Celle recommandation sera observée dans les récits que nous donnons ci-après comme spécimens :


Félix est un vilain taquin. Il y a chez sa maman un beau chat qui empêche les souris de venir manger ce qui se trouve dans le buffet. Félix qui sait bien cela ne devrait pas le tourmenter ;mais souvent, quand le chat s'endort pelotonné sur une chaise, il va lui tirer la queue pour le réveiller. Le chat mécontent le menace de ses griffes et fait entendre ce murmure : fff...

(Amener l'avant-bras, en le ployant, à la position verticale, la main en haut, les doigts repliés, et faire le simulacre du coup de griffe.)

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Sam 26 Avr - 20:41

Oui.
En plus, Gosselin ne présente pas cette prononciation des consonnes comme un préalable à une synthèse phonématique ultérieure. Il s'agit d'analyse.
Et à ceux qui disent qu'on ne peut analyser une syllabe, voilà la solution : il suffit de ralentir le débit !

(Mais j'ai l'impression que Borel-Maisonny ont pas mal repris à Gosselin. C'est pour cela que je n'en ai pas parlé : j'en suis resté à la version la plus récente et la plus usité actuellement.)

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Avr - 21:05

@doctor who a écrit:Oui.
En plus, Grosselin ne présente pas cette prononciation des consonnes comme un préalable à une synthèse phonématique ultérieure. Il s'agit d'analyse.
Et à ceux qui disent qu'on ne peut analyser une syllabe, voilà la solution : il suffit de ralentir le débit !

(Mais j'ai l'impression que Borel-Maisonny ont pas mal repris à Grosselin. C'est pour cela que je n'en ai pas parlé : j'en suis resté à la version la plus récente et la plus usité actuellement.)
Il serait intéressant d'effectuer cette recherche. Reprise ou création originale ?
La question est la même concernant les Alphas.

P.S. spécial Dr Who : d'après la bibliographie dans l'article Wikipedia, Suzanne Borel-Maisonny serait l'auteur d'une Grammaire en images.


_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Avr - 21:28

Je viens de commander Suzanne Borel-Maisonny, Langage oral et écrit vol. I.
Wikipedia "Méthode de lecture Borel-Maisonny" a écrit:La Méthode de lecture de Suzanne Borel-Maisonny est publiée initialement en 1949 puis en 1956 dans le Bulletin mensuel de la Société Alfred Binet sous le nom de Méthode de lecture - Atlas, enfin en 1960 dans le premier volume de Langage oral et écrit. Elle était destinée initialement aux enfants présentant une hypoacousie, une dyslexie ou une dysorthographie. La première partie de cet ouvrage intitulée Lecture comporte un premier chapitre Comment apprendre à lire qui présente la méthode combinée proposée par Suzanne Borel-Maisonny à l'attention "des enfants qui n'apprennent à lire qu'avec peine": représentation spatiale; épellation phonétique; symbolisation gestuelle; notion de nombre et de rythme; écriture.

Le deuxième chapitre Rééducation des dyslexiques comporte l'Atlas des gestes de la méthode de lecture.

Les gestes proposés sont de quatre type : représentatifs d'une forme graphique, d'une forme articulatoire, de l'idée d'écoulement, d'une petite scène (phonomimie).

Cette méthode de lecture dite phonétique et gestuelle a été vulgarisée grâce à l'ouvrage de C. Silvestre de Sacy : Bien lire et aimer lire, Paris, ESF éditeur, régulièrement réédité depuis 1963. En 2008, Yves Blanc a repris cette méthode pour créer des exercices pour préparer les enfants en Grande section de maternelle à la lecture (Bien lire et aimer lire, livre 4 chez ESF éditeur.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Avr - 22:59

http://education.blog.lemonde.fr/2014/04/06/marathon-de-paris-et-niveau-scolaire-tout-va-bien-et-tout-ne-va-pas-bien/#comments

Présentation par Rémi Brissiaud de ces ses textes publiés sur le Café pédagogique :

Rémi Brissiaud a écrit:En matière d’apprentissage de la lecture-écriture, une pratique pédagogique qui s’appuie sur l’état de la science est une pratique qui ne s’interdit pas d’explorer les zones d’ombre de la recherche scientifique. Or la principale de ces zones d’ombres est la façon dont les enfants en arrivent à « entendre » les consonnes alors qu’elle ne sont pas des unités correspondant à des sons. En effet, les consonnes sont seulement des unités d’articulation : elles modifient le son de la vocalique qui les suit ou les précède. Si ce n’était pas le cas, si les consonnes sonnaient, le B-A-BA serait efficace et on voit mal pourquoi les enseignants qui nous ont précédés se seraient compliqué la vie à inventer mille autres approches. [...]

André Ouzoulias appelle « approche classique » de l’apprentissage de la lecture-écriture toute approche qui propose des taches de lecture et/ou d’écriture aux débutants alors que leur réussite nécessiterait qu’ils entendent déjà les consonnes. Il existe évidemment une pluralité d’approches classiques et, ne disposant pas de renseignements suffisants concernant la méthode Schüler, celle qui était préconisée par Ferdinand Buisson, je ne sais pas si celle-ci peut être qualifiée de classique ou non. André Ouzoulias appelle donc « approche alternative » toute approche qui ne propose pas aux débutants de taches dont la réussite nécessiterait qu’ils entendent déjà les consonnes. Une telle approche, au contraire, explicite une progression afin qu’ils les entendent. De même qu’il existe plusieurs approches classiques, il existe vraisemblablement plusieurs approches alternatives, ce que j’ai pris le soin de préciser :

« L’approche alternative qui va être présentée succinctement ici est celle qu’André Ouzoulias a élaborée en théorisant celle de Célestin Freinet ou, plus exactement, celle d’une grande militante Freinet, longtemps responsable du secteur lecture de ce mouvement, Danièle De Keyzer. Cela ne signifie pas qu’il n’en existerait pas d’autres, évidemment, mais l’intérêt de celle-là est qu’André Ouzoulias a fait le travail théorique de la comparer avec l’approche classique concernant la façon dont les enfants s’approprient la graphophonologie. Il est donc possible de rentrer dans un débat de preuves la concernant. »[...]

Je suis persuadé que quiconque souhaite défendre telle ou telle démarche classique ou, au contraire, telle ou telle démarche alternative, n’a pas d’autre choix que d’expliquer scientifiquement comment les enfants, dans le cadre de la démarche qu’il défend, en viennent à penser qu’ils entendent les consonnes alors qu’elles ne sonnent pas.


Dernière édition par Spinoza1670 le Dim 27 Avr - 9:45, édité 1 fois

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par doctor who le Dim 27 Avr - 8:04

@Spinoza1670 a écrit:http://education.blog.lemonde.fr/2014/04/06/marathon-de-paris-et-niveau-scolaire-tout-va-bien-et-tout-ne-va-pas-bien/#comments

Présentation par Rémi Brissiaud de ces textes publiés sur le Café pédagogique :

Rémi Brissiaud a écrit:En matière d’apprentissage de la lecture-écriture, une pratique pédagogique qui s’appuie sur l’état de la science est une pratique qui ne s’interdit pas d’explorer les zones d’ombre de la recherche scientifique. Or la principale de ces zones d’ombres est la façon dont les enfants en arrivent à « entendre » les consonnes alors qu’elle ne sont pas des unités correspondant à des sons. En effet, les consonnes sont seulement des unités d’articulation : elles modifient le son de la vocalique qui les suit ou les précède. Si ce n’était pas le cas, si les consonnes sonnaient, le B-A-BA serait efficace et on voit mal pourquoi les enseignants qui nous ont précédés se seraient compliqué la vie à inventer mille autres approches. [...]

Beaucoup d'exagérations et d'imprécisions chez M. Brissiaud :

> Les consonnes sont bien des unités correspondant à des sons, chevauchant plus ou moins la voyelle précédente ou subséquente, plus ou moins modifiées par elle, mais des sons tout de même.

> Le B-A-BA, méthode d'avant l'école de Jules Ferry, était peu efficace parce que justement, elle ne se souciait pas de faire "sonner" les consonnes. On disait [bé] et [a], et il fallait rabâcher que la synthèse des deux faisait [ba]. En cela, on peut dire que la méthode que promeut Brissiaud est "syllabique" dans le mauvais sens du terme : la seule différence est qu'elle ne donne pas le nom de la consonne.

> Mais Brissiaud vise sans doute les méthodes dites "traditionnelles" de l'école de Jules Ferry quand il parle de B-A-BA. Or, ces méthodes étaient efficaces, parce qu'elles avaient justement rompu avec le dogmatisme d'antan, et s'adressait à l'intelligence de l'enfant en lui expliquant pourquoi "b" suivi de "a" se prononce [ba].

> Les enseignants d'avant les années 60 ont multiplié les méthodes, mais rares étaient celles qui rejetaient le principe de l'explication du son de la syllabe. Je formule l'hypothèse selon laquelle ce qui sépare les méthodes de cette époque est simplement la plus ou moins grande part faite au départ analytique. Chez Schüler, on part du mot, chez Freinet, de la phrase, et dans les méthodes mixtes des années 50, d'un petit stock de motS reconnus globalement. Il ne s'agissait donc pas "d'inventer mille autre approche" mais de tirer les conséquences d'un principe commun, le principe du départ analytique.

Rémi Brissiaud a écrit:Je suis persuadé que quiconque souhaite défendre telle ou telle démarche classique ou, au contraire, telle ou telle démarche alternative, n’a pas d’autre choix que d’expliquer scientifiquement comment les enfants, dans le cadre de la démarche qu’il défend, en viennent à penser qu’ils entendent les consonnes alors qu’elles ne sonnent pas.

Il n'y a pas lieu "d’expliquer scientifiquement comment les enfants en viennent à penser qu’ils entendent les consonnes alors qu’elles ne sonnent pas", puisque les consonnes sonnent, dans les limites de ce que nous avons pu en dire (modifiées par la voyelle, et encore, légèrement).
Brissiaud utilise une formule qui fait un raccourci : il parle de l'audition du son de consonne comme d'une illusion. Je pense qu'il veut dire que l'on "pense entendre les consonnes indépendamment de la voyelle dans laquelle elle est associée.
Le problème est que ce raccourci conditionne toutes ses réflexions subséquentes, à savoir qu'il faut éduquer l'esprit de l'enfant à entendre un son qui n'existe pas, et qu'on ne peut donc pas s'appuyer sur une audition préalable pour ce faire. Bref, il s'agit d'enseigner la lecture aux élèves comme s'ils étaient tous sourds.


Dernière édition par doctor who le Dim 27 Avr - 15:53, édité 1 fois

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Dim 27 Avr - 15:50

Merci pour tes réponses, Bad wolf. Je manque de temps pour participer à l'échange.

Encore un lien : le lien vers l'article du blog de Cédelle qui avait donné lieu dans les commentaires à des échanges similaires sur les phonèmes, les syllabes, etc. :

http://education.blog.lemonde.fr/2012/03/26/la-syllabique-cest-pas-automatique-reflexions-sur-la-lecture-et-lecriture/

Ca en fait de la lecture !

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Ven 2 Mai - 19:34

Je réponds à MD et à Nom d'utilisateur.

citations a écrit:Nom d'utilisateur : "Et concernant le français, qui est l’enjeu du texte : pourquoi n’y a-t-il aucune référence à Nina Catach ? Ses travaux montraient bien que l’on avait non un système, mais plusieurs systèmes."

Michel Delord (sur Interro écrite ici) : "Je ne parlais pas de Nina Catach – mais il se peut que je me trompe car je ne la connais pas bien – car pour le dire vite, mon texte ne vise essentiellement ni l’orthographe ni l’orthographe du français mais le principe alphabétique. Mais j’aurais peut-être dû mentionner le tri-système ne serait-ce pour en dire que, apparemment, ça ne changeait pas mes conclusions. Et là il se peut que je me trompe mais je compte sur votre aide."

MD répond à l'avance à l'objection dans la note 16 de Apprendre à Lire et à Écrire : de l’importance des différents systèmes d’écriture

Note 16 a écrit:Dans son principe : en effet, nous ne traitons ici que du système alphabétique et du principe alphabétique en eux-mêmes, et nous laissons de côté les diverses écritures alphabétiques effectives - de la même manière nous n’avons pas pris en compte supra les écritures syllabiques effectives -, écritures alphabétiques qui peuvent comporter des irrégularités même fortes, mais accidentelles, par rapport à ces principes généraux. Par exemple, le fait qu’en français un même phonème puisse être transcrit par plusieurs graphèmes ne suffit pas à remettre en cause le fait que la lecture et l’écriture de cette langue fonctionnent suivant le principe alphabétique.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par LouisBarthas le Sam 3 Mai - 0:56

Rémi Brissiaud a écrit:En matière d’apprentissage de la lecture-écriture, une pratique pédagogique qui s’appuie sur l’état de la science est une pratique qui ne s’interdit pas d’explorer les zones d’ombre de la recherche scientifique. Or la principale de ces zones d’ombres est la façon dont les enfants en arrivent à « entendre » les consonnes alors qu’elle ne sont pas des unités correspondant à des sons.
Percevoir une consonne, "zone d'ombre de la recherche scientifique" ? Associer une consonne à une voyelle, trou noir de la pratique pédagogique ?
Comment les enfants ont-ils alors réussi à apprendre à lire depuis plus de 3000 ans, quand la "pratique pédagogique" ne s'appuyait pas encore sur "l'état de la science" ?
Et comment font les Arabes, dont la langue est extrêmement riche en consonnes et pauvre en voyelles ? Vers 1100, à Byblos, en Phénicie (le Liban actuel), il y a un alphabet de 22 signes, écrit en lettres linéaires, qui ne note que les consonnes. Le phénicien, comme l'arabe ou l'hébreu, est une langue qui n'écrit pas les voyelles.

« Les consonnes sont des bruits de frottement ou d'explosion produits par le souffle qui, portant ou non les vibrations des cordes vocales, rencontre dans la bouche divers obstacles résultant de la fermeture ou du resserrement des organes. »
Grevisse

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?

Message par Spinoza1670 le Dim 11 Mai - 12:02

Suzanne Borel-Maisonny, Langage oral et écrit, Delachaux et Niestlé, 1966, 3e édition.
Tome 1 : Pédagogie des notions de base.

N'est présenté que ce qui concerne directement la lecture, c'est-à-dire la première partie de l'ouvrage. Manquent donc les parties sur l'orthographe, l'écriture et le calcul.


Voir http://manuelsanciens.blogspot.com/2014/05/borel-maisonny-langage-oral-et-ecrit.html

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum