Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par Malaga le Ven 9 Mai 2014 - 5:59

@John a écrit:
C'était les programmes de 1996 :
- En 5e, on étudiait l'Afrique, l'Asie et les Amériques (avec des exemples, le Maghreb, l'Inde, la Chine et le Brésil).
- En 4e, on étudiait l'Europe (avec 3 sur 4 : le Royaume-Uni, un pays méditerranéen (Italie ou Espagne le plus souvent si mes souvenirs sont bons), la Russie et l'Allemagne, cette dernière était obligatoire).
- En 3e, c'était les puissances mondiales (UE- USA - Japon + la France).
En 3e, il fallait aussi étudier la région de France à laquelle le collège appartenait professeur
C'était au temps où le brevet était académique, donc il pouvait y avoir des questions sur l'académie. 


Pour les programmes de 1996, on étudiait la France en 4e de mémoire. C'est dans ce cadre-là qu'on devait étudier la région dans laquelle se trouve l'établissement, non ?

@Collier de Barbe a écrit:
@Cyrana a écrit:Ce qu'il me reste (en vrac et en 5 minutes) de l'épistémologie de la géographie et j'en ai malheureusement bien trop oublié :
- d'une science naturelle en quelque sorte à une science de l'espace : contestation de la géographie classique (vidalienne) et naissance de la "nouvelle géographie" quantitative dans la seconde moitié du XXème qui se voulait plus rigoureuse : on peut penser à la modélisation, à l'analyse spatiale, à la systémique (notion de géosystème de Gorges Bertrand), à la chorématique de Roger Brunet
- dans le sillage de la nouvelle géo, en réaction à un "tout quantitatif", la géographie sociale et la géographie culturelle, sans oublier la géographie post-moderne
- j'ai aussi eu droit à la géographie des représentations, la géopolitique avec Lacoste, la géographie appliquée (dès Phlipponneau, années 1960), la "radical geography" des anglo-saxons

> Donc une géographie plurielle traversée par de nombreuses interrogations et en constant renouvellement.


Oui c'est bien ça que je lui reproche ça part dans tous les sens, ça n'a queue ni tête. Franchement, les chorèmes de Brunet...mais au secours!


Les chorèmes de Brunet, je te l'accorde, au secours !  Very Happy 

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par DerMax le Ven 9 Mai 2014 - 10:40

Personellement ce qui me gène avec le capes c'est qu'on doit se faire un master 2 enseignement qui contient du disciplinaire (enfin quand les réformes ne changent pas) ce qui nous rapprochait du système belge sans concours sauf que derrière on a du concours.
En ESD je me souviens être tombé sur "la sensibilité poétique a-t-elle sa place dans la science géographique" où l'on voulait que je parle de géopoétique. J'ai eu 2 sachant que derrière le sympathique monsieur qui avait réalisé le sujet a contesté mes définitions de poésie/poème (alors que je lui ai expliqué avec toutes les courbettes possibles que j'étais prof en LP et que les définitions que je donnais étaient soit celles des BO soit celles des manuels "scientifiques" de lettres). Bref, l'ESD j'étais au point en histoire et géo mais quand tu as ce genre de sujet faudra m'expliquer si on cherche vraiment à recruter...


Dernière édition par DerMax le Jeu 24 Juil 2014 - 15:36, édité 1 fois

DerMax
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par Condorcet le Ven 9 Mai 2014 - 11:46


_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par PauvreYorick le Ven 9 Mai 2014 - 12:03

@Malaga a écrit:
@Collier de Barbe a écrit: Franchement, les chorèmes de Brunet...mais au secours!
Les chorèmes de Brunet, je te l'accorde, au secours !  Very Happy 
Ah, voilà quelque chose qu'on a prétendu me faire assimiler quand j'étais en classe de seconde. Nous autres élèves étions... dubitatifs.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par Cyrana le Ven 9 Mai 2014 - 20:02

@Collier de Barbe a écrit:
@Cyrana a écrit:Ce qu'il me reste (en vrac et en 5 minutes) de l'épistémologie de la géographie et j'en ai malheureusement bien trop oublié :
- d'une science naturelle en quelque sorte à une science de l'espace : contestation de la géographie classique (vidalienne) et naissance de la "nouvelle géographie" quantitative dans la seconde moitié du XXème qui se voulait plus rigoureuse : on peut penser à la modélisation, à l'analyse spatiale, à la systémique (notion de géosystème de Gorges Bertrand), à la chorématique de Roger Brunet
- dans le sillage de la nouvelle géo, en réaction à un "tout quantitatif", la géographie sociale et la géographie culturelle, sans oublier la géographie post-moderne
- j'ai aussi eu droit à la géographie des représentations, la géopolitique avec Lacoste, la géographie appliquée (dès Phlipponneau, années 1960), la "radical geography" des anglo-saxons

> Donc une géographie plurielle traversée par de nombreuses interrogations et en constant renouvellement.


Oui c'est bien ça que je lui reproche ça part dans tous les sens, ça n'a queue ni tête. Franchement, les chorèmes de Brunet...mais au secours!

Comment peut-on reprocher à une discipline de s'interroger sur ses concepts, sur ses méthodes, sur ses pratiques, sur ses missions ?
Si l'on considère que la géo part dans tous les sens, comment considérer l'épistémologie de l'histoire ? Et je n'ai rien du tout, mais absolument rien du tout contre l'épistémologie de l'histoire, au contraire, le peu que j'en ai fait m'a aussi beaucoup intéressé.

En ce qui concerne Brunet, ce n'est à mon sens pas sa chorématique qui pose problème, pas sa réflexion sur l'existence ou non de lois de l'espace, mais bien l'usage qui en a été fait sans réflexion en croyant que le Graal avait été trouvé. La chorématique de Brunet est intéressante et il a réalisé des modèles qui sont très pertinents et qu'on utilise très fréquemment sans le savoir. Sauf que oui effectivement la mode du tout chorématique qui a existé, qui était excessive et qu'on a voulu appliquer à tout a détruit aux yeux de beaucoup son intérêt.

Cyrana
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par AnaximandredeMillet le Lun 21 Juil 2014 - 19:51

@Collier de Barbe a écrit:Je suis un Anti-géographe primaire même si j'ai connu des géographes formidables (JL Tissiee, R. le Goix) l'absence d'epistemologie de cette discipline est assez confondant quand même.
Enfin ce que l'on en fait au lycée est terrifiant: célébration de la mondialisation, célébration de la France...aucun rapprochement avec la socio ou l'histoire!
Pensez que pour le programme de 1ère (a 80% sur la France) on peinerait à trouver mentionner mention de la crise, du chômage ou de la désindustrialisation...
Cette géographie là m'ennuie terriblement.Oui c'est bien ça que je lui reproche ça part dans tous les sens, ça n'a queue ni tête. Franchement, les chorèmes de Brunet...mais au secours!


En effectuant une recherche sur le thème de « l'avenir de l'enseignement de la géographie au collège et au lycée », j'ai découvert cette discussion.
Je suis abasourdi de cet aplomb, de ce panache avec lequel certains collègues évoquent, et dénigrent, une discipline qu'ils enseignent à travers l'ornière des programmes du Secondaire.
« Pas d'épistémologie en géographie » , « Ca part dans tous les sens  », « Aucun rapprochement avec la sociologie ou l'histoire  », « Apologie de la mondialisation » ... Quel florilège ! C'est un vrai festival !
Peut-on réduire toute la pensée historique au seul positivisme de Charles Seignobos ?
Alors, pourquoi confondre systématiquement la Géographie à Roger Brunet ?
De même, comment résumer Roger Brunet et son apport épistémologique à ses seuls chorèmes ?
Ces réductions simplistes et caricaturales servent souvent de poil à gratter à des « anti-géographes primaires », et fiers de l'être !

Je suis professeur d'histoire-géographie, géographe de formation, passionné de géographie et... d'histoire.
Chaque jour, j'en apprends davantage sur le Monde en explorant toujours plus loin les territoires de ces deux disciplines aux frontières si contiguës si distantes.
La soif de connaissance, le goût de transmettre,et surtout, une profonde humilité, me guident à chaque cours.

Je reste, estomaqué, par ce message.

AnaximandredeMillet
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par Gryphe le Lun 21 Juil 2014 - 20:13

@AnaximandredeMillet a écrit:« Pas d'épistémologie en géographie » , « Ça part dans tous les sens  »
J'ai arrêté d'enseigner il y a quelques années mais j'avais fait un mémoire de maîtrise de géographie précisément sur un point d'épistémologie dans les années 1990 ; en revanche, je peux comprendre que pour un historien, la géographie semble manquer d'"unité" et de ligne directrice. Le côté "ça part dans tous les sens" était en tout cas très tangible durant mes études il y a une vingtaine d'années.
Même si les débats historiographiques peuvent être forts, j'ai l'impression que la discipline "histoire" est quand même plus facile à définir que la discipline "géographie".

Bienvenue sur le forum, n'hésite pas à aller découvrir les autres rubriques.  Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par Collier de Barbe le Lun 21 Juil 2014 - 21:05

Allons, allons Anaximandre, ne pleurez pas.
Je continue à faire mon quota d'heure en géographie. Mes remarques corrosives visent essentiellement la géographie de l'enseignement secondaire qui est assez médiocre. Celle de l'université c'est très différent.

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les associations d'historiens réclament le maintien de quatre questions d'histoire au programme du Capes.

Message par pedro771 le Lun 21 Juil 2014 - 23:04

Oui, à ce titre l'épistémologie en géographie a fait un bond ces dernières années. Je regrette quand même que la géo enseignée soit encore très loin de celle pratiquée dans les labos et les amphis de fac.

pedro771
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum