Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
gwendolyne
Niveau 8

(1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par gwendolyne le Jeu 8 Mai 2014 - 19:51
Bonsoir.

Ma dernière séquence de l'année (ouf !) va porter sur l'objet d'étude "Question de l'homme" et devrait consister en un GT autour des idées de progrès et de science(s). Ma problématique s'interrogerait sur les relations entre l'homme et le(s) savoir(s) et j'aimerais pouvoir étudier un, voire deux textes du 18ème, car ma progression n'en comporte aucun ou presque 😢 en tout cas, aucun en LA. Mais j'ai beau chercher, du côté de Diderot et de Voltaire notamment, je ne trouve rien d'intéressant et de cohérent à étudier. Qui aurait des idées ?
Merci de votre aide. fleurs2

_________________
"Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes." Oscar Wilde
avatar
Kilmeny
Guide spirituel

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par Kilmeny le Ven 9 Mai 2014 - 8:52
La Dent en or de Fontenelle ? (mais il est un peu antérieur)

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1
avatar
Li-Li
Neoprof expérimenté

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par Li-Li le Ven 9 Mai 2014 - 8:59
Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient de Diderot? Intéressant sur la réflexion des sciences et de la foi.
avatar
gwendolyne
Niveau 8

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par gwendolyne le Ven 9 Mai 2014 - 10:02
Ah oui, merci, je n'avais pas pensé à ces textes, je vais les regarder de plus près.

_________________
"Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes." Oscar Wilde
avatar
Kilmeny
Guide spirituel

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par Kilmeny le Ven 9 Mai 2014 - 10:08
Tu devrais aussi trouver chez D'Alembert

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1
User17706
Enchanteur

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par User17706 le Ven 9 Mai 2014 - 10:08
En s'en tenant aux auteurs majeurs, on peut chercher aussi dans le Discours préliminaire que d'Alembert a composé pour l'Encyclopédie, même si c'est peut-être un peu technique; et, mais dans un esprit bien différent, dans le Discours sur les sciences et les arts de Rousseau.

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
avatar
gwendolyne
Niveau 8

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par gwendolyne le Ven 9 Mai 2014 - 10:32
Merci Yorick et Kilmeny, j'ai déjà cherché du côté de D'alembert et dans le Discours sur les sciences et les arts de Rousseau, mais sans succès jusqu'à présent. C'est pour des STMG, par conséquent, je ne dois pas non plus taper dans des textes trop difficiles...

_________________
"Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes." Oscar Wilde
avatar
gwendolyne
Niveau 8

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par gwendolyne le Ven 9 Mai 2014 - 10:40
Ah, je pense avoir trouvé un texte, il s'agit d'un passage de l'Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain de Condorcet. Mais bon, en LA avec des STMG, je doute heu 

Je le copie en dessous s'il intéresse quelqu'un :

Nos espérances sur les destinées futures de l’espèce humaine peuvent se réduire à ces trois question : la destruction de l’inégalité entre les nations ; les progrès de l’égalité dans un même peuple : enfin le perfectionnement réel de l’homme.
Toutes les nations doivent-elles se rapprocher un jour de l’état de civilisation où sont parvenus les peuples les plus éclairés, les plus libres, les plus affranchis de préjugés, les Français et les Anglo-américains ? Cette distance immense qui sépare ces peuples de la servitude des Indiens de la barbarie des peuplades africaines, de l’ignorance des sauvages, doit-elle peu à peu s’évanouir ?
Y a-t-il sur le globe des contrées dont la nature ait condamné les habitants à ne jamais jouir de la liberté, à ne jamais exercer leur raison ?
Cette différence de lumières, de moyens ou de richesses, observée jusqu’à présent chez tous les peuples civilisés entre les différentes classes qui composent chacun d’eux ; cette inégalité, que les premiers progrès de la société ont augmentée, et pour ainsi dire produite, tient-elle à la civilisation même, ou aux imperfections actuelles de l’art sociale ? Doit-elle continuellement s’affaiblir pour faire place à cette inégalité de fait, dernier but de l’art social, qui, diminuant même les effets de la différence naturelle des facultés, ne laisse plus subsister qu’une inégalité utile à l’intérêt de tous, parce qu’elle favorisera les progrès de la civilisation, de l’instruction et de l’industrie, sans entraîner ni dépendance, ni humiliation, ni misère ; en un mot, les hommes approcheront-ils de cet état où tous auront les lumières nécessaires pour se conduire d’après leur propre raison dans les affaires communes de la vie, et la maintenir exempte de préjugés, pour bien connaître leurs droits et les exercer d’après leur opinion et leur conscience ; où tous pourront, par le développement de leurs facultés, obtenir des moyens sûrs de pourvoir à leurs besoins ; où, enfin, la stupidité et la misère ne seront plus que des accidents, et non l’état habituel d’une portion de la société ?
Enfin, l’espèce humaine doit-elle s’améliorer, soit par de nouvelles découvertes dans les sciences et dans les arts, et, par une conséquence nécessaire, dans les moyens de bien-être particulier et de prospérité commune ; soit par des progrès dans les principes de conduite et dans la morale pratique ; soit enfin par le perfectionnement réel des facultés intellectuelles, morales et physiques, qui peut être également la suite, ou de celui des instruments qui augmentent l’intensité et dirigent l’emploi de ces facultés, ou même de celui de l’organisation naturelle ?
En répondant à ces trois questions, nous trouverons, dans l’expérience du passé, dans l’observation des progrès que les sciences, que la civilisation ont faits jusqu’ici, dans l’analyse de la marche de l’esprit humain et du développement de ses facultés, les motifs les plus forts de croire que la nature n’a mis aucun terme à nos espérances.
Si nous jetons un coup d’œil sur l’état actuel du globe, nous verrons d’abord que, dans l’Europe, les principes de la Constitution française sont déjà ceux de tous les hommes éclairés. Nous les y verrons trop répandus, et trop hautement professés, pour que les efforts des tyrans et des prêtres puissent les empêcher de pénétrer peu à peu jusqu’aux cabanes de leur esclavage ; et ces principes y réveilleront bientôt un reste de bon sens, et cette sourde indignation que l’habitude de l’humiliation et de la terreur ne peut étouffer dans l’âme des opprimés.
En parcourant ensuite ces diverses nation, nous verrons dans chacune quels obstacles particuliers elle oppose à cette révolution, ou quelles dispositions la favorisent ; nous distingueront celles où elle doit être doucement amenée par la sagesse peut-être tardive de leurs gouvernements, et celles où, rendue plus violente par leur résistance, elle doit les entraîner eux-mêmes dans des mouvements terribles et rapides.
Peut-on douter que la sagesse ou les divisions insensées des nations européennes, secondant les effets lents, mais infaillibles, des progrès de leurs colonies, n’amènent bientôt l’indépendance du nouveau monde ? Et dès lors, la population européenne pendant les accroissements rapides sur cette immense territoire, ne doit-elle pas civiliser ou faire disparaître, même sans conquête, les nations sauvages qui y occupent encore de vastes contrées ?
Parcourez l’histoire de nos entreprises, de nos établissements en Afrique ou en Asie ; vous verrez nos monopoles de commerce, nos trahisons, notre mépris sanguinaire pour les hommes d’une autre couleur ou d’une autre croyance ; l’insolence de nos usurpations, l’extravagant prosélytisme ou les intrigues de nos prêtres détruire ce sentiment de respect et de bienveillance que la supériorité de nos lumières et les avantages de notre commerce avaient d’abord obtenu.
Mais l’instant approche sans doute où, cessant de ne leur montrer que des corrupteurs et des tyrans, nous deviendrons pour eux des instruments utiles, ou de généreux libérateurs.


_________________
"Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes." Oscar Wilde
cliohist
Habitué du forum

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par cliohist le Ven 9 Mai 2014 - 11:43
Pas de texte, mais l'entrée Science dans l'expo de la BNF sur Les Lumières
http://expositions.bnf.fr/lumieres/
voir aussi les pistes pédagogiques,
http://expositions.bnf.fr/lumieres/pedago/00.htm

En 2013, Diderot a été sur le devant de la scène :
http://clioweb.canalblog.com/tag/diderot2013

"L'Encyclopédie a rendu pensable une rupture", Roger Chartier dans Le Monde des livres, 14.01.2010
http://www.lemonde.fr/livres/article/2010/01/14/roger-chartier-l-encyclopedie-a-rendu-pensable-une-rupture_1291553_3260.html





avatar
gwendolyne
Niveau 8

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par gwendolyne le Ven 9 Mai 2014 - 11:50
Merci Cliohist pour ces précieuses infos  fleurs 

_________________
"Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes." Oscar Wilde
avatar
arcovm
Niveau 5

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par arcovm le Ven 9 Mai 2014 - 16:52
Micromégas?
kris
Niveau 6

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par kris le Dim 11 Mai 2014 - 22:04
pourquoi ne pas faire l'arrivée à l'Eldorado avec le palais des sciences et la construction de la machine dans Candide?
ou Voltaire, Le mondain?
avatar
gwendolyne
Niveau 8

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par gwendolyne le Lun 12 Mai 2014 - 6:49
Ah oui, Micromégas ou Le Mondain, merci ! si avec tout ça, je ne trouve pas.

_________________
"Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes." Oscar Wilde
Contenu sponsorisé

Re: (1ère) Quel texte des Lumières sur la science et/ou le progrès ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum