Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Bernard Egger (APMEP) : "Il manque envi­ron 1500 ensei­gnants de mathé­ma­tiques en France".

par John le Lun 12 Mai 2014 - 15:42
Le Capes de mathématiques est-il trop exigeant ?

Non, il l'est même un peu moins qu'à des périodes où il y avait beau­coup plus de can­di­dats. Le jury ne veut pas que le concours soit acces­sible à un niveau trop faible. Il n'y a pas de baisse de niveau signi­fi­ca­tive et c'est plu­tôt une bonne chose. Simplement, le Capes reste un concours, il faut donc se clas­ser. Le pro­blème c'est qu'il faut assu­rer des postes devant les élèves. Et comme il manque d'ores et déjà envi­ron 1500 ensei­gnants de mathé­ma­tiques en France, il y a un recru­te­ment assez impor­tant de contrac­tuels, dont beau­coup ne sont pas spé­cia­listes en mathématiques.
Pourquoi le métier de pro­fes­seur de mathé­ma­tiques est-il plus tou­ché que d'autres spé­cia­li­tés par une crise des vocations ?

Il ne s'agit pas d'une crise des voca­tions. Tous les métiers de l'enseignement sont tou­chés actuel­le­ment par une désaf­fec­tion des can­di­dats, y com­pris dans le pre­mier degré puisque plus de 800 postes n'ont pas été pour­vus. Avec la mas­té­ri­sa­tion , le diplôme d'enseignant ne peut être obtenu qu'à bac +5. Auparavant, les can­di­dats pou­vaient accé­der au métier avec une licence et être rému­né­rés à par­tir de là. Attendre bac +5 sans savoir si on va décro­cher le concours, c'est très ris­qué. Ce qui rend les choses encore un peu plus dif­fi­ciles en maths, c'est qu'à bac +5, l'offre de métiers est très large. Quelqu'un qui arrive à ce niveau de for­ma­tion a ten­dance à choi­sir des métiers répu­tés plus faciles et mieux payés. Le para­doxe, c'est qu'après une car­rière dans le mar­ke­ting ou la finance par exemple, beau­coup reviennent vers les concours de l'enseignement à l'âge de 40–45 ans, car ils s'aperçoivent que l'échéance 50–55 ans consti­tue un obs­tacle dans le privé : les cadres sont trop sou­vent mis sur la touche à cet âge.
http://www.vousnousils.fr/2014/05/12/capes-de-mathematiques-il-n%E2%80%99y-a-pas-de-crise-des-vocations-553354

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
wanax
Fidèle du forum

Re: Bernard Egger (APMEP) : "Il manque envi­ron 1500 ensei­gnants de mathé­ma­tiques en France".

par wanax le Lun 12 Mai 2014 - 17:37
avatar
arcovm
Niveau 5

Re: Bernard Egger (APMEP) : "Il manque envi­ron 1500 ensei­gnants de mathé­ma­tiques en France".

par arcovm le Lun 12 Mai 2014 - 18:56
Merci Wanax, oui c'est passionnant et cela montre que, non, nous ne sommes pas de "gros fainéants qui pleurnichons tout le temps sur nous-mêmes", ainsi qu'on peut le lire dans les commentaires d'abrutis concernant les articles de presse en ligne sur l'EN, ses professeurs, etc.... (cf. commentaires des lecteurs en ligne du Monde, du Point, du Nouvelobs... Toujours les mêmes rengaines!
Au moins ce rapport établit des faits... qui nous donnent rarement tort, finalement, sur la perception que nous avons de notre métier.
Maintenant, ce que cela peut changer... heu 
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum