La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par florestan le Mar 20 Mai 2014, 08:36

@grandesvacances a écrit:Question aux spécialistes : à l'origine, cette "journée de la jupe" n'était-elle pas destinée aux jeunes filles qui ne se permettaient pas d'autres tenues que le survêt informe par peur d'être traitées de salopes par les garçons de leur entourage ? Ne s'agissait-il pas simplement de les encourager à s'émanciper du jugement d'autrui ? Et dans cette hypothèse il n'était pas question de proposer la jupe aux garçons, si mes souvenirs sont bons...

Ce que tu évoques c'est une référence au "film" (que je trouve nullissime) pas à cette action même si cette dénomination vient de là.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par grandesvacances le Mar 20 Mai 2014, 08:43



Dernière édition par grandesvacances le Mar 20 Mai 2014, 12:15, édité 1 fois (Raison : Ajout du lien)

grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par ddav le Mar 20 Mai 2014, 12:04

@Tristana a écrit:
@ddav a écrit:
@Tristana a écrit:

Non non : il n'y a pas de match nul possible. Les extrémistes ne peuvent certainement pas être comparés à un rectorat, quelle qu'ait été la faute dudit rectorat (pour moi il n'y en a aucune).

Il y a malheureusement beaucoup plus que le rectorat : MJS, LDH, FIDL, etC .. ce qui révèle que l'affaire est largement politisée et n'a rien à voir avec un "mouvement spontané". C'est ca qui est dommage car cela décrédibilise la démarche.

Mais bien sûr que c'est une affaire politique. Ce qui ne change pas le fait que c'est une initiative pensée par des lycéens — qui peuvent, aussi étrange que ça puisse paraître, être eux-mêmes politisés. Etonnant, non ?

Cette politisation est inacceptable : je suis étonné que vous cautionniez cela.  heu Ou alors vous ne pouvez dénoncer qu'il y  ait une réaction par ailleurs sur le terrain politique : on ne peut pas avoir le petit beurre et l'argent du petit beurre.

Et je ne parle pas de l'expression individuelle de convictions de lycéens qui ont le droit d'avoir leur avis (quoi que vu la vidéo que j'ai postée on peut se demander s'ils ont juste réfléchi 5 min ou s'ils ont simplement lu un tract PS ...), mais bien d'un endoctrinement par la structure même (rectorat) qui est censée leur permettre de se faire un jugement indépendant .. n'y a t il pas une contradiction entre les discours et la réalité ?

Et pour aller plus loin, cette politisation n'est elle pas justement la mort de l'école publique qui se doit d'être impartiale ? J'ai vu passer des posts scandalisés sur la non revalorisation du point et la volonté plus ou moins assumée du gouvernement (PS ou non) de laisser crever l'école républicaine au profit de l'école privée : mais n'est ce pas la politisation des enseignants (voire des enseignements, avis aux PE d'histoire Smile...) qui fait que le corps professoral est décrédibilisé vis à vis du grand public qui laissera faire cette déconstruction de l'école ?

Quant au fond je rejoins simplement Jules & Moonchild qui ont tout dit sur la fausse barbe de cette jupe en période de théorie du genre à toutes les sauces :

@Moonchild a écrit:
Jules Ferry a écrit:Si parfois vous étiez embarrassé pour savoir jusqu'où il vous est permis d'aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir : avant de proposer à vos élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s'il se trouve, à votre connaissance, un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu'il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire ; sinon, parlez hardiment, car ce que vous allez communiquer à l'enfant, ce n'est pas votre propre sagesse, c'est la sagesse du genre humain, c'est une de ces idées d'ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l'humanité. Si étroit que vous semble, peut-être, un cercle d'action ainsi tracé, faites-vous un devoir d'honneur de n'en jamais sortir, restez en deçà de cette limite plutôt que de vous exposer à la franchir : vous ne toucherez jamais avec trop de scrupule à cette chose délicate et sacrée, qui est la conscience de l'enfant.
Tu as raison, Jules !

Ce n'est pas à l'école de s'immiscer dans l'éducation, elle doit être neutre.

ddav
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par ddav le Mar 20 Mai 2014, 12:20

@Collier de Barbe a écrit:Les deux m'insupportent et méritent d'être combattus.
On a effectivement le même travail à faire face à l intégrisme musulman que l'on a entamé dès la fin du XIXème siècle dans notre pays contre le "cléricalisme". Pour "le peu d'influence" des cathos intégristes les 6 mois d'horreur du 1er semestre 2013 où l'Eglise a appelé ouvertement a la manif, ouvrant toutes les vannes de l'homophobie...

Est ce homophobe que de manifester pacifiquement contre une loi ... ?

Quant aux agressions soit disant "homophobes" il faut dégager le vrai du faux car le fameux Wilfried qui avait fait couler tant d'encre avec sa photo était en fait un mystificateur militant victime de la "diversité" d'une certaine nature déjà évoquée dans ces posts.
De plus les stats de l'homophobie sont fournies par les assoc militantes elles mêmes donc sujettes à caution, d'autant plus qu'elles y ajoutent maintenant les personnes qui contestent le mariage homo, ce qui fait exploser les stats.

ddav
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Tristana le Mar 20 Mai 2014, 13:22

@Moonchild a écrit:L'action n'est certes pas très radicale, mais l'idéologie sous-jacente l'est davantage que la classique lutte contre les discriminations faites aux femmes.
Ensuite une initiative citoyenne qui est relayée par l'Académie de Nantes et avec le logo du Ministère de l'Education Nationale (CF dossier de presse), à l'arrivée ça devient une initiative officielle. Vous pouvez botter en touche sur cette différence de pure forme, mais la démarche de fond est la même dans les deux cas.
Et puisque cette initiative laisse la part belle au concept du genre, alors il faut que le Ministère abandonne ses fumeuses dénégations, qu'il assume clairement sa décision de favoriser son entrée - par la petite porte - dans l'enseignement en dépit des oppositions et des réserves que cela soulève y compris en dehors de la cathosphère.
Enfin, je citerai un extrait d'une vieille lettre désuète écrite par un certain Jules Ferry :
Jules a écrit:Si parfois vous étiez embarrassé pour savoir jusqu'où il vous est permis d'aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir : avant de proposer à vos élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s'il se trouve, à votre connaissance, un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu'il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire ; sinon, parlez hardiment, car ce que vous allez communiquer à l'enfant, ce n'est pas votre propre sagesse, c'est la sagesse du genre humain, c'est une de ces idées d'ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l'humanité. Si étroit que vous semble, peut-être, un cercle d'action ainsi tracé, faites-vous un devoir d'honneur de n'en jamais sortir, restez en deçà de cette limite plutôt que de vous exposer à la franchir : vous ne toucherez jamais avec trop de scrupule à cette chose délicate et sacrée, qui est la conscience de l'enfant.

La lettre est bien mignonne mais une fois de plus, elle est hors sujet : ce n'est pas parce que le rectorat a mis son tampon que cela change la réalité. L'initiative n'est pas du fait du ministère, elle a été pensée par les élèves, elle n'était nullement obligatoire, et donc, il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour la "conscience de l'enfant" (je me permets quand même de préciser qu'on parle de lycéens, dont certains sont majeurs : c'est mignon d'évoquer un texte de Jules Ferry qui évoque probablement des enfants, des vrais, qui ont donc 10 ans de moins que ceux qui ont participé à cette journée).
Et puis révisez votre vocabulaire : on parle d'anti-sexisme, pas de lutter uniquement contre les discriminations faites aux femmes. Vous avez quelques amis anti-féministes sur ce forum qui se plaignent de ce qu'on considère toujours les femmes comme les seules victimes : cela devrait vous rassurer de constater qu'aujourd'hui, on considère aussi que les hommes peuvent être victimes de sexisme, et que eux aussi ont besoin d'être défendus.

@Moonchild a écrit:
@Tristana a écrit:C'est une initiative qui date de 2006.
Comment peut-on prétendre qu'elle a été inventée pour exciter la manif pour tous, à part en étant de mauvaise foi ?
Etait-il question dès 2006 d'inviter les garçons à porter une jupe ou ça a évolué avec le temps ? La communication académique était-elle aussi explicite dès le départ quant à l'ouverture sur la question du genre ?

Le lien du Figaro posté plus haut résume assez bien la chose : à l'origine c'étaient des lycéennes qui avaient pensé à cette initiative, mais je me souviens très bien que dès les années qui ont suivi, les garçons s'y sont prêtés de bonne grâce et spontanément (enfin, dans certains établissements), avant tout pour apporter leur soutien à leurs collègues féminines. Quant à la communication académique, je ne m'en souviens pas, je sais simplement qu'il n'y avait pas, comme aujourd'hui, des débats organisés pour discuter de cette question, ce que je trouve être une très bonne idée.

@Moonchild a écrit:
@Tristana a écrit:Bon, et j'édite pour rajouter que ce serait bien que Moonchild me réponde lorsque je lui dis qu'il serait horrifié qu'on réclame de ménager les extrémistes si ceux-ci étaient musulmans.
Tout d'abord, je suis rarement horrifié ; en revanche je suis souvent consterné.

Ensuite je vous avais indirectement répondu : en dépit de leurs soubresauts médiatiques de ces derniers mois (ce sont de bons clients pour les arènes de la société du spectacle), en France, les cathos intégristes sont culturellement marginalisés, ringardisés, ridiculisés ; ils n'ont plus aucune influence réelle sur la société en dehors de leur minuscule pré-carré et il n'y a aucun risque à les critiquer avec virulence. Bref, on les a atomisés, façon puzzle. D'une certaine manière, ce sont presque nos aborigènes à nous, peut-être moins alcooliques mais sans doute plus consanguins. Le seul risque serait à la rigueur que l'empressement que montrent les "progressistes" à faire passer des mesures sociétales polémiques ne finisse par leur accorder par ricochet une certaine sympathie auprès de l'opinion publique ; mais ce sont devenus de tels épouvantails que je doute qu'un mouvement d'ampleur soit possible.

De leur côté, les extrémistes musulmans sont, sur notre territoire comme ailleurs, de plus en plus revendicatifs et influents ; les événements récents nous ont prouvé qu'ils bénéficient auprès d'une certaine jeunesse d'un vivier démographique potentiel sans commune mesure avec celui des cathos tradis et il faut bien reconnaître qu'aujourd'hui, il est beaucoup plus facile de se ramasser une fatwa sur la tronche que de provoquer une inquisition. En plus, par un mélange d'angélisme, de crainte de porter atteinte aux libertés individuelles et de culpabilité post-coloniale, notre société est quasiment paralysée face à l'évolution de l'islam radical. Après s'il faut prétendre que les deux religions représentent actuellement la même menace uniquement pour verser une caution à l'anti-racisme...  Rolling Eyes

Je n'ai absolument rien demandé concernant la "menace" (je vous laisse assumer l'emploi de ce terme que je n'ai jamais utilisé) des uns et des autres ; je trouve simplement surprenant que ces pauvres extrémistes catholiques qui, selon vous, n'intéressent personne, n'ont aucune influence, vous poussent malgré tout à réclamer que ces méchants du rectorat qui n'ont que le "djendeur" en tête ne les provoquent pas, ces pauvres petits. Mais s'ils ne gênent personne, pourquoi alors leur faire gagner du terrain, pourquoi les ménager ?

@ddav a écrit:Cette politisation est inacceptable : je suis étonné que vous cautionniez cela.  heu Ou alors vous ne pouvez dénoncer qu'il y  ait une réaction par ailleurs sur le terrain politique : on ne peut pas avoir le petit beurre et l'argent du petit beurre.

Premièrement, rien n'interdit aux lycéens d'être politisés, ils ont même des syndicats qui le leur permettent, oui oui, et ils ont le droit d'adhérer aux MJS ou à tout autre mouvement si ça leur chante. Donc non, la politisation d'un mouvement lycéen ne me choque pas le moins du monde.
Et je ne dénonce pas la réaction politique : je dénonce la réaction religieuse. Là encore, on voit bien qu'on emploie toujours le vocabulaire que l'on veut en fonction de l'adversaire : ce seraient des islamistes on parlerait de la religion qui n'a pas sa place dans la sphère publique, mais là, tranquille, ce sont des cathos, donc transformons leur combat religieux en un combat politique. Désolée mais ça ne passe pas. Wink 

@ddav a écrit:Et je ne parle pas de l'expression individuelle de convictions de lycéens qui ont le droit d'avoir leur avis (quoi que vu la vidéo que j'ai postée on peut se demander s'ils ont juste réfléchi 5 min ou s'ils ont simplement lu un tract PS ...), mais bien d'un endoctrinement par la structure même (rectorat) qui est censée leur permettre de se faire un jugement indépendant .. n'y a t il pas une contradiction entre les discours et la réalité ?

Si c'est endoctriner les élèves que de les encadrer et de leur proposer des débats autour d'une journée qu'ils ont organisée eux-mêmes, et qui n'est obligatoire pour personne, alors d'accord, il y a endoctrinement. Mais je crains que vous n'ayez besoin d'un dictionnaire.

@ddav a écrit:Et pour aller plus loin, cette politisation n'est elle pas justement la mort de l'école publique qui se doit d'être impartiale ? J'ai vu passer des posts scandalisés sur la non revalorisation du point et la volonté plus ou moins assumée du gouvernement (PS ou non) de laisser crever l'école républicaine au profit de l'école privée : mais n'est ce pas la politisation des enseignants (voire des enseignements, avis aux PE d'histoire Smile...) qui fait que le corps professoral est décrédibilisé vis à vis du grand public qui laissera faire cette déconstruction de l'école ?

Si le corps professoral est décrédibilisé vis-à-vis du grand public, ce n'est pas parce qu'il y a des journées de débats intelligents autour de l'anti-sexisme comme ça a été le cas à Nantes récemment, mais bien parce qu'il semble ne plus faire son métier (c'est-à-dire apporter des savoirs aux élèves). La mauvaise image des enseignants n'a strictement rien à voir avec ce genre d'initiatives, et vous le savez très bien.
Par ailleurs, l'école publique accueille déjà des militants anti-racisme, anti-homophobie, pour la sécurité routière, qui proposent des messages de prévention face aux dangers de la drogue ou du sexe sans protection... et c'est parce qu'on va parler anti-sexisme (lors d'une journée, je le répète, facultative pour les élèves) que vous considérez que l'école publique n'est plus neutre ? La bonne blague.

@ddav a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Les deux m'insupportent et méritent d'être combattus.
On a effectivement le même travail à faire face à l intégrisme musulman que l'on a entamé dès la fin du XIXème siècle dans notre pays contre le "cléricalisme". Pour "le peu d'influence" des cathos intégristes les 6 mois d'horreur du 1er semestre 2013 où l'Eglise a appelé ouvertement a la manif, ouvrant toutes les vannes de l'homophobie...

Est ce homophobe que de manifester pacifiquement contre une loi ... ?

Bien sûr que non. Et tous ceux qui ont manifesté contre l'abolition de la ségrégation aux Etats-Unis n'étaient pas des racistes : ils manifestaient juste pacifiquement contre une loi.
Un petit rappel, pour se rafraîchir la mémoire :

http://manifpashomophobemais.tumblr.com/


A la manif pour tous, ça dérape ! par Bonjourladroite

http://www.huffingtonpost.fr/laure-pora/appeler-un-chat-un-chat-manif-pour-tous-homophobes_b_3708064.html

@ddav a écrit:Quant aux agressions soit disant "homophobes" il faut dégager le vrai du faux car le fameux Wilfried qui avait fait couler tant d'encre avec sa photo était en fait un mystificateur militant victime de la "diversité" d'une certaine nature déjà évoquée dans ces posts.
De plus les stats de l'homophobie sont fournies par les assoc militantes elles mêmes donc sujettes à caution, d'autant plus qu'elles y ajoutent maintenant les personnes qui contestent le mariage homo, ce qui fait exploser les stats.

http://www.slate.fr/life/87213/sos-homophobie-gouvernement-chiffres
http://www.liberation.fr/societe/2014/05/13/une-agression-homophobe-tous-les-deux-jours-en-2013_1016224
http://yagg.com/2014/03/21/homophobie-un-couple-dhommes-agresse-a-paris-2/
http://www.lavoixdunord.fr/region/victime-de-l-agression-homophobe-dans-le-metro-a-lille-ia19b0n1968387
http://www.lavoixdunord.fr/region/houdain-jessy-26-ans-victime-d-une-agression-homophobe-ia32b54003n2137209

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Moonchild le Mar 20 Mai 2014, 14:49

@Tristana a écrit:ce n'est pas parce que le rectorat a mis son tampon que cela change la réalité. L'initiative n'est pas du fait du ministère, elle a été pensée par les élèves, elle n'était nullement obligatoire, et donc, il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour la "conscience de l'enfant" (je me permets quand même de préciser qu'on parle de lycéens, dont certains sont majeurs : c'est mignon d'évoquer un texte de Jules Ferry qui évoque probablement des enfants, des vrais, qui ont donc 10 ans de moins que ceux qui ont participé à cette journée).
Si vous relisez mes messages précédents, vous verrez que je ne m'inquiète pas le moins du monde de l'impact de cette initiative sur les "consciences" des jeunes ; en revanche je m'inquiète qu'elle puisse suggérer au grand public qu'il y a bel et bien une volonté institutionnelle (même vaine) d'influer sur les consciences dans le sens d'une idéologie qui fait encore polémique. Je suis un partisan de la stricte instruction, je me refuse à jouer les gourous d'une quelconque cause dans le cadre professionnel.

@Tristana a écrit:Premièrement, rien n'interdit aux lycéens d'être politisés, ils ont même des syndicats qui le leur permettent, oui oui, et ils ont le droit d'adhérer aux MJS ou à tout autre mouvement si ça leur chante. Donc non, la politisation d'un mouvement lycéen ne me choque pas le moins du monde.
Et je ne dénonce pas la réaction politique : je dénonce la réaction religieuse.
Donc en gros, si des élèves - qui ont bien le droit d'exprimer leur opinions - lancent une initiative non obligatoire pour prôner l'abstinence sexuelle ou pour sensibiliser les filles à leur rôle de future mère et de femme au foyer ou encore faire l'éloge de l'identité française, tant que ça n'évoque pas la religion, ça ne vous gênerait pas qu'on y appose le tampon du rectorat, voire du ministère.

@Tristana a écrit:Je n'ai absolument rien demandé concernant la "menace" (je vous laisse assumer l'emploi de ce terme que je n'ai jamais utilisé) des uns et des autres ; je trouve simplement surprenant que ces pauvres extrémistes catholiques qui, selon vous, n'intéressent personne, n'ont aucune influence, vous poussent malgré tout à réclamer que ces méchants du rectorat qui n'ont que le "djendeur" en tête ne les provoquent pas, ces pauvres petits. Mais s'ils ne gênent personne, pourquoi alors leur faire gagner du terrain, pourquoi les ménager ?
Vous n'en avez peut-être pas parlé, mais il n'empêche que la question de la "menace" constituée par des extrémistes est centrale quand il s'agit de définir l'attitude à adopter face à eux. Je signale en passant que les haut-le-coeur, nausées et envies de vomir provoqués par des discours ne rentrent pas pour moi dans la catégorie "menace". Pour le reste, je recopie ce que j'ai écrit dans l'autre fil :
Je ne demande pas à ce qu'on les ménage, mais à ce qu'on soit cohérent : si on choisit de les provoquer alors on en assume le résultat et on ne vient pas pleurnicher parce qu'une centaine de gugusses sortent mégaphones et pancartes, font du bruit, brassent de l'air... et c'est à peu près tout, car dans deux semaines il n'en restera que d'agréables souvenir de "résistance" chez les lycéens qui ont participé à cette journée de la jupe. Quand des extrémistes n'ont aucun véritable impact sur leur environnement, alors on peut se contenter de les surveiller tout en les traitant par le mépris ; le problème avec les islamistes, c'est qu'ils ont un impact réel sur leur environnement. Comprenez bien que les salafistes, s'ils n'étaient qu'une centaine à prêcher dans le désert du Larzac, je ne m'en préoccuperais pas des masses.

@Tristana a écrit:Si le corps professoral est décrédibilisé vis-à-vis du grand public, ce n'est pas parce qu'il y a des journées de débats intelligents autour de l'anti-sexisme comme ça a été le cas à Nantes récemment, mais bien parce qu'il semble ne plus faire son métier (c'est-à-dire apporter des savoirs aux élèves). La mauvaise image des enseignants n'a strictement rien à voir avec ce genre d'initiatives, et vous le savez très bien.
Pourtant le parti-pris idéologique et politique du corps professoral, qui est parfois d'un sectarisme sans limite, est aussi l'une des raisons de la rupture avec le grand public et particulièrement avec toute une frange des classes populaires qui devraient pourtant être acquises à notre cause ; quand on n'est même plus en mesure d'effectuer convenablement son travail (ce dont les enseignants ne sont pas responsables, mais le fait est là), le mépris du peuple qui va de pair avec le moralisme bien-pensant de la petite bourgeoisie intellectuelle de gauche devient extrêmement saugrenu.


Dernière édition par Moonchild le Mar 20 Mai 2014, 15:00, édité 1 fois

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Collier de Barbe le Mar 20 Mai 2014, 14:59

et l'opinion publique n'a pas sensiblement changé sur le sujet.
"

Vous avez complètement tort: comparez donc la loi famille proposée aujourd'hui (presque rien dedans) et ce que Hollande a pu mettre en avant pendant la campagne de 2012. LA manif pour tous a libéré un flot d'homophobie comparable à 1998 (PACS) et provoqué un raidissement considérable de la société française. C'est très dommageable.

Donc en gros, si des élèves - qui ont bien le droit d'exprimer leur opinions - lancent une initiative non obligatoire pour prôner l'abstinence sexuelle ou pour sensibiliser les filles à leur rôle de future mère et de femme au foyer ou encore faire l'éloge de l'identité française, tant que ça n'évoque pas la religion, ça ne vous gênerait pas qu'on y appose le tampon du rectorat, voire du ministère
Étonnamment, la majorité des jeunes n'ont pas ces idées de vieux cons...Et si certains en avaient, je ne voudrais certainement pas que le rectorat les soutiennent.
Comme plusieurs collègues récemment, vous mettez en avant une sorte de neutralité politique de bon aloi, tolérante envers tout...
Mais d'ou tirez vous cela? il y a les idées progressistes et il y a les idées réac et la différence est assez simple à établir entre elles.

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Tristana le Mar 20 Mai 2014, 15:40

@Moonchild a écrit:
@Tristana a écrit:ce n'est pas parce que le rectorat a mis son tampon que cela change la réalité. L'initiative n'est pas du fait du ministère, elle a été pensée par les élèves, elle n'était nullement obligatoire, et donc, il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour la "conscience de l'enfant" (je me permets quand même de préciser qu'on parle de lycéens, dont certains sont majeurs : c'est mignon d'évoquer un texte de Jules Ferry qui évoque probablement des enfants, des vrais, qui ont donc 10 ans de moins que ceux qui ont participé à cette journée).
Si vous relisez mes messages précédents, vous verrez que je ne m'inquiète pas le moins du monde de l'impact de cette initiative sur les "consciences" des jeunes ; en revanche je m'inquiète qu'elle puisse suggérer au grand public qu'il y a bel et bien une volonté institutionnelle (même vaine) d'influer sur les consciences dans le sens d'une idéologie qui fait encore polémique. Je suis un partisan de la stricte instruction, je me refuse à jouer les gourous d'une quelconque cause dans le cadre professionnel.

J'ai bien lu, et la "conscience de l'enfant", c'était quand même le point central du texte de Jules Ferry. Mais vous l'avez peut-être cité par hasard.
On a bien vu qui s'agitait dès lors que la menace du "djendeur" pèse sur l'école : les extrémistes. Les autres s'en fichent et tous les enfants continuent à aller à l'école, cet horrible repaire de gens tolérants et qui refusent l'homophobie et le sexisme, malgré les tentatives nombreuses de certains idiots inutiles pour décrédibiliser des initiatives comme les ABCD de l'égalité.

@Moonchild a écrit:Donc en gros, si des élèves - qui ont bien le droit d'exprimer leur opinions - lancent une initiative non obligatoire pour prôner l'abstinence sexuelle ou pour sensibiliser les filles à leur rôle de future mère et de femme au foyer ou encore faire l'éloge de l'identité française, tant que ça n'évoque pas la religion, ça ne vous gênerait pas qu'on y appose le tampon du rectorat, voire du ministère.

Ce n'est pas à moi de décider si le rectorat doit mettre ou non un tampon lorsqu'une initiative lycéenne lui est suggérée. Mais comme à l'école on parle aussi d'égalité et de respect de son prochain, je pense qu'effectivement, le rectorat va avoir davantage envie de soutenir des initiatives qui vont dans ce sens plutôt que dans le sens inverse.

@Moonchild a écrit:Vous n'en avez peut-être pas parlé, mais il n'empêche que la question de la "menace" constituée par des extrémistes est centrale quand il s'agit de définir l'attitude à adopter face à eux. Je signale en passant que les haut-le-coeur, nausées et envies de vomir provoqués par des discours ne rentrent pas pour moi dans la catégorie "menace". Pour le reste, je recopie ce que j'ai écrit dans l'autre fil :
Je ne demande pas à ce qu'on les ménage, mais à ce qu'on soit cohérent : si on choisit de les provoquer alors on en assume le résultat et on ne vient pas pleurnicher parce qu'une centaine de gugusses sortent mégaphones et pancartes, font du bruit, brassent de l'air... et c'est à peu près tout, car dans deux semaines il n'en restera que d'agréables souvenir de "résistance" chez les lycéens qui ont participé à cette journée de la jupe. Quand des extrémistes n'ont aucun véritable impact sur leur environnement, alors on peut se contenter de les surveiller tout en les traitant par le mépris ; le problème avec les islamistes, c'est qu'ils ont un impact réel sur leur environnement. Comprenez bien que les salafistes, s'ils n'étaient qu'une centaine à prêcher dans le désert du Larzac, je ne m'en préoccuperais pas des masses.

(Tenez-vous un fichier Word avec tous vos messages, véritables paragraphes de lumière sur ce forum de décadents, afin de pouvoir vous citer vous-même à l'envi ?)
J'ai donc déjà répondu à cela : personne ne pleurniche mais on ne va quand même pas interdire aux gens de dire ce qu'ils pensent et de considérer que les lycéens font bien de tenir bon face à des arguments aussi vains.

@Moonchild a écrit:Pourtant le parti-pris idéologique et politique du corps professoral, qui est parfois d'un sectarisme sans limite, est aussi l'une des raisons de la rupture avec le grand public et particulièrement avec toute une frange des classes populaires qui devraient pourtant être acquises à notre cause ; quand on n'est même plus en mesure d'effectuer convenablement son travail (ce dont les enseignants ne sont pas responsables, mais le fait est là), le mépris du peuple qui va de pair avec le moralisme bien-pensant de la petite bourgeoisie intellectuelle de gauche devient extrêmement saugrenu.

Si vous étiez de bonne foi, vous sauriez que le mépris que récoltent les enseignants tient avant tout à leur statut de fonctionnaire et à l'idée qu'ils travaillent peu, ont beaucoup de vacances, etc. Mais bon, j'imagine que ça ne coûte rien de taper encore et toujours sur ceux dont vous faites pourtant partie (oui, la petite bourgeoisie intellectuelle — de droite ! l'honneur est sauf — c'est aussi vous).

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Moonchild le Mar 20 Mai 2014, 16:02

@Collier de Barbe a écrit:
et l'opinion publique n'a pas sensiblement changé sur le sujet.
"

Vous avez complètement tort: comparez donc la loi famille proposée aujourd'hui (presque rien dedans) et ce que Hollande a pu mettre en avant pendant la campagne de 2012. LA manif pour tous a libéré un flot d'homophobie comparable à 1998 (PACS) et provoqué un raidissement considérable de la société française. C'est très dommageable.
Non, ce n'est pas l'opinion publique qui a changé sous l'influence des intégristes, mais François Hollande qui a reculé à l'approche d'échéances électorales incertaines ; ce n'est pas équivalent.
Ca va sans doute vous déplaire, mais il n'y a pas besoin que les intégristes donnent le la pour que l'opinion publique se montre méfiante quand un projet de loi touche à la famille et donc à la filiation alors qu'il y a en ligne de mire la PMA et à terme la GPA.
Et il n'y a aujourd'hui pas plus de "raidissement" de la société française qu'il n'y en a eu suite aux débats houleux autour du PACS ; le soit-disant "flot d'homophobie" de 98 n'a en rien interrompu une évolution de long terme vers une plus grande acceptation de l'homosexualité.

@Collier de Barbe a écrit:Étonnamment, la majorité des jeunes n'ont pas ces idées de vieux cons...Et si certains en avaient, je ne voudrais certainement pas que le rectorat les soutiennent.
Comme plusieurs collègues récemment, vous mettez en avant une sorte de neutralité politique de bon aloi, tolérante envers tout...
Mais d'ou tirez vous cela? il y a les idées progressistes et il y a les idées réac et la différence est assez simple à établir entre elles.
Ah, j'oubliais, il y a une ligne de démarcation bien nette tracée dans le sol entre les idées progressistes et les idées réacs, entre le bien et le mal. Merci pour ce rappel.
diable

@Tristana a écrit:J'ai bien lu, et la "conscience de l'enfant", c'était quand même le point central du texte de Jules Ferry. Mais vous l'avez peut-être cité par hasard.
On a bien vu qui s'agitait dès lors que la menace du "djendeur" pèse sur l'école : les extrémistes. Les autres s'en fichent et tous les enfants continuent à aller à l'école, cet horrible repaire de gens tolérants et qui refusent l'homophobie et le sexisme, malgré les tentatives nombreuses de certains idiots inutiles pour décrédibiliser des initiatives comme les ABCD de l'égalité.
Usage n°1 de l'ironie.

@Tristana a écrit:Mais c'est évident : l'islamisme, c'est le faute des musulmans (des extrémistes comme les autres, puisque comme vous le répétez à longueur de temps, les modérés devraient lutter contre les extrémistes) et des gens qui ne souscrivent pas à la psychose contre l'islam. En revanche, la misère, l'exclusion sociale, la discrimination, le chômage, toutes ces raisons sociales n'ont strictement rien à voir avec la tentation de l'extrémisme, n'est-ce pas ?
Usage n°2 de l'ironie (+ invocation d'un lieu commun maintes fois réfuté).

@Tristana a écrit:(Tenez-vous un fichier Word avec tous vos messages, véritables paragraphes de lumière sur ce forum de décadents, afin de pouvoir vous citer vous-même à l'envi ?)
J'ai donc déjà répondu à cela : personne ne pleurniche mais on ne va quand même pas interdire aux gens de dire ce qu'ils pensent et de considérer que les lycéens font bien de tenir bon face à des arguments aussi vains.
Usage n°3 de l'ironie.

(sinon, ce matin j'ai découvert Ctrl+C et Ctrl+V, alors forcément, cet après-midi, je joue avec... je sais, j'ai une vie passionnante  araignée)

@Tristana a écrit:Si vous étiez de bonne foi, vous sauriez que le mépris que récoltent les enseignants tient avant tout à leur statut de fonctionnaire et à l'idée qu'ils travaillent peu, ont beaucoup de vacances, etc. Mais bon, j'imagine que ça ne coûte rien de taper encore et toujours sur ceux dont vous faites pourtant partie (oui, la petite bourgeoisie intellectuelle — de droite ! l'honneur est sauf — c'est aussi vous).
Usage n°4 de l'ironie.

Après ce petit décompte, une dernière précision : je suis un parfait produit de la petite bourgeoisie intellectuelle de gauche, mais je me soigne.  Twisted Evil

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Jacq le Mar 20 Mai 2014, 16:32

@Collier de Barbe a écrit:Mon Dieu, des jeunes qui font faire des trucs politiques manipulés...au lieu d'aller au catéchisme...

C'est scandaleux, il faudrait interner ces élèves politisés.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Jacq le Mar 20 Mai 2014, 16:33

@Jacq a écrit:L'ami Moonchild vient de découvrir le sujet.... c'est parti pour 25 pages entre Tristana et Moonchild (mes amitiés aux deux d'ailleurs).

 fleurs fleurs fleurs 

 Razz Razz Razz 

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par grandesvacances le Mar 20 Mai 2014, 17:23

@Collier de Barbe a écrit:il y a les idées progressistes et il y a les idées réac et la différence est assez simple à établir entre elles.

Donc il y aurait une propagande acceptable, voire souhaitable, et une autre indésirable ?  Shocked 
Attention, on s'engage sur ce terrain et c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres !  affraid 

grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Tristana le Mar 20 Mai 2014, 17:27

@Moonchild a écrit:
@Tristana a écrit:J'ai bien lu, et la "conscience de l'enfant", c'était quand même le point central du texte de Jules Ferry. Mais vous l'avez peut-être cité par hasard.
On a bien vu qui s'agitait dès lors que la menace du "djendeur" pèse sur l'école : les extrémistes. Les autres s'en fichent et tous les enfants continuent à aller à l'école, cet horrible repaire de gens tolérants et qui refusent l'homophobie et le sexisme, malgré les tentatives nombreuses de certains idiots inutiles pour décrédibiliser des initiatives comme les ABCD de l'égalité.
Usage n°1 de l'ironie.

@Tristana a écrit:Mais c'est évident : l'islamisme, c'est le faute des musulmans (des extrémistes comme les autres, puisque comme vous le répétez à longueur de temps, les modérés devraient lutter contre les extrémistes) et des gens qui ne souscrivent pas à la psychose contre l'islam. En revanche, la misère, l'exclusion sociale, la discrimination, le chômage, toutes ces raisons sociales n'ont strictement rien à voir avec la tentation de l'extrémisme, n'est-ce pas ?
Usage n°2 de l'ironie (+ invocation d'un lieu commun maintes fois réfuté).

@Tristana a écrit:(Tenez-vous un fichier Word avec tous vos messages, véritables paragraphes de lumière sur ce forum de décadents, afin de pouvoir vous citer vous-même à l'envi ?)
J'ai donc déjà répondu à cela : personne ne pleurniche mais on ne va quand même pas interdire aux gens de dire ce qu'ils pensent et de considérer que les lycéens font bien de tenir bon face à des arguments aussi vains.
Usage n°3 de l'ironie.

(sinon, ce matin j'ai découvert Ctrl+C et Ctrl+V, alors forcément, cet après-midi, je joue avec... je sais, j'ai une vie passionnante  araignée)

@Tristana a écrit:Si vous étiez de bonne foi, vous sauriez que le mépris que récoltent les enseignants tient avant tout à leur statut de fonctionnaire et à l'idée qu'ils travaillent peu, ont beaucoup de vacances, etc. Mais bon, j'imagine que ça ne coûte rien de taper encore et toujours sur ceux dont vous faites pourtant partie (oui, la petite bourgeoisie intellectuelle — de droite ! l'honneur est sauf — c'est aussi vous).
Usage n°4 de l'ironie.

Après ce petit décompte, une dernière précision : je suis un parfait produit de la petite bourgeoisie intellectuelle de gauche, mais je me soigne.  Twisted Evil

Vous seriez presque prêt à passer votre bac de français : je vous félicite !
Ceci étant dit, vous n'êtes pas très précis. L'exemple numéro 1, par exemple, ne vise pas vos propos, mais ceux tenus par la manif pour tous.
L'exemple numéro 2 est ironique mais pose une vraie question : comment vous accommodez-vous de vos contradictions ? Comment pouvez-vous arguer que l'islamisme n'est jamais le fait de questions sociales, sans pour autant vous gêner à considérer que ceux qui n'ont pas les mêmes opinions que vous permettent la radicalisation de l'islam ?
L'exemple numéro 3 est gratuit. Mea culpa — aurais-je dû rajouter ce smiley pour moins vous froisser ?  araignée 
L'exemple numéro 4 soulève également une vraie question.
Je constate que vous préférez discuter de la forme plutôt que du fond, ce qui est tout à fait normal quand on n'a plus d'arguments à avancer. Et ce n'est absolument pas ironique, je préfère le préciser.

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Collier de Barbe le Mar 20 Mai 2014, 19:00

Euh oui Moonchild lorsque Alliance Vita vient essayer d'embrigader même dans le privé, ça choque. En revanche, je pense qu'en France assez peu de parents s'opposent au fait qu'on informe leur mômes pubères de l'intérêt d'utiliser des préservatifs pour échapper à un certains nombres de gros problèmes.
AIDES répand des idées progressistes // alliance Vita et leurs amis de la fiante, c'est simple non ?
Mais sinon rien qu'en Amérique vous trouverez des foufous adeptes de votre "neutralité" bien aimée ou l'abstinence est au dessus de l'information type AIDES (avec des conséquences catastrophiques sur les grossesses juvéniles...) et la je vous assure la différence entre le progrès et la connerie est assez simple à tracer...

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Moonchild le Mar 20 Mai 2014, 20:12

@Collier de Barbe a écrit:Euh oui Moonchild lorsque Alliance Vita vient essayer d'embrigader même dans le privé, ça choque. En revanche, je pense qu'en France assez peu de parents s'opposent au fait qu'on informe leur mômes pubères de l'intérêt d'utiliser des préservatifs pour échapper à un certains nombres de gros problèmes.
AIDES répand des idées progressistes // alliance Vita et leurs amis de la fiante, c'est simple non ?
Mais sinon rien qu'en Amérique vous trouverez des foufous adeptes de votre "neutralité" bien aimée ou l'abstinence est au dessus de l'information type AIDES (avec des conséquences catastrophiques sur les grossesses juvéniles...) et la je vous assure la différence entre le progrès et la connerie est assez simple à tracer...
Vous savez ma "neutralité" ne consisterait pas du tout à laisser entrer Alliance Vita dans les murs de l'école, du collège ou du lycée, mais plutôt à virer en même temps qu'eux les adeptes intégristes du culte du dieu Progrès.
 diable 

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Collier de Barbe le Mar 20 Mai 2014, 20:17

C'est bien ce que je dis vous faites partie de ces gens qui, si Le Pen entre à l'Elysée en 2017, dirons "elle a été élue démocratiquement" et qui resteront assis sur leurs mains.
Votre neutralité de passe-muraille centriste fait peur franchement.

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Moonchild le Mar 20 Mai 2014, 20:27

@Collier de Barbe a écrit:C'est bien ce que je dis vous faites partie de ces gens qui, si Le Pen entre à l'Elysée en 2017, dirons "elle a été élue démocratiquement" et qui resteront assis sur leurs mains.
Votre neutralité de passe-muraille centriste fait peur franchement.
Pas de panique, elle n'entrera pas à l'Elysée en 2017 ; elle fera juste un score de l'ordre de 40% au second tour contre 60% pour vraisemblablement un candidat de droite sur une ligne centriste, avec un taux d'abstention record.
Pour 2022, c'est déjà moins clair, il va falloir attendre un peu ; ma boule de cristal ne porte pas aussi loin.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par ddav le Mer 21 Mai 2014, 12:20

@Collier de Barbe a écrit:C'est bien ce que je dis vous faites partie de ces gens qui, si Le Pen entre à l'Elysée en 2017, dirons "elle a été élue démocratiquement" et qui resteront assis sur leurs mains.
Votre neutralité de passe-muraille centriste fait peur franchement.

ha ha ha, en quoi la mère Marine est elle pire que, disons, Duflot ou Melenchon ... ? Parce qu'elle ne pense pas comme vous ? Qu'elle "pense mal" ? Ce n'est pas très républicain comme argument ...

Franchement, cette position de "le FN n'est pas un parti comme les autres" n'est pas tenable (sauf par un journaliste de Libé, on voit le résultat dans les ventes ...), ni intellectuellement, car tout le monde ici est sur-diplomé et bien conscient que cela voudrait dire la mort de la démocratie, ni politiquement, puisque le FN est le 3e parti de France et bientot le 1er aux dires de certains sondages.


Dernière édition par ddav le Mer 21 Mai 2014, 13:07, édité 1 fois

ddav
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par PauvreYorick le Mer 21 Mai 2014, 12:26

@ddav a écrit: Franchement, cette position de "le FN n'est pas un parti comme les autres" n'est pas tenable (sauf par un journaliste de Libé, on voit le résultat dans les ventes ...), ni intellectuellement, car tout le monde ici est sur-diplomé et bien conscient que cela voudrait dire la mort de la démocratie, ni politiquement, puisque le FN est le 3e parti de France et bientot le 1er aux dires de certains sondages.

Je n'identifie pas le second de ces trois « arguments » (sur les surdiplômés). Vous voulez dire quoi ?

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par ddav le Mer 21 Mai 2014, 13:00

@Tristana a écrit:
La lettre est bien mignonne mais une fois de plus, elle est hors sujet : ce n'est pas parce que le rectorat a mis son tampon que cela change la réalité. L'initiative n'est pas du fait du ministère, elle a été pensée par les élèves, elle n'était nullement obligatoire, et donc, il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour la "conscience de l'enfant" (je me permets quand même de préciser qu'on parle de lycéens, dont certains sont majeurs : c'est mignon d'évoquer un texte de Jules Ferry qui évoque probablement des enfants, des vrais, qui ont donc 10 ans de moins que ceux qui ont participé à cette journée).
.......

Sauf qu'on en revient au contexte : le Ministère comme le Rectorat sont largement favorables à l'idéologie du genre et ce type d'initiative, dont le sous jacent est un ensemble de lycéens politisés tous dans le même sens, va dans leur sens militant. Donc ils devraient au contraire tenter de préserver le "vivre ensemble" et éviter de provoquer qui que ce soit, ne pas entrer dans le jeu et rester neutre (si j'ose dire  Twisted Evil ). C'est bien cela qui pose problème : engagement politique, d'un corps de l'Etat qui plus est, donc réaction politique.

Et ensuite ca retombe sur tous les profs, même ceux qui ne pensent pas comme cela.

@Tristana a écrit:
@ddav a écrit:Cette politisation est inacceptable : je suis étonné que vous cautionniez cela.  heu Ou alors vous ne pouvez dénoncer qu'il y  ait une réaction par ailleurs sur le terrain politique : on ne peut pas avoir le petit beurre et l'argent du petit beurre.

Premièrement, rien n'interdit aux lycéens d'être politisés, ils ont même des syndicats qui le leur permettent, oui oui, et ils ont le droit d'adhérer aux MJS ou à tout autre mouvement si ça leur chante. Donc non, la politisation d'un mouvement lycéen ne me choque pas le moins du monde.
Et je ne dénonce pas la réaction politique : je dénonce la réaction religieuse. Là encore, on voit bien qu'on emploie toujours le vocabulaire que l'on veut en fonction de l'adversaire : ce seraient des islamistes on parlerait de la religion qui n'a pas sa place dans la sphère publique, mais là, tranquille, ce sont des cathos, donc transformons leur combat religieux en un combat politique. Désolée mais ça ne passe pas. Wink 

Ne pas dénoncer la réaction politique est très grave à mon sens : le Rectorat est une institution publique et doit assurer un service public, comme les PE d'ailleurs, et sa neutralité politique est absolument fondamentale dans nos institutions, même si on sait que les fonctionnaires sont des hommes comme les autres mais il faut que tout abus soit sévèrement réprimé au nom de l'Etat de droit. Ne pas le faire c'est la mort de nos institutions.

Laquelle ? Y a t il eu des pretres en soutane venu manifester au nom de l'église ? Par contre j'ai vu des adultes du MJS et de la LDH, donc  ni des étudiants ni des professeurs, mais bien des "encadrants politiques". Donc rien à voir avec des "lycéens qui ont le droit d'avoir leurs syndicats" : parlons clairement de "lycéens manipulés" ou de "lycéens politiquement encadrés" si vous préférez.
Bref, c'est innacceptable au sein de l'institution scolaire.


@Tristana a écrit:
@ddav a écrit:Et pour aller plus loin, cette politisation n'est elle pas justement la mort de l'école publique qui se doit d'être impartiale ? J'ai vu passer des posts scandalisés sur la non revalorisation du point et la volonté plus ou moins assumée du gouvernement (PS ou non) de laisser crever l'école républicaine au profit de l'école privée : mais n'est ce pas la politisation des enseignants (voire des enseignements, avis aux PE d'histoire Smile...) qui fait que le corps professoral est décrédibilisé vis à vis du grand public qui laissera faire cette déconstruction de l'école ?

Si le corps professoral est décrédibilisé vis-à-vis du grand public, ce n'est pas parce qu'il y a des journées de débats intelligents autour de l'anti-sexisme comme ça a été le cas à Nantes récemment, mais bien parce qu'il semble ne plus faire son métier (c'est-à-dire apporter des savoirs aux élèves). La mauvaise image des enseignants n'a strictement rien à voir avec ce genre d'initiatives, et vous le savez très bien.

Les ABCD de "l'égalité" (pour ne citer qu'eux) ne font pas l'objet de journées de débats intelligents, par exemple. Donc à travers l'image d'une EN militante c'est tout le corps professoral qui est touché. Cautionner un positionnement politique aussi extreme est une impasse, à terme, pour tous les PE.

@Tristana a écrit: Par ailleurs, l'école publique accueille déjà des militants anti-racisme, anti-homophobie, pour la sécurité routière, qui proposent des messages de prévention face aux dangers de la drogue ou du sexe sans protection... et c'est parce qu'on va parler anti-sexisme (lors d'une journée, je le répète, facultative pour les élèves) que vous considérez que l'école publique n'est plus neutre ? La bonne blague.
.

Militants, c'est bien le problème. Le principe de l'EN est justement la neutralité et faire entrer des militants dans cette enceinte n'est pas du tout une blague, comme vous dites, mais une rupture fondamentale dans l'ecole républicaine. A vous de voir mais en ce qui me concerne, le coté "dirigiste" de cette démarche me gêne, d'autant que ce travail devrait être réalisé par les PE justement pour assurer cette neutralité (ca justifierait des postes en plus Smile).

@Tristana a écrit:
@ddav a écrit:
@Collier de Barbe a écrit:Les deux m'insupportent et méritent d'être combattus.
On a effectivement le même travail à faire face à l intégrisme musulman que l'on a entamé dès la fin du XIXème siècle dans notre pays contre le "cléricalisme". Pour "le peu d'influence" des cathos intégristes les 6 mois d'horreur du 1er semestre 2013 où l'Eglise a appelé ouvertement a la manif, ouvrant toutes les vannes de l'homophobie...

Est ce homophobe que de manifester pacifiquement contre une loi ... ?

Bien sûr que non. Et tous ceux qui ont manifesté contre l'abolition de la ségrégation aux Etats-Unis n'étaient pas des racistes : ils manifestaient juste pacifiquement contre une loi.

Un petit rappel, pour se rafraîchir la mémoire :
http://manifpashomophobemais.tumblr.com/
http://www.huffingtonpost.fr/laure-pora/appeler-un-chat-un-chat-manif-pour-tous-homophobes_b_3708064.html

Je ne vois pas le rapport entre le mariage homo et l'esclavage, excusez moi ...
De plus je sais lire et ces photos n'apportent rien au débat sur le fond. Citer le HufPost ou tout autre journal militant pour la "cause" LGBT n'est pas un argument. Point Godwin atteint en ce qui vous concerne sur ce sujet.  titanic 

@Tristana a écrit:
@ddav a écrit:Quant aux agressions soit disant "homophobes" il faut dégager le vrai du faux car le fameux Wilfried qui avait fait couler tant d'encre avec sa photo était en fait un mystificateur militant victime de la "diversité" d'une certaine nature déjà évoquée dans ces posts.
De plus les stats de l'homophobie sont fournies par les assoc militantes elles mêmes donc sujettes à caution, d'autant plus qu'elles y ajoutent maintenant les personnes qui contestent le mariage homo, ce qui fait exploser les stats.

http://www.slate.fr/life/87213/sos-homophobie-gouvernement-chiffres
http://www.liberation.fr/societe/2014/05/13/une-agression-homophobe-tous-les-deux-jours-en-2013_1016224
http://yagg.com/2014/03/21/homophobie-un-couple-dhommes-agresse-a-paris-2/
http://www.lavoixdunord.fr/region/victime-de-l-agression-homophobe-dans-le-metro-a-lille-ia19b0n1968387
http://www.lavoixdunord.fr/region/houdain-jessy-26-ans-victime-d-une-agression-homophobe-ia32b54003n2137209
[/quote]

Que des sites militants pro LGBT, Yagg, slate, Libé (ha ha ha) sauf pe la VdN mais si 1 fait divers est l'arbre qui cache la forêt alors en citer 2 c'est admettre qu'on a plus d'argument.  titanic 
Interessante la partie sur les stats des agressions homophobes : en gros l'Etat n'est pas capable de vérifier les chiffres donc il donne au loup la clé de la bergerie.
Une preuve de plus de la dérive légaliste et libérale, à la mode anglo-saxonne.

ddav
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par ddav le Mer 21 Mai 2014, 13:05

@PauvreYorick a écrit:
@ddav a écrit: Franchement, cette position de "le FN n'est pas un parti comme les autres" n'est pas tenable (sauf par un journaliste de Libé, on voit le résultat dans les ventes ...), ni intellectuellement, car tout le monde ici est sur-diplomé et bien conscient que cela voudrait dire la mort de la démocratie, ni politiquement, puisque le FN est le 3e parti de France et bientot le 1er aux dires de certains sondages.

Je n'identifie pas le second de ces trois « arguments » (sur les surdiplômés). Vous voulez dire quoi ?

Je voulais dire que "le FN n'est pas un parti comme les autres" est un argument populiste et que je doute que beaucoup de monde ici soit dupe au regard du niveau moyen d'instruction Smile

ddav
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par PauvreYorick le Mer 21 Mai 2014, 13:26

Ah, d'accord. Bien sûr, au regard des règles auxquelles il est soumis, il ne se distingue pas des autres, c'est-à-dire que son fonctionnement est encadré par les mêmes lois. Je doute un peu que ce soit ce que veulent dire ceux qui appellent le FN « un parti pas comme les autres ».

Par exemple, l'Alliance royale est un parti comme les autres au sens indiqué, et présente des candidats aux européennes, mais quelques particularités la singularisent tout de même (dont une assez voyante : le fait qu'elle milite pour la réinstauration en France d'une monarchie, certes constitutionnelle). Si on me disait que « l'Alliance royale n'est pas un parti comme les autres », j'y verrais non un argument populiste, mais une allusion à cette singularité.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Tristana le Mer 21 Mai 2014, 14:24

@ddav a écrit:Sauf qu'on en revient au contexte : le Ministère comme le Rectorat sont largement favorables à l'idéologie du genre et ce type d'initiative, dont le sous jacent est un ensemble de lycéens politisés tous dans le même sens, va dans leur sens militant. Donc ils devraient au contraire tenter de préserver le "vivre ensemble" et éviter de provoquer qui que ce soit, ne pas entrer dans le jeu et rester neutre (si j'ose dire  Twisted Evil ). C'est bien cela qui pose problème : engagement politique, d'un corps de l'Etat qui plus est, donc réaction politique.

Et ensuite ca retombe sur tous les profs, même ceux qui ne pensent pas comme cela.

Pour protéger le vivre ensemble, je propose donc qu'on laisse les jeunes filles voilées entrer dans les écoles, afin qu'on ne provoque plus "qui que ce soit".

@ddav a écrit:Ne pas dénoncer la réaction politique est très grave à mon sens : le Rectorat est une institution publique et doit assurer un service public, comme les PE d'ailleurs, et sa neutralité politique est absolument fondamentale dans nos institutions, même si on sait que les fonctionnaires sont des hommes comme les autres mais il faut que tout abus soit sévèrement réprimé au nom de l'Etat de droit. Ne pas le faire c'est la mort de nos institutions.

Laquelle ? Y a t il eu des pretres en soutane venu manifester au nom de l'église ? Par contre j'ai vu des adultes du MJS et de la LDH, donc  ni des étudiants ni des professeurs, mais bien des "encadrants politiques". Donc rien à voir avec des "lycéens qui ont le droit d'avoir leurs syndicats" : parlons clairement de "lycéens manipulés" ou de "lycéens politiquement encadrés" si vous préférez.
Bref, c'est innacceptable au sein de l'institution scolaire.

En quoi le service public n'était plus assuré en ce jour où certains élèves ont mis des jupes et ont pu, de leur propre volonté, aller assister à des débats ?! Les enseignants ont fait cours comme d'habitude ce jour-là, le service public était bel et bien assuré.
C'est amusant d'exiger la neutralité de l'éducation nationale mais on sait tous, quand même, qu'elle fait partie d'un gouvernement qui n'est pas neutre. Chaque initiative de l'EN est initiée par le gouvernement, qui effectivement est estampillé PS. Mais on a eu notre lot de réformes de droite sous Sarkozy, ne vous inquiétez pas, et quand sa clique reviendra au pouvoir, ils reviendront faire leurs propres affaires au sein de l'EN et j'imagine que là, vous n'aurez rien à redire, question neutralité...

Vous avez des adultes du MJS : où ça ? Dans les manifestations ? Chacun a bien le droit de manifester si ça l'enchante.
Ah, mais c'est vrai : dès qu'un lycéen a une opinion et qu'elle n'est pas de droite, il est "manipulé". La bonne blague... Cela démontre en tout cas une fois de plus le respect que vous avez pour les (vos ?) élèves.

Quant à la religion, vous savez très bien que la manif pour tous est une association religieuse. D'ailleurs, l'un de leurs porte-paroles fait partie de l'association Alliance Vita, qui est elle aussi une association religieuse extrémiste.

@ddav a écrit:Les ABCD de "l'égalité" (pour ne citer qu'eux) ne font pas l'objet de journées de débats intelligents, par exemple. Donc à travers l'image d'une EN militante c'est tout le corps professoral qui est touché. Cautionner un positionnement politique aussi extreme est une impasse, à terme, pour tous les PE.

Quels débats faudrait-il organiser autour d'une initiative du gouvernement qui va occuper quelques heures à peine dans l'année les PE ?! Parler pendant deux heures par an d'égalité entre les sexes à des élèves du primaire, c'est ça que vous appelez un "positionnement politique extrême" ?

@ddav a écrit:Militants, c'est bien le problème. Le principe de l'EN est justement la neutralité et faire entrer des militants dans cette enceinte n'est pas du tout une blague, comme vous dites, mais une rupture fondamentale dans l'ecole républicaine. A vous de voir mais en ce qui me concerne, le coté "dirigiste" de cette démarche me gêne, d'autant que ce travail devrait être réalisé par les PE justement pour assurer cette neutralité (ca justifierait des postes en plus Smile).

Si on demandait aux PE de s'occuper de cela, vous diriez que c'est encore un problème de neutralité de l'EN...
La question, c'est de savoir si oui ou non on parle aux élèves de ce qui se passe dans leur vie de tous les jours, de la société, etc. Le parti qui a été pris par l'EN et ce, bien avant que le PS soit au pouvoir, c'est d'informer et de prévenir les jeunes autour des questions de santé, de sexualité, d'égalité, etc. En ce qui me concerne, je trouve que c'est une très bonne initiative quand je vois le nombre de jeunes qui se suicident tous les ans quand ils découvrent qu'ils sont homosexuels — mais j'imagine que vous allez me dire que les chiffres sont faux et que cela n'existe pas...

@ddav a écrit:Je ne vois pas le rapport entre le mariage homo et l'esclavage, excusez moi ...
De plus je sais lire et ces photos n'apportent rien au débat sur le fond. Citer le HufPost ou tout autre journal militant pour la "cause" LGBT n'est pas un argument. Point Godwin atteint en ce qui vous concerne sur ce sujet.  titanic 

Bien sûr : on ne peut rien citer et on ne peut rien comparer. Et après c'est moi que vous accusez de n'avoir aucun argument...
Vous avancez un argument idiot : "manifester contre une loi ne signifie pas être homophobe". Je vous explique donc qu'on peut manifester contre une loi et par là même prouver son racisme, son homophobie, etc. Prenons un autre exemple si vous préférez : ceux qui ont milité en faveur de la proposition 6 aux US qui interdisait aux homosexuels d'être enseignants étaient des homophobes, par exemple. Pourtant "ils ne faisaient que manifester pacifiquement en faveur d'une loi".

Aucune réponse quant à la vidéo qui montre des tas de manifestants qui tiennent des propos homophobes, sexistes et même parfois racistes ?

@ddav a écrit:Que des sites militants pro LGBT, Yagg, slate, Libé (ha ha ha) sauf pe la VdN mais si 1 fait divers est l'arbre qui cache la forêt alors en citer 2 c'est admettre qu'on a plus d'argument.  titanic 
Interessante la partie sur les stats des agressions homophobes : en gros l'Etat n'est pas capable de vérifier les chiffres donc il donne au loup la clé de la bergerie.
Une preuve de plus de la dérive légaliste et libérale, à la mode anglo-saxonne.

Donc vous pensez que ces sites inventent les histoires d'agressions homophobes ?
Je trouve vos propos purement répugnants et très clairement à côté de la plaque. Beaucoup adorent sur ce forum agiter le chiffon du "réel" pour dire que les beaux discours se heurtent souvent à la réalité, et je crois que vous en êtes l'exemple parfait : il suffit de connaître un peu ce qui se passe vraiment pour beaucoup d'homosexuels aujourd'hui pour savoir que vous mentez et que les agressions dont parle SOS Homophobie sont bien réelles (et probablement que le chiffre annoncé est encore en-dessous de la réalité, sans compter la discrimination ordinaire dont ils sont les victimes).

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Collier de Barbe le Mer 21 Mai 2014, 15:49

La multiplication des collègues proche de l'extrême droite (ou qui trouvent que le FN est finalement un parti comme les autres ou que l'on doit être neutre à son égard) sur ce forum est vraiment inquiétante.

_________________
CdB
@AbbeCordillere

Collier de Barbe
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par Igniatius le Mer 21 Mai 2014, 19:05

@Collier de Barbe a écrit:La multiplication des collègues proche de l'extrême droite (ou qui trouvent que le FN est finalement un parti comme les autres ou que l'on doit être neutre à son égard) sur ce forum est vraiment inquiétante.

Je ne suis malheureusement pas certain que cette recrudescence soit réduite au forum.

Le marketing politique de Le Pen, qui a récupéré une partie du discours traditionnel de gauche (notamment sur l'éducation) délaissé par le PS depuis bien longtemps, est aussi efficace envers des enseignants qui se sentent de plus en plus déclassés et déphasés face aux attentes d'un Etat qu'ils ne comprennent plus.
Je pense aussi qu'enseignant est une profession de moins en moins cultivée.

Bref, ces évolutions en disent long sur la société, et je crains le pire aux Européennes, mais je me dis que le PS aura créé son malheur...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La seconde édition de la "journée de la jupe" dans l'académie de Nantes fait polémique.

Message par ddav le Jeu 22 Mai 2014, 13:16

@Tristana

Quel est le rapport entre un esclave qui manifeste car il est obligé de travailler pour un maitre et un homosexuel parfaitement intégré, qui a un boulot, des amis et qui aimerait  pouvoir se donner l'impression qu'il est une famille comme une autre au détriment d'un enfant ? Honnetement c'est la différence exacte entre une vraie lutte populaire, pour la survie, et un délire de petit bourgeois gaté.

Votre second exemple est bien meilleur et très pertinent je trouve.
Seulement il y a une différence fondamentale avec la loi sur le mariage homo :
- dans le 1er cas la discrimination était directement liée à la personne et ses capacités intrinsèques d'une part, et de sa sexualité d'autre part, sans qu'il n'y ait de lien entre les 2;
- dans le 2nd il s'agit d'une paire homosexuelle qui n'a pas les memes qualités intrinsèques qu'un couple hétéro du fait de sa pratique sexuelle - notez que la notion d'égalité n'a rien à faire la dedans puisque les situations de départ sont différentes - et la situation est complexifiée par l'adoption plénière des enfants (donc une autre personne qui a aussi des droits, notamment au regard des conventions internationales).

Donc faire le raccourcis entre s'élever contre une loi au motif des droits des enfants, et dénier des droits à un individu sous un motif de pratiques privées est un raccourcis intellectuel fallacieux.

Quant aux histoires d'agressions je ne nie pas qu'elles existent, mais laisser aux victimes potentielles les clés des lois (puisque ces chiffres sont ensuite ceux repris en commission sans une seule analyse critique  ...) est un énorme conflit d'interets, et donc soit une négligence coupable, soit une volonté politique de favoriser une communauté. Dans les 2 cas c'est grave.

Pour les manif pour tous qui ne seraient que des catho pourris homophobes (l'église prone la tolérance envers les homo comme pour toute autres personnes je vous rappelle ... donc j'aimerais voir vos sources - je fais mon Caron  Embarassed ), laissez moi rire : il y avait 5000 personnes aux JMJ et 1 million dans la rue contre la loi Taubira ... soyez sérieuse.

ddav
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum