ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Invité le Jeu 16 Avr 2009 - 22:25

Notre Grand-Mère est la mère de notre Mère. Avant de venir habiter chez elle, nous ne savions pas que notre Mère avait encore une mère.
Nous l’appelons Grand-Mère.
Les gens l’appellent la Sorcière.
Elle nous appelle « fils de chienne ».
Grand-Mère est petite et maigre. Elle a un fichu noir sur la tête. Ses habits sont gris foncé. Elle porte de vieux souliers militaires. Quand il fait beau, elle marche nu-pieds. Son visage est couvert de rides, de taches brunes et de verrues où poussent des poils. Elle n’a plus de dents, du moins plus de dents visibles.
Grand-Mère ne se lave jamais. Elle s’essuie la bouche avec le coin de son fichu quand elle a mangé ou quand elle a bu. Elle ne porte pas de culotte. Quand elle a besoin d'uriner, elle s'arrête où elle se trouve, écarte les jambes et pisse par terre sous ses jupes. Naturellement, ekke ne le fait pas dans la maison.
Grand-Mère ne se déshabille jamais. Nous avons regardé dans sa chambre le soir. Elle enlève une jupe, il y a une autre jupe dessous. Elle enlève son corsage, il y a un autre corsage dessous. Elle se couche comme ça. Elle n’enlève pas son fichu.
Grand-Mère parle peu. Sauf le soir. Le soir, elle prend une bouteille sur une étagère, elle boit directement au goulot. Bientôt, elle se met à parler une langue que nous ne connaissons pas. Ce n’est pas la langue que parlent les militaires étrangers, c’est une langue tout à fait différente.
Dans cette langue inconnue, Grand-Mère se pose des questions et elle y répond. Elle rit parfois, ou bien elle se fâche et elle crie. A la fin, presque toujours, elle se met à pleurer, elle va dans sa chambre en titubant, elle tombe sur son lit et nous l’entendons sangloter longuement dans la nuit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Reine Margot le Ven 17 Avr 2009 - 10:14

j'ai lu le grand cahier...jamais je n'ai été aussi dégoûtée par un livre.

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Aloysa le Ven 17 Avr 2009 - 10:43

Moi j'ai adoré cette trilogie, je la trouve très forte.
avatar
Aloysa
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Abraxas le Ven 17 Avr 2009 - 11:19

Comment ça, dégoûtée ?
C'est une œuvre absolument géniale. Dites-moi que quelque chose vous affole, là-dedans, vous révulse même — mais dégoûtée…
avatar
Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Angua le Ven 17 Avr 2009 - 11:55

J'ai trouvé cette trilogie très forte moi aussi! Oui, c'est brut, oui, c'est crû... mais ça gifle. Et j'avoue que c'est un peu ce que j'attends de la littérature, qu'elle interpelle...

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com
avatar
Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Reine Margot le Ven 17 Avr 2009 - 13:29

dégoûtée ou révulsée (quelle différence faites-vous?) par le peu d'humanité des personnages, du contexte, des scènes scabreuses...en un mot, beurk. mais bon je comprends que c'est une dénonciation de la guerre et que c'est fort, oui, mais ça m'a vraiment donné envie de vomir ce truc. enfin, je suis une âme sensible, ce genre de trucs gore ou scabreux me traumatise. Embarassed

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: ROMAN - 1988 : Agota Kristof, Le Grand Cahier, Grand-Mère

Message par Aloysa le Ven 17 Avr 2009 - 14:16

Ce qui est assez particulier dans cette oeuvre, c'est que si l'on regarde la place occupée par les scènes que tu évoques, on s'aperçoit que ce ne sont que quelques lignes au regard de l'ensemble. C'est assez impressionnant de voir que ces quelques lignes résonnent dans l'oeuvre tout entière. Moi aussi Marquise cela m'a impressionnée, choquée (disons qu'on ne s'y attend guère !). Mais finalement moins que certaines scènes chez Sade (auteur que j'aime beaucoup aussi mais je ne relirai jamais certaines scènes!).
avatar
Aloysa
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum