PENSEES - 1985 : Pierre Desproges, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PENSEES - 1985 : Pierre Desproges, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis

Message par Invité le Jeu 16 Avr 2009 - 23:10

Voici le plus petit dictionnaire de monde.
Il existe sur le marché des dictionnaires imprimés tout menu. Mais, à y regarder de plus près, ils comportent, sous un format réduit, un très grand nombre de mots. Celui-ci est le seul à ne comporter qu'un seul mot par lettre de l'alphabet. C'est par souci de clarté qu'il ne comporte que 52 mots, à savoir 26 mots communs et 26 noms propres, séparés par des pages roses pour faire joli.
C'est encore par souci de clarté que ces mots ont été répertoriés suivant l'ordre alphabétique, a avant b, b avant c, c avant d, et ainsi de suite jusqu'à z.
Il va de soi que les mots écartés du Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis ne l'on pas été arbitrairement, mais à la suite d'un choix réfléchi et en étroite collaboration avec les plus hautes autorités morales, politiques et religieuses qui se puissent rencontrer dans mon bureau, c'est-à-dire moi et mon chat sur les genoux car octobre est frisquet.
L'auteur

* a

Alunissage : n.m., du latin luna, la lune, et du préfixe a, très joli également.
Procédé technique consitant à déposer des imbéciles sur un rêve
enfantin.

* b

Bleu,e : adj, et n.m.
Qui est d'une couleur voisine du rouge, mais pas très : un ciel bleu, des yeux bleus, les flots bleus, une Opel Kadett bleue. Fig. Bouch. : un steak bleu ; s'emploie pour désigner un steak rouge. Fig. Mar. : bizut ; "Faut pas me prendre pour un bleu" (Rackham-le-Rouge)

* c

Chaussure : n.f.
La pénurie de chaussure désoblige le grincheux.

* d

Directeur : n.m., du latin di, la première porte, et rectus, à droite. On ne dit pas un petit directeur, on dit un chef de rayon. On ne dit pas un grand directeur, on dit un chef de diamètre.
Le féminin de directeur est la femme du directeur.

* e

Endive : n.f.
L'homme qui s'adonne à l'endive est aisément reconnaissable, sa démarche est moyenne, la fièvre n'est pas dans ses yeux, il n'a pas de colère et sourit au gichet des Assédic. Il lit Télé 7 Jours. Il aime tendrement la banalité. Aux beaux jours, il vote, légèrement persuadé que cela sert à quelque chose.

* f

Femme : n.f.
La femme est une substance matérielle organique composée de nombreux sels minéraux et autres produits chimiques parés de noms gréco-latins
qu'on retrouve également chez l'homme, mais dans des proportions qui forcent le respect.
Dépourvue d'âme, la femme est dans l'incapacité de s'élever vers Dieu. En revanche, elle est en général pourvue d'un escabeau qui lui permet
de s'élever vers le plafond pour faire les carreaux.

* g

Gynécée : n.m.
" Ou kilé li misée di lôvre ? _ Gynécée pas. "

* h

Hémiplégique : adj. et n.
Relatif à l'hémiplégie. Personne atteinte d'hémiplégie, c'est-à-dire de la paralysie de la moitié du corps provoquée le plus souvent par une lésion cérébrale dans l'hémisphére Nord, où les nuit sont plus fraiches.

* i

Insecte : n.m.
Les insectes sont des invertébrés de l'embranchement des articulés. Il n'y a pas de quoi se vanter.
Ce qui est étrange, chez la libellule, c'est qu'elle respire par où elle pète.
Maurice Genevoix, Humus

* j

Judaïsme : n.m.
Religion des juifs, fondée sur la croyance en un Dieu unique, ce qui la distingue de la religion chrétienne, qui s'appuie sur la foi en un seul Dieu, et plus encore de la religion musulmane, résolument monothéiste.

* k

Kamikaze : n.m.
Le mot kamikaze a désigné, pendant la Seconde Guerre Mondiale, les pilotes-suicide japonais qui venaient s'écraser sur les porte-avions américains pour vérifier le principe d'Archimède dans la rade d'Hawaii.
Pour se reproduire, le kamikaze, après une danse d'amour assez fastidieuse et suintante de simagrées extrême-orientales, dispose la kamikazette au centre du lit nuptial. Puis il grimpe sur l'armoire Henrito II et se jette dans le vide en criant : Bito, bito, ce qui signifie littéralement : I love you. Quand le lit casse, on dit que l'hiver sera rigoureux.

* l

Lazariste : n.m.
Nom donné aux membres de la Société des prêtres de la Société des prêtres de la Mission, fondée en 1625 par Saint Vincent de Paul, et appelés ainsi parce qu'ils adoraient la gare Saint-Lazare, alors qu'il n'y a pas de quoi.

* m

Mégathérium :n.m., du grec méga, grand, et thérion, bête.
Le seul ancêtre connu du mégathérium est le maximégathérium, dont la taille pouvait atteindre vingt-cinq mètres. On peut raisonnablement penser qu'il ne s'entendait même pas péter.

* n

National-socialisme : n.m.
On dira plus volontiers nazisme, c'est plus joli. Contrairement à la rage, le nazisme n'est pas remboursé par la Sécurité Sociale. Il est pourtant contagieux. Sa prévention passe obligatoirement par le respect des synagogues, le mépris de la mitraille et un minimum de réceptivité cordiale au chant plaintif des violons tziganes.

* o

OEil : n.m.
L' oeil est un outil merveilleux. C'est grâce à lui que l'homme peut, en un instant, reconnaître à coup sûr une langoustine d'un autobus, ce qui lui confère évidemment un immense sentiment de puissance sur la nature.
L'oeil humain est une mécanique merveilleuse dont la réussite parfaite nous conforte dans notre foi en Dieu. On regrettera seulement que l'oeil de cochon d'Inde ou du verrat périgourdin bénéficient de la même géniale complexité. C'est vexant.
Le clin d'oeil permet au drageur de se faire connaître avec une relative retenue et une certaine discrétion qu'on ne retrouve pas dans la main au panier.

* p

Pangolin : n.m.
Le pangolin ressemble à un artichaut à l'envers avec des pattes, prolongé d'une queue à la vue de laquelle on se prend à penser qu'en effet, le ridicule ne tue plus.

* q

Quadrumane : n.m. Qui a quatre mains. Exemple : le rossignol n'est pas quadrumane.


* r

Rouquin,e :adj. et n.
On reconnaît le rouquin aux cheveux du père, et le requin aux dents de la mère.

* s

Sens : n.m.
Les sens, chez Gégène, et, par extension, chez l'homme en général, sont la vue, le goût, l'odorat, le toucher, et Louis.
o La vue est l'organe des sens le plus important. Il suffit pour s'en convaincre d'observer le comportement d'un aveugle pendant une exhibition des ballets Moïsseiev : il maugrée, bougonne, s'impatiente. C'est un être aigri, frustré, peu ouvert à la facétie : offrez-lui un bilboquet, il se blessera.
o Louis n'est pas mal non plus. Sans Louis, comment savoir que c'est le plombier ?
o Le toucher est le moins passionnant des cinq sens. Nous nous contenterons de l'effleurer.
o L'odorat. Pour l'homme privé d'odorat, le No 5 de Chanel c'est de la merde.
o Le goût, enfin, que nous avons gardé pour la bonne bouche, peut être considéré comme le plus distingué des cinq sens. Au reste, il fait généralement défaut chez les masses populaires où l'on n'hésite pas à se priver de caviar pour se goinfrer de topinambours ! On croit rêver !

* t

Torture : nom commun, trop commun, féminin, mais ce n'est pas de ma faute.
Bien plus que le costume trois-pièces ou la pince à vélo, c'est la pratique de la torture qui permet de distinguer à coup sûr l'homme de la bête.
Il fallut attendre l'avènement du christianisme pour que la pratique de la torture atteigne un degré de raffinement enfin digne de notre civilisation. Aujourd'hui encore, quand on fait l'inventaire des ustensiles de cuisine que les balaises du Jesus'fan Club n'hésitaient pas à enfoncer sous les ongles des hérétiques, ce n'est pas sans une légitime appréhension qu'on va chez sa manucure.

* u

Uropygienne : adj.f., du grec oura, queue, et pugê, fesse. Se dit d’une glande graisseuse qui se trouve au croupion des oiseaux, et dont la sécrétion sert à graisser les plumes.

* v

Vélo : n.m., abrév. de vélocipède
Une erreur courante consite à penser que le vélo est le mari de la bicyclette. C'est faux. C'est son amant.

* w

Whisky : n.m.
Le whisky est le cognac du con.

* x

Xiphophore : n.m.
Le xiphophore est un petit poisson de coloration variée, de six à dix centimètres de long et originaire du Mexique.
Au moment de se reproduire, le xiphophore émet un cri strident : Christiane ! pour appeler la xiphophorette qui accourt bientôt ventre à flotte, la caudale en feu. S'ensuit alors une danse d'amour effrénée dont le tendre spectacle ne peut que toucher le coeur de tout homme capable de supporter un documentaire écologique marin sans balancer ensuite une grenade offensive dans le lac d'Enghien.

* y

Ysopet : n.m.
Nom donné, au Moyen Âge, à des fables ou recueils de fables. Avec cet effroyable cynisme d'emperruqué mondain qui le caractérise, La Fontaine n'hésita pas à puiser largement dans les isopets des autres pour les parodier grossièrement et les signer de son nom. Grâce à quoi, de nos jours encore, ce cuistre indélicat passe encore pour un authentique poète, voire pour un fin fin moraliste, alors qu'il ne fut qu'un pilleur d'idées sans scrupule, doublé d'un courtisan lèche-cul craquant des vertèbres et lumbagoté de partout à force de serviles courbettes et honteux léchages d'escarpins dans les boudoirs archiduchaux où sa veulerie plate lui assura le gîte, le couvert et la baisouillette jusqu'à ce jour de 1695 où, sur un lit d'hopital, le rat,
la belette et le petit lapin lui broutèrent les nougats jusqu'à ce que mort s'ensuive, ce qui prouve qu'on a souvent besoin d'un plus petit que soi. Essayez de vous brouter vous-même les nougats, vous verrez que j'ai raison.

* z

Zeugna : n.m.
Procédé qui consiste à rattacher grammaticalement plusieurs noms à un adjectif ou à un verbe qui, logiquement, ne se rapporte qu'à l'un des
noms.
Exemples de zeugma :
o En achevant ces mots, Damoclès tira de sa poitrine un soupir et de sa redingote une enveloppe jaune et salie. André Gide.
o Prenant son courage à deux mains et sa Winchester dans l'autre, John Kennedy se tira une balle dans la bouche. Richard Nixon, J'ai tout vu, j'y étais
o Plus périlleux, le double zeugma : Après avoir sauté sa belle-soeur et le repas du mini, le Petit Prince reprit enfin ses esprits et une banane. Saint-Exupéry, Ça creuse
Une récente statistique nous apprend que plus de 95% des mineurs lorrains ignorent totalement ce qu'est un zeugma !! Est-ce que cela les empêche d'aller au charbon ? Mais introduisez maintenant l'un de ces mêmes mineurs dans un salon mondain, et branchez la conversation sur le zeugma : qui a l'air con ? C'est le merle des corons, avec ses gros doigts noirs sur la flûte à champagne.


* Locutions Latines et Etrangères (Pages Roses)

o Alea jacta est : Ils sont bavards, à la gare de l'Est.
o Alea jacta ouest : À Montparnasse aussi.
o Fiat lux : Oh, la belle voiture
o Manu militari : Germaine s'est engagée dans les paras
o Mettez-moi donc un kilo de tomates, Mrs Carrington. Non. Pas de celle-là. Ma femme dit qu'elle est farineuse. Extrait de Ma vie à Londres en 1940 par Charles de Gaulle. Peut s'utiliser chez n'importe quel détaillant en légumes. Penser à changer le nom de la marchande.
o Motus Vivaldi : Ta gueule, Vivaldi. Chut (en vieux vénitien)
o Testis unus, testis nullus : On ne va pas loin avec une seule couille.
o Veni, vidi, vici : Je suis venu nettoyer les cabinets. Titre de l'hymne des travailleurs immigrés arrivant en France.
o Vis comica : On devrait enfermer les comiques.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSEES - 1985 : Pierre Desproges, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis

Message par Reine Margot le Ven 17 Avr 2009 - 9:48

modus vivaldi: Vivaldi sait s'habiller (réponse de Josette Bach à son mari Jean-Sébastien, qui lui demandait s'il était beau dans son nouveau pourpoint)
testis unus, testis nullus: on ne va pas loin avec une seule c....

et aussi, de mémoire: on reconnaît le rouquin aux cheveux du père et le requin aux dents de la mère.

_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum