Benoît Hamon appelle à "faire de l’évaluation une démarche et non seulement une mesure".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Benoît Hamon appelle à "faire de l’évaluation une démarche et non seulement une mesure".

Message par John le Jeu 22 Mai 2014 - 23:24

2. Faire évoluer les pratiques d'évaluation des élèves

Pour améliorer l'efficacité des apprentissages et la confiance en eux des élèves, il importe de faire évoluer les pratiques en matière d'évaluation des élèves. Il s'agit d'éviter que l'évaluation ne soit vécue par l'élève et sa famille comme un moyen de classement, de sanction, ou bien réduite à la seule notation. Elle doit faire l'objet d'une réflexion accrue des équipes pédagogiques. L'évaluation formative doit être conçue comme un moyen de faire progresser les élèves, au service des apprentissages.

Un premier temps d'évolution des pratiques d'évaluation sera engagé dès la rentrée 2014. Des fiches repères seront mises en ligne à la fin du printemps pour accompagner les enseignants dans cette évolution majeure pour le système éducatif. Il convient d'indiquer précisément ce qui est attendu de l'élève, de lui restituer un bilan détaillé de son travail et de lui donner les moyens de progresser et de résoudre ses difficultés scolaires. Il ne s'agit, en aucun cas, d'abaisser le niveau d'exigence requis par les prescriptions des programmes d'enseignement, mais de faire de l'évaluation une démarche, et non seulement une mesure, afin que l'élève se sente valorisé et encouragé à prendre confiance en ses capacités et puisse progresser. Dans cette perspective, la notation chiffrée peut jouer tout son rôle dans la démarche d'évaluation dès lors qu'elle identifie les réussites comme les points à améliorer et indique à l'élève les moyens pour améliorer ses résultats (voir fiche annexe « L'évaluation des acquis des élèves »).
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=79642


Benoît Hamon s'attaque à la notation.
Publiée jeudi 22 mai, la circulaire de rentrée veut faire évoluer les pratiques d’évaluation pour « améliorer l’efficacité des apprentissages et la confiance en eux des élèves ».[...]

François Hollande lui-même avait donné le cap : « L’objet de la notation devrait être d’indiquer un niveau plus que de sanctionner un élève », affirmait-il ainsi en Sorbonne à l’automne 2012. [...]

Ce document précise que l’évaluation ne doit pas se limiter à la seule notation. « Il convient d’indiquer précisément ce qui est attendu de l’élève, de lui restituer un bilan détaillé de son travail et de lui donner les moyens de progresser et de résoudre ses difficultés scolaires.

Il ne s’agit en aucun cas d’abaisser le niveau d’exigence requis par les prescriptions des programmes d’enseignement, mais de faire de l’évaluation une démarche et non seulement une mesure, afin que l’élève se sente valorisé et encouragé à prendre confiance en ses capacités et puisse progresser. »

Un point essentiel car – l’étude internationale Pisa le montre bien – les jeunes Français préfèrent souvent ne pas répondre que prendre le risque de se tromper…

Ceux qui pensent que l’avènement d’une école enfin « bienveillante » passe par une suppression pure et simple des notes, au moins jusqu’à la fin du primaire, seront nécessairement déçus. La démarche engagée par le ministère se veut pragmatique. Il s’agit de convaincre plutôt que d’imposer de nouvelles méthodes à des enseignants soucieux de leur liberté pédagogique et confrontés aux souhaits de parents souvent attachés à la notation « classique ».

DENIS PEIRON
http://www.la-croix.com/Actualite/France/Ecole-le-gouvernement-ouvre-le-chantier-de-la-notation-2014-05-22-1154481

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît Hamon appelle à "faire de l’évaluation une démarche et non seulement une mesure".

Message par adelaideaugusta le Ven 23 Mai 2014 - 10:39

Voici l'article du Figaro.


Benoît Hamon s’attaque à la notation.
Selon le ministère de l'Éducation nationale, «certaines pratiques d'évaluation induisent parfois des classements stigmatisants».
La sempiternelle question de «l'évaluation», avec en toile de fond celle des notes et de leur éventuelle suppression, est au programme de l'année 2014-2015. «Il s'agit d'éviter que l'évaluation ne soit vécue par l'élève et sa famille comme un moyen de classement, de sanction, ou bien réduite à la seule notation», explique la circulaire de rentrée, publiée le 21 mai. Ce traditionnel document, adressé aux personnels de l'éducation, qui fixe les orientations pédagogiques et éducatives, explique qu'«un premier temps d'évolution des pratiques d'évaluation sera engagé dès la rentrée 2014». «Certaines pratiques d'évaluation induisent parfois des classements perçus comme stigmatisants et dévalorisants», explique le texte.

Après les grandes envolées de François Hollande, lors de la «refondation de l'école» en octobre 2012 et celles de son ministre Vincent Peillon autour de la «notation-sanction» et de l'«évaluation positive», Benoît Hamon va donc passer aux travaux pratiques. Un sujet que le récent ministre de l'Éducation a plus d'une fois évoqué depuis son arrivée Rue de Grenelle. Sujet sur lequel il affiche la volonté de «trouver le consensus», là où les guerres idéologiques sont de rigueur, d'une FCPE favorable à une suppression pure et simple des notes à un Syndicat national des écoles (SNE) attaché à la notation. Pierre Favre, son président, s'empresse pourtant de relever que la circulaire de rentrée s'abstient d'enterrer la note - «la notation chiffrée peut jouer tout son rôle dans la démarche d'évaluation», précise-t-elle. Un brin ironique, Pierre Favre salue donc la fin du conflit entre «les partisans de la note chiffrée, imbéciles, pervers et sadiques», et les «opposants, parés de toutes les vertus», ainsi que le pragmatisme de Benoît Hamon sur la question. À travers cette circulaire de rentrée, le ministre de l'Éducation imprime le changement de style, après le philosophe Peillon.
«Lutter contre les discriminations»

C'est sans doute le pragmatisme qui l'a poussé à rester pour le moins évasif sur les fameux «ABCD de l'égalité», cette expérimentation autour de l'égalité filles-garcons, lancée en janvier 2014 dans onze académies volontaires, qui a suscité tant de polémiques autour de la «théorie du genre». En toute prudence, le document se garde d'écrire les quatre lettres. «Les projets pédagogiques visant à lutter contre les discriminations (entre les filles et les garçons, NDLR) et à prôner le respect et l'égalité sont encouragés. Le cas échéant, les évaluations de ces dispositifs permettent de définir les conditions de leur développement». Nous n'en saurons pas plus sur leur éventuelle généralisation.

«La réforme des rythmes scolaires sera généralisée à la rentrée 2014», précise en toute logique le document de 57 pages. La circulaire de rentrée recentre le message sur les «apprentissages» et «la réussite des élèves par une meilleure répartition des temps d'enseignement au cours de la semaine». Jusqu'ici tout va bien. Mais il précise dans le même temps que «les matinées ne sauraient être réservées au français et aux mathématiques même si ces périodes, pour la plus grande partie du temps, sont particulièrement favorables aux apprentissages exigeants»…
Quoi qu'il en soit, ce message ne saurait faire oublier l'assouplissement auquel Benoît Hamon a procédé, dès son arrivée à l'Éducation nationale. En permettant de regrouper les trois heures d'activités périscolaires en un après-midi, la réforme s'est trouvée quelque peu vidée de son sens.

La rédaction vous conseille :
• Rythmes scolaires: le nouveau decret qui détricote la réforme Peillon
• Rythmes scolaires: ce qui va concrètement changer à la rentrée
• Huit propositions pour aider Benoît Hamon àà sauver l'école

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum