Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
mik
Niveau 4

Doutes sur une lecture analytique sur le Voyage au Bout de la Nuit

par mik le Dim 25 Mai 2014 - 12:59
Bonjour à tous,
j'ai du mal avec une lecture analytique : dans l'extrait sur le colonialisme du Voyage de Céline, je n'arrive pas à cerner précisément l'identité de la personne qui fait la transaction (italique) : est-ce un blanc, un commis noir ? La personne qui intervient pour insulter la famille (italique 2) me parait être un commis noir.
De plus comment dois-je nommer la famille aux élèves : des noirs, des colons ou une autre appellation ?
Merci beaucoup pour votre aide, je suis un peu perdu.


Nous trinquâmes à sa santé sur le comptoir au milieu des clients noirs qui en bavaient d’envie. Les clients c’étaient des indigènes assez délurés pour oser s’approcher de nous les Blancs, une sélection en somme. Les autres nègres, moins dessalés, préféraient demeurer à distance. L’instinct. Mais les plus dégourdis, les plus contaminés, devenaient des commis de magasin. En boutique on les reconnaissait les commis nègres à ce qu’ils engueulaient passionnément les autres Noirs. Le collègue au « corocoro » achetait du caoutchouc de traite, brut, qu’on lui apportait de la brousse, en sacs, en boules humides.
  Comme nous étions là, jamais las de l’entendre, une famille de récolteurs, timide, vient se figer sur le seuil de la porte. Le père en avant des autres, ridé, ceinturé d'un petit pagne orange, son long coupe-coupe à bout de bras.
  Il n'osait pas entrer le sauvage. Un des commis indigènes l'invitait pourtant : « Viens, bougnoule ! Viens voir ici Nous y a pas bouffer sauvage ! » Ce langage finit par les décider. Ils pénétrèrent dans la cagna cuisante au fond de laquelle tempêtait notre homme au « corocoro ».
  Ce Noir n'avait encore, semblait-il, jamais vu de boutique, ni de Blanc peut-être. Une de ses femmes le suivait, yeux baissés, portant sur le sommet de la tête, en équilibre, le gros panier rempli de caoutchouc brut.
  D'autorité les commis recruteurs s'en saisirent de son panier pour peser le contenu sur la balance. Le sauvage ne comprenait pas plus le truc de la balance que le reste. La femme n'osait toujours pas relever la tête. Les autres nègres de la famille les attendaient dehors, avec les yeux bien écarquillés. On les fit entrer aussi, enfants compris et tous, pour qu'ils ne perdent rien du spectacle.
  C’était la première fois qu’ils venaient comme ça tous ensemble de la forêt, vers les Blancs en ville. Ils avaient dû s’y mettre depuis bien longtemps les uns et les autres pour récolter tout ce caoutchouc-là. Alors forcément le résultat les intéressait tous. C’est long à suinter le caoutchouc dans les petits godets qu’on accroche au tronc des arbres. Souvent, on n’en a pas plein un petit verre en deux mois.
  Pesée faite, notre gratteur entraîna le père, éberlué, derrière son comptoir et avec un crayon lui fit son compte et puis lui enferma dans le creux de la main quelques pièces en argent. Et puis : « Va-t'en! qu'il lui a dit comme ça. C'est ton compte !... »
  Tous les petits amis blancs s'en tordaient de rigolade, tellement il avait bien mené son business. Le nègre restait planté penaud devant le comptoir avec son petit caleçon orange autour du sexe.
  « Toi, y a pas savoir argent? Sauvage alors? que l'interpelle pour le réveiller l'un de nos commis, débrouillard, habitué et bien dressé sans doute à ces transactions péremptoires. Toi y en a pas parler « francé » dis ? Toi y en a gorille encore hein ?... Toi y en a parler quoi hein ? Kous Kous ? Mabillia ? Toi y en a couillon ! Bushman ! Plein couillon ! »
  Mais il restait devant nous le sauvage, la main refermée sur les pièces. Il se serait bien sauvé, s'il avait osé, mais il n'osait pas.
  « Toi y en a acheté alors quoi avec ton pognon ? intervint le « gratteur » opportunément. J'en ai pas vu un aussi con que lui tout de même depuis bien longtemps, voulut-il bien remarquer. Il doit venir de loin celui-là! Qu'est-ce que tu veux ? Donne-moi le ton pognon ! »
Il lui reprit l'argent d'autorité et à la place des pièces lui chiffonna dans le creux de la main un grand mouchoir très vert qu'il avait été cueillir finement dans une cachette du comptoir.
  Le père nègre hésitait à s'en aller avec ce mouchoir. Le gratteur fit alors mieux encore. Il connaissait décidément tous les trucs du commerce conquérant. Agitant devant les yeux d'un des tous petits Noirs enfants, le grand morceau vert d'étamine : « Tu le trouves pas beau, toi, dis morpion ? T'en as souvent vu comme ça, dis ma mignonne, dis ma petite charogne, dis mon petit boudin, des mouchoirs ? » Et il le lui noua autour du cou, d'autorité, question de l'habiller.
  La famille sauvage contemplait à présent le petit orné de cette grande chose en cotonnade verte... Il n'y avait plus rien à faire puisque le mouchoir venait d'entrer dans la famille. Il n'y avait plus qu'à l'accepter, le prendre et s'en aller.
  Tous se mirent donc à reculer lentement, franchirent la porte, et au moment où le père se retournait, en dernier, pour dire quelque chose, le commis le plus dessalé qui avait des chaussures le stimula, le père, par un grand coup de botte en plein dans les fesses.
Toute la petite tribu, regroupée, silencieuse, de l'autre côté de l'avenue Faidherbe, sous le magnolier, nous regarda finir notre apéritif. On aurait dit qu'ils essayaient de comprendre ce qui venait de leur arriver.
Céline, Voyage au Bout de la Nuit (1932)
avatar
FelixA
Niveau 7

Re: Doutes sur une lecture analytique sur le Voyage au Bout de la Nuit

par FelixA le Dim 25 Mai 2014 - 14:41
D'après le passage juste avant celui-ci, le "gratteur" semble être un Blanc, puisqu'il est dit que "deux ans de cuisson ininterrompue sous des tôles ondulées lui ont rendu les yeux atrocement secs" (il doit donc être en Afrique depuis deux ans au moment de la narration).
Quant à la famille, je dirais simplement "une famille indigène/Noire".
avatar
Enzo17
Niveau 7

Re: Doutes sur une lecture analytique sur le Voyage au Bout de la Nuit

par Enzo17 le Dim 25 Mai 2014 - 19:40
J'aurais dit "indigène" également.

_________________
"*Non jamais, plutôt crever, que laisser la vie me descendre...*"
avatar
Oudemia
Empereur

Re: Doutes sur une lecture analytique sur le Voyage au Bout de la Nuit

par Oudemia le Dim 25 Mai 2014 - 19:51
Surtout pas "colons" en tout cas, qui a une autre signification que "cultivateurs" !
Ce sont des "récolteurs".
D'autre part je ne serais pas choquée de lire aussi "la famille sauvage" "les sauvages" puisqu'ils vivent dans un endroit reculé...


Dernière édition par Oudemia le Dim 25 Mai 2014 - 23:02, édité 1 fois (Raison : précisions)
Contenu sponsorisé

Re: Doutes sur une lecture analytique sur le Voyage au Bout de la Nuit

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum