Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Message par John le Mar 27 Mai 2014 - 22:44

Comment passe-t-on, comme vous, de Chevènement au FN ?

Les positions que nous défendions en 2002 aux côtés de Jean-Pierre Chevènement sont aujourd’hui défendues par Marine Le Pen.

Depuis 1992, j’ai identifié que ce qui a entraîné la France dans le mal-être social, c’est l’euro mondialisme. La première fois où j’ai voté avec une entière conviction, c’était non à Maastricht.

J’ai cherché, suite à cela, un mouvement politique qui défendait les valeurs de la République. J’ai cherché un nouveau de Gaulle. J’avais identifié Jean-Pierre Chevènement. Mais j’ai constaté qu’il n’était pas à la hauteur de cette posture gaullienne : par delà la gauche et la droite, la France. J’ai eu neuf ans de flottement politique jusqu’à Marine Le Pen.

Le FN est quand même un parti dont le fondateur, Jean-Marie Le Pen, parlait des profs comme de « crassouillards » ou des « fumeurs de shit aux savates éculées ».

Nous ne sommes plus à l’époque où le Menhir tenait ces discours-là. Il a eu une tentation libérale… Mais nous sommes en 2013 et les positions de Marine Le Pen sont très éloignées de cela.
http://www.lejournaldupaysyonnais.fr/2013/11/08/alain-avello-prof-de-philo-engage-aux-cotes-de-marine-le-pen-%C2%ABje-ne-suis-pas-un-directeur-de-conscience%C2%BB/

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Message par Igniatius le Mar 27 Mai 2014 - 23:10

Elle est terrible cette interview : je suis d'accord avec la quasi-totalité de ses points de vue sur l'école et il porte un discours très mesuré.
Ce discours, nous étions nombreux à l'avoir avant que Le Pen ne le reprenne puisque les "progressistes" ont forcé la gauche à le jeter aux orties.

Ce qui me tue, c'est que ce type réfute l'idée que ce ne soit que du marketing électoral de la part de Le Pen et que derrière ce parti se cachent des idées très sales et très droitières. Je note qu'il qualifie la pensée libérale du père Le Pen de "parenthèse". Ouais, seulement 30 ans !
Alors, est-il sincère ou manipulateur ?
Je ne peux croire qu'un gars intelligent se contente de croire aux déclarations de ce parti extrêmiste.
En même temps, quand il parle de l'immigration, on sent poindre la pensée lepeniste...


Bref, Marine Le Pen a de beaux jours devant elle...


Note : je constate que le gars enseigne en Vendée. Quel département décidément !

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Message par PauvreYorick le Mar 27 Mai 2014 - 23:20

A. Avello a écrit:Le collectif Racine n’est pas un un dispositif servant une tactique électorale. Si tel était le cas, je ne serais pas dans l’aventure.
Il faut corriger : « si je croyais que tel était le cas, je ne serais pas dans l'aventure. » (À supposer que ce soit sincère, et ça l'est probablement.) La phrase, sans la correction, paraît supposer l'infaillibilité du locuteur sur ce point, ce qui est justement présomptueux.

Sinon, j'ai un peu les mêmes réactions qu'Igniatius. En particulier, je remarque que ce professeur tient, pour justifier son engagement militant au FN, un discours que pourraient tenir quasiment mot pour mot une foule de collègues qui, quant à eux, situeraient leurs affinités politiques tout à fait ailleurs (et, en fait, presque partout, non ?).

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Message par e-Wanderer le Mer 28 Mai 2014 - 1:27

Cela tient à ce que le FN a pas mal pompé d'idées ailleurs : stratégiquement, il faut reconnaître que c'est plutôt bien joué de reprendre (souvent) les thèses des gaullistes qui ont presque disparu de la scène politique depuis le retrait effectif de Chevènement et le hold-up libéral et atlantiste orchestré à l'UMP par Sarkozy. Le FN a bien senti le coup et a largement renoncé à son discours libéral, et certains, comme Philippot, se déclarent carrément gaullistes (c'est pourtant oublier un peu vite d'où vient le FN, sa proximité avec l'OAS etc.).

Mais il y a les idées, et il y a les valeurs. Sur les premières, il arrive qu'il y ait des convergences. Sur les secondes, le fossé est pour moi infranchissable.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Message par Presse-purée le Mer 28 Mai 2014 - 7:09

C'est tout de même simpliste ce qu'il dit, sur le cours magistral et bien d'autres sujets.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Portrait d'Alain Avello, cofondateur du collectif Racine (Rassemblement Bleu Marine)

Message par Presse-purée le Jeu 29 Mai 2014 - 16:43

Pour info:

Retenir les leçons du passé, ni syndicat ni mouvements de parents d'élèves

C'est donc à partir de ce double héritage – des efforts infructueux pour s'implanter dans l'école et un discours résolument hostile au corps enseignant – que le Collectif tente aujourd'hui de « s'enraciner ».

Cela passe par une redéfinition de sa stratégie. Le Collectif Racine ne se présente pas comme un «syndicat» :

"Ni le Collectif Racine, ni le Collectif Marianne (équivalent du Collectif Racine pour les étudiants du FN, NDLR), nous l’avons plusieurs fois affirmé, n’ont vocation à devenir des syndicats, même si, en tant que forces qui ne peuvent que compter dans le cadre de l’École et de l’Université, les syndicats enseignants et étudiants sont par nécessité au nombre de nos interlocuteurs.

Mais, un syndicat n’a d’autre fonction que de défendre les intérêts particuliers de ses mandants, alors que la nature de notre engagement commun est, en revanche, profondément politique."


Les trajectoires et les accointances syndicales sont d'ailleurs instructives : certains sont passés par FO (Yannick Jaffré, Alain Avello) – syndicat qui continue à trouver grâce à leurs yeux dans certains communiqués. Un des représentants du Snalc était par ailleurs présent à l’émission qualifiée de «fondatrice» par le collectif Racine sur Radio Courtoisie, il a depuis été démis de ses fonctions par son syndicat.

Selon son secrétaire général, Alain Avello, «L’objectif du Collectif Racine est double : il s’agit, d’une part, de favoriser la pénétration des idées patriotes dans le milieu enseignant en signifiant à tous les enseignants de France, via les médias, notre structure internet, les actions que nous menons… qu’un certain nombre de leurs collègues produit des analyses sérieuses du système scolaire comme de ses dysfonctionnements, et s’emploie à frayer les voies de son redressement ; il s’agit, d’autre part, de nous constituer, sur la base de ces travaux, en véritable force de proposition dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017, élection qui, nous l’espérons ardemment, portera au pouvoir Marine Le Pen dont la volonté politique sans faille permettra la mise en œuvre effective du redressement de l’École que nous appelons de nos vœux.» (Discours prononcé à Nantes le 14 février 2014).

Un développement plus médiatique qu'effectif

Dans le journal Le Monde (11 octobre 2013), le porte-parole de Racine, Alain Avello annonce recevoir « 5 inscriptions par jour depuis que s'est ébruitée la nouvelle de notre création. Nous étions 50 le 2 octobre 2013, nous sommes 90 le 10. Quand nous aurons 3 adhérents par département, nous ouvrirons des sections locales ».Quoi qu'il en soit, si l'on prend au sérieux ces déclarations, le développement est moins fulgurant que prévu. À ce jour (mai 2014) – 1 an après le lancement officiel (mai 2013) – seul un département semble avoir enregistré les trois adhésions nécessaires à l'implantation d'une structure départementale... le Var ! (le lancement officiel a eu lieu à Fréjus le 28 avril 2014) Et cela malgré une couverture médiatique assez inouïe (Le Monde, Le Figaro, Le Point, Libération, Le Nouvel Obs, Marianne, les radios, les télés, etc.)

Le Collectif Racine, c'est qui ?

À l'origine, en mai 2013, 14 « personnalités » sont signataires de l'appel de lancement du Collectif Racine publié dans Le Figaro (2 mai 2013). La parité est très loin d'y être respectée, dans une profession pourtant fortement féminisée : 3 femmes seulement sur les 14 noms. Autre élément caractéristique de l'ancrage de l'extrême-droite dans le monde enseignant, la quasi absence de professeurs du premier degré : une seule, quand tous les autres signataires exercent en collèges, lycées ou sont... retraité(e)s ! Historiquement, l'Action française ou les différentes sensibilités réactionnaires ont toujours attiré à eux des enseignants du secondaire, plus sensibles à la corde « élitiste » et beaucoup moins « populaires » que leurs collègues du premier degré.

Politiquement, les trajectoires mises en avant se veulent exemplaires et l'appartenance au FN n'est pas clairement revendiquée, au profit du « Regroupement Bleu marine ». La quasi-totalité des signataires ont pourtant été candidats aux municipales, l'action en direction de l'école étant donc une des facettes de leur engagement, mais pas la seule : sur les 14 signataires, 10 ont été candidats pour les listes FN !

Alain Avello, professeur certifié de philosophie, s'est présenté à Nantes. Henri Dubost, professeur agrégé de mathématiques était candidat à Montigny-le-Bretonneux. Jean-Bernard Formé, professeur agrégé de physique, candidat à Lorgues. Julien Langard, professeur certifié d’histoire et de géographie ; responsable du FN du canton Carpentras Sud. Valérie Laupies, directrice et professeur des écoles en ZEP; candidate FN à Tarascon. Gilles Lebreton, professeur de droit public des universités, doyen honoraire de faculté ; conseiller Enseignement supérieur de Marine Le Pen, candidat tête de liste Région Ouest aux Européennes Catherine Rouvier, docteur d’État en droit, Maître de conférences des universités, candidate à la mairie d’Aix-en-Provence. Michel Sibel, professeur certifié d’éducation physique et sportive, candidat à Luisant. François Siméoni, professeur agrégé de physique ; candidat FN à Versailles. Jean-Christian Tarelli, professeur agrégé de sciences sociales, FN Toulon.

Des biographies « officielles »

Les parcours politiques veulent conforter l'idée d'un rassemblement qui dépasse les anciens clivages. Si certains sont issus du RPR (Michel Sibel), c'est surtout la mouvance chevènementiste qui est à l'honneur (Yannick Jaffré, Valérie Laupies, Alain Avello, Gilles Lebreton) - un tiers des signataires. C'est du moins l'image qui est mise en avant. Ces transfuges n'hésitent cependant pas à accorder des entretiens à L'Action française (Yannick Jaffré), à évoquer la figure de Soral (Valérie Laupies : « c’est Alain Soral qui m’a mise sur la voie en 2007 en me suggérant de voter Front national. En effet,  à cette époque je lui avais confié que j’étais déçue du MRC de Jean-Pierre Chevènement. » déclare-t-elle sur le site de Riposte laïque en mai 2012) ou même à intervenir lors d’une « université » du Parti Communautaire National-Européen (PCN), un micro-parti d’inspiration nationale-bolchévique (Alain Avello)... Le même Avello figure par ailleurs sur une liste FN, à Nantes, conduite par Christian Bouchet, figure du mouvement « nationaliste révolutionnaire » (il fut successivement secrétaire-général des mouvements Troisième voie, Nouvelle résistance et Unité radicale, avant de rejoindre le MNR puis le FN).

Il suffit d'ailleurs de se plonger un instant dans la prose de ces militants pour y retrouver tout ces clichés réactionnaires les plus radicaux et les moins subtils, surtout quand les textes sont plus « confidentiels », comme lorsque Yannick Jaffré « répond aux antifas » : « Les AA Antifas anonymes, NDLR communient en l’espèce avec la Licra et le Crif (chacun sachant qu’elles occupent l’avant-garde de la révolution sociale) dans l’agitation hystérique d’un spectre d’où ils tirent tous leur sentiment d’exister » ou encore : « Combien de jeunes professeurs ont pâti dans leur moral et leur goût d’enseigner de ce totalitarisme mou portés par des dépressifs-agressifs dont la voix doucereuse, les tenues « développement solidaire », les attitudes « psys » et les tupperware « bios » ne doivent pas faire oublier la profonde méchanceté ? » (et dire que Marine Le Pen s'efforce de se rapprocher des enseignants...!)

Cette frange nationale-républicaine et nationale-populiste n'hésite donc pas un instant à s'associer à des purs et durs de l'extrême droite et à investir ses tribunes (interview à L'Action française de Yannick Jaffré, présence sur le site Riposte laïque, etc.) mais également aux ultra-cathos : deux des signataires sont animateurs de la très réactionnaire Radio Courtoisie (Henri Dubost, Catherine Rouvier).

Intéressant est le cas de cette dernière, Catherine Rouvier, candidate FN à la mairie d’Aix-en-Provence qui s'était fait remarquer il y a quelques temps pour un article publié où elle listait les obstacles à "une maternité triomphante" :

- le divorce, ce « spectacle désolant » : « le début de la logique de la guerre » ; - le travail féminin, dont « nos enfants souffrent » et qui est « inconciliable » avec une « maternité pleinement assumée » ; - l’avortement ; - « l’omniprésence obscène du préservatif dans l’espace public » : « Il est temps de rejeter la dictature du préservatif. Indispensable outil des tristes amours anales, précaution recommandée à ceux qui pratiquent vagabondage et tourisme sexuels, protection occasionnelle contre une grossesse non désirée » ; - et les campagnes d’information sur la contraception, cette « propagande de l’Etat » qui pourrait « expliquer bien des impuissances et des frigidités » la sensibilisation à la contraception « une déclaration de guerre ».

Cela ne semble guère choquer ces républicains défenseurs d'une laïcité « radicale » s'efforçant de retoiletter leur image extrémiste.... Lors d'un débat avec Jean-Noël Dumont le 9 février 2014 à Lyon, Yannick Jaffré déclarait «Car c'est bien aussi, à travers la question de l'école, du catholicisme qu'il s'agit entre nous, aujourd'hui, et de son lien spécial, électif avec la France. Et je le dis avec force, il est de l'intérêt de la nation que le catholicisme vive, parce que le catholicisme c'est la France. ». Déclaration abrupte qu'il s'agit de nuancer bien vite par un « la France, ce n'est pas seulement le catholicisme »...

Loin d'être une nouveauté, comme le prétendent ses animateurs, le collectif recycle la vieille rhétorique d'extrême-droite, toujours aussi peu soucieuse des alliances contre-nature. Il s'agit d'occuper le terrain, de préférence médiatiquement, et de ratisser large dans une perspective électoraliste en jouant sur les grosses ficelles de la décadence et de la haine de l'égalité, nous y reviendrons dans un prochain billet de décryptage du programme éducatif du FN.

http://www.questionsdeclasses.org/reac/index.php?post/2014/05/10/Le-collectif-Racine-%3A-une-alliance-des-nationaux-r%C3%A9publicains-et-d-ultra-r%C3%A9acs-religieux

Quels remèdes ? « Redresser et remettre au pas l'école, dresser les corps » (Michel Sibel, membre du Collectif Racine)

Comment alors redresser l'école selon le collectif Racine ? En supprimant les étrangers, en supprimant les syndicats (une des mesures phares de Vichy)... restent les enseignants, dont il est bien difficile de se passer mais qu'il faudra rééduquer : « À ce titre, la formation des enseignants doit être profondément repensée : un professeur ne doit pas seulement « gérer des situations », il doit surtout incarner cet impératif d'excellence par les compétences et le savoir qui fondent la légitimité de sa fonction, cela justifiant le cours magistral et la « verticalité de la transmission ». » (tribune du Collectif Racine dans Le Figaro, 2 mai 2013)

Les propositions formulées par le Collectif Racine s'organisent autour de deux directions : celles qui concernent les méthodes pédagogiques et celles qui concernent la réorganisation du système éducatif. Concernant ces dernières, un seul mot d'ordre, régulièrement rappelé : « nous incarnons, au titre de l'intérêt général, une volonté de redressement de l'École comme de l'enseignement supérieur, qui ne pourra intervenir que par le haut : par la volonté politique qui restaura l'État comme condition et moyen de ce redressement. » (Allocution d’Alain Avello apportant le parrainage du Collectif Racine au Collectif Marianne, 8 mars 2014) « La cause nationale que représente le redressement de l'École exige enfin que l'État soit pleinement rétabli dans sa souveraineté et qu'à lui seul revienne, au titre de l'intérêt supérieur de la Nation, de définir les finalités et les modalités d'une réforme en profondeur du système. … Une recentralisation de l'administration de l’Éducation nationale s'impose au contraire, afin d'éviter la multiplication anarchique d'expériences diverses dont le résultat n'est jamais vraiment contrôlé : seul l'État peut redresser le système en garantissant la stricte observation de l'égalité et de l'équité républicaine. » (tribune du Collectif Racine dans Le Figaro, 2 mai 2013). Contrôle, surveillance, mise au pas, renforcement des hiérarchies (le programme éducatif du FN pour 2012 prévoyait la création d'un statut de directeur d'école sur le modèle chefs des collèges et lycées).

Quant aux élèves, la solution est finalement assez simple : dans l'article de Véronique Soulé déjà cité, on peut lire un « heureux » résumé du programme du Collectif, dans la bouche même de l'un de ses animateurs : « si on redresse le corps, on redressera l'école. Or, a-t-il déploré, les jeunes aujourd'hui ont des corps avachis - ils boivent, il fument, "ils écoutent des rappeurs qui vomissent la nation", sans parler des salles de shoots qui vont peut-être ouvrir... "Redressons les corps et l'école se redressera", a répété Michel Sibel. »

L'école de la Nation, l'école de la Patrie... c'est l'objectif visé, une véritable « révolution nationale » qui dès lors ne s’embarrasse plus trop, dans la prose du Collectif, des références à l'école de la République et encore moins à la démocratie... Finalement, il s'agit ni plus ni moins que de faire de l'école « un sanctuaire contre la pédagogie » ! (programme éducatif de Marine Le Pen en 2012)

http://www.questionsdeclasses.org/reac/index.php?post/2014/05/29/R%C3%A9gression%2C-s%C3%A9gr%C3%A9gation%2C-tradition.-Le-programme-Racine-%3A-l-%C3%A9cole-du-FN

Je félicite au passage les quelques personnes qui assimilent un syndicat à cela.

En bref, ce collectif fonctionne comme son parti maître: il fait le gentil dans la presse, mais quand on gratte un peu...

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum