Slate : Joël Dicker et Jérôme Ferrari lus au prisme de Charles Datnzig.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Slate : Joël Dicker et Jérôme Ferrari lus au prisme de Charles Datnzig.

Message par John le Sam 7 Juin 2014 - 23:21

«La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert», de Joël Dicker, vient de recevoir le prix Goncourt des lycéens. Le jeune jury a fait ainsi un choix a priori opposé à celui du moins jeune du Goncourt qui a primé Jérôme Ferrari.

A la page 226 de son Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig définit ainsi les «critères du bon écrivain ou du bon livre»:

«On reconnaît le bon écrivain à ce qu'il nous intéresse à ce qui ne nous intéresse pas. Les plaines, les Flandres, les ciels bas me rebutent, mais j'aime Verhaeren.»

Cette définition colle assez bien avec Le Sermon sur la chute de Rome, de Jérôme Ferrari, auquel a été décerné le Goncourt 2012 pour un roman sur un bar corse où viennent s’accouder des paumés.

Elle colle a priori nettement moins bien avec celui de Joël Dicker, jeune auteur suisse de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert qui a lui reçu le Goncourt des lycéens pour un roman qui nous intéresse à ce qui intéresse tout le monde. [...]

Dicker a voulu faire de son roman un objet de partage en même temps qu'une réflexion sur la possibilité de partage. Les clichés étant le plus grand dénominateur commun. Mais il opère aussi cette transfiguration du réel propre à la littérature –et aux bons écrivains. «Le bon écrivain impose ce qu'il montre, écrit Dantzig. Nous ne l'avions pas regardé jusque-là. Nous le voyons. Cela nous paraît évident. C'est un des critères qui permet de reconnaître le bon écrivain. Qui avait regardé les célibataires avant Montherlant?» Qui les clichés avant Dicker?
http://www.slate.fr/culture/64971/joel-dicker-goncourt-lyceens

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum