Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Tournesol le Dim 8 Juin 2014 - 16:35

Est-il juste de dire que le rejet est un enjambement particulier ?

Merci !

_________________
J'habite près de mon silence
à deux pas du puits et les mots
morts d'amour doutant que je pense
y viennent boire en gros sabots
comme fantômes de l'automne
mais toute la mèche est à vendre
il est tari le puits, tari.

(G. Perros)

Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours. (Gandhi)

Tournesol
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par miss terious le Dim 8 Juin 2014 - 18:10

Pour moi, je dirais oui. Le rejet et le contre-rejet sont des sous catégories d'enjambement. Mais attends d'autres réponses pour confirmer ou infirmer ma réponse.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par miss terious le Dim 8 Juin 2014 - 18:23

Wikipédia va dans mon sens : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enjambement_(po%C3%A9sie)

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par User5899 le Dim 8 Juin 2014 - 18:26

Sans être un spécialiste de versification, je suis d'accord avec cette façon de présenter.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Kilmeny le Dim 8 Juin 2014 - 18:39

@Tournesol a écrit:Est-il juste de dire que le rejet est un enjambement particulier ?

Merci !

Oui, tout à fait.

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Dalilah le Dim 8 Juin 2014 - 18:48

Oui. C'est un enjambement inférieur à l'hémistiche (donc moins de 6 syllabes pour un alexandrin).

Dalilah
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par egomet le Dim 8 Juin 2014 - 19:05

Bof.
Le rejet est une rupture de rythme très forte, donc intéressante à souligner.
L'enjambement retombe sur une pause naturelle. Il est beaucoup moins sensible.
Il est bon de faire sentir la différence.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Tournesol le Dim 8 Juin 2014 - 20:15

Merci de vos réponses !

_________________
J'habite près de mon silence
à deux pas du puits et les mots
morts d'amour doutant que je pense
y viennent boire en gros sabots
comme fantômes de l'automne
mais toute la mèche est à vendre
il est tari le puits, tari.

(G. Perros)

Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours. (Gandhi)

Tournesol
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par touby le Lun 12 Sep 2016 - 10:19

Je profite de ce vieux post pour poser une question :
dans Ma Bohème, êtes-vous d'accord pour parler de rejet dans ces vers ?
"- Petit Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes."
Le Terre des Lettres parle d'enjambement. Mais c'est peut-être dans le sens large donné par Tournesol, pour ne pas entrer dans les détails (c'est le manuel de 5e). Qu'en pensez-vous ?

touby
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Judith le Lun 12 Sep 2016 - 13:39

Je crois qu'on devrait parler de rejet aux élèves, certains s'y perdent déjà. Je commence "Ma Bohème" demain avec mes 5e et avec TDL, et je parlerai de rejet.

Judith
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par yranoh le Lun 12 Sep 2016 - 14:28

Pour moi, c'est au lecteur de choisir. Ici, il me semble bien plus intéressant de faire une forte pause en fin de vers, et de parler de rejet (comme le plus souvent, d'ailleurs). D'ailleurs, à cause des sonorités, il est presque impossible de ne pas faire de pause ici.

yranoh
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Izambard le Lun 12 Sep 2016 - 14:43

@touby a écrit:Je profite de ce vieux post pour poser une question :
dans Ma Bohème, êtes-vous d'accord pour parler de rejet dans ces vers ?
"- Petit Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes."
Le Terre des Lettres parle d'enjambement. Mais c'est peut-être dans le sens large donné par Tournesol, pour ne pas entrer dans les détails (c'est le manuel de 5e). Qu'en pensez-vous ?

Au lycée je leur fais noter le rejet.

Izambard
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Iphigénie le Lun 12 Sep 2016 - 14:50

Ici avec la distorsion du verbe et de son cod on peut aussi dire que c'est du teasing, non? pingouin
Enfin ça porte peut-être aussi un nom, ça?

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par PauvreYorick le Lun 12 Sep 2016 - 14:54

Je m'aventure hors de mon domaine, mais je vois ici un rejet, donc un enjambement. La seule raison de préférer "rejet" est que c'est plus précis (et c'est une très bonne raison, et suffisante). Mais on ne peut pas rejeter "enjambement": ce n'est pas faux, ça n'est juste pas aussi précis qu'on pourrait l'être. Non?

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par DesolationRow le Lun 12 Sep 2016 - 15:02

@PauvreYorick a écrit:Je m'aventure hors de mon domaine, mais je vois ici un rejet, donc un enjambement. La seule raison de préférer "rejet" est que c'est plus précis (et c'est une très bonne raison, et suffisante). Mais on ne peut pas rejeter "enjambement": ce n'est pas faux, ça n'est juste pas aussi précis qu'on pourrait l'être. Non?

Il me semble que c'est très exactement ça.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par touby le Lun 12 Sep 2016 - 17:34

Merci pour vos réponses ! topela

touby
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par nlm76 le Mer 14 Sep 2016 - 16:31

D'accord avec les autres: le rejet est une forme particulière d'enjambement.
@yranoh : la question de la "pause" est essentielle. A mon avis "enjambement" ne signifie pas qu'il n'y a pas de pause à l'oral, mais que la lecture de la fin du premier vers doit à la fois marquer la fin du vers et créer l'attente de la fin à venir, comme mise en suspens. Dans l'enjambement, le sens enjambe sur le vers. Mais je ne pense pas que le débit de déclamation doive enjamber la fin de vers, ni qu'il fasse traiter la répétition rythmique par dessus la jambe.

Au fait, ne trouvez-vous pas qu'il serait bon de voir assez tôt la notion d'enjambement à la césure, qui permet de comprendre la structure de l'alexandrin, sans raconter qu'il lui arrive de ne plus être 6+6, ce qui ne tient pas, rythmiquement parlant ?

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par Sullien le Mer 14 Sep 2016 - 17:07

@nlm76 a écrit:D'accord avec les autres: le rejet est une forme particulière d'enjambement.
@yranoh : la question de la "pause" est essentielle. A mon avis "enjambement" ne signifie pas qu'il n'y a pas de pause à l'oral, mais que la lecture de la fin du premier vers doit à la fois marquer la fin du vers et créer l'attente de la fin à venir, comme mise en suspens. Dans l'enjambement, le sens enjambe sur le vers. Mais je ne pense pas que le débit de déclamation doive enjamber la fin de vers, ni qu'il fasse traiter la répétition rythmique par dessus la jambe.

C'est un véritable problème ; certains jurys de concours s'étonnent d'entendre les candidats faire une pose malgré l'enjambement...

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par nlm76 le Mer 14 Sep 2016 - 18:01

Il suffit de leur expliquer le choix de diction ! Et surtout de réussir à marquer cette pause de façon fluide, avec un véritable suspens, et non un arrêt.
Que cet intellectualisme généralisé me paraît pitoyable !

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par yranoh le Dim 25 Sep 2016 - 0:56

@nlm76 a écrit:
Au fait, ne trouvez-vous pas qu'il serait bon de voir assez tôt la notion d'enjambement à la césure, qui permet de comprendre la structure de l'alexandrin, sans raconter qu'il lui arrive de ne plus être 6+6, ce qui ne tient pas, rythmiquement parlant ?
Pourquoi dites-vous qu'il n'existe pas d'alexandrins autres que 6/6 ?

yranoh
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par nlm76 le Dim 25 Sep 2016 - 12:12

J'appellerais les trucs que fait Rimbaud à la fin (7/5 puis 6/6 puis 5/7) des dodécasyllabes, qui ne sont pas loin de l'arythmie.
Les prétendus trimètres romantiques sont en fait des alexandrins normalement césurés avec césure enjambante (à 6 on a toujours une syllabe accentuable, même si un effet de swing est produit par l'attente par exemple du nom après l'adjectif, ou de l'adjectif après le nom). Chez Verlaine, ensuite, on a un alexandrin généralement régulier avec rupture de rythme à cause d'une césure plus qu'enjambante ("Et le vieux tremble sa / plainte sempiternelle") reste rythmique parce qu'il est dans un environnement d'alexandrins : le rythme du contexte invite à créer un suspens sur "sa".
En revanche, des trucs où on a compté jusqu'à 12 sur ses doigts pour faire de prétendus alexandrins sont complètement arythmiques et ne présentent que fort peu d'intérêt. Cependant, on peut concevoir des dodécasyllabes réguliers qui seraient régulièrement déclamables en hémistiches de sept et de cinq.
Le problème est qu'on confond la césure et l'extrémisme de Boileau. Boileau refuse la césure enjambante. C'est un point de vue. Mais cela ne signifie pas qu'une césure enjambante ne soit pas une césure.
Maintenant, enjamber à partir d'une syllabe non accentuable, au milieu d'un mot en français, c'est soit très audacieux (possible dans le cadre d'un poème où le rythme est installé — ainsi dans ce Verlaine que je ne retrouve pas où il évoque une panthère ou un autre félin, ou dans les poèmes saturniens évoqués ci-dessus où la césure tombe sur le déterminant d'un nom qui suit), soit n'importe quoi.

P.S. vous connaissez sans doute la distinction entre vers simple (jusqu'à 8 syllabes) et vers composé (au-delà), nécessaire pour la saisie intuitive du rythme, impossible pour des cellules supérieures à 9 syllabes dépourvues de structure rythmique interne régulière).

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par nitescence le Dim 25 Sep 2016 - 12:26

@nlm76 a écrit:
J'appellerais les trucs que fait Rimbaud à la fin (7/5 puis 6/6 puis 5/7) des dodécasyllabes, qui ne sont pas loin de l'arythmie.
Les prétendus trimètres romantiques sont en fait des alexandrins normalement césurés avec césure enjambante (à 6 on a toujours une syllabe accentuable, même si un effet de swing est produit par l'attente par exemple du nom après l'adjectif, ou de l'adjectif après le nom). Chez Verlaine, ensuite, on a un alexandrin généralement régulier avec rupture de rythme à cause d'une césure plus qu'enjambante ("Et le vieux tremble sa / plainte sempiternelle") reste rythmique parce qu'il est dans un environnement d'alexandrins : le rythme du contexte invite à créer un suspens sur "sa".
En revanche, des trucs où on a compté jusqu'à 12 sur ses doigts pour faire de prétendus alexandrins sont complètement arythmiques et ne présentent que fort peu d'intérêt. Cependant, on peut concevoir des dodécasyllabes réguliers qui seraient régulièrement déclamables en hémistiches de sept et de cinq.
Le problème est qu'on confond la césure et l'extrémisme de Boileau. Boileau refuse la césure enjambante. C'est un point de vue. Mais cela ne signifie pas qu'une césure enjambante ne soit pas une césure.
Maintenant, enjamber à partir d'une syllabe non accentuable, au milieu d'un mot en français, c'est soit très audacieux (possible dans le cadre d'un poème où le rythme est installé — ainsi dans ce Verlaine que je ne retrouve pas où il évoque une panthère ou un autre félin, ou dans les poèmes saturniens évoqués ci-dessus où la césure tombe sur le déterminant d'un nom qui suit), soit n'importe quoi.

P.S. vous connaissez sans doute la distinction entre vers simple (jusqu'à 8 syllabes) et vers composé (au-delà), nécessaire pour la saisie intuitive du rythme, impossible pour des cellules supérieures à 9 syllabes dépourvues de structure rythmique interne régulière).

C'est la théorie de Benoit de Cornulier, mais elle est contredite par Victor Hugo : "j'ai disloqué / ce grand niais / d'alexandrin". Si l'on considère avec Cornulier qu'il faut lire : "j'ai disloqué / ce grand + niais / d'alexandrin" (qu'on le lit donc comme un alexandrin classique : 6 + 6), on ne voit plus en quoi il est disloqué ! Ce n'est pas simplement Boileau mais aussi victor hugo : ça commence à faire beaucoup face à Cornulier, non .

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)

nitescence
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par nlm76 le Dim 25 Sep 2016 - 14:58

C'est marrant, la surdité.

On ne le lit pas comme un alexandrin classique, on le lit avec une césure enjambante : il y a un accent, mais sa nature est différente que la césure est enjambante. De même, quand on dit "L'humble tonnelle / De vigne folle", on ne le dit pas comme s'il n'y avait pas de fin de vers ; on ne le dit pas non plus comme si le sens n'enjambait pas sur le vers. Il y a un jeu sur l'allongement et l'intonation musicale sur "-nelle", avec allongement, modulation tonale qui crée l'attente de la suite.
VH disloque l'alexandrin à la Boileau, mais c'est toujours un alexandrin. Il ne place jamais à la césure un mot pas fini ou un atone (article...), ou la dernière syllabe atone d'un mot plein, comme dans la césure lyrique.Cornulier affaiblit lui-même son argumentation parce qu'il se refuse de confronter sa théorique théorie à la pratique de la lecture et de la déclamation à haute voix. Pour avoir une lecture un peu plus sérieuse du rythme français, je vous invite à fréquenter le dictionnaire de poétique et de rhétorique d'Henri Morier.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par nitescence le Dim 25 Sep 2016 - 16:28

L'alexandrin, c'est 6 + 6, sinon ce n'est pas un alexandrin mais un dodécasyllabe comme tu le dis très bien. Si on le trimètre en 3 / 3 / 3, ce n'est plus un alexandrin puisque la a disparu. Je sais bien que certains prétendent qu'elle persiste quand même, mais, si on ne l'entend pas, c'est comme s'il elle n'était pas là...
Par ailleurs, il me semble que tu confonds coupe et césure : c'est la coupe (notée : /) qui porte l'accent et non la césure (notée : +), qui elle concerne le rythme. Mais je n'en suis pas absolument sûr...

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)

nitescence
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Versification : le rejet est-il un cas particulier d'enjambement ?

Message par trompettemarine le Dim 25 Sep 2016 - 21:02

Pour aller dans le sens de Nlm, et même si je ne suis pas une spécialiste, je vais citer deux passages du Traité du Rythme, de Dessons et Meschonnic, dans la filiation de Morier (je crois) :
Là où, depuis la fin du XIXe siècle, on croyait à une disparition de la césure à partir des Romantiques, et où Albert Dauzat lisait un "trimètre romantique (...)", on peut lire aujourd'hui, ce qui est à la fois plus efficace, plus pertinent et plus historique, que l'effet, en termes tout classiques, est un rejet à la césure : "Où je l'ai vue, ouvrir son aile et s'envoler", c'est-à-dire que le conflit entre la syntaxe et la métrique, pour faire son effet, a besoin de maintenir ce qu'au même moment il subvertit, par rapport à un usage classique qui faisait coïncider le groupe syntaxique avec la césure. (...) L'écart ne s'oppose pas à la norme, il la maintient.

et au sujet de l'environnement :
Il n'y a pas le vers, mais les vers, et (...) les vers sont toujours dans un poème. Ils ne sont pas le poème. Les vers sont ce que le poème en fait.


Dernière édition par trompettemarine le Dim 25 Sep 2016 - 21:30, édité 1 fois

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum