Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Docteur OX
Grand sage

68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Docteur OX le Mer 18 Juin 2014 - 16:58
Plus de la moitié des 600 enseignants du secondaire interrogés dans le cadre de ce sondage Ifop pour l'association indépendante SOS Éducation déclare être ou avoir été en situation de burn-out.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00195-68-des-enseignants-du-secondaire-voudraient-changer-de-metier.php



Étonnant non ????
avatar
Lefteris
Empereur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 17:04
@Docteur OX a écrit:
Plus de la moitié des 600 enseignants du secondaire interrogés dans le cadre de ce sondage Ifop pour l'association indépendante SOS Éducation déclare être ou avoir été en situation de burn-out.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00195-68-des-enseignants-du-secondaire-voudraient-changer-de-metier.php



Étonnant non ????
Et d'après ce que j'ai lu sur certains fils, des chefaillons pointilleux font semblant de ne pas voir la situation et bloquent les titularisations des jeunes collègues qui ont eu la malchance de voir leurs cours sabotés par de petits monstres mal élevés et malveillants. Evil or Very Mad 

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Guillaume le Grand le Mer 18 Juin 2014 - 17:07
Ne surtout pas lire les commentaires en-dessous...

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus
avatar
Loop
Niveau 10

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Loop le Mer 18 Juin 2014 - 17:21
@Guillaume le Grand a écrit:Ne surtout pas lire les commentaires en-dessous...
 aal 
avatar
henriette
Médiateur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par henriette le Mer 18 Juin 2014 - 17:22
Ne JAMAIS lire les commentaires en dessous.  professeur 
avatar
Aevin
Habitué du forum

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Aevin le Mer 18 Juin 2014 - 17:24
Ce qui est intéressant dans cette enquête: lors de la demande d'affiliation politique, la droite parlementaire et le FN sont regroupés.

_________________
Automate - et fier de l'être  Wink

"Well, the travelling teachers do come through every few months," said the Baron.
"Yes, sir, I know sir, and they're useless. They teach facts, not understanding. It's like teaching people about forests by showing them a saw. I want a proper school, sir, to teach reading an writing, and most of all thinking, sir [...]"
Terry Pratchett - I Shall Wear Midnight

... und wer Fehler findet, kann sie behalten!
avatar
Ingeborg B.
Esprit éclairé

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Ingeborg B. le Mer 18 Juin 2014 - 17:50
Il faut toujours se méfier de celui qui est à la source de l'information. http://www.soseducation.org/
A côté de SOS éducation, l'IFRAP est un repaire de gauchistes...
avatar
egomet
Grand sage

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par egomet le Mer 18 Juin 2014 - 18:13
@Ingeborg B. a écrit:Il faut toujours se méfier de celui qui est à la source de l'information. http://www.soseducation.org/
A côté de SOS éducation, l'IFRAP est un repaire de gauchistes...

Et alors? Ça ne veut pas dire que le constat est faux. Ni même que leurs propositions soient inintéressantes.
Pour ma part, je leur reprocherais plutôt le caractère un peu brouillon et épidermique de leurs arguments.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Lefteris
Empereur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 18:22
@egomet a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:Il faut toujours se méfier de celui qui est à la source de l'information. http://www.soseducation.org/
A côté de SOS éducation, l'IFRAP est un repaire de gauchistes...

Et alors? Ça ne veut pas dire que le constat est faux. Ni même que leurs propositions soient inintéressantes.
Pour ma part, je leur reprocherais plutôt le caractère un peu brouillon et épidermique de leurs arguments.
Il faut aussi voir la méthodologie du sondage. Si c'est bien fait, peu importe pur le compte de qui il a été réalisé. Mais comme ça, au jugé, ça ressemble à ce qu'on voit et entend. Maintenant, partir, c'est une autre histoire, ça ne se fait pas comme ça, on ne part ps sur un coup de tête vivre sous les ponts.
C'est d'ailleurs le noeud du problème actuel : comme il faut un certain investissement pour devenir enseignant, les gens qui doutent de l'intérêt de ce métier n'y entrent pas pas, tout simplement. Ils "réfléchissent avant", selon les recommandations d'un commentateur.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Dinosaura
Habitué du forum

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Dinosaura le Mer 18 Juin 2014 - 18:29
@Lefteris a écrit:
@Docteur OX a écrit:
Plus de la moitié des 600 enseignants du secondaire interrogés dans le cadre de ce sondage Ifop pour l'association indépendante SOS Éducation déclare être ou avoir été en situation de burn-out.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00195-68-des-enseignants-du-secondaire-voudraient-changer-de-metier.php



Étonnant non ????
Et d'après ce que j'ai lu sur certains fils, des chefaillons pointilleux  font semblant de ne pas voir la situation et  bloquent les titularisations des jeunes collègues  qui ont eu la malchance de voir leurs cours sabotés par de petits monstres  mal élevés et malveillants. Evil or Very Mad 

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).

_________________
"Le plus esclave est celui qui ignore ses chaînes."
avatar
egomet
Grand sage

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par egomet le Mer 18 Juin 2014 - 18:37
@Lefteris a écrit:
@egomet a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:Il faut toujours se méfier de celui qui est à la source de l'information. http://www.soseducation.org/
A côté de SOS éducation, l'IFRAP est un repaire de gauchistes...

Et alors? Ça ne veut pas dire que le constat est faux. Ni même que leurs propositions soient inintéressantes.
Pour ma part, je leur reprocherais plutôt le caractère un peu brouillon et épidermique de leurs arguments.
Il faut aussi voir la méthodologie du sondage. Si c'est bien fait, peu importe pur le compte de qui il a été réalisé. Mais comme ça, au jugé, ça ressemble à ce qu'on voit et entend.  Maintenant, partir, c'est une autre histoire, ça ne se fait pas comme ça, on ne part ps sur un coup de tête vivre sous les ponts.
C'est d'ailleurs le noeud du problème actuel : comme il faut un certain investissement pour devenir enseignant, les gens qui doutent de l'intérêt de ce métier n'y entrent pas pas, tout simplement. Ils "réfléchissent avant", selon les recommandations d'un commentateur.
La méthodologie est précisée dans le lien suivant http://www.calameo.com/read/0032879718bd211b67f38

Pour le reste, tout à fait d'accord avec toi.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Lefteris
Empereur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 18:39
@Dinosaura a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Docteur OX a écrit:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00195-68-des-enseignants-du-secondaire-voudraient-changer-de-metier.php



Étonnant non ????
Et d'après ce que j'ai lu sur certains fils, des chefaillons pointilleux  font semblant de ne pas voir la situation et  bloquent les titularisations des jeunes collègues  qui ont eu la malchance de voir leurs cours sabotés par de petits monstres  mal élevés et malveillants. Evil or Very Mad 

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.


Dernière édition par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 18:45, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
e-Wanderer
Expert spécialisé

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par e-Wanderer le Mer 18 Juin 2014 - 18:41
@Guillaume le Grand a écrit:Ne surtout pas lire les commentaires en-dessous...
Il fut un temps où les commentaires envers les profs étaient systématiquement orduriers sur le site du Figaro. Là, on constate quand même que les anti-profs primaires se prennent des retours de bâton assez virulents.
avatar
Dimka
Grand Maître

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Dimka le Mer 18 Juin 2014 - 18:52
Bonsoir,
@egomet a écrit:La méthodologie est précisée dans le lien suivant http://www.calameo.com/read/0032879718bd211b67f38
La question est : « au cours de votre carrière, avez-vous déjà songé à changer de métier ? » : je trouve le titre du Figaro légèrement malhonnête, en transformant cela en fait présent. Par ailleurs, ce genre de question n’apprend rien, car elle englobe tout, de celui qui a déprimé pendant cinq minutes il y a vingt-cinq ans à celui qui est actuellement et durablement en train de craquer, sans parler de ceux qui ont pu penser à changer de métier sans que cela ne se fasse dans une situation de crise vis-à-vis de l’éducation nationale. Et je suis sûr que dans n’importe quel métier, on pose cette question, on aurait des pourcentages élevés.

Cela dit, malgré ces réserves à propos du sondage, je suis d’accord avec ce qui a été écrit ici.

_________________
Spoiler:
avatar
Dinosaura
Habitué du forum

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Dinosaura le Mer 18 Juin 2014 - 19:01
@Lefteris a écrit:
@Dinosaura a écrit:
@Lefteris a écrit:
Et d'après ce que j'ai lu sur certains fils, des chefaillons pointilleux  font semblant de ne pas voir la situation et  bloquent les titularisations des jeunes collègues  qui ont eu la malchance de voir leurs cours sabotés par de petits monstres  mal élevés et malveillants. Evil or Very Mad 

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.

Oui, mais comme les profs pointent à 5000E/mois et s'attirent le respect de tous, comme chacun sait, et que les concours sont pleins à craquer, on peut se permettre de faire la fine bouche et de venir faire ch... ceux qui ont encore envie de s'engager dans l'aventure (histoire de bien dégoûter les derniers des Mohicans...).

_________________
"Le plus esclave est celui qui ignore ses chaînes."
avatar
Lefteris
Empereur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 19:08
@Dinosaura a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Dinosaura a écrit:

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.

Oui, mais comme les profs pointent à 5000E/mois et s'attirent le respect de tous, comme chacun sait, et que les concours sont pleins à craquer, on peut se permettre de faire la fine bouche et de venir faire ch... ceux qui ont encore envie de s'engager dans l'aventure (histoire de bien dégoûter les derniers des Mohicans...).
Et ce genre d'attitude dégoûte aussi des gens comme moi, pas touchés personnellement par le problème, mais qui mesurent ainsi l'état de décrépitude avancée du système. Quand je vois les lubies actuelles , les exigences infantilisantes, le verbiage de la formation, (ça va en s'aggravant, d'après ce que je récolte à droite et à gauche, de stagiaires notamment) la morgue des responsables fauteurs de troubles vis -à-vis des enseignants je me dis que soit je n'aurais jamais été titularisé, soit j'aurais fait demi-tour immédiatement dans mon administration (déjà, j'ai longuement hésité).

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Dinosaura
Habitué du forum

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Dinosaura le Mer 18 Juin 2014 - 19:14
@Lefteris a écrit:
@Dinosaura a écrit:
@Lefteris a écrit:
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.

Oui, mais comme les profs pointent à 5000E/mois et s'attirent le respect de tous, comme chacun sait, et que les concours sont pleins à craquer, on peut se permettre de faire la fine bouche et de venir faire ch... ceux qui ont encore envie de s'engager dans l'aventure (histoire de bien dégoûter les derniers des Mohicans...).
Et ce genre d'attitude dégoûte aussi des gens comme moi,  pas touchés personnellement  par le problème, mais qui mesurent ainsi l'état de décrépitude avancée du système. Quand je vois les lubies actuelles , les exigences infantilisantes, le verbiage de la formation, (ça va en s'aggravant, d'après ce que je récolte à droite et à gauche, de stagiaires notamment) la morgue des responsables fauteurs de troubles  vis -à-vis des enseignants je me dis que soit je n'aurais jamais été titularisé, soit j'aurais fait demi-tour immédiatement dans mon administration (déjà, j'ai longuement hésité).

Vu l'année que je viens de passer (pression mise par mon IPR et ma CDE, des formations transdisciplinaires en "gestion de crise" par un formateur soxiante-huitard ineptes), je ne peux que souscrire... et je songe aussi à partir tôt ou tard.

_________________
"Le plus esclave est celui qui ignore ses chaînes."
cunégonde
Niveau 9

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par cunégonde le Mer 18 Juin 2014 - 20:44
@Lefteris a écrit:
@Dinosaura a écrit:
@Lefteris a écrit:
Et d'après ce que j'ai lu sur certains fils, des chefaillons pointilleux  font semblant de ne pas voir la situation et  bloquent les titularisations des jeunes collègues  qui ont eu la malchance de voir leurs cours sabotés par de petits monstres  mal élevés et malveillants. Evil or Very Mad 

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.
+1000
Dans mon bahut, un stagiaire très bien classé au concours va passer en commission, sans raison apparente. J'avais beaucoup plus de problèmes que lui pendant mon année de stage, il y a 15 ans, mais j' ai été très facilement validée alors que que maintenant je redoublerais pour mettre les choses au mieux.
Je ne crois pas qu'à l'époque d'ailleurs il y avait des commissions de titularisation.
Que pourrions-nous faire pour que cesse ce harcèlement?
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Reine Margot le Mer 18 Juin 2014 - 22:12
@Dinosaura a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Docteur OX a écrit:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/18/01016-20140618ARTFIG00195-68-des-enseignants-du-secondaire-voudraient-changer-de-metier.php



Étonnant non ????
Et d'après ce que j'ai lu sur certains fils, des chefaillons pointilleux  font semblant de ne pas voir la situation et  bloquent les titularisations des jeunes collègues  qui ont eu la malchance de voir leurs cours sabotés par de petits monstres  mal élevés et malveillants. Evil or Very Mad 

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).

pas de vagues: plus les profs seront rendus responsables, plus ils se débrouilleront seuls et moins il y aura de problèmes.
Pourquoi les stagiaires? Parce qu'ils sont tenus par leur titularisation et ne peuvent rien dire, donc les chefs de tout poil peuvent mettre la pression sur eux et ainsi faire un "exemple" pour les autres.






_________________
Que le cul leur pèle, et que les bras leur raccourcissent!
avatar
Lefteris
Empereur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 22:59
@cunégonde a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Dinosaura a écrit:

C'est proprement le plus dingue de cette histoire. Qu'il y ait encore des chefaillons pour prendre très au sérieux le boulot de prof et affirmer le plus naturellement du monde que si le prof ne gère pas ses classes, c'est qu'il n'a pas adopté la Pédagogie (et rien à voir avec la non-éducation des élèves ni de leurs parents bien sûr...).
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.
+1000
Dans mon bahut, un stagiaire très bien classé au concours  va passer en commission, sans raison apparente. J'avais beaucoup plus de problèmes que lui pendant mon année de stage, il y a 15 ans, mais  j' ai été très facilement validée alors que que maintenant je redoublerais pour mettre les choses au mieux.
Je ne crois pas qu'à l'époque d'ailleurs il y avait des commissions de titularisation.
Que pourrions-nous faire pour que cesse ce harcèlement?
Je ne sais pas collectivement, mais à titre individuel  peut-être prendre des stagiaires soi-même, car je suis persuadé qu'un tuteur favorable pourrait fortement influencer tout le monde. Et des petits gestes paraissant anodins, même quand il est question d'autres stagiaires et dans une autre discipline : ne pas les dénigrer et empêcher qu'on les dénigre, notamment en public, minimiser ce qui peut être "négatif" (mais qui n'a pas de négatif avec au moins une classe ? ), les mettre à l'aise. Rien n'est pire que travailler tendu, sous le regard inquisiteur de quelqu'un.
Pour ma part je n'ai jamais eu de stagiaires post-concours, mais des contractuels ou en master préparant, et même là, on trouve m'a -t-on dit des tuteurs suspicieux, contrôlant tout , la moindre virgule d'un cours, imposant des points, créant une véritable tension . A mon avis , il faut les laisser faire , leur donner juste l'axe correspondant à ce qu'on est en train de faire, l'objectif global , et ne pas être rigide : je suis le premier à leur dire que je fais tel truc qui marche à peu près, mais que ce n'est pas orthodoxe par rapport au catéchisme IUFM, ça leur permet d'ajuster le tir sans se croire en tort.


Dernière édition par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 23:04, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
C'est pas faux
Sage

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par C'est pas faux le Mer 18 Juin 2014 - 23:01
@Lefteris a écrit:
@cunégonde a écrit:
@Lefteris a écrit:
C'est un des trucs qui me scandalise le plus, cette persécution des stagiaires rendus responsables de la mauvaise éducation des élèves, de la lâcheté institutionnelle qui cherche des paratonnerres au lieu de prendre les choses en main et d'imposer la discipline, qui est un dû de la part des élèves, chose qu'on a tendance à oublier.
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui  donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains  tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.
+1000
Dans mon bahut, un stagiaire très bien classé au concours  va passer en commission, sans raison apparente. J'avais beaucoup plus de problèmes que lui pendant mon année de stage, il y a 15 ans, mais  j' ai été très facilement validée alors que que maintenant je redoublerais pour mettre les choses au mieux.
Je ne crois pas qu'à l'époque d'ailleurs il y avait des commissions de titularisation.
Que pourrions-nous faire pour que cesse ce harcèlement?
Je ne sais pas collectivement, mais à titre individuel  peut-être prendre des stagiaires soi-même, car je suis persuadé qu'un tuteur favorable pourrait fortement influencer tout le monde. Et des petits gestes paraissant anodins, même quand il est question d'autres stagiaires et dans une autre discipline : ne pas les dénigrer et empêcher qu'on les dénigre, notamment en public, minimiser ce qui peut être "négatif" (mais qui n'a pas de négatif avec au moins une classe ? ), les mettre à l'aise. Rien n'est pire que travailler tendu, sous le regard inquisiteur de quelqu'un.
  Ça sent le vécu.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Lefteris le Mer 18 Juin 2014 - 23:12
@C'est pas faux a écrit:
@Lefteris a écrit:
@cunégonde a écrit:
+1000
Dans mon bahut, un stagiaire très bien classé au concours  va passer en commission, sans raison apparente. J'avais beaucoup plus de problèmes que lui pendant mon année de stage, il y a 15 ans, mais  j' ai été très facilement validée alors que que maintenant je redoublerais pour mettre les choses au mieux.
Je ne crois pas qu'à l'époque d'ailleurs il y avait des commissions de titularisation.
Que pourrions-nous faire pour que cesse ce harcèlement?
Je ne sais pas collectivement, mais à titre individuel  peut-être prendre des stagiaires soi-même, car je suis persuadé qu'un tuteur favorable pourrait fortement influencer tout le monde. Et des petits gestes paraissant anodins, même quand il est question d'autres stagiaires et dans une autre discipline : ne pas les dénigrer et empêcher qu'on les dénigre, notamment en public, minimiser ce qui peut être "négatif" (mais qui n'a pas de négatif avec au moins une classe ? ), les mettre à l'aise. Rien n'est pire que travailler tendu, sous le regard inquisiteur de quelqu'un.
  Ça sent le vécu.
Oui, mais pas dans l'EN pour moi. Expériences diverses, personnelles ou d'autres, de syndicaliste aussi. Aussi étrange que cela puisse paraître, je n'ai jamais connu la pression dans l'EN J'ai eu une tutrice qui me fichait une paix royale, j'avais de toute manière un métier, mieux payé, et ne pouvais être terrorisé, je suis arrivé directement à proximité du 11ème échelon et donc aucune inspection ne pouvait me faire trembler (+ l'âge, l'absence de culture "potache" , etc.) . Mais j'observe et je la "sens" , cette pression, diffuse et présente. Et elle est un des éléments extrêmement préjudiciable au métier.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
JaneB
Fidèle du forum

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par JaneB le Jeu 19 Juin 2014 - 0:46
Lefteris, tu parles d'or! Je me retrouve souvent dans ce que tu dis...
the educator
Fidèle du forum

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par the educator le Jeu 19 Juin 2014 - 10:42
Et là-dessus, on trouve des inspecteurs, des formateurs, des tuteurs qui donnent les derniers coups de pied à ceux qui ont déjà la tête dans le caniveau, soit par inconscience de la réalité, soit pour faire mousser (dans le cas de certains tuteurs) , en montrant qu'on est investi d'une mission, tout en laissant entendre qu'on n'est pas comme ça soi-même.
J'ai la même position que concernant les élèves: si les stagiaires ne réussissent pas, c'est pas leur faute, mais celle du système qui n'a pas tout mis en œuvre pour qu'ils réussissent. Quand on arrive à des taux d'échecs aussi ahurissant, c'est soit que la selection, soit que la formation, et peut être les deux, déconne grave. Et du coup, en ces temps de pénurie...
avatar
Raoul Volfoni
Doyen

Re: 68% des enseignants du secondaire voudraient changer de métier

par Raoul Volfoni le Jeu 19 Juin 2014 - 11:04
N'oublions pas aussi le système de mutations totalement absurde et décourageant... Le jeune prof qui a résisté à son année de stage avec les chefaillons et les catéchistes cités plus haut doit ensuite se fader des années de tézédariat, loin de son académie, avec des rapprochements impossibles, des services partagés... enfin toutes les joyeusetés que nous connaissons, et qui je pensent sont pour quelque chose dans l'envie de changer de métier. Mais comme quelqu'un l'a dit, il y a tellement de candidats à notre beau métier qu'on peut bien maintenir ce système idiot...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum