Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par Paratge le Mar 24 Juin 2014 - 12:18

Une nouvelle loi qui ne tolère ni n’exerce la violence
par Ricardo Moreno Castillo, professeur de mathématiques à l’Université Complutense de Madrid, auteur du Panfleto Antipedagógico.

Pour résoudre un problème on doit en trouver la cause et celle de la violence dans nos salles de classe n’est due, quoi qu’on dise, ni aux changements sociaux, ni à la télévision ni à la présence des immigrés. C’est tout simplement que notre système éducatif n’éduque pas, c’est un système pervers qui exerce la violence et la tolère.

Il l’exerce sur ceux qui veulent étudier et ne le peuvent pas à cause de ceux qui boycottent le cours. Il l’exerce sur ceux qui voulaient apprendre un métier pour arriver à l’âge de travailler en étant professionnellement qualifiés et qui sont enfermés dans une salle de classe à écouter des choses qu’ils ne comprennent pas ou qui ne les intéressent pas. Dans une même classe, sous la garde d’un professeur qui a été dépouillé de toute autorité, il y a des élèves qui ont réussi dans toutes les matières de l’année précédente et d’autres qui n’en n’ont réussi aucune, des élèves qui souhaitent progresser et d’autres qui se consacrent à déranger. Les uns et les autres sont frustrés. Est-il étonnant que l’atmosphère de frustration générale dégénère en violence ? Si un élève redouble parce qu’il rate huit matières, il sait qu’il ne va pas encore redoubler même s’il les rate de nouveau, donc rien ne l’encourage à étudier. Est-il surprenant qu’un élève complètement oisif se comporte mal ?

Le mépris pour le savoir (on peut terminer l’enseignement secondaire sans connaître la table de multiplication ni distinguer un nom d’un verbe) et le manque d’habitudes de travail génèrent des êtres immatures et par conséquent enclins à la violence. Une personne mûre n’a pas besoin d’agresser son semblable pour se sentir quelqu’un.

La maturité a aussi à voir avec la responsabilité et aujourd’hui les élèves ont rarement à répondre de leurs actes. S’ils n’apprennent pas, c’est la faute du système, qui ne les motive pas. S’ils sont grossiers et mal élevés, c’est qu’ils sont inadaptés. S’ils n’étudient pas, c’est que quelque chose ne va pas, parce que nous savons que les enfants ont une tendance naturelle à travailler et la fainéantise est souvent connue sous l’appellation « difficultés d’apprentissage ». Il y a une tendance de la part de certains éducateurs paternalistes à considérer les défauts comme des pathologies, mais mûrir signifie réfléchir sur ses propres défauts afin de les surmonter et si les défauts sont considérés comme des pathologies, cela bloque toute capacité de s’améliorer.

Un conte de Gogol, inséré dans son roman Les Âmes mortes, raconte l’histoire d’un professeur sévère, qui exigeait de bons résultats, car il estimait qu’étudier est l’obligation des élèves. Ceux-ci l’aimaient parce qu’un enseignant exigeant valorise ses élèves. Celui qui se contente de peu les traite comme s’ils étaient idiots et personne n’apprécie celui qui le traite comme un idiot. Les élèves se comportaient bien. Occupés à étudier, ils avaient peu de temps pour l’espièglerie. Mais voici que ce professeur meurt et en arrivent d’autres avec des idées novatrices : l’important n’est pas le savoir, mais le comportement (dans le jargon actuel : ce qui importe ce ne sont pas les contenus). Et comme le savoir n’était pas important, ils arrêtèrent d’étudier et ainsi eurent le temps de faire des bêtises. Quand on commence à déprécier le savoir par rapport au comportement, non seulement le savoir décline, mais le comportement décline aussi. Et de ce conte nous pouvons tirer une seconde morale. Gogol est mort en 1852, ce qui signifie que certaines des sottises pédagogiques dont il fait la satire, se disaient déjà il y a longtemps. Ce n’est pas parce qu’elle parait nouvelle qu’une idée est bonne mais de plus il peut arriver qu’elle ne soit même pas nouvelle.

Les résultats de la LOGSE (loi de 1990) n’ont surpris que les naïfs et la LOE actuelle (loi de 2006) ne résoudra absolument rien, peu importe comment elle est financée. Une erreur ne cesse pas d’en être une parce qu’elle est mieux financée.

Les problèmes de violence dans la salle de classe et du manque d’autorité des professeurs n’ont pas de solution dans la législation actuelle. Il est donc urgent de faire une nouvelle loi sur l’éducation, adoptée par toutes les forces politiques et réalisée avec les conseils d’enseignants (pas de pédagogues ni de syndicalistes) choisis pour leur valeur (et non pour leur militantisme politique). Et cette loi devrait tenir compte de ce qui suit :

1. La protection de ceux qui veulent étudier, en leur fournissant une atmosphère paisible dont ils ont besoin dans la classe.

2. Scolarité obligatoire ne signifie pas enseignement commun jusqu’à 16 ans. Maintenir enfermés dans des établissements des enfants de plus de 12 ans qui souhaitent se préparer professionnellement, c’est les laisser entrer à 16 ans sur le marché du travail comme main-d’œuvre bon marché. Bien que cela puisse sembler trop tôt, un élève qui ne veut pas étudier non seulement ne va pas étudier, mais il empêchera aussi les autres d’apprendre. Beaucoup d’élèves potentiellement bons échouent par la faute des boycotteurs. Ainsi, pour ne pas laisser un enfant décider de son avenir, on le laisse décider de l’avenir des autres.

3. Valoriser le savoir et l’excellence. Baisser le niveau pour ne pas discriminer les élèves les moins travailleurs par rapport aux plus travailleurs est un acte de barbarie contre ces derniers et qui ne bénéficie en rien aux premiers. Déprécier le savoir crée une jeunesse plus oisive et plus inculte, plus immature et donc plus violente.

4. Qu’on punisse les fautes de discipline et qu’on admette sans détours que celui qui commande dans la salle de classe, c’est le professeur, de la même façon que l’on admet qu’en avion c’est l’équipage qui commande, et que cela ne veut pas dire que c’est être fasciste ou autoritaire.

Lorsque les faits contredisent les idées nous pouvons nier les faits ou bien rectifier les idées. Alors que les créateurs de la réforme continuent de nier les faits, la catastrophe de l’éducation va augmenter. Et il est grand temps de rectifier leurs idées.


http://elpais.com/diario/2006/11/26/opinion/1164495615_850215.html

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par Paddy le Mar 24 Juin 2014 - 12:19

C'est bête , c'est en Espagne.

Paddy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par User5899 le Mar 24 Juin 2014 - 12:22

Comme quoi, quand ils ne font pas du foot, ils ont le temps de dire des choses intelligentes Razz

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par mafalda16 le Mar 24 Juin 2014 - 13:20

C'est quand même un article qui date du 26 novembre 2006...

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par Paratge le Mar 24 Juin 2014 - 13:40

@mafalda16 a écrit:C'est quand même un article qui date du 26 novembre 2006...

Et ?

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par mafalda16 le Mar 24 Juin 2014 - 13:45

@Paratge a écrit:
@mafalda16 a écrit:C'est quand même un article qui date du 26 novembre 2006...

Et ?

Et je réagissais surtout à la boutade de Cripure concernant le foot et l'Espagne.

Et, par ailleurs, je partage le constat de fond, même si comparer le système éducatif espagnol avec le système français va vite tourner court étant donné les grandes disparités entre ces deux systèmes.
Ceci dit, merci pour l'article qui est effectivement intéressant.

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle loi pour le secondaire ?

Message par boris vassiliev le Mar 24 Juin 2014 - 14:12

En tout cas, l'analyse convient comme un gant à notre système.
Merci pour le texte, Paratge !

_________________
La politique, c'est du show business ! Du show business !!

boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum