Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par John le Mer 25 Juin 2014 - 14:12
Université d’arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales, l’université Paul Valéry – Montpellier III a beaucoup fait parler d’elle en raison de ses difficultés financières en 2013-2014. Sa présidente, Anne Fraïsse, revient sur ces difficultés et les conséquences qu’elles ont sur l’accueil des étudiants tout en demandant qu’on réfléchisse à comment, sinon les sélectionner, mieux réguler leurs flux. [...]

O. R : Mais vous avez encore les moyens d’accueillir tous les étudiants qui postulent chez vous ?

A. F : Plus nous fermons de postes, plus nous fermons de formations, c’est évident. En fait on nous demande de passer d’un système où on accueillait tous les étudiants à un autre, où ce n’est plus possible, mais sans qu’on nous donne le droit de les sélectionner. Le ministère de l’Education nationale, de l'Enseignement supérieur et à la Recherche veut rester dans une espèce de « juste milieu » qui met les universités dans une situation aberrante.

Il ne nous reste plus en effet maintenant qu’à créer un système de quotas qui favorise d’abord les étudiants de l’académie puis les sélectionne selon leurs vœux sur admission-postbac avant enfin, s’il y a trop de candidats par rapport à nos places, de passer au tirage au sort. Ainsi on refuse de très bons étudiants qui viennent d’autres académies. Sans parler de spécialités comme arts plastiques qui ne sont pas présentes partout.
http://orientation.blog.lemonde.fr/2014/06/23/nous-ne-pouvons-plus-accueillir-tous-les-etudiants-anne-fraisse-presidente-de-luniversite-paul-valery-montpellier-iii/

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Aliceinwonderland le Sam 19 Juil 2014 - 16:27
C'est ubuesque!

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/2014/07/19/le-tirage-au-sort-pour-l-entree-en-fac-de-lettres-montpellier-ou-la-loterie-post-bac-519355.html

Et arrêter de donner le bac à tout le monde, ça ne pourrait pas être une solution?
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par User5899 le Sam 19 Juil 2014 - 16:40
@Aliceinwonderland a écrit:C'est ubuesque!

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/2014/07/19/le-tirage-au-sort-pour-l-entree-en-fac-de-lettres-montpellier-ou-la-loterie-post-bac-519355.html

Et arrêter de donner le bac à tout le monde, ça ne pourrait pas être une solution?
Pas dans la perspective de la nécessité de résultats politiques à court terme dans le contexte du quinquennat, quinquennat dont on n'a pas fini de mesurer le caractère néfaste.
avatar
Philomèle
Niveau 9

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Philomèle le Sam 19 Juil 2014 - 16:47
Cet entretien est plein de remarques passionnantes. Tout est dans les détails techniques. J'en relève une seulement :

Madame la Présidente Anne Fraïsse a écrit:O. R : Y a-t-il de nouveau un risque de crise financière qui pourrait passer par la fermeture de votre antenne de Béziers, comme vous aviez menacé de le faire en 2013 ?

A. F : Il y a effectivement ce risque alors que notre déficit s’est aggravé sans que nous ne modifiions notre offre de formation et de recherche. Maintenant, l’IGAENR nous dit que nous avons trop d’enseignants-chercheurs et que nous devrions recruter plus de professeurs agrégés (PRAG) pour diminuer notre masse salariale. Cela alors que nous sommes déjà la soixante-dixième université sur 77 pour notre taux d’encadrement (un enseignant-chercheur pour 45 étudiants contre 15 dans les mieux encadrées). S’il faut que je ferme des masters qu’on me le dise mais je fermerai d’abord notre antenne de Béziers.

Recruter des PRAG au lieu d'enseignants chercheurs titulaires, c'est effectivement la promesse d'économies substantielles (de l'ordre de 50 % environ, puisque le PRAG assure un service d'enseignement à 100 % tandis que l'enseignant-chercheur est, par définition, enseignant à mi-temps).

Recruter des PRAG, c'est renoncer à la spécificité des universités (l'enseignement adossé à la recherche), pour étendre le modèle du lycée. Tailler dans les masters et doctorats. La secondarisation est en marche, avec la bénédiction des gestionnaires.

"Trop d'enseignants chercheurs" à l'université, on croît rêver !
Rétablissons l'ordre des choses : à l'université, il ne devrait pas y avoir d'autre personnel que des enseignants chercheurs.
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Pseudo le Sam 19 Juil 2014 - 17:01
@Philomèle a écrit:Cet entretien est plein de remarques passionnantes. Tout est dans les détails techniques. J'en relève une seulement :

Madame la Présidente Anne Fraïsse a écrit:O. R : Y a-t-il de nouveau un risque de crise financière qui pourrait passer par la fermeture de votre antenne de Béziers, comme vous aviez menacé de le faire en 2013 ?

A. F : Il y a effectivement ce risque alors que notre déficit s’est aggravé sans que nous ne modifiions notre offre de formation et de recherche. Maintenant, l’IGAENR nous dit que nous avons trop d’enseignants-chercheurs et que nous devrions recruter plus de professeurs agrégés (PRAG) pour diminuer notre masse salariale. Cela alors que nous sommes déjà la soixante-dixième université sur 77 pour notre taux d’encadrement (un enseignant-chercheur pour 45 étudiants contre 15 dans les mieux encadrées). S’il faut que je ferme des masters qu’on me le dise mais je fermerai d’abord notre antenne de Béziers.

Recruter des PRAG au lieu d'enseignants chercheurs titulaires, c'est effectivement la promesse d'économies substantielles (de l'ordre de 50 % environ, puisque le PRAG assure un service d'enseignement à 100 % tandis que l'enseignant-chercheur est, par définition, enseignant à mi-temps).

Recruter des PRAG, c'est renoncer à la spécificité des universités (l'enseignement adossé à la recherche), pour étendre le modèle du lycée. Tailler dans les masters et doctorats. La secondarisation est en marche, avec la bénédiction des gestionnaires.

"Trop d'enseignants chercheurs" à l'université, on croît rêver !
Rétablissons l'ordre des choses : à l'université, il ne devrait pas y avoir d'autre personnel que des enseignants chercheurs.

Oui, c'est un comble  :shock: 

De plus, on manque d'enseignants dans le secondaire. S'ils vont à l'université, ça va pas arranger nos affaires. Cela dit... Encore faut-il qu'ils obtiennent leur détachement, ce qui par les temps qui courent n'est pas gagné. Et la boucle est bouclée. Je propose de mettre les étudiants en autonomie avec quelques Mooc.
Problème résolu ! Autre chose ?

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par trompettemarine le Sam 19 Juil 2014 - 17:08
+1
En outre, dans certaines universités, les vacations sont données de préférence à des certifiés, moins chers que les agrégés ; de même sont préférés les détachements de certifiés (PRCE) plutôt que de PRAG.


Dernière édition par trompettemarine le Dim 20 Juil 2014 - 0:55, édité 1 fois
avatar
Philomèle
Niveau 9

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Philomèle le Sam 19 Juil 2014 - 17:28
@Pseudo a écrit:

Oui, c'est un comble  :shock: 

De plus, on manque d'enseignants dans le secondaire. S'ils vont à l'université, ça va pas arranger nos affaires. Cela dit... Encore faut-il qu'ils obtiennent leur détachement, ce qui par les temps qui courent n'est pas gagné. Et la boucle est bouclée. Je propose de mettre les étudiants en autonomie avec quelques Mooc.
Problème résolu ! Autre chose ?

Tu vois si juste !

Alors oui, un autre problème (déjà résolu par les Mooc, du coup) :

Toujours Madame Fraïsse a écrit:Mais, avant d’en arriver là, il y a aussi des étapes intermédiaires pour désengorger certaines filières. Pourquoi le ministère de l’Education nationale, de l'Enseignement supérieur et à la Recherche ne prend pas, par exemple, la décision d’imposer que l’on ne puisse pas s’inscrire plus de 4 ans en licence sans avis du jury de filière, comme c’était le cas avant ?

O. R : Vous proposez donc qu’on durcisse, comme c’est par exemple le cas à l’université de Perpignan, les conditions de redoublement en licence ?

A. F : Aujourd’hui on peut s’inscrire dix fois en première année de licence et prendre ainsi la place d’un étudiant qui pourrait réussir. Nous envisagions de faire qu’un étudiant ayant moins de 2 de moyenne générale ne puisse redoubler sans avis du jury de filière mais la loi ne le permet pas. Un étudiant qui a entre 0 et 2 c’est soit un faux étudiant, soit un étudiant qui n’a pas le niveau.

J'aurais tendance à ne pas faire un bouc émissaire de l'éternel étudiant de L1 (parce qu'il me paraît certain que l'errance individuelle, dans ce cas, est le produit du système). Par contre, mille fois oui pour le retour à un quota d'inscriptions en Licence. Lorsque j'étais étudiante (fin des années 90), il se disait qu'on ne pouvait pas avoir plus de trois inscriptions au total en deug, soit quatre ans en tout pour la Licence. Cela me paraît assez sain.
avatar
Nemuyoake
Niveau 10

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Nemuyoake le Dim 20 Juil 2014 - 0:54
@Philomèle a écrit:
@Pseudo a écrit:

Oui, c'est un comble  :shock: 

De plus, on manque d'enseignants dans le secondaire. S'ils vont à l'université, ça va pas arranger nos affaires. Cela dit... Encore faut-il qu'ils obtiennent leur détachement, ce qui par les temps qui courent n'est pas gagné. Et la boucle est bouclée. Je propose de mettre les étudiants en autonomie avec quelques Mooc.
Problème résolu ! Autre chose ?

Tu vois si juste !

Alors oui, un autre problème (déjà résolu par les Mooc, du coup) :

Toujours Madame Fraïsse a écrit:Mais, avant d’en arriver là, il y a aussi des étapes intermédiaires pour désengorger certaines filières. Pourquoi le ministère de l’Education nationale, de l'Enseignement supérieur et à la Recherche ne prend pas, par exemple, la décision d’imposer que l’on ne puisse pas s’inscrire plus de 4 ans en licence sans avis du jury de filière, comme c’était le cas avant ?

O. R : Vous proposez donc qu’on durcisse, comme c’est par exemple le cas à l’université de Perpignan, les conditions de redoublement en licence ?

A. F : Aujourd’hui on peut s’inscrire dix fois en première année de licence et prendre ainsi la place d’un étudiant qui pourrait réussir. Nous envisagions de faire qu’un étudiant ayant moins de 2 de moyenne générale ne puisse redoubler sans avis du jury de filière mais la loi ne le permet pas. Un étudiant qui a entre 0 et 2 c’est soit un faux étudiant, soit un étudiant qui n’a pas le niveau.

J'aurais tendance à ne pas faire un bouc émissaire de l'éternel étudiant de L1 (parce qu'il me paraît certain que l'errance individuelle, dans ce cas, est le produit du système). Par contre, mille fois oui pour le retour à un quota d'inscriptions en Licence. Lorsque j'étais étudiante (fin des années 90), il se disait qu'on ne pouvait pas avoir plus de trois inscriptions au total en deug, soit quatre ans en tout pour la Licence. Cela me paraît assez sain.

Pas moi. J'ai enchainé dépression sur dépression en licence et je l'ai faite en 6 ans. J'aurais dû ne pas l'avoir avec ce système ? Comment différencier les étudiants fantômes de ceux qui veulent bosser mais qui en sont empêchés pour tout un tas de raisons ? Deuil, obligé de travailler en parallèle, famille à gérer seul etc... Il va sans dire que je ne trouve pas normal de redoubler 10 fois sa première année pr juste avoir le statut d'étudiant, mais, des fois, il y a des raisons. Est-ce qu'il est nécessaire à un malade de devoir justifier de quel type de maladie il est atteint afin de justifier son redoublement ? C'est assez privé quand même. Pour les étudiants atteints de cancer, Sida, maladie de Crohn, autres maladies chroniques ?
Cath
Bon génie

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Cath le Dim 20 Juil 2014 - 9:26
 affraid 

Ce qui fait que j'hallucine: "de mon temps", effectivement, c'était 3 ans pour le DEUG et c'est tout, sauf pour les étudiants salariés. Et donc maintenant on peut être indéfiniment étudiant en 1ère année ?
Ce système marche sur la tête.

Ah et également, toujours "de mon temps", les prag et autre prce n'existaient pas.


Yoaken, tu évoques le cas des maladies/accident, c'est très différent.
barèges
Neoprof expérimenté

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par barèges le Dim 20 Juil 2014 - 10:07
Je suis étonnée ; j'ai longtemps cru que les UFR de lettres étaient en général considérées comme sur-encadrées par les gestionnaires de tout poil, d'où la facilité de supprimer les postes et même de l'intérieur une certaine gêne : comment garder des groupes de cinq, six étudiants, en master et même en licence? Comment justifier le nombre de postes ?
Montpellier est-elle une exception ?
Je dois fréquenter des facs délaissées, j'entends plus parler de désertion dramatique des étudiants que de crise du logement. Quel est leur secret dans le Sud ?
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Ruthven le Dim 20 Juil 2014 - 10:23
Ce sont surtout les département d'info-com, AES, psycho, arts du spectacle et arts plastiques qui débordent d'étudiants à l'UPV, et peut-être en LEA.
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Dhaiphi le Dim 20 Juil 2014 - 14:30
@Aliceinwonderland a écrit:Et arrêter de donner le bac à tout le monde, ça ne pourrait pas être une solution?
Sélection sur dossier, ça ne pourrait pas être une solution ?  Wink 

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Primura
Niveau 9

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Primura le Dim 20 Juil 2014 - 15:08
@Dhaiphi a écrit:
@Aliceinwonderland a écrit:Et arrêter de donner le bac à tout le monde, ça ne pourrait pas être une solution?
Sélection sur dossier, ça ne pourrait pas être une solution ?  Wink 
Bof, avec les classements "blabla meilleur lycée", les lycées vont se sentir obligés de mettre des remarques ultra positives à tout le monde.  humhum 
avatar
Zenxya
Doyen

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Zenxya le Dim 20 Juil 2014 - 15:20
Les BTS et les IUT recrutent sur dossier et il n'y a pas de problème de remarques ultra positives.

_________________
Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres - La Boétie
La folie c’est faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent - Albert Einstein
L'École est le lieu où l'on va s'instruire de ce que l'on ignore ou de ce que l'on sait mal pour pouvoir, le moment venu, se passer de maître - Jacques Muglioni
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Ponocrates le Dim 20 Juil 2014 - 16:02
@trompettemarine a écrit:+1
En outre, dans certaines universités, les vacations sont données de préférence à des certifiés, moins chers que les agrégés ; de même sont préférés les détachements de certifiés (PRCE) plutôt que de PRAG.
Pour celles que je connais (3), le tarif de l'heure de vacation est identique pour un enseignant du secondaire certifié ou agrégé. Quant au recrutement des Prag/ Prce pour fréquenter Galaxie depuis une dizaine d'années, je n'ai pas vu dans les matières m'intéressant une inflation de postes de PRCE au détriment des PRAG. Il est possible que le recrutement ne tienne pas compte de l'affichage du poste...
Contenu sponsorisé

Re: Anne Fraïsse (Montpellier) : "Le ministère met les universités dans une situation aberrante".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum