Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Malaise dans les universités : "Fioraso, c'est Pécresse en pire".

par John le Lun 30 Juin 2014 - 7:40
En lançant ses Assises de l’Enseignement supérieur et de la recherche , Geneviève Fioraso pensait désamorcer cette colère. Deux ans ont passé et il n’en est rien. Pire, il se répand sur les réseaux sociaux de profs et de chercheurs que la loi Fioraso = la loi Pécresse, les plus énervés allant jusqu’à écrire que "Fioraso, c’est Pécresse en pire". Il s’est fédéré une étonnante nébuleuse de protestataires rassemblant des courants très différents. La CGT et FO contestent vigoureusement les regroupements d’universités, vus comme porteurs de licenciements pour cause de doublons. Mais la manif qu’ils ont convoquée à Paris le 18 juin a fait un bide cuisant : à peine quelques centaines de participants.

Autre opposant frontal, le groupe Vernant, vent debout contre certaines modalités de gouvernance des regroupements d’universités. Il a vu dans la nomination de Benoît Hamon à l’Education Nationale et à l’Enseignement supérieur "une étincelle d’espoir dans une communauté universitaire, personnels aussi bien qu’étudiants, déçue et même désabusée par les incompréhensions installées au fil des mois avec son ministère de tutelle".

Laurent Bouvet, un blogueur très actif, prof de Sciences Politiques à l’université de Versailles Saint Quentin, dramatise ces rancoeurs à coups de tribunes au lance flamme dans "Le Monde". Le 30 avril dernier, sous le titre : "Une goutte d’eau qui met le feu aux poudres", il évoquait "l'épuisement de tout un corps social (…) le manque de considération et le mépris réitéré de gouvernement en gouvernement (…) le sous financement chronique des missions fondamentales de l’université "pour conclure "l’université française est désormais menacée de mort". En cause selon lui : la coupure entre université et grandes écoles, qui fait que les élites gouvernantes, presque toutes issues des écoles "finit par ignorer totalement [le monde universitaire] et le tenir pour quantité négligeable".
http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20140626.OBS1928/la-grande-deprime-des-universitaires-sarkozy-et-hollande-meme-combat.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
barèges
Neoprof expérimenté

Re: Malaise dans les universités : "Fioraso, c'est Pécresse en pire".

par barèges le Lun 30 Juin 2014 - 8:11
"Pécresse en pire"... Je ne sais pas. c'est surtout qu'il n'y a pas eu d'alternance alors qu'un changement de cap aurait été très attendu... C'est sous le ministère Fioraso que se sont dévoilées les conséquences (attendues, mais bon, le déni...) des lois Pécresse/Châtel (autonomie et masterisation). En gros, les Universités axées sur les sciences fondamentales sont maintenant à la fois en déficit grave ou faillite et désertées par les étudiants. Forcément, les regroupements forcés sont mal vus par les établissements : s'ils sont affaiblis, ils ont peur de se faire absorber, s'ils sont demeurés forts (filières "riches") ils n'ont aucune intention de s'encombrer d'établissements ruinés.

G. Fioraso n'a sans doute pas fait grand chose de foncièrement catastrophique. Elle n'a rien fait (mais y avait-il encore quelque chose à faire ?) pour corriger ce qui était en train de se passer. Elle est aussi dans la mouvance "l'entreprise sauvera et financera la science". Certains universitaires attendaient un nouveau souffle pour la recherche fondamentale, ce n'est pas la bonne personne pour cela.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum