Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par Singing in The Rain le Dim 6 Juil 2014 - 16:30

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale

Madame la Rectrice de l’Académie de Toulouse

Madame la Directrice des Services Départementaux

de l’Education Nationale du Tarn

Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale d’Albi

Albi, le 5 juillet 2014

Mesdames, Messieurs,

Ce matin je me suis réveillée avec une sensation de vide au creux de l’estomac. Pas le vide
qui fait habituellement suite à l’agitation d’une fin d’année scolaire. Pas non plus le vide qui laisse
plus tard la place au repos bien mérité des vacances. Mais le vide de l’incompréhension d’un acte fou,
le vide de la douleur face à l’atroce, et le vide d’une question qui restera à jamais sans réponse  :
« Pourquoi ? ».

Comment a-t-on pu laisser les violences faites aux enseignants s’installer au sein même de
nos écoles ? Qui a donné le droit aux parents d’élèves de nous demander, de façon condescendante
voire agressive, des comptes sur nos méthodes pédagogiques, sur le cadeau de la fête des mères ou
encore sur la sortie de fin d’année ? Qui les a autorisés à nous lancer des remarques assassines en
réponses aux commentaires que nous nous permettons de faire concernant le travail, le comportement
ou encore la santé de leurs enfants ? Qui a rendu possibles les insultes, les menaces ou les bousculades
supportées par les enseignants au détour d’un couloir ? Qu’est-ce qui a permis de rendre envisageable
dans l’esprit d’une mère le projet de poignarder la maîtresse de sa fille, en classe et en présence de
ses élèves, parce que celle-ci était préoccupée par les retards et donc la bonne scolarisation de son
enfant ?

Le fait que ce cas soit, fort heureusement, isolé ne diminue pour autant pas le degré surréaliste
d’horreur de ce drame ; et ce qui, ce matin, me donne envie de pleurer, c’est que la sonnette d’alarme
est tirée depuis bien longtemps. Les agressions d’enseignants deviennent monnaie courante tandis
que leurs remontées au sein de notre hiérarchie demeurent, quant à elles, sans suite, si ce n’est cet
éventuel et judicieux conseil : « Participez au mouvement et changez donc d’école ! ».

A quel moment un métier, une profession qui étaient sacralisés il y a encore moins d’un siècle
ont-ils pu devenir à ce point dénigrés depuis lors ? Qui a mis dans l’inconscient populaire l’idée que
le corps enseignant n’était constitué que de grévistes râleurs et fainéants toujours en vacances ?
Comment est-il possible que nous, enseignants, soyons à ce point détestés et ce malgré le temps que
nous donnons, les efforts que nous faisons et le travail que nous réalisons afin d’aider nos élèves,
leurs familles et la collectivité ? Pourquoi le lien social que nous nous appliquons à tisser entre l’école
et les familles n’est-il toujours pas reconnu à sa juste valeur ? Pourquoi les relations entre l’école, les
services sociaux, et les services de soins ne semblent pas toujours fonctionner, dans l’intérêt des
enfants, de façon optimale ? Ce sont d’ailleurs ces mêmes services qui, notamment pour des raisons
budgétaires, en fermant les yeux sur des faits très préoccupants ou encore en passant sous silence
certaines informations, créent par omission des situations dangereuses tant pour les enfants que pour
les enseignants. A partir de quand les pouvoirs publics vont-ils enfin se décider à prendre leurs
responsabilités et à faire ce que nous autres, enseignants, leur demandons simplement depuis tant
d’années : être non plus entendus mais écoutés !

Aujourd’hui, je pleure avant tout le décès d’une collègue dans l’exercice de ses fonctions. Je
pleure également ces deux petites filles et ce mari qui se sont réveillés ce matin, comme moi, avec ce
vide au creux de l’estomac ; ce vide qui, eux, les suivra toute leur vie. Je pleure enfin la société dans
laquelle nous vivons, et dans laquelle nos enfants vont grandir. Cette société française - berceau des
droits de l’Homme, de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité - qui a laissé, depuis trop
longtemps, monter en puissance les injustices, les inégalités sociales et les violences quotidiennes.

http://www.fnlp.fr/spip.php?article1064


Dernière édition par John le Mar 8 Juil 2014 - 10:30, édité 2 fois (Raison : Nom de l'auteur retiré à sa demande + titre précisé)

Singing in The Rain
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par Dame Tartine le Dim 6 Juil 2014 - 17:04

Ce que dit cette collègue est très juste, hélas.

_________________
 J'peux pas, j'ai piscine ! 

Dame Tartine
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par arcenciel le Dim 6 Juil 2014 - 17:18

Hélas.

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par Olympias le Dim 6 Juil 2014 - 17:25

Une autre sur le Nouvel Obs
Une enseignante poignardée à mort à Albi : non, ce ne sont pas les risques du métier
Prof est devenu un métier à risques. Ce n'est pas un postulat ni un acquis, mais bien un constat, autant dire le résultat désastreux d'un ensemble de causes. En tant que prof mais aussi en tant que citoyenne, tout simplement, je refuse de m'en tenir à cet état de fait, car je ne m'y fais pas.

Après cet assassinat effroyable et écœurant, qui inspire d'abord une immense tristesse en pensant à ma jeune collègue institutrice et sa famille, j'éprouve une rage irrépressible, nourrie par une détestable impression de déjà-vu.

À chaque agression d'enseignant dans sa fonction, un ministre, un Premier ministre, un président s'émeuvent. Encore heureux, si l'on ose dire en pareille circonstance. Mais le meurtre sauvage de ma jeune collègue albigeoise me rappelle d'autres forfaits, notamment celui de ma collègue professeur d'arts poignardée par l'un de ses lycéens en 2005 et jugé en 2008. Cela fait également écho à l'agression d'une collègue de Poitiers en 2012, puis celle d'une collègue de Montpellier en 2013...

La liste des faits divers est longue et, chaque fois, on déplore un fait affreux mais "isolé", maître-mot de nos supérieurs hiérarchiques. Les mots sont charmants, on promet de protéger la fonction enseignante, mais ils ne réparent pas les actes commis ni ne préviennent des atteintes à venir.

La fonction enseignante a été dégradée

Ce que l’Éducation nationale refuse de comprendre, c'est que c'est tout le fonctionnement de l'école mais aussi la place du fonctionnaire d’État et, plus largement, la place plus de l'éducation au sein de la société qui ont créé des poches entières de dangerosité et ont favorisé des zones de non-droit.

Tant que la fonction enseignante continuera d'être maltraitée, minimisée ou dévalorisée par notre propre ministère, qui est loin de défendre nos intérêts et notre travail, qui les affaiblit au gré de mesures concrètes fissurant notre métier et notre statut comme notre image auprès des familles et élèves, alors oui, il est prévisible que d'autres déséquilibrés ou individus vindicatifs et hargneux s'en prendront aux enseignants, cibles favorites des usagers du service public, comme une récente étude vient de le mettre en évidence.

Il y a, outre le cas individuel des meurtriers ou agresseurs et de leur cheminement propre, un lot de facteurs favorisant cette violence et donc des responsabilités, à défaut de culpabilités, accumulées, qui entretiennent ce climat de violence à l'égard des enseignants.

L'institution et la nation ont laissé se dégrader la fonction enseignante.

Un métier qui n'est plus respecté

Le métier de prof n'est plus respecté par les familles et les élèves qui, dans cette société consumériste et déifiant footballeurs et rappeurs, méprisent aisément ceux qui gagnent peu, étudient beaucoup, et auxquels on renvoie souvent avec condescendance l'image de pauvres diables "qui n'ont jamais quitté l'école" ou qui auraient choisi la carrière enseignante "pour les vacances et la sécurité de l'emploi".

Comment, avec toute la bonne foi du monde, dissuader le grand public de donner dans ces préjugés quand les profs entrent de plus en plus tard dans le métier, et que nous avons, nous le reconnaissons nous-mêmes, du mal à recruter des nouveaux collègues, tant la profession paie peu et demande de plus d'investissement en énergie, en solidité psychologique, en flexibilité horaire, salariale et géographique ?

Les bons élèves ne rêvent plus de devenir un petit fonctionnaire qui gagne exactement la moyenne nationale en début de carrière (1.600 euros/mois ) pour en moyenne quatre à cinq ans (selon que l'on compte ou pas l'année de formation professionnalisante au terme de la formation universitaire) et avec la perspective de gagner au mieux 2.800 après 40 ans de bons et loyaux services, c'est-à-dire au terme de toute une vie ?

Des charges de plus en plus nombreuses

Le métier de prof apparaît aussi de plus en plus en décalage avec les missions qu'il assigne officiellement à ses postulants.

Au nom de l'exercice du "plus beau métier du monde", au nom du fameux "sacerdoce" et de la si belle "vocation", on voudrait faire croire au prof qu'il doit assumer avec toujours 24 heures de temps par jour et un salaire en stagnation voire en baisse (avec les cotisations en augmentation, et avec le gel du point d'indice, concrètement et effectivement en baisse continue depuis 2010.) une fonction protéiforme, avec des charges pour lesquelles il n'a pas été formé et dans lesquelles il doit tout seul improviser :

- se faire flic en classe, sinon on l'accusera de manquer de "charisme" autrement dit de "gnaque", bref on y verra un déficit de compétence s'il ne sait pas gérer l'agressivité de ses élèves et ce sera lui le fautif,

- se faire assistant social dans des quartiers que tout le monde a désertés mais où on continue de l'envoyer lui, le jeune diplômé en zorro solitaire.
La suite ICI

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par trompettemarine le Dim 6 Juil 2014 - 17:36

Tout cela est très juste.

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par User5899 le Dim 6 Juil 2014 - 17:40

Je suis un peu gêné : la femme déséquilibrée aurait pu poignarder n'importe qui n'importe où, non ? J'ai peur que ça ne tourne à la récupération, cette histoire.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par Thalia de G le Dim 6 Juil 2014 - 17:47

Nous sommes plusieurs à l'avoir dit, mais bon.

Cela n'empêche pas bien sûr la compassion, la réflexion sur les conditions du métier.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par roxanne le Dim 6 Juil 2014 - 17:52

@Singing in The Rain a écrit:http://www.fnlp.fr/spip.php?article1064

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale

Madame la Rectrice de l’Académie de Toulouse

Madame la Directrice des Services Départementaux

de l’Education Nationale du Tarn

Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale d’Albi

Albi, le 5 juillet 2014

Mesdames, Messieurs,

Ce matin je me suis réveillée avec une sensation de vide au creux de l’estomac. Pas le vide
qui fait habituellement suite à l’agitation d’une fin d’année scolaire. Pas non plus le vide qui laisse
plus tard la place au repos bien mérité des vacances. Mais le vide de l’incompréhension d’un acte fou,
le vide de la douleur face à l’atroce, et le vide d’une question qui restera à jamais sans réponse  :
« Pourquoi ? ».

Comment a-t-on pu laisser les violences faites aux enseignants s’installer au sein même de
nos écoles ? Qui a donné le droit aux parents d’élèves de nous demander, de façon condescendante
voire agressive, des comptes sur nos méthodes pédagogiques, sur le cadeau de la fête des mères ou
encore sur la sortie de fin d’année ? Qui les a autorisés à nous lancer des remarques assassines en
réponses aux commentaires que nous nous permettons de faire concernant le travail, le comportement
ou encore la santé de leurs enfants ? Qui a rendu possibles les insultes, les menaces ou les bousculades
supportées par les enseignants au détour d’un couloir ? Qu’est-ce qui a permis de rendre envisageable
dans l’esprit d’une mère le projet de poignarder la maîtresse de sa fille, en classe et en présence de
ses élèves, parce que celle-ci était préoccupée par les retards et donc la bonne scolarisation de son
enfant ?

Le fait que ce cas soit, fort heureusement, isolé ne diminue pour autant pas le degré surréaliste
d’horreur de ce drame ; et ce qui, ce matin, me donne envie de pleurer, c’est que la sonnette d’alarme
est tirée depuis bien longtemps. Les agressions d’enseignants deviennent monnaie courante tandis
que leurs remontées au sein de notre hiérarchie demeurent, quant à elles, sans suite, si ce n’est cet
éventuel et judicieux conseil : « Participez au mouvement et changez donc d’école ! ».

A quel moment un métier, une profession qui étaient sacralisés il y a encore moins d’un siècle
ont-ils pu devenir à ce point dénigrés depuis lors ? Qui a mis dans l’inconscient populaire l’idée que
le corps enseignant n’était constitué que de grévistes râleurs et fainéants toujours en vacances ?
Comment est-il possible que nous, enseignants, soyons à ce point détestés et ce malgré le temps que
nous donnons, les efforts que nous faisons et le travail que nous réalisons afin d’aider nos élèves,
leurs familles et la collectivité ? Pourquoi le lien social que nous nous appliquons à tisser entre l’école
et les familles n’est-il toujours pas reconnu à sa juste valeur ? Pourquoi les relations entre l’école, les
services sociaux, et les services de soins ne semblent pas toujours fonctionner, dans l’intérêt des
enfants, de façon optimale ? Ce sont d’ailleurs ces mêmes services qui, notamment pour des raisons
budgétaires, en fermant les yeux sur des faits très préoccupants ou encore en passant sous silence
certaines informations, créent par omission des situations dangereuses tant pour les enfants que pour
les enseignants. A partir de quand les pouvoirs publics vont-ils enfin se décider à prendre leurs
responsabilités et à faire ce que nous autres, enseignants, leur demandons simplement depuis tant
d’années : être non plus entendus mais écoutés !

Aujourd’hui, je pleure avant tout le décès d’une collègue dans l’exercice de ses fonctions. Je
pleure également ces deux petites filles et ce mari qui se sont réveillés ce matin, comme moi, avec ce
vide au creux de l’estomac ; ce vide qui, eux, les suivra toute leur vie. Je pleure enfin la société dans
laquelle nous vivons, et dans laquelle nos enfants vont grandir. Cette société française - berceau des
droits de l’Homme, de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité - qui a laissé, depuis trop
longtemps, monter en puissance les injustices, les inégalités sociales et les violences quotidiennes.
Ctette partie de la lettre semble indiquer que  ce ne soit pas tout à fait "par hasard" si elle s'en est pris précisément à l'institutrice de sa fille.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par trompettemarine le Dim 6 Juil 2014 - 17:53

Cripure a écrit:Je suis un peu gêné : la femme déséquilibrée aurait pu poignarder n'importe qui n'importe où, non ? J'ai peur que ça ne tourne à la récupération, cette histoire.

C'est vrai, mais c'est quand même le professeur qu'elle a choisi de poignarder. Symboliquement, cela signifie quelque chose.
La récupération est inévitable et peut-être faut-il prendre les devants pour qu'il n'y ait pas récupération par le FN ou autres du même genre.

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par Pseudo le Dim 6 Juil 2014 - 19:11

Cripure a écrit:Je suis un peu gêné : la femme déséquilibrée aurait pu poignarder n'importe qui n'importe où, non ? J'ai peur que ça ne tourne à la récupération, cette histoire.

Apparemment pas tant que cela. Elle était bien en conflit avec la prof. Elle n'a pas du tout tapé au hasard dans une crise d’hallucination.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par Dinaaa le Dim 6 Juil 2014 - 20:06

@Pseudo a écrit:
Cripure a écrit:Je suis un peu gêné : la femme déséquilibrée aurait pu poignarder n'importe qui n'importe où, non ? J'ai peur que ça ne tourne à la récupération, cette histoire.

Apparemment pas tant que cela. Elle était bien en conflit avec la prof. Elle n'a pas du tout tapé au hasard dans une crise d’hallucination.

C'est comme cela que je le comprends aussi. Notre collègue n'a pas été tuée par hasard dans la rue, mais dans sa salle de classe : c'est sa fonction qui a déchaîné la folie meurtrière de la mère d'élève.

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte d'une enseignante en hommage à l'institutrice Fabienne Calmes, poignardée à Albi.

Message par dandelion le Dim 6 Juil 2014 - 20:54

J'avoue être très étonnée de la célérité avec laquelle les psychiatres (et l'institution judiciaire) ont conclu à l'abolition du discernement. La précision du diagnostic était-elle donc devenue à ce point plus facile quelques mois à peine après l'internement de cette femme?
Je trouve dérangeant que l'on mette en avant l'idée que l'enseignante aurait pu être tuée n'importe où, ou que la mère d'élève aurait pu s'en prendre à n'importe qui. On peut tomber n'importe où d'une échelle, mais si on tombe dans son entreprise, c'est un accident du travail, et la responsabilité de l'entreprise est engagée. J'ajoute que la meurtrière est partie de chez elle avec un couteau et aurait annoncé en sortant de l'école: 'je l'ai tuée'. Pas de responsabilité, peut-être, quant à l'intention, cela semble moins sûr au regard des faits.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum