Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Pouce le Ven 25 Juil 2014 - 8:35

Je suis rentrée en fac (LM) en 1986. Le latin était obligatoire. Il y avait deux sections: section initiation pour les débutants et section enseignement pour les autres A l'époque on commençait le latin en 4° mais on en savait plus que nos collégiens actuels qui commencent en 5° car on faisait de la grammaire, de la conjugaison, du vocabulaire et un peu seulement de civilisation. J'ai donc suivi la section enseignement qui proposait d'excellents cours de grammaire et de civilisation, communs avec les LC d'ailleurs. J'ai choisi la version latine au capes de LM.Je ne prétends aucunement être une spécialiste mais je pense que je serais capable de me débrouiller en collège, avec une bonne dose de révisions naturellement. D' ailleurs, si je réfléchis bien, je n'ai pas suivi d'UV de littérature du MA car il n'y en avait pas dans ma fac, cela ne m'a pas empêchée de combler mes lacunes et d'étudier des oeuvres du MA avec mes 5°.
Il faut quand même faire la part des choses quand on parle des LM à qui l'on demande d'enseigner le latin, il y a les uns et il y a les autres.
Je comprends néanmoins tout à fait la colère des LC qui voient leur spécialité mourir mais certains LC, comme mon collègue d'ailleurs, sont les premiers à tuer l'option car ils en font des cours de civilisation. Des films, des exposés,  de très bonnes notes pour tous ( qui faussent la moyenne). Et ne me dites pas que je ne sais pas de quoi je parle, beaucoup de collègues dans mon établissement s'inquiètent de cette évolution. Je sais que le collègue en question respecte les programmes mais quand même, à lire ce que font les néo LC sur le forum, je vois bien toute la différence.

Pouce
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Lefteris le Ven 25 Juil 2014 - 9:03

Situation catastrophique des LC en effet... Si vraiment un seul capes existe dans un avenir proche, il faudrait mettre le paquet sur le latin , que tout étudiant de lettres fasse un cursus de LC . Le grec passe à la trappe, mais au moins on sauve les meubles.
Je suis évidemment contre les solutions "bout de ficelle", mais la réalité est plus complexe, on fait pression sur des LM , afin de garder un service complet, ça peut sauver l'option provisoirement (?) , et certains LM ont vraiment fait du latin.

Bref , le débat ne donne pas de solutions à notre collègue. Pour être semi-autodidacte (j'ai repris le latin des années après le lycée, par loisir perso au début, sans avoir une minute l'idée de me reconvertir enseignant) , je peux conseiller, pour mettre au jour des  connaissances enfouies,  des exercices de version commentées. J'avais déniché des versions de Lavarenne, ouvrage un peu vieillot, mais  tout y passe  ligne à ligne : langue, civilisation et histoire, et ça rentre naturellement. Il est vrai que je suis d'une époque ou même en traînant les pieds, (ce qui était mon cas, j'étais un lycéen peu motivé), on avait un niveau minimal , avec une version d'au moins 20 lignes tous les 15 jours, et du thème court  fréquent en terminale... On ingurgitait obligatoirement pas mal de choses, bon gré mal gré.
J'ai aussi eu entre les mains un petit ouvrage qui me paraît pas mal du tout quant à la langue ,  progressif et bien organisé, avec des exos corrigés . C'est Le latin en 40 leçons et ça doit coûter 8 euros ...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Hermiony le Ven 25 Juil 2014 - 9:09

Cripure a écrit:
Je suis grand défenseur de l'agrégation interne, que je trouve objectivement plus difficile que l'externe avec son nombre d'épreuves plus faible, mais de fait, je trouve que son caractère moderne serait mieux marqué avec du latin qu'avec la littérature comparée Wink

Ce qui la rendrait encore plus difficile pour les LM qui, dans leur écrasante majorité, ont arrêté le latin à partir du moment où ils ont commencé à enseigner, quand ils en ont fait pendant leurs études, bien sûr...(après 7 ans sans en faire, je peux dire que j'ai tout perdu, à mon grand regret).

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par nlm76 le Ven 25 Juil 2014 - 9:13

La solution est toute simple, et donc inenvisageable dans notre monde de fous :
1. Latin obligatoire au capes de lettres.
2. Latin et grec obligatoires à l'agrégation de lettres.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Hermiony le Ven 25 Juil 2014 - 9:15

@nlm76 a écrit:La solution est toute simple, et donc inenvisageable dans notre monde de fous :
1. Latin obligatoire au capes de lettres.
2. Latin et grec obligatoires à l'agrégation de lettres.

 affraid  Vraiment ? Dans ce cas, il faut que les deux soient obligatoires durant le cursus à la fac, je ne vois pas d'autre solution (parce que se mettre au grec l'année d'un concours... pale ). Pour le 1. en revanche, je suis d'accord.

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Enaeco le Ven 25 Juil 2014 - 9:25

Donc latin ET grec obligatoire en LM a la fac?  Very Happy 

Enaeco
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Celeborn le Ven 25 Juil 2014 - 9:30

@Hermiony a écrit:
Cripure a écrit:
Je suis grand défenseur de l'agrégation interne, que je trouve objectivement plus difficile que l'externe avec son nombre d'épreuves plus faible, mais de fait, je trouve que son caractère moderne serait mieux marqué avec du latin qu'avec la littérature comparée Wink

Ce qui la rendrait encore plus difficile pour les LM qui, dans leur écrasante majorité, ont arrêté le latin à partir du moment où ils ont commencé à enseigner, quand ils en ont fait pendant leurs études, bien sûr...(après 7 ans sans en faire, je peux dire que j'ai tout perdu, à mon grand regret).

Oui, on ne peut pas simultanément dire que les LM ne peuvent enseigner le latin (ce qui est mon cas, d'ailleurs : jamais je n'accepterais de prendre des heures de latin : je suis parfaitement incompétent en la matière), et leur demander simultanément de passer une épreuve de latin à l'agreg interne, qui se passe après au moins 5 ans d'enseignement.

Nim, ta solution provoquerait une encore plus grande désaffection pour les concours en lettres. C'est triste, mais c'est réel. Je ne vois pas très bien pourquoi il faudrait transformer le concours de LM en concours de LC.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Lefteris le Ven 25 Juil 2014 - 9:37

@Enaeco a écrit:Donc latin ET grec obligatoire en LM a la fac?  Very Happy 
Ben, euh... NLM (qui d'ailleurs signifie : "Non aux Lettres Modernes") est joueur Very Happy. Ca revient à dire que ce ne serait plus vraiment LM. Derrière l'appellation générique "Lettres" il n'y aurait plus qu'une agrégation de LC dans les faits (comme autrefois).

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par trompettemarine le Ven 25 Juil 2014 - 10:09

@Lefteris a écrit:Situation catastrophique des LC en effet... Si vraiment un seul capes existe dans un avenir proche, il faudrait mettre le paquet sur le latin , que tout étudiant de lettres fasse un cursus de LC . Le grec passe à la trappe, mais au moins on sauve les meubles.
Je suis évidemment contre les solutions "bout de ficelle", mais la réalité est plus complexe, on fait pression sur des LM , afin de garder un service complet, ça peut sauver l'option provisoirement (?) , et certains LM ont vraiment fait du latin.

Bref , le débat ne donne pas de solutions à notre collègue. Pour être semi-autodidacte (j'ai repris le latin des années après le lycée, par loisir perso au début, sans avoir une minute l'idée de me reconvertir enseignant) , je peux conseiller, pour mettre au jour des  connaissances enfouies,  des exercices de version commentées. J'avais déniché des versions de Lavarenne, ouvrage un peu vieillot, mais  tout y passe  ligne à ligne : langue, civilisation et histoire, et ça rentre naturellement. Il est vrai que je suis d'une époque ou même en traînant les pieds, (ce qui était mon cas, j'étais un lycéen peu motivé), on avait un niveau minimal , avec une version d'au moins 20 lignes tous les 15 jours, et du thème court  fréquent en terminale... On ingurgitait obligatoirement pas mal de choses, bon gré mal gré.
J'ai aussi eu entre les mains un petit ouvrage qui me paraît pas mal du tout quant à la langue ,  progressif et bien organisé, avec des exos corrigés . C'est Le latin en 40 leçons et ça doit coûter 8 euros ...

Non, je ne suis pas d'accord. Il y en a si peu. Ce n'est pas lui qui coûte.

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par InvitéBX le Ven 25 Juil 2014 - 10:31

En tant que LC  " de plus de 55 ans" , je vous accorde que la situation LC n'est pas simple .
La situation de la collègue qui pose la question initiale me choque aussi, mais je n'oublie pas la toute première année où j'ai été MA, et où je risquais la radiation des listes si je refusais de faire la demi-journée de remplacement demandée .
On n'a pas toujours le choix.
Je conseillerais à la jeune collègue de se procurer les livres du professeur correspondant au manuel en usage dans son futur établissement, de les potasser cet été,  et de se rapprocher d'une collègue LC, pendant les vacances.
Cela ne lui évitera pas des risques de dérapage et de chahut dans l'année, car les élèves s'aperçoivent vite quand le prof. ne maîtrise pas sa discipline à fond, et les questions fusent souvent très vite, en latin comme en grec.
Mais , à la guerre comme à la guerre !  darkvador  Sad 

InvitéBX
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Osmie le Ven 25 Juil 2014 - 11:41

@trompettemarine a écrit:Je vous aime tous : vous êtes les meilleurs défenseurs du latin  fleurs 
Si certains de mes collègues pouvaient vous entendre...

 Smile 

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par nlm76 le Ven 25 Juil 2014 - 12:10

Plus pragmatiquement :
je propose vraiment aux professeurs de lettres modernes de suivre mon panache blanc, et de passer le CAPES, l'agrégation de lettres classiques ou de grammaire.
Qu'ils y aillent sans vergogne : ils ne prendront pas la place des jeunes qui n'y vont pas.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par e-Wanderer le Ven 25 Juil 2014 - 16:29

Pour ma part, je trouve beaucoup à redire sur l'enseignement du latin à l'université.

D'abord, il est bien dommage qu'il n'y ait pas de solution intermédiaire entre le cursus LC et le cursus LM. En maîtrise et DEA, j'ai suivi un séminaire de littérature néo-latine qui me passionnait et j'aurais volontiers fait une thèse dans ce domaine (il y avait d'ailleurs 80 pages de latin dans ma thèse et le latiniste du jury ne m'a pas fait de reproches particuliers, même sur mes traductions). Sauf qu'avec une agreg de LM et ayant juste fait une année de grec grand débutant (juste pour voir), j'étais d'emblée hors jeu pour les postes de latin à l'université. Pourtant, à l'époque, j'avais énormément travaillé cette langue (notamment dans l'optique de l'épreuve orale sans dictionnaire à Ulm) et je la comprenais de façon tout à fait fluide. J'en ai encore très souvent besoin pour mes recherches et il m'arrive très régulièrement de traduire (y compris pour publication) quelques paragraphes ou quelques pages. Je le fais avec grand plaisir. Il y a un cloisonnement disciplinaire que je trouve un peu absurde : mes collègues de latin à la fac n'enseignent pourtant pas davantage le grec que moi…

Autre remarque : je trouve justement que les recherches en latin patinent un peu. Pourquoi ne pas faire comme nos voisins belges ou italiens et donner un vrai essor aux études néo-latines ? Je pense que ça stimulerait les étudiants de LM bien davantage que de ressasser le énième cours sur le corpus classique ou impérial. En tout cas, j'ose dire qu'Erasme ou Guillaume Budé m'attirent un peu plus que les Familiares de Cicéron, et leur latin est excellent… Je ne comprends pas pourquoi il y a (dans le meilleur des cas !) un malheureux poste par fac en néo-latin, alors qu'il y a tant de découvertes à faire en latin médiéval, renaissant ou baroque.

J'observe quand même quelques signes positifs : des thésards très prometteurs qui ouvrent les études antiques vers la littérature comparée ou vers la théorie littéraire (j'ai vu passer plusieurs dossiers de ce type en commission de spécialiste cette année). Au moins, il y a une tentative d'ouverture vers d'autres disciplines, de renouvellement du discours et d'exploration de corpus neufs. Le problème est que ces gens-là ont un mal fou à se faire recruter, les collègues latinistes en place préfèrent des profils beaucoup plus conservateurs.

J'ai vu il y a quelques années mes collègues refuser de recruter comme PRAG une normalienne brillante, agrégée de LC, et qui donnait toute satisfaction comme ATER : ce n'était pourtant pas un poste de recherche, mais elle avait "trahi" la cause en faisant sa thèse en littérature française (même si plus de la moitié portait sur du latin humaniste !). Argument avancé (je vous jure que je n'invente rien) : "Elle est tellement brillante qu'elle ne saura pas évaluer nos étudiants" (sic.). Ils avaient préféré prendre une inconnue en début de thèse qui avait eu poussivement son agreg à la 3e tentative (elle, au moins, n'avait pas quitté le sérail !). Au lieu de construire des passerelles, on coupe les ponts. À mon avis, cette stratégie du pré carré et du repli sur soi est une erreur stratégique lourde.

Enfin, il y a la dérive démagogique dont il a été question plus haut : faire de la civilisation au lieu d'enseigner la langue, pour ne pas risquer de déplaire : mais pourquoi diable agir ainsi quand le latin est obligatoire dans le cursus (c'est le cas chez nous) ? Est-ce que les profs d'Ancien Français demandent aux étudiants s'ils ont envie de faire de la phonétique historique ?  En prépa, on nous fait comprendre clairement dès le départ qu'il va falloir retrousser ses manches pour progresser en latin. Avec l'horaire tout à fait adapté de 4 heures par semaine, ça fonctionne. Et ensuite, quelle garantie quand on passe les concours, l'agrégation notamment !

Voilà, maintenant les LC canal historique peuvent me lyncher… Laughing

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par nlm76 le Ven 25 Juil 2014 - 16:48

Mais, e-wanderer, qu'est-ce qui vous empêche d'apprendre le grec ancien ?
Cela dit, je suis d'accord avec vous quant à l'absurdité que représente la séparation entre LC et LM, y compris dans les sections du CNU. Les lettres sont unes et indivisibles !!!

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par InvitéBX le Ven 25 Juil 2014 - 16:56

@e-Wanderer a écrit:Pour ma part, je trouve beaucoup à redire sur l'enseignement du latin à l'université.

D'abord, il est bien dommage qu'il n'y ait pas de solution intermédiaire entre le cursus LC et le cursus LM. En maîtrise et DEA, j'ai suivi un séminaire de littérature néo-latine qui me passionnait et j'aurais volontiers fait une thèse dans ce domaine (il y avait d'ailleurs 80 pages de latin dans ma thèse et le latiniste du jury ne m'a pas fait de reproches particuliers, même sur mes traductions). Sauf qu'avec une agreg de LM et ayant juste fait une année de grec grand débutant (juste pour voir), j'étais d'emblée hors jeu pour les postes de latin à l'université. Pourtant, à l'époque, j'avais énormément travaillé cette langue (notamment dans l'optique de l'épreuve orale sans dictionnaire à Ulm) et je la comprenais de façon tout à fait fluide. J'en ai encore très souvent besoin pour mes recherches et il m'arrive très régulièrement de traduire (y compris pour publication) quelques paragraphes ou quelques pages. Je le fais avec grand plaisir. Il y a un cloisonnement disciplinaire que je trouve un peu absurde : mes collègues de latin à la fac n'enseignent pourtant pas davantage le grec que moi…

Autre remarque : je trouve justement que les recherches en latin patinent un peu. Pourquoi ne pas faire comme nos voisins belges ou italiens et donner un vrai essor aux études néo-latines ? Je pense que ça stimulerait les étudiants de LM bien davantage que de ressasser le énième cours sur le corpus classique ou impérial. En tout cas, j'ose dire qu'Erasme ou Guillaume Budé m'attirent un peu plus que les Familiares de Cicéron, et leur latin est excellent… Je ne comprends pas pourquoi il y a (dans le meilleur des cas !) un malheureux poste par fac en néo-latin, alors qu'il y a tant de découvertes à faire en latin médiéval, renaissant ou baroque.

J'observe quand même quelques signes positifs : des thésards très prometteurs qui ouvrent les études antiques vers la littérature comparée ou vers la théorie littéraire (j'ai vu passer plusieurs dossiers de ce type en commission de spécialiste cette année). Au moins, il y a une tentative d'ouverture vers d'autres disciplines, de renouvellement du discours et d'exploration de corpus neufs. Le problème est que ces gens-là ont un mal fou à se faire recruter, les collègues latinistes en place préfèrent des profils beaucoup plus conservateurs.

J'ai vu il y a quelques années mes collègues refuser de recruter comme PRAG une normalienne brillante, agrégée de LC, et qui donnait toute satisfaction comme ATER : ce n'était pourtant pas un poste de recherche, mais elle avait "trahi" la cause en faisant sa thèse en littérature française (même si plus de la moitié portait sur du latin humaniste !). Argument avancé (je vous jure que je n'invente rien) : "Elle est tellement brillante qu'elle ne saura pas évaluer nos étudiants" (sic.). Ils avaient préféré prendre une inconnue en début de thèse qui avait eu poussivement son agreg à la 3e tentative (elle, au moins, n'avait pas quitté le sérail !). Au lieu de construire des passerelles, on coupe les ponts. À mon avis, cette stratégie du pré carré et du repli sur soi est une erreur stratégique lourde.

Enfin, il y a la dérive démagogique dont il a été question plus haut : faire de la civilisation au lieu d'enseigner la langue, pour ne pas risquer de déplaire : mais pourquoi diable agir ainsi quand le latin est obligatoire dans le cursus (c'est le cas chez nous) ? Est-ce que les profs d'Ancien Français demandent aux étudiants s'ils ont envie de faire de la phonétique historique ?  En prépa, on nous fait comprendre clairement dès le départ qu'il va falloir retrousser ses manches pour progresser en latin. Avec l'horaire tout à fait adapté de 4 heures par semaine, ça fonctionne. Et ensuite, quelle garantie quand on passe les concours, l'agrégation notamment !

Voilà, maintenant les LC canal historique peuvent me lyncher… Laughing

Veuillez m'excuser si je rebondis sur ce point.
Le latin est obligatoire à l'université, dites-vous, mais la question de son enseignement se pose également dès le collège.
En France, en cinquième, le latin est une option facultative, et bien que je ne défende pas le " tout-civilisation" en collège , je le comprends parfois quand je vois des enseignants LC moins chanceux que moi   aux prises avec des latinistes de cinquième, envoyés dans l'option par leurs parents,  autant doués pour le latin que moi pour la danse en tutu , qui n'ont aucune notion de la plus élémentaire grammaire française, et qui sont passés maîtres dans l'art du " chantage à l'abandon" en fin d'année.
Ne soyons pas hypocrites : enseigner la grammaire à certaines classes de latinistes tient de la haute voltige et/ou de la science-fiction (où sont les latinistes d'antan...)
Mais vous évoquiez les étudiants, je l'ai bien compris.

InvitéBX
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Ruthven le Ven 25 Juil 2014 - 17:00

@nlm76 a écrit:Mais, e-wanderer, qu'est-ce qui vous empêche d'apprendre le grec ancien ?
Cela dit, je suis d'accord avec vous quant à l'absurdité que représente la séparation entre LC et LM, y compris dans les sections du CNU. Les lettres sont unes et indivisibles !!!

En 8ème section, il n'y a pas que les Lettres il y a aussi des historiens, des archéologues, des philosophes ...

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par e-Wanderer le Ven 25 Juil 2014 - 17:00

En fait, il fallait bien faire un choix à la fin de l'hypokhâgne : or j'étais trop attaché à la pratique du commentaire de texte en français pour y renoncer. Je trouvais aussi très intéressant de pratiquer le commentaire en 6h en langue étrangère, c'est une expérience que je ne regrette pas du tout. Au fond, ce dont j'aurais rêvé, c'est d'une sorte de double cursus LM-LC, mais c'est évidemment impossible en prépa puisqu'il faut aussi étudier l'histoire, la philo….

Ce que je trouve dommage, c'est que le cloisonnement des disciplines interdise ensuite à un LM de faire une thèse en latin : pas en théorie, bien sûr, mais les chances au recrutement comme MCF seraient proches de zéro. J'ai pourtant eu 17 en version latine à Ulm et 16 à l'oral, je pense qu'à l'époque je n'avais pas franchement à rougir de mon niveau.

J'apprendrai peut-être un jour le grec ancien, par curiosité. Pour l'instant, ça ne me servirait pas franchement et j'ai malheureusement d'autres priorités.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par e-Wanderer le Ven 25 Juil 2014 - 17:21

Bigoudi a écrit:

Veuillez m'excuser si je rebondis sur ce point.
Le latin est obligatoire à l'université, dites-vous, mais la question de son enseignement se pose également dès le collège.
En France, en cinquième, le latin est une option facultative, et bien que je ne défende pas le " tout-civilisation" en collège , je le comprends parfois quand je vois des enseignants LC moins chanceux que moi   aux prises avec des latinistes de cinquième, envoyés dans l'option par leurs parents,  autant doués pour le latin que moi pour la danse en tutu , qui n'ont aucune notion de la plus élémentaire grammaire française, et qui sont passés maîtres dans l'art du " chantage à l'abandon" en fin d'année.
Ne soyons pas hypocrites : enseigner la grammaire à certaines classes de latinistes tient de la haute voltige et/ou de la science-fiction (où sont les latinistes d'antan...)
Mais vous évoquiez les étudiants, je l'ai bien compris.

Oui, je parlais bien de l'université.
Et je partage ce triste constat sur le niveau de grammaire : quand on est obligé en L1 de reprendre les bases au niveau école primaire (nature/fonction, sujet-verbe-complément, exercices de conjugaison…), on imagine sans peine le désarroi des collègues de langue ancienne (ou d'allemand !). À mon avis, c'est déjà à l'école primaire que les choses se jouent.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Laurie 001 le Ven 25 Juil 2014 - 17:24

Le titre de ce fil me laisse très perplexe !!! "je vais enseigner ... comment m'améliorer "
Normalement nous enseignons ce que nous maitrisons
Je vais le remonter , j'ai certainement loupé quelque chose

Laurie 001
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Oudemia le Ven 25 Juil 2014 - 17:36

laure-gemma a écrit:Le titre de ce fil me laisse très perplexe !!! "je vais enseigner ... comment m'améliorer "
Normalement nous enseignons ce que nous maitrisons
Je vais le remonter , j'ai certainement loupé quelque chose
Oui...

Oudemia
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Lefteris le Ven 25 Juil 2014 - 18:46

@trompettemarine a écrit:

Non, je ne suis pas d'accord. Il y en a si peu. Ce n'est pas lui qui coûte.
Je voulais dire que tous le étudiants de lettres fassent un cursus LC en latin (cf. ce qui pré cède), grand débutant au besoin (avec le grec, ça ferait trop). La différence LM /LC serait uniquement constituée par le grec, qui comme tu dis ne coûte pas cher vu la rareté et même la disparition dans la plupart des établissements.
Du reste, on pourrait ouvrir largement les langues anciennes à niveau LC à d’autres matières, notamment à l’histoire, matière avec laquelle ça se marie très bien. Quand je me suis remis au latin et mis au grec (seul), sans savoir que je deviendrais un jour prof , je m’intéressais bien plus à l’histoire qu’au français, et d’ailleurs je ne conçois pas une langue ancienne sans connaissances poussées d’histoire ni d’intérêt pour l’histoire antique sans aborder ce monde (ces mondes) par la langue.
Pourquoi pas des enseignants d’histoire –latin par exemple ? Ou italien- latin/ espagnol –latin ? Il y a tellement d’options possibles dans les cursus, pourquoi pas celle-là.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par trompettemarine le Ven 25 Juil 2014 - 18:47

ouf ! j'avais mal compris ! Smile 

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par InvitéBX le Ven 25 Juil 2014 - 19:02

Le risque avec des bivalences, histoire-latin, etc., ce serait de revenir à des statuts type PEGC , non ?
Ces bivalences ont déjà existé dans un passé pas si lointain.

InvitéBX
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Lefteris le Ven 25 Juil 2014 - 19:23

Bigoudi a écrit:Le risque avec des bivalences, histoire-latin, etc., ce serait de revenir à des statuts type PEGC , non ?
Ces bivalences ont déjà existé dans un passé pas si lointain.
Evidemment , il faudrait encadrer tout ça, et fier en sorte que ce soit une vraie spécialité avec le même niveau de connaissances , pas une vague option dans laquelle on s’auto-proclame spécialiste. Ils seraient dans notre cas, ni plus ni moins, c e n’est pas une alliance plus contre nature à mon sens que français- latin , physique –chimie, ou histoire- géo…Chez les PEGC, on voyait des choses étranges (j’ai connu maths –EPS par exemple …), et c'est sans doute ce que certains voudraient réintroduire. Vigilance donc...
Ce qui devrait changer, c’est aussi le statut du latin dans le système scolaire : ou le rendre obligatoire, ou le sur-valoriser, san s le mettre en concurrence, sans mettre des bâtons dans les roues (horaires). Ce que tu dis plus haut est très juste, concernant les pleureuses dès que le mot « grammaire » apparaît, ou qu’on commence à regretter quand on voit les autres terminer les cours, ou qu’on entend toute l’année qu’on a été obligé et que c’est de la m.de le latin. Pour ma part, je fais toutes les classes de 6ème et je prononce plusieurs fois les mots « travail » « grammaire » , en insistant bien sur le fait qu’il ne faut pas venir si l’on est hostile. Malgré ça, on récolte des pénibles. Et un pénible en latin se surpasse souvent en pénibilité , sachant qu’il ne risque pas grand-chose.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par Lefteris le Ven 25 Juil 2014 - 19:25

Bigoudi a écrit:Le risque avec des bivalences, histoire-latin, etc., ce serait de revenir à des statuts type PEGC , non ?
Ces bivalences ont déjà existé dans un passé pas si lointain.
Evidemment , il faudrait encadrer tout ça, et faire en sorte que ce soit une vraie spécialité avec le même niveau de connaissances , pas une vague option dans laquelle on s'auto-proclame spécialiste. Ils seraient dans notre cas, ni plus ni moins, c e n'est pas une alliance  plus contre nature à mon sens que français- latin , physique -chimie, ou histoire- géo…Chez les PEGC, on voyait des choses étranges (j'ai connu maths -EPS par exemple …).
Ce qui devrait changer, c'est aussi le statut du latin dans le système scolaire : ou le rendre obligatoire, ou le sur-valoriser, san s le mettre en concurrence, sans mettre des bâtons dans les roues (horaires). Ce que tu dis plus haut est très juste, concernant les pleureuses dès que le mot " grammaire " apparaît, ou qu'on commence à regretter quand on voit les autres terminer les cours, ou qu'on entend toute l'année qu'on a été obligé et que c'est de la m.de le latin. Pour ma part, je fais toutes les classes de 6ème et je prononce plusieurs fois les mots " travail " " grammaire " , en insistant bien sur le fait qu'il ne faut pas venir si l'on est hostile. Malgré ça, on récolte des pénibles. Et un pénible en latin se surpasse souvent en pénibilité , sachant qu'il ne risque pas grand-chose.


Dernière édition par Lefteris le Ven 25 Juil 2014 - 22:55, édité 1 fois

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je vais enseigner le latin à la rentrée en collège : comment m'améliorer rapidement ?

Message par ysabel le Ven 25 Juil 2014 - 21:40

Cripure a écrit:En refusant d'enseigner une matière pour laquelle je ne suis pas formé.
Je n'en dirai pas davantage, mais c'est quand même dur de supporter de lire ça en devant rester calme.

Bien d'accord.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum