[Géographie en folie] Définitions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 21:40

Bonjour à tous,

Je suis peut être un cas isolé, mes les définitions de géographie me font suer. Il faut courir les différents dictionnaires, pas toujours disponibles à la maison, pas toujours compréhensibles après une journée de travail. Je propose donc ce petit fil qui m'aidera beaucoup.

Alors, je commence : quelqu'un peut-il me donner une définition claire et consensuelle de ces mots :
lieu, habitat, espace, territoire.

Je n'ai pas Lévy et Lussault (chaque fois que je veux l'acheter, il est indisponible). Donc, je tangue affreusement.

Merci d'avance,
Elyas.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Guillaume le Grand le Lun 28 Juil 2014 - 22:28

Je n'oserais me lancer dans une telle entreprise. La tâche est compliquée, car ces termes ont rarement fait consensus dans l'histoire de la géographie et ne font toujours pas consensus.
Il y a bien les définitions de Géoconfluences (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/), mais il manque les débats entre géographes.


Sinon quelques lectures passionnantes sur quelques-uns de ces termes:
-Jacques Lévy sur la notion de ''lieu'': http://www.espacestemps.net/articles/lsquolieursquo-3/
-Bernard Debarbieux sur le lieu et le territoire: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/spgeo_0046-2497_1995_num_24_2_3363
-Mathis Stock sur l'habiter et la mobilité: http://www.espacestemps.net/en/articles/lrsquohypothese-de-lrsquohabiter-poly-topique-pratiquer-les-lieux-geographiques-dans-les-societes-a-individus-mobiles-en/

Je ne sais pas si ça t'aide vraiment   humhum

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Verpa le Lun 28 Juil 2014 - 22:35

@Elyas a écrit:Alors, je commence : quelqu'un peut-il me donner une définition claire et consensuelle de ces mots :
lieu, habitat, espace, territoire.

Je n'ai pas Lévy et Lussault (chaque fois que je veux l'acheter, il est indisponible). Donc, je tangue affreusement.
.
Une définition claire et consensuelle, c'est presque l'exact opposé du dictionnaire de Lévy & Lussault. Très compliqué, érudit, passionnant, mais selon les orientations épistémologiques des deux auteurs qui ne font pas toujours consensus.

Verpa
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 22:40

Je connais le texte de Stock (je l'ai imprimé, c'est dire).

Jacques Lévy m'a fait rire avec son concept du lieu

Debarbieux, je ne connaissais pas.

En revanche, tu me rassures. Avoir une définition claire et consensuelle, il faut se lever tôt.

Cependant, mes intuitions issues de mes études et lectures font que je ne m'égare pas trop. J'ai de la lecture, je le sens.

Par contre, je suis fier, j'ai découvert que ma définition de ville correspond à celle de Lévy Wink

@Verpa : en même temps, en français, tu n'as pas beaucoup d'autres choix que Lévy et Lussault. On peut les critiquer mais personne n'a relevé le défi de faire un dictionnaire (j'ai le Pierre George, mais je sais qu'il est considéré comme daté sur les définitions de géographie dite humaine).

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Guillaume le Grand le Lun 28 Juil 2014 - 22:43

Roger Brunet a aussi fait un dictionnaire de la géographie.
C'est vrai que la définition de la ville par Lévy est claire, mais quand même très jargonnante: ''géotype de substance sociétale fondé sur la coprésence''. J'avoue adorer la sortir pour mettre fin à une discussion trop longue et ennuyeuse  Razz 


Dernière édition par Guillaume le Grand le Lun 28 Juil 2014 - 22:47, édité 1 fois

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 22:47

Brunet et les chorèmes. Comment dire ?

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Guillaume le Grand le Lun 28 Juil 2014 - 22:49

@Elyas a écrit:Brunet et les chorèmes. Comment dire ?
Mais Brunet ce n'est pas seulement les chorèmes. Et puis d'ailleurs, je ne comprend pas cet acharnement contre les chorèmes.

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par cliohist le Lun 28 Juil 2014 - 22:50

Penser à regarder du côté d'Hypergéo
Le site principal semble non accessible ce soir
http://hypergeo.eu/spip.php?page=sommaire
mais la copie via Internet archive marche
https://web.archive.org/web/20131224181233/http://hypergeo.eu/spip.php?page=sommaire

chez Sirey, il existe un dictionnaire d'hist-geo (Brand Durrousset)

Plusieurs collègues ont mis en ligne des lexiques de Géo :
2 exemples
http://histoiredespretz.eklablog.com/definitions-de-geographie-p64252
http://www.ac-grenoble.fr/college/pierre.grange.albertville/images/Charbonnier/lexique%20geo.pdf


Dernière édition par cliohist le Lun 28 Juil 2014 - 22:57, édité 1 fois

cliohist
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par helvea le Lun 28 Juil 2014 - 22:54

topela  j'étais en train d'écrire exactement la même chose Smile Site conseillé par nos profs pour la préparation du concours qui m'a bien servi.

"Hypergeo est une encyclopédie électronique, en accès libre, réalisation du GDR Libergeo, consacrée à l’épistémologie de la géographie. Y sont abordés des concepts et théories de la géographie contemporaine. Elle compte quatre rubriques : géographie, régions et territoires, sociétés et environnement, spatialité des sociétés. Pour chacune d’elles sont présentés les concepts, fondements épistémologiques, un index, des outils (par exemple réalisations cartographiques) et les théories. Un outil pratique, destiné à l’enseignant qui souhaite mettre à jour ses connaissances dans le domaine épistémologique et trouver des définitions scientifiques des concepts de la géographie actuelle (par exemple le vocabulaire lié au territoire, au développement durable)."

Selon eduscol.

helvea
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 22:55

@Guillaume le Grand a écrit:
@Elyas a écrit:Brunet et les chorèmes. Comment dire ?
Mais Brunet ce n'est pas seulement les chorèmes. Et puis d'ailleurs, je ne comprend pas cet acharnement contre les chorèmes.

Je fais partie de la génération qui a dû subir à la fac la maxime "tous par les chorème, rien que pas les chorèmes !" C'était assez pesant.

Merci, Cliohist.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Verpa le Lun 28 Juil 2014 - 23:03

@Elyas a écrit:@Verpa : en même temps, en français, tu n'as pas beaucoup d'autres choix que Lévy et Lussault. On peut les critiquer mais personne n'a relevé le défi de faire un dictionnaire (j'ai le Pierre George, mais je sais qu'il est considéré comme daté sur les définitions de géographie dite humaine).
Il est très bien le Lévy et Lussault. Le seul reproche que je lui fait, c'est sa très grande complexité. L'exemple de Guillaume le Grand en est l'exemple le plus concret. Il est inégalable sur de nombreux aspects, notamment pour une définition de l'urbanité.

Dire qu'au Capes, il y a le dictionnaire de Baud dans les salles de préparation. C'est sûrement le pire de ce qui existe !

Verpa
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Chopin le Lun 28 Juil 2014 - 23:04

Allez, je me lance pour territoire.

Etendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain organisé.


Chopin
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 23:08

@Verpa a écrit:
@Elyas a écrit:@Verpa : en même temps, en français, tu n'as pas beaucoup d'autres choix que Lévy et Lussault. On peut les critiquer mais personne n'a relevé le défi de faire un dictionnaire (j'ai le Pierre George, mais je sais qu'il est considéré comme daté sur les définitions de géographie dite humaine).
Il est très bien le Lévy et Lussault. Le seul reproche que je lui fait, c'est sa très grande complexité. L'exemple de Guillaume le Grand en est l'exemple le plus concret. Il est inégalable sur de nombreux aspects, notamment pour une définition de l'urbanité.

Dire qu'au Capes, il y a le dictionnaire de Baud dans les salles de préparation. C'est sûrement le pire de ce qui existe !

Personnellement, je trouve le Lévy-Lussault très stimulant. Par contre, pour la géographie physique, j'ai tendance (et j'ai peut-être tort) à préférer mon Pierre George.

Le jour où j'ai commencé à douter de mes définitions, c'est par rapport à un mot : rurbanisation. Depuis que j'enseigne,, ce mot a connu une première définition, puis son concept a été considéré comme peu pertinent, enfin il est réapparu... avec une nouvelle définition !  titanic 
Heureusement que je lis et que je me tiens au courant, mais c'est l'enfer les définitions en géographie. Ils aiment aussi les barbarismes (ouh les mots avec urbain ou urbanité : rurbain, flurbanité, conurbain...).

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Guillaume le Grand le Lun 28 Juil 2014 - 23:13

@Chopin a écrit:Allez, je me lance pour territoire.

Etendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain organisé.

Je dirais plutôt: étendue de la surface terrestre que s'approprie un groupe humain. Ce groupe humain n'est pas forcément organisé: la rue lors d'une émeute est appropriée par les émeutiers, même s'ils ne sont pas forcément organisés pour s'opposer aux forces de l'ordre par exemple, un squat est approprié par des individus même si chacun s'organise comme il l'entend. Après on peut parler de territoire individuel, où chacun est maître de sa propre organisation, mais là c'est un autre débat.
Vivre dans un territoire est un peu trop restreint. On peut vivre dans un territoire, y manger, boire, etc, sans forcément le charger de représentations, indispensables à l'appropriation de l'espace.

Je sens que nos débats vont être passionnants  Smile 

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Laotzi le Lun 28 Juil 2014 - 23:14

Brunet a aussi eu le mérite de coordonner une Géographie universelle. Elle commençait déjà à dater quand j'ai passé les concours mais ça restait un outil très pratique (même si la géographie humaine se périme vite, j'ai coutume de dire aux élèves qu'au début des années 1990, on étudiait trois pays appelés alors "en voie de développement", la Chine, le Brésil et la Côte d'Ivoire). (soit dit en passant, je viens de revoir les programmes de terminales de 1995 et ils étaient nettement plus cohérents en géographie que ceux que l'on a maintenant).

Le Lévy Lussault fait souvent la détestation des étudiants en géographie non géographes (les historiens donc) et même de certains géographes. Je crois qu'il faut du recul pour l'apprécier (et quand on prépare des concours, on veut des définitions claires et exploitables) mais c'est un outil très puissant au niveau conceptuel qui flirte parfois du côté de la philosophie de l'espace. Il n'est pas inutile d'ailleurs se regarder un peu du côté de la philosophie car les notions d'espace, de lieu, d'habiter ont traversé l'histoire de la philosophie et sont des champs actuellement féconds il me semble (voir par exemple le travail du philosophe de l'urbanisme Thierry Paquot qui a travaillé un peu avec Lussault dans Habiter, le propre de l'humain).

_________________
"Trouvez donc bon qu'au lieu de vous dire aussi, adieu comme autrefois, je vous dise, adieu comme à présent."

Laotzi
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Verpa le Lun 28 Juil 2014 - 23:17

Personnellement, je trouve le Lévy-Lussault très stimulant. Par contre, pour la géographie physique, j'ai tendance (et j'ai peut-être tort) à préférer mon Pierre George.
On est donc sur la même longueur d'onde. Pour la géographie physique (non-spécialiste), je me limite au livre d'Archambault et Vanney qui date.


Heureusement que je lis et que je me tiens au courant, mais c'est l'enfer les définitions en géographie. Ils aiment aussi les barbarismes (ouh les mots avec urbain ou urbanité : rurbain, flurbanité, conurbain...).
Paraurbanisation, litturbanisation etc... Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Même avec une formation de géographe, je me demande parfois si ce n'est pas la course à celui qui invente un mot nouveau.

Verpa
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Guillaume le Grand le Lun 28 Juil 2014 - 23:17

@Elyas a écrit:
@Verpa a écrit:
@Elyas a écrit:@Verpa : en même temps, en français, tu n'as pas beaucoup d'autres choix que Lévy et Lussault. On peut les critiquer mais personne n'a relevé le défi de faire un dictionnaire (j'ai le Pierre George, mais je sais qu'il est considéré comme daté sur les définitions de géographie dite humaine).
Il est très bien le Lévy et Lussault. Le seul reproche que je lui fait, c'est sa très grande complexité. L'exemple de Guillaume le Grand en est l'exemple le plus concret. Il est inégalable sur de nombreux aspects, notamment pour une définition de l'urbanité.

Dire qu'au Capes, il y a le dictionnaire de Baud dans les salles de préparation. C'est sûrement le pire de ce qui existe !

Personnellement, je trouve le Lévy-Lussault très stimulant. Par contre, pour la géographie physique, j'ai tendance (et j'ai peut-être tort) à préférer mon Pierre George.

Le jour où j'ai commencé à douter de mes définitions, c'est par rapport à un mot : rurbanisation. Depuis que j'enseigne,, ce mot a connu une première définition, puis son concept a été considéré comme peu pertinent, enfin il est réapparu... avec une nouvelle définition !  titanic 
Heureusement que je lis et que je me tiens au courant, mais c'est l'enfer les définitions en géographie. Ils aiment aussi les barbarismes (ouh les mots avec urbain ou urbanité : rurbain, flurbanité, conurbain...).

La géographie physique a un peu été abandonnée ces dernières années au profit de la la géographie de l'environnement qui réhabilite le vieux concept vidalien de ''milieu'' (Yvette Veyret, etc) et par l'apparition du géosystème.
En ce qui concerne les barbarismes, c'est exact. Beaucoup de géographes cherchent à développer leur propre terme. Après la périurbanisation, on parle aujourd'hui en plus de la "para-urbanisation''  scratch

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 23:19

J'ai ouvert la boîte de Pandore.

Pour territoire, il manque, selon moi, la notion d'appropriation par le groupe d'humains de cette étendue, et il n'a pas besoin d'être habité curieusement. Dans cette définition, l'importance du regard humain me semble cruciale, surtout qu'un territoire peut être contesté.


Dernière édition par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 23:22, édité 1 fois

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Verpa le Lun 28 Juil 2014 - 23:20

Brunet a aussi eu le mérite de coordonner une Géographie universelle. Elle commençait déjà à dater quand j'ai passé les concours mais ça restait un outil très pratique (même si la géographie humaine se périme vite, j'ai coutume de dire aux élèves qu'au début des années 1990, on étudiait trois pays appelés alors "en voie de développement", la Chine, le Brésil et la Côte d'Ivoire). (soit dit en passant, je viens de revoir les programmes de terminales de 1995 et ils étaient nettement plus cohérents en géographie que ceux que l'on a maintenant).
Les spécialistes de géographie coréenne rappelle souvent que dans les années 50, la Corée du Sud était aussi riche que le Ghana. 65 ans plus tard, la situation a bien changé !

Le Lévy Lussault fait souvent la détestation des étudiants en géographie non géographes (les historiens donc) et même de certains géographes. Je crois qu'il faut du recul pour l'apprécier (et quand on prépare des concours, on veut des définitions claires et exploitables) mais c'est un outil très puissant au niveau conceptuel qui flirte parfois du côté de la philosophie de l'espace. Il n'est pas inutile d'ailleurs se regarder un peu du côté de la philosophie car les notions d'espace, de lieu, d'habiter ont traversé l'histoire de la philosophie et sont des champs actuellement féconds il me semble (voir par exemple le travail du philosophe de l'urbanisme Thierry Paquot qui a travaillé un peu avec Lussault dans Habiter, le propre de l'humain).
Pour le côté stimulant, c'est le meilleur, et d'assez loin. L'ensemble des livres de Lussault sont du même d'ordre.
Pour la philosophie de l'espace, le bon vieux Kant est d'un bon secours et reste d'actualité.

Verpa
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Verpa le Lun 28 Juil 2014 - 23:21

Pour territoire, il manque, selon moi, la notion d'appropriation par le groupe d'humains de cette étendue, et il n'a pas besoin d'être habité curieusement. Dans cette définition, l'importance du regard humain me semble crucial, surtout qu'un territoire peut être contesté.
Je te rejoins parfaitement. Une dimension simple de territoire pour ma part : une portion d'espace appropriée par un groupe social.
La notion d'appropriation de l'espace est centrale.

Verpa
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Géographie en folie] Définitions

Message par Elyas le Lun 28 Juil 2014 - 23:25

Je tente espace : étendue de la surface terreste présentant des caractéristiques communes créant une unité anthropique ou naturelle.

Mais là, je sens que je me plante.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum