Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Olympias
Prophète

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Olympias le Dim 24 Aoû 2014 - 18:19
melody78 a écrit:A ce sujet, un autre dysfonctionnement : les classes ULIS.

La représentante ULIS de notre établissement nous a appris qu'on lui confiait des enfants qui n'avaient pas de pathologie à proprement parler mais des difficultés d'apprentissages liées à des situations sociales complexes. Ca ne semblait d'ailleurs pas le troubler outre-mesure. Du coup, je me demande : quelle différence avec la Segpa ?
Elle a même un élève qui est simplement non-francophone...

En tous cas, ces élèves sont intégrés dans certains cours, même si pour certains, selon l'aveu même de cette collègue, cela n'a aucun intérêt pédagogique, mais permet d'éviter de les "stigmatiser".
Ils ont une étiquette "ULIS" dont ils profitent bien pour s'arroger des privilèges (du genre circuler dans les couloirs alors que c'est interdit) et éviter parfois de s'adapter au même fonctionnement que les autres.

On mobilise les professeurs principaux 1 heure tous les trimestres pour des commissions de suivi où ils ne servent à rien et où l'on passe l'heure à entendre l'infirmière et la représentante de la MDPH balancer des sigles incompréhensibles et des formulaires administratifs... quel intérêt ?

Encore une fois, on marche sur la tête dans notre institution. Les classes ULIS devraient être réservées aux élèves qui ont des vrais handicaps.
  
avatar
Olympias
Prophète

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Olympias le Dim 24 Aoû 2014 - 18:24
@Ronin a écrit:
Cripure a écrit:Plus grave encore : l'EN qui étiquette les élèves pour ne pas se poser des questions sur ses pratiques, je pense bien sûr au calamiteux "apprentissage" de la lecture.

Cas de figure que je rencontre dix fois plus souvent que l'élève réellement atteint d'un trouble spécifique des apprentissages. L'EN bénéficie grandement de cette médicalisation qui évite de se poser la question des méthodes, de la formation initiale et continue, des directives inapplicables et j'en passe. D'ailleurs les partisans des méthodes les pus funestes sont les premiers à renvoyer ver le médical quand un élève n'apprend pas, cela ne peut venir de leurs géniales méthodes.

Les élèves réellement dys- sont, certes, en difficulté, mais suivis et accompagnés correctement ils peuvent, la plupart du temps, s'en sortir assez honorablement. Encore faudrait-il que l'on encombre pas les services et professionnels spécialisés avec des faux cas pour cacher les échecs de l'Institution et que l'on puisse se concentrer sur les gamins qui en ont besoin.
L'orthophoniste de Loulou me disait qu'elle était capable de nommer celles et ceux, parmi ses patients, qui avaient (dés)appris à lire avec une méthode absurde
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par User5899 le Dim 24 Aoû 2014 - 18:39
Combien de fois l'avons-nous dit. Mais nous passons pour des sans-coeur et des méchants pour les ch'tits nenfants...
avatar
Catsoune
Expert

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Catsoune le Dim 24 Aoû 2014 - 18:57
@Olympias a écrit:
melody78 a écrit:A ce sujet, un autre dysfonctionnement : les classes ULIS.

La représentante ULIS de notre établissement nous a appris qu'on lui confiait des enfants qui n'avaient pas de pathologie à proprement parler mais des difficultés d'apprentissages liées à des situations sociales complexes. Ca ne semblait d'ailleurs pas le troubler outre-mesure. Du coup, je me demande : quelle différence avec la Segpa ?
Elle a même un élève qui est simplement non-francophone...

En tous cas, ces élèves sont intégrés dans certains cours, même si pour certains, selon l'aveu même de cette collègue, cela n'a aucun intérêt pédagogique, mais permet d'éviter de les "stigmatiser".
Ils ont une étiquette "ULIS" dont ils profitent bien pour s'arroger des privilèges (du genre circuler dans les couloirs alors que c'est interdit) et éviter parfois de s'adapter au même fonctionnement que les autres.

On mobilise les professeurs principaux 1 heure tous les trimestres pour des commissions de suivi où ils ne servent à rien et où l'on passe l'heure à entendre l'infirmière et la représentante de la MDPH balancer des sigles incompréhensibles et des formulaires administratifs... quel intérêt ?

Encore une fois, on marche sur la tête dans notre institution. Les classes ULIS devraient être réservées aux élèves qui ont des vrais handicaps.
  

C'est déjà le cas de certaines CLIS. Deux CLIs de 12 dans notre école. En majorité des élèves issus de la communauté des gens du voyage, " sédentarisés". Ou du quart-monde. Scolarisés en Clis suite à un test QI que je ne trouve pas forcément fiable....
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Chocolat le Dim 24 Aoû 2014 - 19:08
@dandelion a écrit:Pour information, la situation est d'autant plus difficile en Suisse romande, que les élèves sont la plupart du temps suivis sur le temps scolaire. Les écoles emploient des orthophonistes, des psychomotriciens et des psychologues. C'est un confort certain pour les parents et les enfants, mais cela implique que les élèves sont retirés du cours, parfois pendant plusieurs heures s'ils souffrent de troubles multiples, et surtout pas forcément tous au même moment, ce qui implique quelques difficultés d'organisation.
Si l'institution est à blâmer, il me semble que les parents, voire la société, portent aussi leur part de responsabilité. Il est plus facile d'envoyer son enfant chez l'orthophoniste que de s'astreindre à le faire lire un peu tous les soirs (combien d'enfants ont 'oublié' la lecture au moment de rentrer au CE1?). Certainement, la paresse et le choix de la facilité peuvent expliquer que certains enfants ne soient pas suffisamment suivis par leurs parents, mais les conditions de vie en France posent également question: ceux qui travaillent travaillent souvent de plus en plus, et de plus en plus loin, et manquent de temps pour aider leurs enfants, et  quant à ceux qui ne travaillent pas, les effets secondaires du chômage sur la vie de famille sont rarement positifs.
Au final, on se retrouve dans la position de mettre des rustines sur les chambres à air d'un vélo qui roule sur une route hérissée d'épingles: il vaudrait mieux analyser les causes que chercher des solutions à la va-vite.


  

Et que font les enfants avec l'orthophoniste ?
Du français et des maths !

Une maman m'a très clairement dit l'an dernier qu'elle n'avait pas les moyens financiers de payer des cours de soutien à domicile pour son gamin et qu'elle préférait l'emmener chez l'orthophoniste...





_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Olympias
Prophète

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Olympias le Dim 24 Aoû 2014 - 19:23
Cripure a écrit:Combien de fois l'avons-nous dit. Mais nous passons pour des sans-coeur et des méchants pour les ch'tits nenfants...

Ben..non ! C'est en laissant faire qu'on récupère en seconde des élèves qui ânonnent et ont un champ lexical très faible  furieux furieux 
avatar
belote
Niveau 10

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par belote le Dim 24 Aoû 2014 - 20:16
@Olympias a écrit:
Cripure a écrit:Combien de fois l'avons-nous dit. Mais nous passons pour des sans-coeur et des méchants pour les ch'tits nenfants...

Ben..non ! C'est en laissant faire qu'on récupère en seconde des élèves qui ânonnent et ont un champ lexical très faible  furieux furieux 

Je pense que ça ne va pas aller en s'améliorant... Les corrections du DNB cette année le prouvent encore cruellement.
avatar
Gryphe
Médiateur

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Gryphe le Dim 24 Aoû 2014 - 20:17
melody78 a écrit:A ce sujet, un autre dysfonctionnement : les classes ULIS.

Elle a même un élève qui est simplement non-francophone...

Encore une fois, on marche sur la tête dans notre institution. Les classes ULIS devraient être réservées aux élèves qui ont des vrais handicaps.

Pour l'ULIS "déficience intellectuelle" (pour le dire vite), le trouble doit être plus prononcé que pour l'orientation en SEGPA (en termes de QI).
Juste un mot pour évoquer la situation douloureuse des enfants non-francophones et porteurs de handicaps cognitifs divers (déficience, autisme, etc) : leur handicap les empêche d'entrer dans l'apprentissage de la langue.
Du coup, même après plusieurs années de FLE, c'est l'impasse. Seule une orientation vers une structure de type SEPGA ou ULIS pourrait les aider. Mais pour une ULIS, encore faut-il avoir tous les papiers nécessaires (carte Vitale and co) pour monter le dossier MDPH.
Ce n'est pas évident pour ces élèves de ne pas trouver leur place... On n'a de fait pas grand chose à leur proposer et c'est parfois très douloureux.

Je ne méconnais pas toutes les difficultés que vous avez pointées par ailleurs dans ce topic, mais je voulais juste apporter cette précision pour dire qu'il arrive qu'un élève non-francophone ait sa place en SEGPA ou en ULIS, et pas à cause de la non-maîtrise de la langue.

 humhum
avatar
pmuller
Habitué du forum

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par pmuller le Dim 24 Aoû 2014 - 20:19
Je suis assez d'accord avec l'analyse de ces enseignants romands. Mais la "pathologisation" des élèves n'est-elle pas le reflet d'une "pathologisation" de la société dans son ensemble ?
angelusia
Niveau 7

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par angelusia le Dim 24 Aoû 2014 - 20:27
@Ronin a écrit:
Les élèves réellement dys- sont, certes, en difficulté, mais suivis et accompagnés correctement ils peuvent, la plupart du temps, s'en sortir assez honorablement. Encore faudrait-il que l'on encombre pas les services et professionnels spécialisés avec des faux cas pour cacher les échecs de l'Institution et que l'on puisse se concentrer sur les gamins qui en ont besoin.

Moi je commence chaque année scolaire par ces propos : je suis dyslexique et dyscalculique. Bon, je me tiens aujourd'hui devant vous en étant tout à fait compétente dans mon métier.

Et les élèves adorent ! Cela montre aux dys- qu'ils peuvent légitimement espérer plus que ce qu'on leur fait croire. Ce n'est pas parce qu'on est dyslexique que cela nous mène forcément droit dans le mur.
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par adelaideaugusta le Lun 25 Aoû 2014 - 10:48
@pmuller a écrit:Je suis assez d'accord avec l'analyse de ces enseignants romands. Mais la "pathologisation" des élèves n'est-elle pas le reflet d'une "pathologisation" de la société dans son ensemble ?

On se voile la face sans avouer dans sa réalité crue le problème des pays francophones : bien peu d'enfants bénéficient de méthodes qui leur apprendraient à lire, écrire, compter. Même les parents attentifs ne peuvent passer des heures à combler les lacunes de l'enseignement que reçoivent leurs enfants.
Il n'y a qu'à voir comment on "aborde" la division, bien souvent et seulement en CM1 ! Avec une suite de multiplications jusqu'à ce que le quotient colle à peu près avec le dividende.
Ils n'y comprennent naturellement rien, et deviennent nuls en calcul.

(La division dans "A portée de maths" , CM1) Hallucinant.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)
avatar
belote
Niveau 10

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par belote le Ven 29 Aoû 2014 - 12:18
http://www.20minutes.fr/societe/1433775-20140828-rentree-scolaire-quelques-jours-reprise-posez-toutes-questions-pedopsychiatre-ancienne-enseignante

Cet article illustre très bien ce phénomène de pathologisation (sic) des élèves en France. Tous ces enfants ont un truc qui ne va pas... effrayant !
Contenu sponsorisé

Re: Les enseignants romands s'inquiètent de la "pathologisation" des élèves dans les écoles.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum