Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par faer le Mar 16 Sep 2014 - 9:54

@gilthoniel a écrit:
@faer a écrit:
Cripure a écrit:
Je n'ai pas vécu mon affectation à 700 km de Marseille comme une humiliation et s'il est une période où je me sens parfois humilié, c'est bien aujourd'hui. Et pas par l'administration.
-Par des collègues que je vois écrire plus mal que ma grand-mère, illettrée jusqu'à 20 ans.
-Par des collègues dont les élèves ne savent pas lire à la fin du CP et qu'il faut défendre auprès des non-profs quand ceux-ci s'en étonnent.
-Par des collègues tétanisés de frousse s'ils n'ont pas détaillé la fiche de prép. n°45ter que l'IPR a exigé de recevoir par recommandé le matin de Noël.
-Par des collègues qui ne dorment pas de ne pas avoir trouvé de problématique pour l'incipit de Touffdepoils à la ferme.
-Par des collèges qui acceptent de jouer les bouche-trous dès qu'une classe va faire du ski en récompense de ne pas savoir conjuguer le verbe "être" en 4e.
Franchement, écrire que les anciens ont tout gobé... Je ne sais pas quel âge vous avez, mais je crains que vous ne soyez de ceux qu'on reconnaît à cela qu'ils osent tout. Ils résistent à quoi, ceux que vous évoquez ? Ils démissionnent. Au moins nous débarrassent-ils le plancher par avance. Moi, je ne les regrette pas. Être agent d'une institution, c'est une forme d'honneur et on doit exercer cette charge la tête haute, pas en geignant sans cesse avant même d'être entré. Les nouveaux ressemblent un peu trop à ces minots dans le TGV qu'on entend brailler avant même que a porte de la voiture ne se soit ouverte. Un stagiaire, ça écoute et ça se tait un peu. Juste le temps de comprendre comment ça marche et comment on pourra "agir" ou, comme vous dites, "résister".

Ce qui est amusant c'est que la plupart des stagiaires qui ont accepté de prendre leur poste dans des conditions scandaleuses cette année ont précisément l'attitude qui vous fait honte. J'en ai rencontré pas mal, ils ne se posaient pas beaucoup de questions sur ce qui leur arrivait. Au lieu de ça, ils étaient terrifiés par les IPR, par l'ESPE et les exigences de l'institution. Ils étaient en panique pour leurs cours, et déjà tout prêts à gober toutes les absurdités qu'on allait leur proposer. Ils vont comprendre comment ça "marche", et donc faire tout ce que vous avez listé, puisque c'est comme ça qu'ils "survivent". Ce sont au contraire certains des plus exigeants, et partant des mieux informés et des plus rigoureux, qui ont compris ce qui se passait et qui ont dit non. Ce sont des collègues comme cela que vous appelez de vos vœux, il me semble. Cette année, l'Etat ne s'est pas montré à la hauteur de sa fonction. Il a maltraité des personnes qui ne demandaient qu'à s'engager (on ne passe pas tous le concours en touriste), mais dont l'engagement n'était pas encore pris, car oui l'année de stagiaire est une année ambigüe, pendant laquelle il faut faire ses preuves. Le rapport à l'institution n'est donc pas le même, et quand cette dernière vous envoie pratiquement le message qu'elle ne veut pas de vous, avant même que vous ayez pris votre poste, il y a de quoi se poser des questions.

Que l’État ait ses responsabilités personne ne le nie. Mais je trouve que passer un concours puis découvrir que les conditions matérielles ne nous conviennent pas n'est pas de la plus grande rigueur. Je trouve que vous situez l'héroïsme assez bas. D'autant plus que les raisons évoquées même si elles peuvent être tout à fait respectables tiennent plus du calcul économique (coût-avantage voire même coût d'opportunité en ce qui concerne les salaires à même qualification) que de la résistance basée sur de grands principes. Dire non est tout à fait admirable, mais personne n'oblige personne à passer un concours et encore moins à le réussir le cas échéant.

Mais je n'ai pas parlé d'héroïsme, de rebellitude ou je ne sais quoi. Vous surinterprétez mon propos. Moi je me dis que toute personne un minimum éduquée aurait été profondément choquée par l'attitude de l'institution depuis cet été. J'ai été en contact avec le ministère et le rectorat tout l'été, et je n'ai jamais autant été méprisé de ma vie. Tant de mauvaise foi, de mensonge et de langue de bois, ça fatigue très vite. Alors une situation difficile, ça s'affronte, d'accord, mais quand on se rend compte qu'elle aurait pu être évitée, et que les responsables ne prennent pas leurs responsabilités, ne proposent même pas un début de compensation ou d'excuse (le ministère n'a même pas transmis les bonnes informations aux rectorats et s'est contenté de "coder" les stagiaires dans des situations qui n'étaient pas les leurs...), ça devient psychologiquement ingérable. Je suis en colère depuis mi-juillet, cette colère ne passe pas, surtout quand je vois les conditions proposées aux stagiaires en cette rentrée.

Ça n'a donc rien à voir avec de l'héroïsme ou de la résistance, tout simplement parce que, de toute manière, les stagiaires sont par essence complètement isolés, condamnés au calcul égoïste parce que soumis à une forme de panoptisme assez originale : le stagiaire sait qu'il va être évalué et que de cela dépend son avenir, mais il ne sait pas par qui, comment et pourquoi. Le seul lien qui existe du coup c'est celui de la "promo", mais il est rompu par les affectations. Il n'y a donc pas de collectif stagiaire, nous ne sommes que des entités de transition, en errance, incertaines, tout comme nos droits.

faer
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Bunbury le Mar 16 Sep 2014 - 10:10

@HARDYPINKK a écrit:

Et je trouve que 22h a l espe, 9h de cours plus la preparation des cours c est beaucoup.

Bonjour Hardy,

Est-ce que tu auras 22h de cours à l'espe toutes les semaines pendant l'année ou alors est-ce seulement prévu sur le premier semestre afin de mieux vous préparer à enseigner ?
avatar
Bunbury
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Iphigénie le Mar 16 Sep 2014 - 10:21

ecogest a écrit:
@Pierre-Henri a écrit:
Il n'y a pas de raison unique, mais une accumulation de problèmes qui, tous additionnés, finissent par couler la barque : petits salaires, qui constituent à eux seuls une preuve du mépris de la nation à notre égard ; menaces incessantes de la hiérarchie (les stagiaires, cette année, sont victimes d'un odieux chantage à l'embauche de la part des ESPE) ; temps de formation qui s'ajoute, pour certains, au temps complet (avec les transports en plus pour aller à l'ESPE) ; mutations anarchiques et autoritaires, sans souci de la situation de famille ; classes difficiles et surchargées ; cas psychiatriques de plus en plus lourds placés en classes normales sans moyen, temps ni formation pour s'occuper d'eux ; discrédit jeté sur les professeurs qui ont des problèmes de discipline (c'est toujours leur faute, jamais celle des doux chérubins apprenants, même quand ces derniers sont des adultes légalement responsables) ; fanatisme religieux ahurissant de démence, contre lequel tout le monde est démuni, que tout le monde fait semblant de ne pas voir ; parents de plus en plus vindicatifs, de plus en plus déculturés aussi, incapables de s'exprimer autrement que par monosyllabes, hurlements et insultes ; chefs d'établissements, inspecteurs et formateurs paniqués par la situation générale, qui s'acharnent sur les profs pour se couvrir eux-mêmes... la liste serait bien plus longue si je la poursuivais.

Mais je pense que c'est ce type de réflexions que les anciens ne comprennent pas car la plupart de ces problèmes existent depuis longtemps, lorsque j'ai commencé à enseigner il y a 20 ans , le seul  que je n'ai pas connu : " les menaces de la hiérarchie" ; les autres ne sont absolument pas nouveaux.
non il n'y a jamais eu la pagaille de ces quatre ou cinq dernières années.
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par celitian le Mar 16 Sep 2014 - 10:26

@Iphigénie a écrit:non il n'y a jamais eu la pagaille de ces quatre ou cinq dernières années.

Je pense que cela dépend des matières, dans ma matière c'était compliqué dès la 1ère année lorsque tu passais le concours en candidat libre et l'accès aux infos était très difficile.
avatar
celitian
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Pierre-Henri le Mar 16 Sep 2014 - 10:38

ecogest a écrit:

Mais je pense que c'est ce type de réflexions que les anciens ne comprennent pas car la plupart de ces problèmes existent depuis longtemps, lorsque j'ai commencé à enseigner il y a 20 ans , le seul  que je n'ai pas connu : " les menaces de la hiérarchie" ; les autres ne sont absolument pas nouveaux.

Les professeurs en exercice se sont habitués année après année, étape par étape. Les débutants se mangent tout ça dans la figure en l'espace de quelques jours.

Pierre-Henri
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par qui ne tente rien... le Mar 16 Sep 2014 - 11:37

Avec l'évaluation et l'angoisse d'une titularisation qui pourrait ne jamais venir, il est compréhensible que les stagiaires s'écrasent.  Faer a raison quand il dit que de ça depend notre avenir. Les stagiaires qui sortent de formation n'ont pas de plan B en cas d'échec.  Et quand il parle de mépris,  je l'ai aussi ressenti, notamment quand j'ai dit que je ne pourrais pas me rendre à la formation "facultative" non rémunérée de fin août car en congé mat'. Réponse : "elle est quand même organisée pour vous aider ! Sans ça... ". Un syndicat m'a même dit que je pouvais m'y rendre avec mon bébé pour ne pas galérer à récupérer les infos que le rectorat ne voudrait pas transmettre autrement. Au moins, eux ont eu une oreille attentive.
avatar
qui ne tente rien...
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par coindeparadis le Mar 16 Sep 2014 - 11:47

Faer, de source syndicale, les supposées erreurs de codage et autres dossiers égarés ne sont pas des erreurs mais des mesures intentionnelles. On élague ainsi ceux que les jurys ont sélectionné mais que l'administration ne souhaite pas intégrer (les vieux, les parents, les expérimentés...). Et on fait croire à chacun que c'est "un couac" isolé pour qu'il n'y ait pas de mobilisation générale. Quant au conseil de saisir le TA qui m'a été donné par des collègues, je n'en vois pas l'intérêt : si j'obtiens gain de cause à la rentrée, on s'arrangera pour ne pas me titulariser. Et il vaut mieux pour le porte-monnaie être démissionnaire que licenciée...

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Cath le Mar 16 Sep 2014 - 11:50

Je n'ose pas y croire... pale

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par qui ne tente rien... le Mar 16 Sep 2014 - 11:54

Pourquoi ne pas souhaiter intégrer des personnes qui auront un autre regard sur le métier ? Potentiellement plus de recul ? Certes on est moins formaté,  mais les stagiaires qui sortent de formation vont vite faire leurs armes. Je ne comprends pas.
avatar
qui ne tente rien...
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par coindeparadis le Mar 16 Sep 2014 - 11:58

Ce que nous, stagiaires, essayons de vous dire, c'est qu"il y a quelque chose de pourri au royaume" de l'EN et qu'il faut se mobiliser avant la gangrène. Car il n' y a aucune raison que cela ne s'étende pas d'abord aux néotitulaires puis aux plus "anciens" dans la fonction publique. Personnellement, je cherche à alerter, pas à me faire plaindre. Et quand je dis qu'on m'a informée que mon lieu de stage 2014/2015 ne sera pas déterminé en fonction des différents mouvements , mais me sera attribué par une rectorat (information par mail) qui n'est même pas celui du concours, et ce sans tenir compte d'un barème, j'alerte. A qui le tour ?

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par User5899 le Mar 16 Sep 2014 - 12:03

Bon. L'argumentaire de Pierre-Henri me semble assez étayé pour me faire admettre une erreur d'appréciation. Je présente donc mes excuses à ceux que j'aurais pu blesser et je remercie Pierre-Henri pour ses éclaircissements.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Al le Mar 16 Sep 2014 - 12:14

+1
On a quand même des circonstances hallucinantes cette rentrée. On n'annonce pas aux gens qu'ils vont pouvoir rester avec leur famille pour les en séparer au dernier moment. Et la crispation religieuse que l'on vit, rien à voir avec il y a 10 ou 20 ans...
Si "c'était déjà comme ça avant", il n'y a aucune explication pour cette défection des candidats.
L'argument "stagiaires gosses gâtés" de Cripure vaut peut-être pour une petite portion d'entre eux... mais le fait que les concours n'attirent plus les étudiants de bon niveau et que même ceux qui les passent ne prennent pas leur poste devrait sérieusement nous interroger à mon avis. Personnellement, en circonstances horribles j'essaie de penser à ce service public que j'incarne (ou que je ne réussis pas, plus exactement, à incarner comme je l'aimerais), j'essaie de rester fière, mais psychologiquement ça ne compense pas tout.

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."
avatar
Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par celitian le Mar 16 Sep 2014 - 12:31

@Al a écrit:+1
On a quand même des circonstances hallucinantes cette rentrée. On n'annonce pas aux gens qu'ils vont pouvoir rester avec leur famille pour les en séparer au dernier moment. Et la crispation religieuse que l'on vit, rien à voir avec il y a 10 ou 20 ans...
Si "c'était déjà comme ça avant", il n'y a aucune explication pour cette défection des candidats.
L'argument "stagiaires gosses gâtés" de Cripure vaut peut-être pour une petite portion d'entre eux... mais le fait que les concours n'attirent plus les étudiants de bon niveau et que même ceux qui les passent ne prennent pas leur poste devrait sérieusement nous interroger à mon avis. Personnellement, en circonstances horribles j'essaie de penser à ce service public que j'incarne (ou que je ne réussis pas, plus exactement, à incarner comme je l'aimerais), j'essaie de rester fière, mais psychologiquement ça ne compense pas tout.

Cette défection n'est pas vraie dans toutes les matières et je confirme qu'il y a 20 ans lors de mon stage, nous étions seulement 3 stagiaires ma matière de l'époque, 3 hors de l'académie du concours, 2 mariées et 1 avec un bébé.

Mais effectivement je pense que dans les grosses matières, c'était certainement plus simple.

Après pour la crispation religieuse, ce n'est malheureusement pas nouveau dans certaines zones de RP mais je suis d'accord que cette situation s'est aggravée.
avatar
celitian
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Heste le Mar 16 Sep 2014 - 15:25

@coindeparadis a écrit:Ce que nous, stagiaires, essayons de vous dire, c'est qu"il y a quelque chose de pourri  au royaume" de l'EN et qu'il faut se mobiliser avant la gangrène. Car il n' y a aucune raison que cela ne s'étende pas d'abord aux néotitulaires puis aux plus "anciens" dans la fonction publique. Personnellement, je cherche à alerter, pas à me faire plaindre.  Et quand je dis qu'on m'a informée que mon lieu de stage 2014/2015 ne sera pas déterminé en fonction des différents mouvements , mais me sera attribué par une rectorat (information par mail) qui n'est même pas celui du concours, et ce sans tenir compte d'un barème, j'alerte. A qui le tour ?

Honnêtement, quand j'entends parler la plupart de mes collègues qu'ils soient plus ou moins anciens, ils ont tous conscience que quelque chose ne tourne plus aussi rond dans l'EN et au final ce qui se passe pour les stagiaires n'est qu'une des faces du problème.
avatar
Heste
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Lefteris le Mar 16 Sep 2014 - 18:31

@Pierre-Henri a écrit:

Il n'y a pas de raison unique, mais une accumulation de problèmes qui, tous additionnés, finissent par couler la barque : petits salaires, qui constituent à eux seuls une preuve du mépris de la nation à notre égard ; menaces incessantes de la hiérarchie (les stagiaires, cette année, sont victimes d'un odieux chantage à l'embauche de la part des ESPE) ; temps de formation qui s'ajoute, pour certains, au temps complet (avec les transports en plus pour aller à l'ESPE) ; mutations anarchiques et autoritaires, sans souci de la situation de famille ; classes difficiles et surchargées ; cas psychiatriques de plus en plus lourds placés en classes normales sans moyen, temps ni formation pour s'occuper d'eux ; discrédit jeté sur les professeurs qui ont des problèmes de discipline (c'est toujours leur faute, jamais celle des doux chérubins apprenants, même quand ces derniers sont des adultes légalement responsables) ; fanatisme religieux ahurissant de démence, contre lequel tout le monde est démuni, que tout le monde fait semblant de ne pas voir ; parents de plus en plus vindicatifs, de plus en plus déculturés aussi, incapables de s'exprimer autrement que par monosyllabes, hurlements et insultes ; chefs d'établissements, inspecteurs et formateurs paniqués par la situation générale, qui s'acharnent sur les profs pour se couvrir eux-mêmes... la liste serait bien plus longue si je la poursuivais.

Comparons le métier de professeur à n'importe quel autre poste de catégorie A dans les trois fonctions publiques. Tous, absolument tous, nous écrasent dans les grandes largeurs. ...
.... si le chômage venait à baisser, il n'y aurait tout simplement plus de professeurs du tout
.

Le caporalisme, les mouvements de menton et les appels à la vocation républicaine n'y changeront pas grand chose. Je suis assez stupéfait de voir beaucoup de professeurs, ici, s'exprimer comme s'il existait, quelque part, un réservoir de brillants candidats prêts à remplacer ceux qui partent ou ceux dont le niveau est problématique. Comme si on pouvait se permettre de faire le tri, de choisir les "vrais" républicains, les "vrais" profs ! Mais, bon sang, il faut faire avec ceux qui restent, ceux qu'on a, les aider, les protéger, même s'ils ne sont pas des hussards noirs prêts à sacrifier leur existence, même s'ils n'ont pas entendu l'appel de la sainte vocation, même s'ils ont été recrutés sans concours par le Pôle Emploi ou sur le Bon Coin, même s'ils ne maitrisent pas correctement leur matière, même s'ils ont des difficultés de discipline, même s'ils ne savent pas bâtir un cours... au lieu de leur cracher dessus, les traiter de mauvais profs et les menacer de représailles administratives, il faut les soutenir, les aider, les  accueillir -- d'abord par humanité, pour ne pas collaborer au management par la brimade de l'institution, et ensuite parce qu'il n'y a personne d'autre pour les remplacer.

@Pierre-Henri a écrit:

C'est une stratégie de survie à court terme. Quand le bateau coule, les rats se grimpent les uns sur les autres pour sortir les premiers. Les
Tout à fait d'accord , et j'ai surligné ce que j'aurais pu écrire et à quoi j'adhère particulièrement  si j'avais la patience d'écrire des messages aussi longs. J'ajoute que les menaces de durcissement du statut sans arrêt brandies  ( raccourcissement des vacances, 35 heures avec pointeuse...)  et de dégradation supplémentaires de la fonction (primarisation du collège, infantilisation  par placement sous la coupe des CDE) jouent aussi leur rôle dans le rejet du métier. Le jeunes discutent aussi entre eux, dans les facs, ou même avant , quand il faut s'engager dans certaines voies, qu'ils évitent désormais comme chacun sait.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, avec ou sans NVB).
avatar
Lefteris
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Ragnetrude le Mar 16 Sep 2014 - 19:02

Cripure a écrit:Il n'y a pas eu de si nombreuses variations de statut des stagiaires depuis les dix dernières années, à part des améliorations (postes chics bloqués pour eux, postes récemment plus nombreux).

C'est une blague ? Vous n'êtes pas sérieux ? Depuis 6 ans que je suis dans l'EN il n'y a pas eu deux rentrées identiques pour les stagiaires. Et toutes plus absurdes les unes que les autres !!

J'approuve à 100% ce qu'ont dit Iphigénie et Pierre-Henri.
avatar
Ragnetrude
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par COCOaine le Mar 16 Sep 2014 - 19:12

@qui ne tente rien... a écrit:
Cripure a écrit:Comme stagiaires, ma chère, comme stagiaires. On faisait des voeux d'académie (un CPR par académie) et on était classés selon le rang au concours.
Justement, c'est là que le bât blesse cette année. A ce que j'ai pu lire sur le forum, les règles n'étaient pas si claires que ça, avec les multiples situations de stagiaires et les deux sessions : pour ceux qui devaient être maintenus d'office et que l'on a bougé, pour ceux qui sont envoyés en formation dans une académie et en stage dans une autre, et pour ceux dont le classement au concours n'a été d'aucune utilité. Pour ma part, si seul le rang au concours avait compté (et je ne parle même pas des bonifications familiales), je n'aurais pas eu de mauvaise surprise... mais il n'a pas été pris en compte. Maintenant, il est vrai que certains font preuve d'une grande naïveté (j'avoue, moi la première, car j'avais complètement omis les particularités de cette année, n'ayant lu que ce qui me concernait  Embarassed, du coup, je n'ai pas pensé que les postes annoncés dans mon académie pourraient être intégralement gelés pour des stagiaires en cours de formation). Enfin, bref, on tourne en rond !

Pareil pour ma part, pourtant dans mon académie nous n'étions que 3 à "classer" selon les voeux/points... Suspect
avatar
COCOaine
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par coindeparadis le Mar 16 Sep 2014 - 19:27

5 postes dans ma discipline. J'étais la seule entrante. Traduction , les 4 autres ont été maintenus dans LEUR académie.

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par HARDYPINKK le Mar 16 Sep 2014 - 19:45

Personnellement j ai ete bien classee et j ai obtenu mon seul vo eu. Mais je ne sais pas si les 2 lies.

HARDYPINKK
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par lalilala le Mar 16 Sep 2014 - 19:56

@Ragnetrude a écrit:
Cripure a écrit:Il n'y a pas eu de si nombreuses variations de statut des stagiaires depuis les dix dernières années, à part des améliorations (postes chics bloqués pour eux, postes récemment plus nombreux).

C'est une blague ? Vous n'êtes pas sérieux ? Depuis 6 ans que je suis dans l'EN il n'y a pas eu deux rentrées identiques pour les stagiaires. Et toutes plus absurdes les unes que les autres !!

J'approuve à 100% ce qu'ont dit Iphigénie et Pierre-Henri.

J'ai eu la même réaction Wink. J'ai moi-même connu deux versions différentes du stage en redoublant...

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog
avatar
lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Zenxya le Mar 16 Sep 2014 - 19:58

Merci Pierre-Henri et Iphigénie  fleurs2
@Pierre-Henri a écrit:il faut les soutenir, les aider, les  accueillir -- d'abord par humanité pour ne pas collaborer au management par la brimade de l'institution, et ensuite parce qu'il n'y a personne d'autre pour les remplacer.

et rien que pour ça, 1000 mercis !

_________________
Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres - La Boétie
La folie c’est faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent - Albert Einstein
avatar
Zenxya
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par Ragnetrude le Mar 16 Sep 2014 - 20:22

@lalilala a écrit:
@Ragnetrude a écrit:
Cripure a écrit:Il n'y a pas eu de si nombreuses variations de statut des stagiaires depuis les dix dernières années, à part des améliorations (postes chics bloqués pour eux, postes récemment plus nombreux).

C'est une blague ? Vous n'êtes pas sérieux ? Depuis 6 ans que je suis dans l'EN il n'y a pas eu deux rentrées identiques pour les stagiaires. Et toutes plus absurdes les unes que les autres !!

J'approuve à 100% ce qu'ont dit Iphigénie et Pierre-Henri.

J'ai eu la même réaction Wink.  J'ai moi-même connu deux versions différentes du stage en redoublant...

Idem... double ration !!
avatar
Ragnetrude
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par faer le Mar 16 Sep 2014 - 21:08

J'avais fait un long post dans un autre fil de discussion pour tenter d'expliquer concrètement les conditions d'affectation de cette année, et l'impact que cela avait pu avoir sur le nombre de démissions. Je me permets de le recopier ici, pour ceux que ça intéresserait.

Moi je peux vous expliquer pourquoi les stagiaires démissionnent, vu que je fais partie des stagiaires en difficulté cette année, que je considère encore sérieusement cette option, et que j'ai été en contact avec pas mal de collègues dans mon cas.

Je ne pense pas que ça soit à mettre sur le compte d'un CAPES perçu comme "plus accessible", parce que mine de rien on en a bavé avec la nouvelle formule, qu'il y a toujours une bonne part de "réussite" qui n'est pas reproductible à loisirs, et que bon, en HG par exemple 5 questions sur 6 ont été changées, ce qui voudrait dire à peu près tout recommencer.

L'hypothèse d'une évolution des mentalités, avec des stagiaires moins enclins aujourd'hui à accepter les contraintes du métier peut constituer un début de facteur explicatif, mais il faut à mon avis le combiner avec d'autres pour qu'il prenne tout son sens.

A mon avis, le facteur principal pouvant expliquer le nombre de démissions de stagiaires cette année, c'est l'effet de surprise. Il y a eu beaucoup (trop) d'affectation en "extension", à cause de deux effets cumulés : 1° certains stagiaires qui devaient rester automatiquement dans leur académie d'inscription ont été finalement éjectés (probablement faute d'un nombre suffisant de berceaux stagiaires, qu'il fallait anticiper avant même les résultats du concours  scratch  ), et comme ils n'avaient pas fait de voeux (on ne pouvait pas sur SIAL), ils se sont retrouvés directement en extension. 2° à cause de l'affectation automatique de nombreux stagiaires, il y a eu une diminution du nombre de personnes participant au mouvement, ce qui a créé une concurrence accrue entre des stagiaires qui, de plus, avaient des barèmes élevés, puisque ceux sortis du circuit étaient principalement les M1 MEEF, certains sortant tout juste de licence et n'ayant donc pas brigué les premiers déciles au concours. Là où ce deuxième effet a été catastrophique, c'est qu'il a rendu obsolète le moyen habituel de donner la priorité aux situations personnelles des stagiaires (rapprochement de conjoint, handicap) qui fonctionne à la bonification. A tout cela il faut ajouter évidemment les multiples erreurs induites par la précipitation dans laquelle se sont effectués les affectations (deux jours après les résultats du concours, parfois en travaillant jusqu'à minuit).

Dans tout ça on a donc à la fois des stagiaires qui, n'ayant pas pu faire valoir leur situation particulière et qui dans des conditions normales d'affectation n'auraient pas rencontré de problèmes, se retrouvent dans des situations personnelles impossibles, et des stagiaires qui, sortant tout juste de leur statut étudiant, doivent gérer à l'improviste des déménagements coûteux et à l'aveugle dans un climat d'incertitude effrayant quant à leur formation et aux conditions de stage, atterrissant dans une nouvelle académie dans laquelle ils n'ont plus aucun lien avec leurs formateurs et collègues et sont abandonnés à leur sort, les rectorats et l'ESPE n'ayant en général pas les moyens d'apporter des réponses précises ou de les prendre correctement en charge. Certains sont même du coup affectés loin de leur nouvelle ESPE alors qu'ils ont leur M2 à valider, faute d'informations correctes transmises à leur nouveau rectorat lors de leur affectation, pendant que leurs anciens camarades sont affectés dans des établissements proches de leur ancien domicile. Enfin, les cas les plus absurdes sont ceux des stagiaires affectés dans des académies qui ne proposent pas le M2 dont ils ont besoin, puisqu'une fois éjectés du dispositif de continuité dans l'académie d'inscription, l'affectation s'est faite à l'aveugle, selon "les seuls besoins du service".

On a donc eu une année compliquée, pendant laquelle on nous a rappelé maintes fois qu'on resterait dans l'académie. On a agi en conséquence, on ne s'est pas préparé, et du coup ça pose beaucoup de problèmes personnels et/ou matériels. De quoi, parfois, démissionner, donc. C'est d'autant plus dommage qu'à mon avis, pour moi du moins, on les aurait acceptées les difficultés l'année prochaine, ça fait partie du métier actuellement, on le sait, c'était prévu. Mais pour ça il faut pouvoir s'y attendre un minimum et ne pas promettre quelque chose pour finalement revenir dessus.  No

faer
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par qui ne tente rien... le Mar 16 Sep 2014 - 21:28

Faer, à chaque fois que je te lis, je me sens comprise Razz et je n'ai enfin pas l'impression d'être une gamine capricieuse, qui aurait du passer le capes avant de se reproduire plutôt que d'en ch... pour combiner boulot, revision, famille et grossesse, pour ... rien. Persévère, tu dois être un super prof ! Enfin, rien d'étonnant pour un historien !
avatar
qui ne tente rien...
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par User5899 le Mar 16 Sep 2014 - 21:30

Dites les stagiaires, dans une discussion, de temps en temps, on avance et on lit un peu plus loin.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des stagiaires qui ne prennent pas leur poste à la rentrée...

Message par qui ne tente rien... le Mar 16 Sep 2014 - 22:07

Bon, on va élargir un peu le sujet alors ! Savez-vous quand seront diffusées les modalités d'exercice des stagiaires pour l'année 2015/2016 (le nombre d'heures...)
avatar
qui ne tente rien...
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum