Evaluation Mme de Sévigné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Evaluation Mme de Sévigné

Message par nat86 le Sam 20 Sep - 7:25

Bonjour à tous !
Je cherche une lettre de Mme de Sévigné pour une évaluation. Je cherche plus particulièrement la lettre complète dans laquelle se trouve l'anecdote du carrosse renversé.
Je cherche de préférence une lettre racontant une anecdote de la cour (sachant que nous avons déjà travaillé sur le mariage de M. de Lauzun, la mort de Vatel et le madrigal du Roi).

Merci d'avance.

nat86
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evaluation Mme de Sévigné

Message par linotte le Sam 20 Sep - 7:27

Fais une recherche sur le site, je suis presque sure d'avoir vu passer cela il y quelques années... Wink

linotte
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Evaluation Mme de Sévigné

Message par Derborence le Sam 20 Sep - 9:40

À Madame de Grignan
À Paris, lundi 5 février 1674.

Il y eut trois ans que j’eus une des plus sensibles douleurs de ma vie : vous partîtes pour la Provence et vous y êtes encore. Ma lettre serait longue, si je voulais vous expliquer toute l’amertume que je sentis, et toutes celles que j’ai senties depuis en conséquence de cette première. Mais revenons : je n’ai point reçu de vos lettres aujourd’hui, je ne sais s’il m’en viendra ; je ne le crois pas, il est trop tard : cependant j’en attendais avec impatience ; je voulais vous voir partir d’Aix et pouvoir supputer1 un peu juste votre retour ; tout le monde m’en assassine2, et je ne sais que répondre. […]. Je ne pense qu’à vous et à votre voyage : si je reçois de vos lettres, après avoir envoyé celle-ci, soyez en repos ; je ferai assurément tout ce que vous me manderez. Je vous écris aujourd’hui un peu plus tôt qu’à l’ordinaire. […]
L’archevêque3 de Reims revenait hier fort vite de Saint-Germain, c’était comme un tourbillon ; il croit bien être grand seigneur, mais ses gens le croient encore plus que lui. Ils passaient au travers de Nanterre, tra tra tra ! Ils rencontrent un homme à cheval, gare, gare ! ce pauvre homme veut se ranger, son cheval ne le veut pas ; et enfin le carrosse et les six chevaux renversent cul par-dessus tête le pauvre homme et le cheval, et passent par-dessus, et si bien par-dessus, que le carrosse en fut versé4 et renversé ; en même temps l’homme et le cheval, au lieu de s’amuser à être roués5 et estropiés6, se relèvent miraculeusement, remontent l’un sur l’autre, et s’enfuient et courent encore, pendant que les laquais7 de l’archevêque et le cocher8, et l’archevêque même, se mettent à crier : Arrêtez, arrêtez ce coquin, qu’on lui donne cent coups ! L’archevêque, en racontant ceci, disait : si j’avais tenu ce maraud9-là, je lui aurais rompu les bras et coupé les oreilles. […]
Adieu, ma très-chère et très-aimable ; je ne puis vous dire à quel point je vous souhaite. Je m’en vais encore adresser cette lettre à Lyon. J’ai envoyé les deux premières au chamarier10 ; il me semble que vous y devez être, ou jamais. Je reçois dans ce moment votre lettre du 28, elle me ravit. Ne craignez point, ma bonne, que ma joie se refroidisse. Je ne suis occupée que de cette joie sensible de vous voir, et de vous recevoir, et de vous embrasser avec des sentiments et des manières d’aimer qui sont d’une étoffe au-dessus du commun11, et même de ce que l’on estime le plus.
Madame de Sévigné, Lettres, 1674.

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum