"60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par User5899 le Lun 22 Sep 2014 - 0:28

@fracflo a écrit:Que pensez-vous de ces propos tenus par Nicolas Sarkozy lors de son interview de ce soir sur France 2?
Ben, y a la charte, alors pour répondre, c'est pas pratique.
Euh...
Non.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par User5899 le Lun 22 Sep 2014 - 0:29

@John a écrit:Il a fait très fort ce soir.
On peut citer ses propos sur les corps intermédiaires, ses propos sur les profs, ses propos sur les homos...
Il n'a vraiment pas changé pale
Ah, je ne suis pas d'accord. Un cornichon dans le vinaigre pendant deux ans devient de plus en plus aigre. Et tu verras dans trente mois.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Bouboule le Lun 22 Sep 2014 - 0:52

@fracflo a écrit:Que pensez-vous de ces propos tenus par Nicolas Sarkozy lors de son interview de ce soir sur France 2?

Personnellement, je suis en partie d'accord (je n'ai pas écouté, je ne savais même pas qu'il était interviewé) mais je ne sais pas quelle est la répartition prévue de ces 60 000 postes.

Dire "je vais créer 60000 postes" comme ça, ça n'a aucun sens. Postes créés ou pas, les candidats en mathématiques ne sont pas là.

Bon, mais je vois que la question initiale du fil a été perdue de vue par les intervenants...

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Malaga le Lun 22 Sep 2014 - 6:14

Que je lis les déclarations de Sarkozy, je suis contente de ne pas avoir allumer ma télé hier soir : ça m'aurait pourri mon dimanche soir !

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par David30 le Lun 22 Sep 2014 - 6:31

Un dialogue entre un journaliste et un ancien président de la République qui était prévisible : aucune information, des attaques adressées au journaliste, une langue de bois manifestement naturelle chez l'ancien président qui a déclaré qu'il a moins d'énergie qu'avant, un innocent mouillé dans plein d'affaires.
Bref, Sarkozy est un mauvais comédien, qui pense toujours l'inverse de ce qu'il récite, agressif, et qui a bien vieilli, et un Delahousse très décevant.

Il a eu du mal à garder longtemps son centre - les pulsions facho droitières ne demandant qu'à s'exprimer et explosant presqu'avec cette posture revancharde en fin d interview au nom de la "famille humiliée"

David30
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Thierry30 le Lun 22 Sep 2014 - 7:49

@fracflo a écrit:Que pensez-vous de ces propos tenus par Nicolas Sarkozy lors de son interview de ce soir sur France 2?

Rien...
Je m'en fous, il est fini.
Laissons ses ex-collègues de l'UMP s'occuper de lui.

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Presse-purée le Lun 22 Sep 2014 - 8:04

Les médias ne vont pas redorer leur blason à filer la bonne soupe pendant 40 minutes (!!!) à un mec pareil.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Thierry30 le Lun 22 Sep 2014 - 8:10

Cripure a écrit:Un cornichon dans le vinaigre pendant deux ans devient de plus en plus aigre. Et tu verras dans trente mois.

C'est la meilleure réponse!
Merci! veneration

Thierry30
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par trompettemarine le Lun 22 Sep 2014 - 8:24

J'ai trouvé ses propos toujours aussi brutaux. De la brutalité, c'est ce qu'il m'a toujours inspiré.
Il a été grossier et méprisant envers le journaliste (jeu : je réponds à ta question par un question etc.)
Je n'ai pas pu écouter plus d'un quart d'heure.

Déjà, à midi,France 2 lui a taillé une ..... dans un reportage. (désolée pour la vulgarité, impossible de trouver un autre mot). Honte aux journalistes qui ont pondu ce reportage et à ceux qui l'ont diffusé.


Dernière édition par trompettemarine le Lun 22 Sep 2014 - 8:25, édité 1 fois

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par benjy_star le Lun 22 Sep 2014 - 8:25

@Igniatius a écrit:Sur le mariage pour tous, il a quand même réussi à ne pas dire s'il abrogerait ou non la loi, malgré la remarquable pugnacité de Charmant...
S'il avait réellement été pugnace, NS aurait répondu à la question, ou alors il aurait conclu en disant : "vous choisissez de ne pas répondre à la question". Delahousse n'a rien eu de pugnace du tout, c'était très gentil en ayant l'air de ne pas l'être.

Par contre, j'ai entendu dire que Bayrou voulait avoir le même temps de parole, et je pense qu'il a entièrement raison !

benjy_star
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Finrod le Lun 22 Sep 2014 - 10:42

Discours purement politicien de pure langue de bois, ce qui avalent ça vont cracher des copeaux (malheureusement peut être pas autant que ceux qui ont cru au discours du Bourget)

mais ce discours n'indique absolument rien sur la politique qu'il ferait au pouvoir.  ça indique, vu le décalage entre la réalité et les propos tenus, que les politiques nous prennent toujours autant pour des abr****. Et si le monsieur est au second tour de la prochaine présidentielle, alors nous (les français) ne méritons pas mieux*.

*la remarque vaut autant pour MLP et Hollande...

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Sphinx le Lun 22 Sep 2014 - 10:51

@Bouboule a écrit:
@fracflo a écrit:Que pensez-vous de ces propos tenus par Nicolas Sarkozy lors de son interview de ce soir sur France 2?

Personnellement, je suis en partie d'accord (je n'ai pas écouté, je ne savais même pas qu'il était interviewé) mais je ne sais pas quelle est la répartition prévue de ces 60 000 postes.

Dire "je vais créer 60000 postes" comme ça, ça n'a aucun sens. Postes créés ou pas, les candidats en mathématiques ne sont pas là.

Bon, mais je vois que la question initiale du fil a été perdue de vue par les intervenants...

Ces postes n'ont pas été créés. Oui, on en avait besoin, et non, ils ne sont pas là. Je n'ai plus les chiffres en tête (lus dans le Canard il n'y a pas si longtemps), mais entre les quelques postes créés via des concours supplémentaires (non remplis) et les départs à la retraite normaux, ça ne fait une différence que de quelques milliers qui est loin du compte et ne suffit pas à mettre des enseignants devant les élèves (profs de maths, de latin, mais aussi et surtout PE dont il y a un manque crucial dans certaines zones...) Donc oui, ils étaient nécessaires, ils le sont toujours, et N.S. dit des âneries plus grosses que lui et qui n'ont rien à voir avec la réalité. Bah, comme d'hab, j'ai envie de dire.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Iphigénie le Lun 22 Sep 2014 - 10:59

Sans compter que lui en fermait, des postes, loin d'en créer. On n'avait pas besoin non plus de la Princesse de Clèves et d'un certain nombre d'autres fariboles.
pffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff je n'ouvre plus la radio. Ah si à l'instant, pour écouter Parole, Parole,... et j'ai coupé.
Spoiler:
Perso je suis persuadée que la vraie raison de son retour, et contrairement à ce qu'il dit ici, ce sont les affaires justement: quand il était revenu après son passage de ministre de l'intérieur, il avait dit ouvertement d'ailleurs que c'était pour "avoir la main" (les journalistes pourraient le retrouver s'ils fouillaient un peu les archives), à l'époque c'était sur l'affaire Clearstreem. C'est un homme de réseaux, ce Paul Bismuth

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Lefteris le Lun 22 Sep 2014 - 11:05

@trompettemarine a écrit:J'ai trouvé ses propos toujours aussi brutaux. De la brutalité, c'est ce qu'il m'a toujours inspiré.
Il a été grossier et méprisant envers le journaliste (jeu : je réponds à ta question par un question etc.)
Je n'ai pas pu écouter plus d'un quart d'heure.

Déjà, à midi,France 2 lui a taillé une ..... dans un reportage. (désolée pour la vulgarité, impossible de trouver un autre mot). Honte aux journalistes qui ont pondu ce reportage et à ceux qui l'ont diffusé.
Il est effectivement brutal et méprisant, et bien pire que ce qu'on voit à la télé. Je l'ai rencontré deux fois en petit comité, au cours de mes activités syndicales antérieures (qui m'ont mené là, d'ailleurs...) , c'est encore bien pire. Il raille, coupe la parole, invective, fait bien comprendre à chaque phrase qu'il est le maître, et qu'il écrasera du talon tous ceux qui s’opposeront. Ses hommes de main (conseillers) mettent les mains en croix pour faire signe aux intervenants de cesser de parler, ou de poser des questions. C'est toute une philosophie de la vie, ce parti ...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Sphinx le Lun 22 Sep 2014 - 11:18

Tiens, sur les 60 000 postes : dans mon collège, cette année, on a supprimé un poste de LC (j'imagine que nous faisions partie des derniers dinosaures à en avoir deux, et il y avait bien des années que l'autre n'était plus pourvu par un enseignant de LC) et une des deux classes de latin en quatrième. Vendredi, une élève de 4e m'a donc demandé comment il se faisait qu'ils étaient entassés à 31 dans leur classe, alors qu'ils étaient deux groupes l'année d'avant. Je lui ai donc expliqué que je n'y étais pour rien et que ce n'était pas (complètement) de la faute du principal non plus, que c'était le rectorat qui, par mesure d'économie, ne vouait plus nous donner ces trois heures par semaine. La petite, après quelques secondes d'intense réflexion, m'a alors dit : "Ils se plaignent que nos générations sont de plus en plus bêtes, et ils nous empêchent d'apprendre dans de bonnes conditions, tout ça pour de l'argent ? C'est pas normal."

C'est pas moi qui l'ai dit, hein.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Invité-B le Lun 22 Sep 2014 - 11:30

Les 60000 postes étaient une escroquerie. Non seulement on ne les aura pas (sauf si on compte les emplois créés par la réforme des rythmes, et encore...) mais surtout c'est le prétexte à ne pas nous augmenter. On perd sur tous les tableaux.

Invité-B
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Lefteris le Lun 22 Sep 2014 - 11:36

@Sphinx a écrit:Tiens, sur les 60 000 postes : dans mon collège, cette année, on a supprimé un poste de LC (j'imagine que nous faisions partie des derniers dinosaures à en avoir deux, et il y avait bien des années que l'autre n'était plus pourvu par un enseignant de LC) et une des deux classes de latin en quatrième. Vendredi, une élève de 4e m'a donc demandé comment il se faisait qu'ils étaient entassés à 31 dans leur classe, alors qu'ils étaient deux groupes l'année d'avant. Je lui ai donc expliqué que je n'y étais pour rien et que ce n'était pas (complètement) de la faute du principal non plus, que c'était le rectorat qui, par mesure d'économie, ne vouait plus nous donner ces trois heures par semaine. La petite, après quelques secondes d'intense réflexion, m'a alors dit : "Ils se plaignent que nos générations sont de plus en plus bêtes, et ils nous empêchent d'apprendre dans de bonnes conditions, tout ça pour de l'argent ? C'est pas normal."

C'est pas moi qui l'ai dit, hein.

Il y a l'économie , évidemment, des trois heures (nous avons fermé le grec comme ça, il n'y avait plus que 7 élèves) , mais il manque aussi de professeurs de LC et il en manquera de plus en plus . Donc on répartit ceux qui restent. Mon inspecteur m'a dit que l'avenir était à la mutualisation, qui a commencé hors de Paris, mais nous allons être aussi gagnés. D'ailleurs, il y a quelques années déjà , j'ai dû être arrêté et n'ai pu être remplacé que trois jours. Logiquement, mécaniquement, le latin devrait disparaître de nombreux établissements dans un délai très bref, vu les trous qui s'élargissent chaque année dans le recrutement : encore 30 % cette année de postes non pourvus, et très très peu de monde dans les facs en LC, le vivier est brutalement tari. Les effets vont se faire sentir en accéléré dans deux, trois, quatre ans.
Ajoutons aussi le non emploi de professeurs de latin qui ne font que du français dans certains établissements, en lycée notamment, et on a un tableau assez net de la situation et de son pourquoi.
La seule solution pour les établissements voulant absolument garder le latin sera de faire appel aux professeurs de LM acceptant la mention complémentaire "latin" , proposée au capes. On encourage les stagiaires à le faire (j'en ai eu une qui assistait aussi à mes cours dans cette optique).

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Sphinx le Lun 22 Sep 2014 - 11:44

C'est sûr que le recrutement est un problème, mais la baisse est encouragée vivement : horaires impossibles, on permet aux élèves d'arrêter quand ils veulent, etc... le tout est probablement guidé par l'idéologie (le latin c'est élitiste, ça sert à rien), mais l'idéologie elle-même est encouragée pour raison d'économies : les profs de LC coûtent trop cher pour une matière qui ne sert pas à former de futurs salariés. Dans mon collège, les parents sont demandeurs au contraire. Fermer la classe les années où il n'y a que 18 ou 24 élèves, soit (les 5e sont 24 latinistes cette année, la cohorte est très peu nombreuse au total) ; le faire sur un groupe de 31 (et encore, il y en a deux qui ont été "encouragés" à arrêter au vu de leurs résultats scolaires, parce qu'à 33 on ne pouvait pas se permettre de ne faire qu'un groupe), ça n'a pas de sens.

Dans tous les cas, si l'on manque de profs de LC, c'est bien le signe que ces 60 000 enseignants en plus n'y sont pas.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Iphigénie le Lun 22 Sep 2014 - 11:49

C'est plus simple que cela: il n' a plus de vivier en lettres classiques.
En détruisant l'enseignement de latin en amont (depuis 40 ans, ça ne s'est pas fait en un jour, ni récemment) on a tari les facs et les facs étant taries, il n'y a plus de nouveaux enseignants...

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Sphinx le Lun 22 Sep 2014 - 11:53

@Iphigénie a écrit:C'est plus simple que cela: il n' a plus de vivier en lettres classiques.
En détruisant l'enseignement de latin en amont on a tari les facs et les facs étant taries, il n'y a plus de nouveaux enseignants...

C'est vrai, et ça n'infirme d'ailleurs en rien ce que je dis sunny

@Sphinx a écrit:le tout est probablement guidé par l'idéologie (le latin c'est élitiste, ça sert à rien), mais l'idéologie elle-même est encouragée pour raison d'économies : les profs de LC coûtent trop cher pour une matière qui ne sert pas à former de futurs salariés.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Iphigénie le Lun 22 Sep 2014 - 11:55

oui mais j'ai ajouté "depuis 40ans": ce n'est pas un phénomène récent, ce qui se passe aujourd'hui c'est qu'on voit l'aboutissement de 40 ans d'efforts destructeurs qu'il serait trop long de détailler! Wink

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Thalia de G le Lun 22 Sep 2014 - 11:56

Attention, les gens, il ne s'agit pas de 60 000 postes d'enseignants :

"Je créerai en cinq ans 60 000 postes supplémentaires dans l'éducation. Ils couvriront tous les métiers." L'engagement n°36 du candidat François Hollande dans son projet de 2012 est ambitieux. Sera-t-il tenu d'ici la fin du quinquennat? L'Express a fait les comptes: à la rentrée 2014, environ 40% des postes promis auront été ouverts. Ce qui laisse encore environ 12 000 recrutements supplémentaires à faire en 2015, 2016 et 2017. Les voici dans le détail:

1. LES ENSEIGNANTS TITULAIRES - objectif: 22 000 équivalents temps-plein (ETP), dont 1000 pour la formation. C'est la catégorie de poste qui donne le plus de difficultés au ministère de l'Education nationale. 3184 enseignants (primaire, secondaire, public et privé confondus) ont été recrutés en 2013. Sauf que la tendance s'inversera en 2014, avec un recul de 1943 postes. Cette baisse est principalement due à l'arrêt de postes de contractuels, qui étaient utilisé pour compenser les périodes de formation des nouveaux enseignants.

>> 94,4% des postes prévus d'ici 2017 restent à pourvoir

2. LES ENSEIGNANTS STAGIAIRES - objectif: 26 000 ETP. C'est un axe majeur de la politique menée par Vincent Peillon rue de Grenelle: "redonner une formation initiale aux enseignants", a-t-il martelé pendant deux ans. Ce qui s'est traduit par la restauration de longues périodes de stages en responsabilité au sein d'établissements pour les étudiants des nouvelles écoles supérieures du professorat (Espé). La mesure a pour l'heure absorbé trois nouveaux recrutements sur quatre.

>> 30,5% des postes prévus d'ici 2017 restent à pourvoir

3. PERSONNELS EDUCATIFS ET AUTRES - objectif: 6000 ETP. Les recrutements avancent à un rythme conforme à l'objectif pour 2017.

>> 58,3% des postes prévus d'ici 2017 restent à pourvoir

4. ENSEIGNEMENT AGRICOLE - objectif: 1000 ETP. Les recrutements avancent à un rythme conforme à l'objectif pour 2017.

>> 65% des postes prévus d'ici 2017 restent à pourvoir

5. ENSEIGNEMENT SUPERIEUR - objectif : 5000 ETP. Les recrutements avancent de côté également à bon rythme, mais il s'agit en partie d'un jeu à somme nulle. Certaines universités utilisent en effet les crédits alloués dans ce cadre non pas pour recruter mais pour résorber leur déficit budgétaire, comme le montre une enquête d'EducPros.

>> 60% des postes prévus d'ici 2017 restent à pourvoir

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/infographie-education-ou-sont-passes-les-60-000-postes-promis-par-hollande_1507729.html#Mk0l0FFWHigomhaU.99

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Sphinx le Lun 22 Sep 2014 - 12:01

Ca ne fait tout de même pas loin du compte. Une fois de plus, je n'ai plus les chiffres en tête, mais il me semble qu'une fois les départs à la retraite déduits on était plus proches des 4000.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Lefteris le Lun 22 Sep 2014 - 12:08

@Iphigénie a écrit:C'est plus simple que cela: il n' a plus de vivier en lettres classiques.
En détruisant l'enseignement de latin en amont (depuis 40 ans, ça ne s'est pas fait en un jour, ni récemment) on a tari les facs et les facs étant taries, il n'y a plus de nouveaux enseignants...
C'est bien de répéter ce que je dis plus haut, ça montre que tu suis Razz .
On peut ajouter que plus une matière est délaissée, moins elle attire pour elle-même. Il ne faut pas se tromper sur les motivations qui poussent beaucoup de parents à inscrire leurs enfants en latin . Que répondre à des élèves qui disent : "vous voyez bien que ça sert à rien le latin c'est pas obligé" ? . Qui plus est quand cette matière, bien qu'optionnelle, est l'une de celles qui demandent le travail le plus régulier, habitude en train de disparaître . Et comme dit Sphinx, casée à des horaires pas possibles, où les élèves arrivent surexcités et hors d'état de travailler.
Il faudrait soit le rendre partiellement obligatoire , sur deux années par exemple (comme quand j'ai commencé, il y avait initiation), ça en montrait l'importance, soit le survaloriser au brevet et encore plus dans les affectations en seconde, à condition de n'avoir pas fait que de la présence.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Sphinx le Lun 22 Sep 2014 - 12:17

En tout cas, pour en revenir au sujet de départ, si, les 60 000 postes dans l'EN, on en avait et on en a encore besoin. Ce que N.S. aurait pu dire s'il avait été intelligent, c'est que cette création était vouée à l'échec parce que ça ne sert à rien de créer des postes si on n'y met pas des conditions suffisamment attractives pour les remplir. Le déficit de formation, que ce soit en latin ou dans toute autre matière (n'oublions pas le primaire à ce sujet), fait partie des conditions en question. Seulement bon, pour N.S., non seulement ça témoignerait d'un niveau de réflexion tout à fait inusité, mais en plus, on sait très bien qu'il ne voit lui-même aucun intérêt à avoir des profs en France (surtout avec la qualité du cursus scolaire qu'on lui connaît). Il se replie donc sur la solution de facilité qui consiste à critiquer une réforme qui n'a en réalité pas été vraiment appliquée. Ca fait des petites phrases, son électorat est tout content, ça ne va pas plus loin. Faut-il vraiment chercher à y voir autre chose ?

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "60 000 postes dans l'Éducation nationale dont on n'avait pas besoin" (Nicolas Sarkozy)

Message par Igniatius le Lun 22 Sep 2014 - 12:21

@benjy_star a écrit:
@Igniatius a écrit:Sur le mariage pour tous, il a quand même réussi à ne pas dire s'il abrogerait ou non la loi, malgré la remarquable pugnacité de Charmant...
S'il avait réellement été pugnace, NS aurait répondu à la question, ou alors il aurait conclu en disant : "vous choisissez de ne pas répondre à la question". Delahousse n'a rien eu de pugnace du tout, c'était très gentil en ayant l'air de ne pas l'être.

Par contre, j'ai entendu dire que Bayrou voulait avoir le même temps de parole, et je pense qu'il a entièrement raison !


Je pensais l'ironie évidente...
Delahousse lui a évidemment servi la soupe.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum