Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Kilmeny le Mar 23 Sep 2014 - 16:35

Bonjour,

Plus cela va, plus j'ai l'impression qu'apprendre du vocabulaire ou réviser un texte et être capable de le retraduire (seulement, hein, je n'ai même pas dit traduire tout seul !!) devient un travail de géant pour certains élèves de Terminale.
Avez-vous aussi cette impression ?

Mes élèves ont été horrifiés lorsqu'ils ont découvert qu'ils auraient une dizaine de textes sur leur liste de bac. Heureusement, l'un d'eux a dit "ben quoi, c'est super facile!" et un redoublant a ajouté "moi, j'ai eu des cartons dans certaines matières, mais j'ai réussi avoir une bonne note en latin. En travaillant, c'est pas compliqué". Mais les autres étaient en panique totale.

Même panique quand j'ai annoncé le premier devoir et que je leur ai dit qu'ils devraient retraduire un passage du texte de 22 lignes que nous avions vu en long, en large et en travers. "C'est trooooooop long, maaaaadaaaaaameeeeeeuh !!! Il faut nous dire le passage !!! "

Les années passent et les pleureuses sont de plus en plus nombreuses... Ce n'est quand même pas la mer à boire ce qu'on leur demande, non ? Même les râleurs ont de bonnes notes à l'examen, mais cela me fatigue d'essuyer ces humeurs de paresseux chaque année en début de Terminale. (le redoublant faisait partie des râleurs l'an dernier)

Les vôtres réagissent ainsi ?

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par sansara le Mar 23 Sep 2014 - 16:46

J'ai eu un peu les mêmes réactions. Moi, c'est à chaque fois que je donne du travail que ça pose problème : d'aujourd'hui pour demain, réviser les 4e et 5e déclinaisons, c'est trop... Rolling Eyes

Je t'admire d'avoir déjà réussi à traduire tout un texte, moi j'en suis à la moitié de mon premier texte sur la naissance de Néron, on n'avance paaaaas. Je traduis tout toute seule, ils sont incapables de le faire eux-mêmes. C'est normal, dites ?

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Kilmeny le Mar 23 Sep 2014 - 16:52

Ils sont incapables de traduire tout seuls, mais je les questionne sans cesse pour leur donner des automatismes, et ils répondent aux questions quand même, parfois en se trompant, mais les uns rectifient les autres.

Par exemple:
Où est le verbe ? Le sujet ? Que signifie ce mot ? Donc si on reprend la phrase, cela donne.... ?

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Lizzy.B le Mar 23 Sep 2014 - 17:14

Quand je vois qu'en 3e il faut tout recommencer à zéro : cas, fonctions, ce qu'est une déclinaison... Je plains les collègues de lycée pour lesquels tout cela devrait déjà être acquis par les élèves. Je n'envisage même pas encore de traduire du latin ! pale Ils ont en plus le culot de râler !
Mais que se passe-t-il pendant l'été ? Ils oublient tout ?

Lizzy.B
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Kilmeny le Mar 23 Sep 2014 - 17:20

Ils oublient vite. Très vite. Trop vite...
Foncièrement les élèves qui râlent et dont j'ai parlé ne sont pas râleurs. En cours, ils travaillent de bon coeur et sans rechigner. Comme les élèves de Sansara, c'est l'aspect "devoirs à la maison" qui les rend tout grognons et qui les effraient.

Leur paresse les fait paniquer devant le travail individuel qu'ils vont devoir mener chez eux pour réussir. En classe, tout va bien, ils sont là pour travailler et travaillent sans rouspéter. Mais je suppose qu'en dehors, ils ont un emploi du temps si chargé (Twitter-facebook-sms,...) qu'ils ne trouvent pas le temps de travailler 3 minutes.

D'ailleurs, c'est un constat général. Le travail se perd. Quand j'étais élève, beaucoup travailler signifiait travailler 8-12h et 13-18h un jour sans cours. Aujourd'hui après 30 minutes de travail, ils sont épuisés... Les non latinistes-hellénistes encore plus vite que les autres, je crois.

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Iphigénie le Mar 23 Sep 2014 - 18:21

Personnellement, j'ai cru atteindre le fond il y a quelques années quand j'ai entendu un candidat râler que je ne lui donne pas tel texte "parce que c'est le seul que j'ai révisé : si vous m'en donnez un autre vous ne pourrez pas savoir ce que je vaux".
Rolling Eyes Rolling Eyes
Spoiler:
mais si mais si: c'est tout vu diable


Dernière édition par Iphigénie le Mar 23 Sep 2014 - 19:13, édité 1 fois

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par nlm76 le Mar 23 Sep 2014 - 18:55

@Kilmeny a écrit:Ils oublient vite. Très vite. Trop vite...
Foncièrement les élèves qui râlent et dont j'ai parlé ne sont pas râleurs. En cours, ils travaillent de bon coeur et sans rechigner. Comme les élèves de Sansara, c'est l'aspect "devoirs à la maison" qui les rend tout grognons et qui les effraient.

Leur paresse les fait paniquer devant le travail individuel qu'ils vont devoir mener chez eux pour réussir. En classe, tout va bien, ils sont là pour travailler et travaillent sans rouspéter. Mais je suppose qu'en dehors, ils ont un emploi du temps si chargé (Twitter-facebook-sms,...) qu'ils ne trouvent pas le temps de travailler 3 minutes.

D'ailleurs, c'est un constat général. Le travail se perd. Quand j'étais élève, beaucoup travailler signifiait travailler 8-12h et 13-18h un jour sans cours. Aujourd'hui après 30 minutes de travail, ils sont épuisés... Les non latinistes-hellénistes encore plus vite que les autres, je crois.
Ça doit être ça, alors. Aujourd'hui, je suis revenu furax : les 4 élèves de terminale sur 12 de mon groupe de 1re-Tale étaient absents, après que trois l'eurent été vendredi. J'ai le sentiment qu'ils sont en train de fuir le cours parce qu'il faut attendre tel jour, parce que je donne un peu de travail, parce que j'exige qu'ils soient à l'heure... parce que quoi ? Bon; les élèves de première ne sont pas comme ça.
Mais c'est vraiment une piste; à creuser.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par sansara le Mar 23 Sep 2014 - 19:01

Question un peu HS, nlm, mais tu arrives à mener de front les deux programmes avec ton groupe ? Ou les 1res suivent le programme de Tale ?

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par nlm76 le Mar 23 Sep 2014 - 19:02

Je fais le programme de Terminale pour tous.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Iphigénie le Mar 23 Sep 2014 - 19:14

idem pour moi, encore que.....: je fais un mélange entre programme de première et terminale. de toutes façons les entrées "interrogations politiques, philosophiques, scientifiques...." permettent d'inclure à peu près ce qu'on veut...

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par sansara le Mar 23 Sep 2014 - 19:21

Oui, heureusement. Dois-je comprendre que les regroupements de niveaux tendent à devenir une norme en lycée ? Diantre, ça ne présage rien de bon pour les 40 ans qu'il me reste à tirer dans l'EN ! Crying or Very sad

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par sappho le Mar 23 Sep 2014 - 21:21

Donc je suis une chanceuse. Certes je n'ai que 2 heures par niveau mais j'ai 3 groupes ( 2nde: 16 élèves/ 1ère: 18 élèves et tle: 28 élèves).
pour les tles ( et d'ailleurs je les habitue dès la 2nde) ce sont les élèves qui traduisent les textes. je m'explique.
Je distribue l'ensemble des textes de l'objet d'étude étudié puis ils se repartissent par groupe et chaque groupe choisit le texte qu'il veut traduire. La plupart du temps ils se le répartissent. Puis je leur donne un certain nbre d'heures pour le traduire. Ainsi, ils gèrent leur tps comme ils le veulent. Moi je reste la personne "ressource" en cas de blocage... ou question de langue. A la fin du nbre d'heures imparti je récupère la traduction du gpe que je note. Puis, chaque gpe passe à l'oral pour traduire leur texte à leurs camarades. Ça fonctionne assez bien et ça les rend très actif en cours. Une fois un texte traduit, on élabore le commentaire de manière collégiale puis éval sur le texte afin de les obliger à les apprendrz au fur et à mesure.

sappho
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Bouboule le Mar 23 Sep 2014 - 21:30

@Kilmeny a écrit:Ils oublient vite. Très vite. Trop vite...
Foncièrement les élèves qui râlent et dont j'ai parlé ne sont pas râleurs. En cours, ils travaillent de bon coeur et sans rechigner. Comme les élèves de Sansara, c'est l'aspect "devoirs à la maison" qui les rend tout grognons et qui les effraient.

Leur paresse les fait paniquer devant le travail individuel qu'ils vont devoir mener chez eux pour réussir. En classe, tout va bien, ils sont là pour travailler et travaillent sans rouspéter. Mais je suppose qu'en dehors, ils ont un emploi du temps si chargé (Twitter-facebook-sms,...) qu'ils ne trouvent pas le temps de travailler 3 minutes.

D'ailleurs, c'est un constat général. Le travail se perd. Quand j'étais élève, beaucoup travailler signifiait travailler 8-12h et 13-18h un jour sans cours. Aujourd'hui après 30 minutes de travail, ils sont épuisés... Les non latinistes-hellénistes encore plus vite que les autres, je crois.

Je ne suis pas en lettres anciennes mais je constate la même chose. Donner un exercice du vendredi pour le lundi devient un scandale alors quand je pense à mes mercredis après-midi à la BU pour arriver à préparer ma version grecque hebdomadaire en terminale, je me doute que l'âge d'or est passé.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par badin le Mar 23 Sep 2014 - 21:48

Je vous parle d'un temps que les moins de 20ans ...., en fait c'était en 1966, j'étais en seconde, nous avions un copain qui avait fait le petit séminaire, il faisait les devoirs de latin, nous,les 38 autres latinistes recopiions ses devoirs, on lui passait nos devoirs de maths et de physique. J'ai réussi (difficilement) à quitter cette classe d'élites pour ne plus faire (enfin) de latin, seule l'élite avait droit de suivre ces cours mortellement ennuyeux, les guerres César, bof.

badin
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par zeprof le Mar 23 Sep 2014 - 21:53

@Bouboule a écrit:
@Kilmeny a écrit:Ils oublient vite. Très vite. Trop vite...
Foncièrement les élèves qui râlent et dont j'ai parlé ne sont pas râleurs. En cours, ils travaillent de bon coeur et sans rechigner. Comme les élèves de Sansara, c'est l'aspect "devoirs à la maison" qui les rend tout grognons et qui les effraient.

Leur paresse les fait paniquer devant le travail individuel qu'ils vont devoir mener chez eux pour réussir. En classe, tout va bien, ils sont là pour travailler et travaillent sans rouspéter. Mais je suppose qu'en dehors, ils ont un emploi du temps si chargé (Twitter-facebook-sms,...) qu'ils ne trouvent pas le temps de travailler 3 minutes.

D'ailleurs, c'est un constat général. Le travail se perd. Quand j'étais élève, beaucoup travailler signifiait travailler 8-12h et 13-18h un jour sans cours. Aujourd'hui après 30 minutes de travail, ils sont épuisés... Les non latinistes-hellénistes encore plus vite que les autres, je crois.

Je ne suis pas en lettres anciennes mais je constate la même chose. Donner un exercice du vendredi pour le lundi devient un scandale alors quand je pense à mes mercredis après-midi à la BU pour arriver à préparer ma version grecque hebdomadaire en terminale, je me doute que l'âge d'or est passé.

idem, je ne suis pas en lettres anciennes, mais j'ai fait bosser une de mes nièces pour préparer son bac : j'ai réussi péniblement à l'obliger à bosser 2 h le matin et 2 à 3 h l'après midi (elle était venue passer une semaine à la maison) car le reste du temps soit elle dormait, soit elle regardait des séries sur son ordi tout en chattant sur skype ou FB ou autre... j'ai eu l'impression d'être un garde chiourne toute la semaine et j'étais vraiment dépitée car j'aais l'impression qu'elle avait bossé très très peu. j'étais presque gênée de donner ses horaires de boulot à mon frère, pour moi ce n'était clairement pas suffisant mais lui, m'a remercié heu il était épaté qu'elle ait bossé autant... Rolling Eyes
no comment...

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."

zeprof
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par natasha le Mar 23 Sep 2014 - 22:25

J'ai malheureusement les mêmes élèves que vous en terminale. Ils râlent parce que je leur donne du travail à la maison (et quel travail!). Lorsque j'ai annoncé qu'il fallait reprendre notre premier texte pour le prochain devoir, ils ont aussi trouvé qu'il était trop long : 19 lignes! je cherche à les motiver mais c'est difficile et usant à vrai dire. Quant à mes 2ndes, ils estiment qu'ils ont déjà trop de travail par ailleurs pour faire du latin à la maison (je demandais une révision des déclinaisons, pas toutes, seulement les trois premières!) Au collège, ils sont fait de la civilisation alors ils n'"aiment pas la grammaire ni la traduction" pour reprendre leurs mots. Ce n'est globalement pas très réjouissant. Heureusement que de temps en temps j'ai de bonnes surprises au cours de l'année mais elles se font de plus en plus rares. Sad

natasha
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par User5899 le Mar 23 Sep 2014 - 22:56

Quand on demande à nos secondes s'ils travaillent le soir, ils disent qu'ils s'y sont mis et que oui. Quand on demande combien de temps, les plus téméraires reconnaissent un boulot d'un quart d'heure Rolling Eyes
Bah, ils auront leur Bac. So what ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Sphinx le Mar 23 Sep 2014 - 23:38

J'ai les mêmes... en 3e. C'est toujours trop difficile, il y a toujours trop de travail, c'est toujours scandaleux (alors que bon, les déclinaisons c'est facile à apprendre (c'est rare qu'ils aient moins de 18, sauf ceux qui font l'impasse), les leçons de civi se retiennent quand même bien, et c'est rare que je donne plus d'un exo ou plus de trois lignes à traduire à la maison, le plus gros du boulot se fait en classe). Mais bref, tout est prétexte à scandale, à en faire le moins possible. Alors comme ils me gonflent à jouer les pleureuses sur le peu que je leur demande, ils vont travailler trois fois plus, et en plus je vais noter. Ils vont comprendre leur douleur.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par sansara le Mar 23 Sep 2014 - 23:45

Chez moi, c'était le même problème avec les 3e, l'an dernier, surtout que c'était la classe euro-bilangue-activités extra-scolaires en rafale (équitation, danse, tennis, j'étais dans la banlieue chic de Lyon... Rolling Eyes ) et les élèves comme les parents m'avaient très bien fait comprendre que c'était un vrai scandale que je leur donne du travail...

Cela dit, quand je vois le programme de langue au collège, de plus en plus sacrifié au profit de leçons de civi démesurées, ou d'explications à rallonge et sans aucun intérêt sur des mots "essentiels" de lexique, qu'ils sont incapables de retenir de toute façon (la pauvreté de leur vocabulaire est effarante affraid ), je comprends mieux leur niveau en arrivant au lycée...

sansara
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par trompettemarine le Mar 23 Sep 2014 - 23:47

Je deviens de plus en plus pessimiste ; dans dix ans dans le public, je crains bien qu'il n'y ait plus ni latin ni grec au lycée.
Et je commence à fatiguer de lutter vainement. Par chance cette année, les élèves (si peu nombreux) que j'ai en latin et en grec sont travailleurs et demandeurs (c'était moins le cas l'année dernière ou en fac) : je vais même tenter en grec l'apprentissage des noms masculins de première déclinaison... Youpi ! Je respire un peu.

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Kilmeny le Mer 24 Sep 2014 - 9:05

Le problème, c'est que mes élèves sont de plus en plus nombreux. J'ai toujours les bons élèves de base, travailleurs et autres, mais s'agrègent autour d'eux de plus en plus d'élèves paradoxaux attirés par la matière, qui ont plaisir à travailler en classe mais pour qui c'est un scandale de travailler à la maison !

Il m'arrive même maintenant de leur laisser du temps en classe pour apprendre et après j'interroge. C'est étrange mais les leçons s'imprègnent mieux ainsi.

Je ne peux malheureusement pas le faire tout le temps par manque de temps et par conviction que ce n'est pas un service à leur rendre d'alléger leurs apprentissages à la maison, mais au moins, cela entre dans leur mémoire.

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par zeprof le Mer 24 Sep 2014 - 9:53

@Kilmeny a écrit:Le problème, c'est que mes élèves sont de plus en plus nombreux. J'ai toujours les bons élèves de base, travailleurs et autres, mais s'agrègent autour d'eux de plus en plus d'élèves paradoxaux attirés par la matière, qui ont plaisir à travailler en classe mais pour qui c'est un scandale de travailler à la maison !

Il m'arrive même maintenant de leur laisser du temps en classe pour apprendre et après j'interroge. C'est étrange mais les leçons s'imprègnent mieux ainsi.

Je ne peux malheureusement pas le faire tout le temps par manque de temps et par conviction que ce n'est pas un service à leur rendre d'alléger leurs apprentissages à la maison, mais au moins, cela entre dans leur mémoire.

parce que c'est l'opinion de bon nombre de parents...

je donne peu de travail à la maison car je sais que l'entourage social et familial de mes élèves ne va pas les inciter à travailler : certains ne peuvent réellement pas les aider...
ceci dit je pense (au risque de faire hurler ) je pense que c'est une fausse excuse... je suis issue d'une famille d'ouvriers, 2e génération d'émigrés des deux cotés (paternel et maternel) et mes parents ne pouvaient pas m'aider à la maison et ça ne m'a jamais empêchée de travailler... beaucoup... je savais que c'était le seul moyen pour moi de sortir du schéma familial et mon père et à ma mère étaient là pour me le rappeler régulièrement... c'est peut-être la différence avec les enfants d'aujourd'hui.
(fin de la parenthèse 3615 mylife)
sorti des difficultés sociales, pour beaucoup de parents, et je le constate encore plus dans l'entourage de mes enfants où pourtant il n'y a pas justement, de difficultés sociales, il est anormal que les enfants aient des devoirs... c'est bien plus sympa qu'ils jouent sur leurs tablettes ou leurs ordis... Evil or Very Mad

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."

zeprof
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude de certains élèves de Terminale face au travail en langues anciennes

Message par Lefteris le Jeu 25 Sep 2014 - 19:24

@zeprof a écrit:
@Kilmeny a écrit:Le problème, c'est que mes élèves sont de plus en plus nombreux. J'ai toujours les bons élèves de base, travailleurs et autres, mais s'agrègent autour d'eux de plus en plus d'élèves paradoxaux attirés par la matière, qui ont plaisir à travailler en classe mais pour qui c'est un scandale de travailler à la maison !

Il m'arrive même maintenant de leur laisser du temps en classe pour apprendre et après j'interroge. C'est étrange mais les leçons s'imprègnent mieux ainsi.

Je ne peux malheureusement pas le faire tout le temps par manque de temps et par conviction que ce n'est pas un service à leur rendre d'alléger leurs apprentissages à la maison, mais au moins, cela entre dans leur mémoire.

parce que c'est l'opinion de bon nombre de parents...

je donne peu de travail à la maison car je sais que l'entourage social et familial de mes élèves ne va pas les inciter à travailler : certains ne peuvent réellement pas les aider...
ceci dit je pense (au risque de faire hurler ) je pense que c'est une fausse excuse... je suis issue d'une famille d'ouvriers, 2e génération d'émigrés des deux cotés (paternel et maternel) et mes parents ne pouvaient pas m'aider à la maison et ça ne m'a jamais empêchée de travailler... beaucoup... je savais que c'était le seul moyen pour moi de sortir du schéma familial et mon père et à ma mère étaient là pour me le rappeler régulièrement... c'est peut-être la différence avec les enfants d'aujourd'hui.
(fin de la parenthèse 3615 mylife)
sorti des difficultés sociales, pour beaucoup de parents, et je le constate encore plus dans l'entourage de mes enfants où pourtant il n'y a pas justement, de difficultés sociales, il est anormal que les enfants aient des devoirs... c'est bien plus sympa qu'ils jouent sur leurs tablettes ou leurs ordis... Evil or Very Mad
Entièrement d'accord avec toi . Et tirer vers le bas nuit encore plus à ceux qui n'ont rien à l'extérieur. Au moins, avec un bon niveau , du travail, certains avaient une grille de référence et pouvaient bosser et réussir, même si tout le monde n'y arrivait pas. Et quoi si l'on supprime tout ? Sans compter l'atmosphère délétère qu'entretient l'absence d'effort généralisée, tous milieux sociaux confondus . Tout est étroitement lié : il ne faut pas chercher plus loin pourquoi ils sont de plus en plus incapables de se maîtriser , de ne pas parler tout le temps, de ne pas subir en silence leurs petits bobos., leur faim, leur problèmes gastriques .. Moi qui suis resté plus de vingt ans loin des établissements, avant de revenir par les hasards de la vie de l'autre côté , ça me saute aux yeux plus qu'à n'importe qui.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum